Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velàzquez

Sonia Gómez-Jordana Ferary, Le Proverbe : vers une définition linguistique. Étude sémantique des proverbes français et espagnols contemporains

Thèse de doctorat soutenue le 6 novembre 2006 à l’Université Complutense de Madrid (codirigée par Jean-Claude Anscombre et Amalia Rodríguez Somolinos)*
p. 287-291

Texte intégral

  • * Composition du jury : Eugenio de Vicente Aguado, Universidad Complutense, Madrid ; Irène Tamba, Éco (...)

1Cette thèse de doctorat aborde, d’un point de vue purement linguistique, la forme, la formation et le sens du proverbe en tant que catégorie linguistique homogène, en français et en espagnol contemporains.

2L’étude se fonde sur deux types de corpus présentés en annexe. D’une part, un corpus de proverbes français et espagnols hors contexte. Le corpus a été élaboré de la façon suivante : au début de notre recherche nous avons réalisé une enquête auprès d’une centaine de sujets parlants français et espagnols, de tous âges, provenant de différentes régions et de catégories sociales distinctes. Ils devaient écrire pendant un mois tous les proverbes qu’ils connaissaient, sans consulter de dictionnaire. Grâce à cette enquête, nous avons obtenu une liste de parémies actuelles, qui permet de ne pas tomber dans le piège d’un corpus basé uniquement sur celles qui sont proposées par les dictionnaires, où, dans la plupart des cas, se glissent des formes archaïques et divers genres de locutions. De plus, par le biais de l’enquête nous avons vérifié qu’aussi bien les personnes les plus âgées que les plus jeunes possèdent un stock de proverbes, même si ceux-ci peuvent varier d’un sujet parlant à l’autre. Parmi les formules proposées sont apparues également des expressions comme caer como agua de mayo, que nous avons éliminé au fur et à mesure grâce à des critères linguistiques comme celui-ci : toute locution commençant par un verbe à l’infinitif et pouvant être conjuguée ne fait pas partie des proverbes.

3La moyenne de parémies pour chaque personne est de vingt pour les Français et de trente pour les Espagnols. Quelques formules provenant du Diccionario de refranes de Campos et Barella (1993) et du Dictionnaire des proverbes et dictons de France de Dournon (1986) ont été ajoutées au corpus. Environ sept cents proverbes contemporains dans chaque langue ont ainsi été obtenus.

4À partir de cette liste de proverbes, nous avons entrepris une recherche de toutes ces formules en contexte. Ce corpus est novateur puisqu’il n’existe pas encore de dictionnaire proposant non pas une liste de formules, mais la présentation de ces formules dans leur contexte discursif. Le corpus peut être divisé en une partie orale et une partie écrite. Pour la partie orale, nous avons procédé à des enregistrements de conversations, de programmes télévisés et radiophoniques, à la recherche de proverbes. La base de données CREA (Corpus de Referencia del Español Actual) de la Real Academia de la Lengua nous a permis de multiplier les exemples oraux. Le corpus écrit est composé d’occurrences provenant de la presse, de la littérature ainsi que de courriers électroniques ou de messages texto de téléphones portables. Ces derniers sont à la frontière entre l’écrit et l’oral. L’enquête de presse a été limitée aux six dernières années. Elle est fondée principalement sur les CD-Roms du quotidien français Le Monde et du journal espagnol El País.

5Pour ce qui est des textes littéraires, nous avons analysé les trente dernières années, afin de travailler sur des occurrences actuelles. Les exemples du corpus proviennent de ces lectures personnelles, mais aussi de la base de données française Frantext et de la base espagnole CREA, de la Real Academia de la Lengua. Les parémies proviennent aussi bien de romans que d’essais, de textes dramatiques ou de bandes dessinées.

6Le résultat global est d’environ huit cents occurrences, réparties à peu près de la même façon entre le français et l’espagnol.

7Le corpus en contexte s’avère très intéressant, dans la mesure où il nous permet de voir le proverbe « en vie » et non comme une phrase figée sur la feuille d’un dictionnaire. Grâce aux multiples occurrences, il est possible d’analyser la façon dont le proverbe est inséré dans le discours ou dans le lieu où il apparaît : au début, au milieu ou à la fin. Cette démarche est novatrice car il n’existe pratiquement pas d’études où les parémies sont analysées dans leur contexte discursif. L’analyse de ce type d’occurrences permet de répondre à plusieurs questions, comme par exemple savoir pourquoi le locuteur emploie un proverbe dans son discours alors qu’il n’apporte aucune information, ou encore de découvrir sur quels énoncés s’enchaîne le proverbe, comment et pourquoi.

8Les proverbes sont observés, principalement, à partir de deux théories linguistiques, la théorie de l’argumentation dans la langue et la théorie des stéréotypes. Au moment d’aborder le phénomène proverbial d’un point de vue purement linguistique, plusieurs cadres théoriques étaient possibles. Ainsi, il aurait été possible de fonder l’étude sur une théorie de type référentialiste, comme celle de Georges Kleiber, ou de centrer le travail sur l’analyse du discours. Cependant, nous pensons qu’une théorie de type argumentatif, une théorie non descriptiviste du langage, peuvent rendre compte de certaines caractéristiques du proverbe que d’autres théories n’arrivent pas à dégager. Ainsi, l’argumentation dans la langue comme la théorie des stéréotypes consistent à analyser la langue en étudiant les mots et les enchaînements que permet ou qu’interdit un terme donné. Encadrer l’étude dans une théorie non descriptiviste relève, en quelque sorte, d’un double pari.

9D’une part, l’étude des parémies par le biais d’une théorie argumentative permet d’avancer dans la description proverbiale. D’autre part, l’analyse démontre que des théories comme l’argumentation dans la langue ou la théorie des stéréotypes ne servent pas uniquement à décrire des exemples ad hoc mais également des occurrences réelles. Au sein du courant argumentatif se présentaient plusieurs options, tels que l’argumentation dans la langue, la polyphonie ou les stéréotypes. Nous avons emprunté à chacune de ces théories dont le postulat est le même, à savoir que sous les mots nous ne trouvons pas des objets du monde réel mais plus de mots et des outils d’analyse pertinents pour l’étude des proverbes.

10Le premier chapitre de la thèse résume l’histoire du proverbe en France et en Espagne. La vision est optimiste puisque le proverbe est selon nous toujours vivace dans les deux pays. Ensuite, l’état de la question montre que les études linguistiques s’intéressant aux parémies sont apparues il y a peu, les études antérieures analysant celles-ci plutôt d’un point de vue littéraire ou folklorique. Le premier chapitre se clôt par une explication du cadre linguistique appliqué à l’objet d’étude, ce qui permet de comprendre le point de vue adopté pour l’ensemble du travail.

11Le deuxième chapitre s’attache à définir les principales structures en surface des proverbes. Cette partie démontre qu’il existe un nombre limité de moules, environ sept, coïncidant à peu près dans les deux langues. Seule la structure de mise en relief en C’est… qui / que n’apparaît pas en espagnol. Ceci ne fait que confirmer une des hypothèses du travail, à savoir que les proverbes reflètent la langue dans laquelle ils s’énoncent. Étant donné que ce genre de mises en relief s’avère rare en espagnol, il est normal que les parémies espagnoles ne présentent pas cette structure. Grâce à ce premier chapitre, nous vérifions que la structure du proverbe n’est pas si « anormale » ou archaïque que le prétendent de nombreuses études parémiologiques. Au contraire, un des moules les plus importants est constitué par la structure canonique en Sujet-Verbe-Complément: L’habit ne fait pas le moine – El ojo del amo engorda el caballo.

12Le troisième chapitre défend une hypothèse à propos de la formation sémantique du proverbe. Le choix d’une sémantique argumentative entraîne un déplacement des formules hors contexte vers des contextes d’usage. Ceci permet de découvrir de nouvelles propriétés des proverbes. Le problème posé est double. Il s’agit d’expliquer, d’une part, comment on passe d’un énoncé personnel à un énoncé collectif, et, d’autre part, de montrer comment on arrive d’un sens compositionnel à un sens lexicalisé.

13Partant de l’étude de Laurent Perrin qui, dans la revue Langages (2000, 139, pp. 69-80), rapproche déjà le phénomène de la délocutivité et de la formation proverbiale, il s’agissait de démontrer comment une formule personnelle devient une formule collective. Nous proposons ainsi une hypothèse sémantique d’après laquelle la formation sémantique du proverbe se réalise à travers un mouvement inductif faisant passer d’une phrase générique typifiante locale, admise par un locuteur, à une phrase typifiante a priori, présentée comme étant admise par tout locuteur. Nous nous fondons sur l’étude de la formule Les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés dans trois contextes, l’un du xiiie siècle, l’autre du xvie et le dernier du xxe siècle. D’après la description délocutive de la genèse du proverbe, et à partir de la constatation d’un ou de plusieurs faits particuliers, on induit la possibilité que ceci se répète et finit par devenir une propriété. Voyant un cordonnier mal chaussé, on induit la possibilité que ceci arrive à nouveau ; le fait de se chausser mal peut être présenté, alors, en langue, par un mouvement inductif, comme une propriété du cordonnier. À ce moment-là, la structure sémantique du proverbe en P argument pour Q se confirme et se cristallise. Aussi bien la structure sémantique – P est argument pour Q – que le moule de surface se sont figés. Les proverbes peuvent accepter une série de variations du moment qu’ils maintiennent un moule. On peut parler dans ce sens d’un semi-figement, idée défendue également par Jean-Claude Anscombre. De la même façon que nous passons d’un énoncé présenté comme étant admis par un locuteur à un énoncé admis par tout locuteur d’une communauté linguistique, au début du processus la formule a un sens compositionnel qu’il perd au fil des étapes pour donner lieu à un sens métaphorique.

14L’exemple provenant d’un des essais de Montaigne est éclairant sur ce point. En effet, l’auteur introduit la formule par « nous disons que ce n’est pas merveille », ce qui reflète d’une part l’allusion aux différentes énonciations de celle-ci : « La principale ordonnance de Platon en sa République, c’est donner à ses citoyens, selon leur nature, leur charge. Nature peut tout et fait tout. Les boiteux sont mal propres aux exercices du corps ; et aux exercices de l’esprit les âmes boiteuses ; les bâtardes et vulgaires sont indignes de la philosophie. Quand nous voyons un homme mal chaussé, nous disons que ce n’est pas merveille, s’il est chaussetier. De même il semble que l’expérience nous offre souvent un médecin plus mal médeciné, un théologien moins réformé, un savant moins suffisant que tout autre » (M. de Montaigne, Essais I, chap. XXV : « Du pédantisme », Paris, 1965, p. 213). D’autre part, la locution ce n’est pas merveille que l’on peut traduire par ce n’est pas étonnant nous montre que la dérivation n’a pas fini son processus et que nous nous trouvons encore entre une formule présentée comme étant admise par un locuteur et une autre admise par toute la communauté linguistique. Ainsi la locution métalinguistique introduisant le proverbe au xxe siècle ne se sert plus d’une locution négative telle que il n’est pas étonnant que. L’exemple contemporain dira : Les cordonniers sont les plus mal chaussés, il est vrai, où nous voyons clairement que le locuteur présente la formule comme étant admise par toute sa communauté linguistique.

15Le chapitre consacré à l’étude diachronique de dix proverbes confirme que le proverbe maintient toujours un moule proverbial. Cependant, il va à l’encontre d’idées reçues, telles que le figement total du proverbe. En effet, l’observation d’une formule au long des siècles montre que celle-ci évolue. Qui plus est, la structure et le lexique proverbiaux se renouvellent au rythme de l’évolution de la langue. Ainsi, la locution verbale mettre sur est remplacée par accuser, dans Qui veut tuer son chien lui met la rage sus / Qui veut noyer son chien, l’accuse de la rage, à partir du moment où la locution verbale tombe en désuétude, au xviie siècle. De même, la position du complément d’objet précède le verbe jusqu’au xve siècle environ, de la même façon qu’il le fait dans le langage non proverbial pour se figer au xviie siècle en position post-verbale : Qui son chien veut tuer la rage li met sur (xive siècle) face à Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage (xviie siècle) / Quien peces quiere, mojarse tiene / Quien peces quiere, el rabo tuerce (Hernán Núñez, 1555) face à No se toman truchas a bragas enjutas (Covarrubias, 1611 et Correas, 1627).

16Au terme de cette étude, le dernier chapitre propose une analyse d’occurrences proverbiales contemporaines en contexte. L’étude des parémies en vie permet de décrire leur fonctionnement discursif, leurs enchaînements avec les énoncés personnels du locuteur. Par le biais de dix occurrences proverbiales provenant de différents supports (journaux, romans, conversations, extraits d’enregistrements de programmes télévisuels ou radiophoniques) est confirmée la structure sémantique du proverbe en P est argument pour Q, structure qui déteint sur l’énoncé personnel du locuteur. De plus, la théorie de la polyphonie et, plus précisément, de l’autorité polyphonique, montre que l’énonciation proverbiale est un moyen habile du locuteur pour imposer ses propres énoncés. Le recours à une formule communautaire permet de consolider un énoncé personnel.

17Le proverbe est décrit dans ce travail, non pas comme un élément ornemental de nos discours, mais comme un phénomène linguistique intentionnel, dont le but est de faire et non d’informer. L’énonciation proverbiale contraint le destinataire à admettre l’énoncé personnel du locuteur enchaîné à la parémie.

18Une fois que la forme, la formation et le sens du proverbe ont été étudiés, nous proposons une définition de la notion théorique PROVERBE, définition qui s’inspire de divers travaux, notamment de ceux de Jean-Claude Anscombre, de Georges Kleiber ou d’Irène Tamba. Sera PROVERBE toute formule, dépourvue d’auteur, se présentant sous un moule typiquement proverbial et dont la structure sémantique consiste en P argument pour Q. Elle sera générique typifiante a priori et elle permettra des déductions par défaut. Sa formation sémantique nous montre qu’elle est sui-référentielle, faisant allusion à ses énonciations antérieures, et qu’elle est composée de deux niveaux : le niveau compositionnel et le niveau formulaire. Les deux niveaux maintiennent une relation analogique. La formule proverbiale s’appliquera en discours à un énoncé de forme sémantique p argument pour q et son emploi, pourvu d’une grande charge d’autorité, permettra au locuteur de se protéger derrière les mots de sa communauté linguistique.

Haut de page

Notes

* Composition du jury : Eugenio de Vicente Aguado, Universidad Complutense, Madrid ; Irène Tamba, École des hautes études en sciences sociales, Paris ; Fernando Navarro, Universidad de Alicante ; Jean-Claude Anscombre, CNRS ; Amalia Rodríguez Somolinos, Universidad Complutense, Madrid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Sonia Gómez-Jordana Ferary, Le Proverbe : vers une définition linguistique. Étude sémantique des proverbes français et espagnols contemporains », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 287-291.

Référence électronique

« Sonia Gómez-Jordana Ferary, Le Proverbe : vers une définition linguistique. Étude sémantique des proverbes français et espagnols contemporains », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-2 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/1951

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org