Navigation – Plan du site
Le temps des saints
Contrepoint

La sainteté contemporaine

La santidad contemporánea
Contemporary Sainthood
Benoît Pellistrandi
p. 165-184

Résumés

L’Église catholique a, depuis la redéfinition des procédures de canonisation au xviie siècle jusqu’au concile Vatican II, enrichi son approche de la sainteté comme réalité théologique, canonique et spirituelle. L’examen de cette évolution à l’époque contemporaine permet de comprendre les continuités et les inflexions d’une véritable « politique de canonisation » que le souverain pontife Jean-Paul II semble avoir portée à un apogée.

Haut de page

Texte intégral

1C’est dans un double mouvement de renouvellement de la conception catholique de la sainteté et d’une approche historique et critique de la notion de sainteté qu’il convient de nous placer pour évoquer, en contrepoint du dossier que l’on vient de lire, les interrogations que suscite la sainteté contemporaine.

2Pour simplifier, on pourrait presque dire que la sainteté appelle deux lectures. La première serait liée à la définition qu’en donne l’Église catholique dans la constitution dogmatique Lumen gentium et on la qualifierait alors de lecture interne. La seconde s’appuyerait sur les travaux des historiens de la religion, des ethnologues et des sociologues qui entendent, selon des méthodes diverses et des points de vue distincts, expliquer la fonction sociale, culturelle et politique de la sainteté. Proposons pour désigner cette démarche le terme de lecture externe. Reste à définir l’ordre par lequel il faudrait commencer.

  • 1 On pense notamment aux travaux de Claude Langlois sur la spiritualité de sainte Thérèse de Lisieux (...)
  • 2 Sorrel, 1999.
  • 3 Pie XI a créé le 6 février 1930, au sein de la Congrégation des rites, une section historique charg (...)

3Doit-on s’attacher à aller de l’externe vers l’interne ou bien suivre le chemin inverse ? Sans doute, une certaine tendance de l’historiographie religieuse inviterait à adopter la première démarche, plus nouvelle qu’il n’y paraît à première vue1. On s’efforce alors de passer des caractères les plus visibles aux manifestations intimes et à la spiritualité individuelle en tentant de rendre celles-ci intelligibles depuis une perspective historique. Mais c’est cependant la seconde logique que nous ferons nôtre, pour des raisons qui, à bien y regarder, relèvent de l’histoire même du regard que l’Église a porté sur la sainteté2. N’a-t-elle pas en effet, depuis les bollandistes, fait progressivement sienne l’attitude des historiens toujours prêts à traquer les faux saints et les saints inventés3 ? N’a-t-elle pas été obligée, face à la recomposition des mentalités, d’user du plus grand discernement dans le choix de ce qu’elle entendait par sainteté ?

4C’est donc de la perspective même de l’Église que nous souhaitons partir pour évoquer la sainteté contemporaine, en redisant d’abord la définition catholique contemporaine de la sainteté et en montrant comment elle est servie par une procédure parfaitement établie de reconnaissance de celle-ci au sein du corps ecclésial. Puis l’étude des politiques de canonisations par une approche statistique et un rappel des figures mises en avant nous mettra en présence d’un véritable projet pastoral articulé à une ecclésiologie. Dans une troisième et dernière partie, nous essayerons de montrer qui sont les saints contemporains proposés à la dévotion des fidèles catholiques et comment l’historien peut analyser la signification de la recrudescence du phénomène de canonisation sous le pape Jean-Paul II.

La définition catholique contemporaine de la sainteté

5À ce jour, c’est dans la constitution dogmatique sur l’Église, Lumen gentium, rédigée par les pères lors du concile Vatican II, approuvée et rendue publique par Paul VI, « évêque de l’Église catholique », le 21 novembre 1964, que l’on trouve défini l’appel universel à la sainteté. Cet exposé – paragraphes 39 à 42 – doit être considéré comme la définition catholique contemporaine de la sainteté. C’est à sa lumière, c’est-à-dire en se plaçant dans sa logique et à partir de ses affirmations, qu’il convient de proposer cette « lecture interne » de la sainteté et de la mettre en relation avec les procédures ecclésiastiques, c’est-à-dire spirituelles et canoniques, qui aboutissent à la reconnaissance publique de la sainteté de certains individus exceptionnels. Rappelons en quelques lignes l’architecture de cette invitation à la sainteté proposée par le concile.

  • 4 Lumen gentium, § 40.
  • 5 Ibid., § 42.

6L’Église est sainte parce qu’unie au Christ, « le seul Saint ». « Voilà pourquoi tous ses membres sont appelés à la sainteté. » C’est obéir à l’appel de Dieu que d’être « parfaits comme votre Père céleste est parfait » (Matthieu, 5:48). Cette perfection, qui passe par la reconnaissance du péché, doit conduire les hommes à devenir « conformes » à l’image du Christ et à se « soumettre à la volonté du Père » pour « la gloire de Dieu et [le] service du prochain »4. À ces rappels d’ordre théologique, qui recentrent bien sur l’imitation du Christ et la participation à sa sainteté, fait suite une description des actions selon les états de vie (§ 41). La hiérarchie ecclésiale est respectée : d’abord les évêques, les prêtres, les « ministres d’ordre inférieur », puis les « époux et les parents chrétiens », « les personnes veuves et les gens non mariés », enfin « tous ceux qui sont accablés par la pauvreté, la faiblesse, la maladie ou l’adversité ou qui souffrent la persécution pour la justice ». Pour les membres du clergé, c’est l’exercice de leur mission de « bergers » et le respect de l’obéissance qui les conduit à la perfection. Les laïcs doivent rendre témoignage de l’amour de Dieu par la perfection de leur amour, éduquer les enfants dans la doctrine chrétienne, faire de leur travail une imitation du Christ. Tout cela doit conduire à manifester « la charité dont Dieu a aimé le monde ». Cette charité, comme don de Dieu, est rendue manifeste par « l’écoute de la parole de Dieu », les sacrements, la prière, l’abnégation. L’étape ultime de la charité peut être le martyre, « où le disciple devient semblable au Maître ». Un don spécial de Dieu donne la force à certains de se consacrer par la virginité et le célibat à Dieu seul. C’est là « un signe et un stimulant de la charité5 ».

  • 6 « En son essence, la sainteté s’identifie à la charité, c’est-à-dire à l’Amour en son sens le plus (...)

7De très nombreuses réflexions théologiques forment le socle de cette déclaration de l’Église. Elle présente l’avantage de résumer en quelques pages  – une brièveté qui en facilitera la diffusion auprès des fidèles – sa vision de la sainteté comme perfection de la charité6. On constatera, sans surprise, que l’accent est proprement théologique et que l’allusion à des manifestations surnaturelles brille par son absence. La sainteté est présentée comme l’accomplissement plénier de la vie de foi et donc comme un modèle de vie terrestre. Elle n’est pas l’expression d’un pouvoir magique, même si elle dépend, en dernière analyse, de la grâce de Dieu et donc du surnaturel relevant du mystère de la foi. Nous sommes là en présence d’un recentrement pastoral de la notion de sainteté en accord avec l’évolution du monde contemporain. Soulignons cependant que cette tendance préexistait au concile. Dans l’article consacré au culte des saints dans le Dictionnaire de théologie catholique, le père Séjourné écrivait dès avant 1939 :

  • 7 « Culte des saints », Dictionnaire de théologie catholique, t. xiv (1), col. 974.

La canonisation n’implique pas la croyance à la réalité des miracles opérés durant [la] vie [des saints] ou après leur mort. Ce qui ne veut pas dire qu’il faille faire peu cas des miracles soumis à un examen entouré de toutes les garanties7.

8On pourrait donc dire que la nouveauté du texte de 1964 s’inscrit dans une certaine continuité du message pastoral de l’Église. Une continuité que l’examen des procédures de béatification et de canonisation vient amplement confirmer par ailleurs.

  • 8 Urbain VIII avait beaucoup insisté sur ce point pour éviter les dérives liées à des phénomènes spon (...)
  • 9 Dans la constitution Divinus perfectionis magister de 1983, Jean-Paul II souligne la dimension coll (...)

9Depuis le xvie siècle, une constante domine la politique ecclésiale de sanctification : celle de la centralisation romaine et de l’exercice du contrôle pontifical. Les dernières réformes faites sous le pontificat de Jean-Paul II en 1983 (texte Divinus perfectionis magister) n’effacent pas la référence fondatrice que constituent les deux textes émis par Urbain VIII, Caelestis Hierusalem cives (1638) et Decreta servanda in canonizatione et beatificatione sanctorum (1642), ainsi que le traité De servorum Dei beatificatione et beatorum canonizatione (1734) du cardinal Lambertini, futur Benoît XIV. La Congrégation des Rites, créée en 1588 par Sixte Quint, s’est trouvé chargée des procédures et de leur contrôle jusqu’en 1969, date de la création de la Congrégation pour la cause des saints, qui constitue la principale nouveauté du dispositif romain. La procédure actuelle reprend, en les simplifiant, les étapes définies sous Urbain VIII. L’évêque du diocèse où résidait le candidat à la sainteté établit un premier dossier fait d’une collecte d’informations biographiques et de témoignages. À ce stade de l’enquête, une censure théologique a déjà vérifié l’orthodoxie des écrits du candidat et une première commission d’experts a établi les vertus et les miracles qu’on peut lui attribuer et rappelle, le cas échéant, sa qualité de martyr. L’absence de culte public reste une condition absolue8. Pour parler en termes simples, une « pré-canonisation » spontanée, provoquée par les fidèles, est un handicap lourd parce qu’elle échappe au contrôle de l’Église et qu’elle jette ainsi la suspicion sur le candidat. Transmis ensuite à la Congrégation pour la cause des saints, qui examine d’abord la recevabilité du dossier, celui-ci fait l’objet d’une relecture et d’enrichissements éventuels. Dans sa nouvelle présentation, le dossier passe devant plusieurs commissions d’experts : historiens, théologiens et médecins. C’est devant la congrégation des cardinaux et évêques que le dossier est défendu par le postulateur de la cause. En cas d’avis favorable des cardinaux et évêques, la décision de béatification doit être prise par le souverain pontife. Ce stade est devenu obligatoire en 1659 à la demande du pape Alexandre VII. L’étape ultime, la canonisation, demande un supplément d’enquête qui s’attache, pour l’essentiel, à la confirmation de miracles. Elle est soumise à l’avis collégial des cardinaux et évêques. Mais seul le pape peut prendre la décision finale de canonisation. Cette prérogative, bien qu’encadrée par un processus extrêment rigoureux et collégial9, est un des pouvoirs du Saint-Père. L’action de Jean-Paul II montre combien ce pouvoir est important et combien il peut servir la stratégie pastorale du chef de l’Église catholique.

  • 10 Voir Vauchez, 1999, p. 36. Déjà dans la conclusion de sa thèse, A. Vauchez décèle en 1431, dans le (...)

10Un spécialiste de la sainteté médiévale, pour ne rien dire des historiens des premiers siècles de l’Église, est tout particulièrement armé pour apprécier le tournant historique et évaluer la signification de la sainteté contemporaine par rapport à celle qu’il a pu observer dans ses propres enquêtes. André Vauchez, dont la thèse avait porté sur les procès de canonisation de la fin du xiie siècle jusqu’à la fin du pontificat de Martin V (1431), a proposé son diagnostic sur le sens d’une centralisation accrue des processus de reconnaissance de la sainteté. Déjà, il avait observé, pour son époque, la mainmise croissante du Saint-Siège, mais celle-ci se déployait à côté d’un peuple qui continuait de créer des saints. Avec la centralisation moderne, tout particulièrement avec Urbain VIII, « le peuple – écrit-il – cessa définitivement d’être créateur de saints et ce rôle fut exclusivement exercé par la hiérarchie10 ». D’où cette conclusion :

  • 11 Vauchez, 1999, p. 36.

Cette situation se maintiendra sans changement – à l’exception d’une certaine féminisation de la sainteté canonisée – jusqu’à notre époque, à tel point qu’on peut affirmer qu’en dehors de quelques groupes de martyrs africains ou asiatiques, témoins héroïques de l’expansion missionnaire du christianisme, la sainteté catholique s’est développée de façon presque exclusive dans le cadre des « instituts de perfection », c’est-à-dire des ordres et des congrégations religieuses. Le culte des saints et des saintes n’ayant plus pour objet que d’exalter un certain nombre de vertus chrétiennes proposées à l’imitation et à la vénération des fidèles devint un problème purement ecclésiastique et cessa de fait d’intéresser l’ensemble de la société11.

  • 12 Sur ce point, voir Jounel, 1986.
  • 13 Il s’agit de Thomas Becket, Bernard de Clairvaux, François d’Assise, Dominique, Claire, Thomas d’Aq (...)
  • 14 Saint Charles Borromée, mort en 1584, canonisé en 1610, fait l’objet d’une fête semi-double à parti (...)
  • 15 Le 15 mai 1912, le pape Pie X invitait tous les évêques à corriger leur calendrier diocésain en sup (...)
  • 16 « L’Église a introduit dans le cycle annuel les mémoires des martyrs et des autres saints qui, élev (...)
  • 17 Sont inscrits au calendrier universel de 1969 pour l’Amérique du Nord, les jésuites français du xvi (...)
  • 18 « De toute évidence, Jean-Paul II a fait des saints et des bienheureux les artisans de prédilection (...)

11On trouve un dernier élément de centralisation romaine dans les règles concernant la liturgie. C’est dans la célébration liturgique que la fête du saint puise sa signification pastorale. Aussi l’examen du calendrier liturgique éclaire-t-il les volontés pontificales et conciliaires en la matière12. À la suite du concile de Trente, Pie V, mû par une volonté de simplification et de recentrement christologique – elle aura un écho jusque dans le concile de Vatican II –, sanctionnait un calendrier liturgique ne comportant que les soixante-cinq fêtes obligatoires, dont seulement huit célébrées pour des saints nés après l’an 100013. Très vite cependant, nombre de ses successeurs, soucieux de promouvoir la sainteté, devaient modifier ces orientations, d’une part en intégrant au calendrier des saints contemporains, d’autre part en multipliant le nombre même des saints qui y figuraient, si bien qu’en 1961 on comptait plus de deux cents fêtes de premier rang. Du xviie au xixe siècle, de nombreux papes ajoutèrent à ce calendrier des saints contemporains, témoignant d’une politique consciente de la sainteté14. On comprend mieux, ainsi, le sens de la redéfinition du calendrier romain général de 1969, car si les réformes du calendrier reposent aussi sur le souci d’écarter de la mémoire de l’Église universelle comme des Églises particulières des saints pour le moins hypothétiques15, elles ont aussi une portée théologique. Dans la dynamique du concile Vatican II, la publication du calendrier de 1969 apparaît comme l’aboutissement d’un travail séculaire qui a permis à l’Église universelle de réfléchir sur la nature théologique et pastorale de la sainteté. Le culte des saints devait répondre aux exigences proclamées dans les constitutions de l’Église. Le nouveau calendrier liturgique obéit à une double logique : il doit mieux faire comprendre au fidèle le mystère pascal, qui est la clef de voûte de toute la vie religieuse, et le culte des saints s’inscrit dans cette perspective christique. Le texte des deux paragraphes consacrés aux saints dans la constitution Sacrosanctum concilium sur la liturgie l’indique clairement16. L’intérêt du calendrier de 1969, outre qu’il régit la liturgie de l’Église et réorganise la hiérarchie des célébrations en solennité, fête et mémoire, tient à la conjugaison qu’il fait de la tradition et des intuitions contemporaines. On sait que le culte des saints est bâti autour des saints apôtres, des martyrs et des saints romains. Son progressif enrichissement illustre l’histoire de l’Église, son expansion géographique et sociale. Léon XIII (1878-1903) avait institué les fêtes des docteurs d’Orient – Justin, Cyrille de Jérusalem, Cyrille d’Alexandrie, Jean Damascène –, des évangélisateurs Augustin de Canterbury pour l’Angleterre, Cyrille et Méthode pour les pays slaves. Les papes du xxe siècle ont poursuivi cette reconnaissance de l’universalité de l’Église à travers des saints des cinq continents17. La double articulation d’un calendrier universel et d’un calendrier diocésain offre aux fidèles catholiques un éventail assez large de figures de sainteté dans lesquelles ils peuvent trouver un intercesseur, un modèle de vie à imiter ou encore un témoin de la foi. Nul ne peut donc nier l’importance stratégique capitale du culte des saints à l’époque contemporaine et l’« activisme » de l’actuel souverain pontife ne peut manquer d’amener à réfléchir sur cette option pastorale et théologique18.

Les politiques de canonisation

  • 19 Pour une approche théorique de la sociologie des canonisations, voir Delooz, 1969, pp. 5-22.

12L’étude historique et sociologique des canonisations n’est plus un sujet neuf. La thèse de sociologie de Pierre Delooz, publiée en 1969 par la faculté de droit de l’université de Liège, constitue un premier sommet, annoncé, sur le plan théorique au moins, par une bibliographie abondante, notamment de langue allemande. En histoire, les travaux d’André Vauchez représentent autant une innovation qu’une progression à partir d’enquêtes antérieures. Aussi, plus que sur la nouveauté – qui ne l’est plus guère – de son étude, convient-il d’insister sur les enjeux que les sciences humaines et sociales détectent dans le phénomène de la sainteté et de sa reconnaissance officielle telle qu’elle est établie au sein de l’Église catholique. Des analyses, menées à plusieurs niveaux, éclairent comportements sociaux, mentaux et institutionnels. Il est clair que la connaissance ou reconnaissance de la sainteté par un groupe humain donné renvoie directement aux mentalités religieuses et sociales. Le processus codifié par lequel l’Église sanctionne publiquement une réputation de sainteté nous met en présence d’un jeu de relations et de forces institutionnelles, elles-mêmes articulées sur des structures sociales et des préoccupations politiques19.

13La réponse à la question « comment devient-on saint ? » peut se faire à plusieurs niveaux. Intercesseur, modèle et témoin, le saint – ou la sainte – se prête à des lectures polysémiques qui mettent en valeur tel ou tel aspect de la vie de l’Église, de la spiritualité à la pastorale en passant par les pratiques et la dimension évangélisatrice. Aussi l’examen des politiques de canonisation des papes du xxe siècle, et surtout de Jean-Paul II, qui a « produit » plus de saints que l’ensemble de ses prédécesseurs, peut-elle apporter des éléments décisifs pour une histoire contemporaine de l’Église et non seulement de la sainteté.

14Tous les observateurs relèvent l’activité canonisatrice du pape Jean-Paul II. Les chiffres illustrent assez bien l’intensité du phénomène. Le tableau ci-dessous entend mettre en perspective la dynamique croissante du recours à la canonisation comme politique ecclésiale au cours du xxe siècle.

Tableau 1. – Béatifications et canonisations au xxe siècle (par pontificat)

Papes

Dates du pontificat

Béatifications

Canonisations

Pie X

1903-1914

35

4

Benoît XV

1914-1922

17

2

Pie XI

1922-1939

301

33

Pie XII

1939-1958

118

33

Jean XXIII

1958-1963

3

10

Paul VI

1963-1978

23

83

Jean-Paul IIa

1978-0000

1 284

463

a Pour Jean-Paul II, les chiffres sont arrêtés à la date de novembre 2001.

  • 20 Toutes ces données sont dans Ardura, 2002.
  • 21 Ardura, 2002, p. 83.

15Du début de l’actuel pontificat jusqu’en novembre 2001, la Congrégation pour la cause des saints a examiné 1 735 dossiers. Jean-Paul II a, au cours de 137 cérémonies, canonisé 463 nouveaux saints et béatifiés 1 284 bienheureux20. Les cérémonies ont lieu, généralement, à Rome, mais le pape profite aussi de ses nombreux voyages apostoliques. C’est à Paris, lors des Journées mondiales de la jeunesse, en août 1997, que Frédéric Ozanam a été béatifié lors d’une cérémonie à Notre-Dame. Le 4 mai 2003, les pères Pedro Poveda et José María Rubio ont été canonisés à Madrid à côté de trois religieuses fondatrices de congrégations, les sœurs Angela de la Cruz, Genoveva Torres et Maravillas de Jésus. La moniale carmélite d’origine juive Édith Stein, morte en déportation à Auschwitz en 1942, a été portée sur les autels par Jean-Paul II à Cologne. Les voyages en Pologne, au Mexique et en Asie ont offert au chef de l’Église catholique des occasions propices pour autoriser les cultes des nouveaux saints. Comme l’explique justement le père Bernard Ardura, cette politique vise à « fortifier la foi des Églises particulières » selon une stratégie très ample de « nouvelle évangélisation21 ».

16Dans sa lettre apostolique, Tertio millennio adveniente de 1994, le pape redit la valeur qu’il accorde à la sainteté :

  • 22 Tertio millennio adveniente, 1994, § 37.

En proclamant et en vénérant la sainteté de ses fils et de ses filles, l’Église rendait un suprême hommage à Dieu même ; dans les martyrs, elle vénérait le Christ, qui était à l’origine de leur martyre et de leur sainteté. Plus tard s’est développé l’usage de la canonisation, qui existe encore dans l’Église catholique et dans les Églises orthodoxes. Les canonisations et les béatifications se sont multipliées ces dernières années. Elles manifestent la vitalité des Églises locales, qui sont aujourd’hui beaucoup plus nombreuses qu’aux premiers siècles et qu’au premier millénaire. Le plus grand hommage que toutes les églises rendront au Christ au seuil du troisième millénaire sera de montrer la présence toute-puissante du Rédempteur par les fruits de foi, d’espérance et de charité chez des hommes et des femmes de si nombreuses langues et races qui ont suivi le Christ dans les diverses formes de la vocation chrétienne. […] D’une manière toute spéciale, on devra s’employer à reconnaître l’héroïcité des vertus d’hommes et de femmes qui ont réalisé leur vocation chrétienne dans le mariage : convaincus que les fruits de sainteté ne manquent pas non plus dans cet état, nous sentons le besoin de trouver les moyens les plus adaptés pour les mettre en évidence et les présenter à toute l’Église comme modèles et stimulants pour les autres époux chrétiens22.

17Cette longue citation explicite clairement le dessein pontifical en matière de canonisation et de béatification. Elle renvoie directement aux définitions de Lumen gentium, en même temps qu’elle s’attache à mettre en avant la diversité de la sainteté chrétienne et le rôle qu’elle est amenée à jouer dans la structuration des mémoires et des identités des Églises nationales et locales.

  • 23 En 1987, 1989, 1990, 1992, 1993, 1995, 1997, 1998. C’est-à-dire avec une régularité qui dénote une (...)
  • 24 Au regard des procédures mises en place, le délai qui a couru entre la mort d’Escrivá (1975), sa bé (...)

18Dans cette optique, comment ne pas évoquer aussi les nombreuses polémiques suscitées ici ou là lors d’annonce de béatifications ou de canonisations ? Citons pour mémoire quelques exemples significatifs. La canonisation des prêtres réfractaires morts en déportation à Rochefort, au plus fort de la tourmente révolutionnaire, a réavivé des débats en France sur la nature de la persécution religieuse ainsi que sur le rôle de l’Église lors de cet épisode historique. La béatification en 1998 du cardinal Stepinac, archevêque de Zagreb mort en 1960, célèbre pour son engagement contre le totalitarisme communiste, n’a pas manqué de soulever des débats similaires dans les pays de l’ex-Yougoslavie. La Chine a officiellement protesté contre la canonisation de 120 martyrs, qui a eu lieu le 1er octobre 2000, autant pour des raisons de fond que de forme : la date choisie ne correspondait-elle pas à l’anniversaire de la proclamation de la République populaire par Mao en 1949 ? Comment ne pas voir dans cette coïncidence un choix délibéré de la part du Vatican, dont on connaît, par ailleurs, l’habileté diplomatique ? Pour l’Espagne, alors que Paul VI avait paralysé l’instruction des dossiers liés à la Guerre civile, Jean-Paul II a procédé à des béatifications collectives de martyrs de la Guerre23, c’est-à-dire de prêtres assassinés par des partisans du camp républicain et « en haine de la foi », selon la rigoureuse terminologie vaticane. Nombreux ont été ceux qui ont déploré, d’une part, l’accélération de la procédure et, d’autre part, son éventuelle partialité, puisque le cas des prêtres basques exécutés par les franquistes n’est pas introduit devant la Congrégation pour la cause des saints. La canonisation extrêmement rapide du fondateur de l’Opus Dei24, José María Escrivá de Balaguer, en octobre 2002, vingt-sept ans seulement après sa mort, a accentué ce sentiment de soutien à un catholicisme conservateur. Un autre aspect encore suscite l’étonnement : pourquoi y a-t-il eu tant de béatifications de personnages pontificaux ayant régné au xxe siècle ? Pie X avait été canonisé, quarante ans après sa mort, par Pie XII. Depuis, Pie IX et Jean XXIII ont été faits bienheureux, première étape d’un chemin qui devrait les conduire à la canonisation. Les causes de Pie XII et de Paul VI sont en cours d’instruction. Un pape serait-il donc obligatoirement saint ? Et si oui, pourquoi écarter Benoît XV et Pie XI ?

  • 25 En 1999, sur 295 saints créés depuis 1978, 235 étaient Asiatiques, 57 Européens et 7 Américains. Pa (...)
  • 26 Paul VI les avait canonisés lors de son voyage en Afrique en 1964 à Kampala (Hilaire [dir.], 1996, (...)

19L’exceptionnelle fécondité créatrice du pontificat en cours ne doit cependant pas masquer la profonde continuité dans laquelle il s’inscrit. Certes, le nombre des saints non européens va croissant25, mais le choix de distinguer des témoins de l’expansion mondiale du christianisme est une constante depuis Léon XIII, dont on connaît le surnom de « pape des missions ». Pie XII avait été le premier à béatifer des martyrs chinois. Sur les quatre-vingt-trois saints canonisés par Paul VI, on compte les martyrs de l’Ouganda26. L’autre voie de continuité tient à l’accent mis sur le martyre. Pie XI avait béatifié plusieurs religieuses tuées sous la Révolution française ainsi que les prêtres et religieux assassinés lors des massacres de septembre 1792. On en retrouve sous Pie XII. Celui-ci, comme Paul VI plus tard, canonise des martyrs de la Réforme protestante, récupérant par là la mémoire douloureuse des guerres de religion, en Angleterre notamment. Avec Jean-Paul II, l’éventail s’est enrichi de nouveaux éléments : les martyrs de la Seconde Guerre mondiale et de l’Europe communiste.

20La papauté du xxe siècle a donc beaucoup canonisé voulant, rendre témoignage de l’histoire de l’Église tant dans sa dimension missionnaire que dans le souvenir des persécutions. Le caractère contemporain des saints n’est pas un phénomène nouveau. Il n’exclut pas pour autant la remise en mémoire de personnalités exceptionnelles d’un passé beaucoup plus lointain, dont on ne citera que deux exemples : en 1920, la canonisation de Jeanne d’Arc et, en 1989, celle d’Agnès de Bohême, moniale franciscaine du xiiie siècle devenue la patronne de la Tchéquie.

  • 27 Hilaire (dir.), 1996, pp. 443 et 480.
  • 28 De même, l’examen des dédicaces d’églises pourrait servir à évaluer la vitalité du culte des saints

21Un dernier élément de la politique de sainteté doit être évoqué. Il s’agit du recours au patronage de saints comme marqueurs d’une visée pastorale et d’une ambition apostolique ainsi que de la proclamation de « docteurs de l’Église ». Pour ces derniers, leur nombre s’est accru au cours du siècle passé27. Pie XI a proclamé quatre nouveaux docteurs : saint Pierre Canisius, saint Robert Bellarmin, saint Jean de la Croix et saint Albert le Grand. Saint Antoine de Padoue, objet d’une dévotion fort populaire, a accédé au doctorat sur décision de Pie XII en 1946. Jean XXIII a honoré saint Laurent de Brindes. Paul VI innove en 1970 en conférant ce titre exceptionnel à deux femmes : sainte Thérèse d’Ávila et sainte Catherine de Sienne. Jean-Paul II distingue en 1997 sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus (Thérèse de Lisieux). La décision pontificale de faire d’un saint le patron d’un groupe collectif renvoie à son rôle de modèle tout autant qu’à sa fonction d’intercesseur. En même temps, elle illustre un message spirituel. Ainsi, Pie XI fit-il de Thérèse de l’Enfant-Jésus la patronne des missions, au même titre que saint François Xavier (14 décembre 1927). Entre un homme qui avait évangélisé des terres jusqu’alors inconnues et une humble moniale recluse dans son carmel de Lisieux, quel pouvait être le lien sinon l’affirmation de l’efficacité de la prière dans la mission évangélisatrice et celle de la confiance en l’intercession de la jeune sainte ? Le 23 avril 1929, Pie XI, décidément très francophile dans ses choix, choisit de faire de saint Jean-Baptiste Vianney, curé d’Ars, le patron de tous les curés. Jean-Paul II associe au patronage de l’Europe, qu’occupait exclusivement saint Benoît, les saints évangélisateurs des pays slaves, Cyrille et Méthode. C’était en 1980, et l’on sait l’importance symbolique de ce geste de la part du premier pape non italien depuis Adrien d’Utrecht (1522-1523) et dans une Europe encore divisée sous le poids des conséquences de la seconde guerre mondiale et de la guerre froide. Canonisé en 1935 par Pie XI, Thomas More a été fait patron des responsables politiques par Jean-Paul II. On sait qu’actuellement l’Église s’interroge sur le patron à donner à Internet : deux exemples chrétiens de serviteurs de la science semblent en concurrence, Isidore de Séville et Thomas d’Aquin. L’analyse de chacune de ces décisions, depuis ces derniers exemples, peut-être anecdotiques, jusqu’à ceux plus chargés de signification, dessinerait sans aucun doute une utilisation très raisonnée de la sainteté comme outil pastoral et politique28. Nous nous contenterons, dans les limites d’un pointage des usages de la sainteté contemporaine, de souligner la vigueur de cet instrument et de nous interroger sur cette pratique de l’Église catholique.

Les saints contemporains29

  • 29 Toutes les données statistiques sont faites à partir de Congregatio de Causis Sanctorum, Index ac s (...)

22Si le regard se porte plus précisément sur les hommes et les femmes béatifiés et canonisés qui ont, au moins en partie, vécu au xxe siècle, l’analyse des aspects contemporains de la sainteté s’enrichit encore.

  • 30 Tallon, 1999.

23À l’époque moderne, la sainteté a sans aucun doute changé, non pas de nature, mais de signification ecclésiale. L’interruption, sans précédent dans l’histoire de l’Église, des canonisations entre 1523 et 1594 illustre assez les doutes qui ont accompagné les redéfinitions dogmatiques et disciplinaires du concile de Trente30. Puis, un nouvel âge d’or de la sainteté semble s’être déployé au xviie siècle. Non que les canonisations y aient été extrêmement nombreuses : on en dénombre 25 entre les pontificats de Clément VII (1592-1605) et d’Alexandre VIII (1689-1691), puis 29 au xviiie siècle (de Clément XI [1700-1721] à Clément XIII [1758-1769]) et enfin 80 entre 1800, date de l’accession au trône de Pie VII, et 1903, année de la mort de Léon XIII. Mais, parmi les créations du xviie siècle, on compte des saints que l’on peut qualifier de contemporains. Ainsi en est-il de saint Charles Borromée, archevêque de Milan, mort en 1584 et canonisé le 1er novembre 1610 par Paul V. La fameuse cérémonie de canonisation du 12 mars 1622 faisait monter sur les autels Ignace de Loyola (1491-1556), François Xavier (1506-1552), Thérèse d’Ávila (1515-1582) et Philippe Néri (1515-1595). Ce n’est pas la présence d’Isidore laboureur (c. 1080-c. 1130), saint patron de Madrid, qui modifie l’appréciation portée sur ces décisions de Grégoire XV (1621-1623). Il s’agissait bien de distinguer des modèles de vie et d’action ecclésiale, réformatrice ou missionnaire pour une catholicité d’après réforme.

  • 31 Pour plus de précision, nous avons distingué les saints ayant vécu dans un siècle et ceux qui ont é (...)

24Si l’on s’en tient aux deux derniers siècles, des pontificats de Pie VII à celui, à ce jour inachevé, de Jean-Paul II, on peut esquisser une approche statistique pour évaluer le poids des saints contemporains dans l’ensemble des canonisations. Nous avons essayé de les présenter dans le tableau (p. 177) où nous faisons apparaître le nombre global de nouveaux saints par pontificat, puis une répartition chronologique des saints selon le siècle où ils ont vécu31.

Tableau 2. – Répartition chronologique des saints canonisés par les papes des xixe et xxe siècles

Tableau 2. – Répartition chronologique des saints canonisés par les papes des xixe et xxe siècles

a Pour Jean-Paul II, les données de Congregatio de Causis Sanctorum, Index ac status causarum, arrêté à 1999, ont été complétées par la consultation du site internet du Vatican www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/index_saints_sp.html. Elles intègrent les canonisations de mai 2003 à Madrid et de juin 2003 à Rome.
b Parmi les 120 martyrs de Chine canonisés le 1er octobre 2000, on compte quatre enfants : deux de 9 ans (Paul Lang Fu et André Wang Tianqing), une de 11 ans (Marie Zheng Xu) et une de 14 ans (Ana Wang), tous tués en 1909. Nous les avons comptabilisés comme saints du xxe siècle.

25Une première conclusion peut être tirée de cette présentation synoptique : la papauté contemporaine a, depuis le pontificat de Pie XI, largement étendu aux hommes et femmes contemporains la reconnaissance canonique de la sainteté. Phénomène que confirme le tableau suivant, où nous rapprochons deux dates : celle du décès du saint et celle de sa canonisation. En nous intéressant à l’écart minimal, nous pouvons ainsi mesurer le caractère contemporain ou non de certaines canonisations et prendre conscience des écarts chronologiques qui révèlent les prudences ou les intentions de l’Église.

Tableau 3. – Écart minimal entre la date de la mort du saint
et celle de sa canonisation

Pontificats

Décès du saint

Canonisation

Intervalle

Pie VII

1640

1807

167 années

Grégoire XVI

1787

1839

52

Pie IX

1791

1867

76

Léon XIII

1783

1881

98

Pie X

1820

1909

89

Benoît XV

1862

1920

62

Pie XI

1897

1925

28

Pie XII

1917

1946

31

Jean XXIII

1922

1961

39

Paul VI

1925

1977

52

Jean-Paul IIa

1975

2002

27

a Nous tenons compte dans ce cas précis de la canonisation d’Escrivá de Balaguer, qui a eu lieu en 2002. Avant cette date, Maximilien Kolbe (mort en 1941 et canonisé en 1982) et Adéodat Mandic (mort en 1942 et canonisé en 1983) étaient les saints dont les délais de canonisations avaient été les plus courts.

26Même si l’échantillon est réduit, on peut dire que, tendanciellement, l’intervalle entre la mort du saint et sa canonisation se réduit au xxe siècle. Une étude de la moyenne, portant cette fois sur tous les saints, aboutirait à la même conclusion, qui se déduisait d’ailleurs du tableau 2.

  • 32 Les deux échantillons ne se recoupent pas puisque les saints, préalablement bienheureux, ne sont pl (...)

27Ce travail qui dessine les masses et met en lumière les chronologies et les tempi des canonisations doit être complété par les données tirées de l’échantillon des bienheureux32.

  • 33 Le nombre élevé de bienheureux sous les pontificats de Pie IX, Pie XI, Pie XII et Jean-Paul II tien (...)

Tableau 4. – Bienheureux proclamés par pontificats depuis Pie VII33

Pontificats

Nombre de bienheureux créés

Pie VII (1800-1823)

1

Léon XII (1823-1829)

4

Grégoire XVI (1831-1846)

1

Pie IX (1846-1878)

207

Léon XIII (1878-1903)

16

Pie X (1903-1914)

35

Benoît XV (1914-1922)

17

Pie XI (1922-1939)

347

Pie XII (1939-1958)

120

Jean XXIII (1958-1963)

3

Paul VI (1963-1978)

23

Jean-Paul II (1978-)a

1 267

a Pour Jean-Paul II, les données de Congregatio de Causis Sanctorum, Index ac status causarum, arrêté à 1999, ont été complétées par l’information fournie par le Vatican jusqu’en 2003.

  • 34 Léon XII (1823-1829) a béatifié quatre personnes. L’écart minimal était de 86 ans (décès en 1739, b (...)

Tableau 5. – Écart minimal entre la date de la mort du bienheureux
et celle de sa béatification34

Pontificats

Décès du bienheureux

Béatification

Intervalle

Pie VII

1713a

1818

105 années

Grégoire XVI

1710a

1834

124

Pie IX

1717a

1865

148

Léon XIII

1815a

1893

78

Pie X

1840a

1904

64

Benoît XV

1837a

1920

83

Pie XI

1860a

1926

66

Pie XII

1915a

1954

49

Jean XXIII

1914a

1959

55

Paul VI

1922a

1967

45

Jean-Paul II

1997a

2003

6

a Il s’agit, on l’aura reconnu, de Mère Teresa de Calcutta béatifiée le 19 octobre 2003.

28Les conclusions que nous avions proposées pour les rythmes des canonisations s’appliquent parfaitement aux béatifications. La réduction des délais entre la mort du vénérable et l’officialisation d’un culte sert à proposer des figures de plus en plus contemporaines et à montrer la fécondité de la vie de foi aux chrétiens d’aujourd’hui. L’inscription de la sainteté dans la pastorale est on ne peut plus claire. Il s’agit bien d’une « actualisation » de la sainteté, c’est-à-dire de la reconnaissance par l’Église de la permanence de modèles de vie dans des contextes sociaux et historiques mouvants.

  • 35 Voir Vauchez, 1999, chap. « Un surnaturel efficace et accessible : la sainteté », pp. 19-39, notamm (...)

29À l’image de ce que font les sociologues, est-il possible de dresser l’idéal-type du saint contemporain ? On connaît la typologie traditionnelle de l’Église, qui classe les saints en confesseurs et martyrs, papes, docteurs, évêques, vierges et veuves. Sans doute, cette classification sert-elle encore dans les dispositifs liturgiques, peut-être un peu moins dans l’appréhension ou la représentation sociale du saint. À cet égard, la fonction de modèle semble être dominante dans les mentalités contemporaines. L’intercession demeure plus comme un acte de foi que comme une réalité sociale, contrairement aux temps médiévaux35.

  • 36 Dauzet, 2002.

30La sociologie des saints contemporains proposée par le père Dominique-Marie Dauzet, sur un échantillon de 157 personnes – les saints canonisés morts après 1900 –, établit quelques conclusions36. Ces 157 personnes se répartissent en 87 hommes et 70 femmes, 15 laïcs (6 hommes, 9 femmes) et 142 clercs : 128 sont Européens, soit 81,5 % du total (dont 67 Italiens – 42,7 % du total général et 52,3 % du total européen –, 19 Polonais – 12,1 % du total général – et 16 Espagnols, soit un peu plus de 10 % du total). On constate une écrasante majorité de membres du clergé et la question se pose alors : s’agit-il d’une conséquence de la procédure de canonisation, le caractère bureaucratique et curial de son fonctionnement demandant une excellente connaissance des réseaux ainsi qu’une évidente mobilisation matérielle, c’est-à-dire financière ? Ou bien, cette prédilection pour les hommes d’Église et les religieuses n’exprime-t-elle pas la logique même de la constitution dogmatique Lumen gentium, dont on a vu qu’elle les plaçait au premier rang des appelés à la sainteté ? De là qu’on puisse se demander pourquoi les laïcs mariés, notamment, sont si absents des nouvelles promotions. Et le père Dauzet de s’interroger :

  • 37 Ibid., p. 105.

Et pourquoi une fondatrice de congrégation au xxe siècle dans un diocèse italien ou espagnol – aujourd’hui totalement inconnue, sinon par quelques centaines de ses filles ou de ses compatriotes – devrait-elle être béatifiée plus volontiers qu’un maçon, un médecin ou un chef d’entreprise qui a vécu dans la fidélité – parfois coûteuse, voire héroïque – à son baptême37 ?

  • 38 Dans ce bilan de dix ans de pontificat, où, fait curieux, on ne trouve aucune allusion aux canonisa (...)

31Faut-il voir donc dans ce caractère profondément clérical des canonisations de Jean-Paul II et dans la continuité évoquée avec ses prédécesseurs d’avant le concile (Pie XI et Pie XII) l’indice d’une mentalité plutôt tridentine, comme le pensent de fins connaisseurs de la vie de l’Église38 ?

  • 39 Lumen gentium, § 39-42.
  • 40 Riccardi, 2002. Voir la lettre apostolique du pape Jean-Paul II, Tertio millennio adveniente du 10  (...)
  • 41 La canonisation du Padre Pio (2002) apparaît à cet égard comme l’exception qui confirme la règle. C (...)

32À ces éléments, il faut ajouter des observations concernant les béatifications du dernier pontificat. On est frappé en effet par le primat du fait politique : c’est l’exaltation du martyr condamné par « haine de la foi » qui a conduit Jean-Paul II à mettre en avant les victimes religieuses de la Révolution française, de l’anticléricalisme mexicain, de la guerre civile espagnole et enfin de la seconde guerre mondiale. Tout dans la personnalité, l’histoire et la visée pastorale du pape actuel le portait à ces choix. On peut dire, sans se tromper, que Jean-Paul II a une vraie politique de la sainteté qui obéit, nous semble-t-il, à trois critères. Le premier se fonde sur Lumen gentium et l’appel universel à la sainteté39. Le deuxième est le souci de l’universalité du témoignage d’Église, avec cet éclatement géographique des saints et bienheureux qui, à l’image du Sacré Collège, restent majoritairement européens mais accueillent dans cette hiérarchie surnaturelle des membres de populations récemment évangélisées. D’où le troisième critère, celui de la contemporanéité et du martyre, l’un n’allant pas sans l’autre d’ailleurs dans l’esprit du pape40. Selon Jean-Paul II, à l’issue d’un siècle où la liberté religieuse a été bafouée et avec elle l’ensemble des libertés, l’Église a le devoir non seulement d’honorer la mémoire de ceux dont le sacrifice a été une résistance spirituelle, mais aussi celui de montrer aux fidèles du temps présent les enjeux de la plénitude d’une vie de foi. L’articulation entre le martyre et le renforcement de l’universalité de l’Église est nette dans l’ecclésiologie de Jean-Paul II, qui veut ancrer dans la mémoire des Églises locales leur histoire sainte. Aussi, loin de constituer une nébuleuse anarchique, les nouveaux bienheureux et saints reconnus par Jean-Paul II esquissent-ils une histoire surnaturelle de l’Église dans le monde. C’est là tout l’enjeu de la sainteté d’aujourd’hui, qui est bien une présence prolongée d’individus exceptionnels. Institutionnalisée, la sainteté se présente moins comme l’expression de régulations sociales plus ou moins spontanées, dispositif dans lequel le miracle joue un rôle crucial, que comme celle de l’interpénétration des deux cités, pour emprunter au vocabulaire d’origine augustinienne. L’Église valide par la canonisation son propre caractère surnaturel. Il lui est donné d’anticiper sur terre la communauté des élus. Le saint a une fonction proprement ecclésiale, plus forte que la fonction d’intercession sociale qui avait caractérisé les saints des premiers temps et ceux du Moyen Âge41.

33Au terme de ces réflexions, trois conclusions se dégagent. La première tient à ce que l’on serait tenté d’appeler l’« invariant de la sainteté ». Nous évoquons par là la définition catholique de celle-ci dans ses modalités modernes et contemporaines, mais aussi, sans doute, anciennes. Les parallèles que proposent certains auteurs, et parmi eux le pape Jean-Paul II, entre l’Église des premiers siècles et celle que nous connaissons de nos jours tiennent aux fils mystérieux que tissent entre le monde d’ici-bas et l’au-delà les saints martyrs. À cet égard, la doctrine chrétienne du martyre reste d’une remarquable fixité et s’enracine dans la méditation sur le sacrifice du Christ, acte suprême de la charité de Dieu. De même, on peut souscrire à l’affirmation d’André Vauchez selon laquelle

  • 42 Vauchez, 1988, p. 8.

en tant qu’expérience individuelle vécue par un homme ou une femme en quête de perfection, la sainteté chrétienne est, dans son essence même, intemporelle et toujours identique42.

L’historien paraîtrait donc devoir céder la place au théologien…

34La deuxième conclusion soulignera la continuité qui marque les politiques de canonisation depuis l’époque moderne jusqu’à nos jours. La centralisation romaine a produit ses effets. La politique de Jean-Paul II, pour spectaculaire qu’elle soit dans ses dimensions, reprend celle des pontifes du xxe siècle, avec pour seule nuance peut-être le pontificat de Paul VI. Valeur du martyre, universalité de l’Église, charité du missionnaire, importance de la vie de prière et du don de soi aux pauvres : tous ces traits, peu ou prou, permettraient de proposer une typologie croisée des saints canonisés au cours des deux derniers siècles. Sans doute, la curialisation de la procédure a favorisé une sainteté très ecclésiastique. Notons simplement qu’il est trop tôt pour que les effets nouveaux de Vatican II sur le rôle des laïcs dans la vie de l’Église puissent se traduire par de nouvelles formes de sainteté. D’autres auront à reprendre le dossier et à proposer dans cent ans une étude sur les canonisations du xxie siècle.

35Troisième et dernière conclusion : la sainteté exprime un rapport précis des catholiques à l’histoire de l’Église en particulier et à l’histoire en général. Traduction institutionnelle et pratique d’une proposition de foi – la communion des saints –, le phénomène de la sainteté transcende le temps et inscrit au cœur de l’aventure individuelle un principe d’hétéronomie. L’usage par le centre de la catholicité de cet instrument efficace révèle les inflexions pastorales de tel ou tel pape, à tel ou tel moment de l’histoire. Et l’on retrouve, là encore, l’accent mis sur les missions, l’évangélisation ou l’action des catholiques dans le monde.

  • 43 Hors de l’Église catholique, voir les propositions comparatistes entre communautés copte et musulma (...)

36Il reste un chantier énorme pour l’historien et le sociologue des religions. À la manière des spécialistes d’hagiographie médiévale ou moderne, le culte des saints à l’époque contemporaine aurait beaucoup à nous apprendre sur les structures mentales des croyants, leurs pratiques, les effets de la sécularisation de la pensée (quelle place tiennent les miracles aujourd’hui ? quelle valeur leur attribue-t-on ?) ou encore l’emprise sociale de l’Église43. Une géographie différenciée pourrait voir le jour, qui aurait le mérite de nous faire réfléchir sur l’homogénéité des représentations sociales de la sainteté, celles-là mêmes que l’Église promeut mais qui se heurtent à des environnements culturels et politiques tellement différents d’un continent à l’autre. La sainteté de l’époque moderne voyait poindre en son sein les promesses d’une évangélisation de mondes nouveaux. La sainteté contemporaine constitue-t-elle une affirmation strictement ecclésiale ou maintient-elle une dimension surnaturelle dans l’économie générale de cette présence de l’Église dans le monde ?

Haut de page

Bibliographie

Alberigo, Giuseppe (1988), « Jean-Paul II. Dix ans de pontificat », Études, 368 (5), pp. 669-681.

Ardura, Bernard (2002), « Béatiications et canonisations de Jean-Paul II », Communio. Revue catholique internationale pour l’intelligence de la foi, 37 (5-6), numéro thématique « La sainteté aujourd’hui », pp. 77-90.

Chanut, Frédéric (1999), « Une contribution à l’étude de la radiation des saints dans les ordos diocésains », dans Gérard Cholvy (éd.), La sainteté. Actes de la viie Université d’été du Carrefour d’histoire religieuse (Saint-Didier, Vaucluse, 9-12 juillet 1998), Montpellier, pp. 269-293.

Chiovaro, Francesco, Jean Delumeau, André Mandouze, Bernard Plongeron, Pierre Riché, Claude Savart et André Vauchez (1986-1988), Histoire des saints et de la sainteté chrétienne (10 t. en 11 vol.), Paris.

Cholvy, Gérard (éd.) (1999), La sainteté. Actes de la viie Université d’été du Carrefour d’histoire religieuse (Saint-Didier, Vaucluse, 9-12 juillet 1998), Montpellier.

Congregatio pro Causis Sanctorum, Index ac status causarum, Vatican, éd. de 1999.

Dauzet, Dominique-Marie (2002), « Faut-il encore canoniser ? », Communio. Revue catholique internationale pour l’intelligence de la foi, 37 (5-6), numéro thématique « La sainteté aujourd’hui », pp. 99-114.

Delooz, Pierre (1969), Sociologie et canonisation, Liège-La Haye.

Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique : doctrine et histoire (17 vol.), Paris, 1932-1995.

Dictionnaire de théologie catholique : contenant l’exposé des doctrines de la théologie catholique, leurs preuves et leur histoire (15 t. en 30 vol.), Paris, 1903-1950.

Fouilloux, Étienne (1993), Au cœur du xxe siècle religieux, Paris.

Hilaire, Yves-Marie (dir.) (1996), Histoire de la papauté. 2000 ans de mission et de tribulations, Paris.

Jounel, Pierre (1986), Le renouveau du culte des saints dans la liturgie romaine, Rome.

Langlois, Claude (2002), Le poème de septembre. Lecture du manuscrit B de Thérèse de Lisieux, Paris.

Mayeur-Jaouen, Catherine (1998), « Saints coptes et saints musulmans de l’Égypte du xxe siècle », Revue de l’histoire des religions, 215 (1), numéro thématique « Les voies de la sainteté dans l’islam et le christianisme »,pp. 39-186.

Riccardi, Andrea (2002), Ils sont morts pour leur foi. La persécution des chrétiens au xxe siècle, Paris.

Sacrosanctum concilium ou La liturgie, constitution conciliaire et directives d’application de la réforme liturgique, Paris, 2e éd. 1966.

Sorrel, Christian (1999), « La sainteté entre hagiographie et histoire », dans Gérard Cholvy (éd.), La sainteté. Actes de la viie Université d’été du Carrefour d’histoire religieuse (Saint-Didier, Vaucluse, 9-12 juillet 1998), Montpellier, pp. 5-30.

Tallon, Alain (1999) « La sainteté au temps du concile de Trente » dans Gérard Cholvy (éd.), La sainteté. Actes de la viie Université d’été du Carrefour d’histoire religieuse (Saint-Didier, Vaucluse, 9-12 juillet 1998), Montpellier, pp. 98-107.

Vauchez, André (1988), La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, Rome.

Vauchez, André (1999), Saints, prophètes et visionnaires. Le pouvoir surnaturel au Moyen Âge, Paris.

Haut de page

Notes

1 On pense notamment aux travaux de Claude Langlois sur la spiritualité de sainte Thérèse de Lisieux (voir Langlois) et d’Étienne Fouilloux sur la théologie contemporaine (voir Fouilloux, 1993).

2 Sorrel, 1999.

3 Pie XI a créé le 6 février 1930, au sein de la Congrégation des rites, une section historique chargée d’examiner l’authenticité des témoignages et avis recueillis au sujet de supposés saints dont la demande de canonisation était très largement postérieure à leur mort. Le 18 août 1883, dans une lettre sur les études historiques adressées aux cardinaux de Luca, Pitra et Hergenroether, Léon XIII avait insisté sur le rôle des historiens, l’examen critique des sources et des archives.

4 Lumen gentium, § 40.

5 Ibid., § 42.

6 « En son essence, la sainteté s’identifie à la charité, c’est-à-dire à l’Amour en son sens le plus pur, et la sanctification n’est pas autre chose que le cheminement vers une charité plus grande envers Dieu et le prochain. La charité n’a pas sa source en l’homme, mais en Dieu » ; voir « Sainteté-sanctification », dans le Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, vol. 13, col. 192.

7 « Culte des saints », Dictionnaire de théologie catholique, t. xiv (1), col. 974.

8 Urbain VIII avait beaucoup insisté sur ce point pour éviter les dérives liées à des phénomènes spontanés dans lesquels le contrôle ecclésial est nul.

9 Dans la constitution Divinus perfectionis magister de 1983, Jean-Paul II souligne la dimension collégiale de l’enquête et l’inscrit dans la dynamique du concile Vatican II.

10 Voir Vauchez, 1999, p. 36. Déjà dans la conclusion de sa thèse, A. Vauchez décèle en 1431, dans le procès qui conduit à la mort de Jeanne d’Arc, une manifestation du « refus [par les clercs] d’une sainteté vécue et reconnue par les simples » ; Vauchez, 1988, p. 629.

11 Vauchez, 1999, p. 36.

12 Sur ce point, voir Jounel, 1986.

13 Il s’agit de Thomas Becket, Bernard de Clairvaux, François d’Assise, Dominique, Claire, Thomas d’Aquin, Bonaventure et Louis IX de France.

14 Saint Charles Borromée, mort en 1584, canonisé en 1610, fait l’objet d’une fête semi-double à partir de 1652, puis double à partir de 1659. Ignace de Loyola, mort en 1556, canonisé en 1622, est inscrit au calendrier liturgique en 1644 (fête semi-double et double en 1667). Benoît XIV prescrit une double fête pour saint Vincent de Paul (mort en 1660, canonisé en 1729) en 1753. Saint Alphonse de Liguori (mort en 1787) entre dans le calendrier liturgique au moment même de sa canonisation en 1839. Pie XI, après avoir canonisé Thérèse de Lisieux en 1925, institue sa fête dès 1927. Voir Jounel, 1986. Le calendrier général romain de 1969 a abandonné la hiérarchie des fêtes semi-doubles, doubles et de premier rang et l’a remplacée par une autre qui distingue les mémoires facultatives (concernant les Églises locales, ainsi par exemple sainte Geneviève à Paris le 3 janvier), les mémoires (pour l’Église universelle, ainsi saint Philippe Néri le 26 mai) et les fêtes (pour la Vierge Marie et les apôtres notamment, ainsi saints Pierre et Paul le 29 juin).

15 Le 15 mai 1912, le pape Pie X invitait tous les évêques à corriger leur calendrier diocésain en supprimant les saints douteux et non attestés. Chanut, 1999, propose un exemple avec le travail accompli dans le diocèse de Toulouse sous l’autorité de Mgr Saliège.

16 « L’Église a introduit dans le cycle annuel les mémoires des martyrs et des autres saints qui, élevés à la perfection par la grâce multiforme de Dieu et ayant déjà obtenu possession du salut éternel, chantent à Dieu dans le ciel une louange parfaite et intercèdent pour nous. Dans les anniversaires des saints, l’Église proclame le mystère pascal en ces saints qui ont souffert avec le Christ et sont glorifiés avec lui, et elle propose aux fidèles leurs exemples qui les attirent tous au Père par le Christ, et par leurs mérites elle obtient les bienfaits de Dieu » (Sacrosanctum concilium, chap. 5, 104). « Selon la tradition, les saints sont l’objet d’un culte dans l’Église, et l’on y vénère leurs reliques authentiques et leurs images. Les fêtes des saints proclament les merveilles du Christ chez ses serviteurs et offrent aux fidèles des exemples opportuns à imiter. Pour que les fêtes des saints ne l’emportent pas sur les fêtes qui célèbrent les mystères sauveurs eux-mêmes, le plus grand nombre d’entre elles seront laissées à la célébration de chaque Église, nation ou famille religieuse particulière ; on n’étendra à l’Église universelle que les fêtes commémorant des saints qui présentent véritablement une importance universelle » (ibid., 111).

17 Sont inscrits au calendrier universel de 1969 pour l’Amérique du Nord, les jésuites français du xviie siècle Isaac Jogues, Jean de Brébeuf et leurs six compagnons (canonisés en 1930 par Pie XI) ; pour l’Amérique latine, Martin de Porrès, mort à Lima en 1639 et canonisé par Jean XXIII ; pour l’Afrique noire, Charles Lwanga et ses compagnons martyrisés entre 1886 et 1887 (Paul VI les canonisa en 1964) ; pour le Japon, Paul Miki et vingt-cinq martyrs crucifiés en 1597 à Nagasaki et canonisés par Pie IX en 1862 et pour l’Océanie, Pierre Chanel, assassiné en Polynésie le 28 avril 1841 et canonisé par Pie XII en 1954. Le pape Jean-Paul II y ajoutera Maximilien Kolbe, mort à Auschwitz, et les cent trois martyrs de Corée.

18 « De toute évidence, Jean-Paul II a fait des saints et des bienheureux les artisans de prédilection de son action pastorale, comme en témoignent les nombreuses canonisations et béatifications célébrées au cours de ses visites apostoliques sur tous les continents » (Ardura, 2002).

19 Pour une approche théorique de la sociologie des canonisations, voir Delooz, 1969, pp. 5-22.

20 Toutes ces données sont dans Ardura, 2002.

21 Ardura, 2002, p. 83.

22 Tertio millennio adveniente, 1994, § 37.

23 En 1987, 1989, 1990, 1992, 1993, 1995, 1997, 1998. C’est-à-dire avec une régularité qui dénote une attention particulière au cas espagnol. En 1987, la première « salve » de béatifications entraîna une « brouille » diplomatique avec le gouvernement socialiste de Felipe González.

24 Au regard des procédures mises en place, le délai qui a couru entre la mort d’Escrivá (1975), sa béatification (1992) et sa canonisation (2002) est rapide. Mais ce n’est pas la canonisation la plus rapide de l’histoire de l’Église. Ce délai de vingt-sept ans est celui que l’on trouve, au Moyen Âge, pour saint Louis. Notons cependant que la cause du successeur d’Escrivá à la tête de l’Opus Dei, Mgr Álvaro del Portillo, a été introduite aussi. On retrouve là une stratégie traditionnelle au sein de l’Église : les familles religieuses tentent de promouvoir le culte de leur fondateur. Cela ne va pas sans rivalités, pressions et enjeux politiques implicites et explicites.

25 En 1999, sur 295 saints créés depuis 1978, 235 étaient Asiatiques, 57 Européens et 7 Américains. Par contre, pour les béatifiés, le poids des martyrs européens est écrasant (884), alors que l’on ne compte que 20 Américains, 30 Asiatiques, 5 Africains et 1 Océanien.

26 Paul VI les avait canonisés lors de son voyage en Afrique en 1964 à Kampala (Hilaire [dir.], 1996, pp. 472-473).

27 Hilaire (dir.), 1996, pp. 443 et 480.

28 De même, l’examen des dédicaces d’églises pourrait servir à évaluer la vitalité du culte des saints.

29 Toutes les données statistiques sont faites à partir de Congregatio de Causis Sanctorum, Index ac status causarum.

30 Tallon, 1999.

31 Pour plus de précision, nous avons distingué les saints ayant vécu dans un siècle et ceux qui ont été à cheval sur deux.

32 Les deux échantillons ne se recoupent pas puisque les saints, préalablement bienheureux, ne sont plus comptés comme tels après leur canonisation.

33 Le nombre élevé de bienheureux sous les pontificats de Pie IX, Pie XI, Pie XII et Jean-Paul II tient à des actions qui reconnaissent à des groupes collectifs cette qualité de bienheureux. Pie IX honora ainsi 205 martyrs espagnols tués en Amérique au xviie siècle. Parmi les choix de Pie XI, il faut noter la présence des martyrs d’Orange, un groupe de 32 religieuses exécutées en 1794 pendant la Révolution, ainsi que celle des 191 martyrs des massacres de septembre 1792, toujours dans la conjoncture révolutionnaire. Cent six martyrs de la réforme anglaise du xviie siècle ont été reconnus par Pie XI en 1929. Chez Jean-Paul II, les grandes béatifications collectives ont distingué des victimes religieuses de la Révolution française (153, soit 12,1 % du total des bienheureux en 2003), de la guerre civile espagnole (449, soit 35,4 %), les martyrs polonais de la seconde guerre mondiale (108, 8,5 %). Si on ajoute les 25 prêtres assassinés au Mexique dans les années 1920, béatifiés et canonisés par Jean-Paul II – ce qui biaise les statistiques puisqu’ils apparaissent dans la liste des bienheureux et dans celle des saints –, le total des bienheureux morts martyrs de la foi dans un contexte politique bien précis représente 58 % du total des béatifications du pape polonais. Par contraste, on relèvera l’absence de béatification collective sous le pontificat de Paul VI, en la mettant en rapport avec la prudence qu’il avait décidé d’observer dans le souvenir douloureux des événements politiques du xxe siècle, notamment la guerre civile espagnole.

34 Léon XII (1823-1829) a béatifié quatre personnes. L’écart minimal était de 86 ans (décès en 1739, béatification en 1825).

35 Voir Vauchez, 1999, chap. « Un surnaturel efficace et accessible : la sainteté », pp. 19-39, notamment les pp. 36-39.

36 Dauzet, 2002.

37 Ibid., p. 105.

38 Dans ce bilan de dix ans de pontificat, où, fait curieux, on ne trouve aucune allusion aux canonisations – il est vrai que c’est dans la seconde partie du pontificat que le phénomène a pris une ampleur apparue comme décisive –, l’historien du concile Vatican II Giuseppe Alberigo écrit : « Il devient de plus en plus clair que le pape est guidé par une lecture de Vatican II sincèrement fidèle, encore que reposant, pour ce qui touche à la foi chrétienne et à l’engagement social de l’Église, sur une vision doctrinale essentiellement pré-conciliaire » (Alberigo, 1988, p. 676).

39 Lumen gentium, § 39-42.

40 Riccardi, 2002. Voir la lettre apostolique du pape Jean-Paul II, Tertio millennio adveniente du 10 novembre 1994. Au paragraphe 37, il y rappelle que « L’Église du premier millénaire est née du sang des martyrs » et il affirme : « Au terme du deuxième millénaire, l’Église est devenue à nouveau une Église de martyrs ». Si l’Église des premiers temps « s’est employée à consigner dans des martyrologes le témoignage des martyrs », il faut, « en notre siècle, [où] les martyrs sont revenus […], éviter de perdre leur témoignage dans l’Église. […] Il faut que les Églises locales fassent tout leur possible pour ne pas laisser perdre la mémoire de ceux qui ont subi le martyre, en rassemblant à cette intention la documentation nécessaire. Et cela ne saurait manquer d’avoir un caractère œcuménique marqué. […] Il reviendra au Siège apostolique, dans la perspective du troisième millénaire, de mettre à jour les martyrologes pour l’Église universelle, en accordant une grande attention à la sainteté de ceux qui, à notre époque aussi, ont vécu pleinement dans la vérité du Christ ».

41 La canonisation du Padre Pio (2002) apparaît à cet égard comme l’exception qui confirme la règle. Ce culte populaire réactualise complètement la valeur du saint homme comme intercesseur.

42 Vauchez, 1988, p. 8.

43 Hors de l’Église catholique, voir les propositions comparatistes entre communautés copte et musulmane égyptiennes contemporaines de Mayeur-Jaouen, 1998.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 2. – Répartition chronologique des saints canonisés par les papes des xixe et xxe siècles
Légende a Pour Jean-Paul II, les données de Congregatio de Causis Sanctorum, Index ac status causarum, arrêté à 1999, ont été complétées par la consultation du site internet du Vatican www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/index_saints_sp.html. Elles intègrent les canonisations de mai 2003 à Madrid et de juin 2003 à Rome.b Parmi les 120 martyrs de Chine canonisés le 1er octobre 2000, on compte quatre enfants : deux de 9 ans (Paul Lang Fu et André Wang Tianqing), une de 11 ans (Marie Zheng Xu) et une de 14 ans (Ana Wang), tous tués en 1909. Nous les avons comptabilisés comme saints du xxe siècle.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Pellistrandi, « La sainteté contemporaine », Mélanges de la Casa de Velázquez, 33-2 | 2003, 165-184.

Référence électronique

Benoît Pellistrandi, « La sainteté contemporaine », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 33-2 | 2003, mis en ligne le 06 janvier 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/234

Haut de page

Auteur

Benoît Pellistrandi

Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org