Navigation – Plan du site
Miscellanées

Note sur le dogme de l’arbitraire du signe et ses possibles motivations idéologiques

Noticia sobre el dogma de la arbitraridad del signo y sus posibles motivaciones ideológicas
Note on the Dogma of the Arbitrary Nature of the Sign/Symbol and Possible Ideological Motivations
Michel Launay
p. 275-284

Résumés

L’intérêt suscité chez les linguistes par le principe de l’arbitraire du signe a laissé inaperçue l’importance d’un autre principe formulé avec insistance par Saussure : celui de la motivation du système. Ce principe permet de rendre compte, outre des structures grammaticales, d’une grande partie des rapports associatifs (ici appelés connotations sémiotiques), ouvrant ainsi un champ immense de productions linguistiques exclues (parce qu’« anomales ») par la linguistique (poésie, jeux de mots, etc.), en raison de l’importance démesurée que l’on a accordée à la seule fonction de communication, laquelle conduit à voir la langue comme un simple mécanisme transmetteur d’information, concepts chargés d’idéologie.

Haut de page

Texte intégral

Présentation par Jean-Luc Puyau, École des hautes études hispaniques

1Entre 1984 et 1985, Monsieur le Professeur Michel Launay a commis un article, intitulé « Note sur le dogme de l’arbitraire du signe et ses possibles motivations idéologiques », qui n’a jamais été porté à publication. Commis, car son auteur y invitait dès les premières lignes à un « assassinat » qui compromettrait la linguistique moderne (nous voulons dire : post-saussurienne) dans un de ses fondements, connu de tous comme « l’arbitraire du signe ». Faisant droit à quelques formulations du Cours de linguistique générale que les spécialistes passent volontiers sous silence, il désignait comme irrecevables la plupart des lectures qui ont été faites de Saussure. Car ce que met en avant — selon lui — l’enseignement du maître genevois, ce n’est pas la convention qui veut qu’à un signiƒiant X corresponde — dans un même idiome — un signiƒié X’, mais la limitation de cet arbitraire par le jeu des associations ; c’est-à-dire l’influence (ou l’action) du système dans la langue. Pour le dire autrement : le signe est arbitraire mais la langue est un système, dont la ƒinalité consiste très exactement à restreindre cette arbitrarité.

2Il faut rappeler que dans les années 1980, un petit nombre de chercheurs osaient croire aux pouvoirs métalinguistiques d’énoncés qui, jusqu’alors, avaient été seulement tenus pour « déviants » ; ils se demandaient, par exemple, si les lois sémantiques qui sont à l’œuvre dans un jeu de mots n’imprègnent pas à quelque degré tous nos propos (c’est-à-dire tout acte de langage) ; ce qui impliquerait qu’on les situe, non pas à la périphérie, mais bien au fondement de l’ordre linguistique. À l’unisson de quelques-uns de ses contemporains (Françoise Gadet, Michel Pêcheux, Maurice Toussaint ou encore le groupe Mo.La.Che., dont il a fait partie), Michel Launay — pour sa part — ne souhaitait rien de moins qu’une linguistique qui s’écarterait des discours oƒƒiciels en proclamant avec force ce que Lacan avait appelé dans ses Écrits : « la suprématie du signiƒiant ». Mais au lieu de remettre sur la table des négociations le débat du Cratyle(thései vs. phusei) que la linguistique moderne (à travers l’opposition : arbitraire vs. motivé) s’est ƒinalement contentée de réinterpréter, il préférait se demander quelles pouvaient être les raisons pour lesquelles les spécialistes du langage ont toujours fait la part belle au « dogme de l’arbitraire », en subordonnant — par exemple — aux cours de linguistique générale dictés par Saussure entre 1908 et 1911, l’énorme quantité de notes (en partie inédites !) que le même chercheur a consacrées aux Anagrammes de la poésie latine ou contemporaine.

3M. Launay a destiné plusieurs essais à l’analyse très minutieuse d’un certain nombre de signes puisés dans l’espagnol (ou le français) modernes ; mais il a toujours visé, au-delà des monographies, une théorie générale du langage qui — premièrement — rende compte de la totalité des énoncés que les sujets parlants sont capables de produire (en particulier : le slogan, le calembour, le mot d’esprit, la poésie…) et qui — deuxièmement  donne aux signiƒiants leur juste place dans le processus de signiƒication (ou de fabrication du sens par le système de la langue). Avec la patience et la rigueur qui doivent présider à cette sorte de travaux, il s’est efforcé de voir dans des phénomènes considérés comme « hors langue » (le lapsus ou la faute) autant de doigts pointés vers le système qui les a permis ; d’inverser le rapport séculaire en faveur de la raison au proƒit des associations inconscientes que les signiƒiants autorisent (ou suggèrent) ; de faire de la linguistique une branche de la poétique ; bref : de prendre le contrepied d’une discipline qui s’est constituée sous l’emprise de la prose scientiƒique et qui n’a pas — de son avis — atteint les objectifs qu’elle s’était proposés. En considérant les surfaces d’une langue comme ce qu’elle a de plus profond, cette linguistique nouvelle prône à tous niveaux un retournement des valeurs traditionnelles et mérite, de ce fait, d’être qualiƒiée de « subversive ».

4À notre demande, il a accepté de (ré)écrire, en 2003, un article qui porte le même titre, mais se distingue clairement du premier pour diverses raisons ; en particulier : parce qu’il prend en considération de récentes découvertes et donne à voir l’état actuel de sa pensée. S’il convient à l’évidence de le remercier de cet effort, il importe aussi de savoir gré à la revue Mélanges de la Casa de Velázquez de vouloir porter à la connaissance d’une communauté scientiƒique (celle des linguistes, des sémioticiens, des littéraires, mais aussi des lecteurs et des sujets parlants) une réflexion qui la concerne et l’interpelle puissamment, puisqu’elle met en cause une idéologie : c’est-à-dire, on l’a compris, une vision du monde et de soi-même qui se trouve ancrée dans le langage comme dans notre manière de le penser. (J.-L. P.)


•••

  • 1 Notamment Benveniste, 1939.
  • 2 « …tant de vaines discussions sur ce qu’on appelle l’arbitraire du signe » (Benveniste, 1974, p. 22 (...)
  • 3 Une des dernières : celle de Toussaint, 1983.

5Le signe, donc, serait arbitraire. C’est la Science Moderne qui l’affirme. Non pas en tant que science, d’ailleurs (il lui faudrait alors démontrer cette affirmation autrement que par quelques paraboles douteuses), mais plutôt en tant qu’Église et que Discours Dominant. Certes, une fois posé que le signe est arbitraire, on peut se demander comment il se fait que les linguistes trouvent encore quelque chose à en dire, quelle cohérence ils peuvent encore y chercher. C’est sans doute que le Dogme est aussi un Mystère. Quelques grands noms de la linguistique1 ont bien essayé de montrer que le raisonnement sur lequel se fondait le dogme n’était qu’un nœud de contradictions. Surpris par la violence des tempêtes qu’ils ont alors déchaînées, ils ont sans doute préféré renoncer, ou se contenter ensuite de signaler par allusion que quelque chose, là, continuait d’insister2. D’autres voix, périodiquement, essaient de se faire entendre3. Il ne peut s’agir, bien entendu, que d’hérétiques oude rêveurs qui parlent en dehors de la Science. La « rêverie cratylienne », l’expression le dit assez, ne sera plus désormais acceptable que comme rêverie. Dont Genette (1976) pourra tout au plus s’émouvoir ou sourire.

  • 4 Ce qui est dit ici de la grammaire générative vaut tout autant pour la linguistique structurale, co (...)

6On conviendra en effet, sans plus, que le cratylisme permet d’expliquer certaines utilisations du langage considérées comme marginales, voire « déviantes », telles que la poésie, les jeux de mots, les « fautes », mais ces utilisations seront précisément exclues du champ de recherches de la linguistique dite « pure » ou « proprement dite » (j’entends par là, en gros, celle qui s’occupe de phonologie, de lexicologie, de morphologie ou de syntaxe). Ce champ de recherches sera strictement limité aux usages « normaux » et « grammaticaux » du langage, et la linguistique s’emploiera activement à montrer quel écart profond y sépare les structures du signiƒié (structures profondes de la grammaire générative, ou niveau conceptuel de Pottier) de celles du signifiant, qu’on appellera structures de surface. Et tout cela sans même se demander si le sens, concept, ou signifié aurait pu exister sans le signiƒiant qui, toute « surface » qu’il est vu être, n’en est pas moins celui qui signifie, c’est-à-dire fait être le signifié (et donc le signe), celui qui en somme l’engendre, quoi qu’en pensent les linguistes occupés à décrire les transformations complexes qui conduisent des profondeurs à la surface4.

7Or cette question, oubliée (?) par la linguistique, il se trouve que nous sommes quelques-uns, têtus, à la poser de nouveau, à la remettre sur le tapis. Et cela pour y répondre : Non, le sens ne saurait exister sans le signifiant, qu’il convient donc d’analyser comme moyen de production du sens, comme générateur, en somme, de ce sens qui en porte la marque, la griffe, et bien plus encore. Telle est du moins la thèse que j’entends contribuer à défendre ici, en apportant au dossier de cette cause considérée par beaucoup comme perdue quelques arguments qui me semblent « aller dans le même sens ».

De l’arbitraire du signe à la motivation du système

8Notre définition du sens comme produit du signifiant implique, apparemment, une prise de position dans le débat plus que millénaire qui opposa les partisans de l’arbitraire du signe à ceux de sa motivation, débat qui fut tranché par Saussure de la manière qu’on sait. Pour nous, le signe, en effet, ne peut être que motivé puisque « le lien unissant le signifiant au signifié » (définition saussurienne du signe) est entendu ici comme un rapport de production, d’engendrement du signifié par le signifiant. Mais est-ce là prendre position contre Saussure ? Voilà, paradoxalement, qui n’est pas évident, comme on le verra dans ce qui suit. Il serait trop long, et inutile à mon avis, de reprendre ici tout ce débat, où j’ai l’impression qu’on s’est surtout attaché à démontrer ou nier des évidences. Je me contenterai plutôt de faire remarquer que la formule saussurienne, qui allait devenir un dogme, intervient au tout début du Cours, c’est-à-dire en un endroit du livre où n’ont pas encore été développées les notions capitales de système et de valeur (valeur que confère au signe le système qui constitue une langue). De sorte que le « signe » dont il est question ici est, dans une première approche, considéré hors système, ou abstraction faite du système. Or la thèse que je me propose de défendre dans ce qui suit est que c’est le système, précisément, qui motive le signe et que, donc, la langue en tant que système est, pour sa part, fondée sur un principe non d’arbitraire mais de motivation.

La motivation relative

9Et cette thèse, c’est de Saussure lui-même que je la tire, dans cette formulation qu’il me tarde de faire entendre (ou ré-entendre) aux linguistes qui y sont on ne peut plus directement interpellés :

  • 5 Saussure, 1967, p. 182 (c’est moi qui souligne).

Tout ce qui a trait à la langue en tant que système demande, c’est notre conviction, à être abordé de ce point de vue qui ne retient guère les linguistes : la limitation de l´arbitraire. C’est la meilleure base possible5.

10Rappelons seulement que ce qui est ici appelé limitation de l’arbitraire est appelé ailleurs motivation relative, ou encore arbitraire relatif. Certains n’auront sans doute retenu de ce paragraphe que les formulations qui les rassuraient : la motivation n’était que relative, et il ne s’agissait que d’une « simple » limitation de l’arbitraire, qui restait donc le principe dominant. Il reste que s’il y a limitation, c’est que « la langue en tant que système » est un lieu de résistance au principe de l’arbitraire, un lieu, donc, habité par une force ou poussée contraire, qui est un principe de motivation.

11Or qu’est-ce donc que cette limitation de l’arbitraire ou motivation relative ? Il s’agit tout simplement d’un phénomène qui, peut-être parce qu’il crève les yeux, a été considéré par les linguistes comme trop « banal » pour qu’il « retienne » vraiment leur attention. Saussure utilise, pour illustrer ce principe de motivation relative, un exemple où tout enfant reconnaîtra le principe-même qu’il utilise pour apprendre à compter :

  • 6 Ibid., p. 181.

Vingt est immotivé, mais dix-neuf ne l’est pas au même degré, parce qu’il évoque les termes dont il se compose et d’autres qui lui sont associés, par exemple dix, neuf, vingt-neuf, dix-huit, soixante-dix, etc.6.

12Il utilise aussi des exemples comme poirier, cerisier, pommier, etc. et oppose berger « complètement immotivé » à vacher « relativement motivé ». À quoi il ajoute ceci, qui mérite d’être cité :

  • 7 Ibid., p. 182 (c’est moi qui souligne).

La notion du relativement motivé implique : 1º l’analyse du terme donné, donc un rapport syntagmatique ; 2º l’appel à un ou plusieurs autres termes, donc un rapport associatif. Ce n’est pas autre chose que le mécanisme en vertu duquel un terme quelconque se prête à l’expression d’une idée7.

13On remarquera que, dans les exemples cités, les rapports qu’entretiennent tous les signifiants constitutifs des chaînes associatives sont des rapports de paronymie considérée ici motivée parce qu’à la parenté des signiƒiants correspond une parenté des signiƒiés.

14Mais quelle boîte de Pandore ouvre ici Saussure ! Car c’est en effet sur ce principe de motivation des paronymies que sont fondées toutes les flexions, dérivations, conjugaisons, déclinaisons… et j’en passe, car ce qui est en cause ici, c’est presque toute la grammaire, et une immense partie du lexique. Un « tableau de conjugaison », faut-il le dire, n’est qu’un enchaînement de paronymies motivées ou motivantes. Et qu’on lise les chapitres du Cours consacrés à l’analogie, à l’étymologie populaire, aux rapports associatifs, on y verra partout à l’œuvre cette motivation relative fondée sur les rapports de paronymie que découvre l’analyse des signiƒiants.

  • 8 Voir Chevallier, Launay et Molho, 1983 et 1985.

15Il conviendrait, d’ailleurs, de mesurer plus exactement l’ampleur de ce phénomène. Certains travaux auxquels j’ai participé8 tendent en effet à montrer que la motivation relative pourrait bien être à l’œuvre dans des endroits où, d’ordinaire, on ne la voit pas, et que des paronymies aperçues entre certains signifiants seraient également conditionnantes à l’endroit des capacités référentielles et syntaxiques de ces mêmes signifiants. Ce qui laisserait entendre, plus largement, que l’usage qu’on fait d’un signifiant dépend de l’analyse qu’on s’en donne, et notamment (pour ne nous en tenir ici qu’au cas précis de la motivation relative) des paronymies qu’on y reconnaît. Tout un chantier, comme on le voit.

La connotation sémiotique

  • 9 Voir Launay, 1986 a et b.

16Mais il y a plus. J’ai développé ailleurs9 l’idée que la motivation relative n’est qu’un cas particulier d’un phénomène beaucoup plus général que j’appelle connotation sémiotique. Quelques précisions terminologiques s’imposent ici : la connotation, dans son ensemble, n’a constitué qu’un chapitre marginal de la linguistique. Or elle est, pour moi, la signiƒication elle-même (où je rejoins, me dit-on, Roland Barthes). J’y distingue la connotation sémantique, constituée par les chaînes associatives suggérées par la seule considération du signiƒié (voiture, par exemple, peut suggérer essence, garage, etc.) de la connotation sémiotique constituée par les chaînes associatives suggérées par le signiƒiant (voiture peut suggérer pâture, ou voisin, etc.).

17Un schéma, tiré, comme il se doit, du Cours lui-même, permet d’illustrer ces distinctions. Il se trouve à la page 175, dans un chapitre consacré aux « rapports associatifs » :

18On y reconnaîtra facilement, dans les axes 1 et 3 (la numérotation est de moi), des cas de motivation relative, la différence ne tenant qu’au fait que les paronymies sont fondées en 1 sur l’identité du radical et en 3 sur celle de la désinence. L’axe 2, quant à lui, est celui de la connotation sémantique, dont je ne méconnais pas le rôle essentiel qu’elle joue dans le langage. Mais je ne m’intéresserai dans ce qui suit qu’au « quatrième axe », où se loge ce que j’appelle la connotation sémiotique, non sans avoir cité, d’abord, ce commentaire de Saussure :

  • 10 Saussure, 1967, p. 174 (c’est moi qui souligne).

Donc il y a tantôt communauté double du sens et de la forme [1 et 3], tantôt communauté de forme [4] ou de sens [2] seulement. Un mot quelconque peut toujours évoquer tout ce qui est susceptible de lui être associé d’une manière ou d’une autre10.

« D’une manière ou d’une autre », c’est reconnaître que la connotation sémiotique (le quatrième axe) peut aussi jouer un rôle dont je souhaite mesurer l’importance ici.

19On ne manquera pas de remarquer que les axes 1, 3 et 4 présentent, tous trois, des cas de paronymies, la différence venant de ce que celles de 1 et 3 sont considérées comme motivées (motivation relative), ce qui n’est pas le cas des paronymies utilisées dans l’axe 4. Mais la frontière qui sépare le « motivé » de « l’immotivé » n’est pas aussi nette qu’il y paraît, comme le démontrent les hésitations de Saussure lui-même dans son chapitre consacré à la motivation relative :

  • 11 Ibid., p. 181-182.

Ce n’est pas le lieu de rechercher les facteurs qui conditionnent dans chaque cas la motivation ; mais celle-ci est toujours d’autant plus complète que l’analyse syntagmatique est plus aisée et le sens des unités plus évident. En effet, s’il y a des éléments formatifs transparents, comme -ier dans poir-ier vis-à-vis de ceris-ier, pomm-ier, etc., il en est d’autres dont la signification est trouble ou tout à fait nulle ; ainsi jusqu’à quel point le suffixe -ot correspond-il à un élément de sens dans cachot ? En rapprochant des mots tels que coutelas, fatras, platras, canevas, on a le vague sentiment que -as est un élément formatif propre au substantif, sans qu’on puisse le définir plus exactement11.

20Bref, on ne sait pas bien quand à la parenté sémiotique correspond une parenté sémantique, et donc où commence ou s’arrête la motivation relative.

  • 12 Coll, 1976. J’ai « commis » moi-même une étude plus approfondie de ces deux jeux de mots ; voir Lau (...)

21Or c’est dans cette brèche, n’en doutons pas, que s’engouffrent les productions langagières exclues, comme on l’a dit, par la linguistique officielle. Car les moyens ne manquent pas de motiver, par des procédés divers (qu’il reste à analyser), ce qui est a priori immotivé. Et c’est la langue « en tant que système » qui nous donne, par le biais du principe de motivation relative, la clé de la serrure qu’il suffit d’ouvrir pour permettre ce cambriolage. Qu’on prenne simplement pour exemples ces deux jeux de mots, présentés sous forme de définitions dans le « fictionnaire » que constitue le Diccionario de Coll12 :

Ladrillo : m.   Voz del perro del albañil
Abantronar : v. tr.   Dejar, desamparar a una persona o cosa, en día de tormenta.

22On y reconnaîtra, ici motivées par les procédés utilisés, les paronymies qui relient, d’une part, ladrillo et ladrido, et, d’autre part, abandonar et tronar, combinés ici pour composer un « mot-valise » dont la définition (et c’est là la motivation) correspond à l’analyse du signifiant ainsi créé. On y reconnaîtra aussi le principe qui fonde, selon la citation de Saussure donnée plus haut, ce qu’il appelle la motivation relative (analyse du terme et appel à un rapport associatif), principe qui, répétons-le, n’est selon lui « pas autre chose que le mécanisme en vertu duquel un terme quelconque se prête à l’expression d’une idée ».

23On trouverait ce même principe à l’œuvre, sous des formes diverses (dont il conviendrait d’analyser la diversité), dans les slogans, les comptines, les titres de journaux, les publicités, les fautes, et j’en passe. Bref, dans tous ces lieux où la connotation sémiotique convoquée laisse entendre sous les mots d’autres mots, sous les phrases d’autres phrases, sous les sons d’autres sons. Et il serait facile de montrer que ce mécanisme est aussi à la base des Anagrammes de Saussure, que Starobinski (1971) a analysés.

24Mais il est, bien sûr, un lieu privilégié où la connotation sémiotique élargit son champ aux associations suggérées non seulement par la composition morphématique des signifiants, mais aussi à celles que suggèrent les phonèmes ou sons eux-mêmes : c’est celui de la poésie, lieu de toutes les polyphonies. On trouvera dans Puyau (2003) une étude admirable des effets que peut en tirer le poète Guillén dans la seule confrontation des signifiants alba et aurora et des consonnes liquides qu’ils convoquent.

25Et l’on n’oubliera pas, bien sûr, tout le champ de la psychanalyse où Freud, Lacan, et d’autres, se sont, depuis toujours, employés à montrer que c’est à coup de paronymies, d’homonymies, de rébus et autres procédés apparentés que s’exprime un sujet qui est celui du désir, et donc l’inconscient lui-même qui, par la voie/voix de la connotation sémiotique, laisse entendre (ou plutôt écouter), lui aussi, les mots sous les mots, les phrases sous les phrases, les discours sous les discours, bref la parole du signifiant « à l’état pur ».

26Toutes ces productions langagières (et il en est bien d’autres) sont réunies par Jean-Luc Puyau et Sonia Gómez-Jordana sous l’appellation heureuse de « parole poétique ». C’est à l’avènement d’une linguistique enfin à l’écoute de cette parole qu’avec eux j’appelle ici. La linguistique sera poétique, ou ne sera pas, puisque c’est dans cette parole, élaborée suivant le modèle de la motivation relative, que se révèle, selon Saussure, « tout ce qui fait la langue en tant que système ». Bref, le signe « en lui-même », c’est-à-dire « hors système », n’est pas motivé a priori, mais c’est le système qui, notamment par le biais de la connotation sémiotique, le motive.

Le langage et la langue

27Reste à s’interroger, bien sûr, sur les raisons ou circonstances qui ont conduit la linguistique post-saussurienne à exclure de son domaine toutes ces pratiques langagières, en dépit de cet avertissement on ne peut plus limpide de Saussure :

  • 13 Saussure, 1967, p. 20 (c’est moi qui souligne).

La matière de la linguistique est constituée d’abord par toutes les manifestations du langage humain, qu’il s’agisse des peuples sauvages ou des nations civilisées, des époques archaïques, classiques ou de décadence, en tenant compte dans chaque période, non seulement du langage correct et du « beau langage », mais de toutes les formes d’expression13.

  • 14 Voir Gadet et Pêcheux, 1981.

28Mais pourquoi donc cette exclusion dont j’ai essayé de montrer qu’elle amenait le linguiste à perdre son objet-même : la langue et le système qu’elle constitue ? Cette langue, en effet, devenait dans ces conditions proprement introuvable14.

29Mon hypothèse est que cette pratique d’exclusion (non conforme à la pensée saussurienne, comme le montre la citation qui précède) vient d’une confusion entre langage et langue. Sous le nom de langue, la linguistique ne s’est en réalité occupée que du langage. Or je soutiens que le langage n’est qu’une fonction de la langue. Cette fonction est celle qu’il assume en tant que moyen de communication. Et c’est là la seule fonction qu’ait véritablement étudiée la linguistique. Une langue, ça servait à communiquer, à transmettre des informations. Un code, en somme, qui ne différait de celui des baleines ou des abeilles que par son extrême complexité, réductible (du moins l’espérait-on) à un système, sans doute d’inspiration mécanique : une sorte de machine à parler, en somme. Bref, un système de transmission de l’information. Ce qui impliquait, remarquons-le, que l’information précède sa transmission. C’était là revenir à considérer la langue comme simple « véhicule » d’un sens supposé préexistant. Était-il nécessaire, pour en revenir là, de passer par Saussure ?

30C’était oublier que la langue, chaque langue, par la singularité de la forme ou de l’agencement des signifiants qui la constituent, est un système d’une nature particulière, où chaque signifiant se trouve pris notamment dans les réseaux associatifs de la connotation sémiotique, ce qui lui donne en quelque sorte le pouvoir de « parler par lui-même ». Les signifiants, pour le dire en d’autres termes, ne se contentent pas de transmettre : ils parlent. Et cela dans une « langue » dont le principe est donné par le système lui-même : celui de la motivation relative.

31Or une langue, c’est bien autre chose que le langage : ça vous donne le langage et la communication, sans doute, mais aussi tous ces phénomènes que met en jeu la « parole poétique », où le « moyen de communication » n’entendra, pour sa part, que brouillages, parasitages, comme c’est le cas dans le moindre jeu de mots.

32Mais écoutons un peu quelques mots tirés du discours de cette linguistique officielle : Langage, Communication, Information, Transmission(s). Voilà bien les signifiants Maîtres d’une époque qui est encore la nôtre. On ne se gardera pas, à ce sujet, de rappeler que la grammaire générative a été conçue par Chomsky dans le cadre de recherches militaires, en collaboration avec des mathématiciens intéressés par la traduction automatique. On visait, c’est clair, le « langage machine ».

33Or si la « parole poétique », comme on l’a dit, est celle par laquelle se fait entendre la voix d’un sujet, on s’étonnera moins qu’elle ait été, dans ce contexte, exclue : le sujet, toujours, est ce que toute idéologie dominante s’emploie à museler.

Haut de page

Bibliographie

Benveniste, Émile (1939), « Nature du signe linguistique », Acta Linguistica, 1, pp. 23-29 (reproduit dans Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, 1966, pp. 49-55).

Benveniste, Émile (1974), Problèmes de linguistique générale II, Paris.

Coll, José Luis (1976), Diccionario de Coll, Barcelone.

Corneille, Jean-Pierre (1976), La linguistique structurale, sa portée, ses limites, Paris.

Gadet, Françoise et Pêcheux, Michel (1981), La langue introuvable, Paris.

Genette, Gérard (1976), Mimologiques, voyage en Cratylie, Paris.

Launay, Michel (1986 a), Effet de sens : produit de quoi ?, Langages, 82, pp. 13-39.

Launay, Michel (1986 b), « Réflexions sur quelques mécanismes de transgression de l’ordre linguistique », dans Augustín Redondo (éd.), Les discours des groupes dominés. Actes du colloque organisé à la Sorbonne par le Groupe de recherche sur les idéologies, mentalités et systèmes de représentations dans les pays de langue espagnole et portugaise [GRIMESREP] (23-25 janvier 1986), Cahiers de l’UFR d’études ibériques et latino-américaines, 5, pp. 119-128.

Chevallier, Jean-Claude, Launay, Michel et Molho, Maurice (1983), « De la concession en espagnol (le signifiant aun/aunque) », L’Information Grammaticale, 18 (juin), pp. 3-8.

Chevallier, Jean-Claude, Launay, Michel et Molho, Maurice (1985), « Del morfema si (hipótesis y afirmación en español y en francés) », dans Julio Fernández-Sevilla et al. (dir.), Philologica hispaniensia in honorem Manuel Alvar, II : Lingüística, Madrid, pp. 129-166.

Puyau, Jean-Luc (2003), « Alba versus Aurora. Les connotations sémiotiques des consonnes liquides dans Cántico de Jorge Guillén », Mélanges de la Casa de Velázquez. Nouvelle série, 33 (1), pp. 315-327.

Saussure, Ferdinand de (1967), Cours de linguistique générale, Tullio de Mauro (éd.), Paris (1re éd. 1916).

Starobinski, Jean (1971), Les mots sous les mots. Les anagrammes de Ferdinand de Saussure, Paris.

Toussaint, Maurice (1983), Contre l’arbitraire du signe, Paris.

Haut de page

Notes

1 Notamment Benveniste, 1939.

2 « …tant de vaines discussions sur ce qu’on appelle l’arbitraire du signe » (Benveniste, 1974, p. 226).

3 Une des dernières : celle de Toussaint, 1983.

4 Ce qui est dit ici de la grammaire générative vaut tout autant pour la linguistique structurale, comme le montre cette affirmation consternante de Corneille, 1976, p. 95 : « On peut le déplorer, mais il faut l’admettre : le langage — dans sa matérialité phonique ou, mieux, dans l’abstraction de ses structures signifiantes — n’est qu’un ingénieux expédient plus ou moins apte à véhiculer le sens » (c’est moi qui souligne).

5 Saussure, 1967, p. 182 (c’est moi qui souligne).

6 Ibid., p. 181.

7 Ibid., p. 182 (c’est moi qui souligne).

8 Voir Chevallier, Launay et Molho, 1983 et 1985.

9 Voir Launay, 1986 a et b.

10 Saussure, 1967, p. 174 (c’est moi qui souligne).

11 Ibid., p. 181-182.

12 Coll, 1976. J’ai « commis » moi-même une étude plus approfondie de ces deux jeux de mots ; voir Launay, 1986 b.

13 Saussure, 1967, p. 20 (c’est moi qui souligne).

14 Voir Gadet et Pêcheux, 1981.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/227/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Launay, « Note sur le dogme de l’arbitraire du signe et ses possibles motivations idéologiques », Mélanges de la Casa de Velázquez, 33-2 | 2003, 275-284.

Référence électronique

Michel Launay, « Note sur le dogme de l’arbitraire du signe et ses possibles motivations idéologiques », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 33-2 | 2003, mis en ligne le 03 décembre 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/227

Haut de page

Auteur

Michel Launay

Université Rennes-II

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org