Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velàzquez

Charlotte Vorms, Bâtisseurs de banlieue. Le développement de la Prosperidad à Madrid (1860-1936)

Thèse de doctorat soutenue à l’Université d’Aix-Marseille I, le 27 novembre 2006 (dirigée par Gérard Chastagnaret)1
p. 275-277

Texte intégral

  • 1 Composition du jury : Horacio Capel, Universidad de Barcelona ; Gérard Chastagnaret, Université d’A (...)

1Cette thèse étudie le développement d’un faubourg de Madrid, la Prosperidad, entre 1860 et 1936 ; elle entend ainsi éclairer, par l’enquête à l’échelle micro, les processus de construction de la ville. Le terme « ville » est ici utilisé dans un sens global, désignant à la fois un espace, des formes, des maisons et des rues, mais aussi une économie, une société, voire une identité locale. En ce sens, ce travail est à la croisée des analyses de morphologie urbaine, des travaux d’histoire économique sur le marché immobilier et le secteur du bâtiment, de ceux d’histoire sociale et de sociologie sur la construction d’une société urbaine et les modalités de sa politisation, et touche enfin à l’histoire de l’administration, à travers l’étude de la gestion urbaine municipale.

2Considérée comme le résultat d’une urbanisation spontanée, la Prosperidad est paradoxalement née d’un programme d’aménagement urbain. En 1860, pour encadrer la croissance de la ville, l’adoption du plan d’ensanche de l’ingénieur Castro projette l’urbanisation d’une couronne de 1 500 ha autour de la vieille ville, laissant les 4 000 ha restants de la commune de Madrid – que l’on appelle désormais extrarradio – à leur vocation agricole. Pourtant, dès l’année suivante, on observe la modification de l’usage du sol dans l’extrarradio. Ainsi, les deux espaces s’urbanisent simultanément, mais en obéissant à des règles juridiques et urbanistiques profondément différentes. Dans l’ensanche, la mairie définit le plan d’urbanisme et prend à sa charge les travaux de viabilisation ; les constructions doivent respecter un plan et une réglementation stricts. Dans l’extrarradio, en revanche, les pouvoirs publics n’interviennent pas ; la mairie laisse faire. La rapidité avec laquelle apparaissent les faubourgs contraste avec la lenteur à laquelle se construit la ville programmée. Des hommes, disposant de capacités financières modestes, achètent aux grands propriétaires fonciers des terres à faible rendement agricole près des voies de communication, les divisent en parcelles et vendent celles-ci non viabilisées. Les acquéreurs, majoritairement des ouvriers en bâtiment, y construisent, souvent eux-mêmes, une habitation pour leur usage personnel.

3Les sources mobilisées permettent une approche multiple, faisant varier le point de vue, l’échelle et la méthode. Ainsi, la mise en série et le traitement statistique des données sur les prix du foncier, sur le volume de la construction et sur les caractéristiques sociales des acteurs collectées dans les archives notariales, le Registro de la Propiedad, les dossiers de permis de construire et les recensements municipaux, font apparaître une chronologie claire en trois cycles : de 1860 à la fin des années 1880 ; de la fin des années 1880 à 1922 ; et de 1923 à 1936. Le croisement des sources sur les individus, les familles et les propriétés immobilières a permis de reconstituer des trajectoires qui font l’objet à la fois d’une analyse statistique longitudinale et d’études de cas. L’examen du traitement des dossiers de permis de construire et des demandes de travaux publics, d’équipement et de services à la population éclaire à la fois les modalités de l’aménagement de la Prosperidad – notamment le rôle joué par les habitants – et la pratique de l’administration municipale en matière de gestion du faubourg. Cette enquête confirme que les trois cycles économiques, observés dans l’analyse statistique globale, correspondent bien à trois périodes distinctes de l’histoire de la Prosperidad.

4Entre 1860 et la fin des années 1880, c’est la naissance en marge de la ville et du droit, la période où le faubourg fonctionne comme une frontière ; ses premiers bâtisseurs et habitants sont les pionniers d’une société fortement communautaire, caractérisée notamment par la petite propriété ouvrière et par une culture nettement rurale. La solidarité de ses membres, qui partagent les mêmes conditions de vie urbaine, se construit face à des pouvoirs publics lointains. Ils sont en effet conduits à s’organiser en un collectif efficace pour gérer leur quartier et faire pression sur cette puissance publique – incarnée par la municipalité – qui leur est étrangère.

5À partir de la fin des années 1880 et jusqu’en 1922, le faubourg est progressivement intégré au marché madrilène ; le sol et le bâti attirent les investisseurs sur un marché qui se structure et dont les acteurs se professionnalisent, contribuant à l’émergence d’entrepreneurs et de notables locaux. Durant cette période, le faubourg est aussi intégré aux principaux réseaux urbains. Toutefois, cette évolution ne s’accompagne pas d’une régularisation juridique. Le faubourg demeure en marge du droit : sa gestion par les pouvoirs publics obéit à des règles informelles. Cet équilibre instable tient notamment à l’organisation de la société madrilène de la Restauration, fondée sur le clientélisme et les relations personnelles. Le vide juridique des débuts a ainsi donné naissance à d’importants intérêts économiques et politiques qui sont autant d’éléments de résistance, dans la phase de développement, à une régularisation juridique et administrative.

6À partir de 1923, l’explosion urbaine, et donc le changement d’échelle du quartier qui se fait dans un cadre juridique renouvelé par la législation sur l’habitat social, bouleverse cet équilibre. Elle rend les procédures informelles d’équipement inefficaces, marginalise les acteurs locaux sur le marché immobilier et dans l’organisation du faubourg. Enfin, l’implantation des ensembles pavillonnaires d’habitat social fait éclater non seulement l’unité spatiale et architecturale du faubourg, mais aussi son unité sociale. La division du quartier et la fragmentation de la communauté conduisent à la politisation des revendications urbaines et à l’engagement dans le socialisme d’une partie de la population, contribuant au mouvement qui aboutit à l’avènement de la République en 1931. La participation active à la vie de la cité des pionniers de la première époque évolue ainsi, à la troisième génération, vers une forme de citoyenneté moderne. L’instauration de la démocratie en 1931 change alors radicalement la donne de la politique urbaine.

7Les formes spécifiques de la construction du faubourg de la Prosperidad font apparaître un modèle susceptible d’éclairer la réflexion sur trois questions. La première, qui relève le plus immédiatement de l’histoire urbaine, est celle de la place de l’urbanisation spontanée dans le développement d’une ville encore peu industrialisée au tournant du siècle, et dont la société reste régie par le clientélisme. Or, ces caractéristiques de Madrid sous la Restauration sont communes à d’autres villes de l’Europe méridionale. L’exemple de la Prosperidad montre que le développement des quartiers informels ne peut se comprendre qu’en relation avec celui de la ville officielle, dont les caractéristiques mêmes dépendent de l’existence simultanée de ce secteur informel. La deuxième relève de l’histoire de l’administration : celle de la gestion urbaine, de la construction du droit, de son usage et de ses effets. À la Prosperidad on assiste à l’élaboration de règles non écrites nées de la pratique des experts et de la négociation entre tous les acteurs. Les procédures ainsi mises en place reposent notamment sur l’intervention de particuliers. Les relations personnelles y sont déterminantes. On observe donc, dans l’administration des faubourgs, outre un mode de gouvernement urbain spécifique, les ressorts de l’organisation du pouvoir dans une société clientéliste. La dernière question est celle des modalités de la construction de sociétés urbaines à forte cohésion, de leur politisation et, le cas échéant, de leur désagrégation qui explique partiellement les crises urbaines. Aujourd’hui, les urbanistes et les professionnels de la ville cherchent la recette favorisant le développement du lien social, voire la génération spontanée d’un sentiment d’histoire commune. L’étude des processus qui ont conduit les habitants de la Prosperidad à former une société solidaire et celle de l’évolution et des reconfigurations de cette dernière au cours de soixante-dix ans d’histoire entend servir cette réflexion générale.

Haut de page

Notes

1 Composition du jury : Horacio Capel, Universidad de Barcelona ; Gérard Chastagnaret, Université d’Aix-Marseille I ; Michel Lescure, Université de Paris X ; Brigitte Marin, Université d’Aix-Marseille I ; Jean-Luc Pinol, Université Lumière-Lyon 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Charlotte Vorms, Bâtisseurs de banlieue. Le développement de la Prosperidad à Madrid (1860-1936) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 275-277.

Référence électronique

« Charlotte Vorms, Bâtisseurs de banlieue. Le développement de la Prosperidad à Madrid (1860-1936) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-2 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/1948

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org