Navigation – Plan du site
Le partage de l'eau (Espagne, Portugal, Maroc)

Le partage de l’eau dans l’oasis de Figuig (Maroc oriental)

Approche historique et archéologique
Water Sharing at the Figuig Oasis (Western Morocco). A Historical and Archaeological Approximation
El reparto del agua en el oasis de Figuig (Marruecos oriental). Estudio histórico y arqueológico
Tariq Madani
p. 61-81

Résumés

Le réseau hydraulique de l’oasis de Figuig est un bon exemple des transformations imposées par l’homme à son environnement en réponse aux contraintes d’un milieu aride hostile. Après une brève introduction sur les recherches oasiennes et la documentation disponible, ce travail tente de reconstruire la mise en place du peuplement à Figuig et met en évidence les liens étroits entre celui-ci, les modes de partage de l’eau et les codes sociaux. La répartition de l’eau était assurée par un réseau complexe, alimenté par des galeries drainantes (ifli-s) et des sources, et constitué de multiples sāqiya-s et bassins de stockage et de régulation. Le partage était basé sur deux unités de mesure, l’une de temps et l’autre de volume. À Figuig, le droit d’eau était généralement propriété privée (milk) ; on pouvait en disposer selon les modes de transmission d’un bien immobilier. Enfin, venaient s’ajouter aux droits d’irrigation proprement dits diverses servitudes coutumières.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

  • 1  
  • 2 Il faut signaler, à titre d’exemple, les Travaux de l’institut des recherches sahariennes, instit (...)
  • 3 Exception faite des travaux de Brunhes,1902 ; Augieras,1925 et Moulias,1927, la plupart des auteurs (...)

1Comprendre le partage de l’eau dans les régions désertiques, arides ou semi-arides est une question qui ne peut être abordée par la seule approche topographique. Les réseaux de distribution de l’eau dans ce type d’environnement prennent le plus souvent des formes complexes, que l’on pourrait craindre indéchiffrables au premier regard. Le chercheur doit alors avoir recours aux données historiques, archéologiques et ethnographiques pour pouvoir cerner les modes de partage adoptés et les codes sociaux qui y sont attachés. Il pourra ainsi nuancer les interprétations qui se limiteraient à l’étude des seules reproductions graphiques de ces réseaux. Dans ce sens, on ne peut effectuer l’étude de la répartition de l’eau dans l’une des plus anciennes oasis marocaines, Figuig, sans présenter un préambule historique traitant de son peuplement et de la logique de l’implantation de celui-ci. Remarquons que, si jusqu’à la fin du xixe siècle les travaux ayant porté sur les sociétés des milieux arides du Maghreb, dont les économies étaient basées sur l’irrigation traditionnelle, ont pu être considérés « maigres et non systématisées1 », pendant le siècle suivant en revanche, et jusqu’en son milieu, les études oasiennes se sont faites relativement plus nombreuses, surtout concernant le désert algérien2. Plusieurs thèmes ont été ainsi abordés : les conditions écologiques des oasis, les technologies de mobilisation et de distribution de l’eau, les systèmes de production irriguée, etc. Malgré cette abondance quantitative, certaines lacunes théoriques et méthodologiques ont parfois été relevées dans les travaux ainsi menés à bien3.

Crise ou méconnaissance ?

  • 4 Schiffer,1951 ; Gaillard,1957 ; Échallier,1972 ; et Despois, 1973.

2Au cours des années 1950, une grande partie de la littérature scientifique sur le thème était dominée par une évaluation « négative » des changements subis par les oasis du Maghreb. C’est ainsi qu’on trouve fréquemment des expressions telles que « crise des oasiens », « mort des oasis », « décadence de la société des oasis », « exodes des oasiens »4.

  • 5 Bencherifa et Popp, 1992, p. 15.

3Parmi les arguments mis en avant pour justifier cette thèse de la « mort des oasis », domine celui de l’inefficacité des méthodes de l’irrigation traditionnelle qui y était pratiquée, surtout au regard de l’énorme travail que celles-ci exigeaient5.

  • 6 Voir à titre d’exemples Attya, 1957 ; Godard, 1957 et, bien sûr, Bédoucha, 1987 (en particulier, p (...)

4D’autres chercheurs, pourtant, ont insisté sur la forte continuité des écosystèmes oasiens du Maghreb ; ils ont souligné la nature des productions agricoles et l’importance de celles-ci au regard de l’extension des surfaces cultivées mises en jeu, ainsi que les équilibres établis entre les éco-systèmes hydro-agricoles et l’organisation sociale, grâce justement aux réseaux traditionnels d’irrigation6.

5Pour être performant, le regain d’intérêt actuel pour les oasis devrait aussi s’accompagner d’études historiques et archéologiques basées tant sur l’analyse des sources textuelles disponibles que sur celle des vestiges matériels conservés, ce qui permettrait de redécouvrir les éléments de base des systèmes traditionnels d’irrigation et de réécrire de façon plus fiable l’histoire de ces régions isolées et conservatrices et, pour cela même, particulièrement aptes à ce type d’approche.

  • 7 Il faut rappeler que, en général, l’espace oasien est conditionné par quatre facteurs : faiblesse d (...)

6La présente étude porte donc sur Figuig, un exemple caractéristique des facultés d’adaptation de l’homme face aux fortes contraintes imposées par l’aridité du milieu physique dans le désert maghrébin. La question est : comment dans cet environnement où le régime des pluies, aléatoire et fragilisant, se couple à une température moyenne annuelle très élevée, se présentait la situation des agriculteurs, et comment ces palmeraies parvinrent-elles à être, jadis, autosuffisantes7 ? Autre interrogation pertinente : quels sont les rapports entre le système technique d’irrigation de Figuig et les types d’organisation sociale ?

Du site et de ses eaux

  • 8 Qṣūrest le pluriel de qṣar(ou qaṣr) qui signifie en arabe classique « palais ». Dans ce cont (...)

7Figuig est un ensemble isolé de sept qṣūr8, contrôlant un territoire de 25 km2 dans l’est du Maroc, région appelée par extension, pendant plusieurs siècles, « pays de Figuig » (fig. 1). Il est situé à l’est du Jebel Crouz, au contact de l’Atlas et de la plate-forme saharienne, dans une large dépression de 850 à 900 m d’altitude, cirque montagneux défini par les anticlinaux des Jebel Melias et Jebel Zenaga. Cette petite oasis, qui se veut l’une des plus anciennes de la frange septentrionale du Sahara, a été doublement isolée, par les chaînons de l’Atlas saharien et par les hauts plateaux et les premières plaines du désert.

Fig. 1. — Vue générale de l’oasis de Figuig [Maroc oriental]

Fig. 1. — Vue générale de l’oasis de Figuig [Maroc oriental]

(Photographie : Tariq Madani).

  • 9 L’orthographe adoptée est celle des répertoires officiels de l’administration marocaine.
  • 10 Oulad (Ūlād) signifie « fils de », c’est l’équivalent de Banū, autre mot arabe, et du terme berb (...)

8Les sept qṣūr forment trois agglomérations : la première regroupant Loudaghir9, Laâbidate, Oulad Slimane10 et El Maïz, au nord-ouest ; la deuxième constituée de Hammam Fukani (« d’en haut ») et Hammam Tahtani (« d’en bas »), au nord-est ; et la troisième et plus importante, celle de Zenaga, à 2 km au sud. Cette dernière, qui réunit 7 000 habitants sur un total d’environ 15 000, est située en contrebas du plateau de travertin d’al-Djorf. Ces qṣūr sont reliés entre eux par l’extension récente de l’espace bâti, ou par les jardins de la palmeraie qui s’étend sur environ 650 ha ; chaque quartier est divisé en lignages et en familles (fig. 2).

Fig. 2. — Situation générale des palmeraies et des qṣūr de Figuig

Fig. 2. — Situation générale des palmeraies et des qṣūr de Figuig

(d’après Bencherifa et Popp, 1992, p. 49).

  • 11 Pl. de šarīf, descendant du prophète Muḥammad par sa fille Fatima, épouse d’Ali ; par extension (...)

9Ces sept qṣūr se rattachent aux îlots berbérophones de l’Atlas présaharien et sont peuplés de Berbères et d’Arabes, parmi lesquels de nombreux šurafā’11idrissides. Or, la toponymie liée à l’origine ṣanhāǧa d’une partie de la population (le « ǧim » prononcé « g » en tamazīġt a donné Zenaga, Iznaguen ou Iznayen) confirme la présence d’une vieille souche berbère.

10Sa situation stratégique aux portes du désert permit à Figuig de jouer, tout au long de son histoire, le rôle de relais sur les axes du commerce caravanier transsaharien et sur l’axe sub-saharien est-ouest ; le rayonnement culturel et économique de l’oasis dépassa ainsi largement l’échelle régionale.

11Les ksouriens de Figuig étaient avant tout des artisans et des commerçants dont la base de l’économie était cependant la culture du palmier-dattier. Depuis des générations, la palmeraie nourrissait les personnes qui y vivaient. Leur production maraîchère et leur organisation agricole en général étaient conditionnées par la présence de l’eau et centrées sur une utilisation rationnelle de celle-ci.

12L’habitat ancien de Figuig est typiquement « saharien ». Les vestiges d’anciens qṣūr désertés ou détruits par les guerres, les maisons et les mosquées plusieurs fois séculaires, construites en ṭābiya(pisé), côtoient le célèbre minaret édifié en moellons. Cependant, en général la pierre n’était utilisée que pour la base des murs afin de les protéger de l’érosion due aux crues éventuelles et aux eaux de ruissellement.

13L’eau est très inégalement répartie entre les différents qṣūr. En effet, la palmeraie s’étend sur deux étages : d’une part le plateau avec les qṣūr de Loudaghir, El Maïz, Oulad Slimane, Laâbidate et Hammam Fukani ; d’autre part la plaine avec Zenaga et Hammam Tahtani.

14Cette eau est issue d’une vingtaine de sources et de galeries drainantes de la nappe phréatique. Le qṣar de Zenaga, le plus important et le plus riche, dispose de la moitié de l’eau de l’oasis ; possession qui représente un pouvoir non négligeable et une grande richesse.

Une histoire qui reste à écrire

  • 12 Donation d’un bien réalisée sous certaines conditions aux mosquées ou autres institutions religieus (...)

15Les récentes tentatives d’écrire l’histoire de cette oasis révèlent l’existence d’une documentation variée en nature et en importance, dont les renseignements qui peuvent en être tirés se recoupent en se complétant. Outre ceux relatifs aux échanges commerciaux, coutumes et actes juridiques, subsistent encore des documents ḥabūs12, des actes notariaux (ventes ou achat), des archives du Maázan datant des xviiie et xxe siècles (correspondances, registres commerciaux, etc.), une partie des archives de la période coloniale, ainsi que des documents de bibliothèques privées, riches en données sur les structures sociales de la région.

  • 13 Flamand, 1921, pp. 25-53 et Tissot,1888, vol. 1.
  • 14 Les dates sont données en Hégire avec leur équivalent en ère chrétienne après une barre oblique.

16Bien que la région soit certainement habitée depuis longtemps, comme le prouvent les gravures rupestres qui y ont été inventoriées13, le toponyme Faǧīǧ (Figuig) n’apparaît qu’au vie/xiie siècle14. En effet, l’une des premières mentions est celle de l’auteur anonyme de l’Istibṣār, qui l’évoque dans son passage sur les domaines des Zénètes du Sahara :

  • 15 Kitāb al-istibṣār, p. 179.

Des tribus zénètes descendent de plusieurs fractions ; leur pays est assez vaste. À l’est de leur territoire, du côté de l’Ifrîqiya, se trouvent les Banû Zaghba, des Arabes hilaliens, et à l’ouest, les pays des Massûfa […], et à côté de ces pays se situent les terres (arḍ) de Figuig, des terres fertiles, riches en palmiers et une population nombreuse et assez multiple15.

17Il apparaît donc que Figuig dominait un espace géographique assez important qui ne se limitait pas à la petite région enveloppée par le cirque montagneux déjà évoqué et qu’il constituait un centre de peuplement digne d’être remarqué par les fractions zénètes ainsi que par les autres tribus qui allaient finalement contribuer à la peupler.

  • 16 Ibn ẖaldūn, Kitāb al-˓ibar, t. vii, p. 121.

18Ibn H̱aldūn (viiie/xive siècle), quant à lui, la présente comme faisant partie des vastes domaines des Zénètes, surtout les Banū Wāsīn et leurs fractions16 : Banū Badīn et Banū Marīn situés entre le désert d’Ifrīqiya et l’axe de Siǧilmāssa-Moulouya. Les Banū Badīn se sont répandus entre le Mzab, Jebel Rachid et Figuig, tandis que les Banū Marīn se sont installés à l’ouest, entre Tikourarine et Siǧilmāssa, avant de s’étendre et de s’établir plus tard vers Figuig. La relation de celle-ci avec les Ṣanhāǧa et les Maġrāwa était basée sur un équilibre des échanges et des intérêts. Quelques siècles plus tard, Jean-Léon l’Africain présente Figuig comme un lieu d’activité commerçante, économie à laquelle hommes et femmes participaient de manière différente.

  • 17 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, t. ii, p. 435.

Ce sont trois châteaux au milieu du désert, près desquels il y a une très grande quantité de palmiers. Les femmes y tissent des étoffes de laine dans le genre des courtepointes de lit, mais si fines et si délicates qu’on dirait de la soie et qui se vendent très cher dans les villes de Berbérie telles que Fez et Tlemcen. Les hommes sont très intelligents. Certains, en effet, s’adonnent au commerce dans la terre des noirs, d’autres se rendent à Fez pour y étudier les lettres. Quand l’un d’eux a reçu les insignes du doctorat, il revient en Numidie et se fait prêtre [imām] ou prédicateur [ẖaṭīb qui prêche le vendredi]. Aussi, tous ces gens sont-ils riches ; ces châteaux sont à environ 250 milles à l’est de Segelmesse17.

  • 18 El Hachimi, 1907, p. 274. Signalons que cet auteur était traducteur officiel à Figuig et que, à ce (...)

19À en croire les traditions orales recueillies par B. M. El Hachimi, au début du siècle dernier — et dont il faut sans doute nuancer l’apparente précision —, Figuig aurait été peuplée, lors de la conquête arabo-islamique du Maroc, par des tribus zénètes (Banū Tuǧīn, Banū Yalūmī, Banū Manū et Banū Marīn), ancêtres d’une grande partie de la population actuelle de l’oasis, notamment les ŪlādŠāfi, Ūlād ˓Īsā, Ūlād Ṣālaḥ et Ūlād Bū˓nānī qui se sont installés en plaine autour des points et des cours d’eau18. Après un laps de temps mal défini, et toujours selon B. M. El Hachimi, d’autres fractions zénètes seraient venues s’adjoindre à ce conglomérat humain, comme les Ūlād Ṣallām et les Udārna qui construisirent Tawsārt, le lieu où se trouve actuellement qaṣr Oulad Slimane, et les ŪlādǦarrār qui seraient venus de Siǧilmāssa pour s’installer dans ce qui est l’actuel qaṣr Loudaghir. D’autre part, qaṣr Hammam a été édifié par des Zénètes avant que d’autres familles, Idrissides, comme les Arabes de Banū ˓Amir et Ūlād Mimūn, ne viennent encore s’y ajouter au début du viie/xiiie siècle.

20Pendant le ive/xe siècle, Figuig aurait vu l’arrivée de šurafā’  idrissides connus sous le nom d’Udaġīr, à la suite, semble-t-il, des massacres causés par Mūsā Ibn al-˓Āfiya vers 317/929. Ils n’ont pu s’installer directement à Figuig qu’au ve/xie siècle, à la suite d’une longue période de pastoralisme entre les montagnes d’El Maïz et la plaine de Beni Ounif. Ils auraient construit des qṣūr à l’instar des Zénètes. Il semble qu’ils se seraient répartis en plusieurs fractions dans l’oasis de Figuig ; la majorité d’entre elles se seraient ensuite établies dans le qṣarprincipal au détriment de l’espace des Ūlād Ǧarrār, vu l’abondance de l’eau disponible, tandis que d’autres auraient érigé des qṣūr et des hameaux en aval dans la plaine de Taâzabt et celle de Beni Ounif ainsi qu’au pied de la montagne de Beni Samir. L’ensemble de ces habitats s’est localisé auprès des cours d’eau et des terres fertiles où pouvaient croître les palmiers.

  • 19 Meziane, 1988, p. 74.

21Cette répartition géographique des Udaġīr dans l’oasis de Figuig, comme le constate A. Meziane, est le résultat d’une installation qui s’est faite progressivement mais qui dénote un attachement obstiné aux terres et aux eaux de la région19.

22Figuig aurait connu une autre vague de peuplement, pendant la première moitié du ve/xie siècle ; il s’agit des tribus ṣanhāǧaBanū Darīt, Ūlād Hakū, Ayt Lahyān et Ifanzrān, qui seraient arrivées dans cette oasis, toujours selon la tradition orale, avec la montée en puissance des Almoravides depuis le Sahara occidental marocain. Les trois premières fractions se seraient installées dans le ravin de Zenaga, une porte naturelle de l’oasis depuis le sud, tandis que les Ifanzrān auraient pénétré dans la plaine pour s’établir près du qṣar Taâzabt, lieu de l’actuel qaṣr Zenaga. Cet afflux de nouveaux arrivants, autres que les Zénètes, aurait bouleversé les structures préexistantes et les relations tissées au sein des populations autochtones. À la suite de ce bouleversement, Figuig aurait subi une série de longues rivalités autour des points d’eau de l’oasis, surtout de ceux situés entre le qṣar Loudaghir et celui d’al-˓Abīd (« des Esclaves »), l’actuel Laâbidate et, aussi, du fait des enjeux politiques de domination et de dépendance.

  • 20 Ibn ẖaldūn, Kitāb al-˓ibar, t. vii, 90.

23À la fin du vie/xiie siècle et au début du viie/xiiie siècle, Figuig subit l’épreuve de l’immixtion des premières tribus hilaliennes, les Banū ˓AmirIbn Zaġba, du côté oriental de l’oasis. Ibn H̱aldūn signale l’intrusion de cette fraction après qu’elle se fut détachée de cet ensemble tribal et évoque son installation avec les Banū Badīn entre le Mzab et Jebel Rachid20. Après l’émigration des Banū Badīn vers la région de Tlemcen, il est très probable que cette population hilalienne s’appropria, à l’instar des Banū Marīn, les terres délaissées de Figuig pour y construire des qṣūr et s’installer à Mazūga, Dafiliya, Wādī al-Ḥallūf, al-Naẖīla, etc., fait qui expliquerait que ces localités portent des toponymes arabes.

24Cette masse hilalienne n’aurait pas tardé à prendre part dans les conflits d’intérêt entre les différentes tribus en présence ; elle se serait même engagée aux côtés des Udaġīr, ce qui expliquerait la domination historique de cette tribu dans la région. D’un côté il y avait donc les Ṣanhāǧa et leurs alliés (les Banū Sarimān, les Udārna et les Banū Marīn), et de l’autre les Udaġīr, les Banū Grinīt et les hilaliens Banū ˓Amir. Ils est clair que les rivalités ancestrales de ces fractions n’étaient pas déterminées seulement par les appartenances tribales proprement dites, mais plutôt par une série d’intérêts liés aux terres et aux points d’eau. L’histoire nous enseigne aussi que la balance pencha plutôt en faveur des Ṣanhāǧa, qui n’hésitèrent pas à envahir Ksar Taâzabt et à recourir à la force.

25Il serait fastidieux, dans le simple cadre de cet article, de vouloir énumérer toutes les étapes de la mise en place du peuplement de Figuig, mais ce qui est intéressant, c’est que, d’une part, cette histoire s’écrit en termes de contrôle des points d’eau et des terres et que, d’autre part, elle nous fait saisir que Figuig a toujours constitué un « pays » autonome, du fait de son isolement géographique. Un isolement qui n’a pas facilité, à certains moments, le maintien de l’équilibre social, du fait de l’organisation tribale elle-même, qui a contribué quant à elle à ce que les « reproductions sociales » se soient faites parfois dans une logique de rivalité, de domination ou de dépendance.

  • 21 Meziane, 1988, p. 117.

26Muḥammad b. Nāṣir, auteur de l’ouvrage al-Riḥla al-Kubrā(« Le grand voyage »), a relaté ces querelles incessantes qui entraînaient « la colère du pays » et avaient généré la construction d’une multitude de tours de vigie réparties dans les jardins et sur les murailles des qṣūr21.

  • 22 Roché, 1965, 2, p. 260.

Toutes les rivalités entre ksour, toutes les guerres, ont toujours été causées par un conflit pour l’eau, tel celui qui, dès le quatorzième siècle, a opposé les Senhadja, établis dans la plaine et qui devaient créer le ksar de Zenaga, aux ksour d’Oudaghir et de Jouabeur pour la source de Dzadert qui est la plus abondante ; et telle la lutte sournoise et les travaux clandestins des deux ksour d’El Hammam Fouqani et d’El Hammam Tahtani, pour la source de Tajemmalt22.

27À l’heure de tirer un enseignement historique de l’analyse de ces données textuelles ou issues des traditions orales, il apparaît clairement que, dans cette oasis, c’est l’eau qui était à la base de toute résolution ou activité, et cela dès sa fondation ; l’évolution même du peuplement, la logique de son implantation, ont dépendu de l’accessibilité à l’eau et de la disponibilité des terres. Il est revenu aux hommes le soin d’améliorer la maîtrise de ces eaux et de s’ingénier à gérer les facteurs conditionnant la productivité agricole.

Les terres avant les eaux

28De tout temps, le secteur agricole a constitué la base de la subsistance des habitants de Figuig. Commerce et artisanat complétaient efficacement les fruits du travail de la terre. Si le climat désertique en lui-même n’a pas été un handicap à l’obtention de riches récoltes, grâce à l’abondance ponctuelle d’une eau efficacement maîtrisée, les dimensions réduites des propriétés ne pouvaient annuellement garantir qu’une récolte modeste ; cependant, celle-ci était généralement suffisante et pouvait même fournir un surplus de dattes. L’effort humain majeur était, par conséquent, dirigé vers la maîtrise des eaux souterraines.

29Deux catégories de terres peuvent être distinguées ; d’une part, celles irriguées périodiquement et situées autour des sept qṣūr ou sur les bords de l’oued de Zuzfâna et, d’autre part, les terres sèches, non irriguées, complantées de palmiers, ou en défriche, et réservées à la production de céréales. Ces terres sont situées à des distances variables de l’oasis de Figuig elle-même ; il s’agit soit de propriétés privées des habitants de celle-ci, soit de terres communes partagées avec les nomades arabes tels que les Banū ˓Amir et les Ūlād Ǧarīr. L’ensemble de ces terres était possédé par les habitants de qṣar Zenaga pour plusieurs raisons : historiques, géographiques et humaines. D’un côté parce que ces terres s’étendent au sud de ce qṣar et sont, de la sorte, considérées comme un prolongement naturel de cette agglomération, et, de l’autre, parce que la force numérique des Zanāga leur a permis cette appropriation depuis fort longtemps, depuis le départ des Zénètes vers le nord. L’autre départ inexpliqué, celui des tribus arabes des Banū Zaġba des terrains limitrophes de l’oasis de Figuig, au cours d’un autre épisode historique, pourrait avoir contribué à une telle « usurpation ». Ensuite, vers le xiie/xviiie siècle, les Zanāga élargirent encore leurs propriétés en accaparant les terres de qṣaral-Ǧawābir, appartenant originellement aux Hilaliens implantés depuis l’époque almohade au cœur de l’oasis, sur l’axe des galeries drainantes, près des qṣūr de Loudaghir et de Laâbidate. Ainsi, les Zanāga constituent-ils le groupe privilégié et possèdent-ils aussi bien des eaux et des terres cultivées de l’intérieur de l’oasis que des terroirs des environs de celle-ci.

30La propriété était généralement privée, hormis certaines terres situées dans les alentours et qui avaient un statut communal. Les coutumes locales faisaient aussi que certaines propriétés ḥabūs se transmettaient sans avoir été divisées. Les terres privées étaient le plus souvent fragmentées en parcelles de faibles dimensions (de 600 à 800 m2) et ceintes de petits murets de terre, qui sont venus en fossiliser la morphologie.

Les rouages d’un système artificiel

31La répartition de l’eau dans l’oasis de Figuig était assurée par un réseau dense et complexe, approvisionné par une vingtaine de galeries drainantes ou de sources, qui comptait de multiples sāqiya-s pourvues de bassins de régulation (saḥriǧ-s). Cette distribution se faisait selon un mode discontinu, par rotation dans le temps.

  • 23 Bencherifa et Popp, 1992, p. 30. Sur l’étymologie de ce terme, voir Goblot, 1979, p. 157.
  • 24 Ibid.

32À Figuig les galeries venant drainer l’aquifère sont désignées sous le terme d’iflī(pl. iflān)23, et non fuggāra-s comme plus à l’est au Sahara, en Algérie, ou ẖaṭṭāra-s comme plus au sud au Maroc. L’introduction de cette technique à Figuig pose plusieurs problèmes historiques24. La plus souvent admise de toutes les hypothèse avancées à ce jour associe cette introduction à l’installation des populations ṣanhāǧa à Figuig. Cela supposerait que ce système de captage était, sinon généralisé, du moins utilisé dans la zone d’origine de ces tribus ; or cela est loin d’être archéologiquement documenté pour le moment.

  • 25 El Hachimi, 1907, p. 246.
  • 26 , 1953 et Goblot, 1979, pp. 159 et sqq.

33Il convient donc de se demander si ce parallélisme est suffisant pour affirmer la diffusion de cette technologie depuis l’est. En tout cas, les Ṣanhāǧa du bassin inférieur de Figuig, ayant pour noms Banū Darīt, Ūlād Hakū, Ilaḥianān et Ifanzrān, semblent être arrivés, pour leur part, de l’est algérien (du Hoggar plus précisément)25. Sans aucun doute, l’oasis de Figuig appartient à la même aire culturelle que le Grand Erg Occidental (Tidikelt, Touat et Gourara)26, malgré l’élément linguistique qui diffère. Il resterait donc à expliquer pourquoi le terme fuggāra normalement usité dans ces oasis sahariennes occidentales est ignoré à Figuig.

34Actuellement, il existe à Figuig un grand nombre de galeries drainantes qui résultent de la longue quête d’eau souterraine menée par une population presque toujours croissante.

  • 27 Bencherifa et Popp, 1992, p. 46.

C’est sans doute la compétition pour le contrôle de l’eau entre les différents qsour et le désir de chacune des communautés humaines de maximiser sa part respective captée qui est à l’origine de leur multiplication [de ces galeries…, et] à partir d’un certain point dans le temps, la multiplication des foggaguir avaient eu comme objectif essentiel (sinon, comme résultat) la redistribution de cette quantité constante entre usagers, davantage que la mobilisation de quantités supplémentaires en eaux27.

35Certes, il est difficile de fixer ce moment dans l’histoire de Figuig, mais il est essentiel de rappeler que, effectivement, une fois l’eau amenée à la surface par l’iflī, commençait une phase délicate, relevant de l’ordre social, celle de la distribution.

  • 28 Maṣraf du verbe ṣarafa: « dépenser, tourner quelque chose vers un côté opposé, diriger ses effo (...)

36À sa sortie, l’eau est répartie par un réseau hiérarchisé de sāqiya-s (appelémaṣraf-s28 à Figuig) selon le système technique bien connu basé sur l’écoulement gravitaire. Le débit est dirigé vers les lieux d’utilisation grâce à des répartiteurs d’une grande complexité appelés iqudas. Cette structure constitue l’articulation de tout le système de distribution des eaux. Le répartiteur de Figuig de la fuggāra Tazaâdert, associé à un grand bassin à la sortie du ḥammām (bain public collectif), offre un exemple de la complexité morphologique ainsi atteinte, parfois aux limites de la vraisemblance (fig. 3). Cette complexité permet de partager l’eau entre les différents usagers, sinon avec équité, du moins avec précision. En outre, cet aménagement facilite l’emboîtement ou la connexion de nouvelles sāqiya-s aménagées par les nouveaux ayants droit.

Fig. 3. — Complexité des conduites d’eau du répartiteur principal de Tazaâdert

Fig. 3. — Complexité des conduites d’eau du répartiteur principal de Tazaâdert

(d’après Bencherifa et Popp, 1992, p. 48).

L’eau coule, le temps s’écoule

  • 29 Littéralement « caroube » ; d’une façon générale, le monde musulman connaît la ẖarrūba comme uni (...)
  • 30 Meziane, 1988, pp. 139-140.
  • 31 La même unité était également utilisée à Oujda au xixe siècle ; voir Roché, 1965, 2, pp. 271sqq et (...)

37À Figuig, l’unité de mesure de l’eau répartie est nommée ẖarrūba29 et elle correspond à un tour d’eau de quarante-cinq minutes, la durée de chaque ẖarrūba étant telle qu’il y en a trente-deux en vingt-quatre heures. La tsanita, pour sa part, est la somme de seize ẖarrūba-s consécutives appartenant au même usager, soit douze heures d’eau. La plus ancienne mention textuelle du mot ẖarrūba remonte au moins au xe/xvie siècle ; il s’agit d’un acte notarié où il est fait part de la vente d’une demi ẖarrūbaà Figuig30. La question de l’origine de ce terme31 et celle des raisons techniques et pratiques de cette durée de quarante-cinq minutes seraient à étudier plus amplement.

  • 32 Les civilisations les plus diverses ont eu recours à l’écoulement de l’eau pour mesurer le temps. U (...)
  • 33 La même technique prend des appellations différentes selon les régions du Maroc. Dans le Haouz de M (...)

38Pour mesurer ce temps on utilisait un cadran solaire (˓a šamsiyya) ou une clepsydre qui, à Figuig, est dénommée tigàrt. Il s’agit là d’une sorte d’horloge à eau qui consiste, tout simplement, en un récipient rempli d’eau à la surface de laquelle on fait flotter un vase de cuivre plus petit, de forme hémisphérique et d’une capacité déterminée. Ce vase est percé en son fond d’un petit trou par lequel l’eau s’introduit lentement. Après un certain temps, il tombe au fond du grand récipient32 ; et c’est le laps de temps ainsi écoulé qui se nomme ẖarrūba33.

39L’utilisation de ce genre de procédé montre que, à Figuig, la mesure des parts se faisait généralement en temps et non pas en volume, manière bien réfléchie car, le débit des sources variant de saison en saison, l’abondance ou la rareté auraient pu favoriser ou affecter certains ayants droit à l’avantage ou au détriment d’autres. La ẖarrūba d’eau ainsi saisie était conçue comme une propriété que l’on pouvait louer, vendre ou échanger, exactement comme tout autre propriété (fig. 4).

Fig. 4. — Contrat de vente et d’achat de ẖarrūba-s

Fig. 4. — Contrat de vente et d’achat de ẖarrūba-s

(Meziane, 1988, p. 149).

40Généralement, l’eau des sources de Figuig est répartie selon une rotation de quinze jours, soit 480ẖarrūba-s. Cette périodicité convient parfaitement aux palmiers mais n’est nullement appropriée aux cultures maraîchères, l’intervalle entre deux arrosages étant trop long. Pour pallier cet inconvénient, les irrigants procèdent par des échanges de parts d’eau : ceux qui ne cultivent pas de légumes prêtent une partie de leur eau, sous la forme de ẖarrūba-s ou de bassins préalablement remplis, aux propriétaires de terres la nécessitant, à condition (évidemment) que ceux-ci leur restituent l’équivalent ultérieurement.

41Dans l’alternance des parts d’eau, les habitants de Figuig observaient des règles bien précises. En effet, l’usager disposant d’un droit reconnu pouvait bénéficier de tout le débit de la sāqiya durant toute la durée de son tour. Si ce même bénéficiaire détenait une demi-tsanita (soit huit ẖarrūba-s ou six heures d’eau) et une double tsanita (soit trente-deux ẖarrūba-s ou vingt-quatre heures d’eau), il ne pouvait faire usage consécutif de l’ensemble de ses parts d’eau ; il lui était toujours possible, en revanche, de négocier des solutions consensuelles. En tout état de cause, pendant la période estivale, nul ne pouvait user de trente-deux ẖarrūba-s (soit vingt-quatre heures d’eau) consécutives.

42L’organisation de la rotation de chaque sāqiya était préalablement fixée par la ǧ˓a, avant chaque récolte, pour une durée de six mois ; durant cette période, le tour ne pouvait être modifié. Un mois avant le début de la récolte (celle d’hiver du 1er novembre au 30 avril, et celle d’été du 1er mai au 30 octobre) avaient lieu toutes les transactions au sujet de l’eau : ventes et locations de ẖarrūba-s (fig. 4, p. 73). Tardif, cet exemple date de l’année 1300 de l’hégire (fin du xixe siècle). Il s’agit de la vente de l’ensemble d’une unité de ẖarrūba de la source de Tazâdert, correspondant au tour du lundi. L’acheteur est un certain Mawlay Aḥmad, de Loudaghir, tandis que le vendeur se nomme Aḥmad b. Muḥammadde Loudaghir. Cet acte est certifié par plusieurs témoins. Quelques passages sont rajoutés à différentes dates pour de plus amples éclaircissements sur cette part d’eau (ses propriétaires successifs, son parcours et son prix).

  • 34 De la racine ṣarafa, voir note 28 plus haut.
  • 35 Afa, 1996.

43Pour assurer une distribution équitable des parts d’eau, chaque qṣar ou chaque communauté de propriétaires avait recours à un ṣrāyfī34 (aiguadier) dont la charge était de surveiller les mesures d’eau, de diriger l’irrigation jusqu’à la dernière parcelle de terre et de donner son avis d’expert pour la fixation des tours d’eau avant chaque récolte. Parmi ses attributions figurait aussi l’arbitrage des contestations et des contentieux pouvant surgir entre les usagers, ainsi que l’entretien du réseau de sāqiya-s, selon une pratique observée jusqu’au sud-ouest du Maroc, à Tiznit par exemple35.

  • 36 Roché, 1965, p. 269.

Le ṣrāyfī de Figuig est à la fois juge et arbitre. Il tranche sans appel toutes les contestations relatives au louage et à l’échange provisoire des kharrouba. Il statue verbalement en public, au lieu dit Qouadas, qui est le point principal de répartition des eaux dans chaque seguia. Il est, aussi, arbitre en toute matière, même au pétitoire, et le compromis dessaisit le cadi. La sentence arbitrale est consignée par les ‘adoul et elle est sans appel. Enfin, dans les litiges où il n’est ni juge ni arbitre, il est le plus souvent appelé comme expert36.

44Généralement, le ṣrāyfī recevait une rétribution en nature ou en parts d’eau en contrepartie de ses services. À Oulad Slimane et à Zenaga, il était rémunéré en espèces ; pour chaque récolte il recevait à peu près le prix de la location de deux ẖarrūba-s, tandis que, à El Maïz, il percevait l’équivalent de cinq minutes d’eau par ẖarrūba.

Sur le chemin des parcelles

45L’irrigation des propriétés microfondiaires de l’oasis (leur superficie moyenne ne dépasse pas 0,8 ha) s’effectuait par système gravitaire. Les techniques traditionnelles reposaient sur plusieurs unités ou maillons : le captage proprement dit, les sāqiya-s, les répartiteurs et les bassins éventuellement associés (l’ensemble constituant les réseaux dans leur totalité), puis les parcelles irriguées. Lors du « tour inter-usage », la répartition était basée sur deux unités de mesure, l’une de temps et l’autre de volume. Chaque utilisateur bénéficiait d’une part déterminée d’eau dans une sāqiya pendant le temps qui lui était assigné.

46Le schéma du réseau de distribution a été principalement imposé par la topographie, mais rarement élaboré selon une géométrie simple, du fait des interférences avec les compromis successifs et les acquis historiques. L’eau était minutieusement attribuée à chaque ayant droit selon l’unité de mesure en vigueur, la ẖarrūba. Les parcelles étaient desservies par les canaux puis par les rigoles (sāqiya-s et maṣraf-s) et l’ensemble formait un réseau dense et complexe. Généralement, et en relation avec la morphologie des différents secteurs, ces sāqiya-s dévalaient depuis les sources ou les bassins de régulation répartis en amont, formant un réseau nord-sud de conduites parallèles en direction des parcelles.

47Quotidiennement, pendant la saison d’irrigation, les agriculteurs se servaient directement des sāqiya-s selon l’ordre de rotation préalablement fixé. Sous l’œil vigilant du ṣrāyfī, chaque ayant droit enlevait les quelques pelletées de terre ou de cailloux qui obturaient provisoirement les vannes, afin de laisser s’écouler l’eau sur ses terres pendant le nombre de ẖarrūba-s auquel il avait droit. Les gestes se répétaient pour ouvrir et fermer les sāqiya-s sans pour autant perturber la rigueur du tour établi, l’irrigant suivant étant toujours attentif à faire respecter l’ordre du partage ; un ordre qui, répétons-le, n’était pas seulement topographique. Les droits historiques hérités du passé, les équilibres de force ayant existé entre les intéressés, les compromis et les transactions ayant eu lieu avant chaque récolte, imposaient aussi leur logique.

  • 37 Bruno, 1913, p. 165sqq.
  • 38 Dans les dernières années d’autres formes de ce réseau se sont constituées ; c’est, en tout cas, ce (...)

48Les données ethnographiques recueillies par H. Bruno montrent, à travers une multitude de cas de partage de sāqiya-s au début du siècle dernier, les différentes logiques de la répartition des eaux à Figuig37. On apprend, par exemple, que les quatre sāqiya-s d’égales sections qui étaient desservies par la galerie Tazaâdert approvisionnaient les différents secteurs de l’oasis selon plusieurs modes de partage. Trois de ces sāqiya-s étaient ouvertes de façon permanente à disposition de l’ensemble des habitants selon l’ordre et le droit établis ; la quatrième, en revanche, appartenait à la seule ǧmā˓a des Zenaga qui l’utilisait pour ses jardins. Les mêmes Zenaga recevaient aussi l’eau d’une source de Laâbidate en exclusivité pour certaines de leurs terres. D’autres cas de figure pouvaient se présenter, ainsi celle de sāqiya-s appartenant uniquement à des particuliers et sur lesquelles les ǧmā˓a-s prélevaient deux ẖarrūba-s à leur profit38… Il s’agissait d’un réseau vivant, en mouvement et en constant devenir, dans la mesure où les droits à l’eau se redéfinissaient selon les acquis et le contexte climatique du moment. Ainsi, lorsque le propriétaire d’une ou de plusieurs ẖarrūba-s entrait en possession d’un jardin dans un autre secteur, il pouvait y mener, par ses propres moyens, l’eau de la conduite sur laquelle il avait ses droits, même s’il était souvent plus rentable de vendre cette eau ou de l’échanger pour en acquérir dans la zone de sa nouvelle exploitation.

49L’autre composante de ce système d’irrigation et de contrôle du partage était les nombreux bassins de stockage et de régulation tels que nous les avons déjà évoqués. Ces bassins, qui se comptaient par dizaines, constituaient la cheville ouvrière de tout le réseau hydraulique (fig. 5). Ils permettaient d’accumuler l’eau afin de pallier la faiblesse du débit et de minimiser les pertes qui pouvaient être causées, de reculer le moment de l’irrigation et d’être ainsi plus flexible et fonctionnel, et aussi d’échapper à la contrainte de l’heure d’arrivée du tour d’eau aux parcelles (particulièrement lorsqu’il s’agissait de tours nocturnes). Les populations de l’oasis pouvaient bénéficier de la sorte d’une plus grande souplesse quant à la planification même de l’irrigation et adapter celle-ci tant en fonction de la saison que des espèces cultivées. Ces réservoirs avaient des statuts variés : certains appartenaient à la communauté (la ǧmā˓a), mais la majorité étaient des propriétés individuelles. On pouvait ainsi, comme le faisaient quelques fractions de Zenaga, les louer en contrepartie d’une somme d’argent ou d’une quantité d’eau.

Fig. 5. — Bassin réservoir servant à réguler le partage des eaux à Figuig

Fig. 5. — Bassin réservoir servant à réguler le partage des eaux à Figuig

(Photographie : Tariq Madani).

50L’originalité de ces bassins résidait aussi dans leur concentration géographique, en amont dans des lieux bien choisis, isolés ou regroupés par trois ou quatre, en différents points de la palmeraie, comme on peut le constater dans le secteur de Zenaga ou de Oulad Slimane. Ce type d’implantation permettait que l’eau, compte tenu de la pente, puisse atteindre plus vite les parcelles les plus éloignées et réduisait ainsi l’espacement temporel entre chaque tour. Ces bassins, actuellement en ruine ou toujours en usage, mesurent jusqu’à 20 ou 25 m de long, 8 à 10 m de large et 2 à 2,5 m de profondeur (ou même 4 m). Ils sont enduits, comme c’est fréquent au Maroc, d’un revêtement hydraulique spécifique, de grande étanchéité.

  • 39 Dans le cas de la fuggāra de Zaderte, par exemple, Bencherifa et Popp, 1995, p. 52, nous apprennen (...)

51L’eau coulant pendant les heures de nuit se déversait dans ces différents bassins réservoirs, suivant l’ordre des ayants droit, comme pour les sāqiya-s particulières. Selon le débit de la source et la quantité d’eau à laquelle on avait droit, le bassin était, le jour suivant, plus ou moins rempli. Les utilisateurs se partageaient ensuite l’eau ainsi accumulée selon les parts et le nombre de ẖarrūba-s qui leur correspondait. Un bâton de palmier gradué indiquait le volume contenu dans le bassin et permettait de calibrer précisément la part de chacun. De la sorte, la ẖarrūba – qui s’évalue en principe en temps (45 mn) – devient une unité de mesure de volume39.

52Le ṣrāyfī pouvait ainsi ouvrir ou fermer le lâcher d’eau selon le niveau de celle-ci, évalué à l’aide de son bâton dont chaque graduation équivaut à 1/9 de ẖarrūba. Les parts d’eau, initialement attribuées en temps, étaient donc ensuite traduites en volume.

Coutumes et servitudes

  • 40 Contrat par lequel un débiteur transfère à son créancier la possession d’une part d’eau et les frui (...)

53Dans l’oasis de Figuig, le droit d’eau était généralement milk (propriété privée) et on pouvait en disposer selon tous les modes de transmission de la propriété d’un bien immobilier, le céder en location, ou en antichrèse (rahn40), ou encore le constituer waqf(ḥabūs). Selon P. Roché :

  • 41 Roché, 1965, p. 262.

Cette propriété était indivise, mais il est coutume que si plusieurs kharrouba se trouvent dans une même succession, elles doivent être obligatoirement partagées entre les cohéritiers, afin que chacun d’eux obtienne une ou plusieurs kharroubas entières41.

54Une autre coutume juridique liée à l’ordre de rotation stipulait que la transmission, et donc la possession immédiate des droits d’eau, ne pouvait s’effectuer qu’à partir de la récolte suivante si la parcelle de l’acheteur n’était pas voisine de celle du vendeur.

55On peut trouver aussi des eaux collectives, appartenant à un qṣar ou à une de ses fractions, et gérées par la Ǧmā˓a. Ces droits sont alors inaliénables, imprescriptibles et insaisissables.

  • 42 Le mot bazra dérive de la racine b.z.r. qui signifie répandre une semence, germer, remplir. Gromand(...)

56Un deuxième type d’eau collective propriété d’une fraction tribale était connu à Figuig sous le nom de bazra. En fait, la bazra est une pratique instituée coutumière propre à cette oasis42. Elle permet à la Ǧmā˓a de la fraction, dans des situations bien déterminées, de confisquer certains biens susceptibles de passer aux mains d’un étranger afin de protéger le patrimoine du clan et d’obtenir des ressources supplémentaires destinées aux dépenses d’intérêt général. Il était donc ainsi fréquent de saisir en bazra des ẖarrūba-s. Après avoir jugé de l’opportunité de la réalisation de cet acte sur le bien désigné, on recourait à cette pratique en cas de faillite, de décès sans héritier au degré suffisant, ou de départ du pays sans esprit de retour. À la suite de la confiscation, la part d’eau devenait propriété collective mais son inaliénabilité n’était pas absolue : certaines fractions pouvaient en tirer profit par la revente de leur part. Cette coutume ancestrale garantissait le bon fonctionnement du système d’irrigation, ainsi que sa stabilité, et la défense de la famille et du clan.

57En plus des droits partagés entre les différentes parcelles et cultures à Figuig, les conduites d’eau (comprises comme galeries de captages et réseaux de sāqiya-s de distribution) faisaient aussi l’objet de diverses servitudes coutumières, générales ou particulières. Celles qui sont désignées comme générales sont perpétuelles ; comme le droit au bain pour les habitants des qṣūr dans les bassins aménagés sur les conduites ou auprès de chaque source ; le droit de laver (en particulier les toisons de laine) dans les lavoirs aménagés à cette fin ; le droit de puisage domestique, surtout dans les qṣūr d’El Maïz et d’Oulad Slimane où les galeries drainantes (iflān) passent sous les habitations, les occupants de ces dernières ayant la possibilité de creuser des puits jusqu’à la galerie elle-même.

58Quant aux servitudes particulières, elles sont plutôt individuelles et temporaires. Il s’agit, par exemple, de la servitude pour la construction, dont pouvait bénéficier celui qui édifiait sa demeure et qui, par le biais de cette prérogative, avait la possibilité d’utiliser l’eau nécessaire à la fabrication du mortier ou du pisé en la prélevant sur la conduite la plus proche. Deux autres servitudes particulières étaient relatives à la culture d’arbustes et à l’artisanat. La première concernait, en effet, tout habitant possédant des arbustes récemment plantés sur les bords d’une sāqiya ou à moins de trois coudées de celle-ci ; ce propriétaire avait alors le droit d’irriguer ses arbres avec l’eau de ce canal, mais cela ne concernait que les arbres à fruits comestibles, à partir de l’instant où ils étaient plantés jusqu’au moment où ils commençaient à fructifier. La servitude d’artisanat s’appliquait, quant à elle, en faveur de tous les artisans, sauf les tanneurs.

  • 43 Roché, 1965, p. 268.

[Elle peut] s’exercer sur n’importe quelle seguia de l’oasis et elle est gratuite, sauf pour les tanneurs qui ont été cantonnés au ksar d’El Maïz où ils ont creusé des puits qui aboutissent aux foggaras dans lesquelles ils puisent l’e au nécessaire à leur industrie en assez grande quantité, moyennant une redevance ; et ils lavent les peaux dans des bassins servant exclusivement à cet usage43.

Le difficile avenir d’une « culture de l’eau »

  • 44 Voir Ouhajou,1996 et Aït Hamza, 1987.

59Au terme de ce survol des conditions d’utilisation de l’eau à Figuig, il nous faut bien constater que notre observation initiale s’est révélée pleinement justifiée : l’histoire de l’oasis est, tout entière, celle de l’usage et de la propriété des ressources hydriques ; les conflits qui se sont succédé et les équilibres finalement atteints entre les différents groupes de population ont été directement liés à leur contrôle. La structure sociale telle qu’elle s’est construite et qu’elle nous est parvenue est à l’image de ce processus, et l’étude du partage de l’eau nous permet, très concrètement, de mieux saisir celle-là. Figuig ne constitue pas une exception au Maroc ; on retrouve un tel lien entre modalités de gestion de l’eau et stratification sociale tout au long de l’arc pré-saharien, jusqu’aux oasis du Dra et du Dadès44.

60Dans la situation écologique difficile imposée par le milieu aride, dans un espace oasien par définition artificiel où l’adaptation au caractère aléatoire des phénomènes naturels était gage de survie, la répartition de l’eau devait obéir, non seulement aux contraintes des techniques et de la productivité, mais aussi aux logiques sociales complexes liées à la stratigraphie même du peuplement. Dans ce sens, l’équité du partage, toute relative qu’elle était, devait être établie sur des bases juridiques précisément instituées et reconnues par tous.

61La force de la structuration sociale ainsi secrétée est-elle suffisante pour affronter les transformations actuelles, en particulier la pression démographique et le fait migratoire auquel elle est liée ? Intervention accrue de l’État, bouleversements des équilibres hydrologiques par la généralisation des techniques de pompage, et donc de la redistribution des ressources sur de nouveaux critères, sont des défis, qui ne pourront être relevés avec succès qu’en impliquant directement les oasiens et en prenant en compte les acquis de leur ancestrale « culture de l’eau ».

Haut de page

Bibliographie

Afa, Omar (1996), « Tārīẖ anḏimat al-saqy al-taqlīdī wa tiqniyāt taqsīm al-miyāh fi aḥwāz Tiznīt », dans La ville de Tiznit et sa campagne. Histoire, espace et culture, Agadir, pp. 115-146.

Aït Hamza, Mohamed (1987), « Le système d’irrigation et l’organisation de l’espace au sud du Maroc (cas du bassin du Dadès) », Revue de la Faculté des lettres de Rabat, 13, pp. 132-152.

Attya, Habib (1957), « L’organisation de l’oasis », Les cahiers de Tunisie, 17-18, pp. 39-43.

Aubriot, Olivia (1995), « La clepsydre : de l’astrologie à l’hydraulique. Exemples d’emprunts d’un système de distribution de l’eau d’irrigation au Népal », Annales de la Fondation Fyssen, 10, pp. 33-42.

Aubriot, Olivia (2004), L’eau, miroir d’une société : irrigation paysanne au Népal central, Paris.

Augieras, (Capitaine) (1925), « Les différents types d’oasis sahariennes », Le Monde colonial illustré, 23, pp. 184-185.

Bédoucha, Geneviève (1987), « L’eau, l’amie du puissant » : une communauté oasienne du Sud tunisien, Paris.

Bencherifa, Abdellatif et Popp, Herbert (1992), L’oasis de Figuig : persistance et changement, Passau-Rabat.

Bonnin, Jacques (1984), L’eau dans l’Antiquité : l’hydraulique avant notre ère, Paris.

Brunhes, Jean (1902), L’irrigation, ses conditions géographiques, ses modes et son organisation dans la péninsule Ibérique et dans l’Afrique du Nord, étude de géographie humaine, Paris.

Bruno, Henri (1913), Contribution à l’étude du régime des eaux en droit musulman, Paris.

Daumas, Maurice (dir.) (1962-1979), Histoire générale des techniques (5 vol. ), Paris.

Despois, Jean (1973), « The Crisis of the Saharan Oases », dans David H. K. Amiran et Andrew W. Wilson (éd.), Coastal deserts. Their natural and human Environments, Tucson [Arizona], pp. 167-169.

Échallier, Jean-Claude (1972), Villages désertés et structures agraires anciennes du Touat-Gourara (Sahara algérien), Paris.

El Hachimi, Ben Mohamed (1907), « Traditions, légendes, poèmes sur Figuig », Bulletin de la Société de géographie et d’archéologie de la province d’Oran, 27, pp. 243-278.

Flamand, Georges-Barthélemy-Médéric (1921), Les pierres écrites (Hadjrat mektoubat) : gravures et inscriptions rupestres du Nord-Africain, Paris.

Gaillard, Capitaine (1957), « Quelques aspects du problème de l’eau dans les oasis », Les cahiers de Tunisie, 17-18, pp. 7-21.

Goblot, Henri (1979), Les qanats, une technique d’acquisition de l’eau, Paris.

Godard, Commandant (1957), « Le Djebbad du Fezzan », Les cahiers de Tunisie, 17-18, pp. 45-55.

Gromand, Roger (1931), « La coutume de la « bezra » dans les ksour de Figuig », Revue des études islamiques, 4, pp. 277-312.

Humbert, André (2006), « Comment mesure-t-on l’eau d’irrigation dans les communautés traditionnelles du Maroc méridional ? », dans Patrice Cressier (éd.), La maîtrise de l’eau en al-Andalus. Paysages, pratiques et techniques, Madrid, pp. 313-328.

Ibn H̱aldūn, Kitāb al-‘ibar wa diwān al-mubtada’ wa al-ẖabar(7 vol. ), Beyrouth, 1959.

Kitāb al-istibṣār fi ˓aǧā’ib al-’amṣār.Description de la Mekke et de Médine, de l’Égypte et de l’Afrique septentrionales, par un écrivain marocain duvie siècle de l’hégire (xiie s. J.-C.),Sa˓d Zaghlul Abdelhamid(éd. texte arabe et trad. en français de la partie relative aux Lieux Saints et à l’Égypte), Alexandrie, 1958.

Léon l’Africain, Jean, Description de l’Afrique (2 vol. ), Alexis Épaulard(trad.), Paris, 1956.

, A. (Capitaine) (1953), « Les foggaras du Tidikelt », Travaux de l’Institut de recherches sahariennes, 10, pp. 139-179.

Meziane, Ahmed (1988), Figig. Musāhama fi dirāsati al-mugtama˓i al-wāhī al magribī ẖilāla al-qarn al-tāsi˓˓ašar(1845-1903), Rabat.

Moulias, Daniel (1927), L’eau dans les oasis sahariennes (organisation hydraulique, régime juridique), thèse soutenue à la Faculté de droit de l’université d’Alger (inédite).

Ouhajou, Lékbir (1996), Espace hydraulique et société au Maroc. Cas des systèmes d’irrigation dans la vallée du Dra, Agadir.

Pascon, Paul (1983), Le Haouz de Marrakech (2 vol. ), Rabat.

Roché, Paul (1965), « L’irrigation et le statut juridique des eaux au Maroc (géographie humaine, droits et coutumes) », Revue juridique et politique (Indépendance et coopération),1, pp. 55-120 ; 2, pp. 255-284 et 4, pp. 537-561.

Schiffer, Heinrich (1951), « Wasserhaushalt und Probleme des Wassernutzung in der Sahara », Erdkunde, 5, pp. 51-60.

Tissot, Charles (1888), Géographie comparée de la province romaine d’Afrique (3 vol. ), Paris.

Haut de page

Notes

1  

Bencherifa et Popp, 1992, p. 13.

2 Il faut signaler, à titre d’exemple, les Travaux de l’institut des recherches sahariennes, institut qui, entre 1942 et 1968, a réservé une place relativement importante à ce thème dans ses publications. Voir aussi les monographies parues dans les Archives de l’institut Pasteur d’Algérie.

3 Exception faite des travaux de Brunhes,1902 ; Augieras,1925 et Moulias,1927, la plupart des auteurs ont procédé à une typologie des oasis en fonction de leurs disponibilités en eaux (Bencherifa et Popp, 1992, p. 14, note 17).

4 Schiffer,1951 ; Gaillard,1957 ; Échallier,1972 ; et Despois, 1973.

5 Bencherifa et Popp, 1992, p. 15.

6 Voir à titre d’exemples Attya, 1957 ; Godard, 1957 et, bien sûr, Bédoucha, 1987 (en particulier, p. 372).

7 Il faut rappeler que, en général, l’espace oasien est conditionné par quatre facteurs : faiblesse des précipitations, longue durée de l’insolation et du rayonnement solaire, forte évaporation, et grands écarts de température.

8 Qṣūrest le pluriel de qṣar(ou qaṣr) qui signifie en arabe classique « palais ». Dans ce contexte saharien, le qṣar (aġram en tamazīġ̣̣t) est un ensemble d’habitations entourées d’une enceinte pourvue d’une porte constamment surveillée. Chaque aġram est doté de bains, de lavoirs et d’un ou plusieurs points d’approvisionnement en eau potable. À l’extérieur immédiat du qṣar, se trouvaient généralement les cimetières et les palmeraies ainsi que la grande station de transit (tašraft), un espace où s’établissaient temporairement les caravanes de commerçants (voir Meziane, 1988, pp. 56sqq).

9 L’orthographe adoptée est celle des répertoires officiels de l’administration marocaine.

10 Oulad (Ūlād) signifie « fils de », c’est l’équivalent de Banū, autre mot arabe, et du terme berbère Ayt.

11 Pl. de šarīf, descendant du prophète Muḥammad par sa fille Fatima, épouse d’Ali ; par extension noble, illustre.

12 Donation d’un bien réalisée sous certaines conditions aux mosquées ou autres institutions religieuses, bien de mainmorte.

13 Flamand, 1921, pp. 25-53 et Tissot,1888, vol. 1.

14 Les dates sont données en Hégire avec leur équivalent en ère chrétienne après une barre oblique.

15 Kitāb al-istibṣār, p. 179.

16 Ibn ẖaldūn, Kitāb al-˓ibar, t. vii, p. 121.

17 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, t. ii, p. 435.

18 El Hachimi, 1907, p. 274. Signalons que cet auteur était traducteur officiel à Figuig et que, à ce titre, il devait être en relation avec des informateurs lettrés, probablement propriétaires de documents écrits.

19 Meziane, 1988, p. 74.

20 Ibn ẖaldūn, Kitāb al-˓ibar, t. vii, 90.

21 Meziane, 1988, p. 117.

22 Roché, 1965, 2, p. 260.

23 Bencherifa et Popp, 1992, p. 30. Sur l’étymologie de ce terme, voir Goblot, 1979, p. 157.

24 Ibid.

25 El Hachimi, 1907, p. 246.

26 , 1953 et Goblot, 1979, pp. 159 et sqq.

27 Bencherifa et Popp, 1992, p. 46.

28 Maṣraf du verbe ṣarafa: « dépenser, tourner quelque chose vers un côté opposé, diriger ses efforts vers un but précis ». Le maṣraf, selon Pascon, 1983, t. i, p. 85, est : « un diviseur de la seguia. En berbère, asrû est l’équivalent exact du maṣraf, mais dérive étymologiquement de aru, vanne, porte, passage, clef. Dans le Haouz, on prononce saro ; sarro est parfois utilisé comme nom de seguia et comme nom propre ».

29 Littéralement « caroube » ; d’une façon générale, le monde musulman connaît la ẖarrūba comme unité de mesure de poids des monnaies.

30 Meziane, 1988, pp. 139-140.

31 La même unité était également utilisée à Oujda au xixe siècle ; voir Roché, 1965, 2, pp. 271sqq et Bruno, 1913, pp. 153sqq.

32 Les civilisations les plus diverses ont eu recours à l’écoulement de l’eau pour mesurer le temps. Une des premières mentions de clepsydre figure dans une tablette babylonienne du xviie siècle av. J.-C. ; la technique fut connue de l’Égypte pharaonique (une clepsydre datant d’environ 1400 av. J.-C. a été retrouvée à Karnak) puis de la Grèce ancienne (voir Bonnin, 1984, pp. 291-298). Daumas(dir.),1962-1979, vol. 1 : Des origines au xve siècle, p. 292, en mentionne l’existence dans la Chine des xie-iiie siècles av. J.-C. L’instrument n’est pas lié à une aire culturelle déterminée et sa finalité a dépendu des besoins et des spécificités de chaque société. Les travaux d’O. Aubriot ont ainsi montré que, dans les moyennes montagnes du sud du Népal, l’utilisation de la clepsydre (ghadi) en périodes de vingt-quatre minutes, comme instrument de mesure du temps d’irrigation, était fortement marquée de croyances astrologiques (Aubriot, 1995 et 2004).

33 La même technique prend des appellations différentes selon les régions du Maroc. Dans le Haouz de Marrakech, à Demnate, ou dans le Haouz de Tiznit, à Aglû, ce type de clepsydre est dénommé tanast (pl. tanasīn). Voir Roché, 1965, p. 87 ; Afa, 1996, p. 119sqq ; Humbert, 2006, pp. 321-323 ainsi que Bédoucha, 1987.

34 De la racine ṣarafa, voir note 28 plus haut.

35 Afa, 1996.

36 Roché, 1965, p. 269.

37 Bruno, 1913, p. 165sqq.

38 Dans les dernières années d’autres formes de ce réseau se sont constituées ; c’est, en tout cas, ce qui ressort de l’étude géographique de Bencherifa et Popp, 1995, p. 72 : « on est, en outre [remarquent-ils] frappé par la densité des souagui et, souvent, par leur redondance : dans quelques cas, on trouve jusqu’à quatre lignes parallèles que rien, a priori, ne devrait justifier »

39 Dans le cas de la fuggāra de Zaderte, par exemple, Bencherifa et Popp, 1995, p. 52, nous apprennent qu’un débit constant pendant quarante-cinq minutes donne, aujourd’hui, un volume de 34 m3.

40 Contrat par lequel un débiteur transfère à son créancier la possession d’une part d’eau et les fruits qui en découlent, afin que le créancier en perçoive les revenus, jusqu’au remboursement de la dette.

41 Roché, 1965, p. 262.

42 Le mot bazra dérive de la racine b.z.r. qui signifie répandre une semence, germer, remplir. Gromand, 1931, p. 287, y voit l’idée d’immobiliser, de fixer quelque chose, dans le sens où la confiscation entraîne l’immobilisation du bien saisi ainsi que son inaliénabilité, qui permet de le fixer et de le retenir. Selon cet auteur, ce même terme était également utilisé dans la région d’Oran pour désigner l’impôt et la contribution.

43 Roché, 1965, p. 268.

44 Voir Ouhajou,1996 et Aït Hamza, 1987.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Vue générale de l’oasis de Figuig [Maroc oriental]
Crédits (Photographie : Tariq Madani).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2016/img-1.png
Fichier image/png, 83k
Titre Fig. 2. — Situation générale des palmeraies et des qṣūr de Figuig
Crédits (d’après Bencherifa et Popp, 1992, p. 49).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2016/img-2.png
Fichier image/png, 297k
Titre Fig. 3. — Complexité des conduites d’eau du répartiteur principal de Tazaâdert
Crédits (d’après Bencherifa et Popp, 1992, p. 48).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2016/img-3.png
Fichier image/png, 208k
Titre Fig. 4. — Contrat de vente et d’achat de ẖarrūba-s
Crédits (Meziane, 1988, p. 149).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2016/img-4.png
Fichier image/png, 260k
Titre Fig. 5. — Bassin réservoir servant à réguler le partage des eaux à Figuig
Crédits (Photographie : Tariq Madani).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2016/img-5.png
Fichier image/png, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tariq Madani, « Le partage de l’eau dans l’oasis de Figuig (Maroc oriental) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 61-81.

Référence électronique

Tariq Madani, « Le partage de l’eau dans l’oasis de Figuig (Maroc oriental) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 19 décembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/2016

Haut de page

Auteur

Tariq Madani

Université d’Oujda

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org