Navigation – Plan du site
Miscellanées

Le rôle des ateliers de lampes dans la diffusion iconographique de la fuite d’Énée

The Role of Lampmakers’ Shops in the Spread of the Iconography of the Flight of Aeneas
El papel de los talleres de lámparas en la difusión iconográfica de la huida de Eneas
Alexandra Dardenay
p. 161-189

Résumés

L’étude d’un groupe de ratés de cuissons et autres déchets de lampes en terre cuite provenant d’un atelier de Mérida a donné naissance à une réflexion sur les modalités de diffusion de la production d’un atelier de lampes de la capitale de la Lusitanie romaine. L’ensemble choisi présente un caractère homogène non seulement en raison de sa période de production – l’époque flavienne – mais également pour le motif ornant le médaillon de la lampe, qui figure la fuite d’Énée, motif célèbre à l’époque ro-maine pour ses implications politiques en liaison avec les origines mythiques de la gens Iulia. L’analyse a révélé que cette production d’un atelier de Mérida était, en réalité, la recréation d’un prototype fabriqué à Rome dans la seconde moitié du ier siècle ap. J.-C. Par ailleurs, la question des limites de la zone de diffusion des lampes en terre cuite fabriquées à Mérida est envisagée. Des hypothèses sont finalement émises quant à la relation entre les lampes figurant la fuite d’Énée et l’expression populaire du culte impérial.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2008.

  • 1 Martin, 1994, pp. 275-278 et pp. 300-402 ainsi que Spannagel, 1999, pp. 162-205 et Poucet, 1989.
  • 2 Le problème se posa de façon aiguë notamment à l’époque flavienne : voir Girard, 1987.

1Le motif de la fuite d’Énée est caractérisé par l’importance de sa dimension politique à l’époque impériale. L’ascendance troyenne du peuple romain (thème ancien de la légende des origines de Rome) fut exploitée par Jules César à des fins d’exaltation gentilice avec la postérité que l’on connaît, faisant ainsi de ce mythe national une légende familiale1. Sur les personnages d’Énée et de Romulus se cristallisent les qualités essentielles du héros fondateur (la pietas pour Énée, la virtus pour Romulus) de sorte que leurs images deviennent l’incarnation des deux pendants de la figure de l’archégète et, par glissement, de celle de l’empereur qui, lui aussi, est détenteur de ces qualités. Ceci explique pourquoi la figure d’Énée est diffusée de façon continue sur des supports iconographiques, au sein de la sphère publique, tout au long de l’époque impériale et bien après l’extinction de la lignée julio-claudienne. Par ailleurs, la présence d’Ascagne aux côtés d’Énée n’était pas sans évoquer le caractère héréditaire de la transmission du pouvoir impérial : ce trait pouvait appuyer les desseins de certains empereurs afin de promouvoir la légitimité dynastique2.

  • 3 Nous avions eu connaissance de l’existence de ces artefacts par la mention de leur numéro d’inventa (...)

2L’étude présentée ici est née de l’examen d’un ensemble de « ratés de cuisson » de lampes figurant la fuite d’Énée, conservé dans les réserves du Museo Nacional de Arte Romano de Mérida3. La comparaison de ce matériel avec des lampes de même type mises au jour dans la péninsule Ibérique a servi de point de départ à une analyse visant, en premier lieu, à retrouver le prototype de ces lampes et du schéma iconographique qui orne leur médaillon. Ces exemplaires « hispano-romains », étant le produit d’un surmoulage et d’une adaptation de ce prototype, nous serons ensuite amenée à proposer une explication concernant les modalités de leur production, puis de leur diffusion dans la péninsule Ibérique.

3La lampe en terre cuite est un artefact dont l’étude s’avère des plus enrichissantes car elle permet de mieux appréhender les modalités de la diffusion des schémas iconographiques dans l’Empire romain. Ce type d’objet présente en effet un double avantage : une chronologie relativement bien établie et la présence, sur de nombreux exemplaires, de marques d’ateliers qui apportent divers types d’indices. Ainsi, bien qu’il faille manier les informations apportées par les marques d’atelier avec d’infinies précautions, ces dernières permettent néanmoins de classer sous un nom de fabricant un grand nombre de lampes et, parfois même, quand l’activité d’un atelier est bien connue, d’apporter des éléments de datation, voire une fourchette chronologique qui permette de préciser la datation typologique.

  • 4 Nous n’étudierons cependant ici, par souci de concision, que deux de ces types. Pour les autres nou (...)

4Si les études globales sur les lampes d’une région ou d’un site abondent, beaucoup plus rares sont celles centrées sur un type iconographique précis. Pourtant, le caractère transversal de ces dernières permet d’aborder sous un nouvel angle d’approche l’étude des lampes en terre cuite, apportant notamment des éclaircissements concernant la diffusion des schémas iconographiques d’un atelier à l’autre. Les lampes figurant la fuite d’Énée nous sont parvenues en assez grand nombre pour autoriser une étude significative4.

5Pour plus de clarté, nous avons réparti les lampes étudiées ici en deux groupes : celles directement dérivées du prototype sont rassemblées sous la dénomination de « type I » ; quant aux exemplaires de la péninsule Ibérique, on les trouvera ici sous le nom de « type II ».

Le type I et son schéma iconographique

  • 5 Nous indiquons la provenance entre parenthèses lorsqu’elle est différente du lieu de conservation.
  • 6 Barcelone est le lieu de conservation supposé car, après enquête, cette lampe ne se trouve pas au M (...)

6Le type I est représenté par huit exemplaires conservés à Hanovre (Rome)5 [fig. 1], Londres (Asie Mineure) [fig. 2], Barcelone6 (Rome), Aquilée (fig. 3, p. 164), Chypre, Carthage, Tunis et Sfax. Ainsi, trois exemplaires proviennent de Tunisie, trois d’Italie (dont deux de Rome), un d’Asie Mineure et un de Chypre. Cet ensemble est donc caractérisé par une grande dispersion géographique. Les lampes sont de forme Loeschke IV dans sept cas, celle de Sfax étant de forme Loeschke VIII. Seules deux marques d’ateliers ont pu être relevées : I.NI.IX/I sur la lampe de Sfax et une double planta pedis sur celle de Chypre.

Fig. 1. — Lampe de Hanovre (Rome)

Fig. 1. — Lampe de Hanovre (Rome)

(Galinsky, 1969, fig. 5).

Fig. 2. — Lampe du British Museum [Asie Mineure]

Fig. 2. — Lampe du British Museum [Asie Mineure]

(Photographie : Alexandra Dardenay)

Fig. 3. — Lampe d’Aquilée

Fig. 3. — Lampe d’Aquilée
(Di Filippo Balestrazzi, 1988, pl. 127, fig. 824).

7Quant aux éléments de décor, ils prêtent à controverse. Le groupe d’Énée, Ascagne et Anchise évolue vers la droite, devant un arrière-plan composé d’un bâtiment circulaire jouxté d’un palmier et, à droite du groupe, d’un cippe servant de base au Palladium.

  • 7 Sur le médaillon d’Hadrien, réémis par Antonin le Pieux, voir Cappelli, 2000, p. 155 ; Barenghi, 19 (...)

8L’interprétation de ce décor est habituellement associée par les chercheurs à celle d’un autre groupe d’objet : des médaillons émis au début du règne d’Antonin le Pieux et figurant le groupe de la fuite d’Énée dans un décor où l’on retrouve le motif du bâtiment circulaire (nommons-le tholos)7. Mais cette association nous paraît abusive car les éléments de décor, mise à part la présence d’une tholos, sont complètement différents.

  • 8 Le paysage a fait penser à Galinsky que ces lampes avaient pu être conçues pour être exportées en A (...)

9Le palmier figurant sur le médaillon de la lampe porte — en raison de sa polysémie — une forte charge symbolique8. Il est notamment associé à quatre prodiges : l’un concernant Romulus, les trois autres Auguste. Le premier est rapporté par Ovide, il s’agit du rêve de Rhéa Silvia :

  • 9 Ovide, Fastes, III, 29-38. Traduction R. Schilling, Paris, Belles Lettres, 1992 : « J’étais en trai (...)

Ignibus Iliacis aderam, cum lapsa capillis
Dedicit ante sacros lanea uitta focos.
Inde duae pariter, uisu mirabile, palmae
Surgunt ; ex illis altera maior erat
Et grauibus ramis totum protexerat orbem
Contigeratque sua sidera summa coma.
Ecce meus ferrum patruus molitur in illas :
Terreor admonitu corque timore micat
Martia picus auis gemino pro stipite pugnant
Et lupa : tuta per hos utraque palma fuit
9.

10Deux autres sont rapportés par Suétone :

  • 10 Suétone, Augustus, XCII, 2-3. Traduction H. Ailloud, Paris, Belles Lettres, 1931 : « Mais il était (...)
  • 11 Ibid., XCIV, 16. Traduction ibid. : « Devant Munda, en abattant une forêt à l’endroit choisi par le (...)

Sed et ostensis praecipue mouebatur. Enatam inter iuncturas lapidum ante domum suam palmam in compluuium deorum Penatium transtulit, utque coalesceret magno opere curauit10.
Apud Mundam Diuus Iulius castris locum capiens cum siluam caederet, arborem palmae repertam conseruari ut omen uictoriae iussit ; ex ea continuo enata suboles adeo in paucis diebus adoleuit, ut non aequiperaret modo matricem, uerum et obtegeret frequentareturque columbarum nidis, quamuis id auium genus duram et asperam frondem maxime uitet. Illo et praecipue ostento motum Caesarem ferunt, ne quem alium sibi succedere quam sororis nepotem uellet
11.

  • 12 RPC, I, no 218, p. 104 et pl. 16.
  • 13 Quintilien, Institution oratoire, VI, 3, 77. Traduction J. Cousin, Paris, Belles Lettres, 1997 : «  (...)

11Et, enfin, Quintilien relate un dernier miracle dont le cadre est Tarragone. Sur l’autel dédié à l’empereur Auguste poussa un palmier, prodige illustré sur des monnaies de Tarragone du règne de Tibère12. Le conseil de la cité envoya des messagers pour informer l’empereur de cet événement mais ce dernier répondit sèchement : « Apparet, inquit, quam saepe accendatis13»

  • 14 G. Sauron a, le premier, réalisé un rapprochement entre la description par Ovide du rêve de Rhéa Si (...)

12Nous pensons que c’est en ce sens qu’il faut interpréter la présence du palmier dans le décor du médaillon des lampes en question14. Le palmier associé à Énée préfigure la grandeur de la domus impériale. Mais il pourrait également, en tant qu’élément de paysage exotique, être interprété comme un élément topique permettant de situer la scène en Asie Mineure.

  • 15 Adamo Muscettola, 1982.
  • 16 Sur le temple de Vesta, voir Dubourdieu, 1989, pp. 453-516.

13L’interprétation iconographique de ce décor est intimement liée à celle de médaillons ornant des cistes de plomb mis au jour dans plusieurs domus pompéiennes15 (fig. 4). Cinq exemplaires sont ornés de médaillons figurant la fuite d’Énée dont l’iconographie est pratiquement semblable à celle des médaillons du type I à un détail prêt, d’une grande importance : du « feu » s’échappe du toit. Ce « feu » ne peut avoir que deux explications qui réduisent le champ des interprétations : s’il s’agit bien de feu, le temple est en flammes et, dans ce cas, cette tholos est un temple troyen illustrant la destruction de la ville ; s’il ne s’agit pas de feu mais de fumée (le détail n’est pas clair car les médaillons sont très oxydés) ce monument doit être le temple de Vesta dont le toit était percé d’un orifice permettant à la fumée du feu sacré de s’échapper16.

Fig. 4. — Médaillon de ciste de Pompéi

Fig. 4. — Médaillon de ciste de Pompéi

(Photographie : Nicolas Monteix)

14Or, Virgile écrit dans l’Énéide qu’Énée amena de Troie non seulement les Pénates mais aussi le feu sacré de Vesta. Lorsqu’il apparaît en songe à Énée, Hector lui commande :

  • 17 Virgile, Énéide, II, 293-297. Traduction J. Perret, Paris, Belles Lettres, 1981 : « Troie te confie (...)

Sacra suosque tibi commendat Troia penatis ;
hos cape fatorum comites, his moenia quaere
magna, pererrato statues quae denique ponto
Sic ait et manibus uittas Vestamque potentem
aeternumque adytis effert penetralibus ignem
17.

  • 18 Voir Dubourdieu, 1989, pp. 292- 296.
  • 19 Macrobe, Saturnalia, III, 4, 11. Traduction : « Virgile a appelé du même nom [de Pénates] Vesta aus (...)
  • 20 Servius, Commentarii in Vergilii Aeneidos Libros, II, 296. Traduction : « On se demande donc si Ves (...)
  • 21 Le motif du palmier jouxtant une tholos n’est pas sans rappeler le relief des Offices sur lequel un (...)
  • 22 Zevi, 1980, p. 250 ; Cappelli, 2000, p. 158 et Maaskant-Kleinbrink, 1992.
  • 23 En témoigne le récit du sauvetage héroïque du Palladium par Lucius Metellus chezCicéron, Aemilius S (...)
  • 24 Sur les pignora imperii, voir Dubourdieu, 1989, passim (en particulier, pp. 22, 202, 259, 296, 466, (...)
  • 25 Ripoll, 2001.

15Ainsi, chez Virgile, Énée emporte les Pénates au même titre que le feu de Vesta. Plus tard, les témoignages de Macrobe et de Servius attestent la communauté des rites de Vesta et des Pénates à Lavinium18. Ils remarquent, en effet, dans des termes presque similaires : « eodem nominum appelauit et Vestam, quam de numero Penatium certe comitem eorum manifestum est19 », et : « hic ergo quaeritur, utrum Vesta etiam de numero Penatium sit, an comes eorum accipiatur20» Ajoutons la métaphore d’Ovide dans le passage précédemment cité : il désigne le feu de Vesta sous le nom de « feu d’Ilion ». Autrement dit, la tholos est traitée comme un élément de décor archaïsant, du type casa Romuli ou temple de Vesta, contemporains de la fondation de Rome21. La tholos serait, selon certains, la représentation du temple des Pénates de Troie22. En somme, puisque les Pénates, Vesta et le Palladium partageaient le même sanctuaire sur le forum de Rome23 et que le culte des Pénates et celui de Vesta étaient associés à Lavinium, il est probable que, sur ces lampes, l’apparence du temple de Vesta ait été choisie pour représenter le temple duquel Énée avait enlevé « les choses saintes de Troie ». L’association des cultes des pignora imperii en milieu romain a entraîné une assimilation rétrospective de ces mêmes cultes, dans la vision que l’on avait alors des temps héroïques24. Dès lors, entouré des Pénates, du temple de Vesta et du Palladium, qui lui a été restitué par Diomède dans des circonstances sur lesquelles les versions divergent25, Énée, fondateur du peuple romain, est figuré au milieu des objets de culte garants de la pérennité de Rome.

La datation et le problème du surmoulage

16Quels sont les critères chronologiques à notre disposition pour dater cet ensemble de lampes ? Essentiellement, la forme de ces lampes et les marques d’ateliers. La haute qualité de deux exemplaires — ceux de Hanovre et de Barcelone — exclut qu’il s’agisse d’exemplaires surmoulés, faisant plutôt penser à des originaux. Par contre, le surmoulage n’est pas à exclure pour les lampes d’Asie Mineure, Chypre, Carthage, Tunis et Sfax, et il fut en toute certitude à l’origine de la lampe d’Aquilée.

  • 26 Pour une approche détaillée des questions de fabrication et de surmoulage, on se référera aux trava (...)
  • 27 Ibid.

17Revenons brièvement sur la technique de la fabrication des lampes afin de mieux percevoir le lien qui relie les exemplaires étudiés. Les lampes romaines sont produites à partir de deux moules (inférieur et supérieur) eux-mêmes tirés d’un prototype26. Ce dernier est un réservoir plein, en argile crue, auquel sont ajoutés le bec et éventuellement l’anse, façonnés à la main. Le décor était porté soit sur le prototype, par impression ou par collage d’un médaillon, soit sur le moule par poinçonnage. Parallèlement, une autre technique qui prend une lampe déjà existante comme prototype a été développée : il s’agit alors d’une copie et la technique employée porte le nom de surmoulage. C’est un phénomène extrêmement répandu dans l’Empire romain et certains ateliers travaillaient principalement de cette manière, comme cela a été démontré pour celui de Montans (Tarn)27.

  • 28 Vertet, 1983, p. 77.
  • 29 Ibid., pp. 81-82. Divers critères techniques nous incitent à penser que des moules de plâtre ont ét (...)
  • 30 Muller, 1997 et Bonnet, 1988, p. 19.

18Le surmoulage est un procédé de fabrication qui permet, en élaborant un moule en argile ou en plâtre à partir d’une lampe en terre cuite, diffusée dans le commerce, de fabriquer de nouveaux exemplaires de cette même lampe28. On peut surmouler une lampe entière, le couvercle inférieur ou supérieur, ou seulement le décor du médaillon. Le surmoulage a l’inconvénient majeur d’entraîner une perte de qualité. Le ou les exemplaires obtenus sont de plus petite taille (avec une perte de matière plus importante pour les lampes issues de moules d’argile que celles issues de moules de plâtre) et présentent souvent de petits défauts de fabrication dans les reliefs ; bulles ou empâtements29. On considère qu’un décor est le surmoulage d’un autre si leur différence de taille est d’environ 10 %30.

  • 31 Vertet, 1983, p. 78.
  • 32 Harris, 1980, p. 126, date l’apparition des premières lampes signées des années 20 av. J.-C. enviro (...)

19Un exemplaire surmoulé peut être, lui aussi, à l’origine d’un nouveau moule, donnant ainsi naissance à des surmoulages secondaires : la dégradation du décor et de la silhouette de la lampe, ainsi que la diminution de taille des exemplaires, augmentant en conséquence. On ajoutera également que si le surmoulage permettait la reproduction des décors, il entraînait aussi la reproduction de la marque que les potiers conservaient dans la plupart des cas31. Notons, d’autre part, qu’une grande partie des lampes n’étaient pas signées. De plus, l’usage d’apposer une marque au dos de la lampe est apparu assez tardivement32.

  • 33 Pour dater le type L.IV, Bussière, 2000 — de même que Leibundgut, 1977 —, s’appuie sur la chronolog (...)
  • 34 Bémont, 2003, p. 44.

20Les éléments de datation à notre disposition pour le type I sont de diverses natures. La forme Loeschke IV, à laquelle elles appartiennent toutes à l’exception de la lampe de Sfax (forme Loeschke VIII), est située dans une fourchette chronologique assez large : d’Auguste au premier tiers du iie siècle33. Mais, d’après C. Bémont, la plupart des lampes de ce type sont datables de la seconde moitié du ier siècle34. Cet ensemble est caractérisé par l’absence de marque sur les exemplaires provenant de Rome (Hanovre, Barcelone) et par des marques sur deux des exemplaires provinciaux.

  • 35 Pavolini, 1988.

21Quand on sait qu’il est possible de ne surmouler que la partie supérieure d’une lampe et de l’adapter à un réservoir inférieur issu d’un autre prototype, ceci ne doit pas surprendre. La datation typologique place la période de création de ce type de lampes probablement dans la seconde moitié du ier siècle. Les marques présentes sur deux des exemplaires (une double planta pedis pour celui de Chypre et une marque I.NI.IX/I pour celui de Sfax) ne nous permettent pas d’affiner la chronologie35.

  • 36 Par exemple : RIC, no 20, p. 189, pl. 32 ; no 36, p. 191, pl. 32 et no 90-91, pp. 202-203, pl. 34.

22Mais, en attendant une précision apportée par l’étude du second type de lampe, on remarquera que les émissions monétaires flaviennes figurant un palmier comme symbole de victoire ne furent certainement pas sans influence sur la conception du schéma iconographique36. On ajoutera que cette datation permet d’apporter un nouvel argument en faveur de l’indépendance de l’iconographie de ce type de lampes par rapport à celles des médaillons d’Antonin le Pieux : elles ne sont pas contemporaines.

23L’étude comparative des inscriptions gravées sur le cippe peut apporter des éléments permettant de déterminer le lieu de création du prototype. Ces inscriptions prennent en effet différentes formes :

    • 37 Quoique cette dernière soit très effacée. Bailey, 1980-1988, vol. 2, pensait qu’il s’agissait d’une (...)

    AIIN / ANC/ ASC/ RIIX/ PIII sur les exemplaires de Hanovre, Barcelone et sur la lampe d’Asie Mineure37 (fig. 1 et 2, p. 163) ;

    • 38 Traduction : « Énée, Ascagne et Anchise. »

    AENE/ ASCA/ NEUSI/ ETAN/ CHISI38 sur l’exemplaire de Carthage ;

  • Fausse inscription pour la lampe de Chypre ? ;

  • Pas d’inscription à Aquilée (fig. 3, p. 164) ;

    • 39 Nous n’avons pas pu accéder à ces objets, ni même en obtenir de photographie.

    Indéterminée pour Sfax et Tunis39.

  • 40 « II » est une graphie cursive de « E ».
  • 41 Sauf celle d’Asie Mineure dont nous parlerons un peu plus bas.
  • 42 Selon Deneauve, 1987, p. 80, les ateliers d’Afrique romaine aux ier et iie siècles de notre ère tra (...)
  • 43 Oziol, 1977, p. 151.

24On remarquera une particularité épigraphique : sur la lampe de Hanovre et celle de Barcelone les « E » sont notés « II », alors qu’ils sont notés « E » sur la lampe de Carthage40. Par ailleurs, les inscriptions sont différentes sur au moins deux exemplaires (Barcelone et Hanovre d’une part, Carthage d’autre part). Étant donné que la graphie des inscriptions des lampes de Barcelone et de Hanovre est absolument identique, on ne peut pas admettre que le cippe était lisse et que l’inscription ait été ajoutée après démoulage et avant cuisson. Il faut nécessairement admettre que l’inscription figurait sur le poinçon original. Si l’on considère que les lampes de Hanovre et de Barcelone présentent la meilleure qualité technique et un rendu exceptionnel des détails, et qu’elles sont les seules de ce type à provenir de Rome, on peut raisonnablement émettre l’hypothèse que ces deux exemplaires sont issus directement du prototype. Les autres lampes offrent un relief plus estompé et des détails moins nets, alors que les dimensions sont quasiment identiques à celles de la lampe de Hanovre41. Le surmoulage est donc à exclure, mais l’utilisation d’un moule usé pour ces derniers exemplaires pourrait expliquer la qualité inférieure et l’effacement de l’inscription42. L’artisan aurait alors retracé sur le cippe une inscription en fonction de son inspiration, ou de ce qu’il devinait des vestiges de l’inscription originale : celui de la lampe de Carthage a inscrit les noms des protagonistes. La lampe de Chypre pose un problème particulièrement épineux car Th. Oziol dit à son sujet qu’elle devine l’existence de l’inscription, mais qu’elle ne parvient pas à la lire à cause du relief trop fruste de la lampe43. Le plus probable est que l’artisan n’a pas retracé d’inscription sur cet exemplaire et que seules quelques traces de l’inscription originale se laissent deviner. Quant à la lampe du Proche-Orient, ses petites dimensions parlent en faveur d’un surmoulage qui est également à l’origine de l’effacement de l’inscription.

  • 44 Spannagel, 1999, pl. 20, fig. 1.

25Les inscriptions qui diffèrent d’un exemplaire à l’autre paraissent assez en accord avec le lieu de provenance de la lampe qu’elles ornent. Par exemple, seules les lampes provenant de Rome portent l’inscription AEN ANC ASC REX PIE, dans laquelle Énée — ou Ascagne — est qualifié de roi pieux. Si, dans l’Empire romain, Énée et Ascagne étaient connus avant tout comme les fondateurs de Rome et comme les ancêtres de la gens Iulia, puis de tous les empereurs dans le Latium, Énée était aussi vénéré comme roi des Latins, c’est d’ailleurs de ce titre qu’il était désigné sur son elogium du forum d’Auguste à Rome44. Quand le poinçon a été réutilisé sur la lampe de Carthage, l’artisan a retracé le cippe qui présente une forme plus rectangulaire que sur les autres exemplaires, ainsi qu’un double sillon en rebord, et il a réinterprété l’inscription d’une manière plus neutre (AENE ASCA NEUSI ETAN CHISI) sans faire allusion au titre de roi d’Énée.

26Quoi qu’il en soit, l’inscription des exemplaires romains et les éléments de décor choisis (symboles d’ancienneté et de légitimité les plus caractéristiques) attestent que cette scène figurée a été conçue en témoignage d’allégeance au pouvoir impérial.

  • 45 Bailey, 1987, p. 63.

27Ces différents éléments nous permettent d’avancer l’hypothèse d’une fabrication du prototype de ces lampes à Rome même. Elles furent sans doute exportées vers certaines provinces, en particulier en Afrique du Nord et en Asie Mineure. Rappelons que D. Bailey a montré que: « during the first century AD, very few places within the Empire were immune from the massive importation of Italian lamps45 ».

28La lampe d’Aquilée est un cas particulier car elle présente une version altérée du décor (fig. 3, p. 164). Le groupe de la fuite d’Énée y présente deux particularités : Ascagne tient son pedum dans l’autre sens, extrémité tournée vers l’extérieur ; et Anchise n’apparaît plus comme un personnage serré dans son vêtement mais dans une attitude plus empreinte de dignité, le pan de son manteau déployé derrière ses épaules, et le bras droit d’Énée qui tient le poignet d’Anchise est tendu. Le paysage présente également des différences notables. Le palmier et le Palladium n’apparaissent plus sur la lampe d’Aquilée, le cippe est vierge d’inscription et n’est figuré que partiellement, tandis que la tholos présente quatre colonnes au lieu de trois : la position tendue du bras d’Énée a libéré l’espace nécessaire à cet ajout. Le rapport entre cette lampe et celles du type I est évident. Reste à savoir si elle en dérive d’un point de vue technique et, si oui, comment. La petite taille de la lampe (L. : 7,14 cm ; D. : 7,12 cm) évoque le surmoulage, qui expliquerait également les transformations et les reprises sur le décor. Mais l’exiguïté de la scène au sein du médaillon (la tholos est de proportion plus imposante, le cippe n’est qu’à moitié représenté) s’explique plutôt par la reprise du « poinçon décor » :

    • 46 Le processus de recréation d’un décor est expliqué dans Bonnet, 1988, pp. 19-20 et fig. 3.

    Soit ce « poinçon décor » a été surmoulé à partir d’une lampe de type I et appliqué à un archétype non décoré de plus petites dimensions, ce qui expliquerait notamment que le cippe ne figure pas entièrement dans le médaillon. Les éléments de paysage ne pouvant pas tous tenir dans le médaillon de la lampe, l’artisan aura pris le parti de sacrifier le palmier, d’agrandir la tholos et de supprimer le Palladium qui n’avait pas la place de tenir au sommet du cippe46 ;

  • Soit il s’agit d’un poinçon différent auquel on aurait ajouté, en arrière-plan, à la main, des éléments de décor imitant le type connu de la lampe de Hanovre.

29Il est très difficile de prendre parti entre ces deux hypothèses. Quoi qu’il en soit, l’exemplaire d’Aquilée atteste la popularité du thème qui a non pas été copié exactement, mais repris et adapté.

30Le traitement recherché du paysage, sur cet ensemble de documents, nous fait imaginer un original pictural, un tableau qui aurait mis en scène Énée fuyant sa ville en flammes, dont le palmier, indice topographique, permettait d’évoquer la végétation orientale.

Du type I au type II « hispano-romain »

31Une comparaison attentive, point par point, a permis de nous assurer que l’iconographie de l’Énée profugus des lampes de type I et celle des lampes de type II (hispano-romain) sont absolument identiques, au détail près. La seule différence est la disparition totale du paysage pour ne garder que les trois personnages. On observe ainsi une même organisation spatiale du groupe ainsi que des interactions identiques entre les figures. Il en va de même pour le traitement des étoffes en petites hachures et certains détails particulièrement caractéristiques comme la figuration d’Anchise ou encore le dessin du manteau d’Énée dont les plis se rejoignent en formant un angle droit entre ses jambes.

  • 47 Badajoz est située à 65 km à l’ouest de Mérida (Cat. 10).
  • 48 Cat. 13.
  • 49 Cat. 12.
  • 50 Cat. 9. Nous adressons nos plus chaleureux remerciements à Paloma Cabrera pour son accueil au Museo (...)
  • 51 Cinq exemplaires du Museo Nacional de Arte Romano de Mérida et un d’une collection privée (Dr. Juli (...)
  • 52 Sur les exemplaires des musées de Madrid et de Séville et celui de la collection privée, voir Cat. (...)

32L’ensemble des lampes hispano-romaines figurant la fuite d’Énée est le plus important de notre corpus puisqu’il est composé, à ce jour, de dix exemplaires : un à Badajoz47, un à Lugo de Llanera (Asturies)48, un à Herpes (Charente, France)49, un conservé à Madrid (dont le lieu de découverte est inconnu, mais qui provient de la péninsule Ibérique50), et six furent découverts lors de fouilles à Mérida51. Le type iconographique est identique, mais il faut noter quelques légères variantes concernant les dimensions qui n’excèdent cependant jamais un centimètre de différence, à part l’exemplaire d’Oviedo et celui d’Herpes qui sont beaucoup plus petits. En raison de l’état de conservation fragmentaire de la plupart des lampes, seules trois marques sont conservées : il s’agit d’une double planta pedis52.

33L’ensemble des lampes hispano-romaines se caractérise donc par une parfaite homogénéité. Tous les exemplaires sont identiques, même en ce qui concerne le type de lampe choisi (Loeschke IV, comme pour la plupart des lampes du type I). La qualité technique est similaire d’un exemplaire à l’autre et présente tous les caractères du surmoulage : petites dimensions des lampes ; décor effacé et repris au stylet par l’artisan. On observe notamment sur la lampe de Madrid un détourage très appuyé. Enfin, ces lampes sont de qualité très médiocre.

  • 53 À ce sujet, voir Bergès, 1989, p. 26 : « Le poinçon décor peut être une création de la part du poti (...)
  • 54 Ibid., pp. 17-21 et fig. 2.

34Les mesures prises afin de comparer deux exemplaires caractéristiques des types I et II, la lampe de Hanovre (Cat. 1, fig. 1, p. 163) et celle de Madrid (Cat. 9, fig. 5, p. 174), ont donné un résultat inattendu : les dimensions du diamètre du médaillon et de la longueur de la lampe sont bien inférieures sur la lampe de Madrid, comme on pourrait l’attendre d’un surmoulage, mais le groupe d’Énée remplit entièrement le médaillon sans laisser la moindre place pour le cippe supportant le Palladium notamment. Or, si l’on observe la lampe d’Asie Mineure du type I, on remarque que le surmoulage a entraîné une diminution proportionnelle des dimensions de la lampe et du décor. Ceci ne peut avoir qu’une explication : la lampe de Madrid est le surmoulage d’une recréation de la lampe du type I sans son paysage. L’artisan responsable de cette recréation a utilisé, d’une part, une lampe du type Loeschke IV à médaillon de plus petites dimensions que celle de Hanovre afin d’obtenir une nouvelle matrice dans laquelle il a appliqué le poinçon du décor qu’il avait surmoulé, d’autre part, à partir d’une lampe de type I ou qu’il avait obtenu par achat ou échange53. Après avoir appliqué le poinçon, il lui suffisait de supprimer le paysage. Un tel procédé a déjà été attesté sur d’autres lampes54. La lampe d’Aquilée est d’ailleurs un jalon dans la suppression du paysage — puisque le cippe est tronqué de moitié —, mais elle n’est sans doute pas un chaînon entre les deux types de lampes ; en effet, par rapport aux exemplaires du type I, le groupe de la fuite d’Énée est d’un traitement sensiblement différent sur la lampe d’Aquilée, ce qui n’est pas le cas des exemplaires du type II.

Fig. 5. — Lampe de Madrid

Fig. 5. — Lampe de Madrid

(Photographie : Alexandra Dardenay)

  • 55 CIL II, 6256, 47 ; CIL V, 8114, 133 ; CIL VIII, 22644, 272 ; CIL X, 8052, 25 et 8053, 197 ; CIL XI, (...)
  • 56 Bisi Ingrassia, 1977.
  • 57 Bailey, 1980-1988, vol. 2, p. 103.
  • 58 Balil, 1968, p. 175 et Moreno Jiménez, 1991, p. 275, no 99.
  • 59 Bussière, 2000, p. 94.
  • 60 Ibid., p. 98. Voir également son chapitre : « Origine et évolution de la production », pp. 141-148.

35Nous connaissons peut-être l’identité d’un atelier contemporain de cette recréation grâce à la marque apposée au dos de la lampe de Madrid : une double planta pedis portant l’inscription surmoulée PVF/PVF. Plusieurs exemplaires provenant de cet atelier ont été découverts en Italie55, à Rome et en Campanie, à Pompéi et à Herculanum56. On s’accorde en général à situer la période d’activité de cet atelier entre le règne de Néron et la fin de l’époque flavienne57. Sa localisation est sujet à débat : si A. Balil, suivi par F. Moreno Jiménez, suggère de le situer en Afrique du Nord58, D. Bailey préfère une localisation en Campanie, prenant en considération les nombreuses découvertes sur le sol italien. Les arguments de D. Bailey paraissent plus convaincants. J. Bussière59 pense également que cet atelier était actif en Italie entre le milieu et le dernier quart du ier siècle. Mais il souligne également que certains ateliers italiques installèrent des succursales en Afrique du Nord dès l’époque flavienne60. Toutefois nous n’avons pas l’ombre d’un indice concernant l’existence d’une succursale de l’atelier PVF/PVF en Afrique du Nord.

36Si l’on accepte l’hypothèse selon laquelle l’atelier PVF/PVF a réalisé une recréation de la lampe du type I — ou était en activité à cette époque —, cela nous donne un terminus ante quem pour la création du prototype : l’époque flavienne au plus tard.

  • 61 Rodríguez Martín, 2002, Cat. 6.2, p. 72, fig. VIII, no 104.
  • 62 Moreno Jiménez, 1991, p. 275, no 99.
  • 63 Ponsich, 1961, p. 119, no 533 ; Deneauve, 1969, p. 630, no 538, et Hautecœur, 1910, vol. 3, p. 2237 (...)

37On connaît d’autres surmoulages de lampes issues de cet atelier dans la péninsule Ibérique, notamment un exemplaire du Museo Nacional de Arte Romano de Mérida figurant une Victoire tenant un bouclier et portant des signes informes imitant une inscription61. La marque d’atelier est d’un relief si léger que l’inscription PVF/PVF est peu perceptible, quoique assurée. Le bouclier que tient la Victoire peut être identifié avec le clipeus virtutis qui fut offert à Auguste par le Sénat. On remarque que cet atelier réalisait au moins deux types de lampes dont l’iconographie allait dans le sens du culte de la personne de l’empereur. Un autre exemplaire, conservé au Musée archéologique de Madrid, provient de Baelo Claudia, et trois d’Andalousie, conservés à Cadix et Séville62, sont des productions de cet atelier. Quelques exemplaires ont également été découverts en Afrique du Nord63.

  • 64 Rodríguez Martín, 1996 et Cat. 14 et 15.

38La présence de deux ratés de cuisson parmi les lampes découvertes à Mérida atteste avec certitude que des lampes représentant la fuite d’Énée ont été fabriquées sur place (fig. 6 et 7, p. 176). Par ailleurs, l’existence de trois médaillons de lampes brisées, présentant ce même schéma iconographique, témoigne dans le même sens (fig. 8, 9 et 10, pp. 177 et 178). L’étude de G. Rodríguez Martín a permis de localiser plusieurs ateliers de lampes à Mérida. Il a pu rattacher la lampe de la collection du Dr. Hernández au matériel mis au jour lors des fouilles de la rue Atarazana (Mérida), dépotoir appartenant à un atelier en activité entre l’époque de Néron-Vespasien et le milieu du iie siècle64. Notre étude a révélé qu’un autre fragment, conservé au Museo Nacional de Arte Romano de Mérida (no inv. 8342), fut découvert fortuitement juste à côté (46, rue Oviedo ; Cat. 15 d). Quant au raté de cuisson (no inv. 27810), il fut mis au jour près de la « casa del anfiteatro », en un autre point de la ville (Cat. 15 b). Il est donc probable que plusieurs ateliers de Mérida produisaient ce type de lampes.

Fig. 6. — Lampe de Mérida, Cat. 15 a

Fig. 6. — Lampe de Mérida, Cat. 15 a

(Photographie : Alexandra Dardenay)

Fig. 7. — Lampe de Mérida, Cat. 15 b

Fig. 7. — Lampe de Mérida, Cat. 15 b

(Photographie : Alexandra Dardenay)

Fig. 8. — Lampe de Mérida, Cat. 15 d

Fig. 8. — Lampe de Mérida, Cat. 15 d

(Photographie : Alexandra Dardenay)

Fig. 9. — Lampe de Mérida, Cat. 11

Fig. 9. — Lampe de Mérida, Cat. 11

(Photographie : Alexandra Dardenay)

Fig. 10. — Lampe de Mérida, Cat. 15 c

Fig. 10. — Lampe de Mérida, Cat. 15 c

(Photographie : Alexandra Dardenay)

39Si l’on peut dire avec une quasi-certitude que les six lampes mises au jour à Mérida ont été fabriquées sur place, ainsi qu’en toute probabilité celle provenant de Badajoz et conservée à Séville (fig. 11), il est plus délicat de se prononcer pour les autres ; celle de Madrid dont la provenance est inconnue quoique hispanique (fig. 5, p. 174), et celles découvertes à Lugo de Llanera et Herpes [Charente, France] (fig. 12, p. 180). Les marques d’ateliers ne nous sont pas d’un grand secours puisque les ateliers de Mérida surmoulaient des lampes présentant différentes sortes de marques. Ainsi, si la marque à double planta pedis est attestée à Mérida sur une lampe figurant la fuite d’Énée, la marque PVF/PVF l’est également mais avec un autre type iconographique, celui de la Victoire tenant un clipeus virtutis. Les lampes découvertes sur le territoire de la péninsule Ibérique, ainsi que celle d’Herpes, sont toutes semblables, mais cela ne prouve qu’une chose : qu’elles ont toutes été faites à partir d’un même prototype dont elles sont des surmoulages à un degré plus ou moins éloigné dans la « généalogie » de la lampe. Cela ne signifie pas qu’elles ont toutes été faites au même endroit ; même si, comme nous l’avons démontré un peu plus haut, plus de la moitié l’a été en réalité.

Fig. 11. — Lampe de Séville [Badajoz]

Fig. 11. — Lampe de Séville [Badajoz]

(Photographie : Alexandra Dardenay)

Fig. 12. — Lampe du British Museum [Herpes,Charente]

Fig. 12. — Lampe du British Museum [Herpes,Charente]

(Photographie : Alexandra Dardenay)

  • 65 Comme les lampes d’Oviedo et d’Herpes ne présentent pas les mêmes dimensions, il est raisonnable d’ (...)

40Ainsi, ces éléments nous permettent de conclure que l’atelier de Mérida avait une aire de diffusion assez large, mais dont on peut mesurer au moins certaines limites géographiques. Les lampes découvertes à Mérida ou aux alentours, présentent toutes les mêmes dimensions et proviennent probablement du même atelier de Mérida, alors que celles découvertes à une assez grande distance sont plus petites et ont de toute évidence été fabriquées par surmoulage dans des ateliers situés à une distance intermédiaire65. En effet, la lampe de Lugo de Llanera, qui est un surmoulage d’un exemplaire de Mérida, prouve que, dans cette région de la péninsule Ibérique (Asturies), la production de Mérida n’était pas commercialisée, mais qu’on y fabriquait le matériel destiné à la consommation locale. Enfin, étant donné que les lampes provenant de Mérida mesurent 10,7 cm de longueur et 7,5 cm de diamètre, la lampe d’Herpes, qui mesure 9,7 cm de longueur et 6,7 cm de diamètre, doit être considérée comme un degré deux de la généalogie, et la lampe de Lugo de Llanera, qui mesure 8,7 cm de longueur et 5,7 cm de diamètre, doit être considérée comme un degré trois.

Synthèse et conclusion

41Les lampes figurant la fuite d’Énée — dont nous venons d’étudier deux ensembles — ne manquent pas de frapper de par l’extrême cohérence typologique et iconographique des groupes dégagés, aussi bien qu’en raison de leur dispersion chronologique et géographique.

  • 66 Cette hypothèse est en accord avec la théorie de D. Bailey sur l’exportation de lampes au ier siècl (...)

42Le schéma de diffusion de ces lampes peut être synthétisé de la manière suivante. À l’époque néronienne ou flavienne, un prototype mettant en scène le groupe d’Énée dans le cadre d’un paysage juxtaposant des éléments symboliques des origines de Rome est élaboré dans la capitale de l’Empire. Ce type de lampe est largement exporté dans les provinces : des moules, ou des poinçons, sont vendus à des ateliers comme en témoigne l’apparition de marques sur les lampes de Chypre et de Sfax66. Dans d’autres zones géographiques, ces lampes se diffusent par surmoulage comme l’atteste l’exemplaire de Carthage. À la même époque, ou peu après, mais au plus tard sous les Flaviens, la scène est simplifiée, peut-être à partir d’un exemplaire de l’atelier PVF/PVF. Cette réélaboration élimine les éléments de paysage pour ne garder que le groupe des trois personnages. Ce nouveau type connaîtra, en tout cas, une assez large diffusion dans la péninsule Ibérique à partir de l’atelier de Mérida, qui en fabrique des surmoulages. C’est d’ailleurs le seul type de lampe représentant la fuite d’Énée qui ait été mis au jour dans la péninsule Ibérique.

  • 67 Nous abordons l’étude de cet ensemble de lampes dans notre thèse de doctorat. Par ailleurs, Bailey, (...)
  • 68 Voir la carte de répartition de l’atelier L.CAE.SAE dans Bonnet, 1988, p. 121, fig. 39.
  • 69 Nous n’avons aucun élément prouvant que cette officine était athénienne, bien qu’elle ait dû vraise (...)

43Ensuite, dans l’état actuel de la documentation, plus aucune lampe figurant la fuite d’Énée n’est fabriquée avant la fin de la période antonine. À cette époque, un nouveau type est créé — probablement à Rome — par l’atelier C IVL PHI ou par l’atelier L.CAE.SAE et, quoiqu’il en soit, utilisé par les deux ateliers qui furent en activité jusqu’au début de l’ère sévérienne67. La diffusion de ce type fut peut-être limitée à la ville de Rome puisque c’est de là que viennent les quatre exemplaires connus. Cependant, des lampes signées L.CAE.SAE ont été découvertes en divers endroits d’Italie et même en Narbonnaise et dans la région de Carthage. On ne peut donc exclure que ce type de lampe figurant la fuite d’Énée ait été plus largement diffusé dans le bassin méditerranéen68. Enfin, ce même poinçon apparaît à la même époque dans la production d’une officine grecque qui l’a appliqué sur un nouveau modèle de lampe69.

  • 70 Sur le forum de Mérida et le groupe figurant la fuite d’Énée, voir Barrera et Trillmich, 1996 (avec (...)
  • 71 Zanker, 1990, pp. 265-274.
  • 72 Voir Amaré Tafalla, 1986. Certaines lampes présentent également des types iconographiques monétaire (...)

44Au cours de cette étude, deux grands sites de production de lampes en terre cuite figurant la fuite d’Énée dans l’Occident romain sont apparus : Rome et Mérida. Il en existait probablement d’autres, mais il est intéressant de remarquer que cette production se concentrait notamment dans la capitale de l’Empire et dans celle d’une province qui, par ailleurs, est connue pour son forum imitant le forum d’Auguste à Rome et présentant, à l’instar de ce dernier et au sein de son programme statuaire, une sculpture en ronde-bosse de la fuite d’Énée70. Cette coïncidence autorise à nous interroger sur l’influence des programmes iconographiques de la sphère publique, sur ceux de la sphère privée et, pour le cas présent, dans le cadre d’une production artisanale. Il apparaît, en effet, que les lampes en terre cuite servaient fréquemment de support à des images appartenant au corpus des représentations à caractère politique, telle que la Victoire portant le clipeus virtutis par exemple71. Ces dernières sont d’ailleurs un cas intéressant de réinterprétation d’une image de type propagandiste, puisque ces lampes deviendront porteuses d’un message de vœux pour la nouvelle année — généralement ANNVM NOVVM FAVSTVM FELICEM MIHI —, inscrit sur le bouclier, à l’endroit où se trouvent, sur l’original, gravées les vertus de l’empereur72.

  • 73 Ibid., p. 266.
  • 74 On pourrait citer bien d’autres fêtes comme la divinisation d’un membre de la famille impériale, l’ (...)
  • 75 Ainsi qu’en témoigne le calendrier de Doura-Europos (Turcan, 1978, p. 1050). Sur les cérémonies en (...)

45Pour P. Zanker, quand le commun des mortels achetait une lampe portant l’image d’une corona civica, d’une Victoire dressée sur un globe, ou de la fuite d’Énée — plutôt qu’un exemplaire figurant une course de char ou une scène érotique — il faisait un choix délibéré73. Cela ne signifie pas nécessairement qu’il existait une intention politique dans son geste. Mais il est possible que ce type de lampe ait été plus particulièrement destiné à être employé lors de cérémonies en l’honneur de la maison impériale, à l’occasion notamment du dies natalis d’un empereur ou de la ville de Rome74. Ainsi, de même que les lampes figurant la Victoire tenant le clipeus virtutis avaient été réinterprétées en lampes de « nouvelle année », celles ornées de la fuite d’Énée pourraient très bien avoir reçu une nouvelle attribution en relation avec les festivités du natalis divi Augusti par exemple, dont on sait qu’il était toujours fêté au iiie siècle ap. J.-C.75. Ces lampes s’inscriraient alors parmi les manifestations publiques de loyalisme envers Rome et l’empereur, dans le cadre du culte impérial.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Adamo Muscettola, Stefania (1982), « Le ciste in piombo decorate », dans La regione sotterrata dal Vesuvio : studi e prospettive. Atti del convegno internazionale (Napoli, 11-15 novembre 1979), Naples, pp. 701-752.

Aichholzer, Peter (1983), Darstellungen römischer Sagen, Vienne.

Amaré Tafalla, María T. (1986), « Numismática y cerámicas romanas : relaciones iconográficas », dans Estudios en homenaje al Dr. Antonio Beltrán Martínez, Saragosse, pp. 851-858.

Bailey, Donald Michael (1980-1988), A Catalogue of the Lamps in the British Museum (3 vol. ), vol. 2: Roman Lamps Made in Italy et vol. 3: Roman Provincial Lamps, Londres.

Bailey, Donald Michael (1987), « The Roman Lamp Industry. Another View about Export », dans Les lampes en terre cuite en Méditerranée : des origines à Justinien. Actes de la table ronde du CNRS (Lyon, 7-11 décembre 1981), Lyon, pp. 59-63.

Balil, Alberto (1968), « Marcas de ceramistas en lucernas romanas halladas en España », Archivo Español de Arqueología, 41, pp. 158-178.

Balil, Alberto (1969), « Noticiario », Cuadernos de trabajos de la Escuela Española de Historia y Arqueología en Roma, 13, p. 151.

Balland, Alain (1984), « La “Casa Romuli” au Palatin et au Capitole », Revue des études latines, 62, pp. 57-80.

Barenghi, Francesca (1992), « Scene leggendarie della storia di Roma su alcuni medaglioni. A proposito del medaglione di Enea e Anchise », Rivista Italiana di Numismatica, 94, pp. 113-120.

Barrera, José Luis de la et Trillmich, Walter (1996), « Eine Wiederholung der Aeneas-Gruppe vom Forum Augustum samt ihrer Inschrift in Mérida (Spanien) », Römische Mitteilungen, 103, pp. 119-138.

Bémont, Colette (2003), Les lampes de Glanum, supplément 34 de la Revue archéologique de Narbonnaise.

Bergès, Gabrielle (1989), Les lampes de Montans (Tarn). Une production céramique des ier et iie siècles ap. J.-C. : modes de fabrication, typologie et chronologie, Paris.

Bisi Ingrassia, Anna Maria (1977), « Le lucerne fittili dei nuovi scavi di Ercolano »,dans L’instrumentum domesticum di Ercolano e Pompei nella prima età imperiale. Atti del incontro di studio (Museo nazionale di Napoli, 30 maggio-3 giunio del 1973), Rome, pp. 73-104.

Bonnet, Jacqueline (1988), Lampes céramiques signées : définition critique d’ateliers du Haut-Empire, Paris.

Bonnet, Jacqueline et Delplace, Christiane (1983), « Étude d’une production de lampes en Gaule : LHOSCRI », Gallia, 41, pp. 167-189.

Bussière, Jean (2000), Lampes antiques d’Algérie, Montagnac.

Cahn-Klaiber, Eva-Maria (1977), Die antiken Tonlampen des archäologischen Instituts der Universität Tübingen, Tübingen.

Cappelli, Rosanna (2000), « Questioni di iconografia : Enea, Anchise e la sede dei sacra », dans Rosanna Cappelli et Andrea Carandini (éd.), Roma : Romolo, Remo e la fondazione della città. Catalogo de la mostra (Roma, Museo nazionale romano, terme di Diocleziano, 28 giunio-29 ottobre 2000), Milan, pp. 151-160.

Castagnoli, Ferdinando (1972), Lavinium (2 vol. ), vol. 1 : Topografia generale, fonti e storia delle richerche, Rome.

Deneauve, Jean (1969), Lampes de Carthage, Paris.

Deneauve, Jean (1987), « Lampes romaines de Tunisie », dans Les lampes en terre cuite en Méditerranée : des origines à Justinien. Actes de la table ronde du CNRS (Lyon, 7-11 décembre 1981), Lyon, pp. 79-82.

Di Filippo Balestrazzi, Elena (1988), Lucerne del Museo di Aquileia, Aquilée.

Dubourdieu, Annie (1989), Les origines et le développement du culte des Pénates à Rome, Rome.

Galinsky, G. Karl (1969), Aeneas, Sicily and Rome, Princeton.

Giorgi, Giorgio (1955), « La leggenda delle origini di Roma in un raro medaglione di Adriano », Rivista Italiana di Numismatica. Serie Quinta, 3(57), pp. 84-87.

Girard, Jean-Louis (1987), « L’idée dynastique sous les Flaviens », Ktema, 12, pp. 169-174.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Harris, William V. (1980), « Roman Terracotta Lamps: the Organization of an Industrie », Journal of Roman Studies, 70, pp. 126-145.
DOI : 10.2307/299559

Herz, Peter (1978), « Keiserfeste der Principatszeit », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt : Geschichte und Kultur Roms im Spiegel der neueren Forschung, Hildegard Temporini, Wolfgang Haase, Ursula Vogt et Victor Ehrenberg (éd.), Berlin-New York, II, 16.2, pp. 1135-1200.

Jenkins, Michael R. (1988), « The “Aeneid” Medallion, a Narrative Interpretation », The Numismatic Chronicle, 148, pp. 148-152.

Leibundgut, Annalis (1977), Die römischen Lampen in der Schweiz : eine kultur- und handelsgeschichtliche Studie, Bern.

Maaskant-Kleibrink, Marianne (1992), « The arrival of the Aeneas family, a 6th C. sculpture group », dans Marianne Maaskant-Kleibrink, Benjamin L. Hijmans Jr. et Tsjeard R Hoekstra (éd.), Caeculus, 1, numéro monographique « Images of Ancient Latin Culture », pp. 125-154.

Martin, Paul-Marius (1994), L’idée de royauté à Rome (2 vol. ), vol. 2 : Haine de la royauté et séductions monarchiques (du ive siècle av. J.-C. au principat augustéen),Clermont-Ferrand.

Massigli, René (1912), Musée de Sfax, Paris.

Merlin, Alfred (1915), Supplément au catalogue des lampes du Musée Alaoui, numéro monographique de la Revue tunisienne.

Mlasowsky, Alexander (1993), Die antiken Tonlampen im Kestner-Museum Hannover, Hanovre.

Moreno Jiménez, Francisca (1991), Lucernas romanas de La Bética (3 vol. ), Madrid.

Morillo Cerdán, Ángel (1999), Lucernas romanas en la región septentrional de la Península Ibérica. Contribución al conocimiento de la implantación romana en Hispania (2 vol. ),Montagnac.

Muller, Arthur (1997), « Description et analyse des productions moulées. Proposition de lexique multilingue, suggestions de méthode », dans Arthur Muller (éd.), Le moulage en terre cuite dans l’Antiquité. Création et production dérivée, fabrication et diffusion. Actes du XVIIIe Colloque du Centre de recherches archéologiques-Lille III (Villeneuve-d’Ascq, 7-8 décembre 1995), Villeneuve-d’Ascq, pp. 437-463.

Oziol, Thérèse (1977), Les lampes du Musée de Chypre, vol. 7 de Salamine de Chypre, Jean Pouilloux et Georges Roux (dir.), Paris.

Pavolini, Carlo (1988), « Le lucerne romane fra il iii sec. av. et il iii sec. d.C. », dans Céramiques hellénistiques et romaines. II, Paris, pp. 139-165.

Pond-Rothman, Margret S. (1978), « Posthumous Hadrianic Medallions », American Numismatic Society Museum Notes, 23, pp. 107-128.

Ponsich, Michel (1961), Les lampes romaines en terre cuite de la Maurétanie tingitane, Rabat.

Poucet, Jacques (1989), « La diffusion de la légende d’Énée en Italie centrale et ses rapports avec celle de Romulus », Les études classiques, 57, pp. 227-254.

Rambaldi, Simone (2002), Monopteros. Le edicole circolari nell’architettura dell’Italia romana, Bologne.

Ripoll, François (2001), « La restitution du Palladium à Énée chez Silius Italicus (Punica, XIII, 30-81) », Les études classiques, 69, pp. 353-368.

Rodríguez Martín, Francisco Germán (1996), « Material cerámico procedente del vertedero de la calle Atarazana (Badajoz). Lucernas y paredes finas », Mélanges de la Casa de Velázquez. Antiquité-Moyen Âge, 32, pp. 181- 204.

Rodríguez Martín, Francisco Germán (2002), Lucernas romanas del Museo Nacional de Arte Romano (Mérida), Madrid.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sauron, Gilles (1982), « Discours symboliques et formes décoratives à Rome à l’époque augustéenne : problème de méthode », Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, 94, pp. 699-713.
DOI : 10.3406/mefr.1982.1341

Sauron, Gilles (1994), « Qui Deum ? » : l’expression plastique des idéologies politiques et religieuses à Rome à la fin de la République et au début du Principat, Paris-Rome.

Schauenburg, Konrad (1960), « Äneas und Rom », Gymnasium, 67 (3), pp. 176-191.

Spannagel, Martin (1999), Exemplaria Principis. Untersuchungen zu Entstehung und Ausstattung des Augustusforums, Heidelberg.

Turcan, Robert (1978), « Le culte impérial au iiie siècle », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt : Geschichte und Kultur Roms im Spiegel der neueren Forschung, Hildegard Temporini, Wolfgang Haase, Ursula Vogt et Victor Ehrenberg (éd.), Berlin-New York, II, 16.2, pp. 996-1084.

Van Andringa, William (2002), La religion en Gaule romaine. Piété et politique (ier-iiie siècle apr. J.-C.), Paris.

Vertet, Henri (1983), Les techniques de fabrication des lampes en terre cuite du Centre de la Gaule, Hors série, 20 de Revue archéologique Sites.

Zanker, Paul (1990), The Power of Images in the Age of Augustus, Ann Arbor (Mich.).

Zevi, Fausto (1980), « Il mito di Enea nella documentazione archeologica : nuove considerazioni », dans L’epos greco in Occidente. Atti del XIX Convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto, 7-12 ottobre 1979), Taranto, pp. 247-279.

Haut de page

Annexe

Catalogue

Type I

Description : Fuite d’Énée, palmier, temple rond, cippe, Palladium. Sur le cippe apparaît une inscription, variable d’un exemplaire à l’autre.

Datation : époque flavienne.

1. — Hanovre, Kestner-Museum, no inv. : 1170 (fig. 1)
Provenance : Rome.
D. : 9, 5 cm, L. : 8,8 cm, l. : 5, 8 cm.
Inscription : AIIN/ANC/ASC/RIIX/PIII (Aeneas Anchises Ascanius rex pie).
Bibliographie : CIL XV 6236 ; Mlasowsky, 1993, no 127 ; Schauenburg, 1960, p. 176 sqq., no 83, pl. XVIII, fig. 2 ; Galinsky, 1969, pp. 7 et 9, fig. 5 ; Castagnoli, 1972, p. 79, fig. 83 ; Aichholzer, 1983, no 21 ; LIMC, s.v. « Aineas », no 123 ; Spannagel, 1999, no A 40.

2. — Barcelone, Museo Arqueológico, actuellement disparue
Provenance : probablement Italie.
Inscription : La même que celle de la lampe de Hanovre.
Bibliographie : Balil, 1969, p. 151, no 10 ; LIMC, s. v. « Aineas », no 123 ; Spannagel, 1999, no A 37.

3. — Carthage, Antiquarium, no inv. : 46.183
Provenance : Carthage.
H. : 2,8 cm ; D. : 9,5 cm ; L. : 12,6 cm.
Inscription : AENE/ASCA/NEUSI/ETAN/CHISI (Aeneas Ascaneusi et Anchisi).
Bibliographie : Deneauve, 1969, p. 131, no 441, fig. 441, pl. XLVII ; LIMC, s. v. « Aineas », no 126 a ; Spannagel, 1999, no A 41.

4. — Sfax, Musée archéologique, sans numéro d’inventaire
Provenance : Sfax (Tunisie).
D. : 7,5 cm.
Connue seulement par la description de Massigli, 1992 : aucune photographie disponible.
Bibliographie : Massigli, 1912, p. 32, no 35 ; Cahn-Klaiber, 1977, p. 117 ; Aichholzer, 1983, no 23 ; LIMC, s. v. « Aineas », no 124 ; Spannagel, 1999, catalogue A 53.

5. — Aquilée, Museo Archeologico, no inv. : 7580 (fig. 3)
Provenance : Aquilée.
H. : 3,5 cm ; D. : 7,12 cm ; L. : 7,14 cm.
Description : Imitation du type I. Absence du palmier et du Palladium. Pas d’inscription.
Bibliographie : Castagnoli, 1972, p. 79, fig. 84 ; Di Filippo Balestrazzi, 1988, t. i, no 824, t. ii, pl. 127 et p. 54 ; LIMC, s. v. « Aineas », no 120 ; Spannagel, 1999, no A 34.

6. — Tunis, Musée national du Bardo, sans numéro d’inventaire
Provenance : Lamta (Lepti Minus).
Connue seulement par la description du catalogue du Musée Alaoui : aucune photographie disponible.
Bibliographie : Merlin, 1915, p. 322, no 54 ; Aichholzer, 1983, no 22 ; Spannagel, 1999, no A 55.

7. — Nicosie, Musée archéologique national de Chypre, no inv. : Nic. 1950/XII
Provenance : Salamine de Chypre.
H. : 2,9 cm ; D. : 9,1 cm ; L. : 12,6 cm.
Inscription: imitation d’écriture.
Bibliographie: Oziol, 1977, no 438, p. 150, pl. 23, fig. 438; Spannagel, 1999, no A 47.

8. — Londres, British Museum, no inv.: 1978.6-3.1 (fig. 2)
Provenance : Asie Mineure.
H. : 2,7 cm ; D. : 8,3 cm ; L. : 11,5 cm.
Inscription : imitation d’écriture.
Bibliographie : Bailey, 1980-1988, vol. 3, no Q 3287, pl. 120, fig. 45 ; Spannagel, 1999, no A 44.

Type II « hispano-romain »

Description : Fuite d’Énée sans éléments de paysage.

Datation : époque flavienne

9. — Madrid, Museo Arqueológico Nacional, no inv. : 8663/9 (fig. 5)
Provenance : Espagne. Tribunal de contrebande de Madrid, 1965.
H. : 2,8 cm ; D. : 7,3 cm ; L. : 10,7 cm.
Marque d’atelier : PVF/ PVF.
Bibliographie : Inédite. Photo du musée : 267-23 neg., Dossier 23 des archives du Museo Arqueológico Nacional de Madrid.

10. — Séville, Museo Arqueológico Provincial, no inv. : 2760 (fig. 11)
Provenance : Badajoz (Espagne).
H. : 2,9 cm ; L. : 10,7 cm.
Bibliographie : Moreno Jiménez, 1991, no 2713, p. 793, pl. DXIX, motif 343 ; LIMC, s. v. « Askanios », no 8 ; Spannagel, 1999, no A 52.

11. — Mérida, Museo Nacional de Arte Romano, no inv. : 2451 (fig. 9)
Provenance : Mérida (Espagne).
H. : 2,3 cm ; D. : 6,7 cm ; L. : 8 cm.
Bibliographie : Rodríguez Martín, 2002, no 4-1, fig. X, no 130 et 131, pl. XXVI, no 128 ; LIMC, s. v. « Askanios », no 9 ; Spannagel, 1999, no A 45.

12. — Londres, British Museum, no inv.: 1905.5-20.160 (fig. 12)
Provenance : Herpes, Charente.
H. : 2 cm ; D. : 6,6 cm ; L. : 9,7 cm.
Marque en double planta pedis.
Bibliographie : Bailey, 1980-1988, vol. 3, no Q 1531 ; Spannagel, 1999, no A 43.

13. — Oviedo, Museo Arqueológico Provincial, no inv. : 176
Provenance : Lugo de Llanera (Espagne).
H. : 2,2 cm ; D. : 5,7 cm.
Bibliographie : Morillo Cerdán, 1999, p. 352 : LU 2, p. 194, no 46, fig. 140.

14. — Collection privée : Dr. Julián Hernández
Provenance : Mérida, rue Atarazana.
Marque double planta pedis.
Bibliographie : Rodríguez Martín, 1996, no 14 et 2002, pp. 203-204.

Bibliographie : Inédits, sauf mention des numéros d’inventaire dans Rodríguez Martín, 2002, no 4-1, p. 90.

15 a. — no inv. : 15250 (fig. 6)
Provenance : Mérida.
D. : 6,7 cm ; L. : 6,9 cm.

15 b. — no inv. : 27810 (fig. 7)
Provenance : Mérida, à côté de la « casa del anfiteatro ».
D. : 7,4 cm.

15 c. — no inv. : 19836 (fig. 10)
Provenance : Mérida.
L. : 4,5 cm.

15 d. — no inv. : 8342 (fig. 8)
Provenance : Mérida, calle Oviedo, 46.
L. : 6 cm ; l. : 4,6 cm.

Abréviations

CIL     Corpus Inscriptionum Latinarum.

LIMC    Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, Zurich, 1981-1999.

RIC     Roman Imperial Coinage, Harold Mattingly, Edward A. Sydenham, Carol Humphrey Vivian Sutherlandet al. (éd.), Londres, 1923-

RPC     Roman Provincial Coinage, Andrew M. Burnett, Michel Amandry et Pere Pau Ripollès (éd.), Londres, 1992-

Haut de page

Notes

1 Martin, 1994, pp. 275-278 et pp. 300-402 ainsi que Spannagel, 1999, pp. 162-205 et Poucet, 1989.

2 Le problème se posa de façon aiguë notamment à l’époque flavienne : voir Girard, 1987.

3 Nous avions eu connaissance de l’existence de ces artefacts par la mention de leur numéro d’inventaire dans le catalogue des lampes de Mérida (Rodríguez Martín, 2002, no 4.1, p. 90 et Cat. 14). Nous adressons nos plus chaleureux remerciements à Trinidad Nogales Basarrate pour son accueil au Museo Nacional de Arte Romano de Mérida et l’accès qu’elle nous a offert aux collections demandées.

4 Nous n’étudierons cependant ici, par souci de concision, que deux de ces types. Pour les autres nous renvoyons à notre thèse de doctorat, dirigée par Jean-Charles Balty, Université de Paris IV-Sorbonne.

5 Nous indiquons la provenance entre parenthèses lorsqu’elle est différente du lieu de conservation.

6 Barcelone est le lieu de conservation supposé car, après enquête, cette lampe ne se trouve pas au Musée archéologique de Barcelone : elle doit donc être considérée comme disparue ou, peut-être, passée dans une collection privée.

7 Sur le médaillon d’Hadrien, réémis par Antonin le Pieux, voir Cappelli, 2000, p. 155 ; Barenghi, 1992 ; Dubourdieu, 1989, pp. 228-229 ; Jenkins, 1988 ; Castagnoli, 1972, pp. 113-114 ; Giorgi, 1955 et Pond-Rothman, 1978. Au sujet de la tholos, on renverra le lecteur à une monographie consacrée à ce type de structure en architecture et dans l’iconographie romaine : Rambaldi, 2002.

8 Le paysage a fait penser à Galinsky que ces lampes avaient pu être conçues pour être exportées en Afrique du Nord (Galinsky, 1969, p. 7).

9 Ovide, Fastes, III, 29-38. Traduction R. Schilling, Paris, Belles Lettres, 1992 : « J’étais en train de veiller sur le feu d’Ilion, quand ma bandelette de laine glissa de mes cheveux et tomba devant le foyer sacré. Il en surgit à la fois — ô prodige — deux palmiers, dont l’un était plus grand ; de ses rameaux lourds il couvrait le monde entier et de son feuillage il touchait les astres dans le ciel. Voici que mon oncle brandit un fer contre eux : je suis terrifiée par cette évocation et mon cœur tressaille de crainte. Le pivert, oiseau de Mars, et la louve combattent pour les deux stipes : grâce à eux les deux palmiers ont été saufs. »

10 Suétone, Augustus, XCII, 2-3. Traduction H. Ailloud, Paris, Belles Lettres, 1931 : « Mais il était aussi très vivement impressionné par les prodiges. Un palmier ayant poussé entre les pierres, devant sa maison, il le fit transporter dans le compluvium, à côté des dieux Pénates et prit grand soin de sa croissance. »

11 Ibid., XCIV, 16. Traduction ibid. : « Devant Munda, en abattant une forêt à l’endroit choisi par le divin Jules pour y camper, on découvrit un palmier, et César le fit respecter comme un présage de victoire ; or, aussitôt après cet arbre poussa un rejeton, qui grandit en quelques jours au point non seulement d’égaler, mais encore de masquer la mère-souche, et d’être peuplé de nids de colombes, genre d’oiseaux qui pourtant évitent avec le plus grand soin les feuillages durs et rugueux ; ce fut, dit-on, surtout ce prodige qui détermina César à ne vouloir d’autre successeur que son petit neveu. »

12 RPC, I, no 218, p. 104 et pl. 16.

13 Quintilien, Institution oratoire, VI, 3, 77. Traduction J. Cousin, Paris, Belles Lettres, 1997 : « On voit bien [dit Auguste] que vous y allumez souvent du feu. »

14 G. Sauron a, le premier, réalisé un rapprochement entre la description par Ovide du rêve de Rhéa Silvia et le récit de l’ostentum survenu à César au cours de la bataille de Munda : il souligne ainsi le parallélisme entre « somnium » et « ostentum ». Voir Sauron, 1982, pp. 701-703 et 1994, p. 6.

15 Adamo Muscettola, 1982.

16 Sur le temple de Vesta, voir Dubourdieu, 1989, pp. 453-516.

17 Virgile, Énéide, II, 293-297. Traduction J. Perret, Paris, Belles Lettres, 1981 : « Troie te confie ses choses saintes et ses Pénates, prends-les comme compagnons de tes destins, pour eux cherche une ville qu’au terme tu instaureras, grande. Ainsi dit-il et des profondeurs du sanctuaire il apporte dans ses mains les bandelettes, la puissante Vesta et le feu éternel. »

18 Voir Dubourdieu, 1989, pp. 292- 296.

19 Macrobe, Saturnalia, III, 4, 11. Traduction : « Virgile a appelé du même nom [de Pénates] Vesta aussi, qui de toute évidence fait partie des Pénates ou est leur compagne. »

20 Servius, Commentarii in Vergilii Aeneidos Libros, II, 296. Traduction : « On se demande donc si Vesta fait aussi partie des Pénates, ou si elle est considérée comme leur compagne. »

21 Le motif du palmier jouxtant une tholos n’est pas sans rappeler le relief des Offices sur lequel un arbre est planté tout contre le temple de Vesta. Sur la casa Romuli, voir Balland, 1984 et Zanker, 1990, fig. 160.

22 Zevi, 1980, p. 250 ; Cappelli, 2000, p. 158 et Maaskant-Kleinbrink, 1992.

23 En témoigne le récit du sauvetage héroïque du Palladium par Lucius Metellus chezCicéron, Aemilius Scaurus, 48. Traduction P. Grimal, Paris, Belles Lettres, 1976 : « Lorsque ce sanctuaire était en flammes, [Lucius Metellus Grand Pontife] se jeta au milieu de l’incendie et arracha au feu le Palladium, qui est comme le garant de notre salut, et celui de l’Empire, confié à la garde de Vesta. »

24 Sur les pignora imperii, voir Dubourdieu, 1989, passim (en particulier, pp. 22, 202, 259, 296, 466, 487 et 489).

25 Ripoll, 2001.

26 Pour une approche détaillée des questions de fabrication et de surmoulage, on se référera aux travaux de Bonnet et Delplace, 1983 ; Vertet, 1983 ; Bonnet, 1988 et Bergès, 1989.

27 Ibid.

28 Vertet, 1983, p. 77.

29 Ibid., pp. 81-82. Divers critères techniques nous incitent à penser que des moules de plâtre ont été utilisés pour surmouler les lampes en question ; en particulier, une réduction qui n’excède pas 10 % et la présence de pustules en surface.

30 Muller, 1997 et Bonnet, 1988, p. 19.

31 Vertet, 1983, p. 78.

32 Harris, 1980, p. 126, date l’apparition des premières lampes signées des années 20 av. J.-C. environ, mais c’est seulement à la fin du ier siècle qu’elles connaissent une large diffusion.

33 Pour dater le type L.IV, Bussière, 2000 — de même que Leibundgut, 1977 —, s’appuie sur la chronologie de Bailey, 1980-1988, vol. 2.

34 Bémont, 2003, p. 44.

35 Pavolini, 1988.

36 Par exemple : RIC, no 20, p. 189, pl. 32 ; no 36, p. 191, pl. 32 et no 90-91, pp. 202-203, pl. 34.

37 Quoique cette dernière soit très effacée. Bailey, 1980-1988, vol. 2, pensait qu’il s’agissait d’une fausse inscription. Une observation attentive nous assure que non.

38 Traduction : « Énée, Ascagne et Anchise. »

39 Nous n’avons pas pu accéder à ces objets, ni même en obtenir de photographie.

40 « II » est une graphie cursive de « E ».

41 Sauf celle d’Asie Mineure dont nous parlerons un peu plus bas.

42 Selon Deneauve, 1987, p. 80, les ateliers d’Afrique romaine aux ier et iie siècles de notre ère travaillent à partir de moules importés et de surmoulages.

43 Oziol, 1977, p. 151.

44 Spannagel, 1999, pl. 20, fig. 1.

45 Bailey, 1987, p. 63.

46 Le processus de recréation d’un décor est expliqué dans Bonnet, 1988, pp. 19-20 et fig. 3.

47 Badajoz est située à 65 km à l’ouest de Mérida (Cat. 10).

48 Cat. 13.

49 Cat. 12.

50 Cat. 9. Nous adressons nos plus chaleureux remerciements à Paloma Cabrera pour son accueil au Museo Arqueológico Nacional de Madrid et l’accès qu’elle nous a offert aux collections demandées.

51 Cinq exemplaires du Museo Nacional de Arte Romano de Mérida et un d’une collection privée (Dr. Julián Hernández), Cat. 11 et 15.

52 Sur les exemplaires des musées de Madrid et de Séville et celui de la collection privée, voir Cat. 9, 10 et 14.

53 À ce sujet, voir Bergès, 1989, p. 26 : « Le poinçon décor peut être une création de la part du potier ou une copie (copie d’un autre poinçon ou réalisée à partir d’un médaillon de lampe servant de modèle). Il peut également avoir été l’objet d’un échange entre artisans (achat, legs…). » Voir également, Bonnet, 1988, pp. 19-20.

54 Ibid., pp. 17-21 et fig. 2.

55 CIL II, 6256, 47 ; CIL V, 8114, 133 ; CIL VIII, 22644, 272 ; CIL X, 8052, 25 et 8053, 197 ; CIL XI, 6699, 191 ; CIL XIII, 10001, 322 et CIL XV, 6640.

56 Bisi Ingrassia, 1977.

57 Bailey, 1980-1988, vol. 2, p. 103.

58 Balil, 1968, p. 175 et Moreno Jiménez, 1991, p. 275, no 99.

59 Bussière, 2000, p. 94.

60 Ibid., p. 98. Voir également son chapitre : « Origine et évolution de la production », pp. 141-148.

61 Rodríguez Martín, 2002, Cat. 6.2, p. 72, fig. VIII, no 104.

62 Moreno Jiménez, 1991, p. 275, no 99.

63 Ponsich, 1961, p. 119, no 533 ; Deneauve, 1969, p. 630, no 538, et Hautecœur, 1910, vol. 3, p. 2237, no 239.

64 Rodríguez Martín, 1996 et Cat. 14 et 15.

65 Comme les lampes d’Oviedo et d’Herpes ne présentent pas les mêmes dimensions, il est raisonnable d’émettre l’hypothèse qu’elles n’ont pas été fabriquées dans le même atelier.

66 Cette hypothèse est en accord avec la théorie de D. Bailey sur l’exportation de lampes au ier siècle, p. 101 (Bailey, 1987, p. 101).

67 Nous abordons l’étude de cet ensemble de lampes dans notre thèse de doctorat. Par ailleurs, Bailey, 1980-1988, vol. 2, pp. 40, 365, 368 et no Q 1394, en recense quelques exemplaires.

68 Voir la carte de répartition de l’atelier L.CAE.SAE dans Bonnet, 1988, p. 121, fig. 39.

69 Nous n’avons aucun élément prouvant que cette officine était athénienne, bien qu’elle ait dû vraisemblablement l’être. Il paraît en effet probable que dans une grande cité comme Athènes ait été commercialisée une production locale.

70 Sur le forum de Mérida et le groupe figurant la fuite d’Énée, voir Barrera et Trillmich, 1996 (avec synthèse bibliographique).

71 Zanker, 1990, pp. 265-274.

72 Voir Amaré Tafalla, 1986. Certaines lampes présentent également des types iconographiques monétaires ou des portraits d’empereurs (voir ibid. et Zanker, 1990, pp. 274-275).

73 Ibid., p. 266.

74 On pourrait citer bien d’autres fêtes comme la divinisation d’un membre de la famille impériale, l’avènement d’un empereur, etc., qui étaient toutes l’occasion de prières et de vœux pour le salut de l’empereur (Herz, 1978, pp. 1189-1199). La célébration de ces festivités dans les provinces est attestée par diverses sources, voir Van Andringa, 2002, pp. 194-196.

75 Ainsi qu’en témoigne le calendrier de Doura-Europos (Turcan, 1978, p. 1050). Sur les cérémonies en l’honneur du dies natalis d’Auguste, voir Herz, 1978, pp. 1147-1150.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Lampe de Hanovre (Rome)
Crédits (Galinsky, 1969, fig. 5).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 2. — Lampe du British Museum [Asie Mineure]
Crédits (Photographie : Alexandra Dardenay)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 3. — Lampe d’Aquilée
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 4. — Médaillon de ciste de Pompéi
Crédits (Photographie : Nicolas Monteix)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2154/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 5. — Lampe de Madrid
Crédits (Photographie : Alexandra Dardenay)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2154/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 6. — Lampe de Mérida, Cat. 15 a
Crédits (Photographie : Alexandra Dardenay)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2154/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 7. — Lampe de Mérida, Cat. 15 b
Crédits (Photographie : Alexandra Dardenay)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2154/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 8. — Lampe de Mérida, Cat. 15 d
Crédits (Photographie : Alexandra Dardenay)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2154/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 9. — Lampe de Mérida, Cat. 11
Crédits (Photographie : Alexandra Dardenay)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2154/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 10. — Lampe de Mérida, Cat. 15 c
Crédits (Photographie : Alexandra Dardenay)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2154/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 11. — Lampe de Séville [Badajoz]
Crédits (Photographie : Alexandra Dardenay)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2154/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 12. — Lampe du British Museum [Herpes,Charente]
Crédits (Photographie : Alexandra Dardenay)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2154/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Dardenay, « Le rôle des ateliers de lampes dans la diffusion iconographique de la fuite d’Énée », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 161-189.

Référence électronique

Alexandra Dardenay, « Le rôle des ateliers de lampes dans la diffusion iconographique de la fuite d’Énée », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 15 novembre 2008, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/2154

Haut de page

Auteur

Alexandra Dardenay

Membre de la Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org