Navigation – Plan du site
Dossier. Lire les territoires des sociétés anciennes

Peuple de la forêt, peuple de la frontière

Identité et territoire des Indiens Pehuenches dans l’ancienne marche araucane (Chili, xvie-xxie siècle)
Pueblo del bosque, pueblo de la frontera. Identidad y territorio de los indios pehuenches en la antigua frontera araucana (Chile, siglos xvi-xxi)
Forest People, Frontier People. Identity and Territory of the Pehuenche Indians on the former Araucan Frontier (Chile, 16th-21st centuries)
Vincent Clément
p. 125-145

Résumés

La question de l’identité des peuples de la marche frontière araucane au Chili a surtout été abordée à travers le rapport des Indiens à la nature, à la guerre ou à la frontière. Les approches sont en général de type socio-historique ou ethnographique. Au-delà de la qualité de ces travaux, on peut regretter que la question identitaire ait été rarement envisagée sous l’angle de la territorialité. L’objet de cet article, à partir de l’exemple des Pehuenches, est de replacer la relation au territoire au cœur de la réflexion sur l’identité. Cette analyse se situe sur une échelle de temps long, allant du début de la conquête espagnole jusqu’à nos jours, et s’articule autour de plusieurs interrogations. L’ancrage territorial des Pehuenches, cantonnés aux forêts d’araucarias, était-il constitutif d’une identité spécifique, différente de celle des autres Indiens d’Araucanie ? Leur identité était-elle indissociable d’une certaine forme d’organisation du territoire ? Comment la logique frontalière a-t-elle influencé leur rapport au territoire ? L’irruption des conquérants espagnols dans la marche araucane n’a pas figé dans le temps la relation des Pehuenches au territoire. Leur territorialité a évolué entre deux logiques superposées, celle de la maîtrise de leur environnement forestier et celle de leur intégration dans un espace frontalier. Cela s’est traduit par une transition identitaire entre le xviie et le xxe siècle. Depuis 1993 et au cours des premières années du xxie siècle, on assiste à une renaissance de la territorialité pehuenche.

Haut de page

Texte intégral

1Les Araucans ou, plus pudiquement, la question araucane a été et demeure incontournable pour comprendre l’histoire ou la géographie du Chili. Les peuples premiers de l’ancienne marche araucane hantent la mémoire collective des Chiliens, leur rappelant sans cesse l’histoire d’une sale guerre qui s’est achevée par la soumission sans ménagement des Indiens du sud du pays à la fin du xixe siècle. Durant ce conflit interminable, puisque la « guerre de la frontière » a perduré du milieu du xvie siècle jusqu’aux prémices du xxe siècle, l’identité des peuples d’Araucanie a été nourrie au fil du temps par des images réductrices, oscillant entre l’exotisme et le barbarisme, le pittoresque et le sauvage, l’héroïsme d’un peuple en résistance et l’obstination d’Indiens belliqueux refusant de se soumettre.

2Depuis les années 1980, par un juste retour des choses, on assiste à une réhabilitation des cultures natives, à des interrogations nouvelles sur le destin interrompu des peuples d’Araucanie, notamment sous la houlette des historiens et des sociologues de l’Université de la Frontière à Temuco. Dans le prolongement des travaux sur la frontière et les Araucans, qui se sont multipliés au cours des vingt dernières années, qu’est-ce que la géographie peut apporter de nouveau ?

  • 1 González Coll, 1996.
  • 2 Voir par exemple Bengoa, 2000 et Boccara, 1998.
  • 3 Signalons cependant la publication d’un ouvrage qui témoigne de l’intérêt récent pour la problémati (...)
  • 4 Lévy et Lussault (dir.), 2003, p. 919.

3La question de l’identité des peuples d’Araucanie (Mapuches, Pehuenches, Huilliches, Puelches) a surtout été abordée à travers le rapport des Indiens à la nature, à la guerre ou à la frontière comprise comme un espace élastique, mouvant, perméable, favorisant l’émergence d’une culture de contact1. Les approches sont en général de type socio-historique ou ethnographique2. Au-delà de la qualité indéniable de ces travaux, on peut cependant regretter que la question identitaire ait été rarement envisagée sous l’angle de la territorialité3, autrement dit de la relation particulière entre un peuple et son territoire comme élément fondateur de l’identité4.

4Le cas des Pehuenches, peuple nomade des Andes inféodé aux forêts d’araucarias (conifères austraux), fournit un excellent exemple pour replacer la relation au territoire au cœur de la réflexion sur l’identité. Cette analyse se situe sur une échelle de temps long, allant du début de la conquête espagnole jusqu’à nos jours, et s’articule autour de plusieurs interrogations. Dans quelle mesure l’ancrage territorial très particulier des Pehuenches, cantonnés aux forêts d’araucarias, était-il constitutif d’une identité spécifique, différente de celle des autres Indiens de la marche araucane ? Leur identité était-elle indissociable d’une certaine forme d’organisation du territoire ? Comment la logique frontalière a-t-elle influencé leur rapport au territoire ? L’irruption de l’Européen a-t-elle figé ou modifié, renforcé ou détruit, un système territorial qui reposait principalement sur une économie de la cueillette et de la chasse ? L’indépendance du Chili en 1810 a-t-elle permis une meilleure reconnaissance de la territorialité des Pehuenches ?

Une forêt habitée

5Les forêts sont le plus souvent perçues comme des territoires du vide, dernier vestige d’une nature inviolée en attente d’humanité. C’est en grande partie la perception qu’en avaient les Espagnols en pénétrant dans la frontière araucane. À travers les chroniques militaires du milieu du xvie siècle, on comprend à quel point la marche forestière, qui s’étendait entre les fleuves Bío-Bío et Toltén, était pour eux un monde totalement nouveau. Pour les Pehuenches en revanche, elle constituait à la fois un cadre de vie et une forêt nourricière. En interrogeant les sources des premiers temps de la conquête, il est possible de mettre en évidence ces deux visions opposées d’une même réalité.

Un bout du bout du monde

  • 5 « Habiendo pasado el río con hartas dificultades, dieron traza en ir abriendo sendas en la montaña (...)
  • 6 Casanueva, 1991, p. 46.

6L’Araucanie a longtemps constitué une frontière de tous les dangers pour les conquérants espagnols. La présence de nombreux Indiens belliqueux et, surtout, l’existence d’un épais manteau forestier faisaient de la marche araucane un territoire hostile. Toutes les chroniques militaires du xvie siècle évoquent la difficulté des troupes espagnoles à franchir les forêts denses d’Araucanie qui formaient un bastion naturel. En 1558, au cours d’une expédition en direction d’Osorno, le capitaine Pedro Mariño de Lobera rapporta, dans sa Crónica del reyno de Chile, comment la forêt se révéla être un véritable piège pour les soldats. Ouvrant leur chemin à la machette et à la hache, les Espagnols avançaient péniblement à travers la forêt. Ils perdirent de nombreux chevaux qui se brisaient les pattes dans les racines entremêlées des arbres. Les hommes à pied ne connurent par meilleure fortune. Lacérés par les arbustes épineux, ils étaient tous en sang5. Pour le maître de camp Alonso González de Nájera, c’est la nature forestière inexpugnable de l’Araucanie qui expliquait en grande partie le succès de la résistance indienne6.

  • 7 Les hêtres de l’hémisphère austral appartiennent au genre nothofagus. Parmi les hêtres présents dan (...)
  • 8 Donoso et Lara, 1997, pp. 369-370.
  • 9 Torrejón et Cisternas, 2002, p. 730.

7Les forêts de la marche araucane n’étaient pas uniformes. La grande dépression centrale du Chili, qui court entre les petites cordillères de la façade pacifique et les Andes, était recouverte de forêts dominées par des hêtres de l’hémisphère austral7. Le couvert forestier était troué par endroits de terres cultivées, en particulier dans les territoires des Mapuches et des Huilliches8. Dans les montagnes, des forêts sombres et denses couvraient la plupart des versants, sauf dans la sierra de Nahuelbuta où il existait déjà quelques secteurs déboisés9. Les forêts d’araucarias occupaient les étages de la moyenne montagne, principalement dans les Andes où vivaient les Pehuenches, et secondairement dans la sierra de Nahuelbuta en bordure du Pacifique.

  • 10 « Hay en esta tierra un árbol muy alto a manera de pino, salvo que no tiene rama, sino solamente un (...)
  • 11 « Es tanta la altura destos árboles que viendo los españoles tal grandeza le pusieron por nombres l (...)

8Dans ce finistère sud-américain, et plus encore au sein de la marche araucane que les Espagnols étaient loin de maîtriser, les forêts d’araucarias des Andes étaient une sorte de bout du bout du monde. Au xvie siècle, les troupes espagnoles n’atteignaient que rarement les confins montagneux et forestiers de la grande cordillère. Cependant, lorsqu’ils rencontraient l’araucaria, ils en faisaient une description détaillée dans leurs chroniques, pourtant essentiellement militaires, tant ce conifère austral devait leur sembler étrange. Jerónimo de Vivar l’observa pour la première fois non pas dans les Andes, mais à proximité de Concepción. Il le compara à un très grand pin, dépourvu de branches sur le tronc et produisant des pignons plus gros que des amandes10. Pedro Mariño de Lobera fit une incursion dans les forêts d’araucarias des Andes en 1560 et, comme Jerónimo de Vivar, il fut impressionné par leur taille. Malgré le danger, il prit le temps de mesurer des arbres gisants sur le sol. Certains araucarias avaient au moins 80 m de long11. De telles dimensions étaient sans doute exceptionnelles, mais tout à fait plausibles.

9Pour les conquérants originaires de la péninsule Ibérique, où les grands arbres n’atteignent que 20 à 25 m de hauteur, les araucarias avaient assurément des dimensions hors normes. L’étrangeté et la monumentalité de ces forêts ne tenaient pas qu’à la taille des arbres. L’araucaria (Araucaria araucana) est une espèce végétale héritée du Tertiaire, endémique du Chili et de l’Argentine. Son architecture rustique est assez singulière : un tronc très élancé se terminant par un houppier haut perché, en forme de coupole plus ou moins aplatie (fig. 1). Sur les branches et les rameaux s’accrochent de grandes écailles coriaces. L’araucaria est aussi une espèce végétale d’une longévité exceptionnelle. Les plus vieux arbres peuvent atteindre l’âge de 1 000 ans. Les forêts cathédrales d’araucarias formaient aux yeux des Espagnols un outre-monde, étrange et mystérieux. Pourtant, au-delà des apparences, cette natura incognita aux confins de l’Araucanie était en réalité une forêt habitée par les Pehuenches.

Fig. 1. — L’Araucaria (Araucaria araucana) dans la Cordillère de Nahuelbuta

Fig. 1. — L’Araucaria (Araucaria araucana) dans la Cordillère de Nahuelbuta

(Photographie : Vincent Clément).

Les gens de la forêt

  • 12 Ibid.
  • 13 Villalobos, 1989, p. 17.

10Le nom des Pehuenches en mapudungun, la langue commune aux Indiens Mapuches, est composé des mots pehuen et che, qui signifient respectivement « araucaria » et « gens ». Pehuenches veut donc dire littéralement « les gens des forêts d’araucarias ». Ils se distinguaient ainsi des Mapuches qui sont des « gens de la terre », c’est-à-dire des agriculteurs qui occupaient la dépression centrale. Avant la conquête espagnole, les Pehuenches étaient un peuple nomade originaire des forêts d’araucarias du versant argentin des Andes. Ils n’avaient aucun lien ethnique avec les Mapuches. Ils se sont progressivement déplacés vers l’ouest à la fin du xve siècle, en s’installant dans les forêts d’araucarias des Andes chiliennes. Au milieu du xvie siècle, ils parlaient une autre langue et ils étaient différents d’un point de vue physionomique des Mapuches12. Entre les deux versants des Andes, les Pehuenches contrôlaient un vaste espace qui s’étendait sur 350 km du nord au sud et 450 km d’est en ouest13. En Argentine, ils occupaient le territoire de Neuquén et une partie de celui de Mendoza. Au Chili, ils se répartissaient dans les forêts d’araucarias situées au sud du fleuve Bío-Bío, entre les latitudes du Nevado de Chillán et du volcan Villarica.

  • 14 Relaciones geográficas del reino de Chile, p. 218.
  • 15 ANCH, FMV, vol. 21, pieza 26, fo 262.
  • 16 Téllez Lúgaro, 2004, p. 5.

11Il n’existe pas de sources permettant d’estimer leur population lors de l’arrivée des Espagnols. Les premiers dénombrements partiels des Pehuenches datent du xviiie siècle. En 1756, dans les Relaciones geográficas del reino de Chile, les Pehuenches, les Puelches et les Huilliches étaient globalement estimés à 30 000 personnes14. Ce chiffre était inférieur à la population réelle de ces trois groupes ethniques, car il ne concernait que les « Indiens en armes » et ne tenait pas compte du demi-million de Mapuches installés dans la marche araucane. Pour la fin du xviiie siècle, on dispose d’un recensement plus complet réalisé en novembre 1796 en territoire pehuenche (butalmapu pehuenche). La population pehuenche fut alors évaluée à 10 321 habitants, répartis entre vingt-neuf territoires de clan (parcialidades)15. Là encore, ce chiffre est en dessous de la réalité, puisque des groupes de Pehuenches vivant dans les secteurs de Santa Bárbara, de San Fernando et dans d’autres endroits difficilement accessibles des Andes, n’ont pas été recensés. Eduardo Téllez Lúgado, qui a effectué récemment une fine analyse du recensement de 1796, considère que la population pehuenche à la fin du xviiie siècle était plutôt de l’ordre de 15 000 personnes16.

  • 17 Aldunate et Villagrán, 1999, pp. 32-33.

12Au-delà des incertitudes concernant leur population, à l’arrivée des Espagnols et durant les siècles suivants, les forêts d’araucarias constituaient le cadre de vie des Pehuenches. Leur vision du monde et de la société était pour eux indissociable de leur environnement forestier. Parmi les arbres de la forêt, en raison du caractère dioïque des araucarias, ils distinguaient des arbres-hommes (wentrupehuen) et des arbres-femmes (domopehuen). Chaque homme et chaque femme possédait ainsi son incarnation sous la forme d’un arbre de la forêt. Le destin des Pehuenches et celui de la forêt étaient intimement mêlés. Ils pensaient que lorsqu’une personne décédait, un araucaria mourait aussi. Chaque massif forestier d’araucarias était assimilé à un clan familial. Il était désigné par le terme de lobpehuen, par analogie avec la famille pehuenche (lobche)17.

Les nourritures terrestres

  • 18 « El mantenimiento desta gente casi de ordinario es piñones […]. Y es tan grande el número que hay (...)

13Les Pehuenches étaient inféodés aux forêts d’araucarias parce qu’ils se nourrissaient principalement des pignons de ce conifère austral. Le lien très fort entre le régime alimentaire des Pehuenches et l’araucaria a surpris la plupart des Européens qui se sont rendus entre le xvie et le xixe siècle en territoire pehuenche. Le témoignage de Pedro Mariño de Lobera est l’un des plus anciens connus à ce jour. En 1560, il expliqua longuement dans sa chronique l’importance de cette nourriture terrestre pour les Pehuenches. Pour lui, les pignons d’araucaria étaient l’aliment quotidien et unique de ces Indiens. Les arbres en produisaient de grandes quantités. Cette corne d’abondance suffisait à nourrir une population nombreuse18.

  • 19 Domeyko, Araucanía i sus habitantes, fo 287 (ANCH, FA, vol. 33, pieza 7).
  • 20 Torrejón, 2001, p. 221.

14L’arbre nourricier était aussi connu par les autres peuples de la marche araucane. Le naturaliste Ignacio Domeyko considérait que les pignons d’araucaria étaient « le véritable pain des Indiens19 », en généralisant son utilisation à tous les groupes indigènes de la région. Il ne fait aucun doute que le pignon d’araucaria servait d’aliment aux autres Indiens d’Araucanie. Mais pour les Mapuches et pour les Huilliches, qui étaient des agriculteurs, il avait un rôle plus secondaire, moins essentiel en tout cas que pour les Pehuenches dont la survie dépendait de la récolte des pignons20.

  • 21 « Tienen grandes silos hechos debajo de tierra, donde guardan los piñones haciendo encima de la tie (...)
  • 22 Aldunate et Villagrán, 1999, p. 32.
  • 23 « […] crudos, cocidos y asados, que de todos estos modos se comen » (Ruiz, Relación del viaje hecho (...)
  • 24 Mariño de Lobera, Crónica del Reino de Chile, p. 421.
  • 25 González etValenzuela, 1979, pp. 59-60.

15Les Pehuenches avaient développé un système ingénieux de conservation qu’ils semblaient être les seuls à maîtriser. Les pignons étaient stockés dans de grandes fosses inondées appelées dollínko. Afin d’éviter toute germination ou tout échange avec l’air, ce qui aurait provoqué leur fermentation, les pignons devaient être constamment immergés21. Les fosses étaient par conséquent alimentées en permanence par des canaux d’irrigation pour maintenir un niveau d’eau constant. Cette méthode leur permettait de conserver les pignons durant quatre ans22. Les pignons étaient consommés frais, bouillis ou grillés comme des châtaignes23. Les Pehuenches en transformaient une partie en farine pour élaborer du pain24. Le pignon d’araucaria est resté un élément important de leur alimentation jusqu’à nos jours25.

16On retrouve donc, dans l’analyse de cet espace forestier, le paradoxe qui traverse toute la géographie historique du continent sud-américain. Le mythe du nouveau monde des conquérants s’oppose à l’ancien monde humanisé des peuples autochtones. Pour les Espagnols, la nature forestière de la marche araucane s’apparentait au chaos originel, renforcé ici par l’étrangeté et la monumentalité des araucarias ainsi que par la présence d’indigènes vivant de la cueillette et de la chasse comme aux premiers âges de l’humanité. Pour les Pehuenches, les forêts d’araucarias étaient au contraire un milieu familier, un espace vécu, une forêt nourricière. Leur identité de peuple de la forêt transparaissait à la fois dans leur maîtrise des ressources de la forêt et dans leur mode de vie itinérant. Mais, au-delà de ce premier constat, l’humanisation de la forêt et l’exploitation de ses ressources supposaient l’existence d’une organisation spatiale originale.

Un territoire en archipel

17Dans la seconde moitié du xvie siècle, la territorialité des Pehuenches, autrement dit leur relation au territoire, ne se limitait pas à la cueillette des pignons. L’identité pehuenche reposait non seulement sur un ancrage spatial dans les forêts d’araucarias, mais aussi sur un modèle territorial adapté à leur environnement forestier et andin, qui s’articulait autour d’une certaine forme d’appropriation et d’exploitation des ressources, dans le cadre d’un système spatial discontinu dont le noyau de base était le territoire clanique.

Un pays-au-bois indigène

  • 26 Clément, 2002, p. 225.

18Le concept de pays-au-bois, que j’ai utilisé dans ma thèse sur les forêts de Vieille-Castille, peut tout à fait s’appliquer ici26. Brièvement, un pays-au-bois est un espace forestier humanisé et exploité de façon multiforme. La forêt, omniprésente, constitue à la fois le cadre de vie et le pilier de l’économie rurale ou indigène. C’est une construction territoriale reposant sur l’appropriation d’un espace forestier dans lequel les hommes prélèvent leurs ressources alimentaires par le biais de la cueillette (baies, fruits, pignons, racines…) et de la chasse, mais aussi en cultivant des parcelles dispersées dans le milieu forestier.

  • 27 Bragg, 1984.
  • 28 Villagrán, 1998.
  • 29 Povilitis, 2002.
  • 30 Latcham, 1922.

19Au xvie siècle, les Pehuenches tiraient la plus grande partie de leurs ressources alimentaires des forêts d’araucarias. Ils ne se limitaient pas à cueillir des pignons, même si cette activité était pour eux essentielle27. Ils ramassaient de nombreuses autres plantes nourricières ou ayant des vertus médicinales28. Ils chassaient aussi les animaux de la forêt, notamment des camélidés appelés génériquement guanacos et des cervidés comme le huemul, espèce aujourd’hui menacée de disparition29. Comme techniques de chasse, ils utilisaient des flèches, des pièges et des chiens de race autochtone appelés thregua, spécialement dressés pour cette activité30.

  • 31 « Hay entre estas cordilleras nevadas unos indios que llaman puelches, y otros peguenches […] que s (...)
  • 32 Vivar, Crónica de los reinos de Chile, p. 226.

20L’agriculture en forêt des Pehuenches est plus délicate à mettre en évidence. D’après les chroniques du milieu du xvie siècle, le système de subsistance des Pehuenches semblait reposer sur les seules activités de la cueillette et de la chasse. Núñez de Pineda ne mentionna aucune trace d’agriculture31 et Jerónimo de Vivar affirmait que ce peuple ne cultivait pas32. Faut-il prendre ces témoignages au pied de la lettre et considérer que l’agriculture était totalement étrangère aux Pehuenches ? Certainement pas. Les conquérants espagnols du xvie siècle atteignirent rarement les contreforts des Andes et ne pénétrèrent pas en profondeur dans le territoire des Pehuenches. Or, les parcelles que ceux-ci cultivaient devaient se trouver bien à l’intérieur de leur territoire, dans des secteurs où les cultures ne pouvaient pas être menacées par les expéditions militaires des Espagnols.

  • 33 « En los riscos y nieves de la cordillera cogen sus trigos y zebadas con abundancia los Peguenches, (...)
  • 34 Parmi les céréales natives, on sait par exemple que les Mapuches cultivaient entre autres le mango (...)

21Des sources un peu plus tardives attestent des pratiques culturales en territoire pehuenche. Ainsi, dans la première moitié du xviie siècle, Diego de Rosales apporta un témoignage contradictoire à celui de ses prédécesseurs en affirmant que les Pehuenches, bien que piètres agriculteurs, cultivaient des céréales de deux types, qu’il appela « blé » et « orge » par commodité de langage33, adaptées aux différents étages écologiques des Andes. Or, la domestication de ces graminées, différentes de celles qui étaient cultivées dans la dépression centrale par les Mapuches34, n’a pas pu s’opérer en quelques décennies. Il est donc plus que probable qu’au xvie siècle, et certainement bien avant, les Pehuenches pratiquaient une petite agriculture de subsistance. Les modestes parcelles cultivées en forêt ne formaient pas en tant que telles un paysage agricole. Elles étaient donc difficilement repérables par les chroniqueurs du xvie siècle.

D’îles en archipel

  • 35 Espiñeira, Relación del viaje y misión a los Pehuenches (ANCH, FAC, ARA, vol. 2996, pieza 1).
  • 36 Aldunate et Villagrán, 1999, p. 31.

22Le pays-au-bois des Pehuenches était une forme d’humanisation de la forêt qui s’insérait dans une certaine logique spatiale. En recoupant les sources existantes, il est possible de modéliser l’organisation territoriale des Pehuenches telle qu’elle a pu fonctionner à la fin du xvie siècle (fig. 2, p. 134). Le modèle territorial des Pehuenches répondait à une double articulation liée à leur structure clanique d’une part et à l’étagement des milieux forestiers d’autre part. Dans les Andes, les basses pentes sont colonisées par un premier étage forestier composé d’une forêt mixte de hêtres et d’araucarias. C’est là que les Pehuenches installaient leur habitat permanent en pratiquant la cueillette, la chasse et une agriculture de subsistance35. En moyenne montagne, à partir de 800 à 1 000 m selon l’exposition et la latitude, la forêt mixte est remplacée par un autre étage forestier composé de peuplements purs d’araucarias. Cet étage constituait l’aire de cueillette des pignons par excellence, sans exclure toutefois d’autres activités (chasse, agriculture). Les Pehuenches le désignaient par le terme de pehuenmapu, qui signifie littéralement « la terre des araucarias36 ».

Fig. 2. — Modèle du territoire clanique des Pehuenches dans la seconde moitié du xvie siècle

Fig. 2. — Modèle du territoire clanique des Pehuenches dans la seconde moitié du xvie siècle

(Schéma : Vincent Clément).

  • 37 Poeppig, Un testigo en la alborada de Chile, p. 322.
  • 38 Casanova, 1996, p. 79.

23La disposition méridienne des Andes, combinée à l’existence de milieux étagés, imposait un découpage du territoire pehuenche (butalmapu pehuenche) en cellules claniques transversales qui se succédaient du nord au sud. Dans chaque clan, dont l’unicité était fondée sur l’identification à un ancêtre commun, la possession des pinèdes du pehuenmapu était toujours collective. Elle se transmettait de génération en génération au sein du clan. D’après le témoignage du naturaliste Éduard Poeppig, les membres d’un clan ne s’aventuraient pas dans les pinèdes du clan voisin37. En revanche, à l’intérieur d’un clan, l’usufruit d’îlots de pinèdes était attribué à des familles38.

24La mise en valeur du territoire clanique était discontinue. Elle s’organisait en un système d’îles étagées que l’on peut résumer de la manière suivante :

  • des îles d’habitat permanent sur les basses pentes, où le climat en hiver était moins rigoureux et où ils pratiquaient la cueillette, la chasse et une petite agriculture de subsistance ;

  • des îles d’habitat temporaire sur les hauts, fréquentées en fin d’été et début de l’automne pour la récolte des pignons (sans exclure la chasse et l’agriculture) ;

  • des îles de stockage des pignons à mi-pente, relativement proches des habitations permanentes, mais situées à une altitude où les températures estivales ne puissent pas compromettre leur conservation.

  • 39 Murra, 1976 et Morlon (coord.), 1992, pp. 124-128.

25L’ensemble des îles intraforestières, réparties entre les différents étages écologiques des Andes, formait un modèle en archipel comparable à celui que John Murra a mis en évidence dans les Andes boliviennes39. Comment fonctionnait ce système territorial discontinu, composé d’îles étagées plus ou moins éloignées les unes des autres ?

Une fonctionnalité fondée sur la mobilité

  • 40 «  […] la sal se les había acabado a los españoles y que la carne, aunque poca, se les estragaba [… (...)

26La fonctionnalité du modèle territorial en archipel reposait sur la grande mobilité des Pehuenches. Leurs déplacements correspondaient à différentes logiques spatio-temporelles. À l’échelle du territoire du clan, on peut distinguer deux types de déplacements : une mobilité circulaire quasi quotidienne dans l’aire d’habitat permanent pour la cueillette, la chasse et l’agriculture de subsistance ; et des déplacements saisonniers transversaux entre le bas et le haut des montagnes pour la récolte des pignons d’araucaria. À l’échelle du butalmapu pehuenche, les déplacements étaient fréquents entre les deux versants de la cordillère des Andes. Cette mobilité sur de longues distances était motivée par les échanges commerciaux entre les différents clans de Pehuenches. Ils commerçaient aussi avec d’autres groupes d’Indiens et avec les colons espagnols. Les principaux produits échangés étaient le sel, les pignons, les peaux et les objets artisanaux. Le sel tenait une place à part dans le commerce de la marche araucane. C’était un produit de grande valeur, utilisé aussi bien par les Espagnols que par les Indiens pour la conservation des aliments40. Les Pehuenches en avaient le monopole. Le sel était récolté dans les lagunes de la pampa situées sur le territoire de Neuquén, qui était contrôlé par des tribus pehuenches argentines.

  • 41 Lors d’une bataille près du Bío-Bío en mars 1550, Mariño de Lobera exprima en ces termes le princip (...)
  • 42 Ibid., p. 540.

27Si la frontière était favorable aux échanges commerciaux en temps de paix, elle devenait en temps de guerre le théâtre d’intenses déplacements des Indiens pour la défense de leur territoire. Les Pehuenches étaient de redoutables guerriers et les solidarités claniques jouaient pleinement leur rôle dès que l’un des clans était attaqué41. Leur grande mobilité et leur parfaite connaissance du milieu forestier étaient des atouts incontestables dans les batailles qui les opposaient aux Espagnols ou à d’autres Indiens, notamment aux Huilliches. Dans cette région de non-droit de la frontière, ils se livraient aussi à des razzias (malones) au cours desquelles ils volaient, entre autres, du bétail dans les encomiendas espagnoles. Quel que soit le motif des déplacements (économie vivrière, commerce, guerre), la mobilité des Pehuenches a été considérablement accentuée par l’adoption du cheval dès la seconde moitié du xvie siècle. À l’arrivée des Espagnols, le cheval était pour eux un animal terrifiant. Cependant, ils apprirent rapidement à le domestiquer et à le monter avec une certaine aisance42.

28À la fin du xvie siècle, la territorialité des Pehuenches était donc fondée sur un modèle d’organisation spatiale particulièrement original qui les distinguait d’un point de vue identitaire des autres peuples de la marche araucane. Contrairement aux Mapuches et aux Huilliches, qui étaient avant tout des agriculteurs sédentaires, leur rapport au territoire était dominé par leur grande mobilité, une mise en valeur de l’espace discontinue (îles étagées) et une économie de la cueillette et de la chasse associée à une petite agriculture de subsistance. Dès les premiers temps de la conquête, l’influence de la frontière en tant que lieu de contact culturel se manifesta notamment par l’adoption du cheval, mais sans remettre en cause le modèle territorial des Pehuenches. Cette forme d’adaptation dans la continuité, sans rupture majeure, s’est-elle poursuivie à partir du xviie siècle ? Ou bien au contraire, au cours des siècles suivants, la logique frontalière a-t-elle radicalement modifié la relation des Pehuenches au territoire, et donc leur identité ?

La transition identitaire

29À partir du milieu du xviie siècle, après l’échec de la guerre de colonisation (1550-1641), la frontière araucane s’est figée jusqu’à la fin du xixe siècle. Les Pehuenches connurent au cours de cette longue période des transformations identitaires importantes, liées à l’espace de contact créé par l’existence même d’un territoire frontalier. On ne peut pas réduire la mutation de leur identité à une simple rupture, brutale et rapide dans le temps. Il s’agit plutôt d’une transition identitaire inscrite dans la longue durée, faite d’évolutions et de permanences, d’adaptations et de changements, d’intégrations incomplètes ou radicales, selon les cas, des influences culturelles des autres acteurs de la frontière.

Du héros à l’abominable homme des bois

  • 43 Ibid., p. 232.
  • 44 « No ha habido rey que jamás sujetase esta soberbia gente libertada, ni extranjera nación que se ja (...)
  • 45 « […] los indios iban acometiendo los mayores bríos para beber la sangre de los cristianos » (Mariñ (...)

30La transition identitaire peut être appréhendée tout d’abord dans le regard de l’Autre, en particulier dans l’évolution de la représentation des Indiens dans l’imaginaire colonial. Au début de la conquête, les Espagnols pénétraient dans un monde peuplé de « barbares » dont ils ignoraient tout, comme le souligna Pedro Mariño de Lobera au début de sa chronique43. Leur méconnaissance des Indiens fut propice à l’invention de mythes souvent tenaces. Deux contemporains, Alonso de Ercilla et Pedro Mariño de Lobera, ont ainsi dessiné deux portraits bien différents des Araucans. Dans son célèbre poème épique intitulé Araucana, Alonso de Ercilla éleva les Indiens au rang de héros44. Pour lui, les Araucans étaient de valeureux guerriers, courageux et combattants, légitimés dans leur entreprise belliqueuse par la résistance à la conquête espagnole. Pedro Mariño de Lobera, au contraire, a dépeint les Indiens comme des êtres barbares, ignorants et sanguinaires, vivant comme des bêtes dans la forêt et se délectant en buvant le sang des chrétiens45. Entre le mythe du héros et celui de l’abominable homme des bois, laquelle de ces deux représentations de l’Autre s’est imposée au fil du temps ?

  • 46 Ruiz, Relación de viaje hecho a los reynos del Perú y Chile, p. 178.
  • 47 « Hacian sus excursiones las tribus Pehuenches, verdaderos perros de los pueblos limítrofes. » (Dom (...)
  • 48 « En eso harto difiere de los Pehuenches y otras tribus trasandinas, que son pastores, nómadas, ver (...)

31Au fur et à mesure que la guerre s’enlisait dans la marche araucane, la représentation négative des Indiens d’Araucanie s’est durablement enracinée dans l’imaginaire colonial. Les Pehuenches, bien que parfois alliés aux Espagnols, notamment pour guerroyer contre leurs ennemis du Sud, les Huilliches, n’ont pas échappé à cette image dévalorisante. À la barbarie et à l’inculture s’ajouta, sous la plume du naturaliste Hipólito Ruiz, l’idée d’un peuple belliqueux et voleur par nature, menant une vie misérable en marge de la civilisation46. De même, pour Ignacio Domeyko, les Pehuenches étaient des guerriers nomades dont le mode de vie était fondé sur la razzia, ce qui en faisait pour lui de véritables « chiens pour les peuples voisins47 » ou « des oiseaux de rapines48 ».

  • 49 Pinto Rodríguez, 1993, pp. 129-130.
  • 50 Lagos, 2003, pp. 14-16.

32L’image négative des Pehuenches reposait certes sur une méconnaissance de leur culture. Mais elle fut aussi alimentée par les colons espagnols pour justifier la guerre et largement relayée par les évangélisateurs qui légitimaient ainsi leur mission civilisatrice49. La proclamation de l’indépendance du Chili en 1810 ne changea pas la donne, bien au contraire. Le nouvel État chilien se livra à une politique délibérée de désinformation et de négation de l’indianité50. Les Pehuenches, comme les autres Indiens, étaient présentés par le pouvoir politique comme une race décadente freinant l’essor économique du pays. Ils étaient accusés pêle-mêle d’être des barbares, des alcooliques, des gens incapables de s’adapter à la vie moderne.

Des cueilleurs-chasseurs devenus éleveurs

33L’argument de l’inadaptabilité des Indiens est amplement contredit par la réalité des faits historiques. Avant la colonisation, les différents peuples d’Araucanie vivaient de manière relativement autonome, en conservant leurs particularités culturelles, linguistiques et religieuses. L’instauration durable d’une marche-frontière en Araucanie modifia en profondeur les relations entre les peuples du sud du Chili, ainsi qu’entre les Indiens et les colons espagnols. L’évolution de ces relations a eu des conséquences majeures dans le processus de transition identitaire des Pehuenches.

  • 51 Méndez Beltrán, 1994, pp. 31-33.
  • 52 Bengoa, 2000, p. 55.
  • 53 Casanova, 1996, pp. 76-77.
  • 54 Pietas, 1846, p. 500.

34À partir du milieu du xviie siècle, les Pehuenches ont subi une profonde acculturation. Ils se sont progressivement intégrés aux populations mapuches51. L’araucanisation des Pehuenches est indissociable des conditions particulières créées par la frontière. En temps de guerre, les Mapuches se réfugiaient pendant de longs mois dans les forêts d’araucarias occupées par les Pehuenches, ce qui favorisa à terme un véritable brassage ethnique entre les deux peuples. L’adoption par les Pehuenches du mapudungun, la langue des Mapuches, n’est pas le seul élément d’acculturation52. Les Pehuenches ont hérité des Mapuches une meilleure connaissance des pratiques agricoles, de la métallurgie, de la fabrication des tissus, et ils ont adopté les croyances religieuses des « gens de la terre53 ». Au début du xviiie siècle, l’araucanisation des Pehuenches était en grande partie achevée. Gerónimo Pietas les décrivit en 1719 comme un peuple partageant les mêmes coutumes que les autres Araucans dont ils ne se différenciaient que par leurs habitudes culinaires54.

  • 55 En 1766, les Pehuenches s’unirent aux Mapuches pour lutter contre la politique d’évangélisation et (...)
  • 56 Pinto Rodríguez, 1996, p. 22.

35Dans la marche araucane, les contacts se sont aussi multipliés entre les Indiens et les Espagnols de la frontière. Les relations n’étaient pas toujours de nature belliqueuse. À la suite de la signature du traité de Quilín en 1641, qui entérinait la reconnaissance d’un territoire indien autonome en Araucanie entre les fleuves Bío-Bío et Toltén, une paix relative s’instaura jusqu’au début du xixe siècle. Bien que ponctuée par d’inévitables conflits et soubresauts55, cette longue trêve favorisa des échanges de toute nature, et en particulier commerciaux, entre les Araucans et les colons espagnols56.

  • 57 Boccara, 1998, p. 306
  • 58 Torrejón, 2001, p. 228.

36Au contact des Espagnols, les Pehuenches apprirent à maîtriser d’importants troupeaux d’animaux originaires d’Europe (chevaux, bovins, moutons). Cela transforma en profondeur leur système économique57. Les anciens cueilleurs-chasseurs sont progressivement devenus de grands
éleveurs, surtout à partir du xviiie siècle58. Ils ont su adapter l’activité pastorale à leur mode de vie nomade. En effet, grâce à leur connaissance des ressources en pâturage et à leur maîtrise des cols andins, ils se déplaçaient avec leurs troupeaux en pratiquant la transhumance sur les deux versants de la cordillère des Andes. Si l’adoption du pastoralisme transhumant s’inscrit dans une certaine continuité avec leur mode de vie itinérant, celui-ci a modifié en partie leur rapport au territoire forestier. La cueillette des pignons d’araucaria est restée une activité importante. Mais, peu à peu, la nécessité des déplacements pastoraux pour nourrir les troupeaux est venue se superposer, voire concurrencer la mobilité saisonnière pour la cueillette. L’image de la forêt nourricière s’est aussi estompée en raison de l’évolution de leur régime alimentaire qui intégra plus de viande, en particulier de la viande de cheval séchée.

37Les Pehuenches ont donc connu, au cours du xviie et du xviiie siècle, un double processus d’acculturation. Contrairement à l’imaginaire colonial du xixe siècle, qui taxait les sociétés indigènes d’immobilisme, les Pehuenches ont fait preuve d’une forte capacité d’adaptation. Cependant, dans le contexte de la fièvre indépendantiste, la nouvelle élite dirigeante s’est montrée bien peu sensible à cette profonde évolution de la société pehuenche.

De la paix imposée au territoire tronqué

  • 59 Blancpain, 1996, p. 121.
  • 60 Vicuña Mackenna, La guerra a muerte.

38Pour la jeune république chilienne, le « Territoire des Araucans libres », qui figurait sur les atlas du pays au début du xixe siècle, était une tache blanche qui coupait le Chili en deux59. La frontière intérieure était non seulement contraire à l’unité physique du pays, mais aussi antinomique avec la volonté de construire une identité nationale. Symbole vivant de l’ancien ordre colonial, la marche araucane était perçue comme une menace pour la survie de la république, d’autant plus que, par une certaine ironie de l’histoire, les troupes fidèles à la couronne d’Espagne s’y étaient réfugiées après la proclamation de l’Indépendance. Le nouveau pouvoir engagea alors une « guerre à mort », selon l’expression utilisée à l’époque60, à la fois pour réduire les royalistes et pour soumettre les Araucans.

  • 61 Rossignol, 1973, p. 71.
  • 62 Blancpain, 1996, pp. 144-145, parle d’une guerre barbare.
  • 63 Lagos, 2003, p. 17.

39Rapidement, la soumission des Pehuenches prit une tournure militaire. Les royalistes étaient parvenus à convaincre les Pehuenches de les soutenir dans leur lutte contre les indépendantistes. En plus d’un soutien armé, les Pehuenches leur permettaient de se réfugier dans leur bastion andin. Entre 1830 et 1836, pour mettre fin à cette situation, une rude campagne militaire conduite par le général indépendantiste Bulnes fut menée contre les Pehuenches. Ces campagnes prenaient souvent la forme d’expéditions punitives qui rappelaient les correrías des premiers temps de la conquête. Au cours de la seule campagne de 1836, environ 800 Indiens furent tués par l’armée chilienne61. À la suite de cette campagne, les Pehuenches furent anéantis sur le plan militaire et leur économie ruinée par la confiscation de leurs troupeaux. En 1880 et 1881, ils participèrent cependant au soulèvement général des Indiens d’Araucanie. L’armée chilienne, appuyée par l’armée argentine sur l’autre versant des Andes, décida de porter le coup d’estocade en réduisant la rébellion pehuenche avec une rare violence62. En 1880, 14 000 Indiens furent tués ou faits prisonniers63.

  • 64 Ibid., p. 19.

40La réduction des Pehuenches ne se déroula pas que sur le terrain militaire. Dès les années 1840, le nouvel État chilien favorisa officieusement la colonisation du territoire pehuenche. La pénétration des colons chiliens prit alors une forme sournoise. Elle s’effectua par des locations de pâturages qui dissimulaient en réalité des achats frauduleux de domaines pastoraux. Après le dernier soulèvement de l’Araucanie en 1880-1881, l’ancienne marche frontière fut déclarée « Espace de colonisation » et l’occupation du sol en territoire indien officiellement encouragée par le pouvoir. Entre 1881 et 1929, pour libérer des terres, les Indiens furent regroupés de force dans des réserves (reducciones). Les Pehuenches furent rassemblés dans six réserves situées dans la province du Bío-Bío sur environ 16 600 ha, ce qui ne représentait que 1,11 % de la superficie de cette province64.

  • 65 Ainsi, dans la vallée de Quinquén, des terres attribuées aux Pehuenches par des Títulos de Merced e (...)

41Sur cet espace tronqué, la territorialité des Pehuenches a été radicalement transformée. Le découpage des réserves ne tenait pas compte des deux activités essentielles pour les Pehuenches qui impliquaient des déplacements saisonniers sur un vaste espace, à savoir le pastoralisme transhumant et la cueillette des pignons. Les Pehuenches ont été contraints de se sédentariser et de développer une agriculture vivrière dans les fonds de vallée. Le mode d’appropriation du territoire a lui aussi été bouleversé. Lors de la création des réserves, les Pehuenches se sont vu attribuer des titres de propriété individuelle (Títulos de Merced) qui pouvaient être vendus. Cette redéfinition juridique de la propriété bafouait le principe de la possession collective des terres des Pehuenches. Elle fut aussi l’occasion de nouvelles aliénations frauduleuses65.

42Les conséquences de cette curieuse « pacification » de l’Araucanie ont marqué tout le xxe siècle. Les Pehuenches, comme les autres Indiens de la frontière, ont subi le triste sort des peuples vaincus. Des années 1930 jusqu’au vote de la Loi indigène de 1993, tout a été mis en œuvre par l’État chilien pour contrôler territorialement et socialement les Pehuenches. La construction de forts, de routes et de chemins de fer répondait avant tout à la volonté de maîtriser sur le plan militaire l’ancienne marche araucane. Les différentes politiques d’assimilation forcée ne visaient qu’à réduire à néant la culture indigène pour que les peuples du Sud se fondent définitivement dans la « nation chilienne ». L’identité des peuples d’Araucanie fut reléguée à un mythe du passé, ou réduite à sa dimension folklorique et muséographique.

Conclusion

43Au total, à travers l’exemple des Indiens pehuenches, on peut mesurer à quel point la référence au territoire est essentielle pour analyser l’identité des peuples du sud du Chili. L’irruption des conquérants espagnols dans la marche araucane n’a pas figé à travers le temps la relation des Pehuenches au territoire, bien au contraire. Leur territorialité a évolué entre deux logiques qui se sont superposées, celle de la maîtrise de leur environnement forestier et celle de leur intégration dans un espace frontalier. À partir du milieu du xviie siècle, la logique frontalière s’est peu à peu imposée comme un facteur majeur dans la mutation identitaire des Pehuenches. Le peuple de la forêt du xvie siècle est aussi devenu un peuple de la frontière, ce qui a engendré de profondes évolutions dans leur rapport au territoire. Les cueilleurs-chasseurs nomades se sont d’abord transformés en éleveurs transhumants. Puis, après la dure campagne de « pacification » de l’Araucanie et l’instauration de la pax chilensis à la fin du xixe siècle, ils ont été contraints de vivre dans des réserves et de se sédentariser. Cette difficile transition identitaire s’est traduite par une marginalisation sociale et culturelle durant la plus grande partie du xxe siècle.

44Pourtant, de manière surprenante, la territorialité des Pehuenches a survécu malgré un siècle de politique d’assimilation forcée. En 1993, l’adoption de la Loi indigène, suivie de la création de la CONADI (Corporation nationale du développement indigène), marque un tournant historique. Elle a permis d’entrouvrir le dossier des réparations des dommages causés aux Indiens par la spoliation de leurs terres. Dominante dans le débat politique juste après la dictature du général Pinochet, la « question de la terre » a rapidement glissé à la fin des années 1990 et au début du xxie siècle vers une revendication plus large de nature territoriale.

  • 66 Aylwin, 2002.
  • 67 Padilla et San Martín, 1995, pp. 105-127 et Morales Urra (comp.), 1998.
  • 68 Le Bonniec, 2002, pp. 31-39.

45En effet, en contournant les partis traditionnels et les institutions jugées trop proches du pouvoir politique chilien, des organisations indiennes locales se sont créées sur la base des anciennes entités territoriales, comme les butalmapus qui existaient à l’époque coloniale et que l’on croyait disparus66. La bataille engagée par les Pehuenches, regroupés en comité à l’échelle de leur ancien butalmapu contre l’entreprise électrique ENDESA, illustre bien cette évolution récente. L’opposition des Pehuenches à la construction de deux centrales dans le bassin du Bío-Bío (projet Ralco) a été interprétée de façon erronée comme un simple conflit environnemental67. Le sens de l’action menée par les Pehuenches va bien au-delà : il s’agit pour eux de retrouver une identité territoriale bafouée par plusieurs siècles de colonisation68. Cependant, il est difficile de se prononcer sur les conséquences à long terme de cette renaissance de la territorialité pehuenche. La société chilienne dans son ensemble est-elle réellement favorable à cette résurrection identitaire ?

Haut de page

Bibliographie

Aldunate, Carlos et Villagrán, Carolina (1999), « Recolectores de los bosques templados del cono sur americano », dans Ernesto Wilhelm de Mösbach, Botánica indígena de Chile, Santiago du Chili, pp. 23-38.

Aylwin, José O. (2002), « Tierra y territorio Mapuche : un análisis desde una perspectiva histórico-jurídica », dans Roberto MoralesUrra (comp.), Territorialidad mapuche en el siglo xx, Temuco (Chili), pp. 121-176.

Bengoa, José (2000), Historia del pueblo Mapuche (siglos xix y xx), Santiago du Chili.

Blancpain, Jean-Pierre (1996), Les Araucans et le Chili. Des origines au xixe siècle, Paris.

Boccara, Guillaume (1998), Guerre et ethnogenèse mapuche dans le Chili colonial. L’invention du soi, Paris.

Bragg, Katherine (1984), « Los conceptos lingüisticos de la división de espacio, de tiempo y actividades en una comunidad pehuenche », dans Actas de las Jornadas de Lengua y Literatura Mapuche, Temuco (Chili), pp. 177-188.

Casanova, Holdenis (1996), « La alianza hispano-pehuenche y sus repercusiones en el macroespacio fronterizo sur andino (1750-1800) », dans Jorge Pinto Rodríguez (éd.), Araucanía y pampas. Un mundo fronterizo en América del Sur, Temuco (Chili), pp. 72-92.

Casanueva, Fernando (1991), « Guerre et nature au Chili : représentation et témoignage (1601-1607) d’Alonso González de Nájera », dans Bernard Lavallé (éd.), La nature américaine en débat : identités, représentations, idéologies, Bordeaux, pp. 37-69.

Clément, Vincent (2002), De la marche-frontière au pays-des-bois. Forêts, sociétés paysannes et territoires en Vieille-Castille (xie-xxe siècle), Madrid.

Domeyko, Ignacio, Araucanía i sus habitantes : recuerdos de un viaje hecho en las provincias meridionales de Chile en los meses de enero y febrero de 1845, Santiago du Chili, 1846 (Buenos Aires, 1971 [2e éd.]) [ANCH, FA, vol. 33, pieza 7].

Donoso, Claudio et Lara , Antonio (1997), « Utilización de los bosques nativos en Chile : pasado, presente y futuro », dans Juan J. Armesto, Carolina Villagrán et Mary T. Kalin Arroyo (éd.), Ecología de los bosques nativos de Chile, Santiago du Chili, pp. 363-386.

Ercilla y Zúñiga, Alonso de, La Araucana, Managua, 1984 (1e éd. en trois parties, 1569, 1578 et 1589).

Gay, Claudio, Historia física y política de Chile (4 t. en 23 vol. ), Paris, 1844-1854.

González Coll, María Mercedes (1996), « Frontera, cultura de contacto. ¿ Coexistencia equilibrada o conflicto encubierto ? », dans Jorge Pinto Rodríguez (éd.), Araucanía y pampas. Un mundo fronterizo en América del Sur, Temuco (Chili), pp. 114-133.

González, Héctor et Valenzuela, Rodrigo (1979), « Recolección y consumo del piñón », dans Actas del VIII Congreso de Arqueología Chilena, Valdivia, pp. 57-70.

Hoffmann, Adriana (1997), Flora silvestre de Chile. Zona araucana, Santiago du Chili.

Lagos, Ricardo (2003), « Comisión de Verdad Histórica y Nuevo Tratado de Chile », Revista América Indígena, 4, pp. 10-27.

Latcham, Ricardo (1922), « El perro doméstico en América Precolombina », Revista Chilena de Historia y Geografía, 45, pp. 3-49.

Le Bonniec, Fabien (2002), « Las identidades territoriales o como hacer historia desde hoy día », dans Roberto MoralesUrra (comp.), Territorialidad mapuche en el siglo xx, Temuco (Chili), pp. 31-49.

Lévy, Jacques et Lussault, Michel (dir.) (2003), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris.

Mariño de Lobera, Pedro, Crónica del Reino de Chile (1550-1595), Bartolomé Escobar (éd.), Madrid, 1960 (1e éd. 1865).

Méndez Beltrán, Luz María (1994), « La población indígena, su distribución espacial y el proceso de aculturación en la Araucanía (siglos xvii-xviii). El recuento de 1796 », Cuadernos de Etnohistoria, 3, pp. 9-40.

Morales Urra, Roberto (comp.) (1998), « Los Mapuches Pewenches y el Proyecto de central hidroeléctrica Ralco : consecuencias socioculturales », dans Roberto Morales Urra (éd.), Ralco. Modernidad o etnocidio en territorio mapuche, Temuco (Chili), pp. 157-190.

Morales Urra, Roberto (comp.) (2002), Territorialidad mapuche en el siglo xx, Temuco.

Morlon, Pierre (coord.) (1992), Comprendre l’agriculture paysanne dans les Andes centrales, Paris.

Murra, John (1976), « Límites y limitaciones del “archipiélago vertical” en los Andes », dans Homenaje al R. P. Gustavo Le Paige, Antofagasta (Chili), pp. 141-146.

Núñez de Pineda y Bascuñán, Francisco, Suma y epílogo de lo más esencial que contiene el libro intitulado Cautiverio feliz y guerras dilatadas del Reino de Chile (1673), José Anadón (éd.) et Robert A. McNeil (transc.), Santiago du Chili, 1984.

Padilla, César et San Martín, Pablo (1995), Conflictos ambientales : una oportinudad para la democracia, Santiago du Chili.

Pietas, Gerónimo (1846), « Noticias sobre las costumbres de los araucanos (1719) », dans Claudio Gay, Historia física y política de Chile (4 t. en 23 vol. ), t. iii  : Documentos sobre la historia, la estadística y la geografía [1846-1852] (2 vol. ), Paris, vol. 1, pp. 486-512.

Pinto Rodríguez, Jorge (1993), « Jesuitas, franciscanos y capuchinos italianos en la Araucanía (1600-1900) », Revista Complutense de Historia de América, 19, pp. 109-147.

Pinto Rodríguez, Jorge (1996), « Integración y desintigración de un espacio fronterizo. La Araucanía y las Pampas (1550-1900) », dans Jorge Pinto Rodríguez (éd.), Araucanía y Pampas. Un mundo fronterizo en América del Sur, Temuco (Chili), pp. 11-46.

Poeppig, Éduard, Un testigo en la alborada de Chile (1826-1829), Carlos R. Keller (trad. et éd.), Santiago du Chili, 1960.

Povilitis, Anthony (2002), « El estado actual del Huemul (Hippocamelus bisulcus) en Chile central », Gayana (Concepción, Chili), 66 (1), pp. 59-68.

Relaciones geográficas del Reino de Chile (1756), Francisco de Solano (éd.),Madrid, 1995.

Rosales, Diego de, Historia general del reino de Chile. Flandes indianos (2 vol. ), Mario Góngora (éd.), Santiago du Chili, 1989.

Rossignol, Jacques (1973), « Chiliens et Indiens Araucans au milieu du xixe siècle », Caravelle, Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, 20, numéro thématique consacré au « Chili », pp. 69-98.

Ruiz, Hipólito, Relación del viaje hecho a los reynos del Perú y Chile por los botánicos y dibuxantes enviados para aquella expedición, extractado de los diarios por el orden que llevó en estos su autor…, Agustín Jesús Barreiro (éd.), Madrid, 1931.

Téllez Lúgaro, Eduardo (2004), « La población pehuenche de la cordillera chilena en tiempos de la dominación española », Revista de Estudios Históricos, 1 (1), pp. 1-8 [www.estudioshistoricos.uchile.cl].

Torrejón, Fernando (2001), « Variables geohistóricas en la evolución del sistema económico pehuenche durante el périodo colonial », Revista Universum, 16, pp. 219-236.

Torrejón, Fernando et Cisternas, Marco (2002), « Alteraciones del paisaje ecológico araucano por la asimilación mapuche de la agroganadería hispano-mediterránea (siglos xvi y xvii) », Revista Chilena de Historia Natural, 75 (4), pp. 729-736.

Vicuña Mackenna, Benjamín, La guerra a muerte. Memoria sobre las últimas campañas de la Independencia de Chile (1819-1824), Santiago du Chili, 1868.

Villagrán, Carolina (1998), « Etnobotánica indígena de los bosques de Chile : sistema de clasificación de un recurso de uso multiple », Revista Chilena de Historia Natural, 71, pp. 245-268.

Villalobos, Sergio (1989), Los pehuenches en la vida fronteriza : investigaciones, Santiago du Chili.

Vivar, Jerónimo de, Crónica de los reinos de Chile, Ángel Barral Gómez (éd.), Madrid, 2001.

Haut de page

Annexe

Abréviations

ANCH Archivo Nacional (Chile), Santiago de Chile.

FA Fondo Antiguo.

FMV Fondo Morla Vicuña.

FAC, ARA Fondos Administrativos Coloniales (siglos xvi-xviii), Archivo de la Real Audiencia.

Haut de page

Notes

1 González Coll, 1996.

2 Voir par exemple Bengoa, 2000 et Boccara, 1998.

3 Signalons cependant la publication d’un ouvrage qui témoigne de l’intérêt récent pour la problématique territoriale : Morales Urra (comp.), 2002.

4 Lévy et Lussault (dir.), 2003, p. 919.

5 « Habiendo pasado el río con hartas dificultades, dieron traza en ir abriendo sendas en la montaña con hachas y machetes que llevaban haciendo esto a costa de sangre, lastimándose a cada paso en los espinos y matorrales […] estaban tan enredadas las raices de los árboles unas con otras, que se mancaban los caballos, y aún algunos dellos dejaban los cascos encajados en los lazos de raices perdiéndose de esta manera muchos dellos. » (Mariño de Lobera, Crónica del Reino de Chile, p. 390).

6 Casanueva, 1991, p. 46.

7 Les hêtres de l’hémisphère austral appartiennent au genre nothofagus. Parmi les hêtres présents dans la dépression centrale de la marche araucane, on peut citer le roble (nothofagus obliqua) et le coigüe (nothofagus dombeyi). Voir Hoffmann, 1997, pp. 28-31.

8 Donoso et Lara, 1997, pp. 369-370.

9 Torrejón et Cisternas, 2002, p. 730.

10 « Hay en esta tierra un árbol muy alto a manera de pino, salvo que no tiene rama, sino solamente una copa en lo alto […] y sacan unos piñones de ellas mayores que almendras. » (Vivar, Crónica de los reinos de Chile, p. 249).

11 « Es tanta la altura destos árboles que viendo los españoles tal grandeza le pusieron por nombres líbanos, por ser tan altos que vinieron a medir algunos que estaban caídos en el suelo hallaron algunos de doscientos y setenta pies de largo. »(Mariño de Lobera, Crónica del Reino de Chile, p. 421). Rappelons qu’un pied castillan équivalait à 30,5 cm.

12 Ibid.

13 Villalobos, 1989, p. 17.

14 Relaciones geográficas del reino de Chile, p. 218.

15 ANCH, FMV, vol. 21, pieza 26, fo 262.

16 Téllez Lúgaro, 2004, p. 5.

17 Aldunate et Villagrán, 1999, pp. 32-33.

18 « El mantenimiento desta gente casi de ordinario es piñones […]. Y es tan grande el número que hay de estos árboles en todo aquellos sotos y bosques que bastan a dar suficiente provisión a toda aquella gente, que es innumerable, tanto que de ellos hacen pan, vino y guisados. » (Mariño de Lobera, Crónica del Reino de Chile, p. 421).

19 Domeyko, Araucanía i sus habitantes, fo 287 (ANCH, FA, vol. 33, pieza 7).

20 Torrejón, 2001, p. 221.

21 « Tienen grandes silos hechos debajo de tierra, donde guardan los piñones haciendo encima de la tierra en que estan escondidos mui muchas acequias de agua […] porque a no haber agua encima luego brotaran haciendo nueva sementera y quedando ellos corrompidos. » (Mariño de Lobera, Crónica del Reino de Chile, p. 421).

22 Aldunate et Villagrán, 1999, p. 32.

23 « […] crudos, cocidos y asados, que de todos estos modos se comen » (Ruiz, Relación del viaje hecho a los reynos del Perú y Chile, p. 207). « Dicha piña contiene más de cien y a veces hasta doscientos piñones de un gusto excelente y muy parecido al de las castañas. » (Gay, Historia física y política de Chile, vol. 5 du t. i : Botánica, p. 415).

24 Mariño de Lobera, Crónica del Reino de Chile, p. 421.

25 González etValenzuela, 1979, pp. 59-60.

26 Clément, 2002, p. 225.

27 Bragg, 1984.

28 Villagrán, 1998.

29 Povilitis, 2002.

30 Latcham, 1922.

31 « Hay entre estas cordilleras nevadas unos indios que llaman puelches, y otros peguenches […] que se sustentan por la caza, y con piñones que producen aquellas nevadas cierras. » (Núñez de Pineda y Bascuñán, Suma y epílogo de lo más esencial, p. 73).

32 Vivar, Crónica de los reinos de Chile, p. 226.

33 « En los riscos y nieves de la cordillera cogen sus trigos y zebadas con abundancia los Peguenches, aunque son poco labradores. » (Rosales, Historia general del reino de Chile, vol. 1, p. 180).

34 Parmi les céréales natives, on sait par exemple que les Mapuches cultivaient entre autres le mango (Bromus mango), alors que le chango, appelé aussi trigo del monte (Schoenus rhynchosporoides) était mieux adapté au milieu montagnard.

35 Espiñeira, Relación del viaje y misión a los Pehuenches (ANCH, FAC, ARA, vol. 2996, pieza 1).

36 Aldunate et Villagrán, 1999, p. 31.

37 Poeppig, Un testigo en la alborada de Chile, p. 322.

38 Casanova, 1996, p. 79.

39 Murra, 1976 et Morlon (coord.), 1992, pp. 124-128.

40 «  […] la sal se les había acabado a los españoles y que la carne, aunque poca, se les estragaba […] » (Vivar, Crónica de los reinos de Chile, p. 142).

41 Lors d’une bataille près du Bío-Bío en mars 1550, Mariño de Lobera exprima en ces termes le principe des solidarités claniques : « […] al primer paso que dió por la cuesta abajo vió venir de la otra parte del cerro un gran escuadrón de barbaros, que acudieron más tarde por ser gente de tierras más remotas […]. » (Mariño de Lobera, Crónica del Reino de Chile, p. 305).

42 Ibid., p. 540.

43 Ibid., p. 232.

44 « No ha habido rey que jamás sujetase esta soberbia gente libertada, ni extranjera nación que se jactase de haber dado en sus términos pisadas […]. » (Ercilla y Zúñiga, La Araucana, p. 50).

45 « […] los indios iban acometiendo los mayores bríos para beber la sangre de los cristianos » (Mariño de Lobera, Crónica del Reino de Chile, p. 255).

46 Ruiz, Relación de viaje hecho a los reynos del Perú y Chile, p. 178.

47 « Hacian sus excursiones las tribus Pehuenches, verdaderos perros de los pueblos limítrofes. » (Domeyko, Auracanía i sus habitantes, fo 283 [ANCH, FA, vol. 33, pieza 7]).

48 « En eso harto difiere de los Pehuenches y otras tribus trasandinas, que son pastores, nómadas, verdaderos aves de rapiña […]. » (Ibid., fo 304).

49 Pinto Rodríguez, 1993, pp. 129-130.

50 Lagos, 2003, pp. 14-16.

51 Méndez Beltrán, 1994, pp. 31-33.

52 Bengoa, 2000, p. 55.

53 Casanova, 1996, pp. 76-77.

54 Pietas, 1846, p. 500.

55 En 1766, les Pehuenches s’unirent aux Mapuches pour lutter contre la politique d’évangélisation et la création de nouvelles missions en Araucanie (Casanova, 1996, p. 91).

56 Pinto Rodríguez, 1996, p. 22.

57 Boccara, 1998, p. 306

58 Torrejón, 2001, p. 228.

59 Blancpain, 1996, p. 121.

60 Vicuña Mackenna, La guerra a muerte.

61 Rossignol, 1973, p. 71.

62 Blancpain, 1996, pp. 144-145, parle d’une guerre barbare.

63 Lagos, 2003, p. 17.

64 Ibid., p. 19.

65 Ainsi, dans la vallée de Quinquén, des terres attribuées aux Pehuenches par des Títulos de Merced en 1906 ont été vendues aux enchères en 1911 sans l’accord de la communauté indienne concernée (Lagos, 2003, p. 18).

66 Aylwin, 2002.

67 Padilla et San Martín, 1995, pp. 105-127 et Morales Urra (comp.), 1998.

68 Le Bonniec, 2002, pp. 31-39.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — L’Araucaria (Araucaria araucana) dans la Cordillère de Nahuelbuta
Crédits (Photographie : Vincent Clément).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Fig. 2. — Modèle du territoire clanique des Pehuenches dans la seconde moitié du xvie siècle
Légende (Schéma : Vincent Clément).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2098/img-2.png
Fichier image/png, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Clément, « Peuple de la forêt, peuple de la frontière », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 125-145.

Référence électronique

Vincent Clément, « Peuple de la forêt, peuple de la frontière », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 21 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/2098

Haut de page

Auteur

Vincent Clément

École normale supérieure, Lettres et Sciences humaines, Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org