Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Regards croisés

Enric Ucelay-Da Cal, El imperialismo catalán. Prat de la Riba, Cambó, D’Ors y la conquista moral de España

Marie-Claude Chaput et Manuelle Peloille
p. 296-301
Référence(s) :

Enric Ucelay-Da Cal, El imperialismo catalán. Prat de la Riba, Cambó, D’Ors y la conquista moral de España, Barcelona, Edhasa, 2003, 1.097pp. 

Texte intégral

1« Impérialisme » : le mot est couramment associé à « allemand », « anglais », « austro-hongrois », « ottoman ». Une nation est réputée impérialiste lorsqu’elle a les prétentions et les moyens d’exercer un ascendant sur les autres, comme ce fut le cas, selon les époques, de la Russie, de la France, de l’Angleterre, des États-Unis. À l’opposé, la Catalogne est présentée fréquemment comme une « nation sans État », une « nation inachevée » ou « en quête de son identité », opprimée depuis des siècles par la Castille ou le centralisme madrilène et le franquisme. En tant que tel, elle ne saurait avoir une quelconque relation avec des visées impérialistes. Dès son titre donc, l’ouvrage d’Enric Ucelay-Da Cal jure avec la thèse communément admise qui consiste à poser d’emblée la Catalogne comme une victime. On comprend donc aisément que sa sortie ait donné lieu à de vives controverses, non sans prendre acte de la rupture d’une habitude de pensée. N’oubliant pas que la Catalogne avait, au moment de la succession de Philippe IV, choisi de soutenir le prétendant des Habsbourg, dynastie impériale, contre le prétendant de la dynastie des Bourbons, l’auteur montre que les théories du nationalisme catalan sont en prise avec une logique d’empire.

2Enric Ucelay-Da Cal se propose d’étudier l’interaction entre catalanisme et españolismo entre 1885 et 1917. Il ne se contente pas de montrer les connexions entre la logique des nationalistes catalans et la logique d’empire. Un autre tabou de taille saute, puisque sa thèse centrale est que le discours impérialiste catalan avait pu inspirer le nouveau discours impérialiste espagnol. Le plus souvent, on pose le problème des sources de celui-ci depuis Madrid ; Enric Ucelay, lui, le pose depuis Barcelone ou Montserrat.

3Cet essai impressionnant par sa taille et l’érudition de son auteur repose sur de très nombreuses références à l’histoire mondiale et sur un riche appareil de citations. L’ouvrage retrace l’influence des grands noms du catalanisme comme Valentí Almirall et Víctor Balaguer, mais aussi, et c’est un de ses intérêts majeurs, d’autres beaucoup plus obscurs ou en tout cas volontairement oubliés en raison du caractère politiquement incorrect de leur discours, que Ucelay replace dans le contexte de l’Europe d’alors où le racisme trouvait sa légitimité dans les progrès de la science.

4Ayant choisi de travailler sur l’écriture, Ucelay s’attache dès l’introduction au pouvoir des métaphores au cœur de toutes les créations nationalistes telles qu’elles s’élaborent tout au long du xixe siècle. Elles constituent la matière même du projet tel que l’historien le résume dans sa conclusion : « un trabajo de crítica literario-política, que ha seguido unas ideas – « unidad cultural e “imperio” – desde antes de su aparición en la política española hasta su crisis y mutación ». Sur un ton provocateur qui ouvre le débat, il invite à reconsidérer les écrits des grandes figures du catalanisme conservateur comme de leurs précurseurs plus obscurs, et à réfléchir sur le contenu d’un discours qu’en raison des avatars de l’Histoire et des enjeux politiques, personne n’avait intérêt à regarder d’aussi près.

5Les événements extérieurs avaient fait échouer le projet de la Lliga : la victoire des bolcheviques, qui se définissaient comme anti-impérialistes, et l’effondrement des empires, qui lui avaient servi de modèle, avaient ruiné les efforts du catalanisme impérial.

6Un des apports majeurs de cette étude provient de cette relecture du nationa-lisme catalan dont les analystes – souligne l’historien – ont beaucoup expliqué le pourquoi alors que lui propose de s’intéresser au comment. Cette approche donne un éclairage nouveau qui va à l’encontre des topiques et discours convenus en ne considérant plus le catalanisme uniquement en fonction de sa « logique interne » mais dans sa dimension espagnole, et en tentant de dépasser l’image néfaste de la Lliga retenue par la gauche catalane après 1975. Elle permet d’expliquer ce qu’il qualifie comme un des grands « tabous » de l’histoire contemporaine de l’Espagne (p. 36).

7Chaque page de l’ouvrage, dont l’épaisseur nous retient de le qualifier de pamphlet, contient quelques lignes en italique qui résument les points essentiels ; un tel souci didactique s’explique par le refus, en Catalogne comme en Espagne, d’entendre un autre discours que celui, consensuel, de la Transition en réaction aux années trente et au franquisme. La Catalogne représente plus la lutte pour la démocratie et la tolérance que le discours d’exclusion voire raciste, à la mode partout en Europe à la fin du xixe siècle, évident et reconnu dans le cas du nationalisme basque d’Arana mais volontairement oublié dans le cas de Pompeyo Gener (p. 285) par un catalanisme qui mettait en avant l’« unité culturelle ». S’il est courant de souligner la volonté de la Catalogne de moderniser l’Espagne, comme le rappelle la Oda a España de Joan Maragall, écrite en 1900, après le discours de Lord Salisbury en 1898 sur les nations moribondes, on oublie que cette modernisation avait une forme « impériale » (p. 48). L’historien regarde la Catalogne de l’intérieur et de l’extérieur ; ce faisant, il redonne vie à des concepts figés depuis le retour à la démocratie.

8En s’appuyant sur d’autres textes que ceux des idéologues de la Lliga, Ucelay signale que, dès sa création en 1901, elle projetait de redessiner l’État espagnol comme un empire en dépassant le sens négatif pris par la notion. En Europe, les identités nationales s’étaient affirmées de manière beaucoup plus forte et agressive à travers le colonialisme alors qu’en Espagne le Désastre de 98 était venu confirmer ce qui pour certains était une crise, pour d’autres, une décadence. L’historien s’attache à dépasser les clichés qui ont retenu du catalanisme ses seules ambitions marchandes en montrant que l’ambition culturelle l’emportait : « unité culturelle » et « empire » étaient inséparables, ce rêve d’« hégémonie culturelle » à l’intérieur de la Catalogne était l’étape préalable « a cualquier conquista moral, regionalizadora, del Estado español » (p. 39).

9L’auteur montre un souci permanent de définition de termes qui, au cours de l’Histoire, ont pris des sens différents, en particulier celui d’empire, depuis Rome jusqu’au sens plus métaphorique que Prat avait développé dans La nacionalitat catalana. Or, depuis les travaux d’Eric Hobsbawm sur « l’invention des traditions », il est acquis que les identités nationales sont des constructions où l’imaginaire joue un rôle primordial. Au xixe siècle, quand se forgent ces identités, nous pouvons observer une action réciproque entre des États voisins et Ucelay montre qu’il en a été de même entre le catalanisme et le nationalisme espagnol. Toutefois, il rappelle ce que nous nommerons le « déficit identitaire » que l’Espagne avait accumulé : Isabelle II a été la première reine d’Espagne et non des Espagnes, le choix d’un drapeau unique a été tardif, etc. L’absence d’un ennemi « héréditaire » – comme pour la France – a contribué à ce déficit que les guerres de Cuba n’ont pas suffi à combler. Ucelay souligne que les guerres des Antilles avaient eu de fortes répercussions sur le débat politique péninsulaire en ouvrant la voie à d’autres formes d’organisation comme l’autonomie, tandis que les fédéralistes, rendus silencieux après l’échec de la Première République et du cantonalismo, avaient fait de nouvelles propositions.

10Partant de l’observation du sort fait aux empires, l’historien souligne que l’imaginaire collectif a d’abord associé empire et décadence jusqu’au xviiie siècle avant de prendre son sens moderne avec le Premier Empire de Napoléon en 1804, tandis que la chute de l’Empire espagnol devenait objet d’un discours instrumentalisé en Amérique et en Europe pour des raisons de géopolitique. De l’Empire russe à l’Empire britannique et austro-hongrois, Ucelay décrit les sens que l’Histoire a donnés au fil du temps à « empire » et « impérialisme » avant d’aboutir à son sens moderne de domination des Européens puis des Nord-Américains sur d’autres continents. Cela lui sert à mieux montrer l’intérêt stratégique que le terme d’impérialisme a représenté pour la Lliga en raison certainement de sa plasticité.

11La création d’un Empire allemand autour de la Prusse après Sadowa et Sedan avait exclu l’Autriche, qui s’était rapprochée de la Hongrie au sein de l’Empire austro-hongrois, image de ce que pourrait être un empire « hispano-catalan » ou, mieux encore, ibéro-catalan. Enfin, les Républiques française et américaine avaient montré que l’impérialisme n’avait pas besoin d’un empereur ou d’un roi en justifiant leur expansionnisme par l’adhésion à des valeurs supérieures.

12Barcelone, forte de son développement industriel, se posait au xixe siècle en rivale de Madrid et affirmait ses prétentions à devenir capitale, avec l’exposition universelle de 1888 et la longue campagne de résistance à un Code civil unique. Toutefois, Ucelay le signale à diverses reprises, ce qui avait fait la force de la Catalogne, une « société de familles » qui privilégiait un système associatif, s’était révélé une faiblesse, rendant inutile la création d’une banque catalane susceptible de favoriser un développement industriel plus large.

13Le catalanisme conservateur rejetait le fédéralisme qui, de son côté, rejetait le caractère « impérial » de l’État et privilégiait la langue catalane comme moyen d’intégration des émigrants. Il ressort de cette analyse que les catalanistes ont tenté de réussir là où l’État espagnol avait échoué, par exemple dans le domaine éducatif et la gestion des affaires publiques, donnant l’image d’une Catalogne plus européenne, proche de la France, consciente toutefois des dangers de l’« impérialisme » de cette dernière. Le choix de la langue comme élément identitaire primordial contribua à donner aux intellectuels un rôle essentiel.

14La presse, elle aussi, constituait un relais de premier ordre de cette appartenance identitaire, du Diari Català à La Renaixença, des organismes et des institutions comme le Centre Català, ont été davantage étudiés et nous n’insisterons pas sur leurs avatars mais davantage sur l’influence anglo-saxonne qui inté-resse l’auteur. Le fait qu’il se soit en partie formé aux États-Unis joue certainement un rôle dans sa perception de « la fascinación de Almirall por el self-government » (p. 96).

15Les dissensions qui apparaissent à travers les publications, comme La tradició catalana en 1892 du père Torras i Bages, en réponse à Lo Catalanisme de Almirall, ont été ignorées ou occultées par les idéologues de la Lliga. Prat a voulu opposer l’« unité culturelle » catalane à la diversité hispanique. Cet essai met au jour les divisions : la rivalité avec les vigatans face à Barcelone, opposition qui ne cadrait pas avec le discours officiel catalaniste tel qu’il apparaît dans le Memorial de greuges en 1885, même si Almirall avait rêvé d’intégrer le mouvement ouvrier au catalanisme (p. 102). Ucelay dénonce un discours paradoxal, né et implanté dans un milieu urbain et qui exaltait les valeurs rurales face à la corruption de la ville (p. 268), ainsi que le double aspect des procès de Montjuïc avec le rejet des bombes par les uns ou de la répression par les autres (p. 337).

16Prat proposait un « empire ibérique » sous direction catalane et un « impérialisme de la société civile » (pp. 202 et 370) où la Catalogne s’érigeait en unique pourvoyeuse de solutions face à un État espagnol incapable.

17Il explique l’attrait pour le républicanisme de la Catalogne par le projet de détruire l’État existant et d’en construire un autre avec l’autodétermination de la Catalogne (p. 343). L’utilisation de l’Histoire a servi aux catalanistes pour montrer qu’autrefois Catalogne et Castille étaient sur un pied d’égalité, l’influence anglo-saxonne avait rendu possible une identification fondée sur un sentiment de supériorité. Prat et Cambó, tous deux self-made men, étaient la preuve des possibilités de promotion sociale qu’offrait la Lliga comme son modèle.

18Face à la thèse de l’« unité culturelle » l’analyse d’Ucelay fait un bilan complexe de toutes les influences, notamment celle du nouveau nationalisme français sur Cambó. En France, après Sedan, l’idée d’« Empire » n’avait été conservée que pour les possessions d’outre-mer. Cambó appréciait Maurice Barrès qui exaltait la Lorraine de ses ancêtres : cependant, hispanophile, il avait participé à la redécouverte du Greco, tout comme les « modernistes » catalans autour de Santiago Rusiñol, mais son discours sévère sur le catalanisme était bien évidemment gênant (p. 425). Ucelay insiste également sur l’influence de Charles Maurras, provençal régionaliste, du mouvement Félibrige de Frédéric Mistral mais monarchiste et idéologiquement plus proche du carlisme.

19Avec l’idée d’« empire », la Lliga a tenté d’éviter les confrontations entre droite et gauche et centre et périphérie ; cela permettait à la Catalogne de mener à bien la régénération de l’Espagne. La revue des partisans de Cambó, La Cataluña, était éditée en espagnol afin de pouvoir diffuser le message régionaliste au-delà de la Catalogne. En 1909, la Semaine tragique avait été une catastrophe politique pour la Lliga, marquant la fin de l’unité rêvée. L’image de modernité avait été mise à mal par celle d’églises incendiées et de désordres urbains alors que l’impéria-lisme de la société civile pour se réaliser avait besoin d’un ordre social supposé inné… (p. 453).

20Cambó permit à la Lliga d’avoir un porte-parole aux Cortès pour défendre l’idée d’empire, qu’Ucelay interprète comme le rêve d’une grande Espagne. Cependant cet engagement « national » a été mal compris.

21Eugenio D’Ors, dont la thèse, dirigée par G. de Azcárate, s’intitulait Genealogía del imperio : Teoría del Estado-Héroe [1905] (nous regrettons qu’Ucelay n’en profite pas pour développer davantage les liens avec les différentes formes du nationalisme espagnol) allait proposer une synthèse avec l’idée d’« empire culturel ». Pour l’auteur des Glosas, la métaphore de l’impérialisme apparaît comme un système d’interprétation de la réalité, pas comme un instrument politique. Ucelay le présente comme un intellectuel aux antipodes d’un Cambó, il a pu servir de conducteur entre le discours catalaniste et le discours impérialiste développé à Madrid.

22Le panhispanisme fut la réponse apportée à la défaite pour redonner à l’Espagne un rôle international. Le « panlatinisme » qui en France s’était développé pendant la Première Guerre mondiale face à l’Allemagne, avait suscité en Espagne le désir de remplacer le terme d’« Amérique latine », qui servait les intérêts français, par celui d’« Ibéro-Amérique ».

23Le catalanisme a voulu résister à l’hégémonie culturelle espagnole mais, comme le souligne Ucelay, sa réponse fut de formuler un autre « impérialisme » culturel censé le dépasser. Or, chose oubliée, face au militarisme de l’État espagnol, le nationalisme catalan prônait la supériorité de la société civile catalane sans équivalent en Espagne et seule capable de moderniser le pays.

24Après 1918, il n’était plus possible de tenir le même discours après l’effondrement des grands empires. En considérant l’unité culturelle comme une donnée incontestable, Prat avait coupé court à toute remise en cause mais, paradoxalement, son projet politique visait à renforcer et à diffuser cette unité culturelle alors que Cambó apparaît comme l’héritier d’une étrange synthèse entre la tradition catalane, les intellectuels français d’une nouvelle droite et l’influence anglo-saxonne.

25La démarche d’Enric Ucelay Da-Cal conduit à un va-et-vient continu entre idées, personnalités et époques. Cette réflexion brillante révèle le talent d’un historien d’une érudition impressionnante qui lui permet des approches multiples. Il reste un volume qui fera date, avec cette relec-ture de l’histoire du catalanisme conservateur, qui montre un rare talent pour traquer les métaphores, et ne manquera pas d’influencer de futures recherches sur le catalanisme et la pensée politique des années 1870-1930.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claude Chaput et Manuelle Peloille, « Enric Ucelay-Da Cal, El imperialismo catalán. Prat de la Riba, Cambó, D’Ors y la conquista moral de España », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 296-301.

Référence électronique

Marie-Claude Chaput et Manuelle Peloille, « Enric Ucelay-Da Cal, El imperialismo catalán. Prat de la Riba, Cambó, D’Ors y la conquista moral de España », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 14 octobre 2010, consulté le 26 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/2297

Haut de page

Auteurs

Marie-Claude Chaput

Université de Paris X-Nanterre

Manuelle Peloille

Université de Paris X-Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org