Navigation – Plan du site
Le partage de l'eau (Espagne, Portugal, Maroc)

Géométrie des réseaux et marqueurs des territoires

L’image du partage de l’eau dans le paysage médiéval (Espagne et Maroc)
Geometry of Irrigation Networks and Land Markers. The Pattern of Water Sharing in the Mediaeval Landscape (Spain and Morocco)
Geometría de las redes y marcadores territoriales. La imagen del reparto del agua en el paisaje medieval (España y Marruecos)
Patrice Cressier
p. 39-59

Résumés

L’empreinte laissée dans le paysage par les réseaux d’irrigation mis en place tout au long du Moyen Âge dans l’ouest du bassin méditerranéen ne rend pas seulement compte des nouveaux processus d’aménagement de l’espace liés à la conquête arabo-islamique, ni de la diffusion et de l’évolution qualitative des techniques hydrauliques ; elle nous renseigne aussi sur les pratiques de l’eau et plus particulièrement sur celles relatives à son partage. Mieux connaître les différentes formes prises par celui-ci nous permet de pénétrer certains des rouages de l’organisation sociale des populations au sein desquelles elles furent élaborées. L’ambition de cet article est d’offrir un aperçu des apports potentiels de cette approche à partir de quelques cas de figures reconnus en al-Andalus et au Maghreb occidental.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

  • 1 Encore que, dans le domaine concret de l’usage de l’eau — et donc de son partage —, l’intérêt porté (...)

1Il n’est en rien original d’évoquer la rareté de l’eau en pays méditerranéens (ou pour le moins le degré inégal d’accessibilité à celle-ci), mais il n’est pas inutile pour autant de rappeler à quel point l’organisation sociale, l’économie et la survie même des sociétés concernées ont dépendu — de l’Antiquité à nos jours, et sans doute de façon croissante — du contrôle des ressources hydriques. Tant dans la capacité à maîtriser les techniques hydrauliques que dans celle à gérer les disponibilités en eau réside donc le vrai pouvoir. S’intéresser au partage de ce bien — quel que soit le niveau auquel celui-ci s’établit — permet, dès lors, d’aborder intimement certains aspects de la hiérarchie sociale au sein d’un même groupe, tout comme de considérer sous un jour différent la question de l’équilibre entre l’État et les communautés locales ou encore celle des conflits entre groupes concurrents dans un même espace géographique. Choisir l’archéologie pour ce faire permet de s’affranchir partiellement du grave problème dont souffre l’histoire de l’Occident musulman : la grande rareté des sources écrites1.

2Soulignons que, au Moyen Âge comme aujourd’hui, si partage et gestion de l’eau sont tout à fait indissociables ils n’en constituent pas pour autant deux notions interchangeables, le premier n’étant qu’un aspect particulier de la seconde. C’est bien du partage en lui-même qu’il sera question ici, d’autres composantes de la gestion — pourtant essentielles — étant ainsi laissées de côté : parmi elles les choix technologiques ou les pratiques agricoles dépendantes de l’irrigation ne sont pas les moindres. Dans le même ordre d’idées, on a souvent eu tendance à assimiler partage et conflit. Or l’un ne débouche pas nécessairement sur l’autre et il ne le fait alors qu’en cas de déséquilibre patent (réel ou ressenti comme tel par l’une des parties). D’une façon générale, on peut même assurer que les infrastructures permettant le partage de l’eau — toujours indispensables, que celle-ci soit rare ou abondante — sont conçues par les différents partenaires dans une volonté de rationalisation visant avant tout à minimiser les conflits potentiels. Pour autant, le partage tel que nous le percevons à travers l’observation archéologique ne sera pas totalement dénué de violence, celle-ci se manifestant en particulier au travers des interventions du pouvoir, tandis que les crises majeures éventuellement documentées sont conséquences de ruptures brutales d’équilibre (péjoration climatique, arrivée massive de nouvelles populations ou imposition d’un nouvel ordre politique).

  • 2 On sera attentif à traiter parcellaires et réseaux dans une perspective commune, au contraire des d (...)

3Dans la mesure où l’empreinte laissée dans le paysage par les réseaux hydrauliques et les parcellaires associés2, mis en place au cours de l’histoire, n’est pas loin d’être indélébile, c’est par l’approche archéologique et l’analyse régressive qu’il devient possible de préciser certains des caractères de ce partage.

  • 3 Sur les « règles élémentaires » de la composition des réseaux hydrauliques en al-Andalus et au Magh (...)

4Des exemples concrets, dont l’observation et l’interprétation relèvent donc de l’archéologie spatiale, recueillis dans la péninsule Ibérique et au Maghreb occidental, contribueront à la visualisation des problèmes posés et des résultats que l’on peut espérer y apporter. Pour cela, moins qu’aux constructions hydrauliques proprement concernées (barrages, bassins de régulation, répartiteurs, moulins, etc.), on s’intéressera aux réseaux dans leur ensemble, à leurs relations avec l’habitat d’une part et les territoires d’autre part, mais aussi aux articulations entre chacun d’eux — simple juxtaposition, enveloppement, imbrication, etc. —, à l’affranchissement ou non des contraintes spatiales élémentaires, ainsi qu’au mode de « composition » de leurs éléments constitutifs3.

5Il est clair, enfin, que tous les processus affectant les systèmes hydrauliques après leur construction ne pourront pas nécessairement être mis en évidence à travers cette seule approche. Il en est ainsi des possibles accaparements au profit d’un groupe social, d’une institution ou, tout simplement, de l’État, dont les sources écrites nous rendent parfois compte et dont nous aurons à évoquer quelque exemple. Il en est de même à l’issue d’un changement social radical, tel que peut l’avoir été dans notre domaine géographique la « Reconquête » de la Péninsule, qui pourra — paradoxalement — s’accommoder du maintien des infrastructures hydrauliques préalables, sans que les modifications éventuellement introduites dans son fonctionnement ne soient toujours perceptibles à l’archéologue.

6Bien sûr, la méthode n’est pas toute-puissante et souffre même d’une certaine myopie : jamais l’analyse la plus poussée de la géométrie hiérarchisée d’un réseau d’irrigation ne nous permettra de reconstituer le détail de la répartition de l’eau telle qu’elle était pratiquée au moment de sa mise en place et, dans la plupart des cas, seuls les grands traits nous en seront accessibles. Pourtant, cette approche archéologique sera le principal moyen, sinon le seul, d’appréhender des processus qui, sans elle, nous échapperaient presque complètement. En tout état de cause, un double va-et-vient entre les indispensables essais de modélisation et la réalité de terrain, d’une part, et entre celle-ci et les données fournies par les textes et les traditions orales, d’autre part, permettra de mieux assurer la lecture des paysages ainsi proposée.

Les échelles de la perception

7À ce niveau, il convient de nous interroger d’ores et déjà sur la nature des partages que nous pourrons mettre ainsi en évidence et dont nous chercherons à décrypter l’image qui nous a été léguée. Une première échelle implique deux communautés, ou plus, occupant et contrôlant des territoires voisins, distincts mais tributaires d’une même ressource hydrique. Un exemple caractéristique est celui de groupes de population échelonnés le long d’un même cours d’eau dont ils exploitent le débit. Il peut s’agir également de groupes différents ayant à gérer l’eau d’un territoire qui leur est commun. Les situations sont nombreuses et l’on peut évoquer aussi bien les pactes de répartition entre fractions d’un même groupe tribal que l’équilibre entre une ville et sa campagne (c’est-à-dire entre usages urbains et usages agricoles), ou encore les rôles respectifs joués par diverses techniques de captage de l’aquifère.

8À une échelle plus fine, se situe le partage entre individus d’une même communauté, tous irrigants (et c’est à ce niveau que se posera de façon expresse la question du lien entre propriété de l’eau et propriété de la terre) ou bien irrigants et artisans (le cas le plus fréquent de partage conflictuel se produisant, en milieu rural médiéval, entre agriculteurs et meuniers) ainsi que nous le verrons plus loin. À ce niveau, les constructions hydrauliques peuvent constituer en elles-mêmes des indices des modes de partage adoptés, indices rarement décisifs hélas. La multiplication de bassins au sein d’un réseau peut rendre compte de deux situations très différentes : la faiblesse du débit disponible, inférieur à celui nécessaire pour une irrigation efficace (et donc de l’obligation de stocker l’eau pour en réguler l’usage a posteriori) ; ou encore la déconnexion entre propriété de la terre et propriété de l’eau. En revanche, la présence de partiteurs complexes est très généralement la marque de l’autonomie effective de cette propriété de l’eau (fig.1, p.42).

Fig. 1. —Répartiteur («Peigne ») dans l’oasis de Timimoun, Algérie

Fig. 1. —Répartiteur («Peigne ») dans l’oasis de Timimoun, Algérie

(Photographie : Patrice Cressier).

  • 4 Telle qu’elle apparaît clairement définie pour le Maroc dans un ouvrage ainsi intitulé (Bouderbala (...)

9Quelle que soit l’échelle adoptée, et même si l’ampleur des réseaux concernés peut souvent atteindre plusieurs dizaines de kilomètres, il est bien clair que le domaine dont il s’agit ici est celui de la « petite hydraulique4 ». Nous sommes ainsi en deçà des dimensions des grands transferts d’un bassin fluvial à un autre tels qu’ils sont planifiés de nos jours dans la péninsule Ibérique ou au Maghreb, et les enjeux environnementaux et démographiques soulevés sont évidemment loin d’être comparables. Pas de bouleversements écologiques à craindre, donc, des plus grands travaux hydrauliques médiévaux que nous aurons à prendre en compte, mais la difficulté à maintenir les équilibres sociaux préalables et la tentation latente, de la part de certains groupes, d’institutionnaliser des prérogatives nouvellement acquises.

  • 5 Ou de tout aquifère accessible par creusement de puits ou de galeries.
  • 6 Personne, lieu ou chose sacré, protégé.
  • 7 Vidal Castro, 1995 a, p. 99.
  • 8 Ibid., p. 106.

10Dans la société médiévale d’al-Andalus et du Maghreb occidental, la perception de la nappe phréatique5 comme réserve potentielle commune soumise au partage, n’apparaît pas toujours explicitement à la lecture des textes. Cependant, le fait même que, autour de chaque puits l’atteignant, existe une zone Üaràm6 à l’intérieur de laquelle le propriétaire contrôle toute autre intervention hydraulique7 et que — en droit malikite —, même au-delà des limites de cette zone, le creusement d’un nouveau puits ne peut se faire qu’à condition de ne pas perturber le régime d’approvisionnement de ceux déjà en place8, démontre que l’aquifère exploité localement est bien appréhendé de façon globale et que l’on est donc autorisé à parler de législation, à son propos, du partage.

11Des contraintes identiques existent pour une gestion de l’eau souterraine à partir de galeries drainantes (ẖaṭṭāra-s au Maroc). Le creusement de tout nouveau captage de ce type dans une zone déjà exploitée imposera que ne soient affectés ni le débit de celles déjà en place ni leur sécurité (des infiltrations depuis la galerie supérieure pouvant fragiliser celles qu’elle vient à croiser par au-dessus). À Tamesloht, non loin de Marrakech, le contrôle absolu exercé par la confrérie religieuse (zāwiya) fondatrice, au début du xvie siècle, du village et de son terroir irrigué a facilité la multiplication de ẖaṭṭāra-s. Celles-ci marquent le paysage par les alignements des cônes de déblais de leurs puits. Dans le cas où l’une, plus récente, est amenée à en croiser une autre, son tracé est affecté d’un coude en baïonnette, indiscutable indice (pour notre travail d’interprétation) d’une chronologie relative, témoignage surtout de la volonté de minimiser l’impact de l’une sur l’autre. La situation de monopole de la zāwiya par rapport aux autres utilisateurs éventuels empêche ici d’aller plus loin dans l’analyse d’un partage qui, dans les faits, n’existe d’ailleurs plus.

12Bien entendu, les choses sont plus claires encore pour les affleurements spontanés de la nappe, sources ou cours d’eau, ne serait-ce que parce que l’objet du partage est exposé à tous, et donc évaluable par tous.

13Lorsqu’il s’agit d’une simple source ou résurgence, c’est généralement un territoire unique qui est concerné et, sauf appropriation violente, il est alors rare que les éventuels litiges concernent deux groupes totalement distincts (mais ils peuvent être le fait de plusieurs individus d’une même communauté, ou des divers composants d’une population constituée par apports successifs). Lorsque le cours d’eau est suffisamment important, en revanche, divers groupements humains peuvent être impliqués dans son exploitation et sa gestion, chacun occupant un territoire distinct (mais sans solution de continuité), tout comme peuvent l’être aussi différentes fractions d’un même ensemble dans un seul territoire.

14Sur une rivière ou sur un oued, les réseaux se disposent généralement en « arête de poisson » à partir des prises d’eaux qui les alimentent, sans que la symétrie entre les deux rives soit toujours respectée du fait de l’inégale disponibilité des terres de l’une à l’autre et aussi, bien sûr, de la nature du peuplement local. Cette configuration récurrente peut-elle, malgré tout, nous fournir a posteriori une information plus précise sur les communautés en présence et sur leur mode d’organisation de l’espace et donc de gestion de l’eau ?

15Il semble que oui. Schématiquement, deux cas de figures peuvent se présenter et il nous faudra nous efforcer de les reconnaître au moment de passer de l’observation archéologique à l’interprétation historique : l’appartenance de l’ensemble des réseaux à des territoires distincts ou, au contraire, leur insertion dans un même territoire.

Des territoires au fil de l’eau

  • 9 Voir Cressier et Osuna Vargas, 2005.

16La Vega de Grenade nous fournit une bonne image des règles ayant présidé à la colonisation agricole (par irrigation ou par drainage et irrigation conjoints) d’un vaste espace périurbain, en particulier tout au long des vallées des ríos Cubillas et Velillos, en aval de la ville elle-même (dont on sait qu’elle succéda dans des circonstances encore mal connues à celle d’Ilbīraquelques kilomètres plus à l’ouest)9. Son étude a montré que la distribution des barrages commandant les différents réseaux n’est pas aléatoire : beaucoup d’entre eux sont installés sur la limite même des municipes, héritiers pour partie des territoires des qariya-s (agglomérations rurales) médiévales. Si l’on tient compte de l’absorption de ceux des villages dépeuplés à l’issue de la « Reconquête », la coïncidence barrage/division territoriale devient quasi parfaite.

  • 10 À l’époque romaine, l’exploitation des ressources naturelles dans l’espace occupé plus tard par la (...)
  • 11 Les constructions aujourd’hui en place, longtemps considérées comme romaines, datent vraisemblablem (...)

17L’explication d’une telle distribution s’impose d’elle-même. La mise en place d’un nouveau peuplement, à l’issue de la conquête arabo-islamique, introduisit — on le sait — une rupture dans le mode d’occupation de l’espace10. La zone devant être mise en valeur fut vraisemblablement répartie entre groupes autonomes ; chacun de ceux-ci visait à exploiter, par le biais de l’irrigation, la superficie la plus vaste possible et repoussa pour cela la prise d’eau au maximum vers l’amont, jusqu’à butter sur la limite territoriale préalablement définie (fig. 2) ; il convenait de ne pas dépasser celle-ci, tant pour ne pas empiéter sur le terroir agricole du groupe voisin que pour éviter que ce dernier ne soit en mesure de contrôler l’élément le plus vulnérable du système hydraulique, la digue de dérivation11. Malgré la grande stabilité de l’équilibre ainsi atteint, toute évolution postérieure ne fut pas bloquée pour autant. D’abord parce que les vallées ne furent peut-être pas intégralement occupées dans un premier temps et, surtout, parce que d’autres solutions ont permis l’ampliation des terres irriguées, latéralement cette fois. Cela supposait, il est vrai, d’introduire de nouveaux barrages dans le tissu déjà établi, et ce nouveau partage impliqua forcément l’établissement de pactes entre communautés aval et communautés amont. À cette deuxième phase évolutive est due la relative complexité de la carte des réseaux hydrauliques telle qu’on peut la dresser aujourd’hui.

18Fig. 2. Barrage sur le río Cubillas (Grenade) marquant la limite du territoire d’un village disparu

(Photographie : André Humbert – Casa de Velázquez).

19Parmi les enseignements à tirer de l’étude des réseaux et des parcellaires de la Vega de Grenade, l’un des plus importants est sans nul doute l’étroite relation existant entre l’exploitation des ressources hydriques (et plus exactement le partage de celles-ci entre les groupes de colons concernés) et la formation des territoires. Après la rupture introduite par la conquête arabo-islamique, hydraulique et organisation de l’espace constituent un seul et même processus. Autre chose serait d’assurer que l’origine d’une partie importante des populations nouvellement arrivées (liées au corps d’armée —ǧund syrien) explique les choix ainsi réalisés.

Genèse urbaine, réseaux hydrauliques et structure du peuplement

  • 12 Recherches menées dans le cadre du programme « La genèse de la ville islamique au Maroc : Nakūr, Aġ (...)
  • 13 Observations de terrain et cartographie des réseaux sont dues à R. González Villaescusa, membre de (...)

20Les recherches que nous avons menées ces dernières années sur trois centres urbains du haut Moyen Âge marocain nous ont permis de démontrer les relations étroites ayant existé entre la genèse de ces villes, les groupes tribaux sur le territoire desquels celle-ci s’est produite (et dont ils ont été les acteurs) et la construction de paysages nouveaux basés sur l’irrigation12. Il n’y a pas lieu ici d’en présenter l’ensemble des résultats et nous nous limiterons donc à résumer en quelques lignes ceux concernant le partage des ressources hydriques13.

  • 14 Al-Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, p. 182 (trad.).
  • 15 Hart, 1976, p. 470.

21Nakūr était la capitale d’un émirat fondé au viiie siècle ; elle fut édifiée cent ans plus tard sur l’oued du même nom, à l’emplacement d’un souk commun aux Banū Waryāġal et aux Timsaman, tribus occupant chacune une rive du cours d’eau. Dans le territoire relevant directement de la ville, al-Bakrī mentionne au xie siècle canaux d’irrigation et moulins14. Vers 1980, un grand barrage moderne est venu recouvrir, hélas, l’amont de la vallée et a imposé la restructuration de l’aménagement des sols à l’aval, empêchant aujourd’hui une observation directe, mais les deux grands groupes tribaux concernés sont toujours en place. Nous disposons à leur propos des données recueillies par D. M. Hart dans les années 1950, en particulier pour ce qui est des sāqiya-s (canaux) irriguant les terroirs ; ces informations fournissent une image, au moins approximative, de la situation ancienne. La principale leçon qu’il faut en retenir a trait à l’existence d’un lien univoque entre sāqiya et fraction tribale, le partage s’effectuant alors expressément en fonction de l’appartenance à cette dernière par des prises échelonnées le long de l’oued15.

  • 16 Pascon, 1983, t. i, pp. 168-171. « Mazan » désigne généralement tout à la fois les grands commis d (...)
  • 17 Al-idrīsī, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 73 (trad.).

22Ce qui à Nakūr n’était encore qu’hypothèse sur la pérennité des réseaux se confirme à Aġmāt (capitale régionale ayant précédé Marrakech, au piémont nord du Haut Atlas) où, à l’intérieur du territoire des Urīka, nous sommes en mesure d’assurer que les grands canaux se mettent en place entre le ixe siècle, pour les premiers, et le début du xiie siècle, pour le plus récent (fig. 3). En revanche, la distribution clanique n’y apparaît cette fois qu’en filigrane, par la fossilisation de certains toponymes, mais il est vrai que le maintien de la principale tribu in situ n’a pas exclu apports et réajustement successifs au cours des siècles passés. Aġmāt rend compte, aussi, d’un autre type de situation moins fréquent : l’accaparement d’une partie de l’eau de l’oued par l’État (en l’occurrence almohade), au travers d’une prise localisée en amont de toutes les autres. Dans ce cas concret, celle-ci était destinée à l’irrigation d’une grande exploitation agricole sultanienne et jardin de plaisance (la Buayra, aujourd’hui Agdal), à Marrakech, trente kilomètres en aval, fonction qui est toujours la sienne. Ce « partage » imposé, détournement d’une eau jusque-là utilisée par les populations locales, marque nettement le paysage puisque la sāqiya concernée (Tasul-ānt Mazan) est la seule à recouper le tracé d’autres canaux et qu’elle n’irrigue aucune parcelle avant d’atteindre Marrakech. Remarquons que, longtemps après la disparition de la ville, c’est justement cette sāqiya qui sera l’objet de conflits répétés entre le pouvoir politique et les groupes masfàwa-s de la région, ces derniers tentant de s’en approprier l’usage au moindre affaiblissement de l’autorité du Mazan16 : le partage imposé n’aurait donc jamais été accepté que par la force. À l’inverse, c’est un partage concerté entre la ville et la campagne dont le géographe al-Idrīsī nous rend compte au xiie siècle17 : la première aurait utilisé l’eau du canal principal du jeudi au dimanche et les champs en auraient bénéficié les autres jours de la semaine. Il va sans dire que l’information n’est pas à prendre nécessairement au pied de la lettre et que le pacte qui dut être à l’origine de cette situation (vraisemblablement dès la fondation d’Aġmāt) fut, probablement, bien plus complexe ; c’est du moins ce que laisse entendre la structure des réseaux tels qu’ils nous ont été conservés et qu’ils fonctionnent toujours.

Fig. 3. —Aġmāt (Haouz de Marrakech). Carte du réseau d’irrigation associé à la ville médiévale

Fig. 3. —Aġmāt (Haouz de Marrakech). Carte du réseau d’irrigation associé à la ville médiévale

(Élaboration : Ricardo González Villaescusa).

  • 18 Al-Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, p. 292 (trad.).
  • 19 Voir Cressier, 2004. Le réseau et les parcellaires sont conservés et visibles grâce à un surprenant (...)

23Tāmdult, au sud du Djebel Bani, aux confins du Sahara, permet de nuancer encore cette approche ; là aussi champs irrigués, cours d’eau et moulins sont déjà en place au moins depuis le xie siècle (première mention textuelle explicite18) et bien avant sans doute. Sans entrer ici dans la question — de difficile résolution — relative à l’identification du site lui-même (la ville du haut Moyen Âge ou une extension de celle-ci trois siècles plus tard), nous rappellerons seulement la découverte, par notre équipe, d’un vaste parcellaire fossilisé et d’un réseau d’irrigation (fig. 4 et 5)19. Ce dernier était constitué de quatre à six grands canaux prélevant l’eau sur l’oued Aqqa, dont il nous faut penser qu’il était alors pérenne sur ce tronçon en aval de l’oasis actuelle. La disposition parallèle de ces canaux sur toute leur longueur (supérieure à 15 km) et la situation de leurs prises que cela laisse supposer, très proches les unes des autres, nous oblige à chercher une autre explication que celle de l’exploitation optimum du cours d’eau (avec régénération du débit entre chaque dérivation) : une seule prise suivie d’un seul canal se ramifiant à proximité des parcellaires eût sans doute répondu suffisamment aux exigences agricoles proprement dites. Avoir creusé et construit ces grandes sāqiya-s de terre aussi ostensiblement autonomes, énorme travail, n’a pu qu’obéir alors à la volonté de manifester une appartenance par groupes de population différenciés, dans ce cas probablement tribaux (Tāmdult relevant, rappelons-le, de l’ensemble lama).

24Dans chacun des trois exemples résumés ici, il apparaît clairement que la construction des espaces irrigués est partie intégrante de la genèse urbaine ; dans un tel processus unifié, aux logiques topographiques et gravitaires de mise en place des réseaux d’irrigation, se superpose une autre logique tout aussi prégnante, celle du partage ; les unes et les autres contribuèrent à modeler le paysage. Enfin, le partage de l’eau ainsi établi est le reflet direct de l’organisation segmentaire des populations concernées.

  • 20 Sur cette question, voir l’ouvrage classique de Guichard, 1976.

25Ces conclusions sommaires sont-elles transposables au nord du détroit de Gibraltar, dans cet al-Andalus dans la société duquel l’existence même d’une composante tribale (arabe ou berbère) fait problème20 ? Nous nous limiterons à exposer ici quelques cas illustratifs, étudiés de première main.

Fig. 4. —Tāmdult (Maroc pré-saharien). Parcellaires et réseau d’irrigation associés à la ville médiévale

Fig. 4. —Tāmdult (Maroc pré-saharien). Parcellaires et réseau d’irrigation associés à la ville médiévale

(Élaboration : Ricardo González Villaescusa).

Fig. 5. —Tāmdult (Maroc pré-saharien). Partiteur médiéval pour la distribution de l’eau à l’échelle d’un groupe de parcelles

Fig. 5. —Tāmdult (Maroc pré-saharien). Partiteur médiéval pour la distribution de l’eau à l’échelle d’un groupe de parcelles

(Photographie : Ricardo González Villaescusa).

Territoires et réseaux d’al-Andalus

26Les cas de fondations urbaines ex nihilo sont moins fréquents dans la péninsule Ibérique qu’au Maghreb occidental et, de toute façon, pour aucun d’eux n’a encore été posé de façon explicite le problème de la relation originelle entre ville et systèmes hydrauliques périphériques (pas même pour Murcie, dont la genèse de la Huerta est loin d’être établie avec certitude). Il nous faudra alors nous tourner vers les espaces ruraux, qui ne se différencient d’ailleurs guère des précédents — pour les questions traitées ici — que par l’échelle des phénomènes observés.

  • 21 Voir Cressier, 1999.

27Nous ne reviendrons pas sur le rôle essentiel joué par l’hydraulique dans la conquête agricole de nouveaux territoires de la façade méditerranéenne d’al-Andalus, rôle que nous avons contribué à démontrer depuis longtemps21. L’organisation de l’espace y acquiert une physionomie assez stable à partir du xe siècle, basée, dans la majeure partie des cas, sur des territoires castraux incluant un ou plusieurs villages. C’est la relation entre ceux-ci et la géométrie des réseaux qui nous intéressera ici.

  • 22 Selon une hiérarchie des établissements sans doute clairement définie dans la phase initiale, mais (...)
  • 23 Pour ne pas parler de la défense.

28En régions de montagne méditerranéenne, les contraintes imposées par la topographie et la fragmentation des aquifères limitent sensiblement l’extension des superficies irrigables qui constituent cependant le centre économique moteur du territoire. Dominées par le château, elles sont étroitement associées aux noyaux d’habitat (villages ou quartiers22). Chaque agglomération est en effet le plus souvent bâtie au contact du canal qui en irrigue le terroir (fig. 6), que cette sāqiya/acequia soit issue d’une prise (individuelle ou partagée) sur le cours d’eau, ou à la source même de celui-ci, ou encore qu’il s’agisse d’une dérivation majeure du canal primaire. Pour de simples raisons de rigidité (liées à l’optimisation de la pente de l’écoulement de l’eau) une telle disposition implique, cela va sans dire, une planification initiale conjointe des systèmes hydrauliques et de l’habitat : partage de l’eau, partage des terres et distribution du peuplement23 sont bien les éléments constitutifs d’un même programme d’organisation et de gestion de l’espace.

Fig. 6. —Disposition classique du village par rapport à son terroir irrigué (Senés, Almería)

Fig. 6. —Disposition classique du village par rapport à son terroir irrigué (Senés, Almería)

(Photographie : Patrice Cressier).

29Mais quelles étaient l’origine et la nature des groupes ainsi impliqués dans un projet collectif ? La toponymie peut nous être parfois d’un certain secours, en particulier grâce au maintien, longtemps après la « Reconquête », de toponymes gentilices ou claniques (arabes ou berbères), même si ce maintien est loin d’avoir été systématique. Ainsi, à Dalías (Almería) les trois grandes acequias sont issues d’une résurgence du piémont de la Sierra de Gador (fig. 7, p.52) ; deux d’entre elles portent un nom d’origine arabe, mais seul celui d’une des qariya-s peut rendre compte d’un groupe identifiable (Ambroz/˓Amrus). À Senés, vallée des montagnes d’Almería déjà évoquée, nous ignorons (faute d’information écrite) les toponymes médiévaux secondaires, mais la disposition relative des canaux d’irrigation et des habitats ne peut manquer d’être mise en parallèle avec celle observée dans les vallées du Rif ou de l’Atlas (fig. 8, p.52)… Ailleurs (ainsi les Alpujarras — sur le flanc sud de la Sierra Nevada —, les montagnes de Malaga et, bien sûr, le Levant valencien), la présence en plus grande proportion de toponymes gentilices oblige à se poser sérieusement la question de la structure du peuplement primitivement établi.

Fig. 7. —Le municipe de Dalías (Almería) au xviiie siècle

Fig. 7. —Le municipe de Dalías (Almería) au xviiie siècle

(d’après le Catastro del Marqués de la Ensenada, Archivo de la Real Chancillería, Grenade).

Fig. 8. —Le terroir irrigué de Senés (Almería). Situation respective des canaux d’irrigation et des villages médiévaux

Fig. 8. —Le terroir irrigué de Senés (Almería). Situation respective des canaux d’irrigation et des villages médiévaux

(Élaboration : María Antonia Carbonero Gamundi).

  • 24 Dans le royaume de Grenade, les ṭā˓a-s (terme hispanisé en tahas) sont des divisions territoriales (...)

30Une dernière observation pour souligner que, si les différents villages partagent l’eau, ils en partagent aussi la gestion des infrastructures qui permettent son utilisation. Cette gestion « collective » transparaît d’ailleurs à un autre niveau : à l’intérieur d’un territoire castral donné, pouvant regrouper — nous l’avons dit — plusieurs villages, aucun de ceux partageant un même réseau hydraulique ne dispose d’un territoire propre. C’est ainsi que les occupants castillans de l’Alpujarra almeriense se voient obligés de préciser que, dans l’ancienne taha24 d’Andarax :

  • 25 Ponce Molina, 1984, p. 20.

Entre les lieux [villages] de la plaine il n’y a pas de limite au regard des terroirs, de l’irrigation, du prélèvement de la dîme, des délits, alors qu’il y en a entre ces lieux et ceux de la montagne de même qu’entre les différents lieux de celle-ci25.

31La différence entre villages de plaine (la dépression séparant la Sierra Nevada de la Sierra de Gador) et villages de montagne est que ces derniers jouissent de parcellaires irrigués non jointifs et approvisionnés en eau de façon autonome. En dernier ressort, ce qui donne sa cohésion au territoire commun, c’est bien le réseau hydraulique partagé.

Machines hydrauliques et réseaux

Le partage irrigant/artisan : l’exemple du moulin hydraulique à roue horizontale

32Si, au Moyen Âge, dans les sociétés féodales chrétiennes de la péninsule Ibérique, le moulin, et en particulier le moulin hydraulique, est généralement aux mains du puissant dont il contribue à asseoir un peu plus le pouvoir, tant au travers du contrôle qu’il exerce ainsi sur l’élaboration de l’aliment de base des populations paysannes, que par les droits qu’il prélève, il n’en est pas de même dans les territoires de l’Occident méditerranéen ralliés à l’Islam. Là, le moulin à eau, du moins celui à roue horizontale, est servi et manœuvré par un des membres de la communauté qui l’y a placé pour répondre à ses exactes nécessités. Le but recherché n’est pas l’enrichissement accru de quelques privilégiés mais, au contraire, l’intégration équilibrée dans la vie économique du groupe. A priori, il n’y a donc pas d’affrontement entre deux logiques concurrentes, mais il n’en reste pas moins qu’un difficile équilibre doit être maintenu : un moulin de ce type nécessite, en effet, une chute d’eau ; or, si celui-ci est situé sur le canal principal, toute chute impose une perte de superficie irriguée, la bande de terrain ainsi « perdue » durant le fonctionnement étant définie par les courbes de niveau passant respectivement par le point haut et le point bas du saut infligé au courant. Si la conception et la mise en place du réseau concerné s’effectuent de façon globale et planifiée, la formule la plus commode pour s’affranchir de ce risque d’affrontement est de rejeter le moulin aux extrémités du système : en amont, sur la tête morte du canal ou, au contraire, tout à fait à l’aval, là où le tracé de celui-ci rejoint le cours principal ou vient s’articuler avec le réseau situé immédiatement à sa suite (cette dernière solution supposant cependant un excédent de débit en fin de circuit suffisant pour actionner la roue motrice).

  • 26 Kirchner et al., 1986.

33L’observation des plus simples des réseaux d’origine médiévale confirme en effet le recours à ce type d’organisation. Parmi des centaines d’exemples, les moulins de Senés (Sierra de los Filabres, Almería) sont tous situés en amont de la prise principale, où ils se sont d’ailleurs multipliés à l’époque moderne, alors que dans l’île de Majorque les cas ne sont pas rares dans lesquels les moulins se situent en fin de réseau, pratiquement à flanc de falaise, là où il n’y a plus de terre irrigable disponible26.

34Plus conflictuelle semble avoir été la nécessité de partager l’eau entre les irrigants et les artisans pollueurs qui se consacraient au tannage des peaux ou au rouissage des plantes textiles. Dans ce cas, l’eau stockée dans des bassins réservoirs devenait impropre à tout autre usage. Ce type de situation, connue des sources écrites, est cependant rarement accessible à l’observation archéologique (en particulier du fait du caractère pluri-fonctionnel des bassins en question).

Les puits de noria : initiative individuelle et action collective

  • 27 La principale contrainte reste le poids total de la chaîne et des godets qui recueillent l’eau au f (...)

35La noria à roue horizontale et à traction animale (sāniya) se prête particulièrement à une gestion individuelle de l’aquifère (normalement peu profond) qu’elle permet d’atteindre. Le volume d’eau qu’il est possible d’extraire par son intermédiaire dépend directement des dimensions, par force limitées, du mécanisme27 ; il est à l’échelle de quelques parcelles (champ, jardin ou verger) dont la faible superficie rend peu probable que leur mise en valeur ait été collective. De fait, la noria en elle-même peut bel et bien être considérée comme un moyen d’appropriation individuelle de l’aquifère : tout agriculteur propriétaire disposant des capacités techniques et économiques nécessaires à sa construction, ainsi que d’un animal assurant sa mise en mouvement, est a priori — dans les limites légales définies plus haut — libre de creuser un puits pourvu de ce dispositif et de disposer comme il l’entend du débit ainsi généré.

  • 28 Voir Bazzana, Climent et Montmessin, 1987 ainsi que Bazzana et Montmessin, 2006.
  • 29 Bazzana et al., 1983-1984 ainsi que Carbonero Gamundi et Cressier (sous presse).
  • 30 Par exemple, dans une fatwā de ˓Abd al-Ḥamīd b.al-Ṣā’iġ (xie siècle), relative à la région de Kairo (...)

36En al-Andalus comme au Maghreb occidental, les cas de véritables « champs » de norias sont fréquents, la juxtaposition des quelques parcelles irriguées par chacune d’elles finissant par former au total de vastes zones d’agriculture intensive, souvent périurbaines. Parmi les rares ensembles de ce type ayant fait l’objet de l’attention des archéologues figurent celui d’Oliva, dans la Huerta de Valence28, ou celui de Tarġa, sur la côte septentrionale du Maroc (province de Chefchaouen)29. La première lecture d’un tel paysage fait bien penser à une organisation en micro-propriétés autonomes. En toute rigueur, on n’aurait pu exclure, non plus, d’avoir affaire à la monopolisation par un ou plusieurs individus des points d’extraction de l’eau et des terres ainsi vivifiées, mais les textes ne nous laissent pas entrevoir de telles situations et ce sont, bien au contraire, des cas de propriété partagée de puits de noria qui sont documentés30.

37À Tarġa, de fait, les norias sont dispersées en auréoles autour du noyau urbain qui vient barrer toute l’embouchure de l’oued côtier non pérenne ; sachant ce que l’on sait de l’organisation sociale de ces petites villes islamiques au Moyen Âge, un accaparement au sens propre du terme est alors pour le moins douteux ; il est plus raisonnable de voir dans cette configuration des propriétés minifondiaires aux mains de quelques habitants privilégiés de la bourgade.

  • 31 Carbonero Gamundí, Cressier et Erbati, 2002.

38Mais il est des situations où la présence de norias peut être effectivement perçue en termes de partage. Il en est ainsi dans la vallée de Taġssa, à quelques dizaines de kilomètres à l’est de la précédente31. L’essentiel de l’irrigation s’y faisait par deux canaux de dérivation, un sur chacune des deux rives de l’oued du même nom (fig. 9, p.56). À l’extrémité de l’une de ces deux branches, celle de la rive ouest, apparaissent les norias ; mais, curieusement, plutôt que de déverser l’eau directement dans les parcelles, elles semblent le faire dans la sāqiya — qui acquiert en ce tronçon un caractère monumental — et participer, par là même, de la gestion collective de la ressource. Une question reste en suspens, cependant, à laquelle pour l’heure l’archéologue n’est pas en mesure de répondre : cette mise en commun avait-elle pour but l’irrigation des champs proches du littoral, alors que le débit du canal n’était plus garanti à tout moment, ou s’agissait-il — dans ce petit port actif — d’amener auprès du rivage une eau destinée aux bateaux venant y mouiller ?

Fig. 9. —Le réseau hydraulique de Taġssa (Maroc septentrional) : couplage d’une batterie de norias à l’extrémité du canal de la rive gauche de l’oued

Fig. 9. —Le réseau hydraulique de Taġssa (Maroc septentrional) : couplage d’une batterie de norias à l’extrémité du canal de la rive gauche de l’oued

(Élaboration : María Antonia Carbonero Gamundi et Patrice Cressier).

  • 32 Bertrand et Cressier, 1985, fig. 5, p. 126.

39C’est une solution en quelque sorte inverse qui — en époque post-médiévale — a pu être documentée, entre autres lieux, dans la vallée de l’Andarax en Andalousie orientale. Alors que l’acequia collective circule en cette zone en souterrain (pour limiter au maximum la perte de pente et pour résister à l’érosion dévastatrice), son passage sous les terrasses de culture d’un ravin latéral est mis à profit pour établir une noria ; celle-ci vient y puiser l’eau nécessaire à l’irrigation de parcelles situées topographiquement plus haut que le canal et qui, sans ce stratagème, n’auraient pu tirer bénéfice de celui-ci32 (fig. 10). Bien entendu, on ne peut pas lire un tel cas de figure comme l’appropriation par un individu (le constructeur de la noria et propriétaire des parcelles supérieures) d’un bien collectif (l’eau de l’acequia communautaire approvisionnée de façon continue par une prise sur la rivière, couplée à une galerie de drainage de la nappe qui la relaye durant l’étiage, l’un et l’autre captage ayant été construits et étant gérés par la même communauté). Il ne s’agit, en fait, que de l’extension du terroir irrigué — facilitée par la machine hydraulique —, qui entraîne à son tour l’extension du droit d’accès à l’eau, puisque dans cette région la propriété de l’une ne va pas sans celle de l’autre. En tout état de cause, la transformation du réseau ainsi imposée dut bien avoir pour conséquence la redéfinition du partage du débit de l’acequia en question.

40Au moment de conclure, force est de confirmer ce que nous avions avancé à titre d’hypothèse au début de ces pages : l’image imprimée dans le paysage par les réseaux hydrauliques médiévaux est bien, aussi, celle du partage de l’eau. Non pas (ou presque jamais) les pratiques de la distribution quotidienne entre irrigants, mais la répartition globale entre les groupes de population en présence, acteurs des successifs processus de colonisation agricole des espaces considérés. Dans la plupart des cas observés, cette répartition globale fit sans doute l’objet de pactes initiaux entre ces groupes ou, éventuellement, entre ceux-ci et le pouvoir politique ; elle put aussi, parfois, leur avoir été imposée, l’une des questions restant, pour al-Andalus surtout, l’importance du rôle de l’État dans ces processus. Au Maroc, la géométrie des réseaux est étroitement liée à l’organisation tribale, relation démontrée pour les fondations urbaines médiévales (du moins celles ayant été étudiées dans cet esprit) et bien documentée par les anthropologues pour le monde rural sub-actuel. Devant les similitudes observées entre les deux rives de la Méditerranée occidentale, il est tentant de voir dans ce type d’organisation sociale l’une des explications possibles à la morphologie des territoires ruraux d’al-Andalus ; mais il s’agit là d’un autre débat…

Fig. 10. —Dérivation du cours du canal principal d’irrigation et extension du terroir irrigué par ajout d’une noria en époque moderne [Ragol, Almería]

Fig. 10. —Dérivation du cours du canal principal d’irrigation et extension du terroir irrigué par ajout d’une noria en époque moderne [Ragol, Almería]

(d’après Bertrand et Cressier, 1985, p. 126).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Al-Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale par Abou-Obeïd-el-Bekri, William Mac Guckin de Slane (éd. et trad.), Paris, 1965.

Bazzana, André, Climent, Salvador et Montmessin, Yves (1987), El yacimiento medieval de « Les Jovades » en Oliva (Valencia), Oliva.

Bazzana, André et Montmessin, Yves (2006), « ˓ūra et sāniya dans l’hydraulique agricole d’al-Andalus à la lumière des fouilles de “Les Jovades” (Oliva, Valence) », dans Patrice Cressier (éd.), La maîtrise de l’eau en al-Andalus. Paysages, pratiques et techniques, Madrid, pp. 209-287.

Bazzana, André, Cressier, Patrice, Erbati, Larbi, Montmessin, Yves et Touri, Abdelaziz (1983-1984), « Première prospection d’archéologie médiévale et islamique dans le Nord du Maroc (Chefchaouen – Oued Laou – Bou Ahmed) », Bulletin d’archéologie marocaine, 15, pp. 367-450.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bertrand, Maryelle et Cressier, Patrice (1985), « Irrigation et aménagement du terroir dans la vallée de l’Andarax (Almería) : les réseaux anciens de Ragol », Mélanges de la Casa de Velázquez, 21, pp. 115-135.
DOI : 10.3406/casa.1985.2439

Bouderbala, Négib, Chiche, Jeanne, Herzini, Abdellah et Pascon, Paul (1984), La question de l’eau. I. La petite et moyenne hydraulique au Maroc, Rabat.

Carbonero Gamundí, María Antonia, Cressier, Patrice et Erbati, Larbi (2002), « Un exemple de transformation radicale et planifiée du paysage agraire au Moyen Âge : Taǥẖssa », Bulletin d’archéologie marocaine, 19, pp. 219-256.

Carbonero Gamundí, María Antonia et Cressier, Patrice (sous presse), « Hydraulique urbaine et hydraulique rurale sur la côte méditerranéenne du Maroc : le cas de Targa », dans Trente années d’archéologie marocaine. Hommage au professeur Joudia Hassar Benslimane. Actes ducolloque international (9-10 décembre 2005), Rabat.

Cressier, Patrice (1995), « Hidráulica tradicional de origen medieval en Andalucía y Marruecos. Elementos de análisis práctico », dans José Antonio González Alcantud et Antonio Malpica Cuello (éd.), El agua. Mitos, ritos y realidades, Barcelona – Granada, pp. 255-286.

Cressier, Patrice (1999), « Château et terroirs irrigués dans la province d’Almería (xe-xve siècles) », dans André Bazzana (éd.), Castrum V. Archéologie des espaces agraires méditerranéens au Moyen Âge, Madrid – Rome – Murcie, pp. 439-453.

Cressier, Patrice (2004), « Du sud au nord du Sahara : la question de Tāmdult », dans André Bazzana et Hamady Bocoum (éd.), Du nord au sud du Sahara. Cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb. Bilan et perspectives, Paris, pp. 275-284.

Cressier, Patrice et Osuna Vargas, María del Mar (2005), « Loin des lieux communs : la construction des espaces irrigués de la Vega de Grenade (Espagne) », Památky Archeologické, Supplementum 17, « Ruralia V. Water Management in Medieval Rural Economy / Les usages de l’eau en milieu rural au Moyen Âge », André Bazzana et Jean-Michel Poisson (éd.), pp. 49-54.

Cressier, Patrice, Erbati, Larbi, AciénAlmansa, Manuel, El Boudjay, Abdellatif, González Villaescusa, Ricardo et Siraj, Ahmed (2001), « La naissance de la ville islamique au Maroc (Nakūr, Aġmāt, Tāmdult). Résultats préliminaires de l’approche archéologique du site de Nakūr (capitale d’un émirat du haut Moyen Âge) », dans Actes des Premières journées nationales d’archéologie et du patrimoine (3 vol.), Rabat, vol. 3 : Archéologie islamique, pp. 108-119.

González Villaescusa, Ricardo (2002), Las formas de los paisajes mediterráneos (Ensayos sobre las formas, funciones y epistemología parcelarias: estudios comparativos en medios mediterráneos entre la antigüedad y época moderna), Jaén.

Guichard, Pierre (1976), Al-Andalus. Estructura antropológica de una sociedad islámica en Occidente, Barcelona.

Hart, David (1976), The Aith Waryaghar of the Moroccan Rif. An Ethnography and History, Tucson.

Ibn al-˓Aṭṭār, Muammad b. Amad, Kitāb al-waā’iq wa-l-siǧillāt, Pedro Chalmeta et Federico Corriente (éd.), Madrid, 1983 ; trad. Pedro Chalmeta et Marina Marugán (2000), Formulario notarial y judicial andalusí del alfaquí y notario cordobés (m. 399⁄1009) Ibn al-˓Aṭṭār, Madrid.

Al-Idrīsī,Muammad b. Muammad al-Šarīf, Kitāb nuzhat al-muštāq, Maamad Hadj-Sadok(éd. et trad.), Le Maġrib au6e siècle de l’hégire (12e siècle après J.-C.), Alger – Paris, 1983.

Kirchner, Helena, Lluró, Josep Maria, Martí, Ramón, Riera, Magdalena et Torres, José María (1986), « Molins d’origen musulmà a Banyalbufar », Estudis Baleàrics, 21, pp. 77-86.

Lagardère, Vincent (1995), Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge. Analyse du Mi˓yÄrd’āl-Wanšarīsī, Madrid.

Pascon, Paul (1983), Le Haouz de Marrakech (2 t.), Rabat.

Ponce Molina, Pedro (1984), El espacio agrario de Fondón en el siglo xvi, Fondón [Almería].

Vidal Castro, Francisco (1995 a), « El agua en el derecho islámico. Introducción a sus orígenes, propiedad y uso », dans Tomas Quesada (éd.), El agua en la agricultura de al-Andalus, Barcelona, pp. 99-117.

Vidal Castro, Francisco (1995 b), « La musāqāt: un contrato de riego en la agricultura de al-Andalus y el Magreb. Teoría y prácticas jurídicas », dans Lorenzo Cara Barrionuevo et Antonio Malpica Cuello (éd.), Agricultura y regadío en al-Andalus. Síntesis y problemas. Actas del II Coloquio Historia y Medio físico, Almería, pp. 429-451.

Haut de page

Notes

1 Encore que, dans le domaine concret de l’usage de l’eau — et donc de son partage —, l’intérêt porté par les juristes médiévaux fait que nous disposons aujourd’hui des sources spécifiques que sont les recueils de jurisprudence (par exemple, pour al-Wanšārisī, voir Lagardère, 1995) ou d’actes notariaux (ainsi Ibnal-‘Aṭṭār, Kitāb al-waṯā’iq wa-l-siǧillāt), mais les situations évoquées sont toujours des cas théoriques et la pratique quotidienne est peut-être une autre affaire. Pour le Maghreb en particulier, le très vaste champ des documents de Üabus (biens de mainmorte) demanderait à être exploité systématiquement. Cependant, l’état de conservation de ce type d’archives fait qu’elles permettent rarement d’aller au-delà de l’époque moderne. D’une façon générale, voir Vidal, 1995 a et 1995 b.

2 On sera attentif à traiter parcellaires et réseaux dans une perspective commune, au contraire des démarches mono-thématiques encore trop souvent adoptées en archéologie du paysage.

3 Sur les « règles élémentaires » de la composition des réseaux hydrauliques en al-Andalus et au Maghreb médiéval, voir Cressier, 1995.

4 Telle qu’elle apparaît clairement définie pour le Maroc dans un ouvrage ainsi intitulé (Bouderbala et al., 1984), ouvrage clef pour le panorama qu’il nous dresse d’une tradition longtemps efficace avant les convulsions de la modernité.

5 Ou de tout aquifère accessible par creusement de puits ou de galeries.

6 Personne, lieu ou chose sacré, protégé.

7 Vidal Castro, 1995 a, p. 99.

8 Ibid., p. 106.

9 Voir Cressier et Osuna Vargas, 2005.

10 À l’époque romaine, l’exploitation des ressources naturelles dans l’espace occupé plus tard par la Vega ne semble pas avoir eu recours à l’irrigation, ou alors dans de très faibles proportions. Sous réserve d’inventaire, celle-ci ne semble pas non plus avoir joué un rôle dans la naissance et le développement d’Elvira/Madīnat Ilbīra. « Vega » désigne ici la plaine irriguée s’étendant en aval de Grenade. C’est devenu ailleurs un terme générique pour désigner le parcellaire irrigué associé à une ville ou un village.

11 Les constructions aujourd’hui en place, longtemps considérées comme romaines, datent vraisemblablement de la fin du xviie ou du début du xviiie siècle. À l’époque islamique, les digues étaient construites en terre sur armature de bois.

12 Recherches menées dans le cadre du programme « La genèse de la ville islamique au Maroc : Nakūr, Aġmāt, Tāmdult », dirigé par P. Cressier et L. Erbati et soutenu par la Casa de Velázquez, l’UMR 5648 (CNRS, Lyon), le ministère des Affaires étrangères et l’Institut national de l’archéologie et du patrimoine (Rabat). Un ouvrage de synthèse est en préparation. Voir Cressier et al., 2001 ainsi que Cressier, 2004.

13 Observations de terrain et cartographie des réseaux sont dues à R. González Villaescusa, membre de l’équipe ; voir un premier aperçu dans González Villaescusa, 2002, pp. 345-352 (Nakūr) et pp. 353-371 (Aġmāt).

14 Al-Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, p. 182 (trad.).

15 Hart, 1976, p. 470.

16 Pascon, 1983, t. i, pp. 168-171. « Mazan » désigne généralement tout à la fois les grands commis de l’État et l’appareil administratif.

17 Al-idrīsī, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 73 (trad.).

18 Al-Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, p. 292 (trad.).

19 Voir Cressier, 2004. Le réseau et les parcellaires sont conservés et visibles grâce à un surprenant équilibre atteint entre sédimentation et érosion éolienne.

20 Sur cette question, voir l’ouvrage classique de Guichard, 1976.

21 Voir Cressier, 1999.

22 Selon une hiérarchie des établissements sans doute clairement définie dans la phase initiale, mais qu’il est parfois difficile de reconstituer aujourd’hui, après les rééquilibrages et les abandons conséquences de la « Reconquête ».

23 Pour ne pas parler de la défense.

24 Dans le royaume de Grenade, les ṭā˓a-s (terme hispanisé en tahas) sont des divisions territoriales sans doute établies par le sultanat nasride et regroupant généralement plusieurs des territoires castraux des époques antérieures.

25 Ponce Molina, 1984, p. 20.

26 Kirchner et al., 1986.

27 La principale contrainte reste le poids total de la chaîne et des godets qui recueillent l’eau au fond du puits, ensemble qui doit être mis en mouvement par l’animal. Ceci affecte donc tant la longueur de la chaîne (et donc la profondeur atteinte) que le nombre de godets (et donc le volume extrait).

28 Voir Bazzana, Climent et Montmessin, 1987 ainsi que Bazzana et Montmessin, 2006.

29 Bazzana et al., 1983-1984 ainsi que Carbonero Gamundi et Cressier (sous presse).

30 Par exemple, dans une fatwā de ˓Abd al-Ḥamīd b.al-Ṣā’iġ (xie siècle), relative à la région de Kairouan (Lagardère, 1995, p. 313, nº 87).

31 Carbonero Gamundí, Cressier et Erbati, 2002.

32 Bertrand et Cressier, 1985, fig. 5, p. 126.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. —Répartiteur («Peigne ») dans l’oasis de Timimoun, Algérie
Crédits (Photographie : Patrice Cressier).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1957/img-1.png
Fichier image/png, 152k
Crédits (Photographie : André Humbert – Casa de Velázquez).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1957/img-2.png
Fichier image/png, 256k
Titre Fig. 3. —Aġmāt (Haouz de Marrakech). Carte du réseau d’irrigation associé à la ville médiévale
Crédits (Élaboration : Ricardo González Villaescusa).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1957/img-3.png
Fichier image/png, 39k
Titre Fig. 4. —Tāmdult (Maroc pré-saharien). Parcellaires et réseau d’irrigation associés à la ville médiévale
Crédits (Élaboration : Ricardo González Villaescusa).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1957/img-4.png
Fichier image/png, 24k
Titre Fig. 5. —Tāmdult (Maroc pré-saharien). Partiteur médiéval pour la distribution de l’eau à l’échelle d’un groupe de parcelles
Crédits (Photographie : Ricardo González Villaescusa).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1957/img-5.png
Fichier image/png, 141k
Titre Fig. 6. —Disposition classique du village par rapport à son terroir irrigué (Senés, Almería)
Crédits (Photographie : Patrice Cressier).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1957/img-6.png
Fichier image/png, 122k
Titre Fig. 7. —Le municipe de Dalías (Almería) au xviiie siècle
Crédits (d’après le Catastro del Marqués de la Ensenada, Archivo de la Real Chancillería, Grenade).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1957/img-7.png
Fichier image/png, 59k
Titre Fig. 8. —Le terroir irrigué de Senés (Almería). Situation respective des canaux d’irrigation et des villages médiévaux
Crédits (Élaboration : María Antonia Carbonero Gamundi).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1957/img-8.png
Fichier image/png, 43k
Titre Fig. 9. —Le réseau hydraulique de Taġssa (Maroc septentrional) : couplage d’une batterie de norias à l’extrémité du canal de la rive gauche de l’oued
Crédits (Élaboration : María Antonia Carbonero Gamundi et Patrice Cressier).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1957/img-9.png
Fichier image/png, 58k
Titre Fig. 10. —Dérivation du cours du canal principal d’irrigation et extension du terroir irrigué par ajout d’une noria en époque moderne [Ragol, Almería]
Crédits (d’après Bertrand et Cressier, 1985, p. 126).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/1957/img-10.png
Fichier image/png, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Cressier, « Géométrie des réseaux et marqueurs des territoires », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 39-59.

Référence électronique

Patrice Cressier, « Géométrie des réseaux et marqueurs des territoires », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/1957

Haut de page

Auteur

Patrice Cressier

CNRS, UMMR 5648

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org