Navigation – Plan du site
Dossier. Lire les territoires des sociétés anciennes

Le territoire celtibère : essai de définition

El territorio celtíbero: ensayo de definición
Celtiberian Territory: an Assay in Definition
Pierre-Yves Lambert
p. 45-74

Résumés

La délimitation du territoire celtibère est incertaine dans la mesure où nous ne savons pas de façon sûre quels étaient les différents peuples considérés comme celtibères. Si l’on met de côté l’emploi de l’adjectif « celtibérique », chez les géographes, on s’aperçoit que le qualificatif de « celtibère » n’englobe pas tous les peuples celtiques d’Espagne, même si les historiens ont eu tendance à mettre en rapport avec les Celtibères les divers Celtici de l’ouest de la Péninsule. Parmi les peuples proprement celtibères, il faut certainement distinguer entre ceux de l’est (vallées de l’Èbre et du Jalon), les premiers en contact avec les Romains, et les Arévaques, Pelendones et Berones, au nord-ouest, parmi lesquels les Numantins ont offert l’exemple de la résistance la plus longue et la plus acharnée. Sur le plan linguistique, les preuves existent mais ne sont pas toutes concordantes : les documents onomastiques montreraient une occupation celtibère beaucoup plus large que le seul domaine des inscriptions celtibères. Il faut repenser l’espace celtibère comme une entité variable et déterminée par un mouvement d’expansion, plus ou moins violente, à partir d’une zone montagneuse de refuge. Les celtibères intervenaient chez leurs voisins comme alliés, comme mercenaires, ou comme envahisseurs selon les circonstances. À propos de l’intitulé du troisième bronze de Botorrita : on propose une interprétation reposant sur la métaphore de « l’essaim d’abeilles », comme se référant aux populations en migration. Les historiens mentionnent plusieurs exemples de migrations : les unes spontanées, sortes de uer sacrum, les autres organisées par la puissance romaine. Nous estimons que les deux cents noms de personnes sont ceux de candidats à l’émigration, TarKuai pouvant indiquer la destination choisie.

Haut de page

Texte intégral

1Les Celtibères sont difficiles à définir dans l’absolu : chacun, selon sa compétence, propose une solution correspondant aux résultats de ses recherches, soit en archéologie, soit en épigraphie. Et, quand on cherche à tirer parti des historiens antiques, puisque après tout le nom de Celtibères est de leur invention, force est de constater qu’ils n’ont pas tous la même définition des Celtibères et que leur « ethnographie » de la péninsule hispanique a évolué avec le temps, en fonction des accidents de l’histoire, en fonction, surtout, du point de vue de la civilisation dominante : celle de Rome.

2Il est à propos de rappeler l’invective de Flavius Josèphe contre un historien nommé Euphore, accusé d’avoir écrit que les Ibères sont une cité (πόλις) :

  • 1 Flavius, Contre Apion, I, 67. La critique de l’emploi du mot polis se fait encore plus pertinente l (...)

Ceux qui passent pour être les plus exacts des historiens ont à ce point ignoré les Celtes et les Ibères que l’un d’entre eux, Euphore, considère comme une cité les Ibères qui habitent cette partie de l’Occident ; et ils ont eu l’audace de situer là-bas des peuples qui n’ont jamais existé, ou de leur prêter des noms qui n’ont jamais été employés1.

3D’emblée, donc, reconnaissons que tous, historiens, archéologues, numismates et linguistes, nous employons un terme, « Celtibère », qui est probablement inadéquat, mais qu’il fallait bien utiliser puisque c’est le nom employé par les historiens antiques. Les documents exploités et les méthodes suivies par les différents spécialistes devaient immanquablement les amener à donner différentes définitions de l’espace celtibère (fig. 1, p. 46).

Fig. 1. — Peuples préromains de la péninsule Ibérique (d’après Untermann, 1992, p. 27).

Fig. 1. — Peuples préromains de la péninsule Ibérique (d’après Untermann, 1992, p. 27).

Le témoignage des historiens antiques

  • 2 Koch, 1979. Voir aussi, concernant l’emploi du mot « celte », Tovar, 1977 et Pérez Vilatela, 1993.
  • 3 Polybe, Histoire, III, 5, 1.
  • 4 Tite-Live, Histoire romaine, XXI, 57 ; voir aussi ibid., XXI, 43.

4Pour l’apparition du terme « Celtibère » chez les historiens antiques, je renverrai à l’étude de Michael Koch qui a fait le point sur cette question en 19762. Il distingue judicieusement plusieurs périodes : dans un premier temps, les périples grecs et Avienus parlent en termes vagues d’une Κελτίκη, une région peuplée de Celtes. Le premier qui emploie le composé Κελτίβηρες semble être Polybe (qui, d’ailleurs, ne le fait que rarement), à l’occasion de la seconde guerre punique3. Tite-Live l’imite dans sa relation des mêmes événements : les premiers Celtibères dont il parle sont des contingents auxiliaires de l’armée d’Hannibal4.

  • 5 Ibid., XXXIX, 1.
  • 6 Ces dénominations n’ont rien à voir avec la partition administrative entre Hispania Citerior et Ult (...)
  • 7 Se reporter à García Alonso, 1995 et 2000.
  • 8 Isidore de Séville, Étymologies, IX, 2, 114.

5Puis les « Celtibères » vont désigner un groupe de peuples (celtiques ?) hostiles à Rome. La pacification, difficile, conduit apparemment à la stabilisation des populations celtibères. C’est une conquête progressive. Tite-Live évoque l’ager ulterior Celtiberiae comme une terre encore insoumise5 : il s’agit en gros du territoire des Arévaques. Par contraste, on parle parfois de Celtiberia citerior6 pour désigner la partie orientale du territoire celtibère (à l’exclusion des Arévaques de l’ouest). Cette Celtibérie restreinte restera la plus représentative des deux puisque, au iie siècle ap. J.-C., Ptolémée limite la Celtibérie à la vallée moyenne de l’Èbre et à celle de son affluent, le Jalón, l’antique Salo (c’est donc approximativement la Celtiberia citerior)7. De ce point de vue, sa définition des Celtibères correspond assez bien à celle d’Isidore de Séville8 qui n’hésite pas à rapprocher Celtiberi du nom de l’Èbre, un fleuve qui semble avoir été de tout temps leur frontière septentrionale.

6L’origine grecque du composé Κελτίβηρες ne fait aucun doute car il est constitué sur le modèle de Κελτο-λίγυες ou de Κελτο-σκύθαι. Le sens exact, cependant, pouvait rester assez vague : s’agissait-il « des Celtes voisins des Ibères », des Celtes mêlés aux Ibères ou, éventuellement, des Celtes voisins des Ibères et, en plus, ibérisés ? Il semble bien que la première option soit la meilleure.

  • 9 Aristote, De animalium generatione, 748 a 22.
  • 10 Varron, rapporté par Pline, Histoire naturelle, IV, 119.

7On admettra néanmoins, avec Hübner et Koch, que la Celtibérie des géographes grecs avait d’abord été conçue comme désignant une terre mal connue, conception qui se manifeste par exemple dans la formule rapportée par Aristote : (τοὺς) Κέλτους ὑπὲρ τῆς Ίβηρίας, « les Celtes qui habitent au-delà de l’Ibérie9 ». Dans ces conditions, c’est parfois toute la partie occidentale de la péninsule hispanique qui était visée. On en a la preuve dans l’expression qui situe les îles du nord-ouest de la péninsule hispanique, ex aduerso Celtiberias, « face à la Celtibérie10 ». Encore plus vague est l’épithète désignant le Mare Celtibericum, la partie de la Méditerranée au large de la côte orientale de l’Espagne : cet emploi de l’adjectif « celtibérique » renvoie à une Celtibérie comprenant toute la péninsule hispanique, considérée comme peuplée uniquement de Celtes et d’Ibères. Celtibères est alors l’équivalent d’un composé additif : le terme équivaut à l’addition des Celtes et des Ibères.

  • 11 Strabon, Géographie, I, 2, 27 et Appien, Histoire romaine, VI, XVI, § 100.
  • 12 Diodore de Sicile, Histoire universelle, V, 33, 1.

8Il faut d’ailleurs remarquer que, dans quelques textes, Κελτίβηρες désigne un véritable mélange de Celtes et d’Ibères, ainsi, quand, d’un point de vue théorique, Strabon évoque la formation du mot (µίκτως Κελτίβηρες, « par mélange, Celtibères »), ou quand Appien mentionne une colonie romaine formée de µιγάδες Κελτιβήρων, « populations mêlées de Celt-ibères »11. Dans ce deuxième cas, il est sans doute fait référence à des réalités ethnographiques : il devait y avoir un certain brassage entre les ethnies dans la vallée de l’Èbre. C’est un thème qui est longuement développé par Diodore de Sicile12, sans doute par emprunt à Posidonios.

9La définition des Celtibères comme « voisins des Ibères » est, elle aussi, extrêmement vague car elle ne dit pas où s’arrête le groupe des Celtibères. Doit-on retenir, dans cette définition, uniquement les voisins immédiats des Ibères ou bien prendre en compte des spécificités propres qui élargissent le groupe en étoffant sa définition ? Il s’agirait de spécificités telles que les traits culturels (langue, religion, armement), ou les réactions historiques (alliances internes ou externes avec Carthage, les Ibères ou Rome) ? La suite des événements historiques a bien sûr considérablement influé sur cette définition. Les Celtibères ont été les alliés de l’ennemi héréditaire de Rome, et ils se sont révoltés de nombreuses fois durant le iie siècle av. J.-C. (notamment durant l’épisode des « guerres celtibères » contre Ti. Sempronius Gracchus, en 180-179 et lors de la guerre de Numance en 154-153). Rome se souviendra longtemps de leur pugnacité.

  • 13 Voir Koch, 1979, p. 388 et Untermann, 1997, p. 363, qui mettent en doute l’existence d’un peuple pa (...)
  • 14 Telle est exactement la position de Untermann, 1997, p. 363, qui admet que le terme ait pu être emp (...)

10Il ne serait pas exagéré de parler d’une unité celtibère fabriquée par Rome, exactement comme la conquête de César suscite, par réaction, une unité gauloise autour de Vercingétorix. En effet, les Celtibères sont plus exactement un regroupement de différents peuples et il est incertain si l’un d’entre eux portait effectivement le nom de Celtibères : les historiens anciens et modernes sont partagés sur ce point13. Il semble bien que Celtiberi, ou Keltiberes, ait été une sorte d’étiquette assez générale pour un conglomérat de peuples, à commencer par ceux qui se regroupaient sur les rives de l’Èbre moyen14.

  • 15 Pour le détail des textes historiques permettant de définir l’espace celtibère, il convient de renv (...)

11Notre ambition n’est pas de remplacer un certain nombre d’études historiques15 vouées à l’élucidation des historiens anciens, mais d’attirer l’attention sur quelques textes symptomatiques.

12Pour Appien, par exemple, les Celtibères sont d’abord ceux qui ont été pacifiés par Sempronius Gracchus. Ce sont en premier lieu les Lusones, puis les Belli et leurs alliés, les Titti, mais il inclut bientôt dans le même groupe les Arevaci et les Vaccaei. Rappelons les faits.

  • 16 Appien, Roman History, VI, VIII, § 42.
  • 17 Ibid., VI, IX, § 44.
  • 18 Ibid., VI, IX, § 51.
  • 19 Intercatia est un nom bien celtique signifiant « entre les bataillons », ce qui donne lieu à un épi (...)
  • 20 Ibid., VI, IX, § 54 in fine.

13Les premiers à se révolter sont désignés comme « des Ibères vivant au bord de l’Èbre ». Il s’agit, entre autres, des Lusones en 181 av. J.-C.16. Puis, vers 155, la révolte gagne les Belloi/Belli : « Segeda est une ville appartenant à un peuple celtibère appelé les Belloi17 ». Le même épisode inclut les Titthoi/Titti, « une tribu voisine » soumise aux mêmes conditions de paix. Dans leur révolte, ces deux peuples vont chercher secours auprès des Arevaci, situés plus au nord-est. Ces derniers possèdent Numance et investissent Nertobriga. Mais Marcellus parvient à les calmer. Cependant, le Sénat romain refuse la paix et envoie, en 151, un nouveau général, Lucullus, qui, outrepassant son ordre de mission, s’empresse d’envahir le territoire des Vaccaei, « un autre peuple des Celtibères, voisins des Arevaci18 », sous le prétexte qu’ils auraient maltraité leurs voisins les Carpetani… Il écrase leur cité Cauca. Puis la campagne se poursuit avec le siège victorieux de la ville d’Intercatia19, elle aussi peuplée de Celtibères (Appien signale à propos des Intercatii : « ces Celtibères-là attachent peu de prix à l’or et à l’argent20 »). Enfin, Lucullus rentre, poursuivi par les habitants de Pallantia dont on peut supposer qu’ils sont aussi des Vaccaei puisqu’ils connaissent l’épisode de Cauca et refusent de se laisser berner comme les habitants de cette ville.

14Le récit d’Appien mêle à la fois des noms de peuples et des noms d’habitants de villes (Nertobriges, Caucaei, Numantini). Il ne nous dit pas, par exemple, où se trouve Nertobriga : cette ville, connue par une émission monétaire (nerToPis´), est dans la vallée du Jalón, chez les Belli ou les Titti. Bien qu’il qualifie les Vaccaei de « Celtibères », il nous est difficile de considérer comme celtique un nom tel que Pallantia (à cause du P-). Cependant, les délimitations changent d’un siècle à l’autre car, pour Strabon, Segeda et Pallantia sont des cités des Arevaci.

  • 21 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 19.

15Pline confirme le caractère celtibère des Arevaci dans une formulation assez surprenante : Vaccaei, Vettones et Celtiberi Arevaci21. Définit-il les Celtibères comme comprenant essentiellement les Arevaci, qui seraient leur composante principale, ou bien y a-t-il quelque jeu de mots dans l’emploi de cette double désignation ? L’ennui, c’est que nous ne savons plus aujourd’hui quel est le terme propre et quel est le terme épithète. Je serais tenté de comprendre : « ces redoutables Celtibères que furent les Arevaci ». Mais un jeu de mots étymologique sur l’origine du nom Arevaci n’est pas exclu, ce qui impliquerait la signification suivante : « et les Celtibères “Arévaques”, c’est-à-dire vivant sur les bords de la rivière Areva ».

  • 22 On doit signaler que, dans l’un de ces passages, Strabon déclare que les Celtibères se divisent en (...)
  • 23 Ibid., III, 4, 5 et 4, 12.
  • 24 Capalvo, 1996, pp. 55-60, a tenté de retrouver le nom des quatre divisions dans les variantes de qu (...)

16Enfin, l’on sait que Strabon a laissé une description assez précise de l’ethnographie de son temps. Malheureusement, il est resté assez évasif sur les Celtibères. Après avoir commencé une phrase en disant « Les Celtibères étant divisés en quatre parties », il insiste sur le courage supérieur de l’élément arévaque dont la ville principale est Numance. Il cite, immédiatement après, les Lusones avec les villes de Segobriga et de Bilbilis. Mais nous ne saurons rien de plus sur les Celtibères. D’après d’autres passages22, il apparaît que Strabon différencie très nettement entre les Celtibères et les Vaccaei, entre les Celtibères et les Vettons, ainsi qu’entre les Celtibères et les Berones, bien que ces derniers soient, d’après lui, d’origine celtique, ce qu’il répète plusieurs fois23. Mais, quels étaient les deux peuples celtibères qu’il n’a pas nommés ? Certains pensent qu’il faut inclure parmi les quatre éléments mentionnés les Berones ainsi que les Pelendones ; d’autres supposent qu’il s’agit des Arevaci, des Berones, des Pelendones et des Celtiberi au sens propre, mais l’existence même d’un tel peuple reste assez douteuse24.

  • 25 Tovar, 1989.
  • 26 Hübner, 1894, colonne 1888.

17Antonio Tovar nous semble avoir suivi le texte d’Appien lorsqu’il a défini les Celtibères comme comprenant les Arevaci, les Belli, les Titi et les Lusones25. À tout prendre, l’interprétation de Tovar est sans doute le résultat d’une combinaison ingénieuse entre les textes d’Appien et ceux de Strabon. Mais cette interprétation n’est pas la seule possible. Emil Hübner, par exemple, retenait comme celtibères les Lusones, les Vaccaei et les Berones26 (en plus des Arevaci, je pense).

  • 27 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 26.

18La géographie des auteurs anciens présente donc des variations qu’il est difficile de rationaliser. Pourquoi Numance, ville des Arevaci, d’après Strabon et Ptolémée, serait-elle une ville des Pelendones pour Pline l’Ancien27 ? On peut supposer que les Pelendones ont changé de place ; leur nom paraît assez proche d’une ville celtibère, Colenda, citée par Appien. De la même façon, Strabon considère comme arévaques les villes de Segeda et de Pallantia, alors que la première appartient aux Belli et la seconde aux Vaccaei pour Appien et d’autres. Le passage de Pallantia (à l’ouest du domaine arévaque) sous la domination des Arevaci fut peut-être le fait d’un déplacement de population. Par ailleurs, Strabon semble avoir délibérément simplifié la question en taisant le nom de petits peuples comme les Belli et les Titti, dont il ne fait jamais mention. Pour Hübner, cela signifie tout simplement que ces petits peuples avaient complètement disparu à son époque. Si cette interprétation est correcte, il faut admettre que les mouvements de population n’ont pas été interrompus par la pacification romaine de 153 av. J.-C., bien au contraire. Mais le caractère incomplet de « l’ethnographie celtibère » de Strabon nous empêche de souscrire entièrement à l’interprétation de Hübner (fig. 2, p. 51).

Fig. 2. — Villes et peuples celtibères (d’après Untermann, 1997, p. 435).

Fig. 2. — Villes et peuples celtibères (d’après Untermann, 1997, p. 435).

L’espace de l’épigraphie et de la langue celtibères

19Le linguiste définit cet espace comme étant celui des inscriptions celtibères ; il a beau jeu, dès lors, de multiplier les paradoxes en soulignant, par exemple, que les Celtibères au nom hybride sont les seuls à avoir pratiqué une langue celtique de façon certaine, bien que des traits de celticité apparaissent aussi tout autour d’eux : dans l’onomastique de la dénomination personnelle (gentilices en -Cum), dans celle des noms de lieux (en -briga) et même dans des noms de peuples comme celui des Celtici, en Bétique. Bref, les linguistes doivent reconnaître qu’ils ont eu tendance, durant une certaine période, à diluer la celticité des Celtibères dans tout l’ouest de la Péninsule. Comme on l’a vu, on trouve chez les géographes grecs des définitions de la Celtibérie qui pouvaient justifier une telle conception.

  • 28 Tovar, 1961, pp. 76 sqq (références et dates précises dans Evans, 1993, pp. 572-573).
  • 29 Evans, 1979 et 1993 ainsi que De Hoz, 1993.
  • 30 De ce point de vue, je ne peux suivre Guillermo Fatás suggérant que les Suessetani sont des Celtes (...)

20Bientôt, il a paru nécessaire de fixer des critères de celticité plus stricts. Après Antonio Tovar et sa théorie des « trois vagues celtiques28 », D. Ellis Evans et J. de Hoz ont contribué à cette clarification en proposant de distinguer nettement entre « celtibère » et « hispano-celtique »29. Il semble de plus en plus assuré, en effet, que la pénétration d’éléments anthroponymiques celtibères chez les peuples immédiatement voisins (Vaccaei, Vettones), ou situés plus à l’ouest (Callaeci, Lusitani…), ne peut être confondue avec un trait de celticité ethnique30. L’hispano-celtique regroupe donc un ensemble de faits linguistiques hétérogènes : il s’agit ici d’une langue celtique parlée et écrite par tout un peuple de façon apparemment homogène (le celtibère), et là d’éléments onomastiques de substrat ou d’emprunts (-briga), quand ce n’est pas l’indication d’un « superstrat », c’est-à-dire d’une implantation toute récente, comme c’est le cas pour les Gaulois de Catalogne dont la présence est signalée uniquement par quelques toponymes en -dunum. Autrement dit, l’hispano-celtique regroupe plusieurs phénomènes dont le degré de celticité est variable : à côté d’une langue celtique de plein exercice (celtibère), nous devons supposer une langue de substrat, ou des phénomènes d’emprunts liés à une technique (briga) ou à un usage social (gentilice). De même, des noms celtibères excentrés peuvent renvoyer à des déplacements individuels ou à des migrations plus importantes.

  • 31 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, IV, 111.

21Le nom de Celtici donné, d’une part, à un peuple au sud de la Bétique et, d’autre part, à quelques peuples au nord du Portugal actuel (avec des épithètes distinctives rapportées par Pline d’après Varron : Celtici cognomine Nerii et Supertamarici, […] Celtici cognomine Praetamarici31), a quelque peu égaré les linguistes. Dans quelle mesure ces ethnonymes représentent-ils vraiment le nom que se donnaient ces populations ? La multiplicité des peuples appelés Celtici doit certainement éveiller les soupçons. Pline a d’ailleurs pour les Celtici de Bétique une analyse ethnographique toute prête :

  • 32 Ibid., III, 13.

Celticos a Celtiberis ex Lusitania aduenisse manifestum est sacris, lingua, oppidorum uocabulis, quae cognominibus in Baetica distinguuntur32.

22Cette phrase a souvent été commentée. Admettons que Pline retrace une généalogie des Celtici de Bétique jusqu’en Celtibérie, en passant par la Lusitanie : ce qui l’intéresse surtout, c’est la question de la ressemblance avec les Celtibères sur les niveaux religieux et linguistique. Particulièrement intéressante est la remarque concernant les oppidorum uocabula : les noms des places fortes sont effectivement distingués par des épithètes (cognomina), aussi bien dans le territoire celtibère que dans l’ouest de la Péninsule (comparer les Contrebia et les Lancia).

  • 33 Villar Liébana, 1993 et Prósper, 2002.

23Contrairement à J. Untermann, nous pensons qu’il n’y a pas de place dans cette échelle de celticité pour le lusitanien, à partir du moment où cette langue conserve le -p- de l’indo-européen. Le lusitanien sera mieux défini, d’après nous, comme l’une de ces épigraphies indo-européennes isolées, telles que le messapien ou l’illyrien dont le corpus est trop maigre pour permettre des apparentements assurés. Il est acceptable, par exemple, de définir le lusitanien comme une variété de « vieil-européen » (un dialecte indo-européen connu principalement par des toponymes dans l’ouest de l’Europe) qui a connu la labialisation de la labiovélaire sourde (kw > p) comme l’ont suggéré Francisco Villar et Bianca Prósper33.

  • 34 On doit cependant observer que le -p- a été conservé en celtique, par exception, dans plusieurs gro (...)

24Bizarrement, il faut admettre que la toponymie n’est pas un indice de celticité indiscutable pour les populations en présence. Ainsi, l’expansion du composé en -briga dans tout l’ouest de la Péninsule ne nous paraît pas indiquer une aire linguistique celtique, mais plutôt une mode : -briga est en quelque sorte un mot d’emprunt, d’origine celtique, repris par de nombreuses populations qui, en fait, adoptent, d’abord et avant tout, la chose désignée (sans doute un type de fortification, comparable à la bretesche dans la toponymie française, indiquant peut-être un ouvrage fortifié d’origine bretonne, *Brittisca). À l’inverse, des zones réputées celtiques, comme la Celtibérie, pourraient présenter des toponymes où il reste des traits non-celtiques ; c’est peut-être le cas du nom ancien de Madrid, Complutum, avec le -p- conservé (thème *pleu-, « laver, mouiller »)34. Il n’y a pas de doute que la toponymie garde à toute époque un caractère traditionnel et qu’elle peut, par conséquent, représenter le legs d’une langue substrat. Par contraste, l’onomastique personnelle ou religieuse attestée dans les inscriptions latines constitue un meilleur indice de la présence de Celtes : on sait ce qu’il en est par exemple pour la diffusion du culte de Lugus.

25Quant à savoir s’il y a eu plusieurs dialectes celtibères, il faut bien avouer que nous ne sommes pas encore en mesure de nous former une opinion. L’interprétation des documents celtibères est encore très incomplète. Si l’on arrive à traduire les inscriptions brèves et formulaires (comme les tessères d’hospitalité), les longs documents — qui se sont multipliés avec les fouilles de Botorrita — présentent exactement les mêmes difficultés que les grands documents gaulois : chacun d’eux apporte un très grand nombre de nouveautés qu’il est impossible de maîtriser complètement.

  • 35 Schmoll, 1960.

26Mais nous savons qu’il y a eu deux épigraphies celtibères, ou plutôt deux façons d’écrire le celtibère selon la notation employée pour les consonnes nasales : m et n sont notés et N à l’est (ainsi à Botorrita), mais N et Y à l’ouest (ainsi à Luzaga), comme l’a montré Ulrich Schmoll35. Il s’agit de deux usages graphiques bien attestés par ailleurs dans l’espace ibérique : ainsi, ou bien les Celtibères ont emprunté deux fois leur écriture en important deux modèles distincts issus de deux endroits différents, ou bien c’est un emprunt unique qui a été corrigé sur une partie du territoire par une réforme venue, elle aussi, du monde ibère. Notre chronologie n’est, hélas, pas assez fine pour permettre de décider. L’ensemble des inscriptions celtibères est très probablement postérieur aux « guerres celtibères » (153 av. J.-C.) : l’épigraphie celtibère s’est maintenue jusqu’au début de notre ère, la dernière phase montrant l’adoption de l’alphabet latin.

27L’espace construit par les épigraphistes n’était pas si facile à déterminer. Les monnayages celtibères permettent une première approche, mais la localisation des toponymes fournis (les cités émettrices) reste parfois incertaine. Il faut de plus prendre en compte la mobilité naturelle de certains supports, et il ne s’agit pas seulement des monnaies mais aussi des tessères d’hospitalité : les tessères celtibères se rencontrent disséminées dans un très large territoire, jusqu’à Ibiza. Ces deux types de documents étaient par nature conduits à être utilisés en dehors de l’espace celtibère.

  • 36 Pour l’inscription Botorrita I, on s’est contenté de citer quatre titres : Fleuriot, 1975 ; Beltrán (...)
  • 37 Tovar, 1973.
  • 38 Strabon, Géographie, III, 5, 11.

28Il suffit de comparer la Celtibérie des premiers travaux de Tovar et de Lejeune avec la Celtibérie actuelle, par exemple celle de Untermann. Le hasard des découvertes devait amener les épigraphistes à redessiner la carte du territoire celtibère : on se limitera à rappeler les répercussions de la mise au jour du premier bronze de Botorrita36, en 1970, qui conduisit Tovar à une nouvelle définition des limites orientales des Celtibères37. On avait écarté les Celtibères de la vallée du moyen Èbre pour laquelle on avait surtout des localisations assurées de peuples au nom apparemment ibère (comparer avec le bronze d’Ascoli). Pourtant, Strabon plaçait la ville de Saragosse « en face du territoire celtibère » : Ἡ περὶ τοὺς Κελτίβηρας Καισαραυγοῦστα38.

29La table de bronze découverte à Botorrita en 1970 apporta la preuve d’une présence celtibère au beau milieu de cette vallée, presque en face de Saragosse. On comprend mieux dès lors pourquoi les Romains tentaient d’arrêter la progression carthaginoise au niveau du cours de l’Èbre : leurs alliés naturels, les Ibères, ne pouvaient contrôler l’arrière-pays au-delà de ce fleuve.

  • 39 L’histoire du problème a été relatée aussi par M. A. Díaz Sanz et M. M. Medrano Marqués dans l’ouvr (...)

30Tandis que le dossier épigraphique de Botorrita39 s’enrichissait peu à peu, on se représenta de mieux en mieux le rôle d’arbitrage et, sans doute aussi, de protection que les Celtibères assuraient sur toute la région à partir de leur forteresse de Botorrita. Ainsi, le Senatus Contrebiensis était appelé à arbitrer des conflits de répartition d’eau entre des peuples voisins, non-celtiques. La table de bronze inscrite en latin a livré en effet une partie du nom du site : elle émane du Senatus Contrebiensis. On est arrivé progressivement à retrouver le toponyme complet, Contrebia Belaisca, selon les étapes suivantes :

  • 40 Cette tessère conservée au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale, à Paris, provient de (...)
  • 41 Lejeune, 1952.

311. — En 1952, M. Lejeune édite une tessère d’hospitalité40 en bronze en forme de main, dont la partie plane porte l’inscription gravée suivante41 :

luPos´ : aliso|Cum : aualo : Ce | ConTePias | Pelais´kas

  • 42 Untermann, 1967.
  • 43 Untermann, 1975, t. i, vol. 1 : Text, pp. 295-298 (A-75), pp. 304-306 (A-80) et vol. 2 : Tafeln, pp (...)

32On interprète généralement ce texte comme signifiant : « Lubos, des Alisoci, fils de Aualos, provenant de Contrebia Belaisca » (« Ce » est un mot abrégé, sans doute Centis = /gentis/ ; Untermann a le premier détecté la valeur génitive de la forme en -o42). On connaît plusieurs villes nommées Contrebia chez les Celtibères : il y avait aussi une Contrebia Carbica et une Contrebia Leucada. La troisième, Contrebia Belaisca, était connue uniquement grâce à son monnayage qui porte diverses légendes : soit le dérivé de Contrebia avec le suffixe en -āko- au neutre singulier (ConTePaCom, A-75.6) ; soit le dérivé ethnique au neutre singulier lui aussi (Pelais´Com, A-80) ; soit les deux éléments, mais avec le second abrégé (ConTePaCom Pel, A-75.1). Ce dernier type de légende se retrouve pour Contrebia Carbica : ConTePaCom CarPiCom, A-75.5, à côté du nom de la ville, ConTerPia CarPiCa, A-75.243.

33Ainsi, dès 1955, M. Lejeune mettait en relation le toponyme de la tessère Froehner avec le toponyme des monnaies ConTePaCom Pel. Mais personne ne pouvait situer le toponyme.

342. — Si le premier bronze celtibère de Botorrita porte l’ethnique Pelais´kom, parmi les peuples nommés sur la face B, on n’a pas saisi tout de suite l’importance de ce fait. C’est avec la sentence du Senatus Contrebiensis (la deuxième table de bronze trouvée à Botorrita en 1980) que l’on a eu la preuve que Botorrita s’appelait Contrebia. Du même coup, Contrebia Belaisca recevait enfin une localisation assurée. Quelques documents secondaires ont confirmé cette localisation : ainsi, on a découvert que la tessère Froehner venait de la collection d’un antiquaire de Saragosse.

L’expansion celtibère

  • 44 Salinas de Frias, 1988, p. 108, en donne un exemple convaincant : Strabon, Géographie, III, 2, 11, (...)

35Les discordances entre les témoignages des historiens renvoient peut-être, on l’a vu, à un changement dans l’implantation géographique des Celtibères44. Aussi ne faut-il pas trop se fier à l’espace celtibère défini en tant que zone linguistique : il serait périlleux, par exemple, de prendre en compte la répartition de l’onomastique celtique dans les inscriptions latines car on en trouve, pour ainsi dire, dans toute la Péninsule. Même les inscriptions en celtibère peuvent traduire une présence, certes nombreuse, mais transitoire de populations celtophones. Nous devons donc reprendre nos textes historiques et tenter de déceler quels ont été les mouvements de population.

  • 45 Lorrio Alvarado, 1999.

36Il y aurait aussi, sans doute, une approche archéologique possible, mais nous laisserons ces problèmes aux spécialistes. Il ne nous appartient pas de reprendre la définition archéologique de la culture celtibère telle que l’ont proposée Alberto Lorrio, Francisco Burillo, Ricardo Martín Valls, Ángel Esparza Arroyo et beaucoup d’autres. L’étude d’Alberto Lorrio de 1999 a l’avantage de résumer les grands traits d’évolution présentés selon trois phases principales : dès le « celtibère ancien », apparition des premiers castros sur la Meseta orientale (plus anciens, semble-t-il, que ceux de la Galice) ; durant le celtibère moyen, nouveaux types d’urbanisation, de fortifications et apparition de tombes aristocratiques, sans doute liée à la concentration du pouvoir — cela, cependant, ne vaut pas pour tous les Celtibères uniformément : c’est la culture du haut Douro (celle des Arévaques) qui, seule, présente des tombes avec un riche matériel, et notamment des armes ; enfin, développement des agglomérations en hauteur (oppida) durant la troisième phase de l’indépendance. Alberto Lorrio signale aussi, autant que possible, la source géographique probable des innovations et la direction de leur expansion45. Ainsi, la culture celtibère de la troisième phase se diffuse vers l’ouest comme en témoigne la très large répartition de deux types d’objets caractéristiques des Celtibères : la fibule zoomorphe et le poignard à poignée bi-globulaire.

37Les archéologues vérifient de façon incontestable les rapports culturels nombreux qui se sont établis entre les Celtibères et leurs voisins. Ces rapports ont varié de nature et d’intensité d’une époque à l’autre. Malheureusement, il est très difficile d’évaluer l’impact qu’a pu avoir le modèle sociopolitique celtibère sur ses voisins occidentaux : A. Lorrio lui-même s’interdit de mettre en rapport les tombes aristocratiques (2e phase) et la structure supra-familiale (3e phase), dont on se demande encore quelles étaient la nature et la fonction : le souvenir généalogique indiqué par le gentilice était-il associé à un culte de l’ancêtre ou à un « Männerbund », une sorte d’organisation militaire ? La substitution d’une simple épithète en -anco pourrait indiquer, de préférence, la deuxième solution, dans la forme clanique des sociétés écossaises et irlandaises du début de l’ère moderne, par exemple. Les institutions des peuples celtiques ou non-celtiques étant encore mal connues, la présence d’un « princeps » chez tel ou tel peuple voisin de la Celtibérie n’est plus considérée aujourd’hui comme un signe de l’influence du système politique celtibère.

38L’expansion celtibère a été l’objet d’un grand nombre d’études, comme celle de José María Blázquez publiée en 1962. Cet auteur a démontré, de façon convaincante, que l’expansion des Celtibères n’a fait que croître et s’épanouir durant les deux premiers siècles suivant la conquête romaine. Peuple guerrier, installé sur une terre aride (la Meseta), il devait nécessairement tirer sa subsistance du pillage ou de l’exploitation des régions voisines. Les conditions socio-économiques, la poussée démographique et de solides traditions militaires (alliées sans doute à une bonne maîtrise de la production d’armes en fer) ont conduit les Celtibères à établir une sorte de zone d’influence qui s’étendait bien au-delà de leur habitat traditionnel. Les rapports qu’ils établirent avec les peuples voisins furent variables : ou bien ils se contentaient d’incursions passagères de brigandage, ou bien ils s’engageaient comme mercenaires au service de puissances assez riches pour les rémunérer, ou bien ils faisaient alliance avec leurs voisins dans un contrat plus ou moins égal selon le rapport de forces.

  • 46 Strabon, Géographie, III, 5.
  • 47 Appien, Histoire romaine, VI, 42.

39Le pillage est souvent mentionné comme l’occupation habituelle des Celtibères : « la majorité de ces populations a renoncé à vivre de la terre, c’est le brigandage qui les fait prospérer46 ». De nombreuses opérations de pillage sont enregistrées par les historiens en Bétique et, bien entendu, chez les Carpetani, qui étaient les voisins immédiats des Celtibères, au sud-est. Certains historiens laissent entendre que les colons celtibères (exactement, des Lusones) de Complega étaient en fait des nomades qui n’avaient jamais eu de terre47.

  • 48 Tite-Live, Histoire romaine, XXXIV, 19.
  • 49 Ibid., XXI, 43, 8 et 57, 5.
  • 50 Ibid., XXVII, 1 et 2.
  • 51 Ibid., XXIV, 43. Ils changent donc de maître pour être dans le camp des vainqueurs.

40L’activité de mercenaire est abondamment attestée. Les premiers mercenaires celtibères connus sont ceux qui furent à la solde des Tartessiens48. On connaît bien ceux qui ont été engagés par les Carthaginois dans l’armée d’Hannibal49 ; ils s’illustrent dans la bataille de la Trébie, puis à Falernes. Il y en a de nouveau dans les armées d’Hamilcar, puis dans celles de Magon et d’Hannon50. Certains passent à l’ennemi : ainsi, des mercenaires hispaniques livrent Syracuse à Marcellus en 212 av. J.-C. Car les mercenaires celtibères raisonnent comme tous les mercenaires : lorsque, pour la première fois, des Celtibères s’engagent dans l’armée romaine en 213, Tite-Live nous dit explicitement qu’ils le font exactement pour la même solde que celle qu’ils recevaient dans l’armée punique51. La présence de mercenaires celtibères dans de nombreuses régions de la Péninsule explique suffisamment la diffusion de l’onomastique celtique. Par exemple, l’installation de Celtici en Bétique — des Celtici considérés comme d’origine celtibère par Pline — pourrait être le résultat de cette production de mercenaires. En effet, on sait que lors d’une bataille, en 212 av. J.-C., deux « chefs » gaulois meurent dans les rangs des Turdetani alliés aux Carthaginois : Vismarus et Moeniacoeptus. Il est donc probable que les Turdetani, dans la vallée de la Betis, avaient engagé des mercenaires celtibères (probablement d’anciens pillards qu’il fallait neutraliser). Ces Celtici seraient donc passés de l’état de brigands à celui de mercenaires avant de se convertir en populations sédentaires.

  • 52 Ibid., XXVIII, 24.
  • 53 Diodore de Sicile, Histoire universelle, XXVI, 22.

41La politique d’alliance entre Celtibères et peuples voisins est attestée dès la seconde guerre punique. Parmi les peuples situés au nord de l’Èbre, ceux de l’intérieur (Ilergètes, Ausetani, Lacetani) avaient rejoint le camp carthaginois, tandis que les Suessetani et les Sedetani étaient gagnés aux Romains. Les Celtibères font alliance avec les Ilergètes52, ce qui est peut-être en relation avec le fait que les chefs militaires ilergètes, Indibil et Mandonius, ont des noms d’aspect celtique. Diodore de Sicile n’hésite pas à dire qu’Indibil est un Celtibère53 : nous savons que cette attribution est parfois sujette à caution, mais l’on peut bien imaginer, cette fois, que des guerriers celtibères ont pris en main le commandement de toute une coalition. L’alliance celtibéro-ilergète envahit les Suessetani et les Sedetani, jusqu’au jour où Scipion les met en déroute (205 av. J.-C.). De la même façon, on enregistre des alliances entre Celtibères et Lusitani à l’ouest, ou avec les Edetani à l’est. Mais il faut se représenter ces alliances comme étant parfois inégales. La pression celtibère devait être assez menaçante pour ne laisser aucun autre choix.

  • 54 Voir Salinas de Frias, 1988, p. 108.
  • 55 Burillo Mozota, 1998, pp. 147-151.

42Dès lors, on comprend pourquoi le territoire celtibère nous paraît aussi fluctuant. Si Pline l’Ancien peut définir comme des « capita Celtiberiae » (capitales ou points extrêmes ?) les villes de Clunia (« Celtiberia finis »), Ercavica, Contrebia [Belaisca ?] et Segobriga, nous enregistrons cependant des villes celtibères tout à fait excentrées par rapport à ce territoire : Caesada chez les Carpetani, Valeria et Laxta chez les Olcades, et une autre Segobriga, à Cabeza de Griego, semblent avoir été des établissements temporaires des Celtibères54. Excentré lui aussi, le sanctuaire de Peñalba de Villastar, au sud-est, permettait probablement le contrôle des Turboleti55.

43La domination romaine, qui s’est instaurée difficilement après de vives résistances, n’a donc pas du tout stabilisé les populations : on pourrait multiplier les exemples d’exterminations ou de déplacements de populations occasionnés par la conquête. Des villes entières comme Segeda ou Segobriga sont déplacées et des peuples comme les Lusones disparaissent. Mais la population celtibère paraît avoir gardé ses coutumes et, en particulier, sa tendance à dominer et à exploiter les territoires voisins.

44Dans l’annexe qui suit, nous voudrions démontrer que l’un des nouveaux textes de Botorrita, le bronze no 3, témoigne de la survivance d’une pratique habituelle de « migration », correspondant, en gros, à ce qu’on a appelé le « uer sacrum ».

Annexe : L’intitulé du bronze no 3 de Botorrita

45La table de bronze découverte en 1992 à Botorrita (Cabezo de las Minas) est le troisième document de ce type fourni par le site (fig. 3, p. 60). La première inscription, trouvée en 1970, opisthographe, a été interprétée comme une lex sacra : c’est encore aujourd’hui le plus long texte celtibère. La deuxième, trouvée en 1980, était en latin : c’était une sententia émise par le Senatus Contrebiensis consulté pour arbitrer un conflit entre deux cités voisines.

Fig. 3. — Le Bronze no 3 de Botorrita (d’après Beltrán LLoris, De Hoz et Untermann, 1996).

Fig. 3. — Le Bronze no 3 de Botorrita (d’après Beltrán LLoris, De Hoz et Untermann, 1996).
  • 56 À ces noms de parenté on a voulu ajouter les TuaTeres´ = *dhughateres, « filles », mais j’ai des do (...)

46Le bronze no 3, quant à lui, est essentiellement une liste de noms propres : environ deux cents personnes sont nommées et une cinquantaine d’autres sont l’objet de mentions non nominales (ce sont des additions du genre CenTis´-Cue, « et son fils », launi-Cue, « et sa femme »56).

  • 57 Untermann, 1997, pp. 576-606 (K.1.3 Ü).

47Le seul texte proprement dit est un intitulé qui, écrit sur deux lignes, doit à la fois introduire, caractériser et justifier la liste qui suit sur quatre colonnes. Nous le citerons d’après l’édition des Monumenta Linguarum Hispanicarum par Jürgen Untermann57 :

risatioka . lestera . ia . tarakuai . noui ða . au ðanto
eskeninum . taniokakue . soisum . albana

48Ce qui, dans le système graphique de Michel Lejeune, donnerait :

ris´aTioCa . les´Tera . ia . TaraCuai . nouisa . ausanTo
es´Ceninum .
TanioCaCue . s´ois´um . alPana

  • 58 Beltrán Lloris, De Hoz et Untermann (éd.), 1996. Voir le compte rendu que j’en ai fait dans Lambert(...)
  • 59 Beltrán Lloris, De Hoz et Untermann (éd.), 1996, pp. 197-209.
  • 60 Voir Untermann, 1997, p. 585, Untermann, 1999 et le compte rendu qui en est fait par Schmidt, 2001, (...)

49Nous adoptons, dans la suite du texte, la transcription obtenue selon le système de Michel Lejeune. L’édition princeps58 avait omis une interponction entre les´Tera et ia. Cette séparation de mots est importante car elle ne laisse aucun doute sur la valeur de la syllabe ia : c’est certainement un pronom relatif, et un relatif accordé à son antécédent (comparer avec Botorrita I : ios´). Sur ce texte, on peut déjà consulter des études approfondies : essentiellement l’analyse de Javier De Hoz incluse dans l’édition princeps59 ainsi que des remarques de Jürgen Untermann et de Karl Horst Schmidt60.

50Le deuxième mot, les´Tera, est proche du gallois llestr, du breton lestr et de l’irlandais ancien lestar, « vase », « navire ». Ces mots remontent probablement à un nom d’instrument, *lestro-, neutre (devenu féminin en brittonique) ; le mot irlandais semble être un emprunt tardif au brittonique. La forme celtibère aurait donc un phonétisme /lestra/. S’agirait-il d’une métaphore pour la « liste » ? En tout cas, ausanTo invite à considérer les´Tera comme un pluriel, un pluriel de neutre thématique. Le sémantisme de « liste » est lié à l’hypothèse que le mot parallèle, dans le syntagme coordonné, est alPana, peut-être un dérivé de l’emprunt au latin album.

51Pour élucider les deux épithètes parallèles, ris´aTioCa et TanioCa, je pense qu’il faut insister sur la fréquence particulière du suffixe en -oko- dans la langue celtibère. Le suffixe de ris´aTioCa pourrait surprendre : les langues indo-européennes, en général, n’emploient pas un suffixe en -oko- après un thème en -io- ; c’est plutôt un échange de suffixe que l’on observe : à la place de la voyelle thématique qui transforme le thème en -i- en thème en -io-, on emploie un suffixe -ko- (ou en -no-), avec allongement de la voyelle précédente, ainsi, le latin Latium/Latīnus, Aretium/Aretīnus,auquel correspond *aretīko- en celtique, etc. L’allongement survient peut-être par analogie avec les thèmes en -i, pour lesquels il s’agit certainement d’une variante de réalisation : Aventiā « Avenches » / * Aventī- Aventīcus.

  • 61 Untermann, 1997, p. 418.
  • 62 Ibid., p. 690.
  • 63 Comparer avec ibid., p. 418 et p. 424, note 29.

52En fait, le suffixe en -oko- est une particularité du celtibère, où il est surtout utilisé dans la formation des gentilices (en concurrence avec -īko-, qui a probablement -ī- long). Parmi ces derniers, on trouve entre autres des gentilices dérivés de noms propres en -io-. Les cinq dérivés en -oko- qui ne sont pas des gentilices ont été examinés attentivement par J. Untermann61 : deux d’entre eux sont des légendes monétaires, en relation avec des toponymes en -- (*Klounia ColounioCu A.67, voir la légende latine CLOVNIOQ, et CuelioCos, A.54, souvent comparé à Velia, mais Quelia/Quelium seraient aussi des bases possibles) ; pour les autres, ils apparaissent soit dans cet intitulé (ris´aTioCa, TanioCa), soit dans le bronze de Luzaga (ParasioCa, pour *brad-ioka ? ou peut-être en relation avec le nom de cité Brasaca). On rencontre encore ce suffixe à date tardive, dans des inscriptions celtibères en écriture latine : OIOCAS, à Peñalba de Villastar (dérivé de oio- = ouilo- « bergerie », d’après Untermann) ; une forme évoluée en serait -eko-, voir TRIDONIECV à Sasamón (dérivé du nom de lieu Tritonium ou Tritonia d’après Untermann62). En dehors des gentilices, le suffixe en -oko- paraît avoir été utilisé uniquement sur des bases en -iā ou -io- (ou seulement en - iā63 ?).

53Pour les gentilices en -oko-, la base onomastique est moins souvent attestée que pour les dérivés en -īko-, ce qui amène Untermann à suggérer que ces derniers sont plus récents.

  • 64 Voir Vendryes, 1974, S-16 et Pokorny, 1959-1969, t. i, p. 890.
  • 65 Watkins, 1979.
  • 66 Voir Pokorny, 1959-1969, t. i, p. 876.

54Le premier adjectif en -oko- paraît être formé sur un composé, *ris-satio-, comportant le nom celtique de l’essaim (gallois haid, irlandais saithe), dont l’étymologie est contestée. J. Vendryes l’avait mis en rapport avec le thème verbal *seHe-, « semer »64 (comparer le breton et le gallois had, « semence »), mais Calvert Watkins65 a repoussé ce rapprochement au profit de la racine exprimant la satiété, la plénitude (comparer avec le latin satis et le vieil-irlandais sáith, « de quoi contenter, suffisance »)66. L’étymologie proposée ici commence à se confirmer quand on s’aperçoit que le moyen-gallois llest(y)r et l’irlandais ancien lestar sont précisément les termes employés pour désigner une « ruche », notamment dans le texte de loi en irlandais archaïque réglant l’élevage des abeilles : les Bechbretha, « Sentences des Abeilles ». Citons un extrait de ce texte :

  • 67 Charles-Edwards et Kelly, 1983, § 30. Pour être plus exact, le premier exemple, lestrai, renvoie à (...)

Mad súil rocháecha iss i suidiu áilid cocrann forsin lestrai n-uili ; cip lestar dia toth dib ar-tét a fhiach
« If it be an eye which it has blinded, it is then that it (the injury) requires the casting of lots on all the hives ; which ever of the hives it falls upon is forfeit for its (the bee’s) offence
67 ».

  • 68 Thurneysen, 1946, p. 528.
  • 69 Les références qui suivent renvoient à Lambert, 2002.
  • 70 Voir Charles-Edwards et Kelly, 1983, passim.

55De la même façon, les lois galloises évoquent le gwenyn-llestr, la « ruche d’abeilles ». Nous comparerons le préfixe ris´- à la préposition du vieil-irlandais re, qui remonte précisément à *pris-, parent du latin prius, comme l’a proposé Thurneysen68. Les exemples de ris- en gaulois sont très limités69 : ris-tecuandoedo, L-35.1, comparer aussi L.30.d, de La Graufesenque, et ris-suis L-100, de Chamalières. La valeur sémantique doit être probablement celle que l’on retrouve dans le vieil-irlandais cét-shaithe70 et le gallois moyen kynt-heit (graphies variables : kyn(t)heit, kyntheyt, etc.) : deux expressions qui signifient exactement « premier essaim ».

Le verbe ausanTo

56ia … ausanTo répond, comme l’a montré Javier De Hoz, au ios´ … auseTi de Botorrita I. Rappelons quelques traductions de auseTi :

    • 71 Beltrán Martínez et Tovar, 1982, p. 75.

    dérivé du nom de l’oreille *aus-, donc « entendre » pour Tovar71 ;

    • 72 De Hoz et Michelena, 1974.

    thème *auk-s- : « augmenter » pour Michelenaet De Hoz72 ;

    • 73 Pokorny, 1959-1969, t. i, p. 77 et Fleuriot, 1975.

    thème *aw- : « accepter, vouloir, favoriser » pour L. Fleuriot73 ;

    • 74 Eska, 1989, pp. 52-53.

    thème *aws- : « draw, scoop » ; ou *paws- : « free, loose » pour Eska74 ;

    • 75 Meid, 1993, p. 89.

    thème *aw- : « utiliser » pour Meid qui, cependant, compare les verbes gallois rym-aw, « qu’il m’accorde », et irlandais con-oí, « il défend »75.

57Plusieurs collègues ont retenu cette dernière hypothèse en adaptant le sémantisme au contexte. On aurait ici un subjonctif en -sa-, tandis que auseTi est un futur avec le suffixe désidératif -s(y)e-.

  • 76 Villar Liébana, 1995, pp. 39-56.
  • 77 Cette interprétation des sifflantes a été obtenue après quelques hésitations. Voir Villar Liébana, (...)

58On rappellera, concernant les deux sifflantes, que la variante notée « s » est probablement une sifflante sonore continuant, dans certains cas, une dentale intervocalique ou finale et, dans d’autres cas, une sifflante intervocalique (simple), comme l’a proposé Villar76. Ainsi, auseTi serait à comparer à d’autres formes de même désinence comme CaPiseTi (Botorrita I). Au contraire, roPis´eTi aurait la sifflante forte continuant un groupe -d- + -s- (thème *bhi-dh- : « fendre » ?)77.

  • 78 Pokorny, 1959-1969, t. i, p. 76. C’est la solution choisie par Schmidt, 2001, après Untermann, 1999 (...)
  • 79 Pokorny, 1959-1969, t. i, p. 827.

59L’autre analyse possible serait de considérer que dans auseTi et ausanTo le thème verbal soit aus- (possibilité envisagée par Joseph Eska), ou encore aud- ; dans ce cas, auseTi serait un présent de l’indicatif et ausanTo une formation de subjonctif en -ā-, volitif ou injonctif. C’est cette dernière solution qui nous semble préférable. Cependant, on peut hésiter entre le radical audh-, désignant la possession ou la richesse (« *audh-, “Glück, Besitz, Reichtum” »)78, ou un élargissement de la racine *pau-, « frapper ; couper » (« *pēu-, pəu-, - “schlagen ; scharf schneidend hauen” »)79, ce qui orienterait plutôt vers le sens de « récolter, tirer les bénéfices de ». L’existence du breton ozac’h, « *cultivateur » > « mari », me conduirait à préférer la dernière solution.

  • 80 Sur le celtibère uranTiom, voir ma note dans Lambert, 1998, pp. 273-274, prolongée par une remarque (...)

Botorrita I : ios´ urantiom-ue auseTi araTim-ue TeCameTam TaTus
= / ios wrantiom-we audeti aratim-we, dekametam datūd
« celui qui bénéficie soit d’un art80, soit d’un champ de labour, qu’il donne la dixième (partie) ».

  • 81 Schumacher, 2004, pp. 734-737, utilisant l’analyse de Rubio Orecilla, 1996, pp. 185 sqq et 1999, p. (...)

60D’autres ont préféré comparer le verbe irlandais od-, « prêter, livrer »81.

  • 82 Sur les désinences médiopassives possibles en celtibère, voir De Bernardo Stempel, 2002, pp. 109 sq (...)
  • 83 Rubio Orecilla, 1996, p. 189 et 1999, p. 626.

61Quant à ausanTo, nous pensons à un subjonctif en -a avec désinence secondaire de troisième plurielle médio-passive (ausanTo). Sans doute peut-on aussi supposer une lecture ausant (présent du subjonctif), ou encore une omission du -r final, ausanTo[r], avec désinence moyenne primaire82. Mais je pense que la désinence secondaire indique peut-être une ancienne formation d’optatif. Bien sûr, une forme isolée comme celle-là ne permet pas de poser l’existence d’un optatif fonctionnel en celtibère : le subjonctif latin est lui aussi très riche en formations d’optatif, comme fiat, *amaset > amaret, amauisset, etc. Il y a d’autres explications possibles ; Rubio Orecilla83 estime que ausanto est un thème de présent de l’indicatif, athématique (composé de *dhH1- ou *dhH3-), tandis que auseti serait un subjonctif à voyelle brève.

62TaraCuai pourrait être datif ou locatif : cette deuxième solution paraît être la plus sûre. Il s’agirait alors d’un toponyme : Tarcua (Tarqua ?) ou Darcua, Tracua ou Dragua, etc. Mais une date n’est pas impossible et, dans ce cas, TaraCua représenterait un nom de fête annuelle. Bien que le thème *trak- se rencontre en Aquitaine et en Ibérie, la solution étymologique la plus probable (s’il s’agit d’un thème celtique !) serait un nom d’animal : *trago- *tragu-, connu en gaulois à travers des composés tels que vertragus, « vautrait, chien rapide », ou Tarcondarios (qui suppose une variante tarku-, tarkon-, sans doute par assimilation au nom du chien *kuon, *kun-), probablement en relation avec le nom du « pied » en celtique insulaire (vieil-irlandais traig, génitif singulier traiged, gallois troed, breton troad), ainsi qu’avec le thème verbal du grec τρέχω, « je cours ».

nouisa … es´Ceninum

  • 84 Untermann, 1997, pp. 585 et 710 (K. 23. 2).

63es´Ceninum, génitif pluriel, semble être formé comme le latin genuinus, mais sur un thème *gen(H)-, et non genu-. Untermann a attiré l’attention sur la proximité du th. en -i- es´Ceinis´84. Je suggère de donner au préfixe *eks- le sémantisme négatif que l’on rencontre souvent en celtique : Celtibère es´ancios´, « large » ; comparer le gallois ehang, littéralement « non étroit » et le gaulois Exobnos, « sans peur ». Donc, *eks-gen-ino- serait un adjectif signifiant « étranger », avec désinence de génitif pluriel thématique, -om > -um.

  • 85 Villar Liébana, 1995, voir note 29, p. 44.

64Nous n’avons pas de certitude sur l’analyse de nouisa, en dehors du fait que le mot est probablement dérivé de nouo-, « nouveau » (ou nouio- ?). Le -s- (z) de nouisa et de ausanTo ne peut guère remonter à un -s- ancien ; ce serait plutôt un ancien -d- d’après Francisco Villar85. Le *nouida (ou peut-être *nouidia, comparer avec l’adjectif vieil-irlandais nuaide) que cette théorie suppose s’accommode peut-être d’une explication par un adjectif neutre à l’accusatif pluriel, « choses nouvelles ». S’agit-il de défrichements effectués par les populations étrangères ?

65Notre traduction serait donc la suivante :

Liste du premier essaim, ceux qui voudraient posséder (ou jouir de) les terres nouvelles des étrangers, à Tragua.

  • 86 Watkins, 1979.
  • 87 Homère, Iliade, II, 469 et II, 87 respectivement.

66Pour le premier syntagme de la phrase, ris´aTioCa les´Tera, nous avons supposé la signification « ruches de premiers essaims ». Il nous semble que la métaphore invoquée par Calvert Watkins86 trouve ici une application particulièrement adaptée : les noms qui suivent étant presque tous des noms celtiques, « l’essaim » paraît bien être une métaphore pour une invasion dont le but, nouisa es´Ceninum, est un territoire occupé par des étrangers. Rappelons, après Watkins, que l’Iliade compare plusieurs fois le mouvement des armées envahissant un pays à celui d’un essaim d’abeilles : les armées des Achéens sont « comme les nombreuses tribus d’essaims de mouches » ; même chose pour l’armée des Argiens qui avance « comme avancent les tribus d’essaims d’abeilles »87.

  • 88 Williams, 1938, lignes 680-682, p. 27.

67L’essaim, comme on pouvait s’y attendre, est une métaphore utilisée pour les armées, ou les envahisseurs, dans la poésie celtique insulaire : ainsi dans le chant des Gododdin88 :

Kynrein en kwydaw / val glas heit arnaw / heb gilyaw gyhaual
« Les combattants l’attaquent [litt. tombent sur lui] comme un essaim tout neuf [glas, adj. “vert”] ; mais sans obtenir qu’il recule ».

  • 89 Evans (éd.), 1910, p. 69, ligne 26.

68De même dans l’Éloge funèbre de Cunedda89 :

  • 90 Mais il s’agit ici d’un texte probablement mal compris par les scribes. La traduction proposée s’in (...)

heit haual am wydwal gwn-ebrwyt
« un essaim comme une meute de chiens rapides autour du talus boisé90 ».

  • 91 Williams, 1935, p. 16.

69Dans quelques cas, le gallois ancien heit, « essaim », est passé au sens de « troupe », « groupe de personnes », comme dans le poème suivant, tiré de Canu Llywarch Hen, III, § 32-3591 :

Neu’m rodes i Run ryueduawr
Cant heit, a chant ysgwydawr,
Ac vn heit oed well pell mawr
« Rhun le merveilleux m’a donné cent essaims,
et cent boucliers, et l’un des essaims
était de très loin le meilleur »

70La strophe suivante (exactement parallèle) comporte, au deuxième vers, Can tref a chant eidyonyd, « Cent villages (ou fermes) et cent bœufs », ce qui invite à considérer heit, « essaim », et tref, « village », comme deux notions analogues.

  • 92 Texte du manuscrit LU, d’après Best et Bergin, 1929, ligne 4458 ; traduction tirée de Hull, 1958-19 (...)

71Ce qui est particulièrement intéressant c’est l’emploi du nom de l’essaim pour désigner une tribu de migrateurs, les Déssi, qui changent plusieurs fois d’implantation en Munster, à date historique, avant de s’expatrier au sud du Pays de Galles. Le récit irlandais de leurs tribulations (Tucait innarba na nDéssi) comporte, notamment, une prophétie par un druide qui annonce leur exil. Voici comment il présente les Déssi92 :

Is olc or-se in sathe ro gab duib i cind for tíri .i. na Dessi

  • 93 Cette phrase est absente de la version ancienne (voir Meyer, 1901 et 1907). Sur les différentes ver (...)

« Evil is the swarm, said he, that has attacked you for your land, namely the Déssi93 ».

72Ainsi, la très longue liste qui se présente ici (se référant à deux cent cinquante-quatre individus) réunirait à la fois des combattants et leur famille dans une expédition que l’on peut comparer au « ver sacrum », c’est-à-dire à l’essaimage de la classe d’âge la plus jeune parmi les adultes, dans la société osque. L’essaim est, là encore, une métaphore obligée : un essaim quitte la ruche lorsque celle-ci devient trop petite pour le nombre de ses habitants.

73On doit reconnaître cependant une autre possibilité d’interprétation pour nouisa : en supposant un -s- ancien, cela pourrait représenter un vieux thème en -s-, *newes- > nouis- (comparer avec *klewes- > clouis- > klois- dans la dédicace gallo-grecque ροκλοισιαβο), qui pourrait expliquer l’un des noms irlandais du serment : vieil-irlandais noíll. Ce mot peut, en effet, remonter à *nowis-lā. Or, ce type de serment paraît être de caractère militaire, comme le montreront quelques citations :

  • 94 Poème tiré du Livre de Leinster, ligne 18424, dans Best, Bergin et O’Brien, 1957-1983, vol. 3, p. 5 (...)

tungim noíl fom arm dric dron94
« je prête un serment sur mon arme rapide, solide »

  • 95 Egerton 88 f/ 3a, dans Binchy, 1978, t. iv, p. 1269, lignes 30-31.

74Comparer dans un texte de loi distinguant les différents serments95 :

Is and do-allad naoill ina luige, in inbaid is fiadnaisi righ for cath
« C’est à ce moment que son serment (luige) devient naoill, lorsque c’est un témoignage de roi en guerre ».

  • 96 Kelly, 1988, p. 202.

75Mais le noíll est aussi caractérisé comme étant le serment d’une femme en couches96.

  • 97 Voir aussi la note finale.
  • 98 Rubio Orecilla, 1996, p. 185 et 1999, p. 622 ainsi que Schumacher, 2004, pp. 734-737.

76En retenant cette deuxième interprétation de nouisa, à quel type de relation extérieure ferait donc allusion la formule nouisa ausanto es´Ceninum ? On doit remarquer que l’addition d’un suffixe pourrait avoir accompagné une modification de sens. Donc, si l’irlandais noíll désigne le serment, ou un type de serment, la base nouis- avait peut-être un autre sens : par exemple la circonstance qui occasionne ce type de serment (donc un sens du genre « guerre »), ou qui en constitue la garantie (« contrainte, nécessité »). Mais on peut admettre aussi un sens similaire à celui de l’irlandais, peut-être un serment d’obéissance militaire. Le génitif pluriel es´Ceninum doit être simplement l’occasion de la prestation de serment (une campagne « à l’étranger » ?)97. Si, d’autre part, la liste énumère des personnes qui prêtent serment pour s’enrôler, on attendrait alors, de préférence, un présent de l’indicatif (*ausonto) ou un prétérit. Par ailleurs, avec pour objet le nom de serment, le verbe ausanto aurait plutôt le sens et l’analyse proposés par Rubio Orecilla et Schumacher98 (« prêter, donner »). Admettons provisoirement, dans cette hypothèse, une traduction du type : « qui prêtent le serment militaire (pour une expédition) à l’étranger ».

77Le dernier membre de phrase est un groupe nominal coordonné : TanioCa-Cue s´ois´um alPana. Nous sommes gêné pour fixer la nature de cette addition car la liste des noms ne comporte pas de division visible, en dehors d’une répartition en colonnes qui, de toute façon, était nécessaire pour une liste aussi longue. Mais l’addition de l’intitulé ne devait pas nécessairement se marquer par une addition en fin de liste ; de plus, l’espace laissé blanc à la fin est très important : plus d’un tiers de la surface du bronze. Par conséquent, la gravure de la liste n’a peut-être pas été achevée et, dans ce cas, nous ne pourrons jamais savoir à quels noms pourraient correspondre les trois derniers mots de l’intitulé.

78Il nous paraît certain que TanioCa est une épithète formée comme ris´aTioCa. Sois´um est pour *sosiōm, génitif pluriel, analogique du génitif singulier sosio : « d’eux », « de ceux-là ». TanioCa alPana, parallèle à RisatioCa les´Tera, semble ajouter une indication supplémentaire pour les mêmes personnes, ou bien il est fait référence à un groupe particulier parmi ces personnes et, dans ce cas, s´ois´um est partitif. On choisira ici la première solution (sans aucune certitude).

79Selon la suggestion des éditeurs de l’édition princeps (1997), nous proposons de lire albana comme le dérivé d’un emprunt au latin album, dans le sens de « liste ». Ce mot latin album était, au départ, un panneau blanchi à la craie et nous savons que les naissances étaient inscrites sur « l’album » municipal. D’autre part, TanioCa pourrait être un adjectif dérivé du mot tanio- désignant les personnes dépendantes : comparer avec le gallois et le breton tan, « sous », le latin pro-tinus et, peut-être, teneo (pertinere). Ainsi, nous obtenons la traduction suivante : « catalogue des dépendants des mêmes personnes ».

  • 99 César, Guerre des Gaules, I, 29.
  • 100 Ibid., I, 3, 2.

80Notre catalogue sur bronze aurait donc eu exactement le même contenu que les tables de comptes (rationes) en écriture grecque découvertes par César dans les charrettes des Helvètes99 : c’est un rôle de soldats constitués en corps expéditionnaire. Leurs listes nominatives (nominatim) indiquent les hommes en âge de porter les armes et, séparément (separatim), les pueri, senes mulieresque ; peut-être est-ce là le sens général des trois derniers mots de l’intitulé celtibère. Bien entendu, les nombres sont complètement différents dans le cas des Helvètes qui ont planifié une migration totale le cinquième jour avant les ides d’avril. Mais, comme le signale César, cette migration a été préparée pendant deux ans et elle a fait l’objet d’une décision collective ayant force de loi : in tertium annum profectionem lege confirmant100. Notre table de bronze serait en quelque sorte une loi de ce genre, mais associée à la liste des personnes concernées.

  • 101 Appien, Histoire romaine, VI, XVI, 100.

81On trouve plusieurs épisodes migratoires similaires dans l’histoire des peuples celtibères. C’est le cas en particulier pour la (fausse) colonisation de Colenda, rapportée par Appien101 (après 98 av. J.-C.) : dans une cité proche de Colenda, Marius avait installé des populations mélangées, comportant des Celtibères, pour les récompenser de l’avoir aidé dans sa campagne contre les Lusitaniens. Mais ces alliés de Rome vivaient dans la pauvreté et ne devaient leur survie qu’à des opérations de rapine. Le nouveau chef des armées romaines, Didius, résolut de se débarrasser d’eux. Il proposa aux notables de leur donner les terres de Colenda, une ville toute proche. Les notables acceptent avec joie et doivent transmettre la nouvelle au peuple. Il est prévu qu’ils viennent tous, avec femmes et enfants, pour la distribution des terres. Didius les fait entrer dans un camp romain sous prétexte de dresser une liste de tous les nouveaux colons, en inscrivant séparément les hommes d’une part, et les femmes et les enfants d’autre part, afin de savoir de combien de terres ils avaient besoin. Lorsqu’ils furent tous entrés dans le camp, Didius les fit massacrer. Appien ajoute, ironiquement, que cela lui valut un triomphe à Rome. On retrouve ici des aspects proches de la migration helvète : migration totale, mais organisée, avec archivage du nom des migrants et séparation dans cet archivage entre les hommes, d’une part, et les femmes et les enfants, d’autre part. Mais, entre l’archivage sur des supports tels que tablettes de bois et de cire et la gravure sur table de bronze il y a une grande différence : le bronze était un support convenable pour une loi (comme celle qui est votée par les Helvètes) et cela implique une décision solennelle, réfléchie ; on a donc voulu sanctionner cette décision par un texte sur bronze comme pour faire honneur aux futurs migrateurs qui risquaient bien d’y perdre la vie.

82C’est l’occasion de rappeler un texte de Diodore de Sicile qui, apparemment, s’applique seulement aux Lusitaniens et aux Ibères, mais qui illustre admirablement notre propos :

  • 102 Diodore de Sicile, Histoire universelle, V, 34, 6-7. On se représente facilement pourquoi la classe (...)

Il existe une coutume particulière chez les Ibères, et plus spécialement chez les Lusitaniens. Quand leurs jeunes hommes arrivent à l’épanouissement complet de leur force physique, ceux d’entre eux qui ont moins de biens, mais qui regorgent de force physique et d’audace, prennent uniquement leurs armes et leur courage et se regroupent dans les montagnes, où ils forment des bandes de taille considérable, lesquelles font des descentes en Ibérie pour piller et recueillir des richesses. Ils pratiquent ce brigandage dans un esprit d’insouciance continuelle, et comme ils sont agiles et rapides, n’ayant que des armes légères, ils forment une population très difficile à soumettre. D’une façon générale, ils considèrent les [gorges] et les montagnes inaccessibles comme leur terre natale, et ils font leur refuge de ces lieux qui sont difficiles d’accès pour de grandes armées pourvues d’un lourd équipement102.

83L’hypothèse présentée ici n’est qu’une possibilité d’interprétation, et nous sommes bien conscient des limites d’une telle proposition. Nous espérons au moins avoir respecté aussi bien la vraisemblance que la cohérence. Nous avons interprété le troisième Bronze de Botorrita comme un acte enregistrant une migration celtibère. La migration très limitée qui serait indiquée ici n’aurait pas pu avoir lieu durant les guerres celtibères pendant lesquelles il n’était pas question de réduire les forces humaines. L’inscription serait donc postérieure à la pacification de 153 av. J.-C.

  • 103 Pena, 1998.
  • 104 C’est notre deuxième hypothèse (« qui prêtent le serment des étrangers ») qui serait le mieux en ac (...)

84J’ai eu tardivement connaissance de l’étude de María José Pena103, après avoir achevé cette étude. María José Pena utilise, elle aussi, le texte d’Appien (XVI, 100 : la migration organisée par Didius vers Colenda), mais elle considère le bronze de Botorrita 3 comme un parallèle exact : il s’agirait d’une distribution de terres organisée par la puissance romaine. Je dois reconnaître que l’hypothèse de Mme Pena paraît à première vue mieux adaptée au caractère officiel et solennel d’une inscription sur bronze104. Cependant, l’absence de référence à toute instance romaine, à tout magistrat, à tout « imperator », me fait penser que l’acte administratif, dont ce bronze est la trace, émanait plutôt d’une instance locale : pourquoi pas le Senatus Contrebiensis ? On peut même suggérer une explication à l’inachèvement de la liste : la migration prévue par ce texte n’aurait-elle pas été empêchée par la puissance colonisatrice ? En tout cas, l’idée d’inscrire officiellement sur une liste le nom des « candidats à l’émigration » répond aux différentes motivations de pareilles listes dans le monde antique : cela donnait de la publicité au geste individuel et cela permettait une vérification
par les concitoyens.

Haut de page

Bibliographie

Beltrán Lloris, Francisco, De Hoz, Javier et Untermann, Jürgen (éd.) (1996), El tercer bronce de Botorrita (Contrebia Belaisca), Saragosse.

Beltrán Martínez, Antonio et Tovar, Antonio (1982), Contrebia Belaisca (Botorrita, Zaragoza). I. El bronce con alfabeto « ibérico » de Botorrita, Saragosse.

Best, Richard Irvine et Bergin, Osborn (éd.) (1929), Lebor na Huidre : Book of the Dun Cow, Dublin.

Best, Richard Irvine, Bergin, Osborn et O’Brien, Michael (éd.) (1957-1983), The Book of Leinster, formerly Lebar na Núachongbála (6 vol.), Dublin.

Binchy, Daniel A. (1978), Corpus iuris hibernici : ad fidem codicum manuscriptorum (6 t.), Dublin.

Blázquez Martínez, José María (1962), « La expansión celtíbera en Carpetania, Betica, Levante y sus causas (siglos iii-ii a. J. C.) », dans Actes du second colloque international d’études gauloises, celtiques et protoceltiques (Châteaumeillant [Cher], 28-31 juillet 1961), Celticum III, supplément à Ogam. Tradition celtique. Histoire, langue, archéologie, religion, numismatique, 79-81, Rennes, pp. 409-428.

Burillo Mozota, Francisco (1998), Los celtíberos : etnias y estados,
Barcelone.

Capalvo, Álvaro (1996), Celtiberia : un estudio de fuentes literarias antiguas, Saragosse.

Charles-Edwards, Thomas Mowbray et Kelly, Fergus (1983), Bechbretha : an Old Irish Law-Tract on Bee-Keeping, Dublin.

De Bernardo Stempel, Patrizia (2002), « Aktiv und Medium im Präteritalsystem der keltischen Sprachen », dans Lea Sawicki et Donna Shalev (éd.), Donum grammaticum. Studies in Latin and Celtic Linguistics in Honour of Hannah Rosén, Leuven-Paris-Sterling (Virginie), pp. 108-114.

De Hoz, Javier (1993), « Testimonios lingüísticos relativos al problema céltico en la Península Ibérica », dans Martín Almagro-Gorbea et Gonzalo Ruiz Zapatero (éd.), Los Celtas : Hispania y Europa, Madrid, pp. 357-407.

De Hoz, Javier et Michelena, Luis (1974), La inscripción celtibérica de Botorrita, Salamanque.

Eska, Joseph F. (1989), Towards an Interpretation of the Hispano-Celtic Inscription of Botorrita, Innsbruck.

Evans, D. Ellis (1979), « On the Celticity of some Hispanic Personal Names », dans Antonio Tovar, Manfred Faust, Franz Fischer et Michael Koch (éd.), Actas del II coloquio sobre lenguas y culturas prerromanas de la Península Ibérica (Tübingen, 17-19 de junio de 1976), pp. 117-129.

Evans, D. Ellis (1993), « The Identification of Continental Celtic with Special Reference to Hispano-Celtic », dans Jürgen Untermann et Francisco Villar Liébana (éd.), Lengua y cultura en la Hispania prerromana. Actas del V Coloquio sobre lenguas y culturas prerromanas de la Península Ibérica (Colonia, 25-28 de septiembre de 1989), Salamanque, pp. 563-608.

Evans, D. Simon (1978), « “Marwnad Cunedda” o Lyfr Taliesin », dans Rachel Bromwich et R. Brinley Jones (éd.), Astudiaethau ar yr Hengerdd (Studies in Old Welsh Poetry) [offered to Sir Idris Foster], Cardiff, pp. 208-233.

Evans, John Gvenogvryn (éd.) (1910), Facsimile and Text of the Book of Taliesin, Llanbedrog.

Fatás, Guillermo (1981), « Romanos y celtíberos citeriores en el siglo i antes de Cristo », Caesaraugusta, 53-54, pp. 195-234.

Fatás, Guillermo (1992), « Para una etnogeografía de la cuenca media del Ebro », dans Martín Almagro-Gorbea et Gonzalo Ruiz Zapatero (éd.), Paleoetnología de la Península Ibérica. Actas de la reunión celebrada en la Facultad de geografía e historia de la Universidad Complutense (Madrid, 13-15 de diciembre de 1989), Madrid, pp. 223-232.

Fleuriot, Léon (1975), « La grande inscription celtibère de Botorrita », Études celtiques, 14 (2), pp. 405-442.

García Alonso, Juan Luis (1995), La Geografia de Claudio Ptolemeo y la Península Ibérica, Salamanque.

García Alonso, Juan Luis (2000), « On the Celticity of the Duero Plateau : Place-Names in Ptolemy », dans David N. Parsons et Patrick Philip Sims-Williams (éd.), Ptolemy : Towards a Linguistic Atlas of the Earliest Celtic Place-Names of Europe. Papers from a Workshop, Sponsored by the British Academy, in the Department of Welsh, University of Wales (Aberystwyth, 11-12 April 1999), Aberystwyth, pp. 29-53.

Gorrochategui, Joaquín (1997), « Die Crux des Keltiberischen », Zeitschrift für celtische Philologie, 49-50, pp. 250-272.

Hübner, Emil (1894), « Celtiberi », dans August Friedrich Pauly, Real-Encyclopädie der classischen Altertumswissenschaft im alphabetischer Ordnung (6 t. en 7 vol.), Georg Wyssowa (éd.), t. iii, colonnes 1886-1892, Stuttgart.

Hull, Vernam (1958-1959), « The Later Version of the Expulsion of the Déssi », Zeitschrift für celtische Philologie, 27 (1-2), pp. 14-63.

Kelly, Fergus (1988), A Guide to Early Irish Law, Dublin.

Koch, Michael (1979), « Die Keltiberer und ihr historischer Kontext », dans Antonio Tovar, Manfred Faust, Franz Fischer et Michael Koch (éd.), Actas del II coloquio sobre lenguas y culturas prerromanas de la Península Ibérica (Tübingen, 17-19 de junio de 1976), Salamanque, pp. 387-419.

Koch, John T. (2003), « Marwnad Cunedda a diwedd y Brydain Rufeinig », dans Paul Russell (éd.), Yr Hen Iaith. Studies in Early Welsh, Aberystwyth, pp. 171-197.

Lambert, Pierre-Yves (1997 a), « Étymologie du nom de Corentin », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 126, pp. 259-260.

Lambert, Pierre-Yves (1997 b), « Notes de celtibère (osCuez ; TuaTeres ; CorTiCa) », dans Anders Ahlqvist et Vera Capková (éd.), Dán do Oide : Essays in Memory of Conn R. Ó Cléirigh (1927-1995), Dublin, pp. 247-253.

Lambert, Pierre-Yves (1998), Compte rendu de l’ouvrage de Beltrán Lloris, De Hoz et Untermann [éd.] (1996) dans Études celtiques, 32, pp. 268-274.

Lambert, Pierre-Yves (2002), Recueil des inscriptions gauloises, vol. II. 2, fasc. 2 : Textes gallo-latins sur instrumentum, Paris.

Lindeman, Frederik Otto (2001), Compte rendu de l’ouvrage de Lambert(1997 b) dans Zeitschrift für celtische Philologie, 52, pp. 220-222.

Lejeune, Michel (1952), « Un texte celtibère inédit » [Tessère Froehner du Cabinet des Médailles], Zephyrus, 3, p. 179 [repris en 1955 dans Celtibérica, pp. 66-69].

Lorrio Alvarado, Alberto J. (1997), Los celtíberos, Alicante.

Lorrio Alvarado, Alberto J. (1999), « Les Celtibères : archéologie et culture », Études celtiques, 33 (1997), pp. 7-36.

Meid, Wolfgang (1993), Die erste Botorrita-Inschrift : Interpretation eines keltiberischen Sprachdenkmals, Innsbruck.

Meyer, Kuno (1901), « The Expulsion of the Dessi (Tucait Indarba na nDéssi) Tairired na nDéisi », Y Cymmrodor, 14, pp. 101-135.

Meyer, Kuno (1907), « The Expulsion of the Déssi », Ériu, 3, pp. 135-142.

Moret, Pierre (2004), « Chronique de protohistoire. Celtibères et Celtici d’Hispanie : problèmes de définition et d’identité », Pallas, 65, pp. 99-120.

Ó Cathasaigh, Tomás (1984), « The Déisi and Dyfed », Éigse : A Journal of Irish Studies, 20, pp. 1-33.

Pena, María José (1998), « Apuntes sobre los repartos de tierras en la Hispania republicana y las listas de nombres », Faventia, 20 (2), pp. 153-161.

Pérez Vilatela, Luciano (1993), « Dos versiones contradictorias sobre la etnogénesis celtibérica », dans Actas del II Congresso Peninsular de História Antiga (Coimbra, 18-20 de Outubro de 1990), Coimbra, pp. 363-373.

Pokorny, Julius (1959-1969), Indogermanisches etymologisches Wörterbuch (2 t. en 3 vol.), Bern.

Prósper, Blanca María (2002), Lenguas y religiones prerromanas del occidente de la Península Ibérica, Salamanque.

Rubio Orecilla, Francisco Javier (1996), « Tensiones paradigmáticas en el verbo celtibérico auðeti, auðanto, auðares y otras formas emparentadas », Kalathos, 15, pp. 181-193.

Rubio Orecilla, Francisco Javier (1999), « El verbo celtibérico y el verbo protocéltico : problemas y perspectivas », dans Francisco Villar Liébana et Francisco Beltrán Lloris (éd.), Pueblos, lenguas y escrituras en la Hispania prerromana. Actas del VII coloquio sobre lenguas y culturas paleohispánicas (Zaragoza, 12-15 de marzo de 1997), Salamanque, pp. 619-634.

Salinas de Frias, Manuel (1988), « Geografía de Celtiberia según las fuentes literarias griegas y latinas », Studia Zamorensia, 9, pp. 107-115.

Schmidt, Karl Horst (1998), Compte rendu de l’ouvrage de Beltrán Lloris, De Hoz et Untermann [éd.] (1996) dans Kratylos, 43, pp. 136-140.

Schmidt, Karl Horst (2001), Compte rendu de Francisco Villar Liébana et Francisco Beltrán Lloris (éd.), Pueblos, lenguas y escrituras en la Hispania prerromana. Actas del VII coloquio sobre lenguas y culturas paleohispánicas (Zaragoza, 12-15 de marzo de 1997), Salamanque, 1999, dans Zeitschrift für celtische Philologie, 52, pp. 257-262.

Schmoll, Ulrich (1960), « Die iberischen und keltiberischen Nasalzeichen », Zeitschrift für vergleichende Sprachforschung, 76, pp. 280-295.

Schumacher, Stefan (2004), Die keltischen Primärverben : ein vergleichendes etymologisches und morphologisches Lexikon, Innsbruck.

Thurneysen, Rudolf (1946), A Grammar of Old Irish, Dublin.

Tovar, Antonio (1961), The Ancient Languages of Spain and Portugal, New York.

Tovar, Antonio (1973), « Las inscripciones de Botorrita y de Peñalba de Villastar y los límites orientales de los celtiberos », Hispania antiqua, 3, pp. 367-405.

Tovar, Antonio (1977), « El nombre de Celtas en Hispania », Revista de la Universidad Complutense, 26 (109) : « Homenaje a García Bellido », pp. 163-178.

Tovar, Antonio (1989), Iberische Landeskunde (5 vol. en 3 t.), t. iii : Tarraconensis, Segunda Parte : Las tribus y las ciudades de la antigua Hispania, Baden-Baden.

Untermann, Jürgen (1967), « Die Endung des Genetiv singularis der o-Stämme im Keltiberischen », dans Wolfgang Meid (éd.), Beiträge zum Indogermanistik und Keltologie Julius Pokorny zum 80. Geburtstag gewidmet, Innsbruck, pp. 281-288.

Untermann, Jürgen (1975), Monumenta Linguarum Hispanicarum, t. i :Die Münzlegenden (2 vol.), Wiesbaden.

Untermann, Jürgen (1992), « Los etnónimos de la Hispania antigua y las lenguas prerromanas de la Península Ibérica », dans Martín Almagro-Gorbea et Gonzalo Ruiz Zapatero (éd.), Paleoetnología de la Península Ibérica. Actas de la reunión internacional celebrada en la Facultad de Geografía e historia de la Universidad Complutense (Madrid, 13-15 de diciembre de 1989), Madrid, pp. 19-33.

Untermann, Jürgen (1997), Monumenta Linguarum Hispanicarum, t. iv: Die tartessischen, keltiberischen und lusitanischen Inschriften, Wiesbaden.

Untermann, Jürgen (1999), « La aportación lingüística de los antropónimos del “ Bronce de Botorrita III ” », dans Francisco Villar Liébana et Francisco Beltrán (éd.), Pueblos, lenguas y escrituras en la Hispania prerromana. Actas del VII Coloquio sobre lenguas y culturas Paleohispánicas (Zaragoza, 12-15 de marzo de 1997), Salamanque, pp. 635-649.

Vendryes, Joseph (1974), Lexique étymologique de l’irlandais ancien, lettres R-S, Édouard Bachellery et Pierre-Yves Lambert (éd.), Paris.

Villar Liébana, Francisco (1993), « Las silbantes en celtibérico », dans Jürgen Untermann et Francisco Villar Liébana (éd.), Lengua y cultura en la Hispania prerromana. Actas del V Coloquio sobre lenguas y culturas prerromanas de la Península Ibérica (Colonia, 25-28 de septiembre de 1989), Salamanque, pp. 773-811.

Villar Liébana, Francisco (1995), Estudios de celtibérico y de toponimia prerromana, Salamanque.

Villar Liébana, Francisco, Díaz Sanz, María Antonia, Jordan, Carlos et Medrano Marqués, Manuel María (2001), El IV bronce de Botorrita « (Contrebia Belaisca) » : arqueología y lingüística, Salamanque.

Watkins, Calvert (1979), « Old Irish saithe, Welsh haid : Etymology and Metaphor », Études celtiques, 16, pp. 191-194.

Williams, Ifor (1935), Canu Llywarch Hen, Cardiff.

Williams, Ifor (1938), Canu Aneirin, Cardiff.

Haut de page

Notes

1 Flavius, Contre Apion, I, 67. La critique de l’emploi du mot polis se fait encore plus pertinente lorsque Strabon (Géographie, III, 4, 13) rapporte un mot de Posidonios critiquant Polybe pour avoir dit que Gracchus aurait pris, en 179 av. J.-C., trois cents cités des Celtibères (τριακόσιας Κελτιβήρων πόλεις). D’après lui, l’exagération consistait justement à qualifier de « cités » ce qui n’était que places fortes (πύργους) [voir Fatás, 1981, p. 219]. G. Fatás renvoie cependant au texte de Florus : Gracchus Celtiberos centum et quinquaginta urbium aversione mutauit (Florus, Œuvres complètes, I, 33, 9).

2 Koch, 1979. Voir aussi, concernant l’emploi du mot « celte », Tovar, 1977 et Pérez Vilatela, 1993.

3 Polybe, Histoire, III, 5, 1.

4 Tite-Live, Histoire romaine, XXI, 57 ; voir aussi ibid., XXI, 43.

5 Ibid., XXXIX, 1.

6 Ces dénominations n’ont rien à voir avec la partition administrative entre Hispania Citerior et Ulterior de 227 av. J.-C. (Tite-Live, Histoire romaine, XXXII, 27, 6). La Citerior, plus tard Tarraconensis, comprenait tous les Celtibères — y compris les Arévaques —, plus les Carpetani, les Vaccaei, et une partie des Oretani.

7 Se reporter à García Alonso, 1995 et 2000.

8 Isidore de Séville, Étymologies, IX, 2, 114.

9 Aristote, De animalium generatione, 748 a 22.

10 Varron, rapporté par Pline, Histoire naturelle, IV, 119.

11 Strabon, Géographie, I, 2, 27 et Appien, Histoire romaine, VI, XVI, § 100.

12 Diodore de Sicile, Histoire universelle, V, 33, 1.

13 Voir Koch, 1979, p. 388 et Untermann, 1997, p. 363, qui mettent en doute l’existence d’un peuple particulier de ce nom.

14 Telle est exactement la position de Untermann, 1997, p. 363, qui admet que le terme ait pu être employé pour désigner des populations très mélangées occupant la vallée moyenne de l’Èbre.

15 Pour le détail des textes historiques permettant de définir l’espace celtibère, il convient de renvoyer aux études de Hübner, 1894, Tovar, 1989, Salinas de Frias, 1988 et, surtout, de Burillo Mozota, 1998. Capalvo, 1996 est peut-être moins fiable, voir Moret, 2004, pp. 114-116.

16 Appien, Roman History, VI, VIII, § 42.

17 Ibid., VI, IX, § 44.

18 Ibid., VI, IX, § 51.

19 Intercatia est un nom bien celtique signifiant « entre les bataillons », ce qui donne lieu à un épisode mythique : un champion vient défier l’assiégeant romain, en paradant sur son cheval « dans l’espace entre les armées » (ἐς τὸ µεταίχµιον) et « en exécutant une figure de danse » (ibid., VI, IX, § 53).

20 Ibid., VI, IX, § 54 in fine.

21 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 19.

22 On doit signaler que, dans l’un de ces passages, Strabon déclare que les Celtibères se divisent en cinq peuples (Strabon, Géographie, III, 4, 19).

23 Ibid., III, 4, 5 et 4, 12.

24 Capalvo, 1996, pp. 55-60, a tenté de retrouver le nom des quatre divisions dans les variantes de quelques manuscrits, mais ces efforts ne sont pas convaincants ; voir Burillo Mozota, 1998, pp. 43 sqq.

25 Tovar, 1989.

26 Hübner, 1894, colonne 1888.

27 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 26.

28 Tovar, 1961, pp. 76 sqq (références et dates précises dans Evans, 1993, pp. 572-573).

29 Evans, 1979 et 1993 ainsi que De Hoz, 1993.

30 De ce point de vue, je ne peux suivre Guillermo Fatás suggérant que les Suessetani sont des Celtes (Fatás, 1992, p. 226), ou J. Untermann qui estime que la langue celtibère était aussi parlée par les Vascones et les Cantabri, en plus des Carpetani (Untermann, 1992, p. 29).

31 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, IV, 111.

32 Ibid., III, 13.

33 Villar Liébana, 1993 et Prósper, 2002.

34 On doit cependant observer que le -p- a été conservé en celtique, par exception, dans plusieurs groupes consonantiques tels que -pl-, -pr- et -pt- (donnant -xt-), mais cela uniquement à l’intérieur d’un mot.

35 Schmoll, 1960.

36 Pour l’inscription Botorrita I, on s’est contenté de citer quatre titres : Fleuriot, 1975 ; Beltrán Martínez et Tovar, 1982 ; Eska, 1989 et Meid, 1993. On trouvera chez eux toutes les autres références.

37 Tovar, 1973.

38 Strabon, Géographie, III, 5, 11.

39 L’histoire du problème a été relatée aussi par M. A. Díaz Sanz et M. M. Medrano Marqués dans l’ouvrage consacré au 4e bronze de Botorrita. Voir Villar Liébana et al., 2001, pp. 17-25.

40 Cette tessère conservée au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale, à Paris, provient de la collection Froehner.

41 Lejeune, 1952.

42 Untermann, 1967.

43 Untermann, 1975, t. i, vol. 1 : Text, pp. 295-298 (A-75), pp. 304-306 (A-80) et vol. 2 : Tafeln, pp. 217-218 (A-75) et p. 231 (A-80).

44 Salinas de Frias, 1988, p. 108, en donne un exemple convaincant : Strabon, Géographie, III, 2, 11, commente le texte de Polybe disant que l’Anas et la Betis naissent en Celtibérie, en donnant l’explication suivante : « c’est parce que les Celtibères, en étendant leur territoire, ont étendu en même temps leur nom [le nom de Celtibérie] à toute la région voisine ».

45 Lorrio Alvarado, 1999.

46 Strabon, Géographie, III, 5.

47 Appien, Histoire romaine, VI, 42.

48 Tite-Live, Histoire romaine, XXXIV, 19.

49 Ibid., XXI, 43, 8 et 57, 5.

50 Ibid., XXVII, 1 et 2.

51 Ibid., XXIV, 43. Ils changent donc de maître pour être dans le camp des vainqueurs.

52 Ibid., XXVIII, 24.

53 Diodore de Sicile, Histoire universelle, XXVI, 22.

54 Voir Salinas de Frias, 1988, p. 108.

55 Burillo Mozota, 1998, pp. 147-151.

56 À ces noms de parenté on a voulu ajouter les TuaTeres´ = *dhughateres, « filles », mais j’ai des doutes sur cette interprétation. Voir Lambert, 1997 b, où l’on compare le vieux-cornique tanter glosant procos. Le compte rendu de cette étude réalisé par Lindeman, 2001, pp. 318-320, corrige une erreur orthographique mais n’apporte pas d’éléments positifs pour me faire changer d’opinion.

57 Untermann, 1997, pp. 576-606 (K.1.3 Ü).

58 Beltrán Lloris, De Hoz et Untermann (éd.), 1996. Voir le compte rendu que j’en ai fait dans Lambert, 1998 ainsi que celui de Schmidt, 1998. Sur cette correction de lecture, voir les éclaircissements de Untermann, 1999, p. 638.

59 Beltrán Lloris, De Hoz et Untermann (éd.), 1996, pp. 197-209.

60 Voir Untermann, 1997, p. 585, Untermann, 1999 et le compte rendu qui en est fait par Schmidt, 2001, pp. 260-262.

61 Untermann, 1997, p. 418.

62 Ibid., p. 690.

63 Comparer avec ibid., p. 418 et p. 424, note 29.

64 Voir Vendryes, 1974, S-16 et Pokorny, 1959-1969, t. i, p. 890.

65 Watkins, 1979.

66 Voir Pokorny, 1959-1969, t. i, p. 876.

67 Charles-Edwards et Kelly, 1983, § 30. Pour être plus exact, le premier exemple, lestrai, renvoie à un collectif féminin, dérivé en -, lestrae ; le second exemple est proprement le neutre, thème en -o-, lestar. Une partie de ces rapprochements (satio-, « essaim ») m’avait été suggérée par Eugenio Luján, chercheur espagnol de la Universidad Complutense de Madrid, mais je n’en avais pas compris l’importance. Je le remercie aujourd’hui d’en avoir eu l’idée.

68 Thurneysen, 1946, p. 528.

69 Les références qui suivent renvoient à Lambert, 2002.

70 Voir Charles-Edwards et Kelly, 1983, passim.

71 Beltrán Martínez et Tovar, 1982, p. 75.

72 De Hoz et Michelena, 1974.

73 Pokorny, 1959-1969, t. i, p. 77 et Fleuriot, 1975.

74 Eska, 1989, pp. 52-53.

75 Meid, 1993, p. 89.

76 Villar Liébana, 1995, pp. 39-56.

77 Cette interprétation des sifflantes a été obtenue après quelques hésitations. Voir Villar Liébana, 1993, ainsi que les remarques de Gorrochategui, 1997.

78 Pokorny, 1959-1969, t. i, p. 76. C’est la solution choisie par Schmidt, 2001, après Untermann, 1999, p. 641.

79 Pokorny, 1959-1969, t. i, p. 827.

80 Sur le celtibère uranTiom, voir ma note dans Lambert, 1998, pp. 273-274, prolongée par une remarque sur le nom vieux breton Kourentin (Corentin) dans Lambert, 1997 a.

81 Schumacher, 2004, pp. 734-737, utilisant l’analyse de Rubio Orecilla, 1996, pp. 185 sqq et 1999, p. 622.

82 Sur les désinences médiopassives possibles en celtibère, voir De Bernardo Stempel, 2002, pp. 109 sqq.

83 Rubio Orecilla, 1996, p. 189 et 1999, p. 626.

84 Untermann, 1997, pp. 585 et 710 (K. 23. 2).

85 Villar Liébana, 1995, voir note 29, p. 44.

86 Watkins, 1979.

87 Homère, Iliade, II, 469 et II, 87 respectivement.

88 Williams, 1938, lignes 680-682, p. 27.

89 Evans (éd.), 1910, p. 69, ligne 26.

90 Mais il s’agit ici d’un texte probablement mal compris par les scribes. La traduction proposée s’inspire librement de propositions faites par John Morris-Jones ou D. Simon Evans. Sur ce poème, voir Evans, 1978, p. 225. Voir aussi les propositions nouvelles de Koch, 2003, p. 187, ligne 24 : « il y eut un essaim d’hommes et de chevaux, comme un rempart de protection ».

91 Williams, 1935, p. 16.

92 Texte du manuscrit LU, d’après Best et Bergin, 1929, ligne 4458 ; traduction tirée de Hull, 1958-1959, p. 60.

93 Cette phrase est absente de la version ancienne (voir Meyer, 1901 et 1907). Sur les différentes versions de ce récit, voir, outre Hull, 1958-1959, Ó Cathasaigh, 1984.

94 Poème tiré du Livre de Leinster, ligne 18424, dans Best, Bergin et O’Brien, 1957-1983, vol. 3, p. 599.

95 Egerton 88 f/ 3a, dans Binchy, 1978, t. iv, p. 1269, lignes 30-31.

96 Kelly, 1988, p. 202.

97 Voir aussi la note finale.

98 Rubio Orecilla, 1996, p. 185 et 1999, p. 622 ainsi que Schumacher, 2004, pp. 734-737.

99 César, Guerre des Gaules, I, 29.

100 Ibid., I, 3, 2.

101 Appien, Histoire romaine, VI, XVI, 100.

102 Diodore de Sicile, Histoire universelle, V, 34, 6-7. On se représente facilement pourquoi la classe des jeunes gens n’a pas les mêmes intérêts que les plus âgés. Dans certains cas, le conflit prend des proportions dramatiques. La ville arévaque de Lutia (Luzaga), ayant dénoncé à Scipion le complot de ses jeunes gens qui voulaient rejoindre les Numantins, fut finalement obligée de livrer au général romain quatre cents rebelles (voir Appien, Histoire romaine, VI, 94).

103 Pena, 1998.

104 C’est notre deuxième hypothèse (« qui prêtent le serment des étrangers ») qui serait le mieux en accord avec la théorie de María José Pena. De toute façon, il nous est impossible de localiser la distribution de terres supposée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Peuples préromains de la péninsule Ibérique (d’après Untermann, 1992, p. 27).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2032/img-1.png
Fichier image/png, 100k
Titre Fig. 2. — Villes et peuples celtibères (d’après Untermann, 1997, p. 435).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2032/img-2.png
Fichier image/png, 131k
Titre Fig. 3. — Le Bronze no 3 de Botorrita (d’après Beltrán LLoris, De Hoz et Untermann, 1996).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2032/img-3.png
Fichier image/png, 124k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Yves Lambert, « Le territoire celtibère : essai de définition », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 45-74.

Référence électronique

Pierre-Yves Lambert, « Le territoire celtibère : essai de définition », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 14 octobre 2010, consulté le 25 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/2032

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Lambert

École pratique des hautes études

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org