Navigation – Plan du site
Comptes rendus

José Luis de la Granja Saínz et Santiago de Pablo (coord.), Historia del País Vasco y Navarra en el siglo xx

Javier Corcuera Atienza
p. 301-304
Référence(s) :

José Luis de la Granja Saínz et Santiagode Pablo (coord.), Historia del País Vasco y Navarra en el siglo xx, Madrid, Biblioteca Nueva, 2002, 447 pp.

Texte intégral

1L’histoire du Pays Basque a connu un extraordinaire développement lors des deux dernières décennies dû, à l’évidence, au travail des départements d’histoire et tout particulièrement de ceux de l’Université du Pays Basque. L’importance des recherches sectorielles a permis une connaissance plus que satisfaisante de l’histoire basque, ce qui rend possible désormais la parution de synthèses comme celle publiée sous la direction de José Luis de la Granja et de Santiago de Pablo, professeurs à l’Université du Pays Basque, dont il n’est pas nécessaire de rappeler ici les nombreuses publications.

2Conçu comme un manuel universitaire, ce livre répond amplement au besoin qui existait de disposer d’un bon texte en la matière. Il présente également d’autres vertus : sa lecture sera un plaisir pour le passionné d’histoire, il sera utile à l’historien et il devrait devenir un ouvrage de référence pour les lycéens.

3Le livre est composé de deux parties nettement distinctes : la première analyse les quatre grandes périodes en lesquelles le siècle est divisé : la Restauration (Ludger Mees), la IIe République et la Guerre civile (J. L. de la Granja), le franquisme (S. de Pablo) et l’ère démocratique qui commence avec la Transition (Francisco J. Llera). Dans la seconde partie sont étudiées certaines « questions-clés » exposées en trois moments : le premier est consacré à la démographie (A. García-Sanz Marcotegui et F. Mikelarena Peña) et à l’économie (Jesús María Valdaliso pour le premier tiers du siècle et Jordi Catalán pour la période qui va de 1936 à 1999) ; le deuxième, aux mouvements politiques et sociaux (Ricardo Miralles étudie le socialisme, J. L. de la Granja le nationalisme et Eduardo González Calleja, le carlisme) ; quant au troisième, consacré à la religion, à la société, au genre et à la culture, il réunit les études de S. de Pablo (l’Église), L. Mees (société : pouvoir, économie et culture), Mercedes Ugalde (le siècle de la femme) et à nouveau S. de Pablo (les moyens de communication). Le livre s’ouvre sur une préface de Juan Pablo Fusi et se conclut par une chronologie fort utile (de 1890 à 2000) et une bibliographie d’ouvrages publiés ces vingt dernières années qui n’ont pas été mentionnés dans les différents chapitres du livre.

4Le choix d’une pareille structure comporte des avantages et des inconvénients et plaira à certains plus qu’à d’autres. Concrètement, cette disposition me semble intéressante car elle permet d’étudier, de façon assez autonome, des questions importantes qui auraient pu être négligées dans une présentation chronologique plus conventionnelle. Ainsi, après avoir abordé la présentation générale des problèmes dans les quatre chapitres relatifs aux périodes qui, selon les auteurs, divisent le siècle, le lecteur, étudiant universitaire ou non, aura la possibilité de se pencher sur des questions spécifiques qui ont eu une évolution particulière au cours du xxe siècle. Ces quatre travaux de synthèse ont été réalisés par des professeurs spécialistes de chaque période. Leurs contributions répondent à des choix partiellement différents mais qui tous présentent de façon éclairante les caractéristiques générales de ces époques et les principaux problèmes qui s’y posent, en conjuguant une évaluation d’ensemble avec l’apport d’informations plus concrètes. Bien que la connaissance historiographique de ces quatre périodes soit très diverse, chacun de ces travaux manifeste une très grande maturité de réflexion. L. Mees présente les changements complexes qui se produisent dans les quatre provinces sous la Restauration, en tenant compte de leur situation particulière, tant sur le plan économique que politique. Il met ainsi en évidence le pluralisme propre à chacun des territoires aussi bien que leurs différences les uns par rapport aux autres. Le système des partis sous la République et son évolution, liée aux principaux problèmes qui divisent la société basque et la société espagnole à cette époque, sont ensuite analysés par J. L. de la Granja, probablement le meilleur spécialiste de la période. Il accorde un intérêt particulier au processus statutaire et résume magistralement les problèmes qui se manifestent pendant la Guerre civile et avec la mise en place du premier gouvernement du Pays Basque. Étant donné que le nombre d’études sur le franquisme est moindre (ou, en tout cas, que notre connaissance en est moindre), le chapitre rédigé par S. de Pablo mérite une mention particulière. Il analyse, en une exposition de qualité, documentée et mesurée, l’évolution du système politique au cours de cette période, au regard des élites du gouvernement provincial et municipal aussi bien que des groupes d’opposition. Francisco Llera est le seul des auteurs à n’être pas historien. Ce sociologue, professeur en sciences politiques et actuel directeur de l’Euskobarómetro, est depuis le début de la Transition le meilleur spécialiste du système des partis politiques au Pays Basque et en Navarre. Son travail résume parfaitement l’évolution d’un système des partis qu’il qualifie de « pluralisme polarisé ». L’auteur analyse de même le système de gouvernement dominé au Pays Basque par un nationalisme hégémonique, et qui présente en Navarre des particularités issues d’une spécificité qui remonte au moins à 1841 et qui perdure à l’époque constitutionnelle.

5L’étude démographique apporte des données essentielles pour comprendre l’évolution de chacun des territoires. Après avoir expliqué brièvement les caractéristiques du changement économique en chacun d’eux, l’article de García-Sanz Mikelarena apporte des données particulièrement significatives sur l’évolution de la population, la natalité et la mortalité, qui sont du plus grand intérêt pour comprendre les différents courants migratoires et les transformations respectives des populations rurales et urbaines. Les travaux de Valdaliso sur l’industrialisation pendant le premier tiers du xxe siècle et de Jordi Catalán pour la période allant de 1936 à 1999 sont quant à eux des synthèses exemplaires de l’histoire économique du Pays Basque et de la Navarre.

6Les contributions de Miralles sur le socialisme, de la Granja sur le nationalisme et de González Calleja sur le carlisme retracent admirablement les grandes lignes de l’évolution de ces questions au cours du siècle. Les trois auteurs, à partir de leur problématique respective, exposent de façon très vivante les transformations de la vie politique au cours d’une période qui commence avec la naissance et la crise d’un État libéral formellement démocratique, et qui se poursuit par l’expérience d’une République qui échoue presque au même moment que celle de Weimar, modèle dont elle s’était inspirée. Les auteurs analysent ensuite la guerre et le fran- quisme pour retrouver finalement la démocratie dans une société qui ressemble très peu à celle de 1936. Au cours de ces cent ans, la représentation des partis comme sujets politiques a changé et cette évolution a affecté chacun d’eux de façon particulière. Il est vrai que, au cours de ce processus, c’est la structure même de la société qui s’est profondément modifiée, et cela, ajouté aux longues années sans démocratie, explique le changement radical du système des partis entre les années trente et aujourd’hui. Il y a des partis qui disparaissent et des secteurs sociaux dont les membres cherchent des voies de représentation différentes de celles adoptées par la génération précédente. Le républicanisme, dont l’importance en Biscaye et Guipúzcoa fut considérable avant la Guerre civile, se dissout ; les partis politiques de la droite non nationaliste ne se recomposent que très lentement après la chute du franquisme, en un processus qui rencontre au Pays Basque des difficultés qu’on ne trouve ni en Navarre ni dans le reste de l’Espagne. Cette rup-ture dans le système des partis n’a pas permis d’inclure à cet endroit du livre un chapitre sur les partis républicains (qui aurait dû se conclure dans les années quarante) ni sur le comportement politique de la droite non nationaliste, qui aurait dû prendre la forme d’une analyse diachronique. Au demeurant, la première partie de l’ouvrage apporte les informations suffisantes en la matière.

7Ces transformations majeures qui se sont produites au cours du siècle ne concernent, bien sûr, pas seulement le Pays Basque et la Navarre, mais elles présentent dans ces territoires des caractéristiques particulières et qui ne portent pas sur les seuls partis politiques. Parmi celles-ci, il faut souligner l’importance du rôle de l’Église dans les quatre provinces, aussi bien avant le franquisme que dans l’opposition à celui-ci à partir des années soixante et aujourd’hui encore, avec l’existence d’un secteur nationaliste significatif et influent à l’intérieur du clergé basque. L’article de S. de Pablo, comme celui de L. Mees sur la société basque, est à cet égard révélateur du processus de construction d’un pays d’une complexité extrême. Ce phénomène, qui apparaît à la fin du xixe siècle, est encore vrai aujourd’hui, tant sur le plan idéologico-politique que sur celui de l’affirmation collective, de la culture ou qu’à de nombreux autres points de vue. Sur un autre terrain encore, un changement en profondeur qu’a connu l’Espagne dans son ensemble se retrouve, sous des traits spécifiques, au Pays Basque : il s’agit de la transformation du rôle de la femme dans la société. Le travail de Mercedes Ugalde est à cet égard particulièrement intéressant. Le livre s’achève par une étude de Santiago de Pablo sur les moyens de communication, qui ne se limite pas à exposer leur évolution au cours du siècle mais qui analyse également le rôle particulier de la presse, de la radio et, finalement, de la télévision ou du cinéma, dans la vie politique et dans la société basques.

8Dans un domaine où l’histoire a été si longtemps utilisée comme un manuel de « formation de l’esprit national » et où l’idéologie a eu et continue d’avoir tant d’influence, il convient de réserver le meilleur accueil à ce livre plein de rigueur, intelligent dans sa conception et dont les contributions sont toutes d’une grande qualité. Les travaux de synthèse ne sont pas toujours aisés, moins encore quand ils ont été réalisés à plusieurs, mais dans ce cas la compétence des auteurs et, probablement aussi, le travail des coordonnateurs ont permis la parution d’un livre cohérent et de qualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Javier Corcuera Atienza, « José Luis de la Granja Saínz et Santiago de Pablo (coord.), Historia del País Vasco y Navarra en el siglo xx », Mélanges de la Casa de Velázquez, 33-2 | 2003, 301-304.

Référence électronique

Javier Corcuera Atienza, « José Luis de la Granja Saínz et Santiago de Pablo (coord.), Historia del País Vasco y Navarra en el siglo xx », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 33-2 | 2003, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/196

Haut de page

Auteur

Javier Corcuera Atienza

Universidad del País Vasco

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org