Navigation – Plan du site
Dossier. Lire les territoires des sociétés anciennes

Présentation

Philippe Boissinot et Pierre Rouillard
p. 9-11

Texte intégral

1Lire des territoires invite à s’interroger sur l’histoire des communautés humaines — anciennes, car tel est le choix de notre dossier —, ce qui touche à l’organisation du pouvoir. L’invitation concerne aussi les limites que ces communautés subissaient (par la nature ou par l’histoire), se donnaient ou percevaient, ou que les autres ont estimé ou estiment percevoir, qu’il s’agisse des contemporains des phénomènes observés (par exemple les auteurs anciens pour le monde antique, ou des Espagnols du Chili au moment de la conquête) ou des chercheurs d’aujourd’hui.

2Notre vœu est de proposer diverses expérimentations, des cas d’espèces pris dans des régions hétérogènes, à des époques différentes, abordés selon des perspectives variées.

3L’outil en lui-même est multiple, celui du numismate, du philologue, de l’épigraphiste, de l’archéologue ou du géographe : autant de cas, autant de méthodologies mises en œuvre, sans prétendre épuiser un sujet qui suscite depuis peu une multitude d’interrogations dans nos disciplines. Ainsi, le terme de « territoire » n’est-il devenu un terme d’usage courant dans les sciences sociales que depuis une vingtaine d’années ; celui « d’identité » a lui aussi connu un succès récent, avec une inflation rhétorique qui menace aujourd’hui sa pertinence.

4Parce que la documentation sur les sociétés anciennes est particulièrement lacunaire, l’interprétation doit tabler sur une panoplie d’instruments avec des bénéfices qui ne sont pas toujours cumulatifs. L’historiographie est pleine de ces « preuves » trouvées dans le sous-sol, censées illustrer quelque texte littéraire impérieux sur les intentions duquel on s’était mépris. Bien souvent, l’usage de plusieurs procédés ne conduit qu’à l’allongement du questionnaire et à la révélation d’une complexité insoupçonnée. Le comparatisme produit les mêmes effets et offre l’opportunité de décloisonner les imaginaires, celui des historiens qui écrivent à partir de notre présent il s’entend. On trouvera la trace de ces précautions méthodologiques dans plusieurs des contributions qui suivent. On ne s’en étonnera pas : une réflexion critique sur les outils et les disciplines est largement commencée.

5Ici, les approches ne sont pas liées entre elles par un quelconque fil unique car, dans ce dossier, on s’interroge sur les critères d’appartenance que les groupes et les individus ont définis ou sur les critères que des regards extérieurs ou, à tout le moins décalés, sont susceptibles de mettre en œuvre : envisager les territoires de l’Italie au temps d’Auguste, comme le fait Olivier de Cazanove, et ceux du Midi de la Gaule avant la conquête de Rome, comme l’envisage Philippe Boissinot, nous conduit à réfléchir à la fois sur les stratégies politiques qui, finalement, figent — pour longtemps — les frontières ethniques, et sur les trajectoires des groupes sociaux. Alors, la délimitation d’un territoire devient une entreprise périlleuse, ce que montre clairement Pierre-Yves Lambert dans son analyse à partir de la langue celtibère : dans ce dernier cas, la difficulté du dossier — constitué au départ de données peu explicites — est amplifiée par les formulations des auteurs anciens.

6La diversité des contributions illustre la rupture fondamentale introduite par la mise en place d’un État, voire d’un Empire. Avec lui, l’espace est désormais maillé, contrôlé par des structures administratives et agencé de manière cohérente ; plus question que des territoires flous demeurent (la stratégie de colonisation et de découpage territorial de l’Italie augustéenne en est un exemple éclairant). Contre lui, en son sein, ou au-delà de ses frontières, des communautés peuvent manifester un repli identitaire ou nouer des alliances que l’on aurait crues improbables : les Indiens pehuenches du Chili ont connu plusieurs de ces situations analysées par Vincent Clément. Sans qu’il faille chercher un lien univoque, il faut remarquer que tous les récits littéraires évoqués ici ont été produits dans le cadre d’un État ou d’un Empire. Ils introduisent de fait une posture que nombre d’historiens (mais aussi d’anthropologues) n’ont pas manqué de suivre, évoquant de manière trop rigide et souvent caricaturale les sociétés « fluides », sédentaires ou nomades, qui vivaient en dehors des mêmes dispositifs de puissance et n’ont laissé au mieux que quelques courtes inscriptions que l’on peine à déchiffrer (le bronze no 3 de Botorrita et les plombs de Pech Maho sont des exemples exceptionnels).

7Les modes de construction des territoires sont multiples et l’on peut retenir, sans vouloir être exhaustifs, ceux liés à l’exploitation des ressources, ceux des marchands, ceux liés à la guerre, ou ceux qui tiennent à la fiscalité, tous systèmes que l’étude des monnayages — comme ceux analysés par Francisco Burillo dans la région nord-orientale de la péninsule Ibérique — permet de définir. Ici aussi la dimension historique est immédiatement présente, rendant compte des différentes stratégies d’organisation des cités et, in fine, des différents comportements de Rome.

8De fait, la stabilité du territoire et/ou celle des habitants en son sein existent rarement et l’étude des territoires est une invitation à en décrire et à en lire les mutations et les processus d’élaboration. L’approche diachronique permet alors de dépasser les simples oppositions, livrant pour un « même » peuple tout un nuancier pour les formes de territorialisation lequel doit être, à son tour, décliné suivant le jeu social des acteurs. Nomades et sédentaires ne représentent pas deux états, comme le liquide et le solide le sont dans les sciences physiques. Les communautés connaissent des formes de mobilité autrement plus complexes, sans oublier les décompositions et les recompositions, les bricolages identitaires qui brouillent encore plus les restitutions. Tout projet d’ethnogenèse se trouve, dès lors, contrarié par une telle complexité ; n’est-il pas d’ailleurs en soi inspiré par des idéologies qui mériteraient d’être plus largement explicitées ?

9Enfin, nous avons demandé à Daniel Nordman, familier de la construction territoriale pour des périodes et un État-nation beaucoup plus riches en sources, de « réagir » à nos questionnements sur quelques maigres documents et, puisqu’on ne saurait faire l’économie d’une étude régressive pour la restitution des réalités territoriales antiques, d’évoquer les dispositifs progressivement mis en place, leurs jeux et leurs enjeux spatiaux, qui ne sont pas vraiment ceux de l’Empire romain (ou plus tard hispanique) sur lesquels ils s’appuient partiellement ; de nous livrer en fait (et sans tomber dans un primitivisme trop prononcé) un « antimodèle » pour le territoire des ethnies qui l’ont précédé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Boissinot et Pierre Rouillard, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 9-11.

Référence électronique

Philippe Boissinot et Pierre Rouillard, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 14 octobre 2010, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/1998

Haut de page

Auteurs

Philippe Boissinot

Articles du même auteur

Pierre Rouillard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org