Navigation – Plan du site
Le partage de l'eau (Espagne, Portugal, Maroc)

Partager les eaux de l’Èbre

La presse régionale aragonaise contre les projets de transfert
Sharing the Waters of the Ebro. The Aragonese Regional Press Against Transfer Proposals
Repartir las aguas del Ebro. La prensa regional aragonesa contra los proyectos de trasvase
Sylvie Clarimont
p. 149-170

Résumés

La très forte contestation des projets de partage des eaux de l’Èbre observée de 2000 à 2004 s’inscrit dans la continuité des premières formes de mobilisation apparues au début des années 1970. Territoire de la contestation, le bassin de l’Èbre est à la fois support et enjeu du conflit. Il est le lieu où s’exprime avec le plus de vigueur l’opposition aux projets de partage de la ressource. Il est aussi l’objet du conflit. Cette double dimension attribuée au fleuve apparaît nettement dans la presse régionale. Jamais neutre, celle-ci est à la fois vecteur de transmission de l’information et partie prenante dans la lutte. Elle contribue à modeler durablement l’opinion publique. L’article se fonde sur l’analyse du discours produit par la presse aragonaise, aux premiers temps de la contestation des plans de partage de l’eau, pour mettre en évidence la contribution des médias à l’éveil d’une conscience régionale.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

1Si « partager » (« partir » ou « compartir » en espagnol) signifie, comme le précisent les dictionnaires de langue courante, diviser en parts (égales ou non) en vue d’une distribution, ce verbe peut s’appliquer à l’eau. En Espagne comme ailleurs, le partage de l’élément liquide intervient à différents niveaux scalaires. Au sein des espaces irrigués, du canal d’amenée principal (acequia madre) à la rigole creusée à même la terre par laquelle l’eau est conduite à la parcelle cultivée (aguadera), cette eau circule au sein d’un réseau complexe et hiérarchisé de rigoles intermédiaires désignées par des termes différents en fonction de leur taille et de leur place dans le système (brazal, hijuela…). La nécessité de répartir au mieux la ressource, surtout en période d’étiage, donne lieu à des formes d’organisation sociale particulières liées à la pratique des « tours d’eau ». À l’échelle régionale, le partage de l’eau mobilise d’autres acteurs. C’est principalement la puissance publique qui, pendant un siècle, s’est investie dans l’équipement des meilleurs sites en barrages destinés à fournir la plaine en eau agricole. À l’échelle nationale, c’est encore l’État qui, fort de ses compétences dans le domaine de l’aménagement hydraulique, envisage dès 1933 des projets d’interconnexion des grands bassins hydrographiques espagnols transgressant les lignes de partage des eaux fixées par la nature. De l’échelon local au territoire national, l’eau est donc bien un objet partagé, « compartido » (le préfixe espagnol « con » insistant particulièrement sur l’union), un objet transactionnel mettant en réseau et créant du lien entre des espaces différents. Mais un tel partage n’est pas toujours admis par les territoires invités à céder leur eau au nom de la solidarité nationale. Le morcellement, la division priment alors sur la communion, sur l’être ensemble. « Partir » prend alors le pas sur « compartir ».

2C’est particulièrement le cas pour les grands projets de planification de la ressource formulés tout au long du xxe siècle. Le partage de l’eau qui y est défendu est jugé inégalitaire et univoque par les régions des bassins fournisseurs comme l’Èbre. Pendant plus de trois décennies, leurs habitants se sont mobilisés pour refuser de céder leurs eaux en partage. Surprenante par son ampleur et son intensité, cette mobilisation contre les projets de redistribution des eaux de l’Èbre vers d’autres régions de la Péninsule prend forme au début des années 1970 quand le régime franquiste suggère d’exécuter un aqueduc du cours aval du fleuve vers Barcelone. Cette contestation est très forte en Aragon, région qui occupe la partie centrale et la plus dilatée du bassin. Institutions publiques, syndicats agricoles, hommes politiques et médias s’investissent dans la dénonciation des effets néfastes pour la région d’un tel ouvrage. Pour appréhender au mieux ces conflits du passé qui hantent encore largement les mobilisations d’aujourd’hui, le dépouillement de la presse de l’époque s’avère particulièrement riche. Il révèle les difficultés soulevées par l’idée de partage de l’eau entre des régions dont le sentiment identitaire s’éveille au sortir de la dictature. Il s’agit donc ici de revenir sur les origines de la mobilisation contre le transfert de l’Èbre pour tenter d’en saisir le sens et d’apprécier le rôle de la presse régionale dans le conflit à travers le dépouillement partiel ou exhaustif de périodiques régionaux parus entre 1972 (annonce de la réalisation prochaine de l’aqueduc Èbre-Barcelone) et 1981 (adoption de la loi relative au transfert de l’Èbre vers Tarragone). L’Aragon retiendra notre attention du fait du caractère exceptionnel de la mobilisation dans cette région et de l’unanimité avec laquelle une presse pourtant plurielle dénonce le transfert. Parmi les nombreux titres publiés au cours de cette période, le périodique Andalán se distingue par sa liberté de ton, par ses positions radicales et farouchement hostiles au régime franquiste et par son engagement dans la lutte contre le partage des eaux de l’Èbre. Engagé et régionaliste, ce périodique contribue à éveiller une conscience régionale aragonaise jusque-là en sommeil.

La grande hydraulique au service du partage des eaux de l’Èbre

  • 1 Ley10⁄2001de5de julio del Plan Hidrológico Nacional, « Exposición de motivos », (BOE no161 du 6-vii(...)
  • 2 Ibid.

3Pays caractérisé par de « graves déséquilibres », l’Espagne semble moins souffrir de la faiblesse globale de la dotation théorique par habitant que de l’irrégulière distribution spatiale et temporelle de son eau1. Globalement, la dotation en eau moyenne par habitant et par an est de l’ordre de 2 998 m3, soit un volume supérieur à la moyenne européenne, voire à celle de pays plus densément peuplés comme l’Allemagne (2 551 m3/habitant/an) ou l’Angleterre (1 401 m3/habitant/an). Cependant, la situation est géographiquement très contrastée : six bassins présentent un déficit global, la demande y étant supérieure aux ressources disponibles (Canaries, Baléares, Sud, Guadalquivir, Jucar et Segura) ; les bassins internes de Catalogne connaissent des déficits ponctuels qui ne peuvent être palliés par l’apport de ressources locales ; tandis que trois seulement (Èbre, Douro et Tage) présentent une situation globalement excédentaire malgré l’existence de déficits localisés, comme dans la partie centrale du bassin de l’Èbre2. C’est ce constat qui détermine l’État à intervenir massivement dans le domaine hydraulique.

Le partage des eaux au cœur du projet régénérationiste

4L’inégale répartition de l’eau est très tôt mise en avant et présentée comme l’une des faiblesses de la nation espagnole. Réfléchissant aux causes de la décadence de la nation, plusieurs auteurs du xixe siècle l’imputent en effet à sa mauvaise géographie. Dans son célèbre ouvrage, Los males de la patria y la futura revolución española (1890), Lucas Mallada stigmatise les « fléaux naturels » que sont la sécheresse, la pauvreté des sols…, responsables selon lui du retard de l’économie espagnole. Il reconnaît clairement que :

  • 3 Mallada, 1990, p. 120.

De tous les remèdes applicables à la guérison des maux mentionnés, aucun ne peut autant assurer l’amélioration de la fortune des villages que la construction de canaux et de barrages3.

  • 4 Gómez Benito et Ortí Benlloch, 1996, p. 34.
  • 5 Ortega Cantero, 1979, p. 47.

5Toutefois, il ne centre pas ses propositions réformatrices sur la mise en place d’une politique hydraulique ambitieuse telle que la formule son contemporain Joaquín Costa. Pleinement conscient de la nécessité de contribuer au redressement national, ce dernier, en revanche, se donne pour objectif de « rééquilibrer, moderniser et démocratiser le monde rural espagnol » par le biais de la maîtrise des eaux péninsulaires4. Il attribue à l’eau toutes les vertus et en fait un facteur majeur de modernisation économique et sociale des campagnes caractérisées par la permanence de structures agraires latifundiaires et la prégnance de rapports sociaux de domination et de sujétion au cacique. L’extension des superficies irriguées, outre le fait qu’elle permettrait une diversification de l’éventail cultural et une progression notable des rendements, rendrait possible le développement d’une agriculture familiale viable économiquement, autonome financièrement et indépendante du grand domaine. Réponse à la pénurie d’eau sans doute abusivement érigée en problème majeur de l’agriculture espagnole5, la grande hydraulique devient pour longtemps la solution unique (et largement idéalisée) aux maux de la patrie.

  • 6 « Discours sur le canal de Tamarite », prononcé par J. Costa à Barbastro lors de l’assemblée agrico (...)

6Moteur de la transformation du monde rural, la politique hydraulique va devenir une priorité pour les pouvoirs publics. Et Joaquín Costa militera activement en ce sens. Prise en charge par l’État, cette politique volontariste d’aménagement de la ressource viendra bouleverser non seulement la géographie des productions agricoles mais aussi la distribution de la ressource en eau. Il s’agit de « refaire rapidement la géographie de la patrie pour résoudre la question politique et la question sociale6 ». Cela suppose d’établir un partage de l’eau entre montagnes et plaines, entre régions humides et régions plus sèches. C’est là le rôle qui incombe à la grande hydraulique. Appelés de tous ses vœux par Joaquín Costa, les barrages et les canaux de dérivation qui leur sont associés se multiplieront au xixe siècle.

  • 7 Clarimont, 2002.
  • 8 Clarimont, 1999, vol. 2, pp. 420-487.

7Après la mort de ce dernier, en 1911, s’ouvre le temps effectif de la conquête des eaux, d’abord balbutiante malgré l’adoption d’une série de lois dotant l’État de prérogatives de plus en plus étendues en matière d’aménagement hydro-agricole, puis de plus en plus sûre. Le bassin de l’Èbre devient alors un espace pionnier, le champ d’expérimentation des techniques nouvelles en matière d’ingénierie civile, un « laboratoire de l’aménagement hydraulique » pour reprendre une formule de Manuel Lorenzo Pardo, premier directeur de la Confédération hydrographique de l’Èbre. C’est le temps de la technique, le règne des ingénieurs. Rafael Izquierdo, José Nicolau, Joaquín Cajal, Félix de los Ríos Romero et, bien entendu, Manuel Lorenzo Pardo vont déployer tous leurs efforts pour dominer la nature, mobiliser l’eau, la stocker, la canaliser afin de la conduire jusqu’aux parcelles au terme d’un long trajet des Pyrénées jusqu’à la dépression centrale de l’Èbre. Pour eux tous, guidés par les principes énoncés par Joaquín Costa, l’aménagement hydraulique est étroitement associé à la bonification des terres. Une telle conception de l’intervention des pouvoirs publics bénéficie pendant près d’un siècle d’un large consensus social. Le partage des eaux entre montagne et plaine est accepté par une population avide de progrès. Ses retombées positives sont unanimement reconnues et il n’est pas rare, au cours des années 1930, que les populations des futurs périmètres irrigués de Los Monegros, de Las Bardenas… se mobilisent pour réclamer une construction plus rapide des ouvrages hydrauliques tant espérés7. Certes, l’enthousiasme est moindre dans les vallées pyrénéennes désignées pour offrir leurs eaux en partage à la plaine et pâtir des impacts négatifs de la construction des grands barrages (ennoiement des meilleurs terroirs, voire de villages, désarticulation spatiale, bouleversements sociaux…8). Mais les bénéfices attendus de la transformation des terres dans le llano sont tels qu’avant les années 1970 peu de voix discordantes s’élèvent pour dénoncer les conséquences négatives des aménagements hydrauliques. Ce partage, même inégalitaire, parfois destructeur, est accepté avec résignation par les populations montagnardes.

Du partage de l’eau entre la montagne et la plaine à la redistribution des eaux péninsulaires

  • 9 L’idée de réaliser des canaux de transfert n’est pas nouvelle. Dès le Moyen Âge, des transferts en (...)

8Si Joaquín Costa n’envisage guère le partage qu’à l’échelle régionale, certains de ses disciples vont proposer de redistribuer l’eau à l’échelle de la nation entière afin d’assurer le développement d’une agriculture irriguée moderne, productive, spécialisée dans les cultures d’exportation. Équilibre territorial, résorption des disparités spatiales, correction d’« une injustice géographique » sont les arguments mis en avant pour justifier cette ambitieuse entreprise qui devrait, in fine, assurer la cohésion nationale. Le transfert concrétise le partage, il en est l’instrument pratique9. Il transgresse les limites hydrographiques pour conduire l’eau vers les régions les moins bien pourvues. Il abolit ainsi partiellement les lignes de partage des eaux et les limites administratives. Il fait communiquer entre eux des bassins versants, il relie des territoires de langue et de culture parfois différentes et tisse un lien physique entre eux.

  • 10 Lorenzo Pardo, 1933, vol. 1, p. 30.
  • 11 Ibid., vol. 1, pp. 134-135.
  • 12 Ibid., vol. 1, p. 148.
  • 13 Ibid., vol. 1, p. 134.

9La réalisation des transferts d’eau s’inscrit dans le cadre d’une planification hydrologique apparue dès le début du xxe siècle avec l’adoption des premiers plans d’aménagement de la ressource. Approuvé le 25 avril 1902, révisé à maintes reprises, le « Plan général de canaux d’irrigation et de barrages » se présente davantage comme un catalogue, un inventaire des ouvrages à réaliser que comme un plan national « coordonné et méthodique10 ». Inscrit dans la continuité du mouvement régénérationiste inspiré par Joaquín Costa et rédigé sous la houlette de Manuel Lorenzo Pardo, le Plan national d’ouvrages hydrauliques (PNOH) de 1933 inaugure véritablement l’entrée dans une ère nouvelle, celle de la planification hydraulique. Il constitue le premier document de planification de l’usage de la ressource. Son objectif est de proposer une issue planifiée à la décadence de la nation : la mise en œuvre d’une politique hydraulique nationale, volontariste, cohérente et tendue vers l’avenir, fondée sur une utilisation intégrale de l’eau. Avec le PNOH, la réalisation des transferts et des barrages s’insère désormais dans le cadre d’un plan pluriannuel, doté d’objectifs précis et des moyens techniques et financiers censés permettre leur réalisation. À partir d’un bilan chiffré et détaillé de l’état des disponibilités en eau et de la demande, il identifie des problèmes et propose pour chacun des solutions techniques. Ainsi, au « scénario de l’inacceptable » que constituerait le déclin continu de la nation, le PNOH oppose-t-il un scénario alternatif, souhaitable, celui d’une Espagne retrouvant son rang parmi les grandes puissances européennes. Pour ce faire, tous les efforts doivent porter sur le rééquilibrage de la ressource en faveur des zones méditerranéennes « les plus aptes aux cultures irriguées », celles où « se sont le mieux conservés les usages les plus anciens, les traditions les plus vives, les structures d’irrigation les plus solides, les pratiques les plus savantes, l’expérience la meilleure…11 ». Or, ces régions littorales sont précisément celles qui disposent des ressources en eau les plus limitées. Ce sont « les plus mal dotées », d’où l’idée de réaliser un canal de dérivation des eaux du Tage et du Guadiana vers le versant méditerranéen12. Pour légitimer l’intervention correctrice de l’État, Manuel Lorenzo Pardo met en avant une série d’arguments se rapportant les uns au registre de la morale (équité, solidarité interterritoriale), les autres à l’économie (retombées économiques positives attendues des futurs périmètres irrigués) ou à la géographie (potentialités naturelles, vocation agricole des régions méditerranéennes). Enfin, il convoque la figure de l’intérêt général qualifiant la promotion de l’irrigation dans le Levant de « grand objectif national13 ».

  • 14 MOP, 1940 ; MOPU, 1973 et 1974 ; ainsi que MOPT, 1993 ; Ley10⁄2001de5de julio del Plan Hidrológico (...)

10Rédigé sous la Deuxième République, mis entre parenthèses pendant la guerre, le PNOH est partiellement repris par le régime franquiste (Plan général d’ouvrages hydrauliques, 1939) et inspire grandement les documents de planification formulés après le retour de la démocratie (projet de Plan hydrologique national, 1993 ; Loi de Plan hydrologique national, 2001). La persistance des déséquilibres hydrologiques et le souci d’anticiper l’aggravation des déficits prévisibles, à moyen et long terme du fait de la croissance des demandes, légitiment encore l’intervention correctrice de l’État14. Document exemplaire et fondateur, le PNOH constituera donc durablement une référence en matière de planification hydraulique.

Transférer les eaux de l’Èbre : entre projets avortés et réalisations partielles

  • 15 « Exposición del Plan de Riegos del Bajo Ebro », La Voz del Bajo Ebro, 2-vi-1959.
  • 16 MOPU, 1974.
  • 17 Cet ouvrage est baptisé officiellement « aqueduc Èbre-Pyrénées orientales », en référence aux deux (...)

11Inspiré par le PNOH, le Ministère des travaux publics approuve, en septembre 1958, un premier « Plan d’utilisation intégrale des eaux du Bas-Èbre» qui consisterait à maximiser l’utilisation des quatorze millions de mètres cubes d’eau par an « qui se perdent inutilement en mer15 ». À partir du barrage de Cherta, situé à quelques kilomètres à l’amont de Tortosa, seraient donc construits deux canaux, l’un de rive gauche, l’autre de rive droite, chargés d’assurer l’irrigation de plusieurs milliers d’hectares dans les provinces de Castellón et de Tarragone. Ce projet, dont les objectifs initiaux sont totalement revus, renaît au début des années 197016. Le canal du Bas-Èbre (rive droite) ou canal Francisco Franco est commencé en 1972. Demeuré inachevé, long de 37 km de Cherta à Cálig, il est aujourd’hui abandonné malgré quelques projets locaux de réutilisation. Le canal de rive gauche, rebaptisé Aqueduc Èbre-Pyrénées orientales17, connaît quant à lui un sort différent.

  • 18 MOPU, 1973, vol. 1, pp. 2-3.
  • 19 Le document technique de présentation du projet d’aqueduc souligne en effet « l’importance de ce fl (...)
  • 20 « El minitrasvase », Andalán, no 270, 23/29-v-1980, pp. 10-11.

12Cet « Avant-projet d’aqueduc Èbre-Pyrénées orientales », présenté officiellement en 1973, s’inscrit dans un programme plus global de résorption des déséquilibres hydrologiques nationaux avant l’an 2000. La prospective est mise au service de la planification hydrologique pour prévenir de possibles situations de pénuries sur le littoral méditerranéen. L’élaboration de scénarios d’anticipation alarmants à moyen et long terme (augmentation de la demande en eau sur les littoraux, alimentée par de forts taux de croissance démographique, et insuffisance des ressources locales) explique le dépassement « des limites traditionnelles des bassins hydrographiques naturels dans le cadre desquels s’est opérée, jusqu’à une date récente, la satisfaction des demandes18 ». Seul fleuve méditerranéen défini comme excédentaire à long terme (an 2000), l’Èbre joue un rôle majeur dans ce dispositif (fig. 1, p. 156)19. Il est appelé à fournir en eau industrielle et urbaine les grandes villes côtières catalanes dont Barcelone. Il est ainsi prévu de soustraire à l’Èbre 1 400 Hm3/an (soit 45 m3/s) au profit du bassin des Pyrénées orientales au moyen d’un canal de 160 km de long de Cherta au Llobregat. Si l’amenée d’eau à Barcelone est guidée par une priorité urbaine et industrielle, le rapport de présentation de l’avant-projet n’exclut pas toutefois la possibilité d’irriguer 45 000 ha dans le Campo de Tarragone. Présenté comme un projet salvateur pour le littoral catalan, l’aqueduc Èbre-Pyrénées orientales se heurte pourtant à une forte opposition surgie principalement dans les basses terres catalanes de l’Èbre, directement affectées par l’ouvrage, et en Aragon. Formulé dans une période politique trouble, confronté à une importante mobilisation, le projet est finalement ajourné. Il ressurgit néanmoins à la fin des années 1970 sous une version réduite : le transfert Èbre-Tarragone, appelé dans un souci d’euphémisation le « minitrasvase20 ». Son étude de faisabilité est approuvée en 1981 et les travaux sont achevés en 1989. Conçu sous le franquisme, le projet sera terminé dans une Espagne désormais démocratique et décentralisée. Toutefois, sa réalisation n’intervient pas sans heurts. Le projet suscite, dès sa première présentation publique, une importante mobilisation médiatique et citoyenne. Il fait donc office de catalyseur et permet la mise en forme d’un discours identitaire défensif dans lequel la région est toujours connotée de façon négative comme représentant l’espace de toutes les carences. En effet, les médias aragonais (Heraldo de Aragón, Aragón Exprés, Andalán, Nueva España…) et ceux des basses terres catalanes de l’Èbre (Ebre Informes, La Voz del Bajo Ebro devenu avec la démocratie La Veu del Baix Ebre) figurent parmi les premiers et les plus virulents opposants au projet d’aqueduc.

Fig. 1. — Bilan hydrique national, à long terme (an 2000), selon l’« Avant-projet d’aqueduc Èbre-Pyrénées orientales » de 1973

Fig. 1. — Bilan hydrique national, à long terme (an 2000), selon l’« Avant-projet d’aqueduc Èbre-Pyrénées orientales » de 1973

(S. Clarimont d’après MOPU, 1973)

La presse régionale aragonaise contre le projet de partage de l’eau

  • 21 En avril 1974, la revue Andalán précise dans son éditorial que « peu d’affaires ont provoqué une mo (...)
  • 22 Nous reprenons ici la distinction opérée par Gómez Mompart, 1996, pp. 83-98.

13C’est en Aragon que la mobilisation est la plus forte. En 1971, une pétition contre le transfert est proposée par les médias aragonais à leurs lecteurs et auditeurs, elle recueille plus de 300 000 signatures. Au cours de la période d’enquête publique sur le projet d’aqueduc (mars-avril 1973), plus de 3 500 amendements sont transmis aux pouvoirs publics. La presse souligne à plusieurs reprises le caractère exceptionnel d’une telle contestation alors même que la dictature, bien qu’affaiblie, demeure bien présente21. Désormais, en Aragon, l’espace public de discussion se structure autour de la question hydraulique. Trois types de coalitions contre les transferts se distinguent : une opposition officielle incarnée dans son aile la plus modérée par le président du Conseil général, la province de Saragosse et Hipólito Gómez de las Roces ; une opposition tolérée ; une opposition radicale et régionaliste contrainte parfois à la clandestinité. Pour chacune, les médias jouent un rôle majeur. Unanime dans son rejet du transfert, la presse aragonaise adopte une double posture ; elle est à la fois presse d’information et presse d’opinion22.

La presse unanime contre un partage inégal de la ressource

  • 23 « ¿ Para qué el trasvase del Ebro ? », Fuerza Nueva, no 379, 13-iv-1974, p. 21.
  • 24 Publié en 1974 par le quotidien El Heraldo de Aragón, l’ouvrage Historias de los regadíos : dos cam (...)
  • 25 Domínguez Lasierra (éd.), 1976.
  • 26 Heraldo de Aragón, 15-xi-1974.
  • 27 Voir Heraldo de Aragón, 1974 ; Domínguez Lasierra (éd.), 1976 et Zapater, 1975.
  • 28 « ¿Y la Confederación… ? », Heraldo de Aragón, 25-iv-1971.

14Qu’il s’agisse d’organes de presse très conservateurs, proches du régime (Nueva España, Fuerza Nueva ou El Alcazar), de médias plus modérés (Radio Zaragoza ou encore le plus important et le plus ancien quotidien régional, El Heraldo de Aragón) ou d’une revue critique comme Andalán, tous considèrent que le projet d’aqueduc porte atteinte aux intérêts régionaux et s’opposent à sa construction. En avril 1974, Fuerza Nueva lui consacre un numéro monographique sous le titre ¿ Para qué el trasvase del Ebro ? (« Pourquoi le transfert de l’Èbre ? ») dans lequel sont dénoncées les conséquences négatives de cet ouvrage hydraulique pour la région et est réclamée la réalisation d’une étude complète relative à « l’utilisation intégrale de tout le bassin de l’Èbre23 ». Fuerza Nueva plaide pour une valorisation locale des eaux de l’Èbre pour le plus grand bénéfice de l’Aragon. Cette position rejoint celle des médias autorisés qui, dès 1971, se lancent dans de virulentes campagnes de défense des programmes d’irrigation aragonais et de rejet du projet, espérant infléchir ainsi la décision publique24. Obéissant aux injonctions de la Banque mondiale, l’État a en effet réduit fortement, au cours du deuxième plan de développement (1968-1971), les investissements destinés à la transformation des périmètres d’irrigation intérieurs, jugés peu performants économiquement. Il préfère destiner l’eau à l’alimentation des villes et à la modernisation de l’agriculture du littoral méditerranéen. L’aqueduc Èbre-Barcelone, décrit en mars 1971 par le ministre des Travaux publics comme « l’ouvrage hydraulique de plus grande envergure de l’histoire de l’Espagne », s’inscrit dans cette logique. Sous le slogan ¡ Aragón tiene sed ! (« l’Aragon a soif ! ») les médias autorisés structurent alors un puissant mouvement d’opposition à ce projet centré sur la défense des programmes d’irrigation aragonais25. Le transfert est toujours décrit comme un aménagement exogène, conçu pour le seul bénéfice de la Catalogne, « riche et industrielle ». Il scelle un partage inégal de la ressource qui accentue les disparités spatiales au lieu de les résorber. Réaliser le transfert revient, dans l’esprit des opposants, à « prendre à la région la plus pauvre pour donner à la plus riche26 ». Or, l’Aragon ne dispose pas de ressources en eau abondantes. Au contraire, il manque d’eau, notamment dans sa partie centrale, ce que tentent de montrer plusieurs publications parues à cette époque27. Cette région est fréquemment dépeinte par les médias comme une terre aride, menacée de désertification : « l’une des régions espagnoles les plus sèches puisqu’au déficit pluviométrique s’ajoute l’action desséchante du Cierzo », vent froid très présent dans la dépression de l’Èbre28. Dépossédée de cette eau déjà trop rare, l’Aragon deviendrait une terre sans avenir, vidée de ses hommes. Récurrente dans la presse, l’image du vide est souvent associée à des métaphores organicistes dépeignant l’Aragon comme un corps malade :

  • 29 Flora Blasco, « ¿ Quién tiene más sed ? », Heraldo de Aragón, 15-xi-1974 (souligné par nous).

L’Aragon est malade à cause de ses grandes surfaces sans irrigation, à cause de ses nombreux villages sans industrie et sans moyens de subsistance à offrir à leurs habitants, à cause de l’émigration de sa population jeune […]. Si on lui extirpe cet organe vital qu’est l’eau […] il aura été atteint de façon irréversible29.

  • 30 « La conquista del Ebro », Heraldo de Aragón, 3-iii-1971.

15Espace de carences marqué par une série de manques que souligne la répétition de la préposition « sans », l’Aragon a besoin des eaux de l’Èbre, fleuve dont le caractère « fondamentalement aragonais » est affirmé d’emblée dans l’article qui ouvre la campagne contre le transfert30. Cette patrimonialisation de l’Èbre légitime les revendications de l’Aragon, son droit à utiliser prioritairement les eaux de ce fleuve qui est sien.

Andalán : une revue critique et régionaliste hostile au partage des eaux

  • 31 Le terme « andalán » est issu du vocabulaire technique agricole, il désigne, selon la définition do (...)
  • 32 Di Méo, 1985, pp. 661-662.
  • 33 Alted et Aubert (éd.), 1995 ainsi que Muñoz Soro, 2006.

16En marge de la presse autorisée par le franquisme, Andalán31 propose non seulement une critique virulente du transfert mais également une alternative à celui-ci qui constitue une véritable charte-projet de développement pour l’Aragon. Ses positions volontiers radicales tranchent dans un paysage médiatique convenu, soucieux — y compris après la mort du Caudillo — de ménager le régime franquiste (fig. 2 et 3, pp. 160-161). La lecture d’Andalán révèle les tensions et les jeux de force qui caractérisent cette période politique agitée de la fin du franquisme et de la transition démocratique. Parce que la revue donne la parole aux groupes minoritaires, parce qu’elle met l’accent sur ce qui d’ordinaire est tu, elle représente un formidable support pour l’analyse des « formations socio-spatiales » aragonaises32. Elle donne à voir des groupes sociaux qui manifestent des intérêts communs articulés à un fort sentiment d’appartenance à un espace régional menacé par le transfert d’eau. Elle dévoile, au fil de ses numéros, les coalitions sociales qui se constituent sur la base du rejet du projet de transfert. Unie par des liens très étroits avec ces groupes protestataires, la revue Andalán ne se cantonne nullement à observer et décrire l’agitation politique des dernières années du régime franquiste, elle prend clairement fait et cause pour un changement profond et durable de la société espagnole. Elle propose notamment de rompre définitivement avec le franquisme et de lancer les bases d’un nouveau régime démocratique et décentralisé. Elle se rattache à la même veine de critique systématique du régime qu’une série de publications — dont les premières voient le jour au début des années 1960(Triunfo, Cuadernos para el Diálogo…33) —, mais se démarque de ses prédécesseurs par son régionalisme militant.

Fig. 2. — En haut, « Trasvase, S. A.  », Andalán, no 85, 15-iii-1976 ; en bas, Andalán, no 338, 11/17-ix-1981.

Fig. 2. — En haut, « Trasvase, S. A.  », Andalán, no 85, 15-iii-1976 ; en bas, Andalán, no 338, 11/17-ix-1981.

Fig. 3. — En haut, « Bolea-Tarradellas ¿  quién se llevará el agua ?», Andalán, no 165, 12/18-v-1978 ; en bas : à droite, Andalán, no 144, 10/22-x-1977 ; à gauche en haut, « Cataluña, Andalán… y el trasvase », Andalán, no 57, 1/15-i-1975 ; à gauche en bas, « Los asombros del trasvase », Andalán, no 54, 1-xii-1974.

Fig. 3. — En haut, « Bolea-Tarradellas ¿  quién se llevará el agua ?», Andalán, no 165, 12/18-v-1978 ; en bas : à droite, Andalán, no 144, 10/22-x-1977 ; à gauche en haut, « Cataluña, Andalán… y el trasvase », Andalán, no 57, 1/15-i-1975 ; à gauche en bas, « Los asombros del trasvase », Andalán, no 54, 1-xii-1974.
  • 34 Campo Palacio, 1990, p. 135 et Sabio Alcutén, 1997, pp. 49-50.
  • 35 Fernández Clemente et Forcadell Álvarez, 1979, p. 242.

17Au sein de la presse aragonaise, Andalán occupe donc une place à part34. Cette revue contestataire naît le 15 septembre 1972. Elle sera publiée, avec une périodicité variable (d’abord bimensuelle puis hebdomadaire) jusqu’en janvier 1987. Symbole de la résistance et du combat pour la liberté, la revue connaît un succès croissant jusqu’à atteindre un tirage de 16 000 exemplaires et 5 100 abonnés à la mort de Franco35. Elle se distingue des autres organes de presse publiés en Aragon durant cette période par sa capacité à aller au-delà d’une simple opposition à l’aménagement hydraulique envisagé par l’État, et à formuler un projet régionaliste ambitieux destiné à assurer le « redressement de la région ». L’hommage constant rendu à Joaquín Costa inscrit Andalán dans la continuité du régionalisme aragonais d’avant-guerre, transcendant de la sorte l’épisode franquiste. En outre, l’exégèse de J. Costa alimente le débat autour du partage des eaux de l’Èbre. Elle enrichit l’argumentaire des opposants au projet de transfert, qui trouvent avec Andalán un lieu d’expression privilégié.

  • 36 Carlos Forcadell Álvarez, « Costa aragonés y republicano », Andalán, no 90,vi-1976.
  • 37 Eloy FernándezClemente, « Costa recuperado », Andalán, no 444, ii-1986.

18Tout au long de son existence, Andalán accorde donc une grande attention à la question hydraulique. Le dépouillement exhaustif de la revue révèle qu’entre 1972 (annonce du projet d’aqueduc de l’Èbre vers Barcelone) et 1981 (début de la mise en œuvre du minitrasvase Èbre-Tarragone) le périodique consacre 187 articles à l’eau, les plus nombreux étant publiés en 1981, année décisive qui voit l’adoption de la Loi 18/1981 relative à l’approvisionnement en eau urbaine et industrielle du Campo de Tarragone (fig. 4). Ces articles concernent en premier lieu le transfert d’eau : 78 lui sont consacrés au cours de la période 1972-1981, soit près de 42 % de ceux publiés sur le thème de l’hydraulique. D’autres portent sur l’aménagement des ressources en eau présentes dans la région (26,7 %) ou sur la situation du regadío, terres irrigables, (18 %). Les moins nombreux (25 soit 13,4 %) sont consacrés à J. Costa, figure tutélaire de cet Aragon rural et agricole mis en péril par le projet de transfert (fig. 5). J. Costa est présenté à la fois comme l’un des grands noms du Panthéon régional (« un personnage unique », le « meilleur critique de l’Espagne de son temps36 ») et comme le plus fervent défenseur de la valorisation agricole de l’eau au profit du développement régional37.

Fig. 4 — Évolution du nombre d’articles relatifs à la politique hydraulique publiés dans Andalán de 1972 à 1981

Fig. 4 — Évolution du nombre d’articles relatifs à la politique hydraulique publiés dans Andalán de 1972 à 1981

(Source : S. Clarimont, 2006)

Fig. 5 — Évolution par thèmes du nombre d’articles relatifs à la politique hydraulique publiés dans Andalán

Fig. 5 — Évolution par thèmes du nombre d’articles relatifs à la politique hydraulique publiés dans Andalán

(Source : S. Clarimont, 2006)

De la dénonciation d’un partage imposé à la formulation d’un projet alternatif

  • 38 Plusieurs numéros d’Andalán sont consacrés, en totalité ou en partie, au thème des centrales nucléa (...)
  • 39 José Antonio Biescas, « Cataluña no necesita el trasvase », Andalán, no 113,13/20-v-1977, p. 20.

19Le projet d’aqueduc fournit à l’équipe d’Andalán l’occasion de mettre en cohérence son discours régionaliste et critique. Il permet, au même titre que les projets de construction de nouvelles centrales nucléaires dans la vallée de l’Èbre — Escatrón, Chalamera et, postérieurement, Sástago38 — de rendre sensible la situation de « sous-développement » et d’exploitation à laquelle est soumis l’Aragon. Contre ce projet, Andalán mobilise des arguments de nature diverse. Tout d’abord, la revue expose des arguments techniques remettant en cause l’expertise réalisée par les services de l’État pour justifier le recours au transfert. Elle dénonce l’approche simpliste de technocrates qui « exagèrent la soif », qui surestiment les besoins en eau potable du littoral catalan : « les besoins en eau du bassin des Pyrénées orientales ont été gonflés artificiellement dans l’avant-projet afin de justifier le recours au transfert39 ».

  • 40 Mario Gaviria, « Aragón y el agua », Andalán, no 5, 15-xi-1972.
  • 41 Ibid.
  • 42 Consultora de sociología y seminario permanente de la Semana Aragonesa, « Manifiesto del Ebro », An (...)
  • 43 Ibid.
  • 44 Mario Gaviria, « Aragón y el agua », Andalán, no 5, 15-xi-1972.

20La validité des projections démographiques à long terme pour l’aire métropolitaine barcelonaise (horizon 2000) est jugée douteuse, de même que la fiabilité des études hydrauliques. Celles-ci se fondent sur une sous-estimation des ressources en eau disponibles en Catalogne du fait d’une prise en compte insuffisante des eaux souterraines et, à l’inverse, sur une mauvaise appréciation des déficits en eau dans la dépression centrale aragonaise40. C’est moins la prospective qui est dénoncée par Andalán qu’un mauvais usage de celle-ci. Faute d’un « schéma directeur du territoire espagnol41 », l’aqueduc Èbre-Pyrénées orientales demeure un projet isolé, partiel, dépourvu de relation avec « toute l’économie espagnole42 ». À cette contre-expertise scientifique, s’ajoute une dénonciation plus globale du processus de prise de décision, exogène et centralisé. Toujours frontal et sectoriel, y compris après la mort de Franco, l’acte d’aménager ne prend jamais en compte les populations concernées. Il est décidé sans la moindre concertation avec le niveau local. Il bafoue le principe de l’intérêt général qu’il devait au contraire défendre, en se mettant au service d’intérêts particuliers (grands propriétaires, entreprises du secteur de la construction…)43. Enfin, le transfert est un facteur d’aggravation des déséquilibres territoriaux entre régions pauvres mais dotées de ressources en eau et régions riches connaissant des déficits hydriques. Or, le niveau de la demande en eau étant grandement fonction du niveau de développement, le transfert risque d’accuser les inégalités spatiales qu’il devrait en principe s’efforcer, en tant qu’« acte d’aménagement du territoire », de réduire44.

  • 45 « Éditorial », Andalán, no 40, 1er-iii-1974.
  • 46 Andalán, no 74-75, 1re quinzaine-x-1975, Supplément, « Aragón y Catalunya, ¿ dos regiones antagónic (...)
  • 47 « Éditorial », Andalán, n° 40, 1er-iii-1974.
  • 48 Ibid.
  • 49 Equipo Bis, « Trasvase S.A. », Andalán, no 85, 15-iii-1976.
  • 50 Ibid.

21Région défavorisée, économiquement en retrait par rapport à ses puissantes voisines basques et catalanes, l’Aragon souffre des effets négatifs de la logique de développement adoptée par l’État central qui, au lieu de corriger les disparités spatiales au sein du territoire espagnol, les accuse considérablement. L’exploitation sur le mode minier de sa principale richesse, l’eau, renforce les déséquilibres territoriaux. Le transfert vers Barcelone illustre le peu d’importance que le gouvernement accorde à l’Aragon, dévasté, face aux « intérêts respectables de l’opulente Catalogne45 ». Le choix d’adjectifs aussi opposés reflète les inégalités de développement entre ces deux régions. Il renvoie également au dualisme fréquemment évoqué par la presse entre l’absence et l’abondance d’eau, entre le désert et le verger, entre la vie et la mort. Privée de ses richesses par le transfert, l’Aragon est une région condamnée à l’aridité, moribonde. Andalán se défend pourtant de favoriser l’affrontement avec la Catalogne. Il en appelle même à la solidarité et à l’union des peuples catalans et aragonais, « sans ressentiment ni colonialisme, dans une perspective de futur46 ». Il tente d’établir un dialogue avec des Catalans, réservés par rapport au transfert, le peuple catalan ne pouvant nullement être tenu pour responsable « de l’énorme préjudice » que causerait ce transfert à l’Aragon47. Andalán s’efforce donc de mettre en évidence une communauté d’intérêts entre ces deux régions a priori opposées, victimes l’une comme l’autre du centralisme administratif48. Dans ce conflit, « l’ennemi de l’Aragon ce n’est [donc] pas la Catalogne ! Ces deux peuples ont un ennemi commun49 », clairement identifié, l’État espagnol, jacobin, capitaliste et antidémocratique. Ce dernier est doublement disqualifié du fait de son incapacité à assurer un développement économique équilibré du territoire espagnol et de son exploitation de l’Aragon sur le mode colonial50.

  • 51 Consultora de sociología y seminario permanente de la Semana Aragonesa, « El manifiesto del Ebro », (...)
  • 52 Turco, 1995, p. 55.
  • 53 Éditorial, « Una respuesta regional al trasvase », Andalán, no 40, 1er-iii-1974.

22Le projet de transfert provoque, en retour, l’émergence d’un régionalisme de réaction auquel l’équipe d’Andalán tente de donner corps. De la critique du projet de transfert émerge la formulation d’un contre-projet, présent en filigrane dans les différents numéros d’Andalán. Ce « projet de vie collectif51 » est représenté dans une carte rêvée de l’Aragon publiée à l’occasion de la parution du centième numéro de la revue (le 1er novembre 1976, sous forme de poster détachable). C’est un projet régionaliste apparaissant comme l’envers, en positif, du modèle de développement appliqué par l’État central à l’Aragon. À la territorialisation fonctionnelle, à dominante économique, menée par l’État franquiste, Andalán oppose une nouvelle logique territoriale, à base identitaire, censée permettre un développement équilibré et harmonieux du territoire régional. Par la mise en cohérence d’un discours identitaire dans lequel l’eau joue un rôle majeur, Andalán tente d’assurer l’unité et la cohésion de la communauté aragonaise. Ce discours-projet combine des paradigmes énonciatifs et comportementaux qui se réfèrent à trois niveaux fondationnels : racines, valeurs et comportements52. Il oppose de façon radicale et irréductible, d’une part, l’acceptable, le souhaitable, ce dans quoi on se reconnaît et au nom de quoi on accepte de se mobiliser, d’autre part, l’inacceptable, l’intolérable, ce que l’on rejette violemment et pour la disparition duquel on a déjà commencé à lutter. Il se présente comme une « réponse régionale au transfert moyennant un programme d’interventions prioritaires et vitales pour l’Aragon53 ».

  • 54 Clarimont, 2002.
  • 55 Al-Tawil [pseudonyme], « Los riegos de nunca acabar », Andalán, no 100, 1er-xi-1976 et Surco [pseud (...)
  • 56 Ibid.
  • 57 Equipo Andalán, « Origen y decadencia de las confederaciones hidrográficas », Andalán, no 38, 1/15-(...)

23Ce programme est d’abord un programme économique d’intensification de l’agriculture par le recours à l’irrigation dans lequel on lit aisément l’influence du régénérationisme de J. Costa54. Andalán exige de l’État qu’il intervienne, dans le cadre des IIIe et IVe plans de développement, en faveur de l’achèvement des programmes d’extension de l’irrigation en terres aragonaises. La valorisation « intégrale et rationnelle » des ressources en eau de la région pour une intensification de la production agricole aragonaise conditionne tout transfert55. L’inscription dans le temps long de cette « aspiration à irriguer », « héritée des Romains », légitime le projet de modernisation de l’agriculture porté par Andalán56. Le droit à l’eau des Aragonais est présenté comme un droit historique. L’État se doit de le respecter. Or celui-ci n’a pas joué son rôle. En projetant le transfert, il bafoue le droit ancien et inaliénable des Aragonais à utiliser « leur » eau. En outre, il a failli à ses engagements en ne réalisant pas dans les délais prescrits les travaux de bonification entamés dès 1915 et demeurés inachevés. Enfin, il a privilégié les grands propriétaires au détriment des petits paysans. En conséquence, Andalán réclame une prise en charge par l’État de la transformation du secano (« terres de cultures pluviales ») en regadío et la mise en œuvre préalable d’une véritable réforme agraire. L’organisme de bassin, la Confédération hydrographique de l’Èbre dont le mode de fonctionnement serait revu, pourrait être l’artisan de cette transformation57. Renouant avec la tradition anarcho-syndicaliste des années pré-franquistes, Andalán propose un programme de développement agricole fondé sur une répartition équitable des terres. L’expropriation et la collectivisation des latifundios de la Hoya de Huesca sont d’ailleurs représentées dans la géographie rêvée de l’Aragon. Le projet d’Andalán, pourtant basé initialement sur une critique de la politique hydraulique du régime, accorde une place primordiale aux aménagements hydro-agricoles, il est lui-même un projet hydro-politique, c’est-à-dire un projet technique de transformation agricole assorti d’une volonté de réforme des structures politiques et sociales inspirée de Joaquín Costa. Toutefois, si pour celui-ci il s’agissait de formuler un projet de redressement économique national expérimenté localement dans le haut Aragon, dans le discours planificateur d’Andalán le référent territorial n’est plus national mais régional. Son programme est mis au service de la régénération par l’eau non plus de la nation toute entière mais d’un Aragon aride, désolé, dépeuplé, sous-industrialisé, sous-urbanisé.

  • 58 Andalán, no 40, 1er-iii-1974.
  • 59 Ibid.
  • 60 « El Pirineo aragonés : salvar el Pirineo, Añisclo, La Maladeta. Polémica, el urbanismo del Pirineo (...)
  • 61 Andalán, no 74-75, 1er/15-x-1975.
  • 62 Mario Gaviria, « Repoblar Aragón », Andalán, no 85, 15-iii-1976 et Surco, « Regadíos (o planes de r (...)

24L’intensification de la production agricole doit contribuer à l’industrialisation des campagnes aragonaises grâce à l’intervention d’un organisme public, la Société aragonaise de promotion industrielle58. L’effort consenti en faveur du monde rural s’inscrit dans un souci plus global de résorption du différentiel de développement entre centre et périphéries régionales, entre Saragosse, pôle industriel et ville macrocéphale qui compte déjà plus de 500 000 habitants au milieu des années 1970, et les « terres marginales », faiblement peuplées, encore largement rurales et agricoles. À la croissance polarisée promue par le régime à partir de 1964, Andalán souhaite substituer un développement polycentrique basé sur le renforcement de « noyaux d’expansion » disséminés59. Ces derniers assureraient le maintien des activités industrielles existantes (bassin minier de la province de Teruel) et la création d’un tissu industriel diffus composé principalement d’industries agro-alimentaires nées de la modernisation des campagnes aragonaises (à Alcañiz, à Ejea de los Caballeros…). En montagne, la priorité est donnée au maintien du système agro-sylvo-pastoral et à la valorisation du patrimoine local, support d’un tourisme de qualité respectueux de l’environnement (création d’un parc régional des Pyrénées, d’un parc régional du Moncayo)60. La stratégie territoriale pensée par Andalán vise à enrayer l’exode rural et à permettre le retour des émigrés aragonais installés en Catalogne et au Pays Valencien61. Elle s’inscrit dans une démarche prospective fondée sur la proposition d’un avenir possible et souhaitable pour l’Aragon. Ce scénario d’anticipation défini à l’aune d’un futur idéal permettrait d’inverser une tendance démographique séculaire et d’atteindre, en l’an 2000, le seuil de deux millions d’habitants, pour une densité moyenne de 42 habitants/km2. Il s’agit, en somme, de repeupler une région de très faible densité de population en créant, par la maîtrise de l’eau, les conditions de son attractivité62.

25Longuement développé, l’exemple d’Andalán a un double mérite. D’une part, il donne à voir les enjeux et les dimensions territoriales d’une affirmation identitaire qui se construit autour du thème hydraulique. D’autre part, il permet d’apprécier la part des médias dans la mise en forme d’un discours régionaliste à la fois réactif, contre le transfert d’eau, et proactif, pour une nouvelle forme de valorisation de la ressource.

26Le projet de partage des eaux de l’Èbre formulé par les services hydrauliques espagnols au début des années 1970 s’inscrit dans une longue tradition d’exercice centralisé de l’aménagement hydraulique. Il demeure très largement un partage imposé en l’absence de toute concertation, de toute participation des acteurs locaux à la définition des règles du partage. Par ailleurs, ce partage est inégalitaire et univoque. Il se fonde sur la cession d’une partie des eaux de l’Èbre aux bassins déficitaires du littoral méditerranéen sans qu’aucune contrepartie ou forme de réciprocité dans l’échange ne soient envisagées. Cela suffit-il pour autant à expliquer la vigueur des prises de position contre ce qui est volontiers assimilé à un « vol d’eau » ? La construction du partage de l’eau comme objet de discorde et la médiatisation du conflit n’obéissent-elles pas au souci d’assurer la cohésion d’une communauté aragonaise en quête d’identité ?

27De l’opposition à un projet de partage de l’eau est né en effet le sentiment d’appartenance à un espace commun, l’Aragon étant vécu et interprété comme un territoire inférieur que seul l’effort collectif de tous les Aragonais peut régénérer. Dans le cas présent, s’opposer, c’est se découvrir comme un peuple en situation de moindre développement (par rapport à la Catalogne) et se définir comme un territoire majoritairement rural qui a vocation à le rester en favorisant l’expansion de l’agriculture. Le discours régionaliste de la presse, apparu et mis en cohérence à l’occasion de la réflexion sur le projet de transfert, est donc pleinement un discours régionaliste dont la finalité est double : assurer la renaissance d’une région désolée (par le biais de la maîtrise et de la démocratisation de l’eau) et garantir la reproduction de l’Aragon en tant que communauté historique. L’identité aragonaise est une identité réactive. Elle se construit par rapport à la Catalogne, région voisine et enviée, dotée, elle, de tous les attributs d’une territorialité idéale (population dense, réseau urbain hiérarchisé, tissu industriel étoffé, ressources hydriques jugées abondantes). Ne bénéficiant ni de la puissance économique de la Catalogne ni d’un vecteur linguistique unique et singulier, l’Aragon se dote d’un discours identitaire spécifique à l’occasion de la lutte contre le partage. En partie composé par la presse régionale et diffusé par elle, ce discours trouve sa cohérence autour du thème de l’hydraulique. Bien de la communauté, patrimoine incessible, l’eau devient une composante territoriale essentielle du discours identitaire aragonais. Elle est un symbole d’union du peuple aragonais, elle unit la montagne et la plaine, elle féconde les terres sèches du bas pays garantissant ainsi les récoltes, elle est la base de toute activité humaine. Paradoxalement, l’eau, élément instable et fuyant, éphémère et toujours recommencé, devient un principe d’identité.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Alted, Alicia et Aubert, Paul (éd.) (1995), Triunfo en su época, Madrid.

Campo Palacio, Dolores (1990), « Andalán y otras revistas », dans Juan Antonio Dueñas et Alberto Serrano (coord.), Historia del periodismo en Aragón, Zaragoza, pp. 135-136.

Clarimont, Sylvie (1999), Les conflits pour l’eau en Europe méditerranéenne : le cas du bassin de l’Èbre [Espagne](2 vol. ), thèse de doctorat soutenue à l’Université Paul Valéry-Montpellier III.

Clarimont, Sylvie (2002), « Conquête de l’eau, mutations paysagères et recompositions sociales en milieu rural : le cas des Monegros (Espagne) », Bulletin de l’Association des Géographes Français, 79 (1), pp. 78-90.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Di Méo, Guy (1985), « Les formations socio-spatiales ou la dimension infra-régionale en géographie », Annales de Géographie, 526, pp. 661-689.
DOI : 10.3406/geo.1985.20352

Domínguez Lasierra, Juan (éd.) (1976), Aragón tiene sed : el trasvase del Ebro en la prensa, Zaragoza.

Fernández Clemente, Eloy et Forcadell Álvarez, Carlos (1979), Historia de la prensa aragonesa, Zaragoza.

Gil Olcina, Antonio (1992), « Desequilibrios hidrográficos en España y trasvases a la vertiente mediterránea : utopías y realizaciones », Investigaciones geográficas, 40, pp. 7-36.

GómezBenito, Cristobal et OrtíBenlloch, Alfonso (1996), Estudio crítico, reconstrucción y sistematización del Corpus agrario de Joaquín Costa, Huesca.

Gómez Mompart, Josep Lluís (1996), « Prensa de opinión, prensa de información. Los diarios españoles en la conformación de la sociedad-cultura de comunicación de masas », dans Paul Aubert et Jean-Michel Desvois (éd.), Presse et pouvoir en Espagne : 1968-1975, Bordeaux - Madrid, pp. 83-98.

Domínguez Lasierra, Juan (éd.) (1974), Historias de los regadíos : dos campañas de « Heraldo de Aragón » en defensa del plan de riegos de la región aragonesa, Zaragoza.

Lorenzo Pardo, Manuel (dir.) (1933), Plan nacional de obras hidráulicas(3 vol. ), Madrid.

Mallada, Lucas (1990), Los males de la patria y la futura revolución española : consideraciones generales acerca de sus causas y efectos, José Esteban (éd.), Madrid (1re éd. 1890).

MOP [Ministerio de Obras Públicas] (1940), Plan General de Obras Hidráulicas. Memoria General, vol. 2 : Plan General de Obras Hidráulicas, Madrid.

MOPU [Ministerio de Obras Públicas y Urbanismo] (1973), Utilización de los Recursos del Bajo Ebro : Anteproyecto del Acueducto Ebro-Pirineo Oriental. Memoria(7 vol. ), Madrid.

MOPU [Ministerio de Obras Públicas y Urbanismo] (1974), Informe sobre el aprovechamiento integral del Ebro, Madrid.

MOPT [Ministerio de Obras Públicas y Transporte] (1993), Plan Hidrológico Nacional. Memoria y Anteproyecto de Ley(2 vol. ), Madrid.

Muñoz Soro, Javier (2006), Cuadernos para el Diálogo(1963-1976) : una historia cultural del segundo franquismo, Madrid.

Ortega Cantero, Nicolás (1979), Política agraria y dominación del espacio : orígenes, caracterización y resultados de la política de colonización planteada en España posterior a la guerra civil, Madrid.

Sabio Alcutén, Alberto (1997), « La mirada del tardofranquismo. Un periódico nuevo en un Estado envejecido : 1972-1978 », dans Carlos Forcadell Álvarez (coord.), Andalán, 1972-1987. Los espejos de la memoria, Zaragoza, pp. 49-71.

Turco, Angelo (1995), « Environnement et discours identitaire dans l’Apennin abruzzais contemporain », Montagnes méditerranéennes, 1, pp. 53-60.

Zapater, Alfonso (1975), Aragón, ruta de la sed, Zaragoza.

Haut de page

Notes

1 Ley10⁄2001de5de julio del Plan Hidrológico Nacional, « Exposición de motivos », (BOE no161 du 6-vii-2001), pp. 24228-24229 (www.boe.es/boe/dias/2001/07/06/pags/A24228-24250.pdf).

2 Ibid.

3 Mallada, 1990, p. 120.

4 Gómez Benito et Ortí Benlloch, 1996, p. 34.

5 Ortega Cantero, 1979, p. 47.

6 « Discours sur le canal de Tamarite », prononcé par J. Costa à Barbastro lors de l’assemblée agricole préparatoire à la constitution de la Chambre d’agriculture du Haut-Aragon le 29-x-1892 (Voir Gómez Benito et Ortí Benlloch, 1996, pp. 105-124).

7 Clarimont, 2002.

8 Clarimont, 1999, vol. 2, pp. 420-487.

9 L’idée de réaliser des canaux de transfert n’est pas nouvelle. Dès le Moyen Âge, des transferts en Espagne sont projetés afin de résoudre les sécheresses récurrentes du Sud-Est (Gil Olcina, 1992). Cependant, ces projets demeurent très ponctuels, surgissent toujours à la faveur de crises climatiques particulièrement aiguës et sont aussitôt abandonnés. Ils ne sont nullement comparables aux projets globaux, cohérents et méthodiques de redistribution de la ressource qui se succèdent au xxe siècle prétendant tous maîtriser la nature (à travers la conquête des eaux) et le temps (en adoptant une démarche prospective).

10 Lorenzo Pardo, 1933, vol. 1, p. 30.

11 Ibid., vol. 1, pp. 134-135.

12 Ibid., vol. 1, p. 148.

13 Ibid., vol. 1, p. 134.

14 MOP, 1940 ; MOPU, 1973 et 1974 ; ainsi que MOPT, 1993 ; Ley10⁄2001de5de julio del Plan Hidrológico Nacional, BOE no 161 du 6-vii-2001 (www.boe.es/boe/dias/2001/07/06/pags/A24228-24250.pdf).

15 « Exposición del Plan de Riegos del Bajo Ebro », La Voz del Bajo Ebro, 2-vi-1959.

16 MOPU, 1974.

17 Cet ouvrage est baptisé officiellement « aqueduc Èbre-Pyrénées orientales », en référence aux deux unités de gestion de la ressource ainsi reliées : celle de l’Èbre et celle des Pyrénées orientales qui intègre tous les petits fleuves côtiers méditerranéens s’écoulant dans ce quart nord-est de la Péninsule (Ter, Mugà, Fluvià, Llobregat…).

18 MOPU, 1973, vol. 1, pp. 2-3.

19 Le document technique de présentation du projet d’aqueduc souligne en effet « l’importance de ce fleuve pour remédier au déficit prévisible du littoral méditerranéen estimé à plus de 5 000 Hm3/an au début du siècle prochain » (ibid., vol. 4, Annexe III, p. 2).

20 « El minitrasvase », Andalán, no 270, 23/29-v-1980, pp. 10-11.

21 En avril 1974, la revue Andalán précise dans son éditorial que « peu d’affaires ont provoqué une mobilisation semblable de la société aragonaise » (« Éditorial », Andalán, no 38-39, iv-1974, p. 2). Deux ans plus tard, la même revue s’étonne du succès de l’opposition au transfert : « Personne, ni à Madrid, ni à Barcelone, n’aurait songé que l’Aragon s’élèverait aussi unanimement contre ce qui suppose l’accomplissement d’une politique aussi clairement déséquilibrante » (Equipo Bis, « Trasvase S. A. », Andalán, no 85, 15-iii-1976, p. 8).

22 Nous reprenons ici la distinction opérée par Gómez Mompart, 1996, pp. 83-98.

23 « ¿ Para qué el trasvase del Ebro ? », Fuerza Nueva, no 379, 13-iv-1974, p. 21.

24 Publié en 1974 par le quotidien El Heraldo de Aragón, l’ouvrage Historias de los regadíos : dos campañas del Heraldo de Aragón en defensa del plan de riegos de la región aragonesa témoigne de la virulence des campagnes de presse organisées en 1971 et 1974 par ce journal (Voir Domínguez Lasierra [éd.], 1974).

25 Domínguez Lasierra (éd.), 1976.

26 Heraldo de Aragón, 15-xi-1974.

27 Voir Heraldo de Aragón, 1974 ; Domínguez Lasierra (éd.), 1976 et Zapater, 1975.

28 « ¿Y la Confederación… ? », Heraldo de Aragón, 25-iv-1971.

29 Flora Blasco, « ¿ Quién tiene más sed ? », Heraldo de Aragón, 15-xi-1974 (souligné par nous).

30 « La conquista del Ebro », Heraldo de Aragón, 3-iii-1971.

31 Le terme « andalán » est issu du vocabulaire technique agricole, il désigne, selon la définition donnée dans le premier numéro du journal, « une tranchée creusée pour y planter des arbres au lieu de faire un trou pour chacun » (d’où l’expression está plantado a andalán) soit, métaphoriquement, une tranchée ouverte dans laquelle tous les Aragonais sont invités à s’engager pour participer à la construction d’un futur commun.

32 Di Méo, 1985, pp. 661-662.

33 Alted et Aubert (éd.), 1995 ainsi que Muñoz Soro, 2006.

34 Campo Palacio, 1990, p. 135 et Sabio Alcutén, 1997, pp. 49-50.

35 Fernández Clemente et Forcadell Álvarez, 1979, p. 242.

36 Carlos Forcadell Álvarez, « Costa aragonés y republicano », Andalán, no 90,vi-1976.

37 Eloy FernándezClemente, « Costa recuperado », Andalán, no 444, ii-1986.

38 Plusieurs numéros d’Andalán sont consacrés, en totalité ou en partie, au thème des centrales nucléaires et expriment l’opposition claire de la rédaction à de tels projets de « nucléarisation » de la vallée (no 30, 1er-xii-1973 ; no 34, 1er-ii-1974 ; no 64, 1er-v-1975 ; no 65, 15-v-1975).

39 José Antonio Biescas, « Cataluña no necesita el trasvase », Andalán, no 113,13/20-v-1977, p. 20.

40 Mario Gaviria, « Aragón y el agua », Andalán, no 5, 15-xi-1972.

41 Ibid.

42 Consultora de sociología y seminario permanente de la Semana Aragonesa, « Manifiesto del Ebro », Andalán, no 55-56, 15-xii-1974/1er-i-1975.

43 Ibid.

44 Mario Gaviria, « Aragón y el agua », Andalán, no 5, 15-xi-1972.

45 « Éditorial », Andalán, no 40, 1er-iii-1974.

46 Andalán, no 74-75, 1re quinzaine-x-1975, Supplément, « Aragón y Catalunya, ¿ dos regiones antagónicas ? ».

47 « Éditorial », Andalán, n° 40, 1er-iii-1974.

48 Ibid.

49 Equipo Bis, « Trasvase S.A. », Andalán, no 85, 15-iii-1976.

50 Ibid.

51 Consultora de sociología y seminario permanente de la Semana Aragonesa, « El manifiesto del Ebro », Andalán, no 55-56.

52 Turco, 1995, p. 55.

53 Éditorial, « Una respuesta regional al trasvase », Andalán, no 40, 1er-iii-1974.

54 Clarimont, 2002.

55 Al-Tawil [pseudonyme], « Los riegos de nunca acabar », Andalán, no 100, 1er-xi-1976 et Surco [pseudonyme], « Regadíos (o planes de riego para la galería) », Andalán, no 22, 1er-viii-1973.

56 Ibid.

57 Equipo Andalán, « Origen y decadencia de las confederaciones hidrográficas », Andalán, no 38, 1/15-iv-1974 ainsi que José Ramón Marcuello, « Medio siglo de una confederación a medias » et José Antonio Biescas, « La decadencia de un proyecto democrático », Andalán, no 101, 15-xi-1976.

58 Andalán, no 40, 1er-iii-1974.

59 Ibid.

60 « El Pirineo aragonés : salvar el Pirineo, Añisclo, La Maladeta. Polémica, el urbanismo del Pirineo », Andalán, no 55-56, 15-xii-1974.

61 Andalán, no 74-75, 1er/15-x-1975.

62 Mario Gaviria, « Repoblar Aragón », Andalán, no 85, 15-iii-1976 et Surco, « Regadíos (o planes de riego para la galería) », Andalán, no 12, 1er-viii-1973, p. 4.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Bilan hydrique national, à long terme (an 2000), selon l’« Avant-projet d’aqueduc Èbre-Pyrénées orientales » de 1973
Crédits (S. Clarimont d’après MOPU, 1973)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2225/img-1.png
Fichier image/png, 27k
Titre Fig. 2. — En haut, « Trasvase, S. A.  », Andalán, no 85, 15-iii-1976 ; en bas, Andalán, no 338, 11/17-ix-1981.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2225/img-2.png
Fichier image/png, 141k
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2225/img-3.png
Fichier image/png, 363k
Titre Fig. 3. — En haut, « Bolea-Tarradellas ¿  quién se llevará el agua ?», Andalán, no 165, 12/18-v-1978 ; en bas : à droite, Andalán, no 144, 10/22-x-1977 ; à gauche en haut, « Cataluña, Andalán… y el trasvase », Andalán, no 57, 1/15-i-1975 ; à gauche en bas, « Los asombros del trasvase », Andalán, no 54, 1-xii-1974.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2225/img-4.png
Fichier image/png, 204k
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2225/img-5.png
Fichier image/png, 305k
Titre Fig. 4 — Évolution du nombre d’articles relatifs à la politique hydraulique publiés dans Andalán de 1972 à 1981
Crédits (Source : S. Clarimont, 2006)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2225/img-6.png
Fichier image/png, 3,4k
Titre Fig. 5 — Évolution par thèmes du nombre d’articles relatifs à la politique hydraulique publiés dans Andalán
Crédits (Source : S. Clarimont, 2006)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2225/img-7.png
Fichier image/png, 5,4k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Clarimont, « Partager les eaux de l’Èbre », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 149-170.

Référence électronique

Sylvie Clarimont, « Partager les eaux de l’Èbre », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/2225

Haut de page

Auteur

Sylvie Clarimont

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org