Navigation – Plan du site
Le partage de l'eau (Espagne, Portugal, Maroc)

Les maîtres de l’eau

Propriété et gestion hydraulique dans la Murcie moderne (v. 1500-v. 1800)
The Water Masters. Water Ownership and Management in Modern Murcia (ca. 1500-ca. 1800)
Los dueños del agua. Propiedad y gestión hidráulica en la Murcia moderna (c. 1500 - c. 1880)
Guy Lemeunier
p. 83-105

Résumés

L’ancien royaume de Murcie occupe le centre de l’Espagne aride. Les activités agraires y reposent essentiellement sur l’irrigation, dont les infrastructures se développent depuis la reprise du xvie siècle. Plutôt que les modalités physiques selon lesquelles s’opère la répartition des ressources hydriques, ce texte examine le cadre juridique, politique et social du partage de l’eau ainsi que son évolution. Hors des vallées des principales rivières la propriété de l’eau est en général séparée de celle de la terre, bien qu’il existe des formules intermédiaires. Or, au cours de l’époque moderne on constate une concentration des droits hydrauliques encore plus marquée que celle de la propriété foncière. Les autorités politiques locales voient restreindre leur pouvoir de décision face aux associations d’irrigants et aux lobbies des « maîtres » de l’eau. L’atomisation de la gestion des ressources freine le passage à la grande hydraulique qu’exige la poursuite des progrès agricoles.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

1Du Cap de La Nao à El Ejido et, localement, jusqu’à 100 km de profondeur s’étend la zone la plus aride d’Europe. L’ancien royaume de Murcie (20 000 à 25 000 km2 selon la définition retenue) occupe le centre de ce sud-est ibérique mais en déborde les limites climatiques vers le nord et vers l’ouest : le haut Vinalopó (actuelle province d’Alicante), la majeure partie de la province d’Albacète et la sierra de Segura (Jaén) peuvent être considérés comme subhumides ; cependant la moitié méridionale de la région se situe au-dessous de l’isohyète des 350 mm de précipitations. Autant dire que la culture pluviale y est très aléatoire et que les secteurs irrigués jouent un rôle sans commune mesure avec leur surface. Alors que la huerta (zone périurbaine de cultures maraîchères et d’arboriculture) de la capitale régionale n’occupe que 8 % de la superficie municipale, elle fournit — par exemple — près de la moitié de la récolte de blé au début du xviiie siècle.

  • 1 Institutions qui gèrent le budget des églises.

Tableau1. — Dîmes des fabriques1de Murcie (paroisses urbaines)

Type de blé

Années

Moyenne

Ecart type

1710

1711

1712

1713

1714

1715

1716

1717

1718

1719

Blé de huerta

12

17

11

17

21

14

30

14

23

14

17,3

5,9

Blé de campo

68

12

8

29

96

58

4

88

16

17

39,6

34,8

Source : ACM, Libros de Repartimiento de Frutos (unité : 1 fanega = 0,555 hl).

2En outre, vu l’ampleur des oscillations de rendement observées dans les campos(terres de culture sèche), les récoltes en irrigué constituent un volant de sécurité pour l’approvisionnement de la ville.

3Comme dans toutes les régions subtropicales, l’eau n’est pas seulement rare mais sa présence est irrégulière dans le temps et dans l’espace. Le bilan des précipitations varie fortement d’une année sur l’autre. Les pluies se concentrent sur deux saisons, l’automne et le printemps, mais les orages inopinés, facteurs d’inondation, peuvent se produire à tout moment. Ces « coups de rivière » (riadas) déplacent le lit des cours d’eau et le limon qu’ils déposent encrasse les canalisations et exhausse le sol des parcelles cultivées. Après chaque épisode de ce type, il faut reconstituer le système hydraulique en l’adaptant aux nouvelles circonstances. L’aridité entraîne également une imperfection du réseau hydrographique. Trop d’eau ou pas assez. Les zones humides sont nombreuses. Leur nombre et leur importance varient dans le temps. Les pluies gonflent les « lagunes » intérieures et étendent les marécages. Les eaux de crue stagnent dans les secteurs déprimés entre les bourrelets fluviaux et les versants des vallées. Dans les parties inférieures des huertas le réseau des canaux d’amenée de l’eau (acequias) doit être doublé d’un chevelu symétrique de drains (azarbes).

  • 2 Voir Gómez Espín, 2006 et, pour le contexte général, Lemeunier, 2000.

4Dans ce contexte général d’aridité la société s’efforcera de satisfaire ses besoins en mobilisant les ressources hydriques de son territoire quelle qu’en soit l’origine : eaux vives des sources et des rivières, eaux mortes des zones humides, eaux boueuses des orages (aguas turbias) grâce à des systèmes d’épandage de nappes pluviales (boqueras), eaux souterraines par le creusement de puits munis de roues à manège (norias ou zeñas) ou encore de galeries drainantes de type qanāt ou aflaǧ ici désignées du terme générique de minas et parfois renforcées par des barrages d’inféro-flux2.

5Ces ressources maîtrisées moyennant un effort continu servent à des usages concurrentiels : consommation humaine et animale, utilisation industrielle comme force motrice et agent de traitement des matières premières, hydro-agriculture… En ce qui concerne seulement l’eau d’irrigation, rares sont les utilisateurs uniques d’une source. L’eau fait l’objet de partage, que le débit soit divisé de façon continue par des partiteurs (partidores) ou successivement attribué à chacun des usagers par l’établissement d’un tour d’eau (tanda) ou bien, cas le plus fréquent, que soient associés les deux systèmes de fractionnement et de tour. Tout cultivateur ne jouit cependant pas d’un libre accès à l’eau. D’un périmètre irrigué à l’autre, le mode d’attribution et de répartition des droits hydrauliques varie. Il évolue aussi dans le temps, de même que le cadre juridico-administratif dans lequel s’exercent ces droits.

Propriété foncière, propriété hydraulique

6Rappelons d’entrée de jeu que, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, le terme de propriété ne peut être employé dans le sens actuel, absolu, tel qu’il a été fixé par la révolution libérale. Les droits sur la terre comme sur l’eau forment une pyramide complexe : imbrications des prérogatives du monarque, du seigneur et du concejo (dans son acception de municipalité à l’issue d’une dérive moderne du sens originel), superposition du domaine direct et du domaine utile, confusion de l’administration et de la disposition des biens. Le tableau se complique encore du fait de l’amortissement ecclésiastique et de cette autre forme d’amortissement que constitue le majorat, trait fondamental du droit civil castillan. Le terme de propriétaire sera ici employé pour désigner celui qui dispose de la terre et de l’eau pour son usage personnel et qui peut céder temporairement la jouissance de l’une ou de l’autre.

7En effet la propriété d’une parcelle sise à l’intérieur d’un périmètre irrigué n’entraîne pas obligatoirement l’accès à l’eau d’irrigation. À ce sujet deux systèmes sont en présence : l’union et la répartition des droits fonciers et hydrauliques. Dans la majeure partie de la région où les ressources sont faibles, la propriété de l’eau et celle de la terre sont séparées (fig. 1, p. 86). L’une et l’autre peuvent faire l’objet de transactions : vente, achat, donation, hypothèque, location. Le propriétaire d’un terrain pour lequel il ne dispose pas de droit d’arrosage doit acheter celui-ci ou en obtenir la cession temporaire. Dans les petites huertas, il s’agit plutôt d’échanges entre cultivateurs voisins. Mais dans les plus grandes s’est établi un marché journalier de l’eau : l’« Alporchón » à Lorca et dans les communes voisines de Vélez Rubio et de Totana, le « Concierto » à Mula, comme la « Troneta » à Elche (fig. 2 et 3, p. 87).

Fig. 1. — La propriété de l’eau dans la province de Murcie au xviiie siècle

Fig. 1. — La propriété de l’eau dans la province de Murcie au xviiie siècle

(d’après Lemeunier, 1989, p. 511)

Fig. 2. — Le Concierto de Mula. Salle des enchères de l’eau d’irrigation, immeuble de l’Heredamiento, avecla tribune du président, entourée d’une balustrade, la table du greffier et les bancs du public

Fig. 2. — Le Concierto de Mula. Salle des enchères de l’eau d’irrigation, immeuble de l’Heredamiento, avecla tribune du président, entourée d’une balustrade, la table du greffier et les bancs du public

(Photographie : J. González Castaño)

Fig. 3. — L’Alporchón de Lorca vers 1920. Autre salle de vente de l’eau durant les enchères

Fig. 3. — L’Alporchón de Lorca vers 1920. Autre salle de vente de l’eau durant les enchères

(AHML, Archivo Fotográfico)

8Au cœur de la région, la présence d’une rivière pérenne, le Segura, et celle de ses principaux affluents expliquent le maintien de ce qui fut probablement le système originel : la propriété d’une parcelle irrigable donne droit à l’eau d’irrigation. Il en est de même le long des autres cours d’eau qui traversent brièvement la région (le Júcar à Ves et le Vinalopó à Sax), ainsi que dans les huertas alimentées par une puissante résurgence ou une batterie de sources : Letur (à la différence de Férez et de Socovos), Caravaca (contrairement à Moratalla), Carcelén, Alpera, Almansa, Caudete et Villena. Dans tous ces cas, le cultivateur qui n’utilise pas son eau la laisse filer sur le canal ou vers la rivière sans pouvoir la céder. Un tel gâchis apparaîtrait comme scandaleux dans le reste de la région.

9En fait, la ligne de séparation entre les deux systèmes n’est pas aisée à tracer. Là où le régime de séparation est en vigueur, l’obligation de disposer de droits d’eau ne concerne parfois que les mois de printemps ou d’été. Elle est levée en automne (Jumilla). Plus rarement une même huerta associe des quartiers où la terre et l’eau sont unies, et d’autres où elles sont séparées (Lorca). Mais il arrivera de plus en plus fréquemment qu’une même commune dispose à la fois d’un vieux regadío déficitaire et d’un nouveau alimenté par une rivière où le statut de l’eau diffère (ainsi Cieza dès le xve siècle). En outre, une dérive vers la privatisation de l’eau est parfois repérable à l’époque moderne (à Puerto Lumbreras, par exemple).

10Plutôt que d’une dichotomie géographique, il convient de parler d’une difficulté progressive de l’accès à l’eau en fonction de sa rareté : de l’arrosage à volonté (a portillo) aux tours d’eau qui s’allongent et de l’échange à la cession onéreuse des droits. La constatation de ce gradient d’irrigation, tant à l’échelle régionale qu’à l’intérieur des regadíos, réduit à néant le mythe romantique des sociétés huertanas joyeuses et égalitaires grâce à une stricte proportionnalité des débits aux surfaces irrigables (rappelons le titre d’une zarzuela fameuse, « La alegría de la huerta », créée en 1900).

  • 3 AHPM, Protocolos 8127 et 8233.

11Un exemple concret donnera la mesure de la dégradation des situations selon la distance à la source. En 1767 les propriétaires de parcelles qui irriguent à partir de l’acequia del Campillo de los Mayas, à Cehegín, décident de mettre un terme à leurs querelles et s’accordent sur les règles de leurs arrosages. Le tour d’eau de 10 jours établi en 1679 entre les propriétaires du premier quartier, le pago de Las Suertes, n’est pas remis en cause. Ce sont les normes concernant le second quartier, celui dit précisément El Campillo, qui sont modifiées. Ceux qui irriguent des deux premiers canaux secondaires de ce quartier remplacent leur tour d’eau de 13 jours et demi (fixé en nombre de jours ou fractions de jour) par un système de file d’attente de même durée : chaque cultivateur a le droit de mettre en eau tout son domaine avant de laisser place au suivant. Quant aux propriétaires des terres qui dépendent du troisième canal, plus récent, ils ne disposent que des surplus (sobrantes), c’est-à-dire des eaux non utilisées par les précédents au cours des 23 jours et demi de leur dotation. Et, encore parmi eux, une distinction s’impose : les propriétaires des deux premiers domaines reçoivent un droit préférentiel à l’irrigation. On voit donc se succéder d’amont en aval sur ce canal des terres « de privilège » qui irriguent, les premières probablement encore selon un tour d’eau et les secondes selon une file d’attente, puis des terres « de surplus » dont les plus élevées sont dites « de préférence3 ».

12Un tel gradient d’irrigation entraîne, malgré les correctifs stipulés dans la transaction, une zonation des cultures selon les dotations. À Lorca, au bas Moyen Âge, on distinguait les terres de huerta, celles de morgón et celles de fondón, respectivement consacrées aux cultures maraîchères, à la vigne et aux céréales. Parfois, l’intensité décroissante des arrosages transparaît dans les noms attribués aux différents quartiers, ainsi à Yecla où l’on distingue, à partir de la source principale : Huertos, Huerta, Baños, Viñas, Viñales et Campo.

13Les précisions qui viennent d’être apportées relativisent la constatation d’une dualité fondamentale des systèmes juridiques. Cependant, rendre compte du mode de partage de l’eau dans la Murcie moderne conduit à mener de front l’étude des structures agraires en irrigué et celle de la distribution des droits hydrauliques là où les deux types de propriété se trouvent séparés. La répartition de la terre et de l’eau telle qu’on l’observe au xviiie siècle résulte d’une évolution qui commence avec la Reconquête mais s’accélère à l’époque moderne.

La répartition des droits hydrauliques et fonciers à la fin de l’Ancien Régime

  • 4 Sur la répartition de la propriété foncière et hydraulique et son évolution, voir Lemeunier,1989.

14À l’observateur qui les parcourt, les huertas traditionnelles qui ont subsisté jusqu’à nos jours présentent un paysage compartimenté. Une vue d’avion révèle les lignes de force de cette marqueterie et notamment l’extension progressive des parcelles du centre vers la périphérie et de l’amont vers l’aval, coïncidant avec le gradient d’irrigation. Un tel maillage ne préjuge en rien des structures de la propriété, comme l’illustrent deux cas extrêmes : celui d’une petite huerta intérieure, Sax, et celui de la Vega Media, c’est-à-dire la huerta de la capitale régionale4.

Tableau 2. — Répartition de la propriété dans la huerta de Sax (1800)

Tranches

Propriétaires

Surface

Nombre de Tahúllas

Nombre

%

Tahúllas

%

0-5

253

66,75

723,50

31,06

6-10

78

20,58

607,00

26,06

11-20

39

10,29

559,75

24,03

21-50

5

1,32

141,75

6,09

51-100

4

1,05

297,00

12,75

Source : AMS, liasse 1, Aguas, années 1791-1834 (unité : 1 tahúlla = 0,1118 ha.)

15Dans le petit périmètre irrigué de Sax (2 329tahúllas, soit environ 260 ha), la terre se trouve répartie entre 379 propriétaires. La commune compte alors 605 feux. Bien qu’il n’ait pas été possible de préciser si les propriétaires étaient ou non chefs de famille et que le document ne permette pas d’évaluer l’importance — semble-t-il réduite — de la propriété horsaine, on peut considérer que les deux tiers des familles sajeñas ont accès à la possession de la terre irriguée. Dans le collectif des propriétaires se détache un « quarteron » de notables dont aucun ne possède plus de 100tahúllas (11 ha) et dont l’ensemble ne réunit pas plus de 10 % du périmètre. Si on ajoute à ce petit groupe les représentants des deux tranches immédiatement inférieures, on constate que 48 propriétaires (13 % du collectif) contrôlent près de la moitié de la huerta (43 %). Le document révèle donc une large diffusion de la propriété en irrigué parmi la population locale, mais aussi une nette stratification sociale de base foncière.

16La huerta de la capitale offre un autre panorama. Les rôles de taxe d’entretien du réseau hydraulique (padrones deacequias) de 1757 n’enregistrent que 1 736 propriétaires. C’est dire que la terre y est monopolisée par quelque 14 % des 12 423 chefs de famille résidant en ville et dans la huerta.

Tableau 3. — Répartition de la propriété dans la Vega Media (1757)

Tranches

Propriétaires

Surfaces

Nombre de Tahúllas

Nombre

%

Tahúllas

%

0-5

480

27,65

1 422,25

1,42

6-10

303

17,45

2 411,50

2,40

11-20

304

17,51

4 662,00

4,64

21-50

295

16,99

8 800,25

8,76

51-100

156

8,98

11 540,00

11,49

101-250

130

7,49

19 660,00

19,58

251-500

41

2,36

14 876,00

14,81

501-1000

17

1,00

11 348,00

11,30

plus de 1000

10

0,57

25 706,50

25,60

Source : AMS, liasse 3790, nos1 et 2 (unité : 1 tahúlla = 0,1118 ha.)

17Les dix propriétaires de plus de 1 000tahúllas (112 ha) réunissent à eux seuls le quart des terres. Outre la Compagnie de Jésus, on ne s’étonne guère de trouver dans ce groupe les membres des principaux lignages de la noblesse régionale : le marquis de Beniel, le premier d’entre eux ; puis le comte del Valle de San Juan, don Francisco de Molina ; le duc de San Gémini ; le baron d’Albalat, don Juan Fontes et don Francisco Riquelme. En dépit d’une représentation non négligeable des catégories moyennes (33 % des propriétaires pour 40 % des terres), les structures de la propriété se caractérisent par une forte polarisation : 68 % des propriétaires ne parviennent à réunir que 8 % des terres alors qu’un petit noyau de 68 d’entre eux (4 %) domine 52 % de la huerta.

18Ainsi trouve-t-on, d’un côté, une petite paysannerie stratifiée, certes, mais globalement maîtresse de sa terre bien que l’exiguïté des patrimoines limite les possibilités d’autosubsistance, et, de l’autre, une répartition de la propriété telle qu’une étroite minorité d’habitants contrôle l’accès au périmètre irrigué et qu’à l’intérieur de celle-ci un groupuscule en occupe plus de la moitié. La fragmentation du parcellaire huertano occulte cette réalité : l’existence d’une grande propriété dans les huertas de l’Espagne méditerranéenne. Comme à la différence de la Castille et de l’Andalousie, où ils sont souvent d’un seul tenant, les domaines sont ici formés d’une multitude de parcelles d’aptitudes variées, dispersées et cédées en fermage ou en métayage, le fait est peu visible. D’ailleurs, les superficies concernées restent modestes à l’échelle nationale. Rappelons cependant qu’il s’agit de terres de très hauts rendements. Les 675 hectares en irrigué du marquis de Beniel lui assurent des revenus parmi les premiers de la région et tout à fait comparables à ceux de tel grand éleveur de la meseta ou tel latifundista(grand propriétaire foncier) andalou. On imagine donc l’influence, formelle ou informelle, d’un marquis de Beniel ou d’un baron d’Albalat dans la définition de la politique hydraulique à Murcie au xviiie siècle.

19La réalité régionale se situe entre ces deux pôles. Une descente le long du Segura, du Val de Ricote aux abords de la capitale, mène de l’un à l’autre. À Ricote même, petit regadío (109 ha dans les années 1750) alimenté par une source modeste de propriété privée, 79 % des chefs de famille disposent de terres, mais quatre d’entre eux en réunissent 20 %. Si l’on quitte cette huerta perchée pour les rives du fleuve, le périmètre de Blanca, petit (59 ha) mais bien arrosé, offre déjà une structure différente. Un tiers seulement des chefs de famille y sont propriétaires et quatre d’entre eux en occupent 30 %. À l’entrée du Segura dans la vega de Molina, la concentration foncière s’accentue. À Archena, les 14 possesseurs de plus de 20tahúllas contrôlent les deux tiers d’une huerta de 115 ha en 1739 et deux d’entre eux, don Martín Alfonso de Molina et don Baltasar Fontes (on retrouve les patronymes nobles de la capitale) en monopolisent à eux seuls 45 %. Enfin, à Alguazas l’évolution touche à son terme. La paysannerie locale se trouve pratiquement dépossédée de ses terres, qu’elle travaille pour le compte d’établissements religieux de Murcie et des titulaires de quelques grands majorats. En 1714, neuf de ceux-ci (auxquels il convient d’ajouter à titre d’exception la fabrique paroissiale) se sont assuré 84 % des 336 ha que compte alors cette huerta.

20Chemin faisant, nous sommes ainsi passés d’un secteur où les structures agraires sont encore proches de celles de Sax à un regadío qui peut être assimilé à une périphérie de la huerta de Murcie. Le parcours révèle les corrélations entre la concentration foncière et les conditions physiques et humaines du secteur considéré : grosso modo, plus les ressources hydriques sont abondantes, plus le périmètre irrigué s’étend et plus il est proche d’une grande ville, plus les structures foncières y sont polarisées.

21On trouvera des exceptions à ce schéma : les périmètres créés ou reconstitués dans les fonds de vallées, du xve au xviie siècle, au débouché des chaînes bétiques. La plupart constituent un seul domaine ou relèvent d’un groupe restreint de propriétaires descendants de leurs fondateurs. En 1796, les 277 ha du quartier de Rotas (vega de Calasparra), le plus étendu de ces nouveaux regadíos, se répartissent entre 71 propriétaires (moins de 10 % des chefs de feux de la commune), mais un seul, don Diego Melgarejo, en détient 46 %.

22Les mêmes traits, encore exagérés si possible, caractérisent la répartition de la propriété hydraulique. Avec un libro de aguas de 1753, quasiment contemporain du Cadastre de la Ensenada, Mula fournit un exemple révélateur. D’une part, alors que la moitié des feux possède quelque terre irriguée (49 %), seulement 13 % d’entre eux sont titulaires de droits d’eau. D’autre part, tandis que la ventilation des propriétés foncières par tranches dessine une pyramide assez régulière, on constate que les huit possesseurs de plus de 20cuartos (fractions du débit) contrôlent un tiers des ressources hydriques. Pourtant il s’agit là d’une situation moyenne qu’on observe également à Yecla où 11 % des chefs de feux sont propriétaires de droits d’eau en 1745.

23C’est dans le secteur méridional, aride ou subaride, qu’apparaissent les plus forts contrastes entre communes. D’Alhama, petite agglomération relativement bien dotée grâce aux corriente(filets d’eau) d’Espuña (70 % des chefs de feux y sont partie prenante en 1756), on chute à 5 % à Lorca en 1791 (202 titulaires de droits d’eau pour les 4 140 feux des paroisses urbaines). À Carthagène même, le débit des sources de Cubas, de Zaraiche et de Las Cañadas qui irrigue la petite huerta locale, est partagé entre 22 ayants droit.

24Dans l’ensemble de la région la part des catégories moyenne et inférieure de propriétaires tend à diminuer en même temps que la proportion de ceux-ci dans la population. La majorité des droits hydrauliques se concentre au profit d’une sorte de club constitué de vingt personnages ou institutions à Mula, mais de quinze à Yecla et seulement de sept à Alhama et de six à Carthagène. La concentration atteint son degré maximum en 1791 à Lorca, où six titulaires détiennent 50,4 % des droits en valeur et trois d’entre eux 44,6 % : la municipalité, le chapitre collégial de San Patricio et une représentante de la noblesse locale, doña María Josefa de Mula Alcaraz.

Tableau 4. — Revenus de l’eau à Lorca en 1791

Réaux

% du total des revenus

% du nombre des propriétaires

o à 999

4,4

51

1 ooo à 4999

15,o

32,2

5 ooo à 9 999

12,9

8,4

io ooo à 19 999

17,3

5,9

2o ooo à 49 999

5,8

1

5o ooo et plus

44,6

1,5

Source : AHML, Sindicato de Riegos, non catalogué.

25L’exemple lorquin illustre une autre caractéristique des regadíos du sud-est ibérique : l’indice d’amortissement extrêmement élevé de la propriété hydraulique.

Tableau 5. — Amortissement de la propriété hydraulique (en %)

Commune

Année

Majorats

Eglise

Municipalité

Total

Propriété libre

Yecla

1745

53,77

22,50

1,84

78,11

21,89

Mula

1753

68,55

2,37

0

64,92

35,08

Lorca

1806

49,51

16,28

30,57

96,71

3,29

Sources : AMY, liasse XIX, AM Mula et ASRL, non catalogués.

26Hors de Lorca, les municipalités ont rarement acquis des droits d’eau. De même, les pourcentages correspondant à la propriété ecclésiastique, élevés à Lorca et à Yecla, sont en général beaucoup plus faibles. Carthagène et Alhama s’alignent à cet égard sur Mula. En revanche, la proportion des droits hydrauliques constitués en majorats atteint ou dépasse la moitié, et c’est la principale raison pour laquelle des deux tiers à la quasi-totalité de ces droits sont exclus du marché immobilier : leurs titulaires ne peuvent en céder que la jouissance temporaire.

L’évolution des structures de la propriété à l’époque moderne

27Bien plus qu’à l’amortissement ecclésiastique, il faut attribuer au phénomène massif des fondations de majorats à l’époque moderne la concentration de la propriété foncière et hydraulique telle qu’on a pu la constater entre le milieu du xviiie siècle et le début du xixe siècle.

28Il existe certes des cas de quasi-immobilité pluriséculaire des structures de la propriété. La vega de Calasparra fournit même l’exemple d’une très lente concentration foncière entre 1640 et 1724, partiellement remise en cause au cours du xviiie siècle. Quant à la huerta de Sax, son caractère minifondiaire semble défier le temps : le rôle de 1647 en donne une image très peu différente de celle qui a été dessinée pour 1800. À l’aube de l’époque contemporaine, des regadíos comme ceux de Sax ou de Ricote rappellent, par leur panorama social, les huertas de petits propriétaires-exploitants issues des repeuplements et des répartitions de terres (repartimientos) du bas Moyen Âge.

29Cependant la tendance générale est mieux représentée par l’évolution des structures foncières qui affecte la huerta de la capitale.

Tableau 6. — Répartition de la propriété foncière dans la vegamedia du Segura (en %)

Tahùllas

1670

1715

1757

1797

Rive nord

o à 20

8,92

9,41

9,81

21 à 250

50,06

58,83

37,77

> 250

41,02

30,76

52,42

Rive sud

0 à 20

8,63

9,69

8,61

21 à 250

63,54

54,71

44,36

> 250

27,83

35,59

47,03

Sources : AM Murcia, liasse 3949 (n°12) ; 3957 (n°14) ; 3970 (nos1 et 2) et 3998.

30La part de la catégorie inférieure reste à peu près stable. En revanche, le système castillan de partage successoral égalitaire érode la catégorie moyenne tandis que le jeu des majorats renforce la catégorie supérieure. Une évolution similaire est détectable dans la plupart des autres regadíos favorisés par l’état de la documentation conservée : aussi bien à Molina de Segura qu’à Almansa. Mais la transformation se fait radicale là où le processus d’accaparement foncier des classes dominantes n’a rencontré qu’une faible opposition, comme dans la huerta d’Alguazas, bien alimentée en eau et située aux portes de la capitale.

Tableau 7. — Répartition de la propriété foncière à Alguazas (en %)

1547

1749

1774

Tahùllas

Propriétaires

Surfaces

Propriétaires

Surfaces

Propriétaires

Surfaces

0 à 10

40,74

9,14

53,03

3,27

39,13

2,65

11 à 100

56,79

74,29

36,36

25,83

47,82

26,25

> 100

2,47

16,57

0,61

70,89

13,05

71,10

Sources : ACM, liasse 70 (n°2), AM Mula, non catalogué et AHA, legajo 11.

31À Alguazas la dépossession de la paysannerie s’est effectuée en deux siècles (du milieu du xvie au milieu duxviiie siècle). Mais parfois le processus est brutal et de date plus récente. Après avoir reconstitué et complété le réseau hydraulique dans le secteur aval de la huerta de Murcie, le premier marquis de Beniel avait divisé ses propriétés en lots cédés en emphytéose. Arguant de la nullité de telles cessions pour des terres mises en majorat, le second marquis entame à partir de 1725 une série de procès à la suite desquels le domaine utile est réuni au domaine direct, les censitaires sont expulsés et les cens remplacés par des fermages. Ainsi, par des voies différentes, les deux agglomérations encore peuplées de petits et moyens propriétaires au milieu du xvie siècle (Alguazas) ou au début duxviiie (Beniel) sont devenus, en fin de période, des villages de laboureurs et de journaliers.

32En ce qui concerne les droits hydrauliques, la documentation n’a livré aucun exemple de stabilité des structures de la propriété. Ce qu’on observe dans tous les cas étudiés, c’est une concentration progressive de la propriété de l’eau, à l’exemple de Mula.

Tableau 8. — Évolution de la propriété de l’eau à Mula

1700

1798

Propriétaires

Débit

Propriétaires

Débit

Cuartos

Nombre

%

%

Nombre

%

%

0 à 5

144

77,84

38,04

94

72,86

22,72

6 à 10

24

12,97

22,03

11

8,52

9,58

11 à 15

8

4,32

12,64

7

5,42

11,00

16 à 20

2

1,08

4,00

3

2,32

6,62

> 20

7

3,78

23,28

14

10,85

50,05

Sources : AM Mula et AHM, non catalogués.

33Des évolutions de même type peuvent être suivies grâce aux libros de aguas à Yecla et à Jumilla. La part de la catégorie supérieure croît au détriment des catégories moyenne et inférieure. Le nombre de titulaires de droits hydrauliques augmente légèrement (à Jumilla de 1536 à 1861), stagne (à Yecla entre 1649 et 1745) ou décline lentement (à Mula de 1639 à 1773), ce qui, dans un contexte de forte croissance démographique, correspond uniformément à une chute dans la proportion des habitants qui ont accès à la propriété de l’eau. De 49 à 12 % à Jumilla entre les dates indiquées, de 31 à 14 % à Yecla et de 30 à 7 % à Mula.

34Dans tel petit regadío de la zone littorale, l’évolution peut également être radicale. Ainsi, à Mazarrón, un groupe d’habitants avait fondé en 1682 une société — la plus ancienne de ce type documentée dans la région — pour exploiter l’eau de Beteta selon un système de galeries drainantes. On comptait 11 sociétaires en 1688, mais au milieu du xviiie siècle Alfonso Vivancos apparaît comme l’unique propriétaire de la mina qui alimente la huerta et actionne les moulins du bourg.

35Qu’il s’agisse de la terre, dans la majorité des périmètres irrigués, ou de l’eau, la tendance observée est donc la même. Les propriétaires représentent une fraction de plus en plus réduite de la population et, à l’intérieur de leur collectif, s’opère un phénomène plus ou moins intense de concentration. De plus en plus d’agriculteurs en sont réduits à cultiver la terre d’autrui et, hors des principales vallées, à acheter l’eau nécessaire à leurs cultures. Cette double évolution appelait à des transformations dans le mode de gestion des systèmes hydrauliques.

Gestion publique et gestion privée des systèmes hydrauliques murciens

  • 5 Glick, 1970.

36Des instances propres à chaque regadío déterminent les normes d’utilisation de l’eau — qu’elles modifient selon les circonstances —, nomment les agents chargés de leur application, jugent les contentieux entre irrigants et les infractions à la réglementation et supervisent l’entretien des infrastructures. Elles peuvent également prendre l’initiative d’une amélioration ou d’une extension du réseau et, dans ce dernier cas, sont seules habilitées à autoriser l’inclusion de nouvelles parcelles dans le périmètre irrigué. Enfin, elles défendent les intérêts des systèmes hydrauliques contre toute atteinte extérieure, ce qui réclame de leur part une vigilance particulière lorsqu’une même source alimente plusieurs cellules d’irrigation. C’est dire qu’une étude du partage de l’eau dans la Murcie moderne ne saurait limiter son champ au seul mode de répartition des terres irriguées et des débits disponibles, mais qu’elle doit s’étendre à ces instances régulatrices. Dans son ouvrage consacré à l’irrigation médiévale dans le royaume de Valence, Th. F. Glick oppose la formule de gestion collective et privée qu’offre la grande huerta levantine — avec ses juntas deacequias et son Tribunal des eaux — à la formule de gestion municipale en vigueur sur le bas Segura5. Plus que deux modèles distincts, ceux que présentent Valence et Orihuela, ce sont deux pôles extrêmes entre lesquels on observe une variété de situations intermédiaires, comme le reconnaît le même auteur dans des publications ultérieures.

37À partir de la Reconquête castillane, l’articulation de l’espace et l’organisation de la société se constituent sur la base de la donation royale d’un territoire en faveur d’un concejo ou d’un seigneur. La concession inclut aussi bien les eaux « courantes et stagnantes » que la terre et crée ainsi une situation juridique différente de celle des pays catalans où le Patrimoine royal conserve le domaine direct des eaux. Au royaume de Murcie, comme dans le reste de la couronne de Castille, le señorío, c’est-à-dire à la fois la propriété éminente et l’administration des ressources hydrauliques, appartient au concejo dans les zones de realengo, et en terres de seigneurie, au seigneur, au concejo ou aux deux instances en collaboration selon les modalités de la Reconquête et du repeuplement et les vicissitudes de l’histoire locale ultérieure. Et cela indépendamment du fait que la propriété utile de l’eau soit ou non unie à celle des terres irriguées. Aussi bien à Lorca, où l’eau se vend à l’« Alporchón », qu’à Murcie, où toute parcelle irriguée possède un droit d’arrosage, la municipalité se proclame jusqu’à la fin de l’Ancien Régime « señora de sus aguas ».

  • 6 Lemeunier,1994.

38Ce type d’organisation correspond à une situation de faible mise en valeur agricole du territoire régional. L’économie de chaque noyau de peuplement repose sur l’exploitation intensive d’une seule huerta de superficie réduite, située à proximité de l’habitat principal. Il apparaît donc normal que les autorités qui exercent le contrôle politique d’une population d’hydro-agriculteurs disposent également de la faculté de gérer une ressource fondamentale pour l’économie locale. Ainsi, les concejos, et localement les seigneurs, édictent des ordonnances de huerta qui vont jusqu’à régler les rotations culturales6. Et on ne s’étonnera guère de ce que, dans la majorité des cas, le budget hydraulique ne se différencie pas clairement des finances municipales.

  • 7 Ayala,1975.

39Cependant on détecte, d’abord dans les grands regadíos, la prise de conscience d’une distinction entre les intérêts hydrauliques et le bien commun, et l’apparition d’organismes de défense de ces intérêts. À Murcie, les assemblées de propriétaires de la huerta (juntas de hacendados) ainsi que, au niveau inférieur, les réunions d’usagers d’un même canal, anciennement attestées, se multiplient au xviiie siècle tout en conservant leur caractère consultatif7. On sait d’autre part que les quartiers d’irrigation périphériques (par exemple, à Murcie, ceux qu’alimentent le Sangonera et les ramblas affluentes du Segura), de même que le petit nombre de regadíos de sources, de puits ou de boqueras qui ont réussi à se maintenir dans la solitude des campos, jouissent d’un certain degré d’autonomie qui annonce les évolutions futures.

  • 8 Sauf indications, les références figurent dans le texte de Lemeunier,1995.

40En effet, la transformation des structures de la propriété qui ont été signalées et les progrès mêmes de l’irrigation vont perturber le système originel d’administration de l’eau par les autorités politiques locales8. Après la période de forte contraction des périmètres irrigués par rapport à l’époque musulmane, s’ouvre vers 1480-1500 une phase de reconstitution des infrastructures abandonnées, bientôt suivie d’un processus d’extension sans précédent des réseaux hydrauliques induit, notamment, par le développement de la sériciculture. Les travaux d’infrastructure s’effectuent parfois sur l’intervention ou au moins sous l’égide des municipalités et des seigneurs. C’est le cas lors du repeuplement d’Abarán (1483) ; c’est aussi celui du creusement du canal de Calvillo à Cotillas (xvie siècle), du premier canal de Caravija à Archena et de celui de Berberín à Calasparra (dans les années 1630). C’est encore le cas, au tournant du xviie et du xviiie siècles, avec l’action des aiguadiers municipaux (acequieros) dans l’élimination des enclaves non irriguées de la huerta de Murcie. Mais plusieurs de ces chantiers (les canaux de Calvillo et de Caravija) et presque tous les grands projets patronnés par les municipalités (le canal de Sangonera à Murcie, les divers essais de dérivation et la première construction du barrage de Puentes à Lorca) s’achèvent sur un fiasco.

41En revanche, la plupart des réalisations sont dues à l’initiative privée : qu’il s’agisse d’un représentant de la noblesse urbaine, d’une communauté religieuse ou d’un consortium de grands propriétaires désireux d’amener l’eau jusqu’à leurs terres ou simplement d’améliorer les réseaux existants. L’intégration définitive à la huerta de Murcie de son secteur oriental par drainage et irrigation est due aux efforts contemporains du monastère hiéronymite de San Pedro de la Ñora, du collège jésuite et de la famille Rodríguez de Junterón, celle des futurs marquis de Beniel, à la fin du xviie et au début du xviiie siècle. Ce sont des groupes d’oligarques locaux qu’on trouve à l’origine du troisième canal-maître de la huerta de Murcie, celui de Churra la Nueva (milieu du xvie siècle), du canal de Don Gonzalo à Cieza (1623) et de celui de Charrara à Abarán (1734). Plusieurs de ces entreprises visent à étendre le regadío primitif à la fois par conquête des versants de vallées et par progression vers l’aval, comme à Murcie. Mais d’autres ont pour résultat l’apparition de nouveaux périmètres irrigués totalement distincts des anciens. Dans les hautes vallées une population réduite s’était repliée sur de petites huertas alimentées par des sources ou des ruisseaux et aisées à entretenir. Plus nombreux désormais, les Murciens entreprennent — ou reprennent — la domestication des principales rivières. Ainsi à Calasparra la Huerta (de l’Argos) se double-t-elle de la Vega (du Segura) et un phénomène semblable s’observe à Cieza, Moratalla, Socovos, Hellín…

42Timide avant 1480, l’utilisation des ressources secondaires éparses sur le territoire communal se réactive également à partir du début du xvie siècle. Les sources ne servent plus seulement d’abreuvoir pour le bétail local ou transhumant : des cultures réapparaissent autour d’elles, souvent sur le terroir de villages abandonnés (despoblados) comme les alquerías de Lorca, ou Pliego et Benizar à Moratalla, non sans protestations de la part des éleveurs. Mais c’est la crise des échanges au xviie siècle, la reconversion consécutive vers la céréaliculture et la mise en valeur accélérée des campos qui conduisent à une mobilisation massive des débits disponibles. La dispersion géographique des regadíos joue dans le même sens que la concentration de la propriété et la dépossession paysanne. Le monopole de la gestion hydraulique que prétendent conserver les autorités politiques locales est de plus en plus battu en brèche par les associations de propriétaires, les heredamientos.

43Le terme désigne à l’origine une cellule d’irrigation : l’ensemble des terres qui partagent le même conduit d’amenée d’eau. À Murcie on distingue traditionnellement l’heredamiento nord, qui irrigue du canal-maître (acequia mayor) d’Aljufía, et l’heredamiento sud, qui irrigue de celui d’Alquibla (ou de Barreras). Et chacun des deux se subdivise en autant d’heredamientos secondaires qu’il compte de canaux et de drains. Mais, par extension, le vocable s’applique également à l’ensemble des propriétaires (herederos, heredados ou hacendados) qui possèdent des terres dans le secteur, ainsi qu’à leur organisation collective.

  • 9 AH Molina et AHA en cours de catalogation lors de mon enquête.

44La vega de Molina s’étend sur six communes souvent opposées entre elles pour des questions hydrauliques. C’est là qu’on peut le plus aisément suivre d’un litige à l’autre l’émergence des heredamientos face aux seigneurs et aux municipalités. En 1613, dans une transaction entre Molina et Lorquí sur la répartition du débit de leur canal commun, apparaissent, à côté des alcaldes et des regidores des deux concejos, deux particulares du premier et cinq heredados dans la huerta du second, probablement à titre de représentants de l’ensemble des irrigants, bien que cette qualité ne soit pas spécifiée. Un demi-siècle plus tard les choses se précisent. Le concejo de Molina entame contre ceux de Lorquí et d’Archena un procès « en son nom propre et au nom de l’heredamiento et des particuliers de cette huerta » (1659)9. La formule reconnaît donc une personnalité juridique au collectif des irrigants dont le concejo se charge cependant de défendre les intérêts. Le système de collaboration entre les différentes instances locales se maintient jusqu’à la fin du xviiisiècle. En 1789, le seigneur, qui n’apparaît pas dans les épisodes précédents, nomme toujours un alcalde dehuerta. La municipalité conserve l’administration des finances hydrauliques, mais les principales décisions concernant le calendrier des arrosages, la date du curage des canaux (monda) et, probablement, l’imposition du tour d’eau estival (tanda de verano), sont prises après accord entre la municipalité et les heredados.

45Sur la rive opposée du Segura, à Alguazas, l’évolution est plus nette. En 1515 c’étaient encore les coseigneurs, l’évêque et le chapitre cathédral, qui édictaient les ordonnances de huerta. À la fin du même siècle la commune a pu racheter la juridiction sur elle-même. Pourtant, au xviiie siècle ce n’est pas la municipalité qui tranche en matière hydraulique. Quand en 1717 l’heredamiento de Ceutí demande au concejo d’Alguazas de modifier le système de répartition des eaux de leur canal commun, celui-ci répond que la plupart des heredados de sa huerta habitent la capitale et non la commune, et qu’une telle mesure ne peut être prise sans les convoquer en réunion. Peu après, en 1725, don Esteban de Guzmán, qui prétend irriguer ses terres de Los Llanos, en demande l’autorisation non pas au concejo mais à l’heredamiento d’Alguazas.

46Dans un nombre très limité de cas, les associations d’irrigants ont déjà atteint un degré d’autonomie supérieur. Selon la plus ancienne codification de ses ordonnances qui nous soit parvenue (1570), l’heredamiento de Rotas (vega du Segura, à Calasparra) est dirigé par un mayordomo et un diputado (un trésorier et son assesseur), alternativement désignés par la famille Melgarejo — propriétaire de la moitié des terres — et par les autres herederos lors de l’assemblée annuelle réunie à la Toussaint. Le commandeur (la ville appartient à l’ordre de Malte) n’y est représenté qu’en tant que propriétaire de quelques parcelles. Mais lui-même ou l’alcalde mayor en son absence peuvent convoquer des assemblées extraordinaires, notamment lorsqu’il s’agit de modifier les règles d’arrosage. Pour alimenter son budget, outre les taxes d’entretien du réseau et les amendes pour infraction aux normes qu’il encaisse, l’heredamiento est habilité à affermer ses herbes comme pâturage d’hiver, et cela constitue une singularité dans une région qui ne connaît de défens que seigneuriaux, municipaux ou communaux.

47Pour obtenir le même privilège, les heredamientos de Sangonera ont dû soutenir un procès contre la municipalité de Murcie. Mais il ne s’agit là que de regadíos périphériques qui irriguent, non du Segura, mais des apports irréguliers du Guadalentín-Sangonera peu avant le confluent des deux cours d’eau. En revanche, l’administration du réseau principal reste le domaine exclusif du municipe murcien, même à l’intérieur des « juridictions exemptes » (les petites seigneuries enclavées dans la huerta).

  • 10 AHML, liasse monographique, « Pleitos de Aguas ».

48À Lorca la tradition de centralisme municipal est encore plus forte, s’il se peut, que dans la capitale régionale. En outre, pour augmenter ses ressources budgétaires, la municipalité a la faculté de suspendre tel ou tel jour l’exercice habituel des droits hydrauliques et de s’approprier le produit de leurs enchères (fallas). Moyennant une autorisation royale, elle peut également augmenter à son profit le nombre des fractions (hilas) entre lesquelles se répartit le débit des canaux-maîtres. Ces acrecentamientos de hilas, répétés au xviie siècle, réduisent d’autant les droits des propriétaires et expliquent l’extraordinaire volume des ressources municipales d’origine hydraulique à la fin de l’Ancien Régime. En l’absence d’une organisation particulière, c’est parfois le chapitre de la collégiale de San Patricio qui prend la défense des parties lésées : contre la municipalité, comme dans le cas précédent (en 1658 et en 1678), ou en collaboration avec elle pour s’opposer plus tard aux interventions de la monarchie des Lumières10.

49En résumé, si l’on met à part les petits regadíos disséminés dans les campos où la municipalité se limite à surveiller l’application des ordonnances (concernant notamment les besoins du bétail), on observe en fin de période trois modalités d’administration hydraulique. Le système traditionnel de gestion par les autorités politiques locales se maintient avec à peine quelques retouches dans les huertas anciennes contrôlées par de puissantes municipalités du type de Murcie ou de Lorca. Les oligarchies de propriétaires fonciers et hydrauliques ont-elles d’ailleurs besoin d’organisations particulières dès lors qu’elles sont suffisamment représentées dans les conseils municipaux ? Çà et là, un tel système fait une certaine place aux irrigants. On associe leurs délégués aux décisions qui marquent le calendrier des arrosages ou qui affectent l’avenir des regadíos. Des assemblées d’heredamiento se réunissent. Mais si les seigneurs apparaissent en retrait, les municipalités n’abandonnent pas leurs prérogatives administratives. C’est le cas dans de nombreux regadíos anciens de la vallée du Segura (Val de Ricote, vega de Molina). Enfin, dans une dizaine de périmètres irrigués, la plupart formés à l’époque moderne sur le cours supérieur des rivières, la gestion hydraulique revient à des heredamientos pratiquement autonomes : Sangonera dans le secteur méridional de la région et Rotas à l’intérieur servent de références aux propriétaires de terres irriguées qui désirent passer du premier ou du second système au troisième.

L’impossible passage à la grande hydraulique

50À l’issue d’une extraordinaire progression des irrigations régionales réalisées en deux phases (1480-1630 et 1680-1730 environ), et alors que la petite hydraulique (pH) reste au service de la colonisation des campos, on constate un blocage de la grande et de la moyenne hydraulique (GmH) qu’illustre l’évolution des surfaces occupées par la huerta de Murcie. Les quelques progrès enregistrés en fin de période sont notamment dus à la pose d’engins élévatoires non assortie d’une augmentation des débits mobilisés.

Tableau 9. — Évolution des surfaces, huerta de Murcie

Année

1480

1621

1713-1734

1757

1803

Hectares

5 844

8 210

9666

10 767

11 667

Source : Calvo García-Tornel, 1975, p. 69.

51Il semble que les principales raisons de cette stagnation ne soient pas tant à chercher du côté de l’économie ou de la technique que dans le mode de répartition et de gestion de l’eau. Le passage nécessaire à la très grande hydraulique (TGH), celles des barrages-réservoirs et des longues dérivations, suppose un changement d’échelle : la prise en compte des besoins de l’irrigation à un niveau supra-communal (en attendant les plans de vallée ou de bassin) et une implication directe de l’État face à la résistance des oligarchies locales. L’intervention des intendants et des corregidores bourboniens marque un premier pas dans ce sens. Mais des éléments de poids jouent en sens contraire : l’atomisation de la gestion des ressources, que perpétue le maintien des prérogatives municipales, se trouve localement accentuée par la montée en force des heredamientos. Et, dans certains cas, la concentration de la propriété hydraulique et foncière, telle que nous l’avons constatée, peut se révéler contraire au développement des infrastructures. Ces contradictions éclatent au grand jour à propos des tentatives d’assèchement des zones humides (llanos d’Albacète, lagune de Villena). Deux projets visant à l’extension et à l’amélioration des irrigations les mettent également en valeur.

52De tout temps les irrigants d’aval se sont opposés à ceux d’amont au sujet de l’utilisation d’une même source. Au début du xviie siècle, la municipalité de Murcie faisait interdire l’édification de nouveaux barrages dans la haute vallée du Segura, tandis qu’Orihuela, située immédiatement en aval, se plaignait d’être envahie par les eaux de drainage de la capitale. Deux siècles plus tard, en 1803, les deux cités s’allient pour empêcher la construction du canal dit de Cieza qui devait, à partir de Rotas, dériver une partie des eaux du fleuve pour irriguer plus de 60 000tahúllas (6 700 ha) sur le territoire de 12 communes, de Calasparra à Abanilla.

  • 11 Copie de la lettre de Victor Martínez Briceño de Lara, fils de l’auteur du projet de canal : « que (...)

53Le tracé prévu préfigure celui du trasvase réalisé dans les années 1970. Mais le débit du canal actuel correspond à celui qui est prélevé sur le Tage supérieur, par « transvasement » d’un bassin hydrographique à l’autre. Le projet d’un canal alimenté seulement par une fraction des eaux du fleuve portait préjudice aux dotations des grands périmètres d’aval. Le concert de protestations dirigé par les autorités civiles et religieuses des deux villes du bas Segura parvint à le faire rejeter. Les campagnes de Cieza ne deviendraient pas de « nouvelles Indes11 » : les regadíos des hautes vallées se voyaient de nouveau imposer un statu quo en attendant, pour plusieurs d’entre eux, d’être noyés sous de grandes retenues lorsque prévaudront définitivement, au xxe siècle, les intérêts du bas pays, ici comme partout autour de la Méditerranée.

54De multiples projets de transvasement, dont certains remontent au Moyen Âge, sont repris à la même époque. Pour augmenter la dotation de la huerta de Lorca, seulement alimentée par son río-rambla, on envisage depuis longtemps le détournement du Castril et du Guardal, sous-affluents du Guadalquivir. Lorsque l’idée est finalement abandonnée après un début de réalisation, on se rabat sur un autre projet d’origine également ancienne, celui d’un barrage de retenue sur le Guadalentin même, au défilé de Puentes.

55Cet exemple illustre le divorce progressif entre les intérêts des cultivateurs et ceux des propriétaires de droits hydrauliques. À la fin du xvie siècle et au début du siècle suivant, c’est-à-dire à l’époque où était aménagée dans le sud-est ibérique la première série de réservoirs (Almansa, Tibi, Elche, Elda), la municipalité de Lorca avait sérieusement considéré un projet semblable. Cependant, la rapidité des réalisations dans les provinces voisines (non exemptes de polémiques) contraste avec les atermoiements lorquins : on soupçonne là les agissements d’un lobby d’opposants. Finalement, en 1647, le conseil municipal décide la construction du barrage qu’une crue emporte l’année suivante.

  • 12 AHML, Actas Capitulares, mai-juin 1712.

56Lorsqu’en 1712, cherchant à financer sesPías Fundaciones (fondations pieuses) par des investissements en infrastructures hydrauliques, le futur cardinal Belluga, évêque de Carthagène, propose à la municipalité de reprendre l’ouvrage, celle-ci esquive l’offre et le prélat tourne ses vues vers le sud du Pays Valencien12. Peu de temps après, le Père Morote Pérez-Chueco ose écrire :

  • 13 Morote Pérez-Chuecos,Antigüedad y blasones de la ciudad de Lorca, pp. 55-56.

Je ne laisse pas de reconnaître le peu de zèle qu’à diverses occasions ont montré ceux qui de par leurs charges devraient en avoir et le montrer par leurs œuvres en s’efforçant d’augmenter les eaux qui seraient d’un grand intérêt pour la cité… De ce fait le public déduit que beaucoup des principaux personnages de cette république se trouvent fort bien du faible débit des eaux de cette rivière en raison du profit supérieur qu’ils retirent de leur vente à l’Alporchón13.

57En effet, les oligarques lorquins jouissent de plus amples revenus dans les années sèches, quand les prix de l’eau et ceux du blé flambent, que dans les années relativement humides, quand l’abondance fait chuter les cours de l’eau en même temps que ceux des grains. La régularisation du débit leur ferait un tort certain.

  • 14 Mula Gómez, Hernández Franco et Gris Martínez,1986.

58On s’explique la féroce opposition de cette oligarchie à la construction des deux barrages de Puentes et Valdeinfierno menée à bien entre 1786 et 1791 sous la direction du gouvernement. La rupture catastrophique du premier des deux, le 30 avril 1802, qui emporte 608 personnes, met provisoirement fin à l’affaire14.

59Ainsi, l’Ancien Régime s’achève au royaume de Murcie sur un constat généralisé d’échec hydraulique : abandon du canal de Huéscar, puis de celui de Cieza, effondrement du barrage de Puentes, disparition dans l’inondation du commissaire royal lui-même et fuite de son principal architecte qui échappe à la mort et à l’incendie de sa demeure. On pourrait ajouter à cette liste la montée des tensions que suscitent l’assèchement de la lagune de Villena et le massacre des responsables du chantier à l’annonce des événements madrilènes de mai 1808.

60Après trois siècles d’extension de l’irrigation, passé 1750, le contexte social et le cadre juridico-politique de l’hydraulique murcienne font obstacle à son progrès. En consacrant le droit de propriété et l’autonomie des associations d’irrigants, la révolution libérale ne fait cependant que prolonger ce blocage. Les anciens señores del aguaoudueños del agua (« propriétaires » de l’eau conformément à l’idéologie du xviiie siècle) sont bien reconnus comme les amos del agua, les « maîtres » de l’eau. Mais il faudra attendre un changement global de conjoncture pour qu’ils finissent par accepter, symbole d’une nouvelle ère, la reconstruction du barrage de Puentes (1884).

Abréviations

ACM

Archivo Catedral de Murcia

AHA

Archivo Heredamiento de Alguazas

AHM

Archivo Heredamiento de Mula

AHML

Archivo Histórico Municipal de Lorca

AH Molina

Archivo Heredamiento de Molina

AHPM

Archivo Histórico Provincial de Murcia

AM Mula

Archivo Municipal de Mula

AM Murcia

Archivo Municipal de Murcia

AMS

Archivo Municipal de Sax

AMY

Archivo Municipal de Yecla

ASRL

Archivo del Sindicato de Riegos de Lorca

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ayala, José Antonio (1975), El regadío murciano en la primera mitad del siglo xix, Murcia.

Calvo García-Tornel, Francisco (1975), Continuidad y cambio en la huerta de Murcia, Murcia.

Glick, Thomas F. (1970), Irrigation and Society in Medieval Valencia, Cambridge (Mass.).

Gómez Espín, José María (2006), Aprovechamiento integral del agua en la Rambla de Nogalte (Puerto Lumbreras-Murcia), Murcia.

Lemeunier, Guy (1989), « La propiedad del agua y de la tierra en los regadíos murcianos (siglo xviii) », dans Estructuras agrarias y reformismo ilustrado en la España del siglo xviii. Actas del Seminario sobre Agricultura e Ilustración en España (Segovia, 14-16 de septiembre de 1988), Madrid, pp. 507-525.

Lemeunier, Guy (1994), « Les ordonnances locales, source d’histoire rurale dans la couronne de Castille. Une huerta en 1515 », Histoire et Sociétés Rurales, 2, pp. 181-189.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lemeunier, Guy (1995), « Gestión pública y gestión privada en los regadíos murcianos : la emergencia de los heredamientos (1480-1800) », dans Agricultura y regadío en al-Andalus, síntesis y problemas. Actas del II coloquio de Historia y Medio Físico (Almería, 9-10 de junio de 1995), El varadero de Motril (Granada), pp. 465-474 (publié aussi dans Miscelánea Medieval Murciana, 19-20, pp. 139-152).
DOI : 10.6018/j7751

Lemeunier, Guy (2000), « Hidráulica agrícola en la España mediterránea, s. xvi-xviii. La formación de los regadíos clásicos », dans Carlos Barciela López et Joaquín Melgarejo Moreno (éd.), El agua en la historia de España, Alicante, pp. 47-110.

Morote Pérez-Chuecos, Pedro (Padre Fray), Antigüedad y blasones de la ciudad de Lorca y historia de Santa Maria la Real de las Huertas, Murcia, 1741.

Mula Gómez, Antonio José, Hernández Franco, Juan et Gris Martínez, Joaquín (1986), Las obras hidráulicas en el Reino de Murcia durante el reformismo borbónico : los Reales Pantanos de Lorca, Murcia.

Vado, Luis Santiago, Informe que sobre el pretendido canal de la villa de Cieza y observaciones praticadas, preventivamente sobre las márgenes del Segura, Murcia, 1816.

Haut de page

Notes

1 Institutions qui gèrent le budget des églises.

2 Voir Gómez Espín, 2006 et, pour le contexte général, Lemeunier, 2000.

3 AHPM, Protocolos 8127 et 8233.

4 Sur la répartition de la propriété foncière et hydraulique et son évolution, voir Lemeunier,1989.

5 Glick, 1970.

6 Lemeunier,1994.

7 Ayala,1975.

8 Sauf indications, les références figurent dans le texte de Lemeunier,1995.

9 AH Molina et AHA en cours de catalogation lors de mon enquête.

10 AHML, liasse monographique, « Pleitos de Aguas ».

11 Copie de la lettre de Victor Martínez Briceño de Lara, fils de l’auteur du projet de canal : « que si se efectúa será Zieza unas Yndias » [28 novembre 1803] (AM Murcia, Actas Capitulares, 23-xii-1803). Voir aussi Vado, Informe que sobre el pretendido canal de la villa de Cieza…

12 AHML, Actas Capitulares, mai-juin 1712.

13 Morote Pérez-Chuecos,Antigüedad y blasones de la ciudad de Lorca, pp. 55-56.

14 Mula Gómez, Hernández Franco et Gris Martínez,1986.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — La propriété de l’eau dans la province de Murcie au xviiie siècle
Crédits (d’après Lemeunier, 1989, p. 511)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2079/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 2. — Le Concierto de Mula. Salle des enchères de l’eau d’irrigation, immeuble de l’Heredamiento, avecla tribune du président, entourée d’une balustrade, la table du greffier et les bancs du public
Crédits (Photographie : J. González Castaño)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2079/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 3. — L’Alporchón de Lorca vers 1920. Autre salle de vente de l’eau durant les enchères
Crédits (AHML, Archivo Fotográfico)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2079/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Lemeunier, « Les maîtres de l’eau », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 83-105.

Référence électronique

Guy Lemeunier, « Les maîtres de l’eau », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/2079

Haut de page

Auteur

Guy Lemeunier

CNRS, UMR 8596

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org