Navigation – Plan du site

Julián Durán, membre de la Casa de Velázquez de 2001 à 2003, est décédé accidentellement au début du mois d’août 2005, lors d’une excursion en montagne dans le massif du Taillefer, en Isère. Il venait d’être nommé maître de conférences à l’Université de Grenoble III et pouvait être considéré déjà comme l’un des chercheurs les plus prometteurs de sa génération sur le xvie siècle espagnol.

Sa thèse, soutenue en décembre 2004 à l’Université Paul-Valéry de Montpellier, sous la direction de Raphaël Carrasco, sur « Prophétisme et opposition politique en Espagne à l’époque de Philippe II. Le cas de La Santa Cruz de la Restauración », est très novatrice à plusieurs titres : elle souligne d’abord que, loin d’être à l’écart du phénomène prophétique qui touche l’Europe médiévale, l’Espagne du xvie siècle en est l’un des terrains les plus féconds, tout particulièrement sous le règne de Philippe II. Par ailleurs, s’appuyant sur la documentation liée au procès de Lucrecia devant le Saint-Office, Julián Durán a mis en lumière les liens entre la prophétesse, la congrégation de la Santa Cruz de la Restauración et des milieux d’opposition à Philippe II. Il a montré aussi comment les formes traditionnelles du discours prophétique sont réélaborées pour acquérir une efficacité maximale au sein des cadres culturels de l’époque. Proposant ainsi une interprétation politique forte des prophéties de Lucrecia, il a invité à revaloriser l’ampleur du discours d’opposition à la fin du règne de Philippe II, discours masqué par les images proposées et même imposées par le pouvoir, à l’origine de clichés séculaires sur le Roi Prudent. Dans un long article paru en 2003 dans les Mélanges (33 [1], pp. 239-273), Julián Durán avait démontré comment ces images faisaient l’objet d’une véritable déconstruction, modérée au moins dans le ton dans les Advertimientos de Luis Manrique, sans complaisance et même féroce dans les prophéties de Lucrecia.

Par l’originalité et la rigueur de sa démarche, par sa capacité d’expression de résultats forts dans une langue simple et élégante, Julián Durán aurait pu — aurait dû — nous apporter encore beaucoup sur une période pourtant déjà très connue. Sa recherche — on n’ose déjà dire son œuvre — était déjà si reconnue qu’il avait été élu dans plusieurs universités. Il avait choisi Grenoble, proche du Jura où sa famille s’était établie au terme d’une longue migration depuis l’Andalousie, le Maroc espagnol et le Levant, proche de Lyon aussi, où il s’était installé en compagnie de son épouse Pierrette. Tous ses amis et, au-delà, tous ceux qui l’ont côtoyé ont pu apprécier la richesse de l’homme, discret, simple et généreux. À sa famille, à ses amis, à ses collègues, la Casa de Velázquez tient à dire sa reconnaissance pour tout ce que Julián a apporté à notre institution, pour tout le savoir qu’il avait déjà offert ; elle tient aussi à dire sa peine et toute sa sympathie.

  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org