Navigation – Plan du site
Dossier. Lire les territoires des sociétés anciennes

La roue de l’Histoire : frontières et territoires monétaires dans le nord-est de la péninsule Ibérique et la vallée de l’Èbre avant 153 av. J.-C.

El girar de la Historia: fronteras y territorios monetales en el noreste de la Península Ibérica y valle del Ebro con anterioridad al 153 a.C.
The Wheel of History: Monetary Frontiers and Territories in the North-Eastern Iberian Peninsula and the Ebro Valley prior to 153 BC.
Francisco Burillo Mozota
p. 75-106

Résumés

On étudie l’apparition des frappes de monnaies dans le nord-est de la péninsule Ibérique et la vallée de l’Èbre ainsi que leur évolution jusqu’à la chute de Ségéda en l’an 153 av. J.-C. Les premiers ateliers qui frappent monnaie sont les colonies grecques d’Emporion et de Rhode. Avec la deuxième guerre punique, leurs drachmes sont imitées par une série d’oppida ibériques, centres de pouvoir des cités-États qui ont donné leur nom aux ethnies. Avec Gracchus, la pénétration romaine arrive, en 179 av. J.-C., jusqu’à l’actuelle Rioja et le territoire monétaire s’élargit à l’espace celtibérique. Apparaissent alors des deniers portant des légendes ibériques et ayant une métrologie romaine pour satisfaire aux exigences fiscales des conquérants. Apparaissent également des as et des monnaies d’échange de bronze pour les petites transactions commerciales. L’avancée de Rome vers l’intérieur de la Celtibérie entraînera l’apparition de nouveaux ateliers monétaires mais certains oppida, comme Termes, et certains territoires, comme celui des Vaccéens, ne s’incorporeront jamais à ce système monétaire alors qu’ils conservent une structure politique basée sur le modèle des cités-États.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le présent travail s’inscrit dans le projet R&D : BHA 2001-2439 financé par le ministère espagnol d (...)

1La vallée de l’Èbre et le nord-est de la péninsule Ibérique constituent un territoire privilégié pour l’étude du processus historique qui, à la fin du premier millénaire av. J.-C., a transformé les sociétés indigènes jusqu’à leur complète intégration dans la sphère romaine. Après avoir été le théâtre de la deuxième guerre punique, la région a connu l’avancée de la conquête romaine, marquée par deux événements majeurs : en 195 av. J.-C., Caton est arrivé jusqu’à la ville actuelle de Saragosse puis, en 179 av. J.-C., Gracchus a atteint la région de La Rioja. La destruction de Ségéda en 153 av. J.-C. a marqué à la fois le début de la conquête du territoire intérieur de la Celtibérie et la fin d’une étape1.

2Pour étudier cette évolution, nous disposons des sources que constituent les textes classiques auxquelles s’ajoutent les données de l’archéologie, notamment les études des modèles d’établissements humains qui nous permettent de connaître le développement des oppida et, par là même, celui des formations étatiques de nature poliade. La numismatique constitue également une aide inestimable puisque la monnaie — en tant que manifestation avérée de ces structures politiques de type étatique mises en place sous l’influence méditerranéenne — est un témoignage de premier ordre de la dynamique historique qui nous occupe.

Premières frappes monétaires : le commerce des colons grecs

  • 2 Pour une synthèse sur Emporion, son évolution historique et des références bibliographiques, voir A (...)

3Les Phocéens furent à l’origine de la colonie de Massalia vers 600 av. J.-C. et ces Massaliotes fondèrent le port commercial d’Emporion sur un ancien établissement indigène vers 575 av. J.-C. Strabon (Géographie, III, 4, 8) relate comment ceux-ci occupèrent d’abord une île du golfe de Rosas ou Palaiapolis, aujourd’hui reliée au continent par un isthme et site du village actuel de Sant Martí d’Empúries. Vers 550 av. J.-C. est apparue, au sud de la zone portuaire, comme l’ont montré les travaux de Puig i Cadalfach, la dénommée Neapolis, qui ne dépassait pas 4 ha2. Emporion, vers le milieu du ve siècle av. J.-C, a été la première ville dans toute la péninsule Ibérique à frapper monnaie. Ses premières émissions dérivent de celles de Massalia, qui avait commencé à battre monnaie à la fin du vie siècle av. J.-C. Ce sont des émissions en argent, anépigraphes et d’une grande diversité, ce qui met en évidence l’absence d’une identité étatique dans cette première phase des frappes monétaires.

  • 3 C’est Furtwängler, 1978, qui a attribué une fonction commerciale aux premières émissions massaliote (...)
  • 4 Sur les thésaurisations, voir Villaronga, 1993 et Campo Díaz, 1997, pp. 27-29.
  • 5 Sur la lettre commerciale de Pech Malo, voir Lejeune, Pouilloux et Solier, 1988 et sur celle d’Ampu (...)

4Il est également remarquable, par opposition aux autres colonies grecques de Sicile et de la Grande-Grèce, que les deux colonies phocéennes aient préféré frapper des monnaies d’argent fractionnaires plutôt que des drachmes. Ce choix semble être mieux adapté aux transactions commerciales dans les territoires où il n’existe pas d’autres monnaies, et ces monnaies ont ainsi été considérées comme simple métal d’argent3. Ce fait est également illustré par les lieux de découverte de monnaies antérieures à 300 av. J.-C. On constate, surtout dans les trésors les plus méridionaux de Pont de Molins et de Montgó, que l’argent non frappé est présent en beaucoup plus grande quantité que les monnaies qui, dans certains cas, sont fragmentées4. Leur répartition est limitée à la zone côtière qui s’étend jusqu’en Andalousie, c’est-à-dire aux territoires accessibles à la navigation et auxquels font référence des témoignages aussi exceptionnels que les lettres commerciales grecques de Pech Malo et Ampurias5 (fig. 1, p. 77).

Fig. 1. — Localisation des ateliers et des trésors monétaires antérieurs à 300 av. J.-C.

Fig. 1. — Localisation des ateliers et des trésors monétaires antérieurs à 300 av. J.-C.

(d’après Campo, 1997, p. 27).

5Au début du iiie siècle av. J.-C., Emporion remplace le système massaliote de fractions d’argent par les drachmes de 4,70 g et leurs fractions en argent. Sur celles-ci figure la légende grecque de la ville, emporitôn, se conformant ainsi au modèle monétaire commun aux autres colonies grecques de la Méditerranée occidentale et apportant la preuve, par l’indication du nom, de leur totale autonomie vis-à-vis de l’ancienne métropole.

  • 6 Strabon attribue la fondation de Rhode aux habitants de Rhodes : il la décrit comme une petite fabr (...)

6Au nord du golfe de Rosas, sur le promontoire de Santa María, se trouve la colonie grecque de Rhode, petit établissement humain dont l’apparition, dans la première moitié du ive siècle av. J.-C., apparaît comme la réaction de Massalia face à l’indépendance commerciale d’Emporion. Cette colonie a connu un développement urbain, au début du iiie siècle av. J.-C., avec la construction ex novo du « quartier hellénistique ». C’est à cette époque que Rhode a commencé à frapper des drachmes d’un poids similaire à celles d’Emporion, mais avec sa propre iconographie et sa propre légende — rhodetôn — pour marquer son identité politique ; ces drachmes avaient également la particularité de remplacer les fractions d’argent par des bronzes6.

  • 7 Sur les imitations des drachmes d’Emporion et de Rhode,voir Richard, 1987 ; Villaronga, 2000 ainsi (...)

7Ces colonies grecques ont été les seules à frapper des monnaies dans le nord-est de la Péninsule. Cela contraste avec l’émergence, dans les territoires du sud et du centre de la Gaule, pendant la première guerre punique, d’une série de monnaies qui imitaient entre autres les drachmes d’Emporion et de Rhode. Ces monnaies, cela dit, n’étaient pas la manifestation directe des structures étatiques gauloises ; bien au contraire, il s’agissait d’un phénomène de falsification qui imitait la métrologie, les types et les légendes des monnaies précitées. Leur apparition est liée au développement du commerce et à la présence de mercenaires gaulois lors de la première guerre punique7.

  • 8 Sa catégorie d’oppidum est aussi attestée par les maisons aristocratiques découvertes (voir Martín (...)
  • 9 Contre l’existence de la ville d’Indica, voir Villaronga, 1982, p. 140. En faveur de l’identificati (...)
  • 10 Il existe plusieurs oppida au nord-est de la Péninsule désignés par deux noms différents : Barkeno/ (...)

8À dix-huit kilomètres environ au sud d’Ampurias se trouve le gisement du Puig de Sant Andreu de Ullastret, qui est sans aucun doute l’oppidum indigène le plus ancien et le plus important du nord-est de la Péninsule. Il atteignait 11 ha8 entre la fin du ve siècle et le début du ive siècle av. J.-C. et possédait une extension de 5 ha dans la zone avoisinante d’Illa d’en Reixac. Le fait qu’Avienus (Ora maritima, 523) mentionne les Indigètes9 implique l’existence d’une ville, Indica — dont dérive le nom de ce peuple —, antérieurement à la mention de Strabon (Géographie, III, 4, 9) qui situe cette ville à côté d’Emporion. Cette ville a également été nommée Cypsela par Avienus (Ora maritima, 527), cette double dénomination n’étant pas rare pour les oppida de cette époque au nord-est de la Péninsule10. Mais ce qu’il importe de souligner est que, malgré son ancienneté et son indubitable influence hellénique, on ne connaît pas de frappe de monnaie au moment de l’apparition de cette ville ibérique, ce qui confirme bien la fonction commerciale des émissions grecques d’Emporion et de Rhode.

Des monnaies pour une guerre : les drachmes ibériques et la deuxième guerre punique

  • 11 Villaronga, 1994, p. 33, date les drachmes ibériques imitant les drachmes d’Emporion entre 218 et 2 (...)

9En 219 av. J.-C., les Carthaginois ont attaqué Sagonte, déclenchant ainsi la deuxième guerre punique. L’année suivante, l’armée romaine a débarqué à Ampurias, faisant de cet oppidum une tête de pont et transformant le nord-est de la Péninsule en territoire allié. Les dépenses de la guerre ont exigé une énorme quantité de monnaie pour payer les soldats : une partie était apportée par les belligérants eux-mêmes (Romains et Carthaginois) et une autre était frappée dans les villes alliées. Dans ce nouveau contexte, Emporion a augmenté ses frappes monétaires en même temps qu’apparaissait un vaste ensemble d’émissions dénommées drachmes ibériques et imitant celles d’Emporion, destinées à payer les soldats romains et ibères participant à la deuxième guerre punique. Après la fin de la guerre, en 206 av. J.-C., ces émissions ont financé le conflit avec Rome puis, après la défaite, les tributs dus à Rome11. Pendant cette période, les villes ibériques d’Arse et de Saiti ont également frappé monnaie selon leur propre métrologie, de même que les villes puniques de Carthago Nova, Ebusus et Gadir. Si l’on analyse la distribution des ateliers monétaires dans la Péninsule, on remarque leur concentration dans la zone côtière, avec la seule exception d’Iltirta qui se trouve sur la rive gauche de la vallée moyenne de l’Èbre (fig. 2). La dispersion des trésors qui peuvent être datés du dernier tiers du iiie siècle av. J.-C. délimite le champ de la deuxième guerre punique, avec une percée vers le Guadalquivir et le haut Tage (fig. 3, p. 80).

Fig. 2. — Principaux ateliers qui frappent monnaie pendant le dernier quart du iiie siècle av. J.-C.

Fig. 2. — Principaux ateliers qui frappent monnaie pendant le dernier quart du iiie siècle av. J.-C.

Fig. 3. — Trésors enfouis entre 237 av. J.-C. et le début du iie siècle av. J.-C.

Fig. 3. — Trésors enfouis entre 237 av. J.-C. et le début du iie siècle av. J.-C.

(d’après Campo, 1999, p. 27).

10Les drachmes ibériques forment un ensemble d’émissions très diverses mais elles ont en commun une métrologie semblable à celle des émissions d’Emporion, avec un poids théorique de 4,80 g et des fractions en argent de moitiés et de huitièmes. Leur iconographie est également unifiée. La plupart imitent les drachmes d’Emporion avec une tête féminine sur l’avers et une modification de la tête de Pégase en Cabire et, à la différence des imitations gauloises précitées, elles ne copient pas les drachmes de Rodetôn. Le choix de l’iconographie d’Emporion suppose que l’ensemble des organismes émetteurs lui reconnaissait une plus grande crédibilité et une identité plus définie, ce qui montre le prestige politique et économique de cette cité. L’image est, de ce fait, devenue une garantie du poids de la monnaie et les drachmes ibériques ont ainsi été utilisées comme l’équivalent des drachmes d’Emporion. Dans certains cas, néanmoins, des aspects iconographiques caractérisent de nouveaux ateliers : les drachmes d’iltirkesalir qui sont les seules qui présentent une tête virile sur l’avers et, sur le revers, un cavalier portant un pilum et un bouclier sur le dos (on retrouve cette iconographie sur les deniers ibériques et elle est qualifiée d’imitation tarentine par L. Villaronga) ; les drachmes d’iltirtar, où un loup apparaît sous Pégase (en raison de la persistance de ce symbole sur les monnaies ibériques, nous pouvons dire qu’il identifie la ville) ; les drachmes de tarakonsalir qui portent une étoile sur l’avers.

11La diversité des légendes est remarquable, on en compte jusqu’à cent dix-huit provenant de quarante-six entités émettrices, alors que les imitations de la légende grecque emporitôn, plus ou moins incorrectes, sont marginales. Quoiqu’il existe souvent des problèmes d’interprétation, on a identifié dans les légendes des noms de lieux, des noms de personnes, des formes à valeur lexicale et des abréviations dont la signification est inconnue. Une telle diversité montre l’intérêt de distinguer et d’identifier les différentes émissions. Mais elle témoigne également, à la différence des frappes d’Emporion de cette époque, d’une absence de normalisation. Ce phénomène est du reste comparable à celui des premières émissions massaliotes et emporitaines. Il indique que nous nous trouvons dans une phase d’introduction de la fonction monétaire dans les oppida ibériques, qui sera consolidée dans la phase immédiatement postérieure par les frappes de monnaies proprement ibériques.

12Les noms de personnes peuvent faire référence au responsable de la frappe, mais on ne sait pas s’il s’agit simplement d’un employé ou d’un membre de l’aristocratie ibérique jouissant d’une richesse et d’un statut politique suffisants pour pouvoir frapper de l’argent et, par conséquent, pour gouverner l’un des oppida du territoire où ces drachmes étaient émises.

  • 12 Comme l’indique J. Untermann dans Pérez Almoguera, 2001, p. 21.
  • 13 Voir Villaronga, 1994, p. 319 et Pérez Almoguera, 2001, p. 24.
  • 14 De Hoz, 1995 a, p. 320.

13Sont identifiées comme des toponymes les légendes barkeno, basti, belse/belsekuai/belsesalir, etokisa, iltirkesalir, iltirtar/iltirtasalir/iltirtasalirus-tin/iltirtasalirnai, et des fractions sous le nom de iltirta/tirta/irti/iltita, kertekunte, kese, olosortin, orose, et tarakonsalir. Tous ces noms correspondent à des établissements qui, par le biais de la légende, marquent leur identité politique. Dans le domaine méditerranéen où ce processus a lieu, cette fonction les caractérise comme des oppida et des centres de pouvoir à l’intérieur du territoire. Cela est confirmé par la présence de certains de ces noms de villes dans les sources écrites ou par leur maintien dans des frappes ibériques qu’on peut attribuer à de grands gisements archéologiques. Ainsi, la racine iltir, présente dans le nom de villes comme Iltirta et Iltirke, serait un mot ibérique désignant une communauté urbaine en tant que centre fortifié et donc un équivalent d’oppidum12. Parfois les noms de lieux correspondent à des établissements dont nous ignorons l’emplacement. C’est le cas d’etokisa, olosortin, ou basti, qui continuent à battre monnaie vers le milieu du iie siècle av. J.-C. On considère généralement qu’ils se situent dans la sphère d’Arse, entre le bas Èbre et Sagonte, principalement en raison de leur présence sur une inscription provenant d’Edeta13, ou belse, qui, d’après Javier de Hoz, correspondrait à la ville de Belsa, pas autrement connue, mais dont il souligne la ressemblance avec Celsa. Comme le soutient cet auteur, le fait qu’un toponyme n’ait pas perduré ne signifie pas nécessairement qu’il corresponde à une petite communauté mais que, très probablement, il a disparu au cours des guerres de la fin du iiie siècle av. J.-C.14. De son côté, l’interprétation de kese présente des difficultés, ce serait une variante du nom de la ville de tarakon. Les légendes dont l’identification ne suscite pas de doutes sont au nombre de quatre : barkeno ; tarakon ; iltirke et iltirta (fig. 3, p. 80).

  • 15 De la Vega et Sanmartí Grego, 1985.

14On situe généralement Barkeno sur le promontoire barcelonais de Montjuïc, où l’on a trouvé certains matériaux qui remontent aux vie et ve siècles av. J.-C. Néanmoins, il n’y a pas de preuves archéologiques attestant sa catégorie de ville15. Il apparaît au iie siècle av. J.-C. sous le nom ethnique de laiesken — qui correspond à la ville de Laie —, puis il reprend le toponyme de Barcino.

  • 16 On suppose également que la référence d’Avienus, 519, à Tarraco est un ajout tardif, à mettre en ra (...)
  • 17 La datation romaine de la muraille cyclopéenne de Tarragone se doit à des fouilles réalisées par Ha (...)
  • 18 De même, à Corduba, à côté de la ville ibérique turdétane a été construite une ville romaine sur la (...)

15Tarankosalir signifie l’argent de la ville de Tarakon. Nous le trouvons chez Polybe (II, 41,2), en 218 av. J.-C., sous le nom de Tarraco, lieu où Cnéus Scipion a installé ses quartiers d’hiver. Dans ce même texte est citée la ville de Kissa. Elle n’est généralement pas assimilée à la ville indigène de Kese dont les émissions remplaceront celles de tarakonsalir16. Les fouilles effectuées dans la ville de Tarragone ont montré l’existence de l’oppidum ibérique de Kese/Tarraco situé dans la partie basse de la ville, sur un léger promontoire près de la côte et à l’est de l’embouchure de la rivière Francolí. On a mis au jour des vestiges archéologiques qui remontent à la première moitié du ve siècle av. J.-C., et on constate une continuité de l’établissement humain à partir du ive siècle av. J.-C. sur une extension d’environ 10 ha. En 218 av. J.-C., Cnéus Scipion a construit un camp, surplombant la ville ibérique et entouré par une muraille cyclopéenne située dans la partie haute de Tarragone. L’année suivante, Publius Scipion l’a transformé en une base militaire de l’armée romaine17. Ainsi, deux villes coexistent, la ville ibérique et la ville romaine, mais en tant qu’entités politiques distinctes18.

  • 19 Voir le rapport sur les fouilles dans Gil et al., 2001. Avec cet emplacement d’Ilerda dans la parti (...)

16Iltirta correspond au nom de la ville d’Ilerda. Elle a frappé des drachmes dont la légende a connu de nombreuses variantes et elle est identifiée à la ville éponyme des Ilergètes, antérieure à l’établissement de Rome comme centre du territoire, comme cela est également attesté par le rôle central de ce peuple pendant la deuxième guerre punique. Néanmoins, ce nom ne figure pas dans les sources écrites de cette période, alors qu’Athanagrum (Tite-Live, XXI, 61, 6) apparaît comme la capitale des Ilergètes. Le problème posé par cette dualité de noms a engendré un vif débat, mais l’hypothèse la plus probable est que, comme c’est le cas pour d’autres oppida du nord-est de la Péninsule, il s’agisse d’une double dénomination pour une seule ville. Comme pour tous les sites archéologiques recouverts par une ville moderne, il existe des problèmes d’identification. On a formulé l’hypothèse d’un emplacement différent matérialisé par l’apparition ultérieure d’Ilerda. Cette question, comme dans le cas de Kese, se clarifie grâce au progrès des recherches archéologiques. En l’occurrence, les fouilles réalisées dans la vieille ville de Lérida montrent l’existence de niveaux correspondant à la ville ibérique qui datent du dernier tiers du iie siècle av. J.-C. ainsi que des matériaux abondants, quoique décontextualisés, du iiie siècle av. J.-C. et d’autres du ve siècle av. J.-C.19.

  • 20 Untermann (éd.), 1975, vol. 1, p. 206, signale la latinisation d’Iltirke en Ilerga ou Ilerca et la (...)
  • 21 Villaronga, 1978 et 1994, p. 200, signale la dispersion des découvertes numismatiques d’iltirkesken(...)

17L’existence d’une ville du nom d’Iltirke est attestée par l’émission de drachmes et de fractions portant la légende ibérique iltirkesalir, « argent d’Iltirke ». Sa continuité est aussi confirmée par les bronzes frappés de la légende iltirkesken, du nom des habitants de la ville, depuis le milieu du iie siècle
av. J.-C. jusqu’au début du ier siècle av. J.-C. Il n’y a pas d’accord unanime concernant l’identification de cet atelier puisque, selon des critères linguistiques, on défend l’équivalence d’iltirkesken avec les Ilergètes20, même si De Hoz lui-même signale que iltirke en latin deviendra Ilerca ou Ilerga et que, donc, il serait en rapport avec les Ilercavons. En raison de la dispersion de sa monnaie, Villaronga propose de le situer dans une zone centrée sur Solsona21, mais la proposition la plus communément acceptée est celle qui assimile la ville d’Ilerca à la ville ultérieure de Iulia Hibera Ilercavonia Dertosa, capitale des Ilercavons. Ce toponyme contient aussi le nom de Hibera, ville citée en 215 av. J.-C. par Tite-Live (XXIII, 28, 10) comme une ville opulentissima.

  • 22 Sur la ville de Hibera/Ilerca et ses frappes monétaires, voir Martín Valls, 1967, p. 49 ; Fatás Cab (...)

18Il existe un problème archéologique pour situer la ville ibérique de Hibera/Ilerca. Traditionnellement, on l’a identifiée à l’actuelle Tortosa, où se trouve la ville romaine de l’époque impériale et, plus concrètement, à la zone la plus élevée qui correspond au Castell de Sant Joan ou La Suda. Les fouilles dans la vieille ville de Tortosa révèlent l’existence de niveaux correspondant à la ville romaine de Dertosa, mais aussi de certains matériaux du iie siècle av. J.-C. et un fragment de céramique attique décontextualisé22.

19Les fouilles récentes d’El Castellet de Banyoles à Tivissa montrent que cette ville s’étendait sur 4,5 ha pendant la période ibérique moyenne, entre le milieu du ive siècle et la fin du iiie siècle av. J.-C. Les découvertes numismatiques situent sa fin en l’an 206/205 av. J.-C., ce qui coïncide avec les révoltes ilergètes de la deuxième guerre punique.

  • 23 Asensio, Miró et Sanmartí Grego, 2002, signalent que, si les monnaies romaines retrouvées peuvent d (...)

20Le lieu est à nouveau occupé à la fin du iie siècle av. J.-C. et disparaît définitivement vers l’an 100 av. J.-C. Cette dernière étape est très mal connue en raison des altérations causées par le labourage des niveaux superficiels. En tant qu’oppidum, et parce qu’elle est située sur le territoire où ont été frappées les drachmes ibériques imitant celles d’Emporion, il est probable que Tivissa ait frappé de la monnaie. Villaronga a proposé d’attribuer à cette ville les émissions de kertekunte, et Tarradell-Font — guidée par les monnaies mises au jour sur le site —, les attribue au « groupe du symbole ku », au sein duquel on trouve les frappes portant l’anthroponyme tikisrine qui indique l’autorité émettrice23.

Apparition des frappes ibériques et développement de l’économie monétaire dans les oppida

21Pendant le dernier quart du iiie siècle av. J.-C., les villes de Kese et Arse sont les premières à émettre des monnaies considérées comme ibériques, en même temps qu’apparaissent les drachmes ibériques d’imitation emporitaine, mais ces frappes n’ont pas de relation entre elles.

  • 24 Villaronga, 1994, p. 158, considère que la légende kese ne fait pas référence à la ville de Tarakon(...)
  • 25 Les découvertes des monnaies dans le camp III de Renieblas (Numance), attribué à Nobilior, montrent (...)
  • 26 Campo Díaz, 2003, p. 79, signale que l’atelier de Kese organise sa production monétaire sous l’infl (...)

22L’atelier de Kese commença ses émissions en frappant seulement du bronze, avec une iconographie différente de celle des drachmes ibériques (tête masculine sur l’avers et cavalier sur le revers), devenant ainsi le prototype des émissions ibériques ultérieures. Avec cette normalisation iconographique, la cité-État de Kese adopta un système monétaire stable à partir duquel elle frappa de la monnaie de façon continue jusqu’au ier siècle av. J.-C. La ville d’Iltirta fut la seule, parmi celles qui frappèrent des drachmes ibériques, à battre monnaie dès la fin du iiie siècle av. J.-C., devenant ainsi, avec Kese, un des deux centres politiques les plus importants de cette région, comme en témoignaient déjà les drachmes ibériques et les références des sources écrites sur son rôle dans la deuxième guerre punique. Il est particulièrement remarquable que ces deux ateliers distinguent leurs émissions de celles des drachmes ibériques, même dans le cas de la ville de Kese, qui abandonne l’autre toponyme de Tarakon24. Pendant cette période, ils ne frappent que des bronzes : unités, unités et demie, moitiés, quarts et sixièmes dans le cas de Kese, et unités, moitiés et quarts dans le cas d’Iltirta. Nous nous trouvons ainsi face au développement d’un système monétaire dont la finalité n’est plus le paiement des troupes romaines de la seconde guerre punique (qui est ce qui semble présider aux émissions des drachmes ibériques) mais les nécessités économiques quotidiennes. Et, s’il est vrai que les unités de bronze ont été employées pour payer les soldats romains jusqu’au milieu du iie siècle av. J.-C., lorsqu’elles furent remplacées par l’argent, le développement des monnaies d’échange nous montre que les fractions n’avaient pas cette finalité25. Mais quelles raisons ont poussé une société qui, comme les autres oppida ibériques, avait une économie de troc pour la consommation ordinaire à développer un système monétaire comportant des fractions de bronze ? La seule réponse satisfaisante serait la présence stable dans les deux villes d’un secteur de la population qui aurait eu besoin de monnaies pour les petites transactions. Dans le cas de la ville de Kese, la proximité de l’ancien oppidum ibérique d’un important établissement romain, converti de fait en capitale de l’Hispanie citérieure, suffit à expliquer la nécessité d’un système monétaire. En effet, la population romaine avait besoin de monnaie d’échange pour acquérir des produits de première nécessité dans cette ville alliée. Cette explication peut être étendue à des villes ayant connu un fort développement des fractions monétaires, comme Iltirta26.

  • 27 Concernant l’archéologie de Saguntum, voir Martí Bonafé, 1998, pp. 114-125 et Aranegui Gascó, 2004, (...)

23Sagonte, protagoniste de la deuxième guerre punique, a successivement fait usage de deux toponymes : d’abord, elle a utilisé dans ses monnaies celui d’Arse et, ensuite, elle l’a remplacé par Saguntum. L’oppidum, d’une superficie entre 8 et 10 ha, se dresse sur le promontoire du Castell, où l’on a trouvé des vestiges qui remontent au vie siècle av. J.-C. et une muraille complexe du ive siècle av. J.-C. Les frappes monétaires de la fin du iiie siècle av. J.-C. ont leur propre iconographie, métrologie et légende ibérique. Elles conservent au revers des drachmes un taureau qui devient ainsi le symbole de la ville, l’avers montrant soit une tête féminine, parfois casquée, soit une tête masculine avec une massue. La ville émit des drachmes d’un poids d’environ 3 g, c’est-à-dire une métrologie ibérique semblable aux frappes de Saiti. Il s’agit donc d’une émission d’argent différente de celle de Kese pendant cette période mais, de façon similaire, elle présente un système monétaire complet quoique disposant de moins de fractions : drachmes, hémidrachmes, hémioboles, unités de bronze et fractions de monnaies. Elle présente également une diversité de légendes (arsesken/arseetar/arsakiskuekiar/arseetarkirkurkur/arskitar) et elle a été le premier atelier ibérique à utiliser le suffixe -sken27 pour désigner le nom des habitants.

Restructuration du territoire politique et monétaire

24La défaite de l’armée carthaginoise a marqué une nouvelle étape des opérations romaines puisque, à partir de 206 av. J.-C., lorsque Scipion revient à Rome, la Péninsule cesse d’être la scène de l’affrontement de deux puissances méditerranéennes pour devenir l’objectif de la politique expansionniste romaine. Le soulèvement des populations indigènes fut la cause de la première avancée de Rome dans l’Hispanie citérieure. En l’an 195 av. J.-C., Caton stabilisa le territoire conquis dans la vallée de l’Èbre jusqu’à l’actuelle Saragosse, comme le montre l’analyse de la distribution des villes et, plus particulièrement, celle des peuples mentionnés dans les sources écrites (fig. 4, p. 87).

Fig. 4. — Oppida cités dans les sources classiques en rapport avec la campagne de Caton et la deuxième guerre punique.

Fig. 4. — Oppida cités dans les sources classiques en rapport avec la campagne de Caton et la deuxième guerre punique.
  • 28 Villaronga, 1994, p. 182 et Pérez Almoguera, 1996.

25La participation des oppida ibériques du nord-est de la Péninsule à la deuxième guerre punique, ajoutée au processus de la conquête romaine, a entraîné la destruction et l’abandon d’une série d’établissements et a introduit un nouveau modèle d’occupation du territoire dans lequel les oppida sont restés le siège du pouvoir. On constate une progressive centralisation, car la disparition de certaines villes n’implique pas qu’elles soient remplacées, sur le même territoire, par des villes plus importantes, mais que le centre se déplace vers un centre voisin et préexistant qui, de cette façon, voit son importance accrue. Cette centralisation est confirmée par la liste des ateliers qui frappent de l’argent, comme nous le verrons plus loin. La ville de Kese a été une référence pour les nouveaux ateliers ibériques. Elle présente les séries les plus complètes, comprenant des unités, des moitiés, des tiers, des quarts, des sixièmes, des douzièmes, des deniers et des quinaires. Néanmoins, parfois l’emplacement des nouveaux ateliers est incertain, comme dans le cas d’arketurki qui, selon Villaronga, se situerait dans le bas Èbre et, d’après A. Pérez, près des Pyrénées28. Nous disposons, cependant, d’informations suffisantes sur les autres ateliers et les oppida pour avoir une vision générale des changements qui ont eu lieu à cette époque.

  • 29 Martín i Ortega, 2000, p. 107, attribue la destruction d’Ullastret aux campagnes de Caton. Pour les (...)

26La ville d’Ullastret a disparu au début du iie siècle av. J.-C., alors que la ville d’Emporion, alliée de Rome, a conservé son indépendance politique comme civitas foederata et a connu un grand développement économique que reflètent la restructuration urbaine de la Neapolis et la construction d’espaces et d’édifices publics à partir du début du iie siècle av. J.-C. En dépit de cela, elle n’a atteint qu’une extension de 5 ha. En cette période, cette cité grecque a coexisté avec un campement militaire romain ou praesidium, situé à l’ouest de la ville et sur lequel César a établi la colonie romaine. À proximité, également, existait un établissement humain ibérique comme l’indiquent Tite-Live (XXXIV, 9, 1-8) et Strabon (III, 4, 8) et comme le confirme l’apparition des émissions en bronze dans le système oncial romain d’un nouvel atelier ibérique, untikesken, dont les premières émissions comportant des as, des moitiés, des quarts et des sixièmes attestent le développement d’un système monétaire complet. Cet oppidum correspond à l’ancien peuple des Indigètes, c’est-à-dire à la résidence des habitants de la ville d’Indica, ce qui indique le déplacement vers Ampurias de la capitale et probablement de ses habitants après la destruction de la ville d’Ullastret. Néanmoins, la localisation concrète de cet établissement indigène continue de faire problème29.

  • 30 Martín i Ortega et Puig Griessenberg, 2002 et Aquilué, 2002.

27La colonie grecque de Rhode cessa de battre monnaie durant cette période, après l’abandon du quartier hellénistique à la fin du iiie siècle av. J.-C. et le renforcement du système défensif à l’intérieur de l’occupation initiale. Ainsi, il n’est pas étonnant que Tite-Live (XXXIV, 8, 4) l’ait décrite comme un simple castellum occupé par les Ibères et détruit par Caton30.

  • 31 Sur Turó de Montgrós, voir Sanmartí Grego, 2002, p. 26 ; sur Ausa, Rocafiguera i Espona, 1995, et s (...)

28Dans le territoire d’Ausa, l’oppidum de L’Esquerda a été détruit pendant le iiie siècle av. J.-C. et sa reconstruction se fait sur les ruines de la muraille primitive. L’établissement humain de Turó de Montgrós, d’une extension de 9 ha, ce qui l’apparente à une ville, a disparu au iie siècle av. J.-C. L’un et l’autre ont été remplacés par la ville émergente d’Ausa, à Vic, située au centre de gravité du territoire d’Ausa et à équidistance des deux. Parallèlement, au début du iie siècle av. J.-C., est apparu l’atelier monétaire auquel est attachée la légende ausesken, nom dérivé de la ville d’Ausa qui, outre l’émission d’unités, de moitiés et de quarts, frappait des deniers. En un lieu inconnu de l’Ausétanie doit être situé l’atelier d’eustibaikula/eusti qui a frappé, pendant cette période, des as, des moitiés, des quadrants et des sixièmes31.

  • 32 Ibid., p. 191. On semble accepter que la mention de Barcilonum dans l’Ora marítima d’Avienus, 520, (...)
  • 33 García et al., 2000 et Villaronga, 1994, p. 192.

29On rencontre dans les sources écrites le nom Laietani, mais pas la ville de Laie, qui émit des monnaies comportant la légende de laiesken et frappa des as, des moitiés et des quarts. Étant donné son emplacement dans la région de Barcelone, cet atelier montre la continuité des émissions de drachmes ibériques de barkeno, toponyme qui disparaîtra pendant cette période pour réapparaître plus tard dans la colonie romaine de Barcino32. Dans le territoire de Laie se trouve l’oppidum de Burriac (Cabrera de Mar). Même s’il présente des vestiges qui remontent au vie siècle, la naissance de la ville date du ive siècle av. J.-C. avec la construction d’une muraille entourant une surface de 10 ha. Bien que cet oppidum ait survécu à la campagne de Caton, le réseau d’établissements qui l’entourait a été démantelé. Les premières frappes de monnaie identifiées correspondent à cette période, elles portent la légende ilturo et comportent des as, des tiers et des sixièmes33 (fig. 5).

Fig. 5. —Peuplescités dans les sources classiques en rapport avec la campagne de Caton et la deuxième guerre punique.

Fig. 5. —Peuplescités dans les sources classiques en rapport avec la campagne de Caton et la deuxième guerre punique.
  • 34 Ibid., p. 200.

30Tivissa, qui a été détruite à la fin du iiie siècle av. J.-C., cesse d’incarner l’autorité du territoire s’étendant sur le cours inférieur de l’Èbre. Celui-ci s’est ruralisé en l’absence d’un nouvel oppidum à proximité ayant un pouvoir comparable à celui qu’avait eu Castellet de Banyoles. L’énigmatique Iltirke, si son emplacement à Tortosa se confirme, aurait pu exercer l’autorité à cette période. Cependant, l’atelier d’iltirkesken a commencé à battre monnaie dans la période immédiatement postérieure, au milieu du iie siècle av. J.-C.34.

  • 35 Maluquer de Motes i Nicolau, 1986.
  • 36 Pour les frappes monétaires, voir Villaronga, 1994, p. 176, et pour les restes archéologiques, voir (...)

31Au début du iie siècle av. J.-C. disparaît l’oppidum de Molí d’Espigol à Tornabous35. Iltirta, centre dominant de la période précédente du peuple des Ilergètes, semble devenir la capitale du territoire. Son importance est attestée par le fait qu’elle frappe en même temps que des as, des moitiés, des quarts et des sixièmes, des deniers et des quinaires avec la légende de la ville iltirta, sans référence au nom des habitants. On a déjà évoqué la difficulté de définir archéologiquement les premières étapes de la ville, mais, au iie siècle av. J.-C., elle s’étend vers la partie basse de l’actuelle Lérida, devenant un véritable centre névralgique de l’arrière-garde romaine, particulièrement à partir de 154 av. J.-C., avec le début des guerres celtibériques. D’où l’on suppose que la ville ibérique aurait abrité un contingent italique, un praesidium, comme Tarraco et Emporion, ce qui expliquerait alors l’essor des fractions monétaires de bronze36.

Avancée romaine et territoire monétaire

  • 37 Hernández Vera, 2002, présente les résultats des fouilles à Gracchurris et défend, sans arguments c (...)
  • 38 Concernant Complega, voir García Moreno, 1988, p. 90 et Burillo Mozota, 1998, p. 235.

32L’avancée de Gracchus dans la vallée de l’Èbre culmina en 179 av. J.-C. avec la fondation de Gracchurris à Las Eras de San Martín, près de l’endroit où l’Alhama se jette dans l’Èbre37. Le territoire de La Rioja où se situe cette ville devint ainsi la zone frontière qui stabilisa, pendant plus d’un siècle, jusqu’aux guerres cantabriques, l’avancée romaine vers le haut Èbre. La mention, dans le récit de la conquête romaine, des oppida Calagurris (Tite-Live, XXXIX, 21) et Caravis (Appien, Iberica, 43) indique que les villes-États indigènes de cette région étaient consolidées dès avant la pénétration romaine. Nous disposons également d’un témoignage exceptionnel : l’apparition d’une nouvelle ville, Complega (Appien, Iberica, 42), fondée par ceux qui fuyaient les dévastations romaines. C’est un exemple des nouveaux établissements humains émergeant pendant la période où apparaissent les « no man’s land » aux abords des territoires conquis38.

  • 39 Une étude de la céramique d’origine italique apparue à Segeda I se trouve chez Burillo Mozota, 2001 (...)

33La période de relative pacification de l’Hispanie citérieure s’interrompit en 154 av. J.-C. avec la déclaration de guerre de Rome à la ville celtibérique de Segeda. C’est pendant ces vingt-cinq ans, entre les magistratures de Gracchus et Nobilior, que se produisit un changement significatif dans les relations entre le territoire conquis de l’Hispanie citérieure et le domaine méditerranéen. De nouveaux indicateurs archéologiques, comme l’apparition des amphores de vin gréco-italiques ou la vaisselle de luxe à vernis noir, essentiellement des assiettes et des coupes, révèlent les nouveaux circuits économiques et délimitent la zone soumise à Rome39. Mais c’est la liste des ateliers qui frappent du bronze à cette époque qui est la meilleure preuve que les oppida s’intègrent au système monétaire méditerranéen (fig. 6).

Fig. 6. — Villes qui frappent des monnaies de bronze durant la première moitié du iie siècle av. J.-C.

Fig. 6. — Villes qui frappent des monnaies de bronze durant la première moitié du iie siècle av. J.-C.

34Le fait que très peu de villes de l’intérieur émettent de la monnaie pendant cette période et que seules certaines d’entre elles frappent de l’argent montre l’absence d’uniformité dans le développement des émissions de monnaies par les cités-États. Et par conséquent, dans cette évolution des relations avec Rome, la particularité de chacune des villes dans l’émission de la monnaie est un critère pour analyser sa réalité politique.

  • 40 En ce qui concerne la localisation de la ville ibérique de Kelse en un autre emplacement que le lie (...)
  • 41 Pour une nouvelle lecture de bolsken au lieu bolskan et de sekeida au lieu de sekaiza, voir Rodrígu (...)
  • 42 Sur l’identification de Segeda au Poyo de Mara, voir Burillo Mozota, 2003, et concernant ses frappe (...)
  • 43 Arellano et al., 2003, repèrent, à mon avis à tort, un camp romain à Muro de Agreda. Ce gisement pe (...)
  • 44 Burillo Mozota, 2002 b. Sur les découvertes de l’étape sertorienne, voir Cinca, Ramírez Sádaba et V (...)

35Tous les nouveaux ateliers copièrent l’iconographie de Kese. Dans le domaine ibérique de la vallée moyenne de l’Èbre, apparurent les ateliers de kelse, dont l’identification avec le lieu où s’est établie la colonie romaine de Celsa à Velilla de Ebro n’a pas pu être confirmée archéologiquement40, et seteisken, avec le suffixe ethnique -sken faisant référence aux habitants de la ville de Setei, n’a pas davantage pu être situé (La Puebla de Hijar ?). En ce qui concerne bolsken41, situé dans la vieille ville de Huesca, on n’a pas trouvé de frappes en bronze dans ses premières émissions de deniers. Dans le domaine celtibérique, sekeida/za est identifié à Segeda I, au Poyo de Mara (Saragosse), ville à laquelle Rome a déclaré la guerre en 154 av. J.-C.42. De son côté, areikoratikos, avec le suffixe ethnique celtibérique -kos, se réfère à la ville d’Arekorata proche de la ville récemment créée de Gracchurris, mais dont on ignore l’emplacement, bien qu’elle se situe peut-être à Muro de Agreda (Soria) où se trouve Augustobriga43. Elle est liée à trois autres ateliers : louitiskos, oilaunikos et kalakoricos. Seul le dernier a été identifié, il correspond à la ville de Calagurris et sa localisation dans la ville actuelle de Calahorra est attestée au moins depuis le début du ier siècle av. J.-C., l’emplacement antérieur à cette date n’étant pas certain44.

Deniers ibériques et fiscalisation romaine du territoire conquis

  • 45 García-Bellido, 1993 b, p. 98 et García-Bellido et Blázquez, 2001, t. ii, p. 64.

36Un fait retient l’attention dans les frappes réalisées en Hispanie pendant le iie siècle av. J.-C., c’est la différence entre le territoire de l’Ultérieure et celui de la Citérieure. Alors que dans le premier les émissions sont le fait de certains ateliers, qu’elles sont toujours en bronze, de différents types, et que certaines villes importantes ne frappent pas de monnaie, dans le deuxième territoire il y a une unité iconographique visible (tête masculine et cavalier), une graphie semblable des légendes et, ce qui est plus significatif d’un point de vue monétaire, l’argent est frappé suivant une métrologie équivalente. Ces politiques monétaires sont attribuées aux différents régimes fiscaux créés par Caton au début du iie siècle av. J.-C. L’unification de l’image et de la légende des monnaies de l’Hispanie citérieure, selon García-Bellido, s’insère dans des objectifs politico-économiques romains encore indéterminés45. La citation de Tite-Live (XXXIV, 21), qui signale que Caton « imposa un grand tribut sur les mines de fer et d’argent », est la meilleure preuve d’une fiscalité qui s’adressait directement aux exploitations indigènes et qui était probablement proportionnelle aux ressources minières exploitées par chaque ville. En tout cas, l’apparition de frappes ibériques est liée à la présence de Rome, et aux changements politiques, économiques et culturels qui se produisent sur le territoire conquis du nord-est de la Péninsule. La rareté des ateliers émettant des deniers pose le problème de la finalité de ces frappes et la distribution spatiale des centres émetteurs sur le territoire.

  • 46 Crawford, 1969 et Amorós, 1957.
  • 47 Gil Farrés, 1966 et Martín Valls, 1967. Pour une présentation critique des différentes théories sur (...)
  • 48 Crawford, 1985. L’attribution de l’origine des deniers ibériques à Gracchus avait déjà été faite pa (...)

37La mention expresse de l’argentum oscense parmi les prélèvements romains du début du iie siècle cités par Tite-Live, a mené en un premier temps M. H. Crawford à les assimiler aux deniers ibériques et à émettre l’hypothèse qu’ils étaient apparus pour stabiliser le paiement fiscal à Rome en raison des changements administratifs introduits par Caton en 197 av. J.-C. Cependant, on accepte aujourd’hui la proposition de J. Amorós, qui assimile l’argentum oscense aux drachmes ibériques d’imitation emporitaine46. De même, on a renoncé aux chronologies tardives qui situaient l’origine des deniers ibériques après la chute de Numance en 133 av. J.-C.47. Parmi les différentes propositions formulées à ce sujet, il convient de mentionner la proposition ultérieure de M. H. Crawford, qui situe son introduction à l’époque de la déclaration de guerre de Rome à Segeda (155-154 av. J.-C.), lorsque l’argentum oscense perd sa finalité fiscale et est utilisé pour payer l’armée. Cependant, de mon point de vue, l’hypothèse la plus probable est celle défendue par M. P. García-Bellido et F. Beltrán, qui proposent de situer son apparition entre les années 180 et 178 av. J.-C., au moment où Gracchus met en place des impôts pour financer aussi bien la conquête que l’administration du territoire, ce qui supposerait la disparition des drachmes ibériques d’imitation emporitaine48.

  • 49 Ripollès, 2000, p. 334. García Riaza, 2003, p. 17, propose que les références au denarium signatum (...)

38Si l’on considère les références de Tive-Live sur les butins ramenés à Rome de l’Hispanie citérieure, on peut remarquer que, dans la période comprise entre Caton et Gracchus (entre 195 et 180 av. J.-C.), il y a un ensemble de monnaies dans lequel on distingue des deniers romains, signati denariorum, bigati, et des drachmes ibériques ou argentum oscense49.Néanmoins, dans les années suivantes, lorsque la vallée de l’Èbre est conquise jusqu’à la région de La Rioja, les recettes mentionnées ne font pas explicitement référence à des monnaies, ce qui montre que tout l’argent frappé avait déjà été retiré de la circulation, et on ne trouve pas non plus de références aux deniers ibériques.

  • 50 Voir Campo Díaz, 1998, p. 47, pour les différentes propositions sur la fin des drachmes emporitaine (...)
  • 51 García-Bellido, 1993 b, p. 100.
  • 52 Pour le territoire côtier, voir Knapp, 1977, pp. 71-79 ; pour la vallée moyenne de l’Èbre, voir Bur (...)

39Si on analyse la distribution territoriale des ateliers qui frappent des deniers durant la première moitié du iie siècle av. J.-C., on observe la différence existante entre les différentes villes qui battent monnaie. Dans le territoire des drachmes ibériques — où il existe des désaccords sur la fin des frappes de drachmes d’Emporion50 —, on trouve seulement trois centres (ausesken, iltirta et kese) qui frappèrent de la monnaie et qui ont été qualifiés de cités stipendiaires chefs-lieux de territoires51. À ceux-ci il faut ajouter les trois autres ateliers situés dans le nouveau territoire monétaire de la vallée moyenne de l’Èbre : sesars/bolsken, sekeida et arekoratas. Si l’on considère leur distribution spatiale (fig. 7, p. 95), on constate qu’il existe une répartition équilibrée sur le territoire, avec néanmoins un espace vide, le territoire ibérique qui, depuis le Bas Aragon, s’étend jusqu’à la plaine de Castellón. Mais précisément ce territoire se trouve à cheval entre la zone d’iltirta et kese et la zone orientale de la Péninsule, où la ville d’Arse continue à émettre des drachmes portant la légende arskitar. Plus loin on trouve l’atelier ikalkusken, qui peut être mis en relation avec la zone sud du système ibérique et qui précède une autre ville qui a aussi frappé des deniers, Contrebia Carbica. Cette répartition régulière des hôtels des monnaies montre l’existence d’un processus sélectif et d’un fait que nous verrons attesté dans les étapes suivantes : la hiérarchisation des ateliers émettant de l’argent dans la vallée moyenne de l’Èbre. Cette répartition uniforme sur le territoire, déjà proposée par R. C. Knapp pour la zone côtière, nous indique l’existence dans le territoire conquis de critères imposés par Rome et prévalant sur ceux des oppida52.

Fig. 7. — Ateliers qui frappent des monnaies d’argent durant la première moitié du iie siècle av. J.-C.

Fig. 7. — Ateliers qui frappent des monnaies d’argent durant la première moitié du iie siècle av. J.-C.

40L’émergence de ces ateliers n’a pas dû être aléatoire puisque le choix de Rome a porté sur des cités-États déjà existantes, qui connaissaient peut-être un développement économique supérieur au reste des cités-État des alentours et qui avaient très probablement des mines d’argent et jouissaient d’une situation stratégique au sein de l’espace conquis. Les villes qui acquirent le droit de frapper de l’argent se convertirent en centres politiques et fiscaux du territoire. Iltirta et Kese furent les héritières directes des centres les plus importants pour les émissions de drachmes ibériques. Dans le cas de l’atelier de Kese, cela est confirmé par le fait que la capitale romaine de ce territoire était à Tarraco. Néanmoins, dans l’extrême nord-est de la Péninsule est apparue Ausa, qui partage au départ les émissions d’argent avec Emporion, devenant ensuite capitale quand apparaissent les frappes portant la légende untikesken. Le territoire fiscalisé par ces villes est plus vaste que celui du peuple auquel elles appartiennent (Ilergètes, Cesetans et Ausetans) puisque leur distribution spatiale englobe d’autres villes, de même que dans la zone intérieure de l’Èbre qui était divisée en trois grandes régions. Sur la rive droite de l’Èbre, l’atelier de bolsken devient le centre du territoire, tandis que, dans le domaine celtibérique de la rive gauche, deux nouveaux centres apparaissent : l’énigmatique ville d’Arekoratas, à côté du Moncayo, et Segeda, dans le Jalón moyen. Ce dernier, à la suite du synœcisme des Tittes, vit augmenter son extension jusqu’à 17 ha environ, à l’intérieur d’une enceinte entourée par une muraille d’une quarantaine d’hectares, devenant ainsi l’oppidum le plus grand du nord de la Péninsule, ce qui explique la déclaration de guerre par Rome.

  • 53 Burillo Mozota, 1995.

41Il est important de souligner que les régions du nord-est de la Péninsule sont celles qui sont restées les plus stables dans le temps, comme le prouve un autre fait concernant le privilège d’émettre de la monnaie et avéré dans toute l’Hispanie citérieure53 : la relation entre les centres qui frappent de l’argent et ceux qui émettent postérieurement de la monnaie avec une légende latine. Dans le cas d’Ilerda, Tarraco et Saguntum, les émissions monétaires continuent d’être réalisées dans la même ville. L’atelier d’ausesken, qui correspond à la ville d’Ausa, permet au centre originel de la région, Emporion, de redevenir la capitale. Deux nouveaux centres apparaissent, Dertosa et Osicerda, qui reflètent l’importance, à cette époque, de l’axe de l’Èbre et de la façon dont cet espace est distribué entre les différents centres de pouvoir. De fait, l’ancienne ville de Tivissa marque la limite de ces nouveaux territoires. Dans la vallée moyenne de l’Èbre, Osca gardera le même emplacement et Segeda disparaîtra et sera remplacée par Bilbilis et Caesaraugusta, nouvellement fondées, alors que, dans le territoire de La Rioja, Arekoratas sera remplacée, pour les émissions monétaires, par les villes de Calagurris et Cascantum.

Conclusion

42La monnaie est le phénomène qui traduit le mieux l’existence d’une structure politique de nature étatique. Dans le cas analysé ici du territoire de l’Hispanie citérieure, qui s’étend dans le nord-est de la Péninsule et dans la vallée moyenne de l’Èbre, pendant la période qui se termine par les conquêtes de Gracchus, les frappes des monnaies sont liées aux oppida. Dans ce territoire, l’épigraphie découverte et, notamment, les légendes des monnaies définissent deux aires linguistiques. L’une, qui s’étend de la côte à la rive droite de l’Èbre jusqu’à l’actuelle Saragosse, parle l’ibérique, langue d’origine préindo-européenne. À l’ouest, elle entre en contact avec des populations parlant une autre langue appelée celtibérique, de filiation indo-européenne, mais qui emploie les mêmes signes ibériques dans son écriture et qui a été parlée au moins en Celtibérie et chez les Bérons.

43Les textes des historiens romains qui concernent ce territoire nous informent des dénominations de deux entités politiques : les oppida et les ethnies. En réalité, les deux noms sont les deux faces d’une même médaille puisqu’ils définissent la même entité. Les ethnies correspondent aux habitants des cités-États qui morcellent politiquement le territoire, regroupant à la fois les habitants des oppida, des castra et des autres établissements ruraux qui en dépendent. Ainsi, le nom de l’ethnie des Edetans dérive de l’oppidum d’Edeta et celui des Turbolètes de celui de Turba. Plusieurs ateliers frappent monnaie au nom de la ville auquel est ajouté le suffixe -sken. Ainsi, sedeisken signifie les monnaies frappées des Sédétans ou encore les habitants de l’oppidum de Sedeis, et ausesken correspond aux Ausétans, les habitants d’Ausa. Dans le territoire où l’on parle celtibère, le nom des habitants est marqué par deux suffixes, ce qui indique une différence dialectale. Dans la zone la plus orientale on emploie -kom (ainsi, sekeidakom désigne les habitants de Sekeida ou Segeda), alors que dans le territoire actuel de La Rioja on ajoute -kos (ainsi, kalakorikos désigne les habitants de la cité-État de Calagurris). Le nom des habitants reflète-t-il une forme particulière de gouvernement, celle du peuple ou demos face à l’aristocratie ? C’est une question sans réponse.

44Les aires linguistiques ibérique et celtibérique ne correspondent pas à des structures politiques différentes à l’intérieur du territoire. Elles ont des formes d’organisation similaires, dans lesquelles un seul oppidum détermine chaque cité-État, ce qui n’exclut pas l’existence d’annexions, voire de déplacements de populations, comme dans le cas de synécisme réalisé par Segeda aux dépens des Tittes. Les oppida sont des agglomérations d’une extension supérieure à 4,5 ha. Ils sont le siège de l’aristocratie de la ville, responsable des émissions monétaires et détentrice du pouvoir à l’intérieur de ces cités-États dont la structure politique paraît semblable à ce qu’on trouve dans d’autres zones méditerranéennes, comme la polis grecque. Il existe pourtant des différences en ce qui concerne certains aspects sociaux. Dans la zone celtibérique perdurent, à l’intérieur de la structure étatique, les relations parentales basées sur de grandes familles et les pactes d’hospitalité gravés dans le bronze. Un fait demeure toutefois inexpliqué dans le domaine celtibérique : l’existence d’ethnonymes qui regroupent plusieurs cités-États : c’est le cas des Belli, nom qui correspond entre autres à Segeda, Nertobriga, Bilbilis o Contrebia Belaisca. Dans ce dernier cas, l’ethnonyme est utilisé pour désigner la ville, à l’inverse de ce qui a lieu dans la zone ibérique.

45Les différents oppida qui frappent monnaie dans le territoire étudié ne le font pas au même moment. Leur incorporation au système monétaire est liée au développement d’un processus historique et, en fin de compte, elle est indépendante de toute attribution ethnique. La colonie grecque d’Emporion est la première à frapper de la monnaie d’argent, suivant le modèle de sa métropole, Massalia. De même, Emporion est le premier centre urbain et politique du nord-est de la Péninsule, imité ensuite par l’oppidum ibérique le plus ancien, celui d’Ullastret. Les premières frappes grecques sont des monnaies d’échange sans référence à l’organisme étatique qui les émet : elles sont employées comme un instrument économique pour les transactions commerciales. Les drachmes portant des symboles et légendes qui identifient le centre émetteur apparaissent plus tard.

46Les oppida ibériques du nord-est de la Péninsule frappent leurs premières monnaies pendant le dernier quart du iiie siècle av. J.-C. L’incorporation de ce vaste territoire au système monétaire est due à son implication dans la deuxième guerre punique. Les monnaies imitent les drachmes emporitaines et ont été qualifiées par les Romains d’« argentum oscense ». Elles ont servi pour payer les immenses frais de guerre et, en cela, il n’est pas étonnant qu’il existe également des frappes portant des noms de personnes : ceux de l’aristocratie des villes. Dans leurs légendes, on trouve les premiers noms d’oppida comme barkeno, tarakon, iltirke ou iltirta. Si on les compare aux toponymes apparaissant dans les sources écrites ou dans les émissions postérieures, on constate, dans ce territoire, une tendance à utiliser deux noms pour identifier un oppidum (Barkeno/Laie, Tarraco/Kese, Hibera/Ilerca, Iltirta/Atanagrum), et c’est d’un de ces deux noms que dérivent respectivement les noms des Laiétans, Cessétans, Ilercavons et Ilergètes.

47L’expansion romaine vers l’intérieur de la vallée de l’Èbre, commencée avec Caton en 195 av. J.-C. et terminée, dans sa première phase, par Gracchus en 179 av. J.-C., entraîne la conquête d’un vaste territoire qui va jusqu’à l’actuelle Rioja. La monnaie apparaît dans les oppida situés dans ce territoire, se distinguant ainsi de ceux des territoires non conquis, qui ne frappent pas monnaie. La monnaie marque la frontière et indique que le territoire est soumis aux influences méditerranéennes. Cela est aussi attesté par le fait que les produits italiques comme le vin en amphore et les coupes à vernis noir ne se trouvent que dans ce territoire. Avec les nouvelles importations, les changements dans les modes de vie et notamment la consommation de vin italien, la plantation de vignes et le développement des productions vinicoles apparaissent comme les innovations les plus évidentes. Seuls certains ateliers émettent des deniers, appelés ibériques à cause de leur légende indigène, mais avec une métrologie romaine contrôlée. Ces ateliers ont une répartition territoriale régulière et hiérarchique, signe évident que le développement des frappes monétaires est une forme de fiscalisation imposée par Rome. D’autre part, l’émission d’as et de différentes fractions de bronze montre que, depuis le début de ces frappes, il existe une économie monétaire.

48Dans cette délimination territoriale, les oppida de l’intérieur qui frappent monnaie n’ont pas une catégorie politique inférieure à ceux qui, en 179 av. J.-C., ne frappent pas monnaie et qui n’ont pas encore été conquis par Rome, comme Numance. D’ailleurs, lorsque le consul Nobilior attaque, en 153 av. J.-C., la coalition celtibérique des cités-États de Segeda et Numance, mettant fin à une période de développement de vingt-cinq ans, la pénétration romaine vers l’intérieur de la Celtibérie s’accélère. De nouveaux ateliers apparaissent, mais il existe aussi d’autres villes, comme Termes, qui ne frapperont jamais de monnaie. De vastes territoires qui ont une longue tradition d’oppida comme celui des Vaccéens, sur le Douro moyen, gardent une économie de troc et utilisent comme monnaie d’échange, pour leurs thésaurisations et leurs grandes transactions économiques, des bijoux d’argent marqués d’un poinçon garantissant leur poids, ainsi que des deniers, principalement ibériques et celtibériques et plus occasionnellement romains. La monnaie définit la nature ibérique des oppida ibériques et celtibériques, mais il existe des oppida sans monnaie à l’intérieur de la Péninsule, sans que cela remette en cause leur catégorie de cité-État.

Haut de page

Bibliographie

Adserias, María, Burés, Lurdes, Miró, María Teresa et Ramón, Ester (1993), « L’assentament pre-romà de Tarragona », Revista d’Arqueologia de Ponent, 3, pp. 177-227.

Amela Valverde, Luis (2001-2002), « La Colonia Victrix Iulia Lépida », Kalathos, 20-21, pp. 239-249.

Amorós, Josep Vicenç (1957), « Argentum oscense », Numario Hispánico, 6, pp. 51-71.

Aquilué, Xavier (1997), « Empúries republicana », dans Javier Arce, Serena Ensoli et Eugenio La Rocca (éd.), Hispania Romana. Da terra di conquista a provincia dell’impero. Catalogue de l’exposition (Rome, Palazzo delle esposizioni, 22 settembre-23 novembre 1997), Milan, pp. 44-49.

Aquilué, Xavier (2002), « Emporion y el urbanismo griego en la Península Ibérica », dans José Luis Jiménez Salvador et Albert Ribera i Lacomba (coord.), Valencia y las primeras ciudades romanas de Hispania, Valence, pp. 93-102.

Aranegui Gascó, Carmen (2004), Sagunto. Oppidum, emporio y municipio romano, Barcelone.

Arellano, Oscar Luis, Barrio, Raquel, Lerín, Monserrat, Ruiz de Marco, Agustín et Tarancón María Jesús (2003), « Sobre el origen campamental de Augustobriga (Muro, Soria) », dans Ángel Morillo Cerdán (coord.), Arqueología militar romana en Hispania, Madrid, pp. 275-281.

Arriols, P. R. et Villaronga, Leandre (1984), « Troballa esporàdica de bronzes romans republicans », Gaceta Numismática, 74-75, pp. 113-117.

Asensio Esteban, José Ángel (1995), La ciudad en el mundo prerromano en Aragón, Saragosse.

Asensio, David, Miró, Maite et Sanmartí Grego, Joan (2002), « El nucli ibèric del Castellet de Banyoles (Tivissa, Ribera d’Ebre) : un estat de la qüestió », dans I Jornades d’Arqueologia : Ibers a l’Ebre. Recerca i interpretació [Tivissa, 23-24 novembre 2001], Tivissa, pp. 185-203.

Asensio, David, Morer, J., Rigo, A. et Sanmartí Grego, Joan (2002), « Les formes d’organització social i econòmica a la cossetània ibèrica : noves dades sobre l’evolució i tipologia dels assentaments entre els segles vii-i a.C. », dans M. Aurora Martín i Ortega et Rosa Plana Mallart (dir.), Territori polític i territori rural durant l’Edat del Ferro a la Mediterrània Occidental. Actes de la Taula Rodona (Ullastret, 25-27 mai 2000), Ullastret, pp. 253-271.

Beltrán Lloris, Francisco (1986), « Sobre la función de la moneda ibérica e hispano-romana », dans Estudios en homenaje al Dr. Antonio Beltrán Martínez, Saragosse, pp. 889-915.

Beltrán Lloris, Francisco (1998), « De nuevo sobre el origen y la función del denario ibérico », dans La moneda en la societat ibèrica. II Curs d’Història monetària d’Hispània (Barcelona, 26-27 de novembre de 1998), Barcelone, pp. 101-117.

Beltrán Lloris, Francisco (2001), « Hacia un replanteamiento del mapa cultural y étnico del Norte de Aragón », dans María Pilar Fernández Álvarez et Francisco Villar Liébana (éd.), Religión, lengua y cultura prerromanas de Hispania. Actas del VIII Coloquio Internacional sobre Lenguas y Culturas Prerromanas de la Península Ibérica (Salamanca, 1999), Salamanque, pp. 61-81.

Burillo Mozota, Francisco (1982), « La jerarquización del hábitat de época ibérica en el valle medio del Ebro. Una aplicación de los modelos locacionales », dans Actas de las IV Jornadas sobre el estado actual de los estudios sobre Aragón (2 vol.), Saragosse, vol. 1, pp. 215-228.

Burillo Mozota, Francisco (1995), « Celtiberia : monedas, ciudades y territorio », dans María Paz García-Bellido et Rui Manuel Sobral Centeno (éd.), La moneda hispánica : ciudad y territorio. Actas del I Encuentro Peninsular de Numismática Antigua (Madrid, noviembre de 1994), Madrid, pp. 161-177.

Burillo Mozota, Francisco (1998), Los Celtíberos. Etnias y estados, Barcelone.

Burillo Mozota, Francisco (2001), « La ciudad estado celtibérica de Segeda y sus acuñaciones monetales », Paleohispanica, 1, pp. 87-112.

Burillo Mozota, Francisco (2001-2002), « Indicadores cronológicos para la datación del nivel de destrucción de Segeda I », Kalathos, 20-21, pp. 215-238.

Burillo Mozota, Francisco (2002 a), « Oppida, ciudades estado y populi en la transición del Ibérico Pleno al Tardío en el nordeste de la Península Ibérica », dans I Jornades d’Arqueologia : Ibers a l’Ebre. Recerca i interpretació [Tivissa, 23-24 novembre 2001], Tivissa, pp. 205-220.

Burillo Mozota, Francisco (2002 b), « Etnias y ciudades estado en el valle medio del Ebro, el caso de kalakorikos/Calagurris Nassica », Kalakorikos, 7, pp. 9-29.

Burillo Mozota, Francisco (2003), « Segeda, arqueología y sinecismo », Archivo Español de Arqueología, 76, pp. 193-215.

Campo Díaz, Marta (1994), « Els grecs i l’inici de l’atesorament monetari a la Península Ibèrica », dans Tresors del món antic. Síntesi VII cicle de conferències (Barcelona, 14-30 de novembre de 1994), Barcelone, pp. 7-23.

Campo Díaz, Marta (1997), « La moneda griega y su influencia en el contexto indígena », dans Carmen Alfaro Asínset al., Historia monetaria de Hispania antigua, Madrid, pp. 19-49.

Campo Díaz, Marta (1998), « Les primeres monedes dels ibers : el cas de les imitacions d’Emporion », dans La moneda en la societat ibèrica. II Curs d’Història monetària d’Hispània (Barcelona, 26-27 de novembre de 1998), Barcelone, pp. 27-47.

Campo Díaz, Marta (1999), « Els exèrcits i la monetització d’Hispània (218-45 a.C.) », dans Moneda i exèrcits. III Curs d’Història monetària d’Hispània (Barcelona, 25-26 de novembre de 1999), Barcelone, pp. 59-81.

Campo Díaz, Marta (2001), « Concepte i funció de la moneda a les ciutats gregues. Reflexions a l’entorn d’Emporion i Rhode (segles v-iii a.C.) », dans Moneda i vida urbana. V Curs d’Història monetària d’Hispània (Barcelona, 29-30 de novembre de 2001), Barcelone, pp. 9-27.

Campo Díaz, Marta (2003), « La producció d’Untikesken i Kese : funció i circulació a la ciutat i al territori », dans Funció i producció de les seques indígenes. VI Curs d’Història monetària d’Hispània (Barcelona, 28-29 de novembre de 2002), Barcelone, pp. 77-104.

Cerdeño, María Luisa, Sanmartí Grego, Enric et García Huerta, Rosario (1999), « Las relaciones comerciales de los celtíberos », dans Francisco Burillo Mozota (éd.), Economía. IV Simposio sobre Celtíberos, Saragosse, pp. 263-299.

Cinca, José Luis, Ramírez Sádaba, José Luis et Velaza, Javier (2003), « Un depósito de proyectiles de catapulta hallado en Calahorra (La Rioja) », Archivo Español de Arqueología, 76, pp. 263-271.

Collantes Pérez-Ardá, Esteban (1997), Historia de las cecas de Hispania antigua, Madrid.

Crawford, Michael Hewson (1969), Roman Republican Coin Hoards, Londres.

Crawford, Michael Hewson (1985), Coinage and Money under the Roman Republic : Italy and the Mediterranean Economy, Berkeley - Los Angeles.

De Hoz, Javier (1995 a), « Notas sobre nuevas y viejas leyendas monetales », dans María Paz García-Bellido et Rui Manuel Sobral Centeno (éd.), La moneda hispánica : ciudad y territorio. Actas del I Encuentro Peninsular de Numismática Antigua (Madrid, noviembre de 1994), Madrid, pp. 317-345.

De Hoz, Javier (1995 b), « El poblamiento antiguo de los Pirineos desde el punto de vista lingüístico », dans Jaume Bertranpetit et Elisenda Vives (éd.), Muntanyes i Població. El passat dels Pirineus des d’una perspectiva multidisciplinària, Andorre, pp. 271-299.

Diloli Fons, Jordi (1996), « Hibera Iulia Ilercavònia Dertosa : l’assentament ibèric i la implantació de la ciutat romana », Butlletí Arqueològic, 18, pp. 39-68.

Domínguez Arranz, Almudena (1997), « Las acuñaciones ibéricas y celtibéricas de la Hispania citerior », dans Carmen Alfaro Asinset al., Historia monetaria de Hispania antigua, Madrid, pp. 116-193.

Fatás Cabeza, Guillermo (1992), « Para una etnografía de la cuenca media del Ebro », dans Martín Almagro-Gorbea et Gonzalo Ruiz Zapatero (éd.), Paleoetnología de la Península Ibérica. Actas de la reunión celebrada en la Facultad de geografía e historia de la Universidad Complutense (Madrid, 13-15 de diciembre de 1989),Madrid, pp. 223-232.

Furtwängler, Andreas E. (1978), Monnaies grecques en Gaule. Le trésor d’Auriol et le monnayage de Massalia (525/520-460 av. J.-C.), Fribourg.

García, Joaquim, Pujol, Jaume, Cela, Xavier et Zamora, Dolors (2000), « Burriac. Un centre d’intercanvi i de comerç a la Laietània ibèrica », dans Consuelo Mata Parreño et Guillem Pérez Jorda (éd.), Ibers : agricultors, artesans i comerciants. III Reunió sobre economia en el món ibèric, Valence, pp. 357-367.

García-Bellido, María Paz (1993 a), « El proceso de monetización en el Levante y sur Peninsular durante la Segunda Guerra Púnica », dans Jürgen Untermann et Francisco Villar (éd.), Lengua y cultura en la Hispania prerromana. Actas del V Coloquio sobre lenguas y culturas de la Península Ibérica (Colonia, 25-28 de septiembre de 1989), Salamanque, pp. 317-348.

García-Bellido, María Paz (1993 b), « Origen y función del denario ibérico », dans Frank Heidermanns, Helmut Rix et Elmar Seebold (éd.), Sprachen und Schriften des antiken Mittelmeerraums : Festschrift für Jürgen Untermann zum 65. Geburtstag, Innsbruck, pp. 97-124.

García-Bellido, María Paz et Blázquez, Cruces (2001), Diccionario de cecas y pueblos hispánicos con una introducción a la numismática antigua de la Península Ibérica (2 t.), Madrid.

García Moreno, Luis A. (1988), « Hispaniae tumultus. Rebelión y violencia indígena en la España romana de época republicana », Polis, 1, pp. 81-107.

García Riaza, E. (2003), « Dinero y moneda en la Hispania indígena : la mirada de las fuentes literarias », dans Funció i producció de les seques indígenes. VI Curs d’Història monetària d’Hispània (Barcelona, 28-29 de novembre de 2002), Barcelone, pp. 9-34.

Genera, Margarida (2003), « Dertosa : evolució d’una ciutat arran de l’Ebre », dans G. Pascual et J. Pérez Ballester (éd.), Puertos fluviales antiguos : ciudad, desarrollo e infraestructuras. IV Jornadas de Arqueología subacuática (Valencia, 28-30 de marzo de 2001), Valence, pp. 169-182.

Gil, Isabel, Loriente, Ana, Morán, Marta, Payà, Xavier et Pérez Almoguera, Arturo (2001), « De la Iltirta prerromana a la Ilerda tardorromana. Nuevos datos tras dos décadas de investigación continuada en Lleida », Archivo Español de Arqueología, 74 (183-184), pp. 161-181.

Gil Farrés, Octavio (1966), La moneda hispánica en la Edad Antigua, Madrid.

Gómez-Moreno, Manuel (1949), Misceláneas. Historia, Arte, Arqueología, Madrid.

Gomis Justo, Mariví (2001), Las acuñaciones de la ciudad celtibérica de Segeda/« sekaiza », Teruel - Saragosse.

Gorrochategui, Joaquín (1995), « Los Pirineos entre Galia e Hispania : las lenguas », Veleia, 12, pp. 181-232.

Guadán, Antonio Manuel de (1968-1970), Las monedas de plata de Emporión y Rhode (2 vol.), Barcelone.

Hauschild, Theodor, (1988), « Excavaciones en la muralla romana de Tarragona », Butlletí Arqueològic, època V, 6-7 (1984-1985), Tarragone, pp. 11-38.

Hernández Vera, José Antonio (2002), « La fundación de Graccurris », dans José Luis Jiménez Salvador et Albert Ribera i Lacomba (coord.), Valencia y las primeras ciudades romanas de Hispania, Valence, pp. 173-182.

Knapp, Robert C. (1977), Aspects of the Roman Experience in Iberia (206-100 B.C.), Valladolid.

Lejeune, Michel, Pouilloux, Jean et Solier, Yves (1988), « Étrusque et ionien archaïque sur un plomb de Pech Maho (Aude) », Revue archéologique de Narbonnaise, 21, pp. 19-59.

Llorens, María del Mar et Ripollés, Pere Pau (2002), « Arse-Saguntum : paradigma de l’economia monetitzada », dans Funció i producció de les seques indígenes. VI Curs d’Història monetària d’Hispània (Barcelona, 28-29 de novembre de 2002), Barcelone, pp. 53-76.

Maluquer de Motes i Nicolau, Joan (1986), Molí d’Espígol, Tornabous. Poblat Ibèric, Barcelone.

Mangas Manjarrés, Julio et Plácido, Domingo (éd.) (1994), Avieno : Ora maritima, Descriptio orbis terrae, Phaenomena, Madrid.

Marcet, Roger et Sanmartí Grego, Enric (1990), Empúries, Barcelone.

Marques de Faria, Antonio (2004), « Crónica de onomástica paleo-hispânica (8) », Revista Portuguesa de Arqueología, 7 (2), pp. 175-192.

Martí Bonafé, María Ángeles (1998), El área territorial de Arse-Saguntum en época ibérica : una aproximación a su estudio, Valence.

Martín i Ortega, Aurora (2000), « L’oppidum del Puig de Sant Andreu d’Ullastret. Aportació de les intervencions arqueòlogiques recents al coneixement dels sistemes defensius i de l’urbanisme », dans L’habitat protohistòric a Catalunya, Roselló i Llenguadoc Occidental. Actualitat de l’arqueologia de l’Edat del Ferro. Actes del XXII Col.loqui Internacional per a l’estudi de l’Edat del Ferro, Girona, pp. 107-121.

Martín i Ortega, Aurora et Puig Griessenberger, Anna Maria (2002), « Rhode i l’organització del territori de l’Alt Empordà », dans Aurora Martín Ortega et Rosa Plana Mallart (dir.), Territori polític i territori rural durant l’edat del Ferro a la Mediterrània occidental. Actes de la Taula Rodona (Ullastret, 25-27 de maig de 2000), Ullastret, pp. 53-68.

Martín Valls, Ricardo (1967), La circulación monetaria ibérica, Valladolid.

Miró, María Teresa (1998), « El nucli ibèric de Tàrraco : dels inicis a la integració dins la ciutat romana », dans Marc Mayer, Josep M. Nolla et Jordi Pardo (éd.), De les estructures indígenes a l’organització provincial romana de la Hispania citerior. Homenatge a Josep i Garriga/Actes de les jornades internacionals d’arqueologia romana (Granollers, 1987), Barcelone, pp. 373-379.

Moret, Pierre (1995), « Tite-Live et la topographie d’Emporion », Mélanges de la Casa de Velázquez, 31 (1), pp. 55-75.

Moret, Pierre (2002), « Reflexiones sobre el período ibérico pleno (siglos v a iii a.C.) en el Bajo Aragón y zonas vecinas del curso inferior del Ebro », dans I Jornades d’Arqueologia : Ibers a l’Ebre. Recerca i interpretació (Tivissa, 23-24 novembre 2001), Tivissa, pp. 111-136.

Muñiz Coello, Joaquín (1982), El sistema fiscal en la España romana (República y Alto Imperio), Saragosse.

Murillo, Juan Francisco et Jiménez, José Luis (2002), « Nuevas evidencias sobre la fundación de Corduba y su primera imagen urbana », dans José Luis JiménezSalvador et Albert Ribera i Lacomba (coord.), Valencia y las primeras ciudades romanas de Hispania, Valence, pp. 183-193.

Nolla, Josep Maria (1998), « Empúries, creixement, crisi i adaptació. Algunes consideracions », dans Marc Mayer, Josep Maria Nolla et Jordi Pardo (éd.), De les estructures indígenes a l’organització provincial romana de la Hispània citerior. Homenatge a Josep Estrada i Garriga, Barcelone, pp. 429-439.

Ñaco del Hoyo, Toni (1997), La política fiscal romana a Hispània durant els primers decennis de la conquesta (218-167 a.C.), Barcelone [Microforma, X/5565].

Otero Morán, Paloma (2002), « Arekorata : la moneda como base para el conocimiento de una ciudad », dans Funció i producció de les seques indígenes. VI Curs d’Història monetària d’Hispània (Barcelona, 28-29 de novembre de 2002), Barcelone, pp. 147-169.

Payà i Mercé, Xavier, Gil, Isabel, Loriente, Ana, Lafuente, Ángel y Morán, Marta (1996), « Evolució espacial i cronològica de l’antiga ciutat d’Ilerda », Revista d’Arqueologia de Ponent, 6, pp. 119-149.

Pérez Almoguera, Arturo (1993-1994), « Iltirta y Auso, dos capitales regionales en la Hispania republicana », Anales de prehistoria y arqueología, 9-10, pp. 193-208.

Pérez Almoguera, Arturo (1995), « Sobre la ceca de Iltirkesken y su probable ubicación en el Bajo Ebro », Verdolay, 7, pp. 321-325.

Pérez Almoguera, Arturo (1996), « De la arketurki prerromana a la Vrgellum visigoda, ¿Una continuidad ? », Cypsela, 11, pp. 153-160.

Pérez Almoguera, Arturo (1998), « La civitas de Iltirda-Ilerda (siglos iii a.C.-iii d.C.) », dans Marc Mayer, Josep Maria Nolla et Jordi Pardo (éd.), De les estructures indígenes a l’organització provincial romana de la Hispània citerior. Homenatge a Josep Estrada i Garriga (Granollers, 5-8 de junio de 1987), Barcelone, pp. 489-500.

Pérez Almoguera, Arturo (1999), « Livio, 21, 61, 6-7 : Atanagrum Vrbem. Quae caput eius populi erat. El problema de Atanagrum y la capitalidad ilergete », Hispania Antiqua, 23, pp. 25-46.

Pérez Almoguera, Arturo (2001), « iltir/iltur oppidum. Los nombres de lugar y la ciudad en el mundo ibérico », Faventia, 23 (1), pp. 21-40.

Pina Polo, Francisco(1993), « ¿ Existió una política romana de urbanización en el nordeste de la Península Ibérica ? », Habis, 24, pp. 77-94.

Richard, Jean-Claude (1987), « Des imitations de Rhodé et d’Emporion aux monnaies à la croix : armées ou économies ? », dans Georges Depeyrot, Tony Hackens et Ghislaine Moucharte (éd.), Rythmes de la production monétaire de l’Antiquité à nos jours. Actes du Colloque international (Paris, 10-12 janvier 1986), Louvain-la-Neuve, pp. 93-98.

Ripoll i Perelló, Eduard (1976), « El problema dels Indiquetes en relació amb la ciutat d’Empúries », dans Actes del 2o Col.loqui Internacional d’Arqueologia de Puigcerdà, Puigcerdà, pp. 137-146.

Ripollès, Pere Pau (1994), « Circulación monetaria en Hispania durante el período republicano y el inicio de la dinastía Julio-Claudia », dans Actas del VIII Congreso Nacional de Numismática (Avilés, 1-4 de abril de 1992), Madrid, pp. 115-148.

Ripollès, Pere Pau (2000), « La monetización del mundo ibérico », dans Consuelo Mata Parreño et Guillem Pérez Jorda (éd.), Ibers : agricultors, artesans i comerciants. III Reunió sobre economia en el món ibèric, Valence, pp. 139-344.

Rocafiguera i Espona, Monserrat de (1995), Osona ibèrica. El territori dels antics ausetans, Vic.

Rodríguez Ramos, Jesús (2001-2002), « Okelakom, Sekeida, Bols’ken », Kalathos, 20-21, pp. 429-434.

Rouillard, Pierre (1991), Les Grecs et la péninsule Ibérique du viiie au ivsiècle avant Jésus-Christ, Paris.

Ruíz de Arbulo Bayona, Joaquín (1998), « La evolución urbana de Emporion en época tardo-republicana. La complejidad de una tradición », dans Marc Mayer, Josep Maria Nolla et Jordi Pardo (éd.), De les estructures indígenes a l’organització provincial romana de la Hispània citerior. Homenatge a Josep Estrada i Garriga (Granollers, 5-8 de junio de 1987), Barcelone, pp. 539-554.

Ruíz de Arbulo Bayona, Joaquín (2002), « La fundación de la colonia Tárraco y los estandartes de César », dans José Luis Jiménez Salvador et Albert Ribera i Lacomba (coord.), Valencia y las primeras ciudades romanas de Hispania, Valence, pp. 137-156.

Sanmartí Grego, Enric (1991), « Una carta comercial hallada en Emporion », dans Saguntum y el mar, Valence, pp. 16-18.

Sanmartí Grego, Enric, Castanyer, Pere et Tremolseda, Joaquim (1992), « Nuevos datos sobre la historia y la topografía de las murallas de Emporion », Madrider Mitteilugen, 33, pp. 102-112.

Sanmartí Grego, Joan (2002), « Territoris i escales d’integració política a la costa de Catalunya durant el període ibèric ple (segles iv-iii a.C.) », dans Aurora Martín Ortega et Rosa Plana Mallart (dir.), Territori polític i territori rural durant l’edat del Ferro a la Mediterrània occidental. Actes de la Taula Rodona (Ullastret, 25-27 de maig de 2000), Ullastret, pp. 23-38.

Sanmartí Grego, Joan et Belarte, Carmen (2001), « Urbanización y desarrollo de estructuras estatales en la costa de Cataluña (siglos vii-iii a.C.) », dans Luis Berrocal-Rangel y Philippe Gardes (éd.), Entre celtas e íberos, Madrid, pp. 161-174.

Sanmartí Grego, Joan et Santiago, Rosa (1988), « La lettre grecque d’Emporion et son contexte archéologique », Revue archéologique de Narbonnaise, 21, pp. 3-17.

Serra Ráfols, Josep de Calassanç (1941), « El poblado ibérico del Castellet de Banyoles (Tivissa, Bajo Ebro) », Ampurias, 3, pp. 15-34.

Tarradell-Font, Nuria (2003-2004), « Les troballes numismàtiques del Castellet de Banyoles de Tivissa (Baix Ebre, Catalunya). Noves troballes de les excavacions 1998-1999 i revisió de les anteriors », Fonaments, 10-11,pp. 245-317.

Tovar, Antonio (1989), Iberische Landeskunde (5 vol. en 3 t.), t. iii : Tarraconensis, Segunda parte : Las tribus y las ciudades de la antigua Hispania, Baden-Baden.

Untermann, Jürgen (éd.) (1975), Monumenta linguarum Hispanicarum (4 t.), t. i : Die Münzlegenden (2 vol.), Wiesbaden.

Vega, Josep de laet Sanmartí Grego, Enric (1985), « Novetats arqueològiques a Montjuïc », Mediterrània, 13, pp. 45-56.

Villaronga, Leandre (1978), « La influència de les monedes ibèriques de Iltirkesken i de Iltirta en el Llenguadoc occidental », dans Actes del 2o Col.loqui Internacional d’Arqueologia de Puigcerdà, pp. 257-263.

Villaronga, Leandre (1979), Numismática antigua de Hispania : iniciación a su estudio, Barcelone.

Villaronga, Leandre (1982), « Les seques ibèriques catalanes : una síntesi », Fonaments, 3, Barcelone, pp. 135-183.

Villaronga, Leandre (1993), Tresors monetaris de la Península Ibèrica anteriors a August : repertori i anàlisi, Barcelone.

Villaronga, Leandre (1994), Corpus nummum Hispaniae ante Augusti aetatem, Madrid.

Villaronga, Leandre (1998), Les dracmes ibèriques i llurs divisors, Barcelone.

Villaronga, Leandre (2000), Les monedes de plata d’Empòrion, Rhode i les seves imitacions : de principi del segle iii a.C. fins a l’arribada dels romans, el 218 a.C., Barcelone.

Villaronga, Leandre (2002), Les dracmes emporitanes de principi del segle ii a.C., Barcelone.

Villaronga, Leandre (2003), La plata emporitana de la segona guerra púnica, final del segle iii a.C., Barcelone.

Vivó, David (1996), « Rhode : arquitectura i urbanisme del barri hel.lenístic », Revista d’Arqueologia de Ponent, 6, pp. 81-117.

Haut de page

Notes

1 Le présent travail s’inscrit dans le projet R&D : BHA 2001-2439 financé par le ministère espagnol de la Science et de la Technologie et les fonds FEDER.

2 Pour une synthèse sur Emporion, son évolution historique et des références bibliographiques, voir Aquilué, 1997 et 2002 ; Marcet et Sanmartí Grego, 1990 ; Nolla, 1998 et Ruíz de Arbulo Bayona, 1998. Concernant ses frappes, voir Campo Díaz, 2001 ; Guadán 1968-1970 et Villaronga, 1979, 2000, 2002 et 2003.

3 C’est Furtwängler, 1978, qui a attribué une fonction commerciale aux premières émissions massaliotes, en étudiant le trésor des monnaies d’Auriol. Campo Díaz, 1994, défend des positions semblables pour les premières émissions d’Emporion. On peut comparer les dimensions d’Ampurias et de Marseille, qui a atteint 50 ha (Rouillard, 1991, p. 281).

4 Sur les thésaurisations, voir Villaronga, 1993 et Campo Díaz, 1997, pp. 27-29.

5 Sur la lettre commerciale de Pech Malo, voir Lejeune, Pouilloux et Solier, 1988 et sur celle d’Ampurias, voir Sanmartí Grego et Santiago, 1988 ainsi que Sanmartí Grego, 1991.

6 Strabon attribue la fondation de Rhode aux habitants de Rhodes : il la décrit comme une petite fabrique des habitants d’Emporion (Géographie, III, 4, 8) ; il précise qu’elle apparaît avant la première olympiade, c’est-à-dire en 776 av. J.-C. — ce qui ne correspond pas aux vestiges archéologiques retrouvés — et il signale sa dépendance ultérieure vis-à-vis de Marseille (Géographie, XIV, 2, 10). Pour une synthèse sur Rhode, voir Martín i Ortega et Puig Griessenberger, 2002, et Aquilué, 2002 et Vivó, 1996, pour le résultat des fouilles du quartier hellénistique. Sur ses monnaies, voir Guadán, 1968-1970 et Villaronga, 2000.

7 Sur les imitations des drachmes d’Emporion et de Rhode,voir Richard, 1987 ; Villaronga, 2000 ainsi que García-Bellido et Blázquez, 2001, t. i, p. 23 et t. ii, p. 201.

8 Sa catégorie d’oppidum est aussi attestée par les maisons aristocratiques découvertes (voir Martín i Ortega, 2000).

9 Contre l’existence de la ville d’Indica, voir Villaronga, 1982, p. 140. En faveur de l’identification d’Indica à Ullastret, voir Ripoll i Perelló, 1976, p. 143 ainsi que Sanmartí Grego et Belarte, 2001, p. 172, qui acceptent cette opinion comme probable.

10 Il existe plusieurs oppida au nord-est de la Péninsule désignés par deux noms différents : Barkeno/Laie, Tarraco/Kese, Hibera/Ilerca, Saguntum/Arse, Iltirta/Atanagrum (voir Burillo Mozota, 2002 a, p. 218, avec une coquille : Kelse pour Kese).

11 Villaronga, 1994, p. 33, date les drachmes ibériques imitant les drachmes d’Emporion entre 218 et 212 av. J.-C. Campo Díaz, 1998, p. 40, signale qu’elles n’ont pas perduré au-delà de 180-179 av. J.-C., avec la paix de Gracchus. Sur leur rapport avec la deuxième guerre punique, voir García-Bellido, 1993 a ; le catalogue des légendes dans Villaronga, 1994 ; une lecture et une interprétation de celles-ci dans De Hoz, 1995 a et une monographie dans Villaronga, 1998.

12 Comme l’indique J. Untermann dans Pérez Almoguera, 2001, p. 21.

13 Voir Villaronga, 1994, p. 319 et Pérez Almoguera, 2001, p. 24.

14 De Hoz, 1995 a, p. 320.

15 De la Vega et Sanmartí Grego, 1985.

16 On suppose également que la référence d’Avienus, 519, à Tarraco est un ajout tardif, à mettre en rapport peut-être avec la référence que cet auteur (515) fait à Callipolis (voir Tovar, 1989, p. 442).

17 La datation romaine de la muraille cyclopéenne de Tarragone se doit à des fouilles réalisées par Hauschild, 1988. Sur l’archéologie de Kese/Tarraco, voir Adserias et al., 1993 ; Miró, 1998 ; Asensio et al., 2002 et Ruíz de Arbulo Bayona, 2002.

18 De même, à Corduba, à côté de la ville ibérique turdétane a été construite une ville romaine sur la base d’une installation militaire du début du iie siècle av. J.-C., d’un périmètre de 47 ha mais, dans ce cas, on identifie les deux établissements humains comme une véritable dipolis dotée d’une entité politique semblable (voir Murillo et Jiménez, 2002).

19 Voir le rapport sur les fouilles dans Gil et al., 2001. Avec cet emplacement d’Ilerda dans la partie haute de Lérida, on revient à la proposition de Pérez Almoguera, 1993-1994, p. 198, qui indiquait que la disparition des preuves archéologiques était due aux grands mouvements de terrain ayant eu lieu de façon permanente jusqu’à nos jours. Par suite, Pérez Almoguera, 1999, p. 35, abandonne l’hypothèse qu’il avait formulée entre-temps, selon laquelle, suivant le modèle de Sparte, la tête de la civitas n’avait nul besoin d’être une entité urbaine d’une certaine importance mais pouvait être une série de villages possédant un centre aux fonctions politiques, religieuses et économiques qui deviendrait Ilerda. Cette thèse du surgissement tardif d’Ilerda a été également défendue par Pina Polo, 1993. Les résultats des fouilles réalisées dans le centre-ville de Lérida, aussi bien sur la colline de La Suda que dans la partie plane de la rue de l’Aiguardent, ont donné lieu à la première proposition de Pérez Almoguera, 1998, p. 500, sur l’existence d’une ville ibérique qui peut remonter à la fin du iie siècle av. J.-C. et d’une extension de 4 ou 5 ha. On a également constaté qu’à cette époque sont apparus des établissements humains ruraux dans l’ager ilerdensis.

20 Untermann (éd.), 1975, vol. 1, p. 206, signale la latinisation d’Iltirke en Ilerga ou Ilerca et la considère comme un atelier ilergète. De Hoz, 1995 a, p. 320 exprime une position similaire : « Habituellement, on fait d’iltirkesken l’équivalent ibérique d’Ilergètes ». Mais la contemporanéité des ateliers iltirkesalir et iltirtasalir pose le problème de la relation des deux villes (Ilerca et Iltirta) avec les Ilergètes, car la prédominance d’Ilerca parmi les Ilergètes contredit la position d’Ilerda comme centre territorial de ce peuple. Il le résout en proposant que, avant la seconde moitié du iiie siècle av. J.-C., ils occupaient une zone plus réduite dans la partie plus orientale de son territoire autour de la première des deux villes, s’étendant ensuite vers l’occident, où la seconde deviendrait la capitale.

21 Villaronga, 1978 et 1994, p. 200, signale la dispersion des découvertes numismatiques d’iltirkesken à El Cardener, La Segarra et le Pla de Bages. Il existe des imitations de cet atelier dans le Languedoc occidental, notamment à Vieille-Toulouse (Tolosa). Néanmoins, cette proposition a été critiquée par Pérez Almoguera, 1995, qui indique que, si le même critère était appliqué à la distribution des monnaies d’Ieso, situé à Guissona, il faudrait chercher cet atelier dans la zone côtière.

22 Sur la ville de Hibera/Ilerca et ses frappes monétaires, voir Martín Valls, 1967, p. 49 ; Fatás Cabeza, 1992, p. 226 ; Collantes Pérez-Ardá, 1997, p. 194 ; García-Bellido et Blázquez, 2001, t. ii, p. 175 et Pérez Almoguera, 2001, p. 31. Pour une monographie sur l’atelier d’iltirkesken, voir Pérez Almoguera, 1995. Sur les découvertes archéologiques de Tortosa, voir Diloli Fons, 1996 et Genera, 2003. Sur la localisation de la ville ibérique plus en amont du fleuve, voir Pérez Almoguera, 1995, p. 324, et, sur la rive droite de l’Èbre, à côté d’Amposta, Moret, 2002.

23 Asensio, Miró et Sanmartí Grego, 2002, signalent que, si les monnaies romaines retrouvées peuvent dater l’abandon de la ville en 206/205 av. J.-C., leur enfouissement peut aussi être plus tardif et correspondre à la campagne de Caton en l’an 195 av. J.-C. Outre l’extension du site, sa catégorie d’oppidum est attestée par la monumentalité des tours qui jalonnent la porte d’entrée, les différences sociales que montrent les différentes tailles des maisons et l’accumulation de richesse que suppose le trésor d’argent, composé de quatre patères décorées, onze verres et deux bracelets, publié par Serra Ráfols, 1941, et qu’actuellement on entend rattacher à un important sanctuaire urbain. En ce qui concerne les supposées frappes de drachmes ibériques d’imitation emporitaine, voir Villaronga, 1998 et Tarradell-Font, 2003-2004.

24 Villaronga, 1994, p. 158, considère que la légende kese ne fait pas référence à la ville de Tarakon mais à la gens qui habite la ville et ses alentours au sens large. À l’inverse de cette position, il faut tenir compte du fait que les noms des habitants apparaissent sur les frappes ibériques avec le suffixe -sken. C’est ce qu’on peut voir dans le cas d’Arse qui, dans ses différentes légendes, fait figurer arsesken et non Saguntum. Pour les monnaies portant la mention iltirta, voir Villaronga, 1994, p. 176.

25 Les découvertes des monnaies dans le camp III de Renieblas (Numance), attribué à Nobilior, montrent que, en 153 av. J.-C., on payait les soldats romains en bronze (voir Arriols et Villaronga, 1984 ; Crawford, 1985, p. 99 ; García-Bellido, 1993 b, p. 115 et Ripollès, 1994, p. 135).

26 Campo Díaz, 2003, p. 79, signale que l’atelier de Kese organise sa production monétaire sous l’influence romaine, en utilisant les valeurs des fractions monétaires de l’atelier de Rome. Voir ibid., p. 84, sur l’approvisionnement de monnaies de Kese à la ville romaine de Tarraco.

27 Concernant l’archéologie de Saguntum, voir Martí Bonafé, 1998, pp. 114-125 et Aranegui Gascó, 2004, pp. 33-36. Pour une monographie de la monnaie d’Arse, voir Llorens et Ripollés, 2002, p. 56, qui envisagent la possibilité, pour des raisons stylistiques, de faire remonter les frappes d’Arse au milieu du ive siècle av. J.-C. Voir aussi García-Bellido et Blázquez, 2001, t. ii, p. 37.

28 Villaronga, 1994, p. 182 et Pérez Almoguera, 1996.

29 Martín i Ortega, 2000, p. 107, attribue la destruction d’Ullastret aux campagnes de Caton. Pour les aspects généraux sur Emporion aux iiie et iie siècles av. J.-C., voir Aquilué, 1997 et 2002. Sur ses murailles, voir Sanmartí Grego, Castanyer et Tremolseda, 1992, et sur ses frappes monétaires, Domínguez Arranz, 1997, p. 125 ainsi que Villaronga, 1979, p. 128 et 1982, p. 140. Pour une étude critique des textes de Tite-Live et Strabon sur Ampurias et pour une synthèse des différentes propositions de localisation de la ville indigène, voir Moret, 1995.

30 Martín i Ortega et Puig Griessenberg, 2002 et Aquilué, 2002.

31 Sur Turó de Montgrós, voir Sanmartí Grego, 2002, p. 26 ; sur Ausa, Rocafiguera i Espona, 1995, et sur les frappes de monnaie, Villaronga, 1994, p. 187.

32 Ibid., p. 191. On semble accepter que la mention de Barcilonum dans l’Ora marítima d’Avienus, 520, est une interpolation tardive (voir Mangas Manjarrés et Plácido [éd.], 1994, p. 148).

33 García et al., 2000 et Villaronga, 1994, p. 192.

34 Ibid., p. 200.

35 Maluquer de Motes i Nicolau, 1986.

36 Pour les frappes monétaires, voir Villaronga, 1994, p. 176, et pour les restes archéologiques, voir Payà i Mercé et al., 1996, p. 139 ainsi que Gil et al., 2001.

37 Hernández Vera, 2002, présente les résultats des fouilles à Gracchurris et défend, sans arguments convaincants, l’emplacement des villes d’Iliturgis et de Castulo sur le territoire de La Rioja. Son identification de Contrebia Leucade à Akra Leuke est inacceptable.

38 Concernant Complega, voir García Moreno, 1988, p. 90 et Burillo Mozota, 1998, p. 235.

39 Une étude de la céramique d’origine italique apparue à Segeda I se trouve chez Burillo Mozota, 2001-2002, et sur le territoire celtibérique chez Cerdeño, Sanmartí Grego et García Huerta, 1999.

40 En ce qui concerne la localisation de la ville ibérique de Kelse en un autre emplacement que le lieu où apparut la colonie de Celsa, voir Asensio Esteban, 1995, pp. 87 et 254 et Amela Valverde, 2001-2002, p. 240.

41 Pour une nouvelle lecture de bolsken au lieu bolskan et de sekeida au lieu de sekaiza, voir Rodríguez Ramos, 2001-2002 et Marques de Faria, 2004. Cette nouvelle lecture a deux conséquences majeures : elle annule le caractère basque de la légende basé sur sa terminaison en -n (Gorrochategui, 1995, pp. 200-201 ; De Hoz, 1995 b, p. 275 et Beltrán Lloris, 2001, p. 67) et elle le convertit en un nom ibérique terminé en -sken désignant les habitants d’une ville.

42 Sur l’identification de Segeda au Poyo de Mara, voir Burillo Mozota, 2003, et concernant ses frappes, voir Burillo Mozota, 2001 et Gomis Justo, 2001.

43 Arellano et al., 2003, repèrent, à mon avis à tort, un camp romain à Muro de Agreda. Ce gisement peut correspondre à la ville d’Arekoratas. Sur ses frappes, voir Otero Morán, 2002.

44 Burillo Mozota, 2002 b. Sur les découvertes de l’étape sertorienne, voir Cinca, Ramírez Sádaba et Velaza, 2003.

45 García-Bellido, 1993 b, p. 98 et García-Bellido et Blázquez, 2001, t. ii, p. 64.

46 Crawford, 1969 et Amorós, 1957.

47 Gil Farrés, 1966 et Martín Valls, 1967. Pour une présentation critique des différentes théories sur l’origine des deniers, voir Beltrán Lloris, 1986 et 1998 ainsi que García-Bellido, 1993 b. De son côté, Campo Díaz, 1999, p. 69, défend la chronologie basse pour l’apparition des deniers, entre 155 et 133 av. J.-C. et même après la chute de Numance, en raison de leur absence dans des trésors de cette époque.

48 Crawford, 1985. L’attribution de l’origine des deniers ibériques à Gracchus avait déjà été faite par Gómez-Moreno, 1949 ; voir Beltrán Lloris, 1998 et García-Bellido, 1993 b. Concernant la fiscalité imposée par Rome et les théories sur sa régularité ou son irrégularité, voir Muñiz Coello, 1982 ; Ñaco del Hoyo, 1997 ; Campo Díaz, 1999 et García Riaza, 2003.

49 Ripollès, 2000, p. 334. García Riaza, 2003, p. 17, propose que les références au denarium signatum dans les sources écrites peuvent correspondre à une mention générique de la monnaie d’argent, analogue à celle de l’argentum signatum.

50 Voir Campo Díaz, 1998, p. 47, pour les différentes propositions sur la fin des drachmes emporitaines : « Villaronga, peu après 195 av. J.-C. ; Amorós entre 150 et 130 av. J.C. ; Guadán peut-être jusqu’en 77-40 av. J.-C. ». L’étude de Villaronga, 2002, p. 59, indique que les dernières émissions auraient eu lieu au début du iie siècle av. J.-C. et qu’elles furent frappées après les anciennes drachmes, avant ou en même temps que les premières monnaies de bronze.

51 García-Bellido, 1993 b, p. 100.

52 Pour le territoire côtier, voir Knapp, 1977, pp. 71-79 ; pour la vallée moyenne de l’Èbre, voir Burillo Mozota, 1982, et pour le nord-est de la Péninsule, voir Burillo Mozota, 2002 a.

53 Burillo Mozota, 1995.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Localisation des ateliers et des trésors monétaires antérieurs à 300 av. J.-C.
Crédits (d’après Campo, 1997, p. 27).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2045/img-1.png
Fichier image/png, 188k
Titre Fig. 2. — Principaux ateliers qui frappent monnaie pendant le dernier quart du iiie siècle av. J.-C.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2045/img-2.png
Fichier image/png, 282k
Titre Fig. 3. — Trésors enfouis entre 237 av. J.-C. et le début du iie siècle av. J.-C.
Crédits (d’après Campo, 1999, p. 27).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2045/img-3.png
Fichier image/png, 282k
Titre Fig. 4. — Oppida cités dans les sources classiques en rapport avec la campagne de Caton et la deuxième guerre punique.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2045/img-4.png
Fichier image/png, 200k
Titre Fig. 5. —Peuplescités dans les sources classiques en rapport avec la campagne de Caton et la deuxième guerre punique.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2045/img-5.png
Fichier image/png, 266k
Titre Fig. 6. — Villes qui frappent des monnaies de bronze durant la première moitié du iie siècle av. J.-C.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2045/img-6.png
Fichier image/png, 181k
Titre Fig. 7. — Ateliers qui frappent des monnaies d’argent durant la première moitié du iie siècle av. J.-C.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2045/img-7.png
Fichier image/png, 218k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco Burillo Mozota, « La roue de l’Histoire : frontières et territoires monétaires dans le nord-est de la péninsule Ibérique et la vallée de l’Èbre avant 153 av. J.-C. », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 75-106.

Référence électronique

Francisco Burillo Mozota, « La roue de l’Histoire : frontières et territoires monétaires dans le nord-est de la péninsule Ibérique et la vallée de l’Èbre avant 153 av. J.-C. », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 14 octobre 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/2045

Haut de page

Auteur

Francisco Burillo Mozota

Centro de Estudios Celtibéricos de Segeda

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org