Navigation – Plan du site
Dossier. Lire les territoires des sociétés anciennes

Sur la plage emmêlés : Celtes, Ligures, Grecs et Ibères dans la confrontation des textes et de l’archéologie

En la playa mezclados: celtas, ligures, griegos e iberos en la confrontación de los textos y de la arqueología
Mingled on the Shore: Celts, Ligurians, Greeks and Iberians in the Clash of Texts and Archaeology
Philippe Boissinot
p. 13-43

Résumés

Une conception trop primordialiste de l’identité ethnique constitue assurément un obstacle à l’appréhension des rapports entre les communautés mises en présence dans le Midi de la France à l’époque préromaine. Le multiculturalisme n’est pas qu’une réalité moderne ; il concerne aussi les sociétés qui ont évolué le long du littoral méditerranéen, mêlant des Grecs, des Celtes, des Ligures et des Ibères. Pour le concevoir, il faut renoncer à tracer des frontières rigides, introduire plus de souplesse dans la définition de l’ethnicité et dépasser la dichotomie académique entre Grecs et non-Grecs. Chaque fois que cela est possible, il est nécessaire d’introduire les trajectoires d’acteurs sociaux qui jouent avec les limites et les appartenances.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2008.

1Depuis longtemps déjà, il ne fait de doute pour personne que des Phéniciens et des Grecs sont venus s’installer sur les côtes de la Méditerranée occidentale ; que des places de commerce y ont été fondées, parmi lesquelles Marseille et, dans une moindre mesure, Emporion, toutes deux grecques, dont l’influence fut considérable dans l’évolution des sociétés vivant à proximité.

2Assurément, des Ligures habitaient dans le voisinage de la première, surtout dans la partie orientale de la Provence, et des Ibères fréquentaient les rivages catalans. Des Celtes, préférentiellement cantonnés au nord, ont eux aussi joué un rôle dans ce qui fut une rencontre culturelle complexe, s’échelonnant dans le temps, à propos de laquelle certaines péripéties sont évoquées dans les textes antiques.

  • 1 Puis sa formulation dans le célèbre Mémorandum pour l’étude de l’acculturation publié en 1936 sous (...)
  • 2 Balandier, 1955, pp. 3-38.

3Personne ne nie que lesdites sociétés mises en présence étaient structurées différemment, chacune mettant en œuvre un corpus de techniques propre. Depuis son invention à la fin du xixe siècle dans le contexte empirique de l’anthropologie nord-américaine1, il est possible de recourir à la notion d’acculturation pour décrire les contacts culturels entre sociétés appartenant à des « stades de développement » différents (les guillemets sont là pour accentuer la distance que l’on voudrait prendre avec ce qui relève d’une naïve et arrogante idéologie du progrès). Ces processus d’interpénétration complexes ont donné lieu à des typologies parmi lesquelles on retiendra celle de G. Balandier2, qui nous paraît particulièrement éclairante pour cette région et deux des situations coloniales qu’elle a connues. À propos des contacts entre commerçants méditerranéens (Grecs, Phéniciens) et « indigènes », il convient d’évoquer une acculturation spontanée (situation 1) puisque les changements culturels observés sont dus au simple jeu de contact, en des points précis du territoire, au moins dans la phase initiale. La colonisation romaine, par contre, relève d’une acculturation organisée mais forcée (situation 2) puisqu’elle s’effectue sur toute l’étendue du territoire désormais maillé par une administration et des structures (réseau routier, cadastrations…), qui visent à court terme la modification de la culture du groupe dominé (« indigènes ») soumis aux intérêts du groupe dominant (les Romains).

  • 3 En dernier lieu, voir les critiques de Dietler, 2002 et Morel, 1995 b.
  • 4 Boissinot, 2003.

4Il est aujourd’hui préférable d’éviter le concept d’hellénisation pour décrire les transferts culturels entre Grecs et non-Grecs envisagés comme une relation de domination à sens unique entre « civilisés » (actifs) et « barbares » (passifs)3, comme nous y invitaient la quasi-totalité des auteurs de l’Antiquité, victimes de leur ethnocentrisme. Parmi eux, ceux qui avaient personnellement assisté à ces échanges interethniques, tel Posidonios au début du ier siècle av. J.-C., allaient cependant jusqu’à éprouver une certaine indulgence à l’égard de ces écoliers turbulents, ou sauvageons, à l’école de la Grèce (Marseille), car il faut bien que jeunesse se passe. On comprend sans peine que cette métaphore pédagogique ait remporté un grand succès chez les lettrés qui ont écrit l’histoire de la Provence4, plus proches des maîtres de la cité à la tête bien faite que des indigènes décapiteurs des environs.

  • 5 Halpern, 2004. Un large panorama de l’usage de ce concept peut se lire dans la synthèse de Kaufmann(...)

5C’est une évidence, on écrit l’histoire selon son époque : à l’heure de la décolonisation, des mouvements régionalistes et des revendications tout aussi légitimes des minorités, il n’a plus été crédible de concevoir les relations interethniques selon un schéma simpliste de type maître-élève ou donneur-receveur. Peu à peu s’est répandue l’idée que l’« indigène » (non Grec) était capable de produire bien mieux que de l’imitation, qu’à lui aussi on pouvait accorder le statut de créateur de « civilisation », l’exemple de la sculpture ibérique (dame d’Elche, monument de Pozo Moro) ou de la ville salyenne de Glanon, que nous verrons plus loin, apparaissant comme un révélateur de l’excellence de ses capacités. Ce relativisme culturel a rendu possible l’introduction du concept d’identité, si répandu depuis quelques années dans le champ des sciences humaines qu’il finit par ne plus vouloir dire grand-chose5.

  • 6 Par méconnaissance, nous laisserons à d’autres le même exercice à propos des Phéniciens/Puniques, q (...)

6Au terme de ce parcours historiographique, on remarquera que l’« indigène » occupe désormais une place qui n’est plus aussi caricaturale que celle que lui avait accordée la tradition antique. Il s’agit maintenant d’un être complet, un sujet, puisque, au-delà de ses productions (architecture, mobilier, œuvres d’art…), on s’interroge sur sa capacité à faire des choix et sur la conscience qu’il pouvait avoir de lui-même. Mais ce supplément d’humanité n’est-il pas construit sur des bases insuffisamment clarifiées et encore empreintes de conceptions que l’on croyait révolues ? N’est-on pas victime d’une conception culturaliste datée de l’ethnie qui rigidifie quelque peu les relations entre sociétés, vision qui est aussi, plus généralement, celle de la Protohistoire depuis sa création dans le dernier quart du xixe siècle ? Sans le dire vraiment, n’a-t-on pas construit entre Grecs et non-Grecs6 une société d’apartheid en développant une vision trop essentialiste de la culture ?

  • 7 L’expression est empruntée à Dietler, 2002, de même que l’idée du titre ; la plage étant non seulem (...)
  • 8 Voir à ce sujet les travaux de Amselle, 1977.
  • 9 Dans des espaces étendus où le peuplement relativement dense est ancien, à la différence d’autres t (...)

7Pour faire ce travail de déconstruction, nous reprendrons à notre compte des critiques qui ont déjà été formulées dans différents champs des sciences humaines (ethnologie, sociologie, histoire antique et médiévale). Pour décrire l’emmêlement7 ethnique observé dans ce coin de la Méditerranée, nous utiliserons l’idée de chaînes de sociétés proposée par les africanistes8, lesquels travaillent sur des terrains en de nombreux points comparables au nôtre9. Bien que les données archéologiques s’y opposent généralement, nous tenterons enfin de nous focaliser sur les pratiques des acteurs sociaux plutôt que de nous référer à des entités culturelles dont la construction demeure problématique.

Où sont les Grecs ?

  • 10 La synthèse la plus récente est celle de Hermary, Hesnard et Tréziny (dir.), 1999.
  • 11 Gantès et Moliner, 1990 et Hermary, Hesnard et Tréziny (dir.), 1999, pp. 49-51.
  • 12 Dans Justin, Histoires philippiques. La légende rapportée par Aristote diffère quelque peu (voir Pr (...)
  • 13 Gras, 1995 et Scheid-Tissinier, 1999.
  • 14 Gantès, 1992. La plupart des vases modelés sont des pots (urnes) destinés à la cuisson, fonction qu (...)

8Il y en a à Marseille assurément ; plusieurs siècles de fouilles archéologiques n’ont fait que confirmer la tradition historiographique qui place sa fondation aux alentours de 600 av. J.-C. par des colons ioniens provenant de la ville de Phocée en Asie Mineure10. Les céramiques d’importation retrouvées attestent à la fois des datations et des courants d’échanges. Cependant, dès les premiers niveaux rencontrés dans les fouilles de l’église Saint-Laurent ou, plus loin, à proximité de la rue de la Cathédrale11, toutes deux dans la partie la plus anciennement habitée de la ville, des objets (bracelets, céramique modelée) et des structures (constructions sur poteaux) — lesquels, à n’en pas douter, s’inscrivent dans la tradition indigène régionale —, sont associés à des vestiges qui relèvent d’un tout autre univers, nous dirons « grec » pour simplifier. Certains ont proposé d’interpréter ces données comme l’attestation archéologique de l’existence, dès l’origine, de couples mixtes au sein de la cité grecque, tel que le laissait suggérer la légende de fondation rapportée par Trogue-Pompée12. Les noces légendaires de Gyptis, fille du roi Nannus des Ségobriges, et de Protis, le navigateur grec, s’inscrivent dans le cadre bien connu des échanges matrimoniaux des aristocraties archaïques13. Mais, si l’on en croit les décomptes céramiques, lesquels indiquent une proportion de 18 % de production indigène au sein de la vaisselle consommée14, il est clair que cette pratique de la mixité n’est pas restée cantonnée aux seules élites. Encore faut-il admettre que la production céramique régionale était sous le principal contrôle des femmes.

  • 15 Graham, 1981-1982 et Van Compernolle, 1983.

9On en saurait plus sur la question si les textes antiques étaient moins lacunaires et moins discrets, si les inscriptions sur pierre et les graffitis sur céramique étaient plus répandus à Marseille. Des femmes grecques ont-elles navigué avec les premiers colonisateurs, ne serait-ce qu’afin que les cultes soient rendus selon la tradition grecque comme le suggère A. J. Graham, ou bien s’agit-il uniquement d’une affaire d’hommes trouvant femme ultérieurement sur place comme le voudrait R. Van Compernolle15 ? Et, dans les deux cas, qu’en est-il de l’appartenance culturelle des rejetons ?

  • 16 Justin, Histoires philippiques, XLIII, 4.
  • 17 Sauf, peut-être, le cas, malheureusement indécidable, d’une inscription très mutilée et tardive (ii(...)

10Les quelques indices que l’on possède nous indiquent que les deux mondes, indigène et grec, n’étaient toujours pas étanches, plus tard encore, dans le premier quart du vie siècle av. J.-C. : après la mort du roi Nannus, Trogue-Pompée évoque incidemment, à propos de l’affaire Comanus16, l’existence de liens amoureux entre une femme indigène de l’aristocratie locale vivant hors les murs et un jeune Grec de la cité ; puis, près de deux siècles après, à l’occasion de l’épisode de Catumandus, on apprend que des « indigènes » avaient l’habitude de participer en tant qu’hôtes à la fête des Anthestéries organisée dans le port grec, et qu’ils étaient capables de piété envers des dieux qui n’étaient pas vraiment les leurs. Ces faits isolés, qui rendent compte de rapports cependant unidirectionnels17, sont les seuls dont on dispose ; peuvent-ils être généralisés ?

  • 18 Notre réflexion serait particulièrement enrichie si nous connaissions les nécropoles archaïques de (...)
  • 19 À Marseille, elle reste cependant quantitativement inférieure aux productions à pâte claire, lesque (...)
  • 20 Arcelin-Pradelle, 1984.
  • 21 Bats, 1999.
  • 22 Bats, 1989, évoque à ce propos une parfaite adaptation entre production et consommation dans un mil (...)
  • 23 Lagrand, 1963.
  • 24 Le cas de la céramique à pâte claire héraultaise (ou « subgéométrique héraultaise ») est encore plu (...)

11Pour tenter de le savoir, nous avons à notre disposition, faute de mieux, quelques données concernant l’évolution de la consommation céramique18. À Marseille, les productions indigènes non tournées paraissent de plus en plus marginales au fil des années et une nouvelle production régionale, la céramique grise monochrome (naguère nommée « phocéenne »), prend rapidement de l’importance19. L’interprétation que l’on va faire de cette dernière série faite au tour, selon une technique préalablement ignorée des potiers/potières indigènes, va influer sur notre conception des rapports ethniques. Ou bien l’on considèrera que ces céramiques ont été produites à l’initiative des Grecs, en partie à destination des indigènes puisque des formes qui leur sont familières ont été tournées à leur intention. Ou bien pourra-
t-on penser que l’initiative vient des indigènes, lesquels se seraient familiarisés avec la technique du tour dans (ou à proximité de) Marseille pour des raisons exactement symétriques, le corpus comptant nombre de formes grecques. Les analyses morpho-technologiques de Ch. Arcelin-Pradelle20 et la découverte de l’un des ateliers en Vaucluse, à plusieurs dizaines de kilomètres au nord de Marseille, montrent que ladite poterie n’a pas été exclusivement tournée par des Grecs de Marseille à destination de ses marchés intérieur et extérieur. Le processus de diffusion est manifestement plus complexe et souligne l’existence de mini-réseaux de distribution21, qui peuvent avoir été organisés aussi bien par des Grecs en pays « indigène » que par des « indigènes » partiellement en territoire grec, pour ne retenir que les deux hypothèses extrêmes22. L’attribution est à peine moins indécidable en ce qui concerne la céramique subgéométrique rhodanienne, autrefois qualifiée de « pseudo-ionienne »23 lorsque prévalait l’idée ethnocentrique d’une imitation des modèles grecs ; son aire de répartition dissociée de la périphérie de Marseille permet cependant de s’affranchir de quelques-unes des alternatives retenues pour le cas précédent24.

12Tous ces débats évoquent l’impasse méthodologique que constitue l’emploi d’une qualification ethnique des productions. Si les données archéologiques le permettaient, il serait préférable d’évoquer le comportement économique d’acteurs sociaux plus ou moins perméables aux transferts techniques et jouant de leur appartenance communautaire. On peut parier que ce qui apparaît déjà complexe lors des premières années de la rencontre coloniale va devenir de plus en plus emmêlé au fur et à mesure qu’évoluent les rapports interethniques.

  • 25 Guyot-Rougemont et Rougemont, 1992.
  • 26 Selon les expressions choisies de Arcelin, 1992 et de Morel, 1995 a.
  • 27 Sur le site de La Cloche (Chabot, 1992). À propos des cuves maçonnées et enduites de béton de tuile (...)
  • 28 Pour l’analyse technique du rempart de Saint-Blaise et les références au monde punique, voir Trézin (...)

13Le fait que Marseille ait été qualifiée, dès l’Antiquité, de cité conservatrice et austère, foyer de l’hellénisme à l’abri de toute contamination barbare25, a certainement contribué à renforcer cet essentialisme grec, par ailleurs relayé dans la « mère patrie » par les discours identitaires d’un Isocrate ou d’un Platon. Pour cette raison et parce que le génie technique des Grecs n’est pas rien, la cité des Massaliotes a souvent été considérée comme étant à l’origine de toutes les innovations, les « indigènes » se contentant d’accepter ou de refuser leurs propositions26. Ainsi fait-on venir des « ingénieurs grecs » pour construire les remparts de Saint-Blaise — après avoir envisagé, comme le pensait H. Rolland, que les Grecs eux-mêmes aient régné sur les lieux — ou, encore, pour une simple citerne bâtie dans une bourgade perchée près de Marseille27. Ne peut-on pas supposer dans ce dernier cas que des va-et-vient entre les différentes communautés, que ce soit dans un cadre familial ou professionnel, aient suffi à répandre des savoir-faire ? Et, dans le premier exemple, que des Grecs aient coexisté avec les habitants « indigènes » ou, encore, que d’anciens mercenaires « indigènes », ayant fréquenté des citadelles puniques, soient revenus au pays en imitant les merlons qu’ils y ont vus28 ?

  • 29 Bats, 1990 et 2004.
  • 30 Bats, 1988.
  • 31 Et la situation inverse semble aussi exister (deux cas probables) ; voir Coupry et Giffault, 1984 e (...)

14En ce qui concerne les colonies fondées par Marseille, les cadres sociaux sont relativement clairs pour au moins l’une d’entre elles, Olbia « la Bienheureuse », près d’Hyères, fondée dans la deuxième moitié du ive siècle av. J.-C. par des colons, à la fois soldats, paysans, marins et pêcheurs29. Le plan ordonné à la manière d’un établissement militaire, selon un découpage régulier d’îlots comportant des habitations à plusieurs pièces, peut, sans difficulté, être rattaché à des modèles connus dans le monde antique. De même, l’abondant mobilier céramique retrouvé montre que les Olbiens pratiquaient une cuisine conforme à ce que l’on sait du monde grec30. Cependant, pour une période certes relativement tardive (iie-ier siècle av. J.-C.), la fréquentation du sanctuaire du dieu rural Aristée à l’Acapte, dans l’environnement immédiat de la colonie, dévoile un monde plus « perméable » qu’il n’y paraît : les dédicants qui s’expriment en grec portent, dans plus de 9 % des cas, des noms d’origine gauloise (« indigène ») ; certains sont des enfants de Gaulois et ont des noms grecs31. Là encore, comme à Marseille, si l’intention a été grecque dès l’abord, deux mondes se sont côtoyés produisant, plus ou moins rapidement, leur part inévitable de métissage.

  • 32 Voir la synthèse de Berard, Nickels et Schwaller, 1990 ainsi que l’article posthume de Nickels, 199 (...)
  • 33 Les recherches sur le terrain n’ont pas encore permis de localiser cet habitat supposé.
  • 34 Nickels, 1983, p. 423. À propos de l’interprétation de la diversité des rites, voir les critiques d (...)

15La colonie grecque d’Agde (Agathé), fondation massaliète elle aussi mentionnée dans la liste de Strabon (IV, 1, 6), n’a été que très partiellement explorée par les archéologues32. Les sondages réalisés montrent qu’elle succède, à la fin du ve siècle, à un comptoir indigène établi préalablement sur les bords de l’Hérault, probablement dès la fin du viie siècle av. J.-C33. On connaît mal les circonstances de cette mainmise massaliète et le devenir de la population indigène. A. Nickels, qui a fouillé l’une des nécropoles de la ville (Le Peyrou) où coexistent des rites funéraires variés, y voyait un espace partagé par des colons massaliètes et des « indigènes fortement hellénisés »34. Il faudra cependant attendre que des recherches plus étendues soient conduites dans la ville, avec la reconnaissance de quartiers spécifiques, pour que puisse être démontrée cette éventuelle mixité insoupçonnable à partir de la seule lecture des textes.

  • 35 Nickels, 1976 et 1989 b.
  • 36 Dedet, 1990.
  • 37 Moret, 2002.

16À proximité de la colonie massaliète d’Agde, le site de La Monédière à Bessan fut, à la suite des fouilles et des analyses d’A. Nickels, considéré un temps comme un établissement grec implanté à l’intérieur des terres35, une courte tentative de mainmise étrangère (phase II : 540-500) précédant une reconquête indigène (phase III : 500-450) : des maisons à absides partiellement construites en adobes selon un modèle lydien et un abondant mobilier importé constituaient, pour la deuxième phase, les deux arguments forts présentés par le fouilleur. Maintenant, on sait que ces formes d’habitation existent depuis la fin de la Préhistoire dans la tradition régionale36 et que les plus anciennes implantations coloniales se caractérisent plutôt par des plans rectangulaires et des constructions agglomérées, ce qui n’est pas le cas des « cabanes » isolées de Bessan. En outre, comme le démontre P. Moret37, le mobilier décompté par l’auteur provient essentiellement d’un dépotoir d’amphores postérieur à la destruction des habitations qui n’ont, elles, livré que la série restreinte de six vases en céramique grise monochrome, production dont nous avons déjà indiqué le statut ambigu. De toute évidence, il n’y a pas eu sur la colline de La Monédière de communauté grecque « pure », mais des contacts culturels, assurément.

  • 38 Arcelin et Cayot, 1984.

17Autre site ayant perdu depuis peu son identité grecque, autrefois reconnue pour certains épisodes de son histoire : Saint-Blaise. Pour cet éperon, situé entre l’étang de Berre et le golfe de Fos, un contrôle marseillais avait d’abord été envisagé, eu égard à sa position peu éloignée du couloir rhodanien et à son rempart construit « à la grecque ». L’analyse récente du mobilier céramique consommé n’a pas permis de confirmer l’hypothèse d’un changement de population associé à ce supposé contrôle, la vaisselle n’évoluant que lentement selon les tendances de l’époque38. Ce même constat a fait de Saint-Blaise le symbole d’une « réaction identitaire » face à une dépendance économique, technologique et culturelle accrue.

  • 39 Cuche, 2001.

18On vient de le voir, le qualificatif d’« indigène » a peu à peu remplacé celui de « barbare », désormais jugé incorrect. Si les produits consommés sont dorénavant mieux caractérisés et systématiquement comptés, et si la capacité de choisir est maintenant accordée aux populations ainsi qualifiées, l’interprétation fonctionne toujours à partir d’une simple dichotomie (grec/indigène) et d’une conception primordialiste39 de l’identité culturelle. Une telle alternative, associée au postulat que l’appartenance à un groupe ethnique est la première et la plus fondamentale des caractéristiques sociales, était-elle déjà incontournable durant l’Antiquité ?

Existe-t-il des habitats mixtes ?

  • 40 Fourgous, 1991.

19Le mélange de populations est une réalité dans l’Antiquité ; on ne voit d’ailleurs pas comment il aurait pu en être autrement. Sa théorisation à partir de l’antithèse Grec/Barbare correspond à un moment précis de l’histoire, celui des guerres médiques au ve siècle av. J.-C. au cours desquelles les Perses deviennent les Barbares par excellence40. Cette opposition qui ne fera que se raidir avec le temps, notamment dans la bouche des rhéteurs athéniens, laisse cependant sur ses marges un discours moins passionnel, qui met l’accent sur les possibilités de passage entre Grecs et Barbares et sur l’existence de peuples mélangés (migadès) à la duplicité dangereuse. Pour ces derniers, deux alternatives se présentent à la périphérie du monde grec : soit ils sont des mixhellènes (demi-grecs), surtout lorsque les populations sont en situation d’hellénisation ou, encore, dans le cadre du brassage ethnique des armées riches en mercenaires ; soit ils sont qualifiés de mixobarbaros (demi-barbares), terme généralement péjoratif qui sert aussi à rendre compte de la perte de maîtrise de la langue grecque. Car, comme le signale Hérodote (VIII, 144), ce moyen de communication est constitutif de l’identité grecque : « Les Grecs sont ceux qui ont même sang et même langue, sanctuaires et sacrifices communs, semblables mœurs et coutumes » ; le perdre revient à se barbariser.

20Les historiens de l’Antiquité évoquent le cas de plusieurs cités grecques qui furent assujetties à un pouvoir barbare, qu’elles l’aient choisi sous la pression et les intérêts de quelques-uns de leurs concitoyens ou qu’elles l’aient subi après une défaite militaire. Les alliances et les oppositions peuvent mêler indifféremment les Grecs et les Barbares suivant les circonstances car, quoique disent les idéologues, il n’existe pas deux blocs parfaitement conscients d’eux-mêmes qui s’affronteraient éternellement. Ces réserves énoncées, est-il possible de concevoir autrement les coupures repérées sur des rivages plus occidentaux ?

21Nous avons vu précédemment qu’il n’existait pas d’habitat grec demeuré « pur » au fil des évolutions régionales dans cet angle nord-ouest de la Méditerranée. Pour l’un d’entre eux, Emporion, la mixité est sans détour évoquée par Strabon (III, 4, 8) :

  • 41 Traduction, F. Lasserre, Paris, les Belles Lettres, 1966, t. ii : Livres III et IV, p. 67.

La ville se divise en deux parties séparées par une muraille. En effet, elle jouxtait autrefois un habitat des tribus indicètes qui, tout en formant une communauté politique distincte, voulaient avoir une enceinte commune avec les Grecs pour assurer leur sécurité. Celle-ci fut alors construite avec deux compartiments séparés par un mur mitoyen. Mais avec le temps ces deux populations se réunirent en une seule entité politique dont la constitution fut un mélange de lois empruntées aux Barbares et aux Grecs, comme en beaucoup d’endroits41.

  • 42 Sanmartí Grego, 1992, p. 31.
  • 43 Sanmartí Grego, 1993. Notons cependant que le texte de Tite-Live (XXXIV, 9) ne correspond guère au (...)

22Les archéologues ont voulu voir sur le terrain des indices de cette bipartition en remarquant qu’un sanctuaire suburbain (troisième quart du ve siècle) avait d’abord constitué le lieu de rencontre privilégié entre les deux communautés42, puis, que le secteur fut ensuite loti par des « indigènes en voie d’hellénisation ». Pour une période plus tardive (ive siècle), des travaux d’arasement liés à la construction d’un nouveau rempart et des vases attiques avec des inscriptions en ibère sont interprétés par les fouilleurs comme l’illustration du phénomène de synœcisme évoqué par Strabon, qui prit entre autres la forme de mariages mixtes43. Selon E. Sanmartí Grego, cette politique d’arrangement constitue un choix délibéré des Grecs, qui étaient trop peu nombreux sur les rivages catalans — un dixième de la surface atteinte par Marseille et pas de sous-colonies (comme le furent Agde, Olbia, Antibes et Nice) — pour imposer leurs lois et leurs pratiques commerciales. Des inscriptions sur plomb témoignent à ce sujet de la présence d’intermédiaires ibères dans les transactions conduites par les Emporitains de souche hellénique.

  • 44 L’expression est de Clavel-Lévêque, 1977, qui voyait dans cette politique commerciale les raisons d (...)
  • 45 Cependant réservé aux populations non-grecques. Le sens du changement culturel n’est pas évoqué en (...)

23La posture essentialiste retenue par les chercheurs décrivant la situation massaliète ne serait-elle due qu’à la dureté de la politique commerciale de la cité provençale, laquelle disposait de relais côtiers, d’alliances internationales et d’une population urbaine suffisamment nombreuse pour se permettre une mobilisation permanente contre les « Barbares »44 ? Et, à l’inverse, la qualification des processus en termes de creuset culturel ou d’osmose pour le cas ampuritain avec, à côté, la reconnaissance d’un véritable processus d’ibérisation45, ne ferait-elle que suivre la tradition littéraire en ne s’attardant guère sur l’ambiguïté de certains faits archéologiques ? Qu’en serait-il si le texte de Strabon — une véritable concession à la mixité, si l’on se réfère à l’esprit de sa Géographie — n’avait pas été conservé ?

  • 46 Je n’évoquerai désormais que des exemples provençaux. Pour être complet, il faudrait citer encore l (...)
  • 47 Un cas similaire doit être signalé en Grande Grèce, celui de Poseidonia, qui prendra le nom italiqu (...)

24Un autre cas de mixité peut être évoqué à propos d’Arles46. Son statut est moins clairement défini par Strabon (IV, 1, 6) lequel, en pleine période augustéenne, place ce « marché », une « ville et [un] centre commercial important », à l’égal de Narbonne, laquelle était depuis quelques années la capitale de la nouvelle province romaine. Les vers du poème d’Aviénus (Ora maritima, v. 689-691), rédigés au ive siècle de notre ère à partir de sources anciennes, suscitent, quant à eux, plus d’interrogations : on y apprend en effet qu’Arelate avait pour nom Theline lorsque les Grecs y résidaient, changement onomastique peu fréquent pour une période si ancienne47.

  • 48 Arcelin, 1990 et 1995.
  • 49 Pour laquelle on attend toujours les arguments archéologiques. L’auteur ne l’évoque d’ailleurs plus (...)
  • 50 On notera cependant que les ustensiles utilisés pour la cuisine sont préférentiellement des pots (u (...)
  • 51 Distinction en grande partie fondée sur la proportion en mobilier non tourné.
  • 52 Arcelin, 1995, p. 337.

25À ce sujet, les débats ont été récemment renouvelés grâce aux fouilles conduites à Arles par P. Arcelin sur le site du Jardin d’Hiver48. Ces travaux, associés au réexamen de l’ensemble de la documentation, suggèrent au fouilleur la définition de plusieurs périodes. Après une occupation « indigène », probable dans la première moitié du vie siècle49, l’agglomération devient un important lieu de redistribution avec des quartiers organisés selon des structures comparables à celles d’un habitat colonial grec (îlots réguliers avec habitations à plusieurs pièces), dans lequel la consommation céramique est essentiellement représentée par des vases faits au tour, étrangers à la tradition locale50, peut-être utilisés par des Grecs issus des dernières émigrations phocéennes. Peu à peu, une différenciation spatiale s’opère entre les quartiers du centre (site des Cryptoportiques), plus dynamiques, et d’autres secteurs, tel celui du Jardin d’Hiver pour lequel les données archéologiques suggèrent une paupérisation et une tout autre appartenance ethnique51, que l’on qualifiera d’« indigène » pour simplifier. À l’image d’Emporion, le fouilleur pense qu’il est nécessaire d’évoquer, à ce moment précis, la coexistence de deux communautés ethniques, la plus dynamique et la plus fortement « hellénisée » (voire tout à fait « grecque ») ayant fini par imposer le nom grec de Théline à la ville, devenue progressivement une colonie de peuplement (apoikia). Par la suite, selon un processus que l’auteur ne détaille pas faute de documents, les élites indigènes se seraient plus largement impliquées dans la vie politique de cette agglomération, désormais multiculturelle, jusqu’à lui assigner un nouveau nom, celui d’Arelate dont l’origine est celtique, peut-être employé dès la première phase. Selon P. Arcelin, avec la fréquentation fructueuse des negotiatores italiens, elle deviendra par la suite (après 175 av. J.-C.) un « centre de référence pour les populations voisines », un haut lieu du « syncrétisme gréco-italo-celte » à l’origine de la prospérité régionale des décennies suivantes52.

  • 53 En faisant l’inventaire des importations retrouvées dans l’arrière-pays marseillais, Jacobsthal et (...)

26On ne peut évoquer les phénomènes de mixité dans le Midi sans citer le cas de Glanon (en latin Glanum) censé illustrer brillamment la Gallia Graeca53, cette « Gaule qui parut transportée en Grèce » selon les dires de Justin (XLIII, 4) résumant Trogue-Pompée.

27Pour l’archéologue H. Rolland, qui y a réalisé de fructueuses recherches, cette ville parée de monuments illustre le :

  • 54 Rolland, 1968, p. 110.

syncrétisme gallo-grec adopté, peut-être mieux qu’ailleurs, dans le domaine territorial de Marseille, par les deux communautés ethniques, salyenne et grecque, groupées autour du sanctuaire de Glanum54.

28En effet, la coexistence de cultes « indigènes » (guerriers accroupis, rite des têtes coupées, vasque dédiée à Belenos) et d’édifices (publics et privés) bâtis selon des techniques et des modèles méditerranéens dans une cité, faisant, en outre et selon lui, partie du domaine de Marseille, ne pouvait que trahir une double appartenance culturelle suscitée, en grande partie, par le négoce ; une duplicité qui alla jusqu’à se fondre en une nouvelle expérience esthétique comme le montrent les chapiteaux quadricéphales associant des têtes humaines, parfois parées de torques (celtiques), à d’autres relevant manifestement du domaine mythologique gréco-romain.

  • 55 Roth-Congès, 1992.
  • 56 Arcelin, 1991.

29La reprise des fouilles et de l’étude architecturale de quelques monuments a permis de renverser les interprétations préalablement proposées. Il est d’abord apparu que les différentes destructions repérées ne coïncidaient guère avec l’hypothèse d’une allégeance aux Massaliotes défendue par H. Rolland, mais liaient plutôt Glanon au sort de la plupart des agglomérations salyennes de la région55 ; peut-être ce site a-t-il été l’un des derniers bastions de cette peuplade partiellement décimée près du littoral ? Par la suite, l’étude du mobilier céramique préromain révéla une consommation qui s’apparentait plus à celle des oppidums « indigènes » qu’à celle observée à Marseille et dans ses colonies56. Pour A. Roth-Congès, cette agglomération relève d’un :

  • 57 Roth-Congès, 1992, p. 362.

monde indigène enrichi, dynamique, conscient de son identité mais également de son aptitude à maîtriser les innovations extérieures, et certainement désireux d’en faire étalage à une époque où son indépendance est dangereusement menacée57,

  • 58 L’auteur parle même de « sentiment national resté vif » (ibid., p. 365).
  • 59 Lejeune, 1985, pp. 73-116. La seule exception à la règle est un probable nom grec, partiellement co (...)
  • 60 Gros, 1992.

30en d’autres termes, d’un lieu où se rassemblent d’habiles « parvenus » ouverts sur l’extérieur, mais aussi fiers de leur appartenance ethnique, qui seront capables avant d’autres de prendre le premier train de la romanisation58. Dans ce schéma, faut-il pour autant exclure toute présence grecque dans ces lieux durant les périodes précédant la mise en place de ce nouveau processus ? L’auteur veut bien consentir à la visite de quelques architectes pour la construction de plusieurs édifices (temple toscan, puits à dromos), mais se refuse à une participation massaliète plus large, même pour les sculptures réalisées avec brio, a fortiori pour certaines constructions empreintes de maladresse. Les témoignages onomastiques (inscriptions sur pierre ou céramique), presque exclusivement écrits en gallo-grec59, sont d’ailleurs suffisamment éloquents pour parer à toute discussion. Mais, dans le cas d’une population massivement celto-ligure, n’est-il pas risqué d’attribuer à certaines formes architecturales des fonctions qui appartiennent précisément à l’univers grec, tels les supposés prytanées (« hôtel de ville ») et bouleuterion (« lieu d’assemblée ») même si sur le premier d’entre eux les repères d’assemblage en lettres latines avaient laissé croire à une influence italique ? Pour P. Gros, qui veut bien admettre l’hégémonie des élites salyennes et une parure teintée d’hellénisme italique, la question s’avère difficile à résoudre compte tenu des analogies trompeuses déjà signalées ailleurs, même à l’intérieur des civilisations dites classiques60.

  • 61 Les raisons de cette prospérité font débat et opposent Gros, 1996, lequel verrait plutôt une économ (...)

31Pourquoi ne pas imaginer pour cette ville prospère61 l’accueil de Grecs bilingues, ne faisant pas obligatoirement partie de l’élite massaliète et ayant renoncé à l’écriture de leur langue, à moins que l’archéologie ne révèle un jour l’existence de quelques graffitis ? Car, n’oublions pas que Marseille, pourtant bien grecque, demeure un gisement extrêmement pauvre en documents épigraphiques de la sorte. Pourquoi ne pas y voir aussi la présence de familles qui furent un moment grecques, peut-être mixtes, mais provenant d’autres agglomérations à la population mêlée, telle cette Théline si proche ? Est-il en outre nécessaire que tous les habitants de Glanon aient revendiqué une identité salyenne ? N’auraient-ils pas pu, pour certains d’entre eux seulement, se sentir grecs dans certaines circonstances et salyens dans d’autres ?

  • 62 Gros, 1986 et 1981.

32On aimerait pouvoir disposer pour ces périodes anciennes de documents équivalents à celui du cénotaphe de la famille des Julii qui se dressera fièrement à l’entrée de la même ville (Glanum), vers les années 30-20 av. J.-C., à l’heure où se mettront en place les institutions du nouveau régime et que sera défini le statut de la province62. C’est parce que nous connaissons les codes iconographiques et onomastiques de cette première phase de la romanisation que nous pouvons lire sur ce monument, comme le fait P. Gros, la volonté d’auto-exaltation d’une famille de notables ayant accédé à la citoyenneté romaine grâce aux exploits guerriers de l’un de ses ascendants, à l’époque de César, et non pas à la suite du seul exercice sans risques d’une magistrature municipale.

33Mais, qu’en était-il des codes des périodes préromaines ? Glanon a-t-il été le lieu de stratégies identitaires pour les élites salyennes, et comment de telles pratiques se sont-elles inscrites dans le paysage urbain si tant est qu’une publicité ait été recherchée pour une identité reconstruire a posteriori ?

  • 63 Les analyses du premier sont présentées chez le second ; voir Piganiol, 1973.
  • 64 Sanmartí Grego, 2000, p. 20.
  • 65 Bats, 2003.

34On s’est beaucoup interrogé sur la nature des noms de peuples composés dans l’Antiquité. Si l’on suit les analyses de A. Schulten et d’A. Piganiol63, il est probable que la plupart d’entre eux correspondent, soit à des peuples dont on veut préciser la localisation géographique (les Sardolibyens sont des Libyens de Sardaigne), soit à la réunion de deux noms que l’on associe pour cacher une certaine ignorance (les Celtoscythes ne sont ni celtes, ni scythes, mais vivent dans des confins mal connus). Ces procédés de nomination que les philologues ont étudiés n’excluent pas pour autant l’existence de populations mêlées, comme il est normal d’en trouver dans les ports ou le long du littoral. On apprend ainsi, dans le périple du pseudo-Scylax (au ive siècle av. J.-C.), qu’entre Emporion et le Rhône vit une population mélangée de Ligures et d’Ibères et qu’autour de cette première ville un peuple porte le nom de Misgètes, lequel se réfère sans ambiguïté au verbe grec signifiant « mélanger »64. Le nom de Celto-ligyen apparaît à un moment précis de l’histoire, lorsque Polybe évoque le passage d’Hannibal près du Rhône et la rencontre de Celtes dans une région surtout dévolue aux Ligyens (Ligures) ; ce nom composé sera par la suite abandonné, lorsque la conquête romaine aura permis une meilleure connaissance des tribus locales65. De tout ceci il ressort l’impossibilité pour les écrivains de l’Antiquité de penser la multiplicité et la relativité des identités culturelles qui ne sont, en outre, jamais abordées dans leur cadre social.

Quelles limites pour les peuples ?

35Dépassons maintenant les débats suscités par l’hellénisme triomphant pour examiner ce qu’il est possible d’énoncer à propos des peuples qui n’ont pas laissé leur voix dans l’Histoire. Leurs noms nous sont parfois transmis, de même que leurs actions ou leurs traits de caractère vus à travers les filtres antiques, souvent de manière casuelle, mais, sur la longue durée, la plupart d’entre eux ne sont connus qu’à partir de vestiges matériels.

  • 66 Veit, 1994 et Olivier, 2003.
  • 67 Boissinot, 1990 et 1998.

36Depuis que la Protohistoire existe comme discipline, on a coutume de cartographier les faits humains (formes et décors céramiques, types d’outils ou de parures…) de manière à reconnaître des aires culturelles, associées dans un deuxième temps aux territoires d’ethnies dont les noms nous sont parvenus grâce à la tradition littéraire. Cette conception des « cultures » ou des « groupes culturels » doit beaucoup aux travaux du germaniste G. Kossinna, principalement publiés au début du xxe siècle ; ils furent à l’origine d’une entreprise d’exposition des origines et des continuités nationales, largement instrumentalisées par l’idéologie nazie66. En deçà de ces excès, tout le champ de la discipline a été largement influencé par ces conceptions qui se retrouvent aussi bien chez des spécialistes de la Gaule, tels que J. Déchelette ou C. Jullian, que chez un marxiste comme V. G. Childe, qui a voulu décloisonner les protohistoires nationales pour révéler des processus qui intéressent une grande partie de l’humanité. De nos jours, elle est encore particulièrement vivace dans l’appréhension des civilisations n’ayant pas laissé de traces écrites67.

  • 68 Pour une présentation générale de ce mouvement, on lira les critiques de Bayard, 1996.
  • 69 Tylor, 1871. Pour l’auteur, la culture est : « un ensemble complexe incluant les savoirs, les croya (...)

37Cette représentation des communautés humaines et de leur devenir relève plus généralement de ce que l’on appelle le culturalisme68, lequel, en s’inspirant des premières définitions de E. B. Tylor69 puis de celles de Fr. Boas, conçoit la culture comme un corpus stable et clos de représentations, de croyances ou de symboles, un ensemble ayant, en outre, de fortes affinités avec une organisation politique spécifique. Selon ce point de vue substantiviste, tout se passe comme si les cultures pouvaient être considérées comme des données dont les anthropologues seraient chargés d’établir la systématique.

38Il n’est pas étonnant que les archéologues aient été séduits par de telles idées : disposer de repères stables et de relations rigides aux contours bien définis plutôt que supposer une insaisissable souplesse, une prolifération de voix sociales et une multiplicité des codes, ne pouvait que rassurer les chercheurs qui travaillent sur les sociétés du passé. Il suffisait alors de partir des peuples cités par Hérodote, César, Strabon ou Tacite pour leur associer un contenu exhumé à coups de pelles et de pioches, complétant ainsi, peu à peu, le puzzle des cultures de l’ancienne Europe.

  • 70 Travaux rassemblés dans plusieurs ouvrages dont Amselle et M’Bokolo, 1985 et Chrétien et Prunier (d (...)
  • 71 Dans Amselle et M’Bokolo, 1985, pp. 87-127.
  • 72 N’a-t-on pas été ligure à certaines périodes de l’Âge du Fer parce que l’on habitait la montagne pl (...)

39Mais la critique ethnologique ne s’est pas contentée des seules conceptions culturalistes. À l’initiative de plusieurs africanistes70, la fin des années 1980 a vu l’idée d’ethnie perdre quelque peu de sa solidité. En réintroduisant l’histoire et les pratiques des acteurs sociaux au sein d’entités que l’on croyait stables, il est apparu que nos représentations de l’ethnie étaient tributaires du travail des administrateurs coloniaux et des missionnaires des deux derniers siècles, lesquels avaient établi des fichiers avec des groupes humains subsumés sous quelques noms pour mieux organiser les territoires dont ils avaient la charge.
J.-L. Amselle a ainsi démontré que les sociétés africaines, avant la période coloniale, étaient des groupes à identité souple, composés d’unités sociales inégales et hétérogènes, connaissant de fréquentes recompositions et décompositions. En se demandant comment on peut être bambara, J. Bazin71 a étudié la construction fictive de l’ethnie chez les ethnologues spécialistes de l’Ouest africain, lesquels, tel Delafosse, ont voulu dresser des cartes, définir une culture et une tradition à partir d’un ethnonyme qu’ils ont cru stable. Pourtant, l’analyse des situations d’interaction montre que « Bambara » est un signifiant flottant et que son utilisation est de nature performative. En s’intéressant au processus social de nomination, on peut voir combien les critères d’identification sont pluriels, souvent associés à des stéréotypes. Selon les contextes, on devient bambara parce que l’on boit de la bière, mais on peut perdre cette identité si l’on change de religion ; pour un commerçant de l’Ouest africain, on peut ainsi dénommer un individu parce qu’il est simplement un paysan idolâtre, inapte à la vie urbaine72. Le caractère flottant des ethnonymes doit être associé au fonctionnement des différents réseaux qui structurent l’espace africain. Celui-ci peut se décomposer en espaces d’échanges, en espaces politiques, linguistiques, culturels ou religieux ; ces différentes manifestations qui jouent à différentes échelles ne coïncidant pas généralement. Suivant les périodes, au fil des constructions étatiques ou des phases d’essaimage, des sociétés deviennent englobantes et acquièrent momentanément la capacité de délimiter l’espace ; elles coexistent cependant avec d’autres populations qui sont autrement structurées, si bien qu’il n’existe à aucun moment de mosaïque de peuples aux frontières bien définies.

  • 73 Poutignat et Streiff-Fenart, 1995.

40S’il faut rejeter le concept d’ethnie pour comprendre l’Afrique précoloniale, ceux, plus dynamiques, d’ethnicité73 et de conscience ethnique peuvent être maintenus pour rendre compte des manipulations opérées par les acteurs sociaux. Des frontières existent mais, suivant les circonstances, elles peuvent être soit vives, soit floues ; elles sont avant tout sémantiques. L’erreur des premiers ethnologues a été de projeter sur les peuplades africaines le modèle européen de l’État-nation — un État-nation au rabais —, qui associe rigidement un espace à un ethnonyme et à une culture. Ce processus de territorialisation, qui n’a pas été sans conséquences sur les consciences ethniques, illustre une fois de plus le caractère relatif des identités. De nouveaux groupes se sont approprié les traditions et les appellations à un moment fictives, puisque artificiellement découpées par les agents coloniaux ; après la décolonisation, elles furent instrumentalisées pour servir des combats politiques inédits, laissant croire aux observateurs pressés qu’il s’agissait d’une résurgence du « tribalisme ». Nous reviendrons à ces questions de réappropriation à propos du maillage administratif de la Gaule qui, à travers le réseau des civitates, n’illustre pas seulement l’adaptation de l’impérialisme romain à une « réalité indigène » mais atteste, avant tout, du caractère souple des identités ethniques gauloises.

  • 74 Geary, 2004.
  • 75 Ibid., pp. 198-199.
  • 76 Ibid., p. 125.
  • 77 Ibid., p. 156.

41À côté des exemples africains, P. J. Geary vient de livrer une analyse du phénomène des grandes invasions74 qui peut, elle aussi, s’avérer heuristique pour la situation protohistorique, même si l’exclusivisme chrétien et la présence massive de troupes militaires sur le limes constituent des facteurs qui, de toute évidence, nous éloignent de notre contexte. Pour ce spécialiste du monde mérovingien, force est de constater qu’il est impossible d’établir une carte géographique des peuples de l’Europe du haut Moyen Âge en croisant les données de la linguistique, de l’archéologie et de l’histoire. Non pas parce que les différences ethniques seraient à cette période moins affirmées, mais parce que cet illusoire projet cartographique ne peut naître que dans le cadre de l’État-nation, plus particulièrement lorsque ce dernier, à l’époque contemporaine, tente de gommer des diversités culturelles qui s’adaptent mal à ses frontières. Impossible alors de tenter une quelconque ethnogenèse puisque, pour cette période qui succède à l’Antiquité, les noms de peuples constituent des moyens pour affirmer une forme d’unité sous la conduite de chefs voulant monopoliser et incarner les traditions associées à ces noms, allant jusqu’à assembler des traditions disparates et en inventer de nouvelles75. Pour des raisons différentes — il s’agit plus ici du pouvoir de conviction des noms que d’un relativisme dans l’assignation —, on retrouve le caractère flottant des ethnonymes déjà évoqué à propos de l’Afrique précoloniale. Ainsi, un simple leader charismatique, généralement un guerrier talentueux et chanceux, peut-il donner naissance à un peuple nouveau, lui-même ou sa descendance se chargeant de bricoler une tradition, une généalogie, une mission divine. Ce noyau éphémère, éventuellement absorbé dans un nouveau groupe en cas de défaite, exerce dans la plupart des cas son autorité sur une population disparate, ne partageant éventuellement avec lui que quelques traits culturels, et n’étant jamais complètement assimilée ; si bien que les sentiments d’identité, souvent négociables, discutables et transformables, diffèrent suivant les acteurs sociaux, l’appartenance ou non au dit noyau, lui-même constitué de manière hétéroclite. Lorsque les Huns faisaient la conquête de nouveaux territoires, ils en détruisaient l’essentiel de l’appareil politique mais engageaient certains chefs indigènes qui prêtaient serment de leur fidélité76. Contrairement à ce qui se passe au sein d’un État centralisé, on peut parier que ces relais indigènes n’étaient guère soucieux de modifier leurs habitudes culturelles et que la culture matérielle des petits agriculteurs demeurait, à peu de chose près, la même. Un archéologue qui s’intéresserait à leurs habitats n’y verrait que continuité, alors que le contexte politique, tel qu’il est évoqué dans les textes, se présente de manière plus chaotique. Plus tard, au viie siècle, le cas des Lombards illustre un autre phénomène, celui de la fusion entre deux groupes inégaux, l’un d’eux mené un temps par le roi Alboïn à la tête d’une armée hétéroclite, peu nombreuse en hommes mais exerçant son hégémonie sur la population romaine, finissant par adopter quelques-uns des traits culturels de cette dernière, telle la céramique et l’habillement77. Les pratiques juridiques et les mariages mixtes ont finalement concouru à l’existence d’une double identité lombarde et romaine, reconnaissable en partie par la création de noms hybrides, si bien qu’il devint difficile de distinguer les uns des autres, les « étiquettes » ayant, en outre, évolué au cours des années.

42Que faut-il retenir de ces deux contextes africain et européen ? Premièrement, que, sous des noms identiques, des contenus fort différents peuvent être compris, même sur des durées relativement courtes et malgré les traditions qui ont été transcrites, et que, à l’inverse, de mêmes acteurs sociaux peuvent recevoir des identités différentes suivant les situations et les points de vue. Deuxièmement, que les continuités observées dans la culture matérielle ne sont en rien des reflets des péripéties politiques, lesquelles peuvent, cependant, bouleverser les consciences ethniques. Enfin, que les évolutions culturelles enregistrées ne vont pas toujours des dominants vers les dominés, toutes les nuances pouvant être observées dans le cadre des rencontres culturelles.

  • 78 Dietler et Herbich, 1994.

43L’ethnoarchéologie apporte elle aussi sa part d’avertissements. Parmi les rares études conduites sur la céramique — matériau ô combien omniprésent sur les sites archéologiques ! —, l’analyse des productions au sein du peuple Luo du Kenya a montré comment les styles traversent plusieurs frontières entre groupes et sous-groupes ethniques, les stratégies des potières et des consommateurs, même si elles sont en partie inspirées par des problèmes d’identité, ne se ramenant jamais à cette seule préoccupation78. Finalement, ce sont les relations personnelles des potières et les modalités d’apprentissage du métier qui expliquent la répartition des styles plutôt qu’une quelconque référence ethnique. Une fois de plus, dans le domaine de la céramique comme dans celui d’autres objets ou celui des habitations, il faut expliciter les stratégies des différents acteurs sociaux pour rendre compte de productions culturelles qui ne sont en rien des marqueurs stables.

  • 79 Qui constituaient un des moyens essentiels de subsistance chez les Celtes (voir Cunliffe, 2001, pp. (...)
  • 80 Kruta, 2000, pp. 440-441.

44L’espace englobant des Celtes, en partie évoqué dans les textes antiques, n’est pas sans rappeler plusieurs des contextes précédents. Des espaces d’échanges existent, mettant en relation des aires culturelles diverses, ainsi que des groupes de guerriers, tels qu’on les voit à l’occasion de l’épisode des migrations (ive-iiie siècle av. J.-C.) pratiquant des razzias79, comme le feront plus tard les Barbares de l’Antiquité tardive. Des ethnonymes circulent aussi dès cette période : ainsi, les Sénons sont un peuple décrit par César habitant à la fois dans le secteur de l’actuel département de l’Yonne et ayant, entre autres, fourni douze mille hommes à la coalition gauloise. Mais ils correspondent aussi au dernier des peuples celtes arrivés en Italie, défaits plus tard par les Romains à la fin du iiie siècle av. J.-C. Le cas des Aulerques est encore plus complexe puisque quatre localisations leur sont attribuées, mais ils peuvent être Brannovices, Cénomans, Diablintes ou encore Éburovices suivant les cas80. Nous ne savons pas s’il faut effectuer une filiation réelle entre eux, si la coïncidence est fortuite, ou s’il s’agit d’un nom investi par certains à la recherche d’une autorité, d’une parenté bricolée.

  • 81 Collis, 1994.
  • 82 Voir, en dernier lieu, Garcia, 2004, pp. 15-16, lequel favorise une assignation venant plutôt de l’ (...)
  • 83 À ce sujet, voir les commentaires de Prosdocimi, 1991.
  • 84 La plus radicale étant certainement celle de Collis, 1984.
  • 85 Kruta, 1996, p. 6.

45À une tout autre échelle, le qualificatif de Celtes pose d’autres problèmes. Si l’on s’en tient à la tradition littéraire, le tableau s’avère partiel, ambigu et généralement mal documenté81. On ignore même si l’origine de cet ethnonyme est locale ou si ce nom fait partie des nombreuses assignations lancées par les Grecs à la découverte du monde occidental, ne voyant sortir des ténèbres qu’homogénéité, simplicité et anhistoricité82. Comme nous l’avons dit, la langue était un des critères le plus souvent retenu pour définir un peuple. On admet maintenant que sa fonction peut être aussi bien véhiculaire qu’identitaire. Compte tenu de notre méconnaissance du supposé « celtique continental », dont la construction repose sur des données onomastiques disparates, quelques inscriptions et, surtout, des projections à partir des langues insulaires et indo-européennes, il n’est pas sûr que l’expression « parler le celte » ait eu un sens précis pour les habitants de l’ancienne Europe et, par voie de conséquence, pour nous83. Le développement de l’archéologie protohistorique (sépultures, habitat) et, plus précisément, la découverte d’un art original rapidement qualifié d’« art celtique » ont, jusqu’à présent, entretenu l’illusion que l’on pouvait faire coïncider un peuple (les Celtes) et une culture matérielle (celle de La Tène), en reconnaissant parfois l’existence d’une phase préparatoire qualifiée de « protoceltique » (la culture de Hallstatt). Cette assimilation a fait l’objet de nombreuses critiques84 lesquelles admettent généralement que l’on puisse séparer deux « concepts », celui de l’appartenance ethnique d’une part, et celui de l’appartenance culturelle d’autre part85. Or, il n’est pas sûr qu’il soit plus simple d’être celte dans l’Antiquité que bambara dans l’Afrique précoloniale, et qu’une quelconque réalité culturelle puisse être définie en dehors des pratiques d’acteurs sociaux que l’archéologue peine à repérer.

  • 86 Rapin et Schwaller, 1987.
  • 87 Sur cette question, voir la présentation prudente de Py, 1993 b, pp. 166-168, lequel ne reconnaît p (...)

46Les ensembles clos se prêtent mieux que d’autres types d’accumulations archéologiques au repérage de micro-faits sociaux. Prenons l’exemple de la tombe 163 (fin du ive-milieu du iiie siècle av. J.-C.) du site languedocien d’Ensérune, qui a fait l’objet d’un réexamen86 dont les résultats peuvent s’interpréter diversement. Aux ossements incinérés d’un individu, contenus dans un cratère à vernis noir, étaient associées différentes céramiques (autres vernis noirs, vases à pâte claire, amphores massaliètes et poteries non tournées) — toutes représentatives du contexte méditerranéen local —, ainsi que des fibules, les éléments d’un petit coffre et, surtout, une panoplie complète de guerrier (épée avec son fourreau, fer de lance, éléments d’un bouclier, chaîne de ceinturon, résille [appartenant à un casque ?]), pièces plutôt comparables à celles découvertes dans des ensembles laténiens, danubiens ou nord italiques. L’agglomération d’Ensérune, site très ouvert aux influences extérieures n’ayant pas connu de discontinuité culturelle avant l’incinération de ce guerrier — et de quelques autres —, les archéologues en ont déduit qu’il pouvait s’agir d’un témoignage de la circulation dans la région de mercenaires celtiques, bien avant l’installation des Volques, eux aussi celtiques mais plutôt envahisseurs. En d’autres termes, la continuité de l’habitat ne saurait appuyer l’hypothèse d’une prise en main par des guerriers celtes, ceux-ci n’étant d’abord que de passage et dépourvus de volonté politique. Car, contrairement à ce qui a été dit à propos des Barbares de l’Antiquité tardive, les Protohistoriens n’imaginent pas que des changements politiques importants puissent n’affecter que très légèrement la culture matérielle d’une aire donnée87. Ce qui ne signifie pas pour autant que nous ayons avec cette tombe de guerrier la preuve d’une première hégémonie celtique sur les bords de la Méditerranée.

47On vient de le voir, le dossier celte est complexe et concerne un espace si grand et si mouvant qu’il y a peu de chances que l’archéologie puisse prochainement en faire la synthèse. Qu’en est-il maintenant des territoires a priori plus faciles à cerner ?

  • 88 Nickels, 1989 a, p. 449, Garcia, 1995, p. 141 et Janin, 2000 et 2002.
  • 89 Garcia, 2004, p. 18.
  • 90 Ugolini, 1993, pp. 33-34.

48Le peuple des Elisyques est un des plus anciens mentionnés par la littérature antique. Selon Hécatée de Milet (fin du vie siècle), cette peuplade, qui se nomme elle-même ainsi, est ligure et occupe la bande littorale, avec comme capitale Naro/Narbo (Montlaurès près de Narbonne ?), comme le précisera plus tard Festus Avienus (Ora maritima, v. 584). Si l’on en croit Hérodote (VII, 195), des mercenaires issus de ce groupe auraient participé à la bataille d’Himère sous la conduite des Carthaginois en 480 av. J.-C. Munis de ces informations, les archéologues n’ont pas manqué d’en retrouver les traces sur le terrain. Compte tenu de sa datation (à partir du viie siècle) et de son homogénéité entre les vallées de l’Aude et de l’Hérault, le faciès archéologique du Grand Bassin I, d’abord repéré à Mailhac, s’est révélé constituer un excellent candidat pour sa culture matérielle88. Le fait que ce peuple soit un des premiers à avoir retenu l’attention des Grecs s’expliquerait par son ouverture précoce au commerce méditerranéen, comme le prouvent les quelques imitations protocorinthiennes découvertes dans les nécropoles89, et sa disparition de la scène historique ne serait due qu’à une « perte d’identité et des valeurs traditionnelles » ainsi qu’à la « désagrégation des anciennes structures » face au développement des contacts avec les Grecs à partir du ve siècle90. Nous avons déjà formulé nos critiques quant à cette assimilation entre une culture matérielle et un ethnonyme qui repose sur une vision essentialiste de l’ethnie, mais aussi sur l’illusion que l’« homogénéité » que l’on veut bien accorder aux vestiges puisse être garante de l’existence d’un seul groupe, toutes considérations sociales mises à part. Comment être sûr que les différences observées avec les plaines du Roussillon dussent être attribuées à la présence d’autres populations, qualifiées de Sordes/Sordones par extrapolation à partir de sources plus récentes, ces dernières ayant développé une conscience ethnique spécifique et maintenu une frontière que l’on serait susceptible de retrouver ?

  • 91 Voir la synthèse de Boissinot (à paraître).
  • 92 Garcia, 2004, p. 16.

49Le cas des Ségobriges91, peuplade qui, selon la légende de fondation de Marseille, aurait accueilli pacifiquement les premiers colons grecs, se présente moins favorablement pour qui décide d’appliquer les présupposés du culturalisme aux vestiges archéologiques. En effet, les sites pouvant être datés de cette période du premier contact sont rares et, dans l’environnement immédiat du port phocéen, particulièrement modestes et peu explorés ; les sépultures, plus riches en enseignement, sont malheureusement très dispersées, mal fouillées et lointaines. Le fait que le nom puisse être celte, comme le furent aussi les sujets du roi Nannus si l’on admet que la Ligurie est une partie de la Celtique92, n’apporte pas grand-chose à la délimitation de la peuplade et à la localisation de la bourgade ayant logé l’aristocratie locale pour des raisons que nous avons déjà énoncées. De même, les rapprochements qui ont pu être proposés entre le faciès gardois du Suspendien et celui qui caractérise la Provence occidentale n’autorisent en rien le tracé d’une aire culturelle comprenant ces deux régions ; non pas parce que le Rhône aurait pu constituer une frontière naturelle, mais parce qu’une carte de répartition des faits archéologiques ne nous est d’aucun secours pour définir une éventuelle entité ethnique.

  • 93 Geary, 2004, pp. 66-67.
  • 94 Jullian, 1920-1926, Livre II : La Gaule indépendante, pp. 217-218 : « Le territoire d’une tribu éta (...)

50Vers la fin de la Protohistoire, les sources littéraires et épigraphiques comme les contacts ethniques directs se multiplient, et le nombre de peuples mentionnés s’accroît considérablement. Certains auteurs, tel Pline l’Ancien, par goût de la classification et de la territorialisation, se sont livrés à la recension d’un maximum de peuples jusqu’à oublier leurs fréquentes décompositions et recompositions93. Cette riche documentation qui ne demandait qu’à être reportée sur une carte a été largement utilisée par les historiens dès l’époque moderne. Jusqu’à une date récente, le territoire de ces populations était restitué grâce à la méthode régressive : on considérait en effet que les limites des diocèses du haut Moyen Âge ne faisaient que reprendre celle des civitates de l’époque gallo-romaine lesquelles, à leur tour, étaient construites à partir de celles des territoires des peuplades gauloises. Avec un tel procédé, on ne pouvait obtenir autre chose qu’une marqueterie de territoires plus ou moins vastes, ne laissant aucun espace sans attribution, si ce n’est les no man’s land qui pouvaient en constituer les enveloppes. C’est certainement Camille Jullian qui a le plus systématiquement exploité ce système, isolant même des éléments de base, les pagi, petites régions naturelles au peuplement homogène dont les assemblages permettaient la constitution de véritables petites nations, caractérisées par une unité stratégique et économique et, surtout, par un nom94. Même s’il admet pour la Gaule chevelue l’existence de peuplades flottantes, pouvant éventuellement s’agréger avec leurs voisines, ce modèle est clairement — pour ne pas dire caricaturalement — celui d’une mosaïque d’États-nations, précisément celui que nous voudrions dénoncer ici.

  • 95 Leveau, 2002.
  • 96 Tarpin, 2002.
  • 97 À propos de l’exemple précis de la vallée de la Saône, l’usage qui est fait de cette terminologie d (...)
  • 98 Bonnemaison, 2001.

51Depuis cette période, où le souffle nationaliste expliquait bien des surinterprétations, la méthode régressive a fait l’objet de nombreuses critiques. Non seulement il ne va pas de soi que les limites diocésaines aient systématiquement repris celle des civitates95, mais il n’est pas sûr non plus que des frontières rigides puissent être associées à chacune des peuplades gauloises. Le choix que l’on fait, par exemple, dans la traduction du latin fines, qui peut aussi bien signifier « limite » que « pays » (ou « terre »), contraint évidemment la lecture du texte de César. De même, l’emploi relativement imprécis du terme pagus chez le même auteur correspond certainement au plaquage d’une réalité qu’il connaissait bien, celle de l’Italie, sur une autre qui lui était étrangère ; il n’est donc pas assuré qu’il ait eu un sens tribal comme l’admettait Jullian96. Ce qui vient d’être dit à propos des traductions littéraires peut être formulé avec des restrictions plus grandes encore en ce qui concerne les vestiges archéologiques. Si l’on admet l’existence d’entités aux frontières bien marquées, on fera une lecture particulière des productions matérielles et de la répartition des styles ; on choisira alors le terme d’« enclave » plutôt que l’évocation de limites poreuses, de zones tampons où l’indétermination ethnique est grande97. Il ne s’agit pas bien sûr d’éliminer l’idée de frontière pour ces périodes antérieures à la mise en place d’un État et d’un maillage administratif, mais de considérer que celles-ci sont multiples, qu’elles sont avant tout mentales et qu’elles ne se recoupent pas forcément, même si elles s’appuient sur un certain nombre de géosymboles98.

  • 99 Cette surinterprétation peut relever à la fois de la réduction à un facteur unique, de l’obsession (...)

52Toutes ces considérations nous ont éloigné un temps de la plage et mené jusqu’au cœur de l’Europe. Il est évident que les évolutions diffèrent très sensiblement suivant que l’on se situe dans un massif montagneux alpin ou sur les bords de la Méditerranée, en contact avec des peuples que l’on qualifiera pour simplifier d’« innovants ». Mais, aussi bien dans cette zone d’interface que plus loin à l’intérieur des terres, il n’y a pas lieu d’imaginer un cloisonnement d’entités homogènes tel que l’ont pensé quelques idéologues athéniens et, plus tard, réalisé les administrateurs des États-nations. Des consciences ethniques et des stratégies identitaires n’ont pas manqué d’affecter ces populations, mais pas selon le schéma rigide qui est généralement retenu ou l’orientation que certains textes ont voulu donner en gommant les spécificités sociales. La souplesse qu’il faut désormais introduire n’est pas garante d’une facilité accrue dans le travail d’interprétation des historiens et des archéologues ; elle n’est pas non plus la projection d’un goût pour le métissage diffusé par nos Ministères de la culture. Mais c’est le prix que l’on doit payer pour éviter toute surinterprétation99.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Amselle, Jean-Loup (1977), Les négociants de la savane : histoire et organisation sociale des Kodoroko (Mali), Paris.

Amselle, Jean-Loup et M’Bokolo, Elikia (1985), Au cœur de l’ethnie : ethnies, tribalisme et État en Afrique, Paris.

Arcelin, Patrice (1990), « Arles », dans Voyage en Massalie : 100 ans d’archéologie en Gaule du Sud. Catalogue de l’exposition organisée par le Musée d’archéologie méditerranéenne (Marseille, 19 novembre 1990-24 février 1991), Marseille, pp. 195-198.

Arcelin, Patrice (1991), « Céramiques campaniennes et dérivées régionales tardives de Glanum (Saint-Rémy-de-Provence, Bouches-du-Rhône). Questions culturelles et chronologiques », Documents d’archéologie méridionale, 14, pp. 205-238.

Arcelin, Patrice (1992), « Société indigène et propositions culturelles massaliotes en basse Provence occidentale », dans Michel Bats, Guy Bertucchi, Gaëtan Congès et Henri Tréziny (éd.), Marseille grecque et la Gaule. Actes du Colloque international d’histoire et d’archéologie et du Ve Congrès archéologique de Gaule méridionale (Marseille, 18-23 novembre 1990), Lattes - Aix-en-Provence, pp. 305-336.

Arcelin, Patrice (1995), « Arles protohistorique, centre d’échanges économiques et culturels », dans Patrice Arcelin, Michel Bats, Dominique Garcia, Georges Marchand et Martine Schwaller (éd.), Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à André Nickels, Paris, pp. 325-338.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Arcelin, Patrice (2004), « Les prémices du phénomène urbain à l’Âge du Fer en Gaule méridionale. Les agglomérations de la basse vallée du Rhône », Gallia, 61, pp. 223-269.
DOI : 10.3406/galia.2004.3063

Arcelin, Patrice et Cayot, Anne (1984), « Réflexions sur l’abandon de l’agglomération hellénistique de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts, Bouches-du-Rhône) », Revue archéologique de Narbonnaise, 17, pp 53-71.

Arcelin-Pradelle, Charlette (1984), La céramique grise monochrome en Provence, Paris.

Badie, Alain, Gailledrat, Éric, Moret, Pierre, Rouillard, Pierre, Sánchez, María José et Sillières, Pierre (2000), Le site antique de La Picola à Santa Pola (Alicante, Espagne), Paris - Madrid.

Balandier, Georges (1955), Sociologie actuelle de l’Afrique noire. Dynamique des changements sociaux en Afrique centrale, Paris.

Barral, Philippe, Guillaumet, Jean-Paul et Nouvel, P. (2002), « Les territoires de la fin de l’Âge du Fer entre Loire et Saône : les Eduens et leurs voisins. Problématique et éléments de réponse », dans Dominique Garcia et Florence Verdin (dir.), Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoire des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale. Actes du XXIVe Colloque international de l’Association française pour l’étude de l’Âge du Fer (Martigues, 1er-4 juin 2000), Paris, pp. 271-296.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bats, Michel (1988), Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350 - v. 50 av. J.-C.). Modèles culturels et catégories céramiques, Paris.
DOI : 10.3406/ran.1988.1669

Bats, Michel (1989), « Consommation, production et distribution de la vaisselle céramique », dans Pierre Rouillard et Marie-Christine Villanueva-Puig (éd.), Grecs et Ibères au ive siècle avant Jésus-Christ : commerce et iconographie. Actes de la table ronde (Bordeaux, 16-18 décembre 1986), Paris, pp. 197-266.

Bats, Michel (1990), « Olbia », dans Voyage en Massalie : 100 ans d’archéologie en Gaule du Sud. Catalogue de l’exposition organisée par le Musée d’archéologie méditerranéenne (Marseille, 19 novembre 1990-24 février 1991), Marseille, pp. 207-210.

Bats, Michel (1999), « Identités ethno-culturelles et espaces en Gaule méditerranéenne (principalement aux vie-ve siècles av. J.-C.) », dans Confini e frontiera nella Grecità d’Occidente. Atti del trentasettesimo convegno di studi sulla Magna Grecia [Taranto, 3-6 ottobre 1997] (2 vol.), Tarante, vol. 1, pp. 381-418.

Bats, Michel (2003), « Ligyens et Salyens d’Hécatée à Strabon », dans Michel Bats, Bernard Dedet, Pierre Garmy et al. (éd.), Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, Montpellier, pp. 147-166.

Bats, Michel (2004), « Les colonies massaliètes de Gaule méridionale. Sources et modèles d’un urbanisme militaire aux ive-iiie siècles av. J.-C. », dans Sandrine Augusta-Boularot et Xavier Lafon (dir.), Des Ibères aux Vénètes. Actes du colloque (Rome, 10-12 juin 1999), Rome, pp. 51-64.

Bayard, Jean-François (1996), L’illusion identitaire, Paris.

Berard, Odile, Nickels, André et Schwaller, Martine (1990), « Agde », dans Voyage en Massalie : 100 ans d’archéologie en Gaule du Sud. Catalogue de l’exposition organisée par le Musée d’archéologie méditerranéenne (Marseille, 19 novembre 1990-24 février 1991), Marseille, pp. 183-185.

Bertucchi, Gérard (1992), « Nécropoles et terrasses funéraires de l’époque grecque. Un bilan des recherches », dans Michel Bats, Guy Bertucchi, Gaëtan Congès et Henri Tréziny (éd.), Marseille grecque et la Gaule. Actes du Colloque international d’histoire et d’archéologie et du Ve Congrès archéologique de Gaule méridionale (Marseille, 18-23 novembre 1990), Lattes - Aix-en-Provence, pp. 123-137.

Boissinot, Philippe (1990), « “La maison brûlée”. Document et écriture archéologique », Agone, 1, pp. 29-49.

Boissinot, Philippe (1998), « Que faire de l’Identité avec les seules méthodes de l’archéologie ? », dans André D’Anna et Didier Binder (dir.), Production et identité culturelle : actualité de la recherche. Actes de la deuxième session des rencontres méridionales de préhistoire récente (Arles [Bouches-du-Rhône], 8-9 novembre 1996), Antibes, pp. 17-26.

Boissinot, Philippe (2003), « L’invention du village celto-ligure. Les régimes de croyance dans les productions savantes provençales des xviie-xxe siècles », dans Bernard Mandy et Anne de Saulce (dir.), Les marges de l’Armorique à l’Âge du Fer. Archéologie et histoire : culture matérielle et sources écrites. Actes du XXIIIe Colloque de l’Association française pour l’étude de l’Âge du Fer (Nantes, 13-16 mai 1999), Rennes,pp. 381-386.

Boissinot, Philippe (à paraître), « Le pays des Ségobriges ? Le bassin de Marseille à l’époque protohistorique », dans Marie-Pierre Rothé (dir.), Marseille,t. xiii-5 de la Carte archéologique de la Gaule (Nouvelle série), Michel Provost (dir.), Paris.

Bonis, Armelle, Cleuziou, Serge, Coudart, Annick, Ch. C. Kaeser Marc-Antoine et al. (2001), « La construction identitaire dans les sociétés passées et présentes. Le rôle de l’archéologie, de l’ethnologie et de l’histoire », Nouvelles de l’archéologie, 85, pp. 25-36.

Bonnemaison, Joël (2001), La géographie culturelle : cours de l’Université de Paris IV-Sorbonne (1994-1997), Paris.

Chabot, Louis (1992), « Une citerne collective du village de La Cloche », Documents d’archéologie méridionale, 15, pp. 126-130.

Chrétien, Jean-Pierre et Prunier, Gérard (dir.) (1989), Les ethnies ont une histoire. Actes du colloque (Paris, 21-22 février 1986), Paris.

Clavel-Lévêque, Monique (1977), Marseille grecque. La dynamique d’un impérialisme marchand, Marseille.

Collis, John Ralph (1984), « Adieu Hallstatt ! Adieu La Tène ! », Aquitania, Supplément 1 : « Actes du VIIIe Colloque sur les Âges du Fer en France non méditerranéenne (Angoulême, 1984) », Alain Duval et José Gómez de Soto (dir.), pp. 327-330.

Collis, John Ralph (1994), « Celtes, cultures, contacts : confrontation et confusion », Aquitania, 12, pp. 447-456.

Coupry, Jacques et Giffault, Michèle (1984), « Onomastique non-hellénique dans l’anthroponymie olbienne et massaliète, en Ligurie marseillaise à la fin de l’époque hellénistique, d’après les ex-voto du sanctuaire d’Aristée à l’Acapte », dans Hélène Walter (éd.), Hommages à Lucien Lerat (2 vol.), Paris, vol. 1, pp. 209-220.

Coupry, Jacques et Giffault, Michèle (1990), « Le sanctuaire de l’Acapte », dans Voyage en Massalie : 100 ans d’archéologie en Gaule du Sud. Catalogue de l’exposition organisée par le Musée d’archéologie méditerranéenne (Marseille, 19 novembre 1990-24 février 1991), Marseille, pp. 214-219.

Cuche, Denys (2001), La notion de culture dans les sciences sociales, Paris.

Cunliffe, Barry (2001), Les Celtes, Paris.

Dedet, Bernard (1990), « Une maison à absides sur l’oppidum de Gailhan (Gard) au milieu du ve siècle av. J.-C. La question du plan absidial en Gaule du Sud », Gallia, 47, pp. 29-55.

Dietler, Michael (2002), « L’archéologie du colonialisme », dans Laurier Turgeon (dir.), Regards croisés sur le métissage, Saint-Nicolas (Québec), pp. 135-184.

Dietler, Michael et Herbich, Ingrid (1994), « Ceramics and Ethnics Identity : Ethnoarchaeological Observations on the Distribution of Pottery Styles and the Relationship between the Social Contexts of Production and Consumption », dans Terre cuite et société. La céramique, document technique, économique et culturel. Actes des XIVe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes (Antibes, 21-23 octobre 1993), Juan-les-Pins, pp. 459-472.

Fourgous, Denise (1991), « Entre les Grecs et les Barbares : une esquisse », Nouvelle revue d’ethnopsychiatrie, 17, pp. 145-168.

Gantès, Lucien-François (1992), « L’apport des fouilles récentes à l’étude quantitative de l’économie massaliète », dans Michel Bats, Guy Bertucchi, Gaëtan Congès et Henri Tréziny (éd.), Marseille grecque et la Gaule. Actes du Colloque international d’histoire et d’archéologie et du Ve Congrès archéologique de Gaule méridionale (Marseille, 18-23 novembre 1990), Lattes - Aix-en-Provence, pp. 171-178.

Gantès, Lucien-François et Moliner, Manuel (1990), « Cinq années d’archéologie municipale », dans Marseille, itinéraire d’une mémoire, Marseille, pp. 11-18.

Garcia, Dominique (1993), Entre Ibères et Ligures. Lodévois et moyenne vallée de l’Hérault protohistoriques, Paris.

Garcia , Dominique (1995), « Le territoire d’Agde grecque et l’occupation du sol en Languedoc central », dans Patrice Arcelin, Michel Bats, Dominique Garcia, Georges Marchand et Martine Schwaller (éd.), Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à André Nickels, Paris, pp. 137-167.

Garcia, Dominique (2004), La Celtique méditerranéenne : habitats et sociétés en Languedoc et en Provence du viiie au iie siècle av. J.-C., Paris.

Garcia, Dominique et Marchand, Georges (1995), « À propos du faciès mobilier d’Agde », dans Patrice Arcelin, Michel Bats, Dominique Garcia, Georges Marchand et Martine Schwaller (éd.), Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à André Nickels, Paris, pp. 99-103.

Geary, Patrick J. (2004), Quand les nations refont l’histoire. L’invention des origines médiévales de l’Europe, Paris.

Graham, Alexander John (1981-1982), « Religion, Women and Greek Colonization », dans Religione e città nel mondo antico. Atti del Convegno di Studi (Bressanone, 24-27 ottobre 1981), Rome, pp. 293-314.

Gras, Michel (1995), La Méditerranée archaïque, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gros, Pierre (1981), « Note sur deux reliefs des “Antiques”. Le problème de la romanisation », Revue archéologique de Narbonnaise, 14, pp. 159-172.
DOI : 10.3406/ran.1981.1063

Gros, Pierre (1986), « Le mausolée des Julii et le statut de Glanum », Revue archéologique, 1, pp. 65-80.

Gros, Pierre (1992), « Rome ou Marseille ? Le problème de l’hellénisation de la Gaule transalpine aux deux derniers siècles de la République », dans Michel Bats, Guy Bertucchi, Gaëtan Congès et Henri Tréziny (éd.), Marseille grecque et la Gaule. Actes du Colloque international d’histoire et d’archéologie et du Ve Congrès archéologique de Gaule méridionale (Marseille, 18-23 novembre 1990), Lattes - Aix-en-Provence, pp. 369-379.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gros, Pierre (1996), « Hercule à Glanum. Sanctuaires de transhumance et développement urbain », Gallia, 52, pp. 311-331.
DOI : 10.3406/galia.1995.3155

Guyot-Rougemont, Claire et Rougemont, Georges (1992), « Marseille antique : les textes littéraires grecs et romains », dans Michel Bats, Guy Bertucchi, Gaëtan Congès et Henri Tréziny (éd.), Marseille grecque et la Gaule. Actes du Colloque international d’histoire et d’archéologie et du Ve Congrès archéologique de Gaule méridionale (Marseille, 18-23 novembre 1990), Lattes - Aix-en-Provence, pp. 47-49.

Halpern, Catherine (2004), « Faut-il en finir avec l’Identité ? », Sciences humaines, 151, pp. 12-23.

Hermary, Antoine, Hesnard, Antoinette et Tréziny, Henri (dir.) (1999), Marseille grecque (600-49 av. J.-C.) : la cité phocéenne, Paris.

Jacobsthal, Paul et Neuffer, E. (1933), « Gallia-Graeca : recherche sur l’hellénisation de la Provence », Préhistoire, 2, pp. 1-64.

Janin, Thierry (2000), « Nécropoles et sociétés : les communautés du premier Âge du Fer en Languedoc occidental », dans Thierry Janin (éd.), Mailhac et le premier Âge du Fer en Europe occidentale. Hommages à Odette et Jean Taffanel. Actes du colloque international (Carcassonne, 17-20 septembre 1997), Lattes, pp. 117-132.

Janin, Thierry (2002), « Nécropoles et espace géographique en Languedoc occidental au premier Âge du Fer : essai sur l’organisation territoriale et politique de la société élisyque », dans Dominique Garcia et Florence Verdin (dir.), Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale. Actes du XXIVe Colloque international de l’Association française pour l’étude de l’Âge du Fer (Martigues, 1er-4 juin 2000), Paris, pp. 108-118.

Jullian, Camille (1920-1926), Histoire de la Gaule (8 vol.), Paris.

Kaufmann, Jean-Claude (2004), L’invention de soi. Une théorie de l’identité, Paris.

Kruta, Venceslas (1996), Les Celtes, Paris (7e éd.).

Kruta, Venceslas (2000), Les Celtes. Histoire et dictionnaire : des origines à la romanisation et au christianisme, Paris.

Lagrand, Charles-Henri (1963), « La céramique “pseudo-ionienne” dans la vallée du Rhône », Cahiers rhodaniens, 10, pp. 37-82.

Lejeune, Michel (1985), Textes gallo-grecs, vol. 1 du Recueil des inscriptions gauloises, Paul-Marie Duval (dir.), Paris.

Leveau, Philippe (2002), « Les territoires. Un bilan des méthodes d’étude », dans Dominique Garcia et Florence Verdin (dir.), Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale. Actes du XXIVe Colloque international de l’Association française pour l’étude de l’Âge du Fer (Martigues, 1er-4 juin 2000), Paris, pp. 9-17.

Moliner, Manuel (éd.) (2003), La nécropole de Sainte-Barbe à Marseille : ive siècle av. J.-C. - iie siècle ap. J.-C., Aix-en-Provence.

Morel, Jean-Paul (1995 a), « De la Basilicate au Languedoc et à Carthage. Propositions grecques et choix des autochtones », dans Patrice Arcelin, Michel Bats, Dominique Garcia, Georges Marchand et Martine Schwaller (éd.), Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à André Nickels, Paris, pp. 419-425.

Morel, Jean-Paul (1995 b), « Les Grecs et la Gaule », dans Georges Vallet (dir.), Les Grecs et l’Occident. Actes du Colloque de la villa « Kérylos » (1991), Rome - Paris, pp. 41-69.

Moret, Pierre (2002), « Maisons phéniciennes, grecques et indigènes : dynamiques croisées en Méditerranée occidentale (de l’Hérault au Segura) », Pallas, revue d’études antiques, 58 : « Habitat et urbanisme dans le monde grec de la fin des palais mycéens à la prise de Millet [494 avant J.-C.] (Table ronde internationale, Toulouse, 9-10 mars 2001), Jean-Marc Luce (éd.), pp. 329-356.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Nickels, André (1976), « Les maisons à abside d’époque grecque archaïque de La Monédière, à Bessan (Hérault) », Gallia, 34 (1), pp. 95-128.
DOI : 10.3406/galia.1976.1546

Nickels, André (1983), « Les Grecs en Gaule : l’exemple du Languedoc », dans Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes. Actes du colloque (Cortone, 24-30 mai 1981), Pise - Rome, pp. 409-428.

Nickels, André (1989 a), Agde. La nécropole du premier Âge du Fer, Paris.

Nickels, André (1989 b), « La Monédière à Bessan (Hérault). Le bilan des recherches », Documents d’archéologie méridionale, 12, pp. 51-120.

Nickels, André (1995), « Les sondages de la rue Perben à Agde », dans Patrice Arcelin, Michel Bats, Dominique Garcia, Georges Marchand et Martine Schwaller (éd.), Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à André Nickels, Paris, pp. 59-98.

Olivier, Laurent (2003), « “Peuples”, “cultures” et manifestations archéologiques de l’Âge du Fer. Gustav Kossinna, Gordon Childe et nous », dans Suzanne Plouin et Peter Jud (dir.), Habitats, mobiliers et groupes régionaux de l’Âge du Fer. Actes du XXe Colloque de l’Association française pour l’étude de l’Âge du Fer (Colmar-Mittelwihr, 16-19 mai 1996), Dijon, pp. 231-239.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre (1996), « La violence faite aux données. Autour de quelques figures de la surinterprétation en anthropologie », Enquête, 3, pp. 31-59.

Piganiol, André (1973), Scripta varia (3 vol.), t. i : Généralités, Bruxelles.

Poutignat, Philippe et Streiff-Fenart, Jocelyne (1995), Théories de l’ethnicité, Paris.

Pralon, Didier (1992), « La légende de la fondation de Marseille », dans Michel Bats, Guy Bertucchi, Gaëtan Congès et Henri Tréziny (éd.), Marseille grecque et la Gaule. Actes du Colloque international d’histoire et d’archéologie et du Ve Congrès archéologique de Gaule méridionale (Marseille, 18-23 novembre 1990), Lattes - Aix-en-Provence, pp. 51-56.

Prosdocimi, Aldo Luigi (1991), « Langue et écriture des premiers Celtes », dans Sabatino Moscati (éd.), Les Celtes. Catalogue de l’exposition du Palazzo Grassi (Venise), Milan, pp. 51-59.

Py, Michel (1993 a), « Céramique à pâte claire héraultaise », dans Dictionnaire des céramiques antiques (viie siècle av. n. è.-viie s. de n. è.) en Méditerranée nord-occidentale (Provence, Languedoc, Ampurdan) [Lattara, 6], Lattes, pp. 204-205.

Py, Michel (1993 b), Les Gaulois du Midi : de la fin de l’Âge du Bronze à la conquête romaine, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rapin, André et Schwaller, Martine (1987), « Contribution à l’étude de l’armement celtique : la tombe 163 d’Ensérune (Hérault) », Revue archéologique de Narbonnaise, 20, pp. 155-183.
DOI : 10.3406/ran.1987.1309

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rolland, Henri (1968), « Sculptures à figures découvertes à Glanum », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, pp. 99-114.
DOI : 10.3406/crai.1967.12076

Roth-Congès, Anne (1992), « Le centre monumental de Glanon ou les derniers feux de la civilisation salyenne », dans Michel Bats, Guy Bertucchi, Gaëtan Congès et Henri Tréziny (éd.), Marseille grecque et la Gaule. Actes du Colloque international d’histoire et d’archéologie et du Ve Congrès archéologique de Gaule méridionale (Marseille, 18-23 novembre 1990), Lattes - Aix-en-Provence, pp. 351-367.

Roth-Congès, Anne (1997), « La fortune éphémère de Glanum : du religieux à l’économique (à propos d’un article récent) », Gallia, 54, pp. 157-202.

Sanmartí Grego, Enric (1992), « Massalia et Emporion : une origine commune, deux destins différents », dans Michel Bats, Guy Bertucchi, Gaëtan Congès et Henri Tréziny (éd.), Marseille grecque et la Gaule. Actes du Colloque international d’histoire et d’archéologie et du Ve Congrès archéologique de Gaule méridionale (Marseille, 18-23 novembre 1990), Lattes - Aix-en-Provence, pp. 27-41.

Sanmartí Grego, Enric (1993), « Grecs et Ibères à Emporion. Notes sur la population indigène de l’Empordà et des territoires limitrophes », Documents d’archéologie méridionale, 16, pp. 19-25.

Sanmartí Grego, Enric (2000), Emporion : una ciudad griega en Iberia, Madrid.

Scheid-Tissinier, Évelyne (1999), L’homme grec aux origines de la cité (900-700 av. J.-C.), Paris.

Tarpin, Michel (2002), « Les pagi gallo-romains : héritiers des communautés celtiques ? », dans Dominique Garcia et Florence Verdin (dir.), Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale. Actes du XXIVe Colloque international de l’Association française pour l’étude de l’Âge du Fer (Martigues, 1er-4 juin 2000), Paris, pp. 199-204.

Tréziny, Henri (1992), « Imitations, emprunts, détournements : sur quelques problèmes d’architecture et d’urbanisme en Gaule méridionale », dans Michel Bats, Guy Bertucchi, Gaëtan Congès et Henri Tréziny (éd.), Marseille grecque et la Gaule. Actes du Colloque international d’histoire et d’archéologie et du Ve Congrès archéologique de Gaule méridionale (Marseille, 18-23 novembre 1990), Lattes - Aix-en-Provence, pp. 337-349.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Tylor, Edward Burnett (1871), Primitive Culture : Researches into the Development of Mythology, Philosophy, Religion, Language, Art and Custom (2 vol.), Londres.
DOI : 10.1037/13484-000

Ugolini, Danièle (1993), « Civilisation languedocienne et ibérisme : un bilan de la question (viie-ive siècle av. J.-C.) », Documents d’archéologie méridionale, 16, pp. 26-40.

Van Compernolle, René (1983), « Femmes indigènes et colonisateurs », dans Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes. Actes du colloque (Cortone, 24-30 mai 1981), Pise - Rome, pp. 1033-1049.

Veit, Ulrich (1994), « Ethnic Concepts in German Prehistory : a Case Study on the Relationship between Cultural Identity and Archaeological Objectivity », dans Stephen Shennan (éd.), Archaeological Approaches to Cultural Identity, Londres, pp. 35-56.

Haut de page

Notes

1 Puis sa formulation dans le célèbre Mémorandum pour l’étude de l’acculturation publié en 1936 sous la direction de R. Redfield, R. Linton et M. Herskovits (voir la présentation de cet ouvrage dans Cuche, 2001, pp. 55-56).

2 Balandier, 1955, pp. 3-38.

3 En dernier lieu, voir les critiques de Dietler, 2002 et Morel, 1995 b.

4 Boissinot, 2003.

5 Halpern, 2004. Un large panorama de l’usage de ce concept peut se lire dans la synthèse de Kaufmann, 2004 et, à l’initiative des archéologues, on trouvera de nombreuses contributions dans Bonis et al., 2001. Pour ma part, j’ai montré un certain scepticisme dans l’approche archéologique de l’identité, notamment pour les sociétés qui appartiennent à la Préhistoire stricto sensu (Boissinot, 1998).

6 Par méconnaissance, nous laisserons à d’autres le même exercice à propos des Phéniciens/Puniques, qui concerne préférentiellement le sud de l’Espagne.

7 L’expression est empruntée à Dietler, 2002, de même que l’idée du titre ; la plage étant non seulement le bord de mer de la géographie physique, mais aussi le lieu où s’effectuent les (premiers) contacts physiques entre les populations en situation d’acculturation.

8 Voir à ce sujet les travaux de Amselle, 1977.

9 Dans des espaces étendus où le peuplement relativement dense est ancien, à la différence d’autres terrains du monde océanien où les sociétés sont plus cloisonnées.

10 La synthèse la plus récente est celle de Hermary, Hesnard et Tréziny (dir.), 1999.

11 Gantès et Moliner, 1990 et Hermary, Hesnard et Tréziny (dir.), 1999, pp. 49-51.

12 Dans Justin, Histoires philippiques. La légende rapportée par Aristote diffère quelque peu (voir Pralon, 1992).

13 Gras, 1995 et Scheid-Tissinier, 1999.

14 Gantès, 1992. La plupart des vases modelés sont des pots (urnes) destinés à la cuisson, fonction qui n’est guère représentée dans les séries importées. Pour cette raison, on peut aussi suggérer que ces vases ont été achetés par les Grecs sur des marchés locaux afin de compléter leur équipement, sans que les potières ne suivent leurs productions ; mais il existe aussi des formes modelées (20 % approximativement) qui ont leurs équivalents dans les séries tournées importées.

15 Graham, 1981-1982 et Van Compernolle, 1983.

16 Justin, Histoires philippiques, XLIII, 4.

17 Sauf, peut-être, le cas, malheureusement indécidable, d’une inscription très mutilée et tardive (iie-ier siècle av. J.-C.), découverte sur le chantier de la Bourse, qui pourrait utiliser le gallo-grec (si le datif gaulois en -ou est bien réel) et se référer à un culte rendu à Belenos, dieu gaulois (voir Lejeune, 1985, pp. 49-51).

18 Notre réflexion serait particulièrement enrichie si nous connaissions les nécropoles archaïques de Marseille et de ses environs (voir la synthèse de Bertucchi, 1992). Les récentes données sur l’ensemble funéraire plus tardif de Sainte-Barbe montrent que des indices, probablement « celtiques », existent dans le mobilier d’accompagnement de certaines incinérations. Les tombes 99 (-200/-150) et 198 (-300/-200) ont en effet livré des fibules qui appartiennent manifestement à la tradition continentale (voir Moliner [éd.], 2003, p. 159).

19 À Marseille, elle reste cependant quantitativement inférieure aux productions à pâte claire, lesquelles sont pour l’instant très mal connues pour les phases les plus anciennes (fouilles et analyses en cours).

20 Arcelin-Pradelle, 1984.

21 Bats, 1999.

22 Bats, 1989, évoque à ce propos une parfaite adaptation entre production et consommation dans un milieu ambivalent.

23 Lagrand, 1963.

24 Le cas de la céramique à pâte claire héraultaise (ou « subgéométrique héraultaise ») est encore plus complexe puisque ces productions relèvent de trois « influences » : grecque, celtique et ibéro-languedocienne (voir Py, 1993 a et Garcia, 1993). La localisation des découvertes datées du milieu du ive – début du iiie siècle av. J.-C., dans une microrégion à proximité du site d’Ensérune et loin des cités massaliètes, est un témoignage de l’inventivité locale, au destin cependant très éphémère.

25 Guyot-Rougemont et Rougemont, 1992.

26 Selon les expressions choisies de Arcelin, 1992 et de Morel, 1995 a.

27 Sur le site de La Cloche (Chabot, 1992). À propos des cuves maçonnées et enduites de béton de tuileau du site de Notre-Dame de Pitié (Marignane), Arcelin, 1992, p. 323, suppose l’intervention de techniciens grecs : « apport utilitaire et contribution de la colonie phocéenne aux pratiques agricoles et artisanales d’un village indigène ».

28 Pour l’analyse technique du rempart de Saint-Blaise et les références au monde punique, voir Tréziny, 1992, p. 344, lequel ne partage pas nos interrogations et s’en tient à des concepteurs massaliètes.

29 Bats, 1990 et 2004.

30 Bats, 1988.

31 Et la situation inverse semble aussi exister (deux cas probables) ; voir Coupry et Giffault, 1984 et 1990.

32 Voir la synthèse de Berard, Nickels et Schwaller, 1990 ainsi que l’article posthume de Nickels, 1995, dont les données sont analysées dans Garcia et Marchand, 1995.

33 Les recherches sur le terrain n’ont pas encore permis de localiser cet habitat supposé.

34 Nickels, 1983, p. 423. À propos de l’interprétation de la diversité des rites, voir les critiques de Garcia, 1995, pp. 147-148.

35 Nickels, 1976 et 1989 b.

36 Dedet, 1990.

37 Moret, 2002.

38 Arcelin et Cayot, 1984.

39 Cuche, 2001.

40 Fourgous, 1991.

41 Traduction, F. Lasserre, Paris, les Belles Lettres, 1966, t. ii : Livres III et IV, p. 67.

42 Sanmartí Grego, 1992, p. 31.

43 Sanmartí Grego, 1993. Notons cependant que le texte de Tite-Live (XXXIV, 9) ne correspond guère au tableau présenté par Strabon. Pour l’historien latin, les deux communautés n’ont été réunies que lorsque s’est posé (tardivement) le problème de l’accès à la citoyenneté romaine, après une (longue) période où Grecs et Ibères se jaugèrent avec suspicion.

44 L’expression est de Clavel-Lévêque, 1977, qui voyait dans cette politique commerciale les raisons d’un immobilisme politique, un frein aux antagonismes de classe.

45 Cependant réservé aux populations non-grecques. Le sens du changement culturel n’est pas évoqué en direction des Grecs. Comme la métaphore d’osmose le laisse entrevoir, la diffusion s’effectue des concentrations (en innovations) les plus élevées aux plus faibles.

46 Je n’évoquerai désormais que des exemples provençaux. Pour être complet, il faudrait citer encore le cas de La Picola en Espagne pour lequel P. Moret et P. Rouillard suggèrent une présence grecque (pas forcément constante) sur un site dont la consommation est indigène et le plan de type grec (voir Badie et al., 2000, pp. 255 sqq).

47 Un cas similaire doit être signalé en Grande Grèce, celui de Poseidonia, qui prendra le nom italique de Paestum lorsque les élites samnites prendront le pouvoir.

48 Arcelin, 1990 et 1995.

49 Pour laquelle on attend toujours les arguments archéologiques. L’auteur ne l’évoque d’ailleurs plus dans sa dernière synthèse (Arcelin, 2004).

50 On notera cependant que les ustensiles utilisés pour la cuisine sont préférentiellement des pots (urnes) modelés lesquels, selon les thèses défendues par M. Bats, seraient des marqueurs ethniques plus sûrs.

51 Distinction en grande partie fondée sur la proportion en mobilier non tourné.

52 Arcelin, 1995, p. 337.

53 En faisant l’inventaire des importations retrouvées dans l’arrière-pays marseillais, Jacobsthal et Neuffer, 1933, ont été les premiers à se livrer à ce genre d’exercice.

54 Rolland, 1968, p. 110.

55 Roth-Congès, 1992.

56 Arcelin, 1991.

57 Roth-Congès, 1992, p. 362.

58 L’auteur parle même de « sentiment national resté vif » (ibid., p. 365).

59 Lejeune, 1985, pp. 73-116. La seule exception à la règle est un probable nom grec, partiellement conservé sur un autel votif.

60 Gros, 1992.

61 Les raisons de cette prospérité font débat et opposent Gros, 1996, lequel verrait plutôt une économie florissante liée au rôle de sanctuaire — marché sur une importante voie de transhumance —, et Roth-Congès, 1997, qui préfère l’associer aux seuls bénéfices de la présence d’un sanctuaire des eaux.

62 Gros, 1986 et 1981.

63 Les analyses du premier sont présentées chez le second ; voir Piganiol, 1973.

64 Sanmartí Grego, 2000, p. 20.

65 Bats, 2003.

66 Veit, 1994 et Olivier, 2003.

67 Boissinot, 1990 et 1998.

68 Pour une présentation générale de ce mouvement, on lira les critiques de Bayard, 1996.

69 Tylor, 1871. Pour l’auteur, la culture est : « un ensemble complexe incluant les savoirs, les croyances, l’art et les mœurs, le droit, les coutumes, ainsi que toutes les dispositions ou usages acquis par l’homme vivant en société ».

70 Travaux rassemblés dans plusieurs ouvrages dont Amselle et M’Bokolo, 1985 et Chrétien et Prunier (dir.), 1989. Le cas de l’Afrique non équatoriale est plus particulièrement adapté à celui que nous voulons traiter puisque les communautés n’y sont pas fortement cloisonnées et sont, en partie, concernées par des réseaux d’échange à courte et longue distance ; ce qui n’est évidemment pas tout à fait le cas de la jungle de Bornéo.

71 Dans Amselle et M’Bokolo, 1985, pp. 87-127.

72 N’a-t-on pas été ligure à certaines périodes de l’Âge du Fer parce que l’on habitait la montagne plutôt que les plaines situées près de Marseille ?

73 Poutignat et Streiff-Fenart, 1995.

74 Geary, 2004.

75 Ibid., pp. 198-199.

76 Ibid., p. 125.

77 Ibid., p. 156.

78 Dietler et Herbich, 1994.

79 Qui constituaient un des moyens essentiels de subsistance chez les Celtes (voir Cunliffe, 2001, pp. 98-99).

80 Kruta, 2000, pp. 440-441.

81 Collis, 1994.

82 Voir, en dernier lieu, Garcia, 2004, pp. 15-16, lequel favorise une assignation venant plutôt de l’extérieur.

83 À ce sujet, voir les commentaires de Prosdocimi, 1991.

84 La plus radicale étant certainement celle de Collis, 1984.

85 Kruta, 1996, p. 6.

86 Rapin et Schwaller, 1987.

87 Sur cette question, voir la présentation prudente de Py, 1993 b, pp. 166-168, lequel ne reconnaît pas dans les habitats du tout début du iie siècle : « les signes de celtisation qu’on est en droit d’attendre d’une vague d’envahisseurs capable de détruire un grand nombre de forteresses autochtones ».

88 Nickels, 1989 a, p. 449, Garcia, 1995, p. 141 et Janin, 2000 et 2002.

89 Garcia, 2004, p. 18.

90 Ugolini, 1993, pp. 33-34.

91 Voir la synthèse de Boissinot (à paraître).

92 Garcia, 2004, p. 16.

93 Geary, 2004, pp. 66-67.

94 Jullian, 1920-1926, Livre II : La Gaule indépendante, pp. 217-218 : « Le territoire d’une tribu était d’abord parfaitement délimité, à la fois par les règlements des hommes et par les conditions du sol. C’était un vaste espace de cent mille hectares en moyenne, renfermant au centre ses terres cultivées, protégé à ses frontières par des obstacles continus, forêts ou marécages, montagnes ou larges eaux. Tous les membres d’un de ces groupes se reconnaissaient chez eux en deçà de ces limites. Puis, fort souvent, chacun de ces territoires coïncidait avec une des petites régions naturelles, un des “pays” de notre France […]. Ce lien entre le sol et les hommes de ces tribus était si naturel et si puissant qu’après deux mille ans de vie nationale, la plupart des “pays” de France observent encore une manière à eux de parler, de penser et de travailler. »

95 Leveau, 2002.

96 Tarpin, 2002.

97 À propos de l’exemple précis de la vallée de la Saône, l’usage qui est fait de cette terminologie des frontières et les interprétations qui en découlent, voir Barral, Guillaumet et Nouvel, 2002.

98 Bonnemaison, 2001.

99 Cette surinterprétation peut relever à la fois de la réduction à un facteur unique, de l’obsession de la cohérence, de la généralisation abusive et de l’inadéquation significative (voir la classification d’Olivier de Sardan, 1996).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Boissinot, « Sur la plage emmêlés : Celtes, Ligures, Grecs et Ibères dans la confrontation des textes et de l’archéologie », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 13-43.

Référence électronique

Philippe Boissinot, « Sur la plage emmêlés : Celtes, Ligures, Grecs et Ibères dans la confrontation des textes et de l’archéologie », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 15 novembre 2008, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/2000

Haut de page

Auteur

Philippe Boissinot

EHESS, Centre d’Anthropologie, Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org