Navigation – Plan du site
Dossier. Lire les territoires des sociétés anciennes

Les colonies latines et les frontières régionales de l’Italie

Venusia et Horace entre Apulie et Lucanie : Satires, II, 1, 34
Las colonias latinas y las fronteras regionales de Italia. Venusia y Horacio entre Apulia y Lucania: Sátiras, II, 1, 34
Latin Colonies and Regional Frontiers in Italy. Venusia and Horace between Apulia and Lucania: Satires, II, 1, 34
Olivier de Cazanove
p. 107-124

Résumés

Les régions augustéennes, malgré leur caractère artificiel, correspondent en gros aux blocs ethniques antérieurs. On s’interroge ici sur la manière dont se sont fixées les limites régionales, à partir de quels repères et de quels antécédents. Le témoignage d’Horace (Satires, II, 1, 34-39), originaire de la colonie latine de Venosa, révèle la perception qu’on pouvait avoir des frontières ethniques en Italie, entre la guerre sociale et Auguste. Le territoire de Venusia est une zone-tampon entre Apulie et Lucanie qui contribue à fixer les confins de l’une et de l’autre. Cette position sur la frontière, loin de caractériser la seule Venusia, est celle de toutes les colonies latines postérieures à 312 av. J.-C., situées aux confins (terrestres ou maritimes) des futures régions italiennes. Nées comme des sentinelles avancées de l’imperium de Rome, elles ont contribué en retour à figer les frontières ethniques entre lesquelles elles introduisaient le corps étranger de la Latinitas.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nicolet, 1988, pp. 181 sqq. ainsi que pp. 209 sqq.
  • 2 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 46 : « nunc ambitum eius urbesque enumerabimus, qua in re (...)
  • 3 Desjardins, 1876, pp. 193 sqq. et Mommsen, 1898. Si les régions en tant que telles ne sont pas des (...)
  • 4 Thomsen, 1947, pp. 145 sqq.
  • 5 On sait que Pline l’Ancien, Histoire naturelle, VII, 162-164, étaie son développement sur les Makro (...)
  • 6 Cette énumération se trouve avant tout dans la Table d’Héraclée (Crawford, 1996, vol. 1, p. 24, lig (...)

1On doit à Auguste la division administrative de l’Italie en onze régions ; opération qui, comme on sait, constitue en quelque sorte le pendant de sa découpe de Rome en quatorze régions urbaines, en 7 av. J.-C.1. Ces régions augustéennes ne sont guère connues que par le livre III de Pline2. On sait du moins ce qu’elles ne sont pas, au moins dans un premier temps. Ce ne sont ni des ressorts judiciaires, ni des circonscriptions administratives3. Elles ne le deviendront que progressivement4. La région augustéenne n’est pas un échelon intermédiaire entre le pouvoir central (Rome) et les collectivités locales (ou elle ne l’est que dans un sens très limité : elle sert à centraliser des documents censitaires5 et cadastraux). On a noté depuis longtemps que les inscriptions officielles de la fin de la république ne connaissaient que des communautés qu’elles hiérarchisent toujours de la même manière : municipe, colonie (ou l’inverse), préfecture, forum, conciliabulum6. Il n’est nulle part question d’une instance qui coifferait plusieurs cités.

  • 7 Cicéron, Discours sur la loi agraire, II, 1, 3 et 2, 5 ; commentaire de Nicolet, 1976, pp. 65-68.
  • 8 Thomas, 1996, pp. 103-132.
  • 9 Giardina, 1994, pp. 29 sqq. D’autre part, sur le thème de la tota Italia qui a suscité une énorme b (...)

2Dans l’Italie romaine, les identités locales se cristallisent autour des anciennes cités devenues municipes (ou colonies), qui sont comme autant de « petites patries » emboîtées dans la grande. On connaît le développement fameux de Cicéron sur les deux patries7 : l’une est la patrie selon le droit, la grande patrie romaine qui confère la citoyenneté ; l’autre est la patrie selon la nature, la petite patrie locale, le lieu de l’origine. Le texte fondamental de Cicéron théorise le rapport entre les « deux patries » — mais fait aussi toute sa place à la composante affective, émotionnelle au cœur de la relation entre le municeps et sa petite patrie. C’est aussi à ce moment-là, dans les décennies qui suivent la guerre sociale, qu’on assiste à l’émergence du concept d’origo8, tandis qu’il n’existe pas, en tant que telle, de solidarité régionale. Autre chose est la conscience — ou le refus — d’une consanguinité italienne plus globale. Ce thème récurrent, pour n’avoir jamais rencontré un consensus indiscutable, laissera en définitive inachevée l’identité de l’Italie romaine, pour reprendre la belle formule d’A. Giardina9.

3Il s’ensuit de tout cela — puisque les régions ne sont pas autre chose que des regroupements de communautés locales — que les limites des régions augustéennes coïncident avec les limites des cités qui les composent, comme on l’a vu depuis longtemps. Aucune cité n’est à cheval sur deux régions.

  • 10 Thomsen, 1947, pl. I-VII.

4Ces régions qui nous apparaissent, au moment de leur formalisation augustéenne, comme si artificielles — un pur découpage administratif — ont cependant à la fois des racines et de l’avenir. Qu’elles représentent la solution du futur, dans laquelle est destinée à s’exprimer, jusqu’à nos jours, la territorialité italienne, il suffit pour s’en convaincre de mettre côte à côte les cartes politiques de l’Italie, de l’Empire au Moyen Âge10, et jusqu’aux régions de l’Italie actuelle. À tout prendre, les limites de celles-ci ne sont pas très différentes de celles de l’Italie augustéenne ; en ce sens, elles peuvent apparaître comme leurs héritières.

  • 11 Par exemple Tibur, ville latine, rentre pourtant dans la région IV. Voir à ce sujet Uda, 1990.
  • 12 On suit ici l’analyse de Thomsen, 1947, pp. 18 sqq.
  • 13 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 106-107.
  • 14 Tibiletti, 1966 et 1978.
  • 15 Desjardins, 1876, pensait que les régions augustéennes possédaient bien un nom qu’il a essayé de re (...)

5Mais, surtout, on s’accorde en général pour considérer que les régions augustéennes correspondent en gros aux blocs ethniques antérieurs, malgré un petit nombre de démembrements apparemment aberrants dont il faut rendre compte au cas par cas11. Les régions, répétons-le, sont moins des objets géographiques que des ensembles de communautés, elles-mêmes regroupées en ethnies. Lorsqu’un unique peuple occupe une région entière, Pline fournit une seule liste alphabétique des communautés qui occupent l’intérieur des terres (c’est le cas des régions I et V-IX : la région V est celle des Picentes, la VII, celle des Étrusques, etc.)12. Lorsque au contraire la région abrite un peuplement pluriel, il y a autant de listes que d’ethnies. C’est le cas des régions II, III et IV. Par exemple, cette dernière, la « quatrième région [est celle] des peuples peut-être les plus braves de l’Italie » (regio quarta gentium uel fortissimarum Italiae). Pline les énumère tous : Frentani, Carecini, Marrucini, Paeligni, Marsi, Albenses, Aequiculani, Vestini et, surtout, Samnites (Pentri) et Sabins13. Chaque région augustéenne est donc la région d’un ou de plusieurs peuples. Paradoxalement — mais seulement en apparence14 — c’est au moment même où la péninsule doit se couler, politiquement, culturellement, religieusement, linguistiquement dans le moule romain qu’est en quelque sorte fossilisée cette Italia gentium, cette « Italie des peuples » (pour mieux évaluer ce fait, on aimerait savoir si les régions portaient dès le début un nom, géographique ou ethnique, ou seulement un numéro ; la question est controversée15). Dans cette étude, on n’abordera qu’un seul des aspects de cette fossilisation : comment se fixent et se figent les limites régionales, à partir de quels repères et de quels antécédents ?

  • 16 La satire est vraisemblablement postérieure à Actium, à laquelle doit faire allusion la mention de (...)
  • 17 Horace, Satires, II, 1, 34.
  • 18 Les Italiens des municipes possèdent, on l’a vu, « deux patries » emboîtées l’une dans l’autre. Aut (...)
  • 19 Barth (éd.), 1969. Sur le problème spécifique de l’Italie du Sud, voir les contributions réunies da (...)
  • 20 Comme l’a bien vu Russi, 1995, pp. 13 sqq. (avec références). Voir, en particulier, la référence à (...)
  • 21 Pomporius Porphyrio, Commentaire aux Satires d’Horace, II, 1, 34 : « non ego dubius sum, sed incert (...)
  • 22 Diodore de Sicile, Histoire universelle, XIX, 65, situe la ville de Forentum en Apulie (Φερέντην,πό (...)
  • 23 Thomsen, 1947, pp. 81-83.

6Nous possédons un témoignage de première main qui révèle la perception qu’on pouvait avoir des frontières ethniques en Italie, après la guerre sociale et juste avant que la réorganisation administrative de l’époque d’Auguste ne divise la péninsule en onze grandes circonscriptions territoriales, l’Apulie et la Lucanie-Bruttium portant respectivement les numéros II et III. Horace, qui écrit la première pièce du livre II des Satires vers 30 av. J.-C.16, était originaire de Venusia. Cette origo comporte une ambiguïté : le poète est-il lucanien ou apulien (Lucanus an Apulus anceps)17 ? Qu’est-ce à dire ? On envisage d’habitude deux solutions. Ou bien c’est de son identité ethnique et culturelle que douterait Horace, tiraillé entre une double appartenance, en proie à un conflit de fidélité envers deux petites patries concurrentes18. Ou encore, pour le dire dans les termes plus actuels de la réflexion théorique sur l’« ethnicité », qui veut que les groupes et les individus soient toujours susceptibles de redéfinir leurs critères d’appartenance en fonction de stratégies précises19, Horace énoncerait que son identité est en quelque sorte négociable — homme de frontière, il ne se reconnaîtrait pas dans la dichotomie forcée que chaque communauté impose entre elle et les autres, mais, selon les contextes, regarderait d’un côté ou de l’autre (anceps veut dire proprement « à double face »). Mais ce premier type d’interprétation n’est sûrement pas le bon, entre autres parce que chaque fois qu’Horace évoque ses attaches méridionales, c’est de l’Apulie dont il parle, et d’elle seule20. On adopte alors, en général, une deuxième solution, d’ailleurs recommandée par les scholiastes d’Horace eux-mêmes : « Non que [dit Horace] moi j’en doute, mais parce que c’est une chose incertaine. Car Venusia est limitrophe de la Lucanie et de l’Apulie »21. Ce serait l’incertitude administrative qui règne sur ces territoires de confins que traduirait l’adjectif anceps. De fait, les trois petits centres urbains situés immédiatement au sud-est de Venusia (Forentum, Acheruntia et Bantia), sont attribués par nos sources (dont certaines sont très tardives) tantôt à l’Apulie, tantôt à la Lucanie22. Et R. Thomsen, dans sa monographie essentielle sur les régions italiennes d’Auguste aux invasions lombardes, reconnaît qu’il est « plutôt hasardeux » de chercher à fixer le tracé de la frontière apulo-lucanienne en se fondant sur ces données imprécises et pense, lui aussi, que la formule d’Horace Lucanus an Apulus anceps, reflète en quelque manière cet état de confusion administrative23. C’est là toutefois mettre sur le même plan des choses bien différentes. D’un côté, un petit ensemble de notices érudites, d’époques très diverses, claires prises isolément, mais qui se contredisent mutuellement ; de l’autre, un témoignage unique, littéraire, intrinsèquement ambigu.

7Il faut alors envisager un troisième type d’interprétation du texte d’Horace, qui prenne davantage en compte cette ambiguïté. Le poète, en tant que « colon de Venosa » (Venusinus […] colonus) est en quelque sorte un Janus à deux visages — le dieu Janus est par excellence anceps — qui regarde de part et d’autre, vers deux frontières à la fois. En effet, et c’est là le point essentiel, Horace ne parle pas d’une frontière, mais de deux, comme le montre le vers suivant :

  • 24 Horace, Satires, II, 133-134. Voir le commentaire de Fedeli (éd.), 1994, p. 541.

Car le colon de Venosa s’approche en labourant de l’une et de l’autre frontière. »24

8Les deux frontières en question ne peuvent bien sûr être que celles de la Lucanie (au sud) et de l’Apulie (au nord). Le territoire de Venosa, l’ager Venusinus, apparaît alors comme une sorte d’enclave, qui ne fait partie, stricto sensu, d’aucune des deux grandes régions historiques de l’Italie du Sud, mais sert en quelque sorte de zone tampon entre les deux. Ce que la suite du texte confirme pleinement :

Missus ad hoc, pulsis, uetus est ut fama, Sabellis,
quo ne per uacuum Romano incurreret hostis,
siue quod Apula gens seu quod Lucania bellum
incuteret uiolenta.

  • 25 Ces vers prennent la suite de ceux qui viennent d’être cités. Il est donc toujours question du « co (...)
  • 26 Horace, Satires, II, 1, 36-39.

« […] on l’avait envoyé25, après l’expulsion des peuples
sabelliques — dit l’antique tradition — pour que
l’ennemi n’assaille pas le Romain en passant par un pays
vide, que ce soit l’ethnie apulienne ou bien la violente
Lucanie qui se lance dans la guerre »26.

  • 27 Strabon, Géographie, VI, 3, 7 (238) : « πόλις…Οὐενουσία…ἐνµεθορίοιςΣαυνιτῶνκαὶΛευκανῶν » (voir ibid(...)

9La déduction coloniale de Venusia, en 291 av. J.-C., colmate donc un vide, vient remplir un vacuum stratégiquement dangereux. On trouve exactement la même idée chez Strabon, sinon qu’il est question de Samnites et non d’Apuliens : « Venusia […] qui se trouve sur la frontière (… ἐνµεθορίοις) entre Samnites et Lucaniens »27. Chez Horace, on l’a vu, les Samnites (ou, plus largement, les Sabelliques) ne sont plus là : ils ont été chassés.

10Comment, d’autre part, un « pays vide » situé ici, au cœur de l’Italie méridionale pourrait-il représenter un danger direct pour Rome si lointaine, un point de passage pour d’éventuelles incursions ennemies ? Parce que justement Venusia commande la plus importante voie de communication de Rome vers le sud (et vice versa) : la via Appia. Ce que veut dire le poète, c’est que la colonie est comme un verrou posé sur ce qui est l’axe naturel de remontée de l’ennemi vers la Campanie, le Latium et jusqu’à l’Urbs. On pense bien sûr à Pyrrhus et à Hannibal. Ainsi, Venusia isole à la fois le nord du sud (l’Apulie de la Lucanie), mais aussi l’est de l’ouest (pour simplifier : Tarente de Rome).

11La véritable identité du colonus Venusinus apparaît aussi en filigrane dans ces vers d’Horace. Même si les contingences de la géographie, les alliances nouées avec les indigènes, le poids des « résidents » (incolae) font de lui un daunien d’adoption (ou, plus largement : un apulien), il est au départ un « envoyé en mission » en terre étrangère. Il n’est, d’un point de vue juridique, ni apulien ni lucanien, mais latin jusqu’à la guerre sociale, romain ensuite. Avant 90 av. J.-C., même si les colons qui s’inscrivent dans les colonies latines perdent formellement la ciuitas romana, leur origo romaine reste un élément fondamental de leur identité, comme on ne manque pas de le leur rappeler dans les moments cruciaux ; par exemple, en 209 av. J.-C., lorsque douze colonies latines, épuisées par la deuxième guerre punique qui traîne en longueur, refusent de continuer à fournir à Rome hommes et argent. Les consuls Q. Fabius Maximus et Q. Fulvius Flaccus reprochent vivement à leurs ambassadeurs ce qu’ils considèrent comme un reniement des liens du sang, en leur remontrant :

  • 28 Tite-Live, Histoire romaine, XXVII, 9, 10-11 : « admonerent non Campanos neque Tarentinos esse eos, (...)

qu’ils n’étaient ni Campaniens ni Tarentins, mais Romains ; c’est de là qu’ils étaient originaires, de là qu’ils avaient été envoyés dans des colonies et dans les territoires confisqués à la guerre, pour l’accroissement de la race ; ils avaient vis-à-vis des Romains les devoirs des enfants envers leurs parents, s’il leur restait quelque piété, s’ils conservaient le souvenir de leur ancienne patrie28.

  • 29 Ibid., 10, 7.
  • 30 Appien, Guerre sociale, I, 175, 188, 190 et 229.

12Au cours de cette crise, d’ailleurs, Venusia fait partie des colonies qui restent fidèles à Rome29. Plus tard, au contraire, lors de la guerre sociale, elle fera défection, en passant du côté des Italiques révoltés30 — et sera la seule colonie latine à le faire.

13Les reproches qu’adressent les consuls de 209 aux socii nominis Latini qui voudraient se soustraire à leurs obligations, énoncent en quelque sorte, et par anticipation, le concept cicéronien des deux patries, mais à l’envers : la patrie juridique des colons, c’est leur colonie d’appartenance, leur citoyenneté est latine ; le souvenir de Rome, leur patrie d’origine, ne doit pas s’estomper pour autant. Le chantage affectif des consuls a beau être pure rhétorique (le rapport de force, bien réel lui, est à peine sous-entendu), le seul fait qu’on puisse recourir à ce type d’argument est suffisamment indicatif à cet égard.

  • 31 Voir Horace, Satires, I, 6, 21 et 45-46 ; Épîtres, I, 20, 20 et Suetone, De poetis, 40.

14Horace, quant à lui, ne descend certes pas de l’élite coloniale de vieille souche : son père était affranchi31 et coactor. Mais il parle ici en tant que membre d’une communauté. Ce qu’il dit vaut pour une période de transition : deux générations après la guerre sociale, et vingt ans à peu près avant la régionalisation augustéenne qui rattachera définitivement Venosa à l’Apulie, le souvenir de communautés (formellement) indépendantes reste vif, entre autres celui du statut très particulier des anciennes colonies latines.

15La double frontière dont parle Horace n’est pas une ligne idéale. Elle est matérialisée sur le terrain de la façon la plus concrète qui soit, puisqu’elle correspond aux limites du terroir agricole de la colonie. « Le colon de Venosa s’approche en labourant de l’une et de l’autre frontière » (Venusinus arat finem sub utrumque colonus). L’image est celle du boustrophédon, de l’aller-retour qu’accomplit la charrue d’une extrémité du champ à l’autre. L’ager Venusinus est comme une unique grande pièce de terre, sillonnée dans les deux sens alternativement par les bœufs de labour. Ainsi se trouve confirmé le fait que, par uterque finis, il faut entendre deux frontières opposées (en l’occurrence nord et sud), qui se trouvent loin l’une de l’autre et face à face, comme les deux bouts d’un champ entre lesquels la charrue va et vient.

  • 32 Denys d’Halicarnasse, XVII-XVIII, 5, 2 (16, 17), p. 336.
  • 33 Depuis Pais, 1924, p. 329, on estime que, dans ce chiffre, sont comptés les anciens habitants du te (...)
  • 34 Marchi et Sabbatini, 1996, pp. 19 et 114 ainsi que Sabbatini, 2001, p. 57.
  • 35 Servius auctus, ad Aeneiden, I, 12 : « sane veteres colonias ita definiunt : colonia est coetus eor (...)
  • 36 Lors de la déduction d’une colonie latine en 193 av. J.-C., à Thurii-Copia (ou plutôt à Castrum Fre (...)
  • 37 Mazzei, Mertens et Volpe, 1990, p. 181 et pl. VIII, fig. 12.

16Aussi, l’« état tampon » de Venosa n’est pas un no man’s land, tout au contraire. Il est densément peuplé et exploité. Les colons de Venusia étaient, au moment de la déduction, 20 000 selon Denys d’Halicarnasse32 : un chiffre énorme et pour cela suspecté, de très loin le plus fort contingent de colons latins connu33. Par ailleurs, les récentes prospections de surface dans l’ager Venusinus ont montré la densité du maillage rural ainsi qu’une forte discontinuité dans l’occupation du sol : 5 % à peine des fermes dauniennes continuent d’exister aux iiie-iie siècles av. J.-C., à l’époque coloniale34. Bien sûr, on évitera de combiner sans précaution des données archéologiques avec un témoignage littéraire. La référence horatienne au colon-laboureur de Venosa exploitant entièrement son territoire, d’un bout à l’autre, n’en a pas moins valeur de paradigme. Elle renvoie à la définition même de la colonie en tant que res publica à vocation agricole plus encore que militaire, se substituant à un établissement précédent35. Elle illustre surtout comment un centre de colonisation latin ou romain « crée de la frontière » sur ses marges, celles-ci coïncidant (sauf exception36) avec les limites du cadastre loti. Si l’on commence tout juste à reconnaître les orientations de celui-ci dans le territoire de Venosa, dans l’autre colonie latine de Daunie, à Lucera, on a identifié la centuriation remontant vraisemblablement à l’époque de la déduction (314 av. J.-C.)37. Bref, on pourrait renverser la proposition d’Horace (« Le colon de Venosa s’approche en labourant de l’une et de l’autre frontière ») : c’est au-delà des champs cultivés de Venusia que commence l’Apulie au nord, la Lucanie au sud. La colonie latine n’est pas seulement un coin inséré de force entre deux blocs ethniques préexistants. En réalité, elle contribue à fixer les confins de l’un et de l’autre.

  • 38 Velleius Pateraulius, I, 14, 2 (Sutri en 383 av. J.-C. et Nepi dix ans après) ; Tite-Live, Histoire (...)
  • 39 Tite-Live, Histoire romaine, VI, 9, 4 et IX, 32, 1.
  • 40 Ibid., III, 110 : « quinta regio Piceni est, quondam uberrimae multitudinis […] Tenuere [Picentes] (...)
  • 41 Ibid. : « flumina Albula, Tessuinum, Heluinum, quo finitur Praetutiana regio et Picentium incipit »
  • 42 Thomsen, 1947, pp. 109-111.
  • 43 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 115. Voir Berti, 1988.

17Cette position sur la frontière est loin de caractériser la seule Venosa parmi les colonies latines. Sans remonter jusqu’aux colonies jumelles — déduites aux alentours de 383 av. J.-C.38 — de Sutrium et Nepet (Sutri et Nepi), qui sont « comme les verrous et les portes de l’Étrurie » (Etruriae […] velut claustra inde portaeque)39, on pensera par exemple à Hadria (Atri) : la façade littorale de l’ager Hadrianus s’étend entre le territoire sabellique des Vestini (future région IV) et celui des Praetuttii, qui sera inclus dans la région V, Picenum40. À la fois dans le Picenum (qui s’étend, au sud, jusqu’au fleuve Aternus) et hors du territoire des Picentes (qui se termine, lui, au fleuve Helvinus)41, la colonie d’Hadria est elle aussi un État tampon. Le flottement, dans ce district, sur les frontières ethniques et régionales est caractéristique à cet égard42. On pensera surtout à Ariminum (Rimini) entre Ombrie et Cispadane. La colonie latine de 268 av. J.-C. sera incluse dans la région VIII, dont elle forme la marche sud. À une quinzaine de kilomètres au nord de la ville se trouve le Rubicon, quondam finis Italiae, comme ne manque pas de le rappeler Pline43.

  • 44 Thomsen, 1947, pp. 55-144 et pl. VIII.
  • 45 Cicéron, Discours sur la loi agraire, II, 73. Voir Pour Fonteius, 5, 13, à propos de Narbonne et, d (...)
  • 46 Tite-Live, Histoire romaine, XXVI, 9, 1 et 3.
  • 47 Sena Chiesa et Arslan (éd.), 1998.
  • 48 Coarelli, 1988.

18En fait, plus généralement, on constate que toutes les colonies latines postérieures à 312 av. J.-C. sont situées aux frontières (terrestres ou maritimes) des futures régions italiennes, à la seule exception de Bononia (Bologne), déduite en 189 av. J.-C., qui est, chronologiquement, presque la dernière de toutes. Pour mettre en évidence ce fait, on a essayé de reporter sur une carte à la fois les limites des territoires des colonies latines (qui posent de nombreux problèmes dans le détail ; mais ceux-ci n’affectent pas les conclusions générales qu’on peut tirer de leur répartition), et les limites des régions augustéennes (essentiellement d’après les recherches de R. Thomsen44 ; on trouve là aussi des incertitudes ponctuelles, qui sont sans incidence majeure sur la vision d’ensemble) [fig. 1, p. 117]. Sur une autre carte, on a cette fois-ci mis en rapport les colonies latines avec le réseau des voies romaines (fig. 2, p. 118). Ce rapprochement est beaucoup moins surprenant. Les colonies sont comme des « défenses avancées de la domination romaine » (propugnacula imperii)45. On voit à l’œuvre cette fonction d’« avant-mur », de verrou commandant les routes stratégiques, par exemple dans l’épisode d’Hannibal remontant vers Rome en 211 par la via Latina. Pour retarder sa marche, les habitants de Fregellae (colonie latine déduite en 328) coupent les ponts sur le Liris ; en représailles, Hannibal s’acharne sur l’ager Fregellanus46. Le chapelet de colonies latines s’échelonnant sur l’axe via Latina-via Appia est notable (Fregellae, Interamna, Cales, Beneuentum, Venusia, Brundisium), tandis que les territoires de Copia et Vibo Valentia sont traversés par la viaRegio-Capuam. Dans le centre de la péninsule, la via Valeria passe par Carseoli et Alba Fucens. La via Flaminia, après avoir rejoint l’Adriatique, longe la côte jusqu’à Ariminum, puis sous le nom d’Aemilia, remonte par Bononia jusqu’au Pô, qu’elle atteint à Placentia. Elle rencontre alors la Postumia qui dessert pour sa part Crémone et Aquilée47. On pourrait d’ailleurs continuer cette énumération en prenant en considération le réseau dense de l’Étrurie, etc. Il est inutile de poursuivre, car l’interdépendance entre voirie et colonisation n’est plus à démontrer48.

Fig. 1. — Colonies latines et régions augustéennes (O. de Cazanove, 2005).

Fig. 1. — Colonies latines et régions augustéennes (O. de Cazanove, 2005).

Fig. 2. — Colonies latines et voies romaines (O. de Cazanove, 2005).

Fig. 2. — Colonies latines et voies romaines (O. de Cazanove, 2005).

Fig. 3 a. — Les trente colonies latines énumérées par Tite-Live (XXVII, 9-10) : les colonies autour du Latium (O. de Cazanove, 2005).

Fig. 3 a. — Les trente colonies latines énumérées par Tite-Live (XXVII, 9-10) : les colonies autour du Latium (O. de Cazanove, 2005).

Fig. 3 b. — Les trente colonies latines énumérées par Tite-Live, XXVII, 9-10 :
les colonies autour du Samnium (O. de Cazanove, 2005).

Fig. 3 b. — Les trente colonies latines énumérées par Tite-Live, XXVII, 9-10 :les colonies autour du Samnium (O. de Cazanove, 2005).

Fig. 3 c. — Les trente colonies latines énumérées par Tite-Live, XXVII, 9-10 : les dernières colonies, listées du nord au sud, sur les côtes puis dans l’intérieur (O. de Cazanove, 2005).

Fig. 3 c. — Les trente colonies latines énumérées par Tite-Live, XXVII, 9-10 : les dernières colonies, listées du nord au sud, sur les côtes puis dans l’intérieur (O. de Cazanove, 2005).
  • 49 Sur Ariminum, voir supra, note 43. Aquileia a été déduite en 181 av. J.-C. sur la rive droite du Ti (...)
  • 50 Bernardi, 1973, p. 73.
  • 51 Toynbee, 1981-1983, vol. 2 : Roma e il Mediterraneo dopo Annibale, p. 169.
  • 52 O. de Cazanove, « La liste des trente colonies latines »(en préparation).

19En revanche, le rapport entre colonies latines et frontières régionales, qui ressort pourtant avec évidence de la carte ci-jointe (fig. 1, p. 117), n’a pas semble-t-il attiré l’attention jusqu’ici. On relève certes parfois que les premières colonies latines (en particulier les colonies proprement fédérales, antérieures à la dissolution des organes politiques de la ligue latine, en 338 av. J.-C.) se disposent en glacis autour du Latium, dont elles assurent la défense et commandent les accès. On note aussi que la fondation de colonies toujours plus lointaines répond à l’extension de la sphère d’influence romaine (les cas des colonies jumelles de 273, Cosa et Paestum, symétriquement disposées au nord et au sud du Latium, sur le littoral tyrrhénien, sont exemplaires à cet égard) ; cette sphère d’influence finit par coïncider avec l’ensemble de la péninsule dont les frontières sont progressivement reculées : Ariminum, Aquileia marquent d’anciennes frontières de l’Italie49. On remarque enfin qu’un chapelet de colonies constitue « une barrière valide contre les Samnites »50, voire les assiège et les prend à revers51. J’essaie pour ma part de montrer, dans un autre article, que l’ordre d’énumération des trente colonies latines existant à l’époque des guerres puniques, dans la liste officielle qu’on peut reconstruire à partir de Tite-Live, obéit à deux logiques géographiques successives52. Les colonies antérieures à la fin des guerres samnites sont citées dans le sens des aiguilles d’une montre et forment deux cercles (ou plutôt deux ovales) : autour du Latium, ensuite autour de l’aire sabellique (fig. 3 a et 3 b, pp. 119 et 120). Les colonies postérieures à 290 av. J.-C. apparaissent selon un ordre plus usuel et plus neutre, qui suit d’abord les côtes (de l’Adriatique, puis de la Tyrrhénienne) du sud au nord, avant de prendre en compte l’intérieur des terres, là encore du sud au nord (fig. 3 c, p. 121).

  • 53 Supra, notes 39 et 45.
  • 54 Sur l’Adda comme fleuve frontière entre les régions X et XI, voir Thomsen, 1947, pp. 135-136.

20Il est donc clair que les colonies sont à la fois des « bastions » et des « portes » (les propugnacula et les claustra dont on a déjà parlé53), on serait tenté de dire des postes frontières. Mais il faut aller un peu plus loin encore et peut-être renverser la perspective. Car, comme on l’a dit, le positionnement des colonies le long des frontières régionales est systématique. Ou plutôt : les frontières régionales passent systématiquement sur les marges des colonies latines puisque celles-ci sont bien antérieures à la « régionalisation » augustéenne et ont même disparu en tant que telles quelque quatre-vingts ans avant ce découpage administratif. Cet apparent anachronisme n’est pas gênant : les régions italiques recueillent un héritage, les colonies latines laissent un souvenir (il suffit de repenser à la Satire [II, 1] d’Horace, composée soixante ans environ après la guerre sociale). Il est alors possible que les colonies latines aient concouru à fixer les contours des régions italiques. Nées comme des sentinelles avancées de l’imperium de Rome, elles ont contribué en retour à figer les frontières ethniques entre lesquelles elles introduisaient le corps étranger de la Latinitas. L’exemple de Venusia et le témoignage d’Horace montrent suffisamment comment la déduction coloniale cristallise et durcit des frontières, sans doute beaucoup plus fluides jusque-là. D’autres cas de figure sont tout aussi éloquents : le périmètre de la région IV (Samnium) se déduit des dix colonies latines disposées à sa périphérie (Hadria, Spoletium, Narnia, Carseoli et Alba Fucens, Sora, Aesernia, Saticula, Beneuentum et Luceria. Il est à noter que ces colonies appartiennent pour partie à la région IV, pour partie aux régions limitrophes). Quant aux quatre régions (VIII-XI) entre lesquelles la Cisalpine se trouve subdivisée, elles s’organisent visiblement autour d’un carrefour central, qu’occupent les colonies jumelles de 218 av. J.-C., Placentia et Cremona, situées l’une sur la rive droite, l’autre sur la rive gauche du Pô. Le Pô et l’Adda54 forment les frontières sud et ouest de l’ager Cremonensis et plus généralement de la région X dans laquelle se situe Crémone. Au sud du Pô se trouve la région VIII, dont les deux angles opposés, sud-est et nord-ouest, sont marqués par les deux colonies latines d’Ariminum et de Placentia. À l’ouest de l’ager Placentinus commence la région IX et au nord de celui-ci, donc sur la rive gauche du Pô, la région XI (Transpadana), bordée à l’est par l’Adda et le territoire de Crémone. Les colonies de 218, qui avaient longtemps servi de marches avancées de la présence romaine dans la plaine du Pô, finissent ainsi par se trouver au centre géométrique du dispositif régional de la Cisalpine. Elles ne sont plus bordées que par des frontières internes. De la même façon, les autres colonies latines, si elles ont perdu progressivement leur rôle militaire et leur fonction de glacis protecteur, n’en ont pas moins joué un certain rôle dans la fixation des limites interrégionales. Limites purement administratives sous Auguste, mais qui fossilisent néanmoins, en la durcissant sans doute, l’ancienne mosaïque italienne des nations et des peuples, nomina et populi.

Haut de page

Bibliographie

Alvisi, Giovanna (1970), La viabilità romana della Daunia, Bari.

Barth, Frederic (éd.) (1969), Ethnic Groups and Boundaries : the Social Organization of Cultural Difference [Essais présentés lors d’un symposium tenu à l’Université de Bergen, 23-26 février 1967], Boston.

Bernardi, Aurelio (1973), Nomen Latinum, Pavie.

Berti, Nadia (1988), « Il Rubicone, confine religioso e politico, l’inizio della guerra civile tra Cesare e Pompeo », dans Marta Sordi (éd.), Il confine nel mondo classico, Milan, pp. 212-233.

Bottini, Angelo et Tagliente, Marcello (1986), « Forentum ritrovato », Bollettino Storico Basilicata, 2, p. 65-76.

Catalano, Piero (1961-1962), « Appunti sopra il più antico concetto giuridico di Italia », Atti dell’Accademia delle scienze di Torino, 96, pp. 198-228.

Chelotti, Marcella (1996), « L’élite municipale della Apulia tra città e campagna », Cahiers du Centre Gustave-Glotz, 7, pp. 283-290.

Coarelli, Filippo (1988), « Colonizzazione romana e viabilità », Dialoghi di archeologia [DArch], serie 3, 6 (2) : « La colonizzazione romana tra la guerra latina e la guerra annibalica », pp. 35-48.

Confini e frontiera nella grecità d’Occidente. Atti del XXXVII convegno di studi sulla Magna Grecia [Taranto, 3-6 ottobre 1997] (2 vol.), Tarente, 1999.

Crawford, Michael H. (éd.) (1996), Roman Statutes (2 vol.), Londres.

Degrassi, Attilio (1954), Il confine nord-orientale dell’Italia romana (ricerche storico-topografiche), Berne.

Desjardins, Ernest (1876), « Les onze régions d’Auguste. Quelles sont les divisions de l’Italie inscrites sur la Table de Peutinger ? », Revue historique, 1, pp. 184-202.

Fedeli, Paolo (éd.) (1994), Q. Orazio Flacco. Le Opere (3 vol.),vol. 2 : Le satire, le epistole e l’arte poetica, t. i et ii: Le Satire, Rome.

Forentum I. Le necropoli di Lavello, Venosa, 1988.

Forentum II. L’acropoli in età classica, Angelo Bottini et Maria Pia Fresa (éd.), Venosa, 1991.

Giardina, Andrea (1994), « L’identità incompiuta dell’Italia romana », dans L’Italie d’Auguste à Dioclétien. Actes du colloque international (Rome, 25-28 mars 1992), Rome, pp. 1-89 [repris dans Giardina, Andrea (1997), L’Italia romana. Storie di un’identità incompiuta, Bari, chap. I, pp. 3-116].

Jacoby, Felix (1964-1993), Die Fragmente der Griechischen Historiker (15 vol.), Leiden.

Marchi, Maria Luisa et Sabbatini, Giulio (1996), Venusia (IGM 187 I NO / I NE), Florence.

Mazzei, Marina, Mertens, Joseph et Volpe, Giulio (1990), « Aspetti della romanizzazione della Daunia », dans Rosamaria Salvatore (éd.), Basilicata. L’espansionismo romano nel sud-est d’Italia : il quadro archeologico. Atti del convegno (Venosa, 23-25 aprile 1987), Venosa, pp. 177-225.

Mommsen, Theodor (1898), « Die italische Regionen », dans Beiträge zur alten Geschichte und Geographie. Festschrift für Heinrich Kiepert [Mélanges H. Kiepert], Berlin, pp. 39-108.

Nicolet, Claude (1976), Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris.

Nicolet, Claude (1985), « Centralisation d’État et problème du recensement dans le monde gréco-romain », dans Culture et idéologie dans la genèse de l’État moderne. Actes de la table ronde (Rome, 15-17 octobre 1984), Rome, pp. 9-24.

Nicolet, Claude (1988), L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris.

Nicolet, Claude (1991), « L’origine des regiones Italiae augustéennes », Cahiers du Centre Gustave-Glotz, 2, pp. 73-97.

Nicolet, Claude (1994), « L’Italie comme cadre juridique sous le Haut Empire », dans L’Italie d’Auguste à Dioclétien. Actes du colloque international (Rome, 25-28 mars 1992), Rome, pp. 377-398 [repris dans Nicolet, Claude (2000), Censeurs et publicains: économie et fiscalité dans la Rome antique, Paris, pp. 105-119].

Pais, Ettore (1923), Serie cronologica delle colonie romane e latine dall’età regia fino all’Impero, Rome.

Russi, Angelo (1992), « Alla ricerca di Forentum (in margine ad Hor. Carm., III, 4, 13-16) », dans XVII Miscellanea greca e romana, Rome, pp. 145-157.

Russi, Angelo (1995), « Orazio Lucanus an Apulus anceps (Sat. II, 1, 34) », Archivio Storico Pugliese, 48, pp. 7-16.

Sabbatini, Giulio (2001), Ager Venusinus 1 : Mezzana del cantore, Florence.

Salmon, Edward Togo (1969), Roman Colonization under the Republic, Londres.

Sena Chiesa, Gemma et Arslan, Ermanno A. (éd.) (1998), Optima via. Atti del convegno internazionale di studi Postumia. Storia ed archeologia di una grande strada romana alle radici dell’Europa (Cremona, 13-15 giugno 1996), Crémone.

Thomas, Yann (1996), « Origine » et « commune patrie ». Étude de droit public romain (89 av. J.-C.-212 apr. J.-C.), Rome.

Thomsen, Rudi (1947), The Italic Regions, from Augustus to the Lombard Invasion, Copenhague.

Tibiletti, Gianfranco (1966), « Italia Augustea », dans Jacques Heuron, William Seston et Gilbert Charles-Piccard, Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’histoire offerts à Jérôme Carcopino, Paris, 1966, pp. 917-926 [repris dans Gianfranco Tibiletti, Storie locali dell’Italia romana, Pavie, 1978, pp. 11-20].

Tibiletti, Gianfranco (1978), « Le regioni dell’Italia augustea e le lingue dell’Italia antica », dans Gianfranco Tibiletti, Storie locali dell’Italia romana, Pavie, pp. 25-29.

Toynbee, Arnold Joseph (1981-1983), L’eredità di Annibale (2 vol.), Turin.

Torelli, Mario (1969), « Contributi al supplemento del CIL, IX », Rendiconti dell’Accademia nazionale dei Lincei, Classe di Scienze morali, storiche e filologiche, serie 8, 24, pp. 9-48.

Torelli, Mario (1991), « La fondazione di Venosa nel quadro della romanizzazione dell’Italia meridionale », dans Mariarosaria Salvatore (éd.), Il museo archeologico nazionale di Venosa, Matera, pp. 17-26.

Torelli, Mario (1999), Tota Italia. Essays in the Cultural Formation of Roman Italy, Oxford.

Uda, Antonio (1990), « La “Sabinité” de Tibur dans l’Italie des Épîtres. Vision poétique et réalités régionales », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 102 (1), pp. 303-355.

Villeneuve, François (éd. et trad.) (1935), Horace. Épîtres, Dijon.

Haut de page

Notes

1 Nicolet, 1988, pp. 181 sqq. ainsi que pp. 209 sqq.

2 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 46 : « nunc ambitum eius urbesque enumerabimus, qua in re praefari necessarium est auctorem nos Diuum Augustum secuturos discriptionemque ab eo factam Italiae totius in regiones undecim, sed ordine eo qui litorum tractu fiet ; urbiumque quidem uicinitates oratione utique praepropera seruari non posse, itaque interiore parte digestionem in litteras eiusdem nos secuturos, coloniarum mentione signata, qua sille in eo prodidit numero ». « Maintenant, je vais aborder son contour [celui de l’Italie] et dénombrer ses villes ; il est nécessaire de dire d’avance que je suivrai comme “auteur” le Divin Auguste et la “description” qu’il a faite de toute l’Italie en onze régions, mais dans un ordre qui résultera du tracé des côtes ; mais comme on ne peut, surtout dans un texte très rapide, respecter le voisinage des cités, je suivrai, pour les villes de l’intérieur, la liste alphabétique donnée par Auguste, mentionnant comme lui les colonies qui se trouvent dans le nombre. » (Traduction de Nicolet, 1991, p. 86).

3 Desjardins, 1876, pp. 193 sqq. et Mommsen, 1898. Si les régions en tant que telles ne sont pas des cadres juridiques, c’est l’Italie entière qui, sous le Haut Empire, tend à devenir « un cadre juridique original » (Nicolet, 1994). Pour la période antérieure, il faut toujours renvoyer à Catalano, 1961-1962.

4 Thomsen, 1947, pp. 145 sqq.

5 On sait que Pline l’Ancien, Histoire naturelle, VII, 162-164, étaie son développement sur les Makrobioi (« longues vies ») en recourant à des statistiques qui, toutes, émanent de la région VIII (Aemilia). Celle-ci comptait cinquante-quatre centenaires, quatorze vieillards de 110 ans, deux de 125 ans et quatre de 130 ans. Il existait donc des recensements régionaux, ou du moins compilés par régions, à partir des données fournies par chaque cité. On connaît ainsi un M. Mucius M.f. Felix, de l’oppidum de Veleia, citra Placentiam, qui avait atteint 150 ans… Le fait que Phlégon de Tralles (fr. 29, dans Jacoby, 1964-1993, vol. 2 B, p. 1185) cite aussi des Makrobioi de la région VIII montre qu’il puise à la même source que Pline et confirme la centralisation des données du cens à l’échelle régionale. Sur tout cela, voir Nicolet, 1991, pp. 89-90 et 1985.

6 Cette énumération se trouve avant tout dans la Table d’Héraclée (Crawford, 1996, vol. 1, p. 24, lignes 89-90, 94-95, 108, 124, 126, 135, 142 et 157-158), mais aussi dans la Lex de Gallia Cisalpina (ibid., vol. 2, no 28, lignes 1-3, 26, 53, 56 et 58, ainsi que dans la Lex Iulia agraria (ibid., vol. 2, no 54, § 3 et 4).

7 Cicéron, Discours sur la loi agraire, II, 1, 3 et 2, 5 ; commentaire de Nicolet, 1976, pp. 65-68.

8 Thomas, 1996, pp. 103-132.

9 Giardina, 1994, pp. 29 sqq. D’autre part, sur le thème de la tota Italia qui a suscité une énorme bibliographie, voir récemment Torelli, 1999.

10 Thomsen, 1947, pl. I-VII.

11 Par exemple Tibur, ville latine, rentre pourtant dans la région IV. Voir à ce sujet Uda, 1990.

12 On suit ici l’analyse de Thomsen, 1947, pp. 18 sqq.

13 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 106-107.

14 Tibiletti, 1966 et 1978.

15 Desjardins, 1876, pensait que les régions augustéennes possédaient bien un nom qu’il a essayé de retrouver sur la table de Peutinger ; contra, Thomsen, 1947, p. 40, largement suivi sur ce point, reconnaît cependant que, « dans le langage courant » (colloquially), elles en ont rapidement acquis un ; ce qui revient à peu près au même.

16 La satire est vraisemblablement postérieure à Actium, à laquelle doit faire allusion la mention de Caesar inuictus (Horace, Satires, II, 1, 11). Voir Villeneuve (éd. et trad.), 1935, p. 128.

17 Horace, Satires, II, 1, 34.

18 Les Italiens des municipes possèdent, on l’a vu, « deux patries » emboîtées l’une dans l’autre. Autre chose est, apparemment (mais voir infra), l’hésitation que manifeste Horace entre deux patries locales possibles et deux rattachements ethniques également plausibles.

19 Barth (éd.), 1969. Sur le problème spécifique de l’Italie du Sud, voir les contributions réunies dans Confini e frontiera nella grecità d’Occidente.

20 Comme l’a bien vu Russi, 1995, pp. 13 sqq. (avec références). Voir, en particulier, la référence à l’« Apulie nourrice », nutrix Apulia, si toutefois cette leçon des manuscrits est la bonne dans Horace, Carmen saeculare, III, 4, 10 (voir infra, note 22, in fine). De même, Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 104, place Venusia en Daunie sans aucune ambiguïté : « Dauniorum praeter supra dicta coloniae Luceria, Venusia, oppidum Canusium, Arpi aliquando Argos Hippium Diomede condente, mox Argyripa dictum. »

21 Pomporius Porphyrio, Commentaire aux Satires d’Horace, II, 1, 34 : « non ego dubius sum, sed incertum est. Nam Venusini Lucanis sunt adfines et Apulis ».

22 Diodore de Sicile, Histoire universelle, XIX, 65, situe la ville de Forentum en Apulie (Φερέντην,πόλιντῆςἈπουλίας), ainsi que Tite-Live, Histoire romaine, IX, 20, 9, et les scholia pseudoacronizna in Horatii carmina, III, 4, 16. De même, Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 105, assigne les Forentani à la regio II, mais Pomporius Porphyrio, Commentaire aux Satires d’Horace, III, 4, 15 sqq. fait de Forentum un centre lucanien. La localisation de Forentum pose problème. Autrefois, on l’identifiait sans hésitation au centre mineur actuel de Forenza (environ 12 km au sud de Venosa) jusqu’à ce que M. Torelli, en 1969, propose une autre localisation : à Lavello (environ 10 km au nord de Venosa), d’où provient une inscription funéraire (Année Épigraphique, 1969-1970, p. 148) d’un Augustale originaire de Forentum (Torelli, 1969, pp. 15 sqq. Voir Bottini et Tagliente, 1986, p. 70). Cette identification s’est ensuite imposée : par exemple, les deux publications archéologiques sur les tombes et l’habitat de Lavello s’intitulent ForentumI et Forentum II. Plus récemment, Russi, 1992, reprenant une hypothèse antérieure dAlvisi, 1970, a proposé de rechercher Forentum à Gaudiano (environ 15 km au nord de Venosa). Mais on sait bien peu de chose de Gaudanio pour pouvoir se prononcer. Pour sa part, Chelotti, 1996, p. 287, note 24, pense plutôt que Gaudiano pourrait être un vicus de l’ager canusinus. Pour ce qui est de Aceruntia, elle serait située en Apulie selon les scholia pseudoacronizna in Horatii carmina, III, 4, 14 et Paul Diacre, Histoire des Lombards, II, 21 ; en Lucanie, selon Pomporius Porphyrio, Commentaire aux Satires d’Horace, III, 4, 15, et Procopede Césarée, Guerre des Goths, III, 23, 18. Quant à Bantia, elle se trouverait en Apulie pour Tite-Live, Histoire romaine, XXVII, 25, 13, Pomporius Porphyrio, Commentaire aux Satires d’Horace, III, 4, 15, mais en Lucanie pour Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 98. Les trois centres urbains de Aceruntia, Bantia et Forentum sont cités ensemble par Horace dans un passage qui pose des problèmes d’établissement de texte (Horace, Odes, III, 4, 14-16). Faut-il comprendre que le Mont Vulture et, sans doute, ces trois localités sont situés « nutricis extra limina Apuliae » (ibid., III, 4, 11) ? Mais d’autres manuscrits portent nutricis (ou altricis) extra limina Pulliae et l’on ne sait donc pas si l’anecdote contée par Horace, sur son « élection poétique » (petit enfant, il s’endort et des colombes viennent le recouvrir de laurier et de myrte), se passe « hors du seuil de l’Apulie sa nourrice » ou « hors du seuil de sa nourrice Pullia ».

23 Thomsen, 1947, pp. 81-83.

24 Horace, Satires, II, 133-134. Voir le commentaire de Fedeli (éd.), 1994, p. 541.

25 Ces vers prennent la suite de ceux qui viennent d’être cités. Il est donc toujours question du « colon de Venusia », envoyé en mission à l’autre bout de l’Italie en 291 av. J.-C., lors de la déduction coloniale.

26 Horace, Satires, II, 1, 36-39.

27 Strabon, Géographie, VI, 3, 7 (238) : « πόλις…Οὐενουσία…ἐνµεθορίοιςΣαυνιτῶνκαὶΛευκανῶν » (voir ibid., VI, 1, 3 [254], où le géographe avait déjà affirmé le caractère samnite de Venosa).

28 Tite-Live, Histoire romaine, XXVII, 9, 10-11 : « admonerent non Campanos neque Tarentinos esse eos, sed Romanos ; inde oriundos, inde in colonias atque in agrum bello captum, stirpis augendae causa, missos ; quae liberi parentibus deberent, ea illos Romanis debere, si ulla pietas, si memoria antiquae patriae esset ».

29 Ibid., 10, 7.

30 Appien, Guerre sociale, I, 175, 188, 190 et 229.

31 Voir Horace, Satires, I, 6, 21 et 45-46 ; Épîtres, I, 20, 20 et Suetone, De poetis, 40.

32 Denys d’Halicarnasse, XVII-XVIII, 5, 2 (16, 17), p. 336.

33 Depuis Pais, 1924, p. 329, on estime que, dans ce chiffre, sont comptés les anciens habitants du territoire (Torelli, 1991, donne une vision nuancée des termes du problème). Mais, cette solution paraît aujourd’hui difficile à admettre parce qu’on sait bien que les incolae sont distincts des coloni, et aussi parce que les recherches récentes sur l’ager Venusinus ont montré à quel point il y avait rupture entre l’occupation du territoire à l’époque précoloniale et à l’époque coloniale (voir note suivante).

34 Marchi et Sabbatini, 1996, pp. 19 et 114 ainsi que Sabbatini, 2001, p. 57.

35 Servius auctus, ad Aeneiden, I, 12 : « sane veteres colonias ita definiunt : colonia est coetus eorum hominum qui universi deducti sunt in locum certum aedificiis munitum, quem certo iure obtinerent. Alii : colonia est quae Graece ἀποικία vocatur. Dicta autem est a colendo. Est autem pars civium aut sociorum missa, ubi rem publicam habeant ex consensu suae civitatis, aut publico eius populi unde profecta est consilio. Hae autem coloniae sunt quae ex consensu publico, non ex secessione sunt conditae ».

36 Lors de la déduction d’une colonie latine en 193 av. J.-C., à Thurii-Copia (ou plutôt à Castrum Frentinum, pour suivre la leçon des manuscrits), on décide de réserver un tiers du territoire (Tite-Live, Histoire romaine, XXXV, 10, 8 : « tertia pars agri dempta est ») sans le lotir pour laisser de la place à d’éventuels nouveaux colons : soit, sur un total de 272,5 km2, environ 90,8 km2.

37 Mazzei, Mertens et Volpe, 1990, p. 181 et pl. VIII, fig. 12.

38 Velleius Pateraulius, I, 14, 2 (Sutri en 383 av. J.-C. et Nepi dix ans après) ; Tite-Live, Histoire romaine, VI, 21, 4 (Nepi en 383 av. J.-C.) et Diodore de Sicile, Histoire universelle,XIV, 98, 5 (Sutri en 394 [391] av. J.-C. ; voir ibid., 117, 4).

39 Tite-Live, Histoire romaine, VI, 9, 4 et IX, 32, 1.

40 Ibid., III, 110 : « quinta regio Piceni est, quondam uberrimae multitudinis […] Tenuere [Picentes] ab Aterno amne ubi nunc ager Hadrianus et Hadria colonia a mari VI ».

41 Ibid. : « flumina Albula, Tessuinum, Heluinum, quo finitur Praetutiana regio et Picentium incipit ».

42 Thomsen, 1947, pp. 109-111.

43 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 115. Voir Berti, 1988.

44 Thomsen, 1947, pp. 55-144 et pl. VIII.

45 Cicéron, Discours sur la loi agraire, II, 73. Voir Pour Fonteius, 5, 13, à propos de Narbonne et, d’une manière générale, Salmon, 1969.

46 Tite-Live, Histoire romaine, XXVI, 9, 1 et 3.

47 Sena Chiesa et Arslan (éd.), 1998.

48 Coarelli, 1988.

49 Sur Ariminum, voir supra, note 43. Aquileia a été déduite en 181 av. J.-C. sur la rive droite du Timauus (Isonzo actuel) qui marquait alors l’extrémité nord-est de l’Italie (Degrassi, 1954). On notera qu’Aquileia est encore une fois présentée par nos sources comme un état tampon : elle ne fait pas partie du pays des Vénètes. Elle est située au-delà de leurs frontières (ἔξωδ’ἐστὶ τῶνἙνετικῶνὅρωνἡἈκυληία : Strabon, Géographie,V, 1, 8), sur un sol décrit par les Gaulois transalpins — qui s’y installent en 186 av. J.-C. avant d’en être chassés trois ans plus tard — comme inculte et désert (inculta per solitudines : Tite-Live, Histoire romaine, XXXIX, 54, 5). Mais le sénat répond aux Gaulois qu’ils se sont installés in alieno agro, et qu’ils ont ainsi spolié des déditices (ibid., 54, 9). « Fondation romaine fortifiée contre les barbares de l’arrière-pays » (κτίσµα…ἐπιτειχισὲντοῖς ὑπερκειµένος βαρβάρος : Strabon, Géographie, V, 1, 8), Aquileia est en même temps un ἐµπόριον ouvert aux Illyriens.

50 Bernardi, 1973, p. 73.

51 Toynbee, 1981-1983, vol. 2 : Roma e il Mediterraneo dopo Annibale, p. 169.

52 O. de Cazanove, « La liste des trente colonies latines »(en préparation).

53 Supra, notes 39 et 45.

54 Sur l’Adda comme fleuve frontière entre les régions X et XI, voir Thomsen, 1947, pp. 135-136.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Colonies latines et régions augustéennes (O. de Cazanove, 2005).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2060/img-1.png
Fichier image/png, 77k
Titre Fig. 2. — Colonies latines et voies romaines (O. de Cazanove, 2005).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2060/img-2.png
Fichier image/png, 88k
Titre Fig. 3 a. — Les trente colonies latines énumérées par Tite-Live (XXVII, 9-10) : les colonies autour du Latium (O. de Cazanove, 2005).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2060/img-3.png
Fichier image/png, 47k
Titre Fig. 3 b. — Les trente colonies latines énumérées par Tite-Live, XXVII, 9-10 :les colonies autour du Samnium (O. de Cazanove, 2005).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2060/img-4.png
Fichier image/png, 43k
Titre Fig. 3 c. — Les trente colonies latines énumérées par Tite-Live, XXVII, 9-10 : les dernières colonies, listées du nord au sud, sur les côtes puis dans l’intérieur (O. de Cazanove, 2005).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2060/img-5.png
Fichier image/png, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier de Cazanove, « Les colonies latines et les frontières régionales de l’Italie », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 107-124.

Référence électronique

Olivier de Cazanove, « Les colonies latines et les frontières régionales de l’Italie », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 14 octobre 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/2060

Haut de page

Auteur

Olivier de Cazanove

Université de Paris I

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org