Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Roberto Ceamanos Lloréns, Militancia y universidad. La construcción de la historia obrera en Francia

Miquel A. Marín Gelabert
p. 272-273
Référence(s) :

Roberto Ceamanos Lloréns, Militancia y universidad. La construcción de la historia obrera en Francia, Alzira (Valencia), Centro Francisco Tomás y Valiente, UNED ; Valencia, Fundación Instituto de Historia Social, 2005, 347 p.

Texte intégral

1L’historiographie permet aux historiens de profession de se rencontrer et d’échanger des préoccupations et des interrogations intellectuelles. Si les historiens encouragent la pratique de l’histoire de l’historiographie, ce n’est pas uniquement par générosité et par appétit de savoir, c’est parce que, à travers elle, la communauté des historiens y définit en grande partie son identité et ses propres processus de reconnaissance. Il n’est pas nécessaire de rappeler que, au siècle dernier, les historiens espagnols ont connu au moins à deux reprises un « moment zéro », où ils ont fait table rase du passé, renié leurs références et opéré, à des degrés divers, une invention (une réorganisation) de la mémoire collective. C’est pour cette raison qu’il est indispensable de tracer clairement les limites entre la recherche et la réflexion (plus ou moins érudite), entre l’historiographie et l’histoire de l’historiographie. Ou, mieux encore, entre l’histoire et l’essai.

2Le livre de Roberto Ceamanos, historien aragonais formé dans l’entourage universitaire du professeur Julián Casanova, ne saurait s’inscrire dans la discipline que nous connaissons sous le nom d’histoire de l’historiographie. Il s’agit d’un essai passionné et méritoire, qui reconstruit, sur plus d’un siècle, la mémoire d’un secteur périphérique de la profession historienne en France. Si l’ouvrage recèle une masse considérable d’informations et de témoignages, il lui manque néanmoins les positionnements théoriques et méthodologiques indispensables à une recherche proprement historiographique. Ceci posé, en tant que lecteur, nous pouvons rendre compte de ce livre selon deux angles d’attaque.

3Du point de vue d’une histoire de l’historiographie, on regrettera l’absence tant d’une vision globalisante de la communauté historiographique française que d’une étude historiographique approfondie. Il aurait été intéressant d’analyser, à chaque fois, les structures universitaires de l’Histoire en France et d’en mesurer l’évolution au cours du siècle. L’auteur aurait ainsi pu identifier une partie des facteurs déterminants de ce milieu, comprendre la dynamique des pratiques à partir d’une analyse en termes de matrice disciplinaire et replacer les différentes publications qu’il choisit dans leur contexte. Le recours à une bibliographie spécialisée aurait été des plus féconds pour montrer l’homogénéité de certaines des tendances décrites, en les comparant aux expériences allemande ou italienne sur lesquelles il existe de nombreuses études. Et, finalement, toujours au chapitre de la science historique, il aurait été intéressant d’aborder l’influence de cette sous-discipline sur l’évolution générale de l’historiographie. Au demeurant, l’auteur disposait de références incontournables qui auraient pu lui indiquer la voie à suivre. Je pense en particulier à la thèse de doctorat de Matthias Middell. En tout état de cause, et en l’absence d’ouvrages de référence spécifiques, l’auteur aurait pu exploiter certaines données essentielles de travaux plus généraux de G. G. Iggers, Coutau-Bégarie, Bouvier ou Dumoulin.

4En ce sens, la structure même du livre montre clairement que ce dernier peut difficilement proposer une histoire de l’historiographie du mouvement ouvrier en France. Les quatre chapitres de l’ouvrage sont organisés chronologiquement et ils sont complétés par des sous-chapitres construits autour de courtes études sur l’œuvre d’historiens singuliers, selon des logiques à mi-chemin entre l’histoire politique et l’histoire de l’historiographie. L’exercice suppose non seulement une bonne connaissance de la biographie, de l’œuvre et du contexte d’écriture d’auteurs de l’importance de Maitron ou de Labrousse, et, par la suite, de l’influence d’historiens tels que Thompson ou l’apparition d’objets connexes comme l’histoire du communisme, mais, aussi et surtout, il requiert une connaissance parfaite de l’histoire de l’historiographie de plusieurs pays à des époques très éloignées et très différentes. Les nombreux débats méthodologiques sur les processus d’institutionnalisation, de réception ou de changement de paradigme qu’offre aujourd’hui l’histoire de l’historiographie, auraient permis à l’auteur de mieux utiliser les informations dont il disposait, surtout dans les chapitres centraux du livre.

5En revanche, si nous considérons ce travail comme un essai incomplet, fruit d’une recherche approfondie sur des sources limitées et sans prétentions disciplinaires, nous sommes indiscutablement en présence d’un survol, rapide et honorable, de plus d’un siècle d’historiographie, d’une synthèse rédigée avec vivacité et qui sait mettre en relation les informations fournies par la mémoire orale des protagonistes avec l’évolution éditoriale et le développement de certaines institutions.

6Néanmoins, nous ne pouvons oublier que ce livre traite explicitement du passé de l’historiographie et qu’il laisse sans réponse certaines des principales questions de ce passé. En fait, cet ouvrage illustre les principales contradictions de l’histoire de l’historiographie, en Europe comme en Espagne. D’une part, jamais auparavant autant d’historiens avaient consacré leur attention et leur temps à recouvrer le passé de leur profession. Mais, d’autre part, on constate une polarisation croissante qui trouve son origine dans les objectifs mêmes de la recherche. Cette polarisation oppose ceux qui (parfois à partir de programmes opposés) souhaitent consolider le statut épistémologique de leur discipline et ceux qui analysent le passé de l’historiographie sans tenir compte des débats qui ont fondé la discipline ni de la hiérarchie des objets de recherche établie par les ouvrages de référence. Or, ne nous y trompons pas, il ne s’agit pas d’une querelle de préséance entre spécialistes mais d’une question de terminologie, de l’identification des principaux processus historiques, de la construction de modèles explicatifs et de ce que les Allemands qualifient du mot presque intraduisible de Verwissenschaftlichung. C’est-à-dire, tout ce qui fait qu’une discipline tend vers la pratique scientifique, qu’elle progresse, qu’elle se modernise et, en définitive, qu’elle permet de répondre aux questions qui se posent sur la structure et la dynamique de la communauté professionnelle. Peut-être le programme de la European Science Foundation et les cinq volumes qui seront publiés dans les prochaines années, en collaboration avec Palgrave McMillan, rendront-ils à l’histoire de l’historiographie européenne l’équilibre qu’elle est en train de perdre, mais, pour cela, il faudra qu’un véritable débat s’ouvre entre nous, ceux qui la pratiquons. Et, il n’y a pas d’autre solution que de commencer par la conception même de notre discipline, par la hiérarchie interne des objets de la recherche, par la critique des sources et par l’ancrage extradisciplinaire des interprétations politiques, scientifiques ou terminologiques qui en découlent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Miquel A. Marín Gelabert, « Roberto Ceamanos Lloréns, Militancia y universidad. La construcción de la historia obrera en Francia », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 272-273.

Référence électronique

Miquel A. Marín Gelabert, « Roberto Ceamanos Lloréns, Militancia y universidad. La construcción de la historia obrera en Francia », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-2 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/1944

Haut de page

Auteur

Miquel A. Marín Gelabert

Universitat de les Illes Balears

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org