Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Chronique d’archéologie

Étude archéogéographique d’un espace de colonisation. La huerta de Murcie au milieu du xiiie siècle (bilan d’une recherche)

Cédric Lavigne
p. 293-302

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 11 octobre 2010.

  • 1 Torres Fontes, 1971.
  • 2 Menjot, 2002.
  • 3 Lavigne, 2002 et 2005.
  • 4 Torres Fontes, 1960.

1Grâce à l’abondante documentation fournie par les archives de la chancellerie royale de Castille et par plusieurs Libros de Repartimiento, le royaume de Murcie constitue un laboratoire d’étude privilégié de la colonisation chrétienne du xiiie siècle et de ses conséquences sur les structures du peuplement, de l’économie et de la société d’al-Andalus. Après les travaux précurseurs de Juan Torres Fontes1, la synthèse livrée par Denis Menjot sur l’alfoz de Murcie2 marque, pour cet espace, le point d’orgue de la recherche historique tandis qu’elle ouvre la voie à de nouveaux types d’investigation. L’archéogéographie, qui bénéficie d’un renouvellement sensible de la recherche sur les formes des paysages médiévaux3, apparaît comme une des voies susceptibles d’apporter des matériaux originaux à cette problématique. Le projet de recherche que nous développons sur la huerta de Murcie vise ainsi, à travers une analyse exhaustive de la morphologie planimétrique (carte de l’habitat, du réseau viaire et parcellaire, du réseau hydrographique), à qualifier les formes de la colonisation agraire chrétienne et à en évaluer l’impact sur l’organisation de l’espace hérité de l’époque musulmane. L’intuition à laquelle l’étude cherche à donner corps est celle d’une vaste opération de remembrement parcellaire orchestrée, préalablement à l’assignation des terres aux colons, par Alphonse X de Castille et dont le Libro de Repartimiento4 constituerait le témoignage écrit. À quelques mois du terme de ce programme, un premier bilan peut être proposé.

Un héritage de l’Antiquité ? Retour sur l’hypothèse de réseaux centuriés

  • 5 Roselló Verger et Cano García, 1974.
  • 6 Je remercie Gérard Chouquer d’avoir répondu à ma sollicitation en reprenant avec un regard averti c (...)

2L’évidente régularité des formes de la huerta de Murcie a, depuis longtemps, retenu l’attention des chercheurs. Modèle tout terrain de la recherche sur les formes des paysages, l’hypothèse de la centuriation romaine a, logiquement, été émise. Dans les années 1970, V. M.a Rosselló Verger et G. M. Cano García ont ainsi proposé l’assiette de trois perticae différentes5. La première, qualifiée par ces auteurs de centuriation de Murcie, se développe entre Espinardo, au nord, et Algezares, au sud, selon une direction privilégiée NNO-SSE (fig. 1). La seconde, appelée centuriation de Monteagudo, se développe à l’est de la première, principalement entre Monteagudo et Beniaján, et est inclinée de quelques degrés supplémentaires à l’ouest. Ces deux centuriations se chevauchent partiellement. Le troisième réseau, dénommé cadastre de Beniel-Alquerías, se développe beaucoup plus à l’est, principalement entre ces deux villages, et adopte une orientation franchement plus inclinée à l’est. Outre le fait que l’orientation des trois perticae est complètement déterminée par les variations du cours du Segura, ce qui pose la question d’une régularité des formes induite par la pente et l’écoulement de l’eau, on ne peut manquer de constater la faiblesse de la restitution des limites (les unités intermédiaires de la centuriation), qui seules permettent de valider l’hypothèse de tels réseaux. Trente ans après avoir été ouvert, le dossier méritait donc d’être repris6.

Fig. 1. – Les trois centuriations de la huerta de Murcie

Fig. 1. – Les trois centuriations de la huerta de Murcie

(Roselló Verger et Cano García, 1974, p. 85).

3Des trois orientations relevées, une seule (la première, entre Espinardo et Algezares) pourrait appartenir à un réseau centurié. Les deux autres renvoient à un découpage d’origine médiévale ou moderne. Au nord et au sud de Murcie, un filtrage manuel des orientations, à partir des photographies aériennes, permet d’isoler un réseau assez dense de lignes parcellaires isoclines orientées NG-18° 50’ W ou NC-20° W (la différence entre le quadrillage kilométrique UTM ou NC étant de 1° 10’ E avec le nord géographique). La recherche, sur la carte topographique au 1 : 25 000e, d’un module de centuries, à l’aide d’une grille préformée de 20 x 20 actus, permet de caler l’assiette d’une pertica s’étendant sur une centaine de centuries (fig. 2, p. 296). Les limites de son extension sont franches pour la partie s’étendant sur la rive gauche du Segura (au nord), en raison de contacts nets avec d’autres réseaux parcellaires d’orientation différente. Pour la partie s’étendant sur la rive droite du fleuve (au sud), celles-ci sont, en revanche, moins évidentes et le découpage se fait plus ténu à mesure que l’on s’éloigne de Murcie. Sans doute, l’importance des dépôts d’alluvions dans ce secteur peut-elle être avancée comme explication, mais cet argument n’est pas totalement satisfaisant, l’archéologie ayant montré de nombreux cas de reprise de l’emplacement et de l’orientation de formes antiques colmatées, parfois sous plusieurs mètres de sédiments. C’est donc plutôt dans l’histoire même des formes de ce secteur qu’il convient de rechercher l’explication de cette médiocre conservation des vestiges de la centuriation romaine. Nous l’imputons à la colonisation agraire de l’époque chrétienne.

Fig. 2. – Calage et extension de la grille centuriée orientée à NG-18°504 W.

Fig. 2. – Calage et extension de la grille centuriée orientée à NG-18°504 W.

Un grand remembrement parcellaire de l’époque chrétienne

  • 7 Lavigne, 2002.

4La reconnaissance des formes agraires planifiées du Moyen Âge se fonde sur la modélisation que nous en avons proposée à partir de l’exemple des bastides du sud-ouest de la France7. Bien qu’elles connaissent, d’un site à l’autre, certaines variations, ces formes obéissent à des critères stricts qui permettent de les identifier : découpage en bandes, orientation constante et périodicités fixes des axes structurants, agencement souple des réseaux, adaptation aux contraintes topographiques et hydrographiques, forte matérialisation au sol, superficie réduite à quelques centaines d’hectares, découpage géométrique et régulier des champs. Une quarantaine de réseaux parcellaires répartis respectivement sur la rive gauche du Segura, au nord-est de Murcie, et sur la rive droite, au sud-est de la ville, répondent à ces caractéristiques (fig. 3, p. 297). Ils sont souplement agencés les uns par rapport aux autres, les voies de grand parcours et, le plus souvent, les acequias faisant limite entre eux. Un grand réseau d’environ 5 000 ha d’un seul tenant a également été identifié dans le campo de Sangonera, à l’ouest de la huerta. La géographie de ces réseaux planifiés s’avère étroitement liée à celle des assignations orchestrées par le roi Alphonse X de Castille. Le croisement des données planimétriques et textuelles — c’est l’un des intérêts du dossier que de pouvoir confronter les deux sources — montre en effet que les terres de la rive gauche du Segura ont été divisées et assignées lors de la troisième répartition, soit entre 1266 et 1267, celles de la rive gauche lors de la quatrième répartition, entre 1269 et 1270, et celle du campo de Sangonera lors de la cinquième répartition, en 1272. Les comptages effectués par Denis Menjot à partir du Libro de Repartimiento permettent d’évaluer très précisément les surfaces concédées. Pour la troisième répartition, elles se montent à 29 490 tahúllas (soit 3 296 hectares) et pour la quatrième à 10 746 tahúllas (soit 1 201 hectares), ce qui est très proche de l’estimation que l’on peut proposer à partir de l’analyse des formes (environ 5 000 hectares).

Fig. 3. – Secteurs de Santomera et de El Raal sur la rive gauche du Segura. En haut : photographie aérienne (cliché : mission américaine de 1956, VV AST6 M ROLL42 1370 PNG 2 MAY56 54 AM73, no 3192) ; en bas : les formes planifiées médiévales (interprétation du cliché).

Fig. 3. – Secteurs de Santomera et de El Raal sur la rive gauche du Segura. En haut : photographie aérienne (cliché : mission américaine de 1956, VV AST6 M ROLL42 1370 PNG 2 MAY56 54 AM73, no 3192) ; en bas : les formes planifiées médiévales (interprétation du cliché).

5Par rapport à la problématique de la colonisation chrétienne, centrale dans notre recherche, la découverte est importante et valide l’intuition de départ. Jusqu’à présent, en effet, l’idée a prévalu chez les historiens que la répartition aux colons chrétiens des terres prises aux musulmans s’était effectuée par transfert ne varietur de la propriété des uns aux autres, donc dans le strict respect du cadre morphologique en place. La décision d’Alphonse X d’asseoir la répartition des terres sur l’alhaba, c’est-à-dire sur leur valeur agricole et la quantité d’eau qu’elles reçoivent régulièrement impliquait, en effet, une connaissance intime des terroirs, de leurs potentialités pédologiques et hygrographiques. Pour l’acquérir, les répartiteurs ont eu recours au registre d’estimation (azimen) élaboré par les musulmans — aujourd’hui disparu —, ce qu’atteste clairement l’en-tête du récapitulatif des biens distribués aux chrétiens dans les troisième et quatrième répartitions (« Esta es la terra de Murcia que tenen christianos segund nos troxieron escripto de los azimenos »). Ceux-ci auraient-ils donc respecté le cadre en place ? L’analyse morphologique montre en fait que l’assignation des terres aux colons procède, pour une partie d’entre elles au moins, de l’arpentage de formes nouvelles et de la restructuration radicale des parcellaires hérités de l’époque musulmane.

Vers une réinterprétation du Libro de Repartimiento

  • 8 L’analyse statistique porte sur 3 516 parcelles réparties dans 25 alquerías.
  • 9 Juan Torres Fontes en évalue la surface à 0,1118 ha, soit un carré de 33,436 m de côté.

6Cette découverte ouvre sur une interprétation nouvelle du Libro de Repartimiento. Celui-ci, en effet, loin d’être le décalque du cadastre confectionné par les musulmans (azimen), se révèle être, en fait, l’enregistrement des formes et de la propriété nouvellement mises en place par le pouvoir castillan entre 1266 et 1270. On sait que pour les troisième et quatrième répartitions, les terres ont été réparties par groupes de colons (cuadrillas), chaque colon recevant suivant son rang social (caballero ou peón, chaque catégorie étant elle-même subdivisée en trois) des parcelles dispersées dans les territoires de différents villages (alquerías) en nombre plus ou moins important, pour atteindre la valeur du bénéfice fixé par le roi (de 12 alhabas pour les caballeros mayores à 1 alhaba et 6 ochavas pour les peones menores). Pour peu qu’on regroupe les parcelles non plus par cuadrillas, comme dans le texte, mais par alquerías, le Libro de Repartimiento révèle alors une régularité modulaire insoupçonnée8. Trois modules apparaissent : 2, 3 et 5 tahúllas9. Selon les alquerías, la division du sol est fondée, soit sur un seul de ces modules (2 tahúllas à Carabixa, Aduffa, Aljada, Alffarella, Casillas, Cudiacibit, Beniçot, Villanueva, Alhuasta, Benetuycir et Benicotota, ou 3 tahúllas à Beninaia, Santomera et Algualeia), soit sur deux d’entre eux (à Neuba, Cotillas, V Alquerias, Beniçat, Raffal Abenayçam, Rabat Algedit et Benimongit), soit sur les trois à la fois (à Benicomay, Benialffayg, Tinnosa et Beniel).

7Cette réinterprétation du Libro de Repartimiento ne vaut que pour les troisième et quatrième répartitions. Pour la cinquième (1271-1272), en revanche, l’interprétation traditionnelle semble être la bonne. On a depuis longtemps observé, en effet, que la méthode de répartition employée pour celle-ci était fondamentalement différente de celle des deux précédentes. Alors que précédemment, les arpenteurs et notaires royaux avaient fixé la dotation des membres de chaque cuadrilla en fonction du rang social de chacun, d’où une stricte hiérarchie des lots, pour la cinquième répartition, au contraire, ceux-ci n’ont pas fixé d’avance la valeur des bénéfices, procédant par tirage au sort. La majorité des colons ont été répartis en groupes auxquels ont été désignés les secteurs de terres irriguées et les secteurs de terres non irriguées à assigner. À l’intérieur de chaque secteur, les répartiteurs ont ensuite constitué autant de lots qu’il y avait de colons — et ce, de façon complètement indépendante du statut social de chacun — et les leur ont attribué par tirage au sort, quitte, éventuellement, à corriger des disparités trop criantes. Cette évolution dans la méthode de répartition se traduit dans les textes eux-mêmes. Alors que les actes des troisième et quatrième répartitions ne comportent jamais d’informations d’ordre topographique ni ne mentionnent le nom de l’ancien propriétaire musulman, ceux de la cinquième répartition indiquent, pour chaque parcelle, la superficie, parfois les confronts, la valeur et le nom de l’ancien propriétaire. Selon nous, l’explication est que, dans cette zone, les répartiteurs n’ont pas réorganisé le parcellaire existant et qu’ils se sont fondés sur le cadastre (azimen) confectionné par les musulmans pour distribuer les terres aux colons chrétiens. L’analyse des formes conforte cette interprétation. En effet, la zone de la cinquième répartition situé au sud-ouest de la ville de Murcie, est non seulement celui où les formes planifiées médiévales sont les plus rares, mais c’est aussi celui où les traces de la centuriation romaine sont les plus nombreuses. Nous en déduisons que l’occupation de l’époque d’al-Andalus s’est développée dans le cadre morphologique hérité de l’Antiquité et qu’elle en a transmis jusqu’au xiiie siècle les formes principales. Le choix d’Alphonse X d’assigner les terres aux colons chrétiens par transfert de « propriété » (et non, comme ailleurs dans la huerta, par assignation de parcelles nouvellement créées) a, quant à lui, favorisé leur transmission jusqu’à aujourd’hui.

Des bonifications de l’époque moderne

  • 10 Lemeunier, 1989.

8D’autres formes régulières peuvent être décrites, principalement sur la rive droite du Segura, entre Beniaján et Beniel. Il s’agit de réseaux, souvent assez étendus, constitués soit de grandes et larges bandes parallèles et périodiques, soit de fines et longues lanières agencées par rapport aux chemins ou aux canaux de drainage, mais de façon plus souple, ce qui conduit à des variations constantes de l’orientation des axes. Bien que réguliers dans leur charpente, ces réseaux présentent, toutefois, de nombreuses irrégularités perceptibles dans le détail de l’agencement des parcelles et par de nombreuses inclusions de formes irrégulières ou discordantes. Certaines d’entre elles sont, de toute évidence, antérieures à l’implantation de ces réseaux, ce qui leur confère un aspect inachevé, quelque peu brouillon. Dans les deux cas, le rapport à l’eau est évident et l’on peut aisément attribuer à ces formes une fonction de drainage s’inscrivant dans le cadre d’une bonification des terres. Leur comparaison avec des formes similaires observées dans des contextes bien documentés de bonification de marais ou de palus permet de les dater de l’époque moderne. Cette interprétation est étayée par les textes qui attestent, dans le secteur de Beniel, l’existence de lotissements réalisés dans les décennies 1570 et 1590 par de grands propriétaires fonciers10. Le secteur, rappelons-le, n’avait pas fait l’objet d’assignations à l’époque médiévale.

Un dense réseau de paléo-chenaux

9Espace soumis à de grandes contraintes climatiques, l’aménagement de la huerta de Murcie est fortement contingenté par la maîtrise de l’eau, qu’elle soit pérenne ou torrentielle. Or, le réseau hydrographique que les cartes et les photographies aériennes donnent à voir, n’est pas « de tous les temps », mais bien le produit d’une dynamique longue et complexe que l’analyse des formes permet d’entrevoir. En considérant que les formes héritées sont le résultat à la fois d’une transmission et d’une transformation des formes les plus anciennes des paysages, que le signe importe plus que le modelé, la forme en plan plus que la fonction, on peut isoler un réseau de paléo-chenaux laissés par une circulation très ancienne des eaux pérennes (le Segura et le Guadalentin) que leur encaissement, l’humidité rémanente et la nature des sols signalaient aux paysans des lieux. Plusieurs indices de paléo-chenaux et de paléo-vallées, fossilisant d’anciens cours du fleuve, peuvent ainsi être relevés. On constate que nombre d’entre eux se situent à proximité des canaux d’irrigation (acequias) et de drainage (azarbes) qui en reprennent les couloirs. Trois secteurs principaux de passage de la rivière (en plus de nombreux petits chenaux) paraissent se dessiner, séparant plusieurs interfluves ou paléo-interfluves (fig. 4).

Fig. 4. – Les principaux paléo-chenaux de la huerta de Murcie et l’organisation générale des formes agraires.

Fig. 4. – Les principaux paléo-chenaux de la huerta de Murcie et l’organisation générale des formes agraires.

10Du sud au nord :

  1. une paléo-vallée en bordure de la sierra, que le tracé actuel du Guadalentín pourrait avoir réemprunté ;

  2. la vallée actuelle du Segura et ses nombreux méandres fossiles ;

  3. enfin, au nord, une ou deux paléo-vallées repérables par une zone déprimée (41 et 37 m comme points cotés d’altitude, visibles sur la carte de Santomera [carte topographique nationale d’Espagne au 1 : 25 000e, 913-III Santomera]).

11La confrontation de ces relevés avec ceux des parcellaires planifiés fait apparaître que le système irrigué / drainé avec le parcellaire en bandes qui peut lui être raisonnablement rapporté (tous réseaux confondus) et qui date, pour l’essentiel, du Moyen Âge, est structuré par des formes en courbes, pour ce qui est des grandes lignes de distribution de l’eau, et par des formes parallèles pour ce qui est des éléments directeurs de l’orientation des bandes. Dès lors, on est en droit de considérer que l’architecture globale de l’irrigation / drainage de la vallée est une création liée à la nécessité de desservir toute la plaine alluviale en tenant compte de la recherche d’un effet de pente. Pour le dessin des bandes, en revanche, les arpenteurs auraient pu tenir compte — au moins dans certains secteurs — de régularités existantes dans la forme héritée et transmettre ainsi une information parcellaire plus ancienne (antique, notamment).

Haut de page

Bibliographie

Lavigne, Cédric (2002), Essai sur la planification agraire au Moyen Âge. Les paysages neufs de la Gascogne médiévale (xiiie-xive siècles), Bordeaux.

Lavigne, Cédric (2005), « Assigner et fiscaliser les terres au Moyen Âge. Trois exemples », Études Rurales, 175-176, pp. 81-108.

Lemeunier, Guy (1989), « Cotillas y Beniel, dos señoríos en la Época Moderna », Áreas, 10, pp. 145-155.

Menjot, Denis (2002), Murcie Castillane. Une ville au temps de la frontière [1243 - milieu du xve siècle] (2 vol.), Madrid.

Roselló Verger, V. M.a et Cano García, Gabriel Marcos (1974), « Un parcelario cuestionable. La huerta de Murcia y la ciudad », Estudios sobre las centuriaciones romanas en España, pp. 83-90.

Torres Fontes, Juan (1960), Repartimiento de Murcia, Madrid.

Torres Fontes, Juan (1971), Repartimiento de la Huerta y el Campo de Murcia en el siglo xiii, Murcie.

Haut de page

Notes

1 Torres Fontes, 1971.

2 Menjot, 2002.

3 Lavigne, 2002 et 2005.

4 Torres Fontes, 1960.

5 Roselló Verger et Cano García, 1974.

6 Je remercie Gérard Chouquer d’avoir répondu à ma sollicitation en reprenant avec un regard averti ce dossier. Les propositions qui suivent sont de lui.

7 Lavigne, 2002.

8 L’analyse statistique porte sur 3 516 parcelles réparties dans 25 alquerías.

9 Juan Torres Fontes en évalue la surface à 0,1118 ha, soit un carré de 33,436 m de côté.

10 Lemeunier, 1989.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Les trois centuriations de la huerta de Murcie
Crédits (Roselló Verger et Cano García, 1974, p. 85).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1956/img-1.png
Fichier image/png, 120k
Titre Fig. 2. – Calage et extension de la grille centuriée orientée à NG-18°504 W.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1956/img-2.png
Fichier image/png, 152k
Titre Fig. 3. – Secteurs de Santomera et de El Raal sur la rive gauche du Segura. En haut : photographie aérienne (cliché : mission américaine de 1956, VV AST6 M ROLL42 1370 PNG 2 MAY56 54 AM73, no 3192) ; en bas : les formes planifiées médiévales (interprétation du cliché).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1956/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 4. – Les principaux paléo-chenaux de la huerta de Murcie et l’organisation générale des formes agraires.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1956/img-4.png
Fichier image/png, 249k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Lavigne, « Étude archéogéographique d’un espace de colonisation. La huerta de Murcie au milieu du xiiie siècle (bilan d’une recherche) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37-2 | 2007, 293-302.

Référence électronique

Cédric Lavigne, « Étude archéogéographique d’un espace de colonisation. La huerta de Murcie au milieu du xiiie siècle (bilan d’une recherche) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 37-2 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/1956

Haut de page

Auteur

Cédric Lavigne

UMR 5648, Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org