Navigation – Plan du site
Miscellanées

Les ivoires « orientalisants » de la péninsule Ibérique : réflexions stylistiques

«Orientalising» Ivories from the Iberian Pensinsula: Some Notes on Styles
Los marfiles «orientalizantes» de la Península Ibérica: reflexiones estilísticas
Hélène Le Meaux
p. 187-210

Résumés

La confrontation des ivoires de la péninsule Ibérique et du monde proche-oriental a permis de dégager les modalités d’échanges qui s’établissent entre ces deux corpus, à savoir, des emprunts directs au répertoire proche-oriental, des adaptations résultant de la simplification ou de la complexification d’éléments iconographiques ou encore la création d’images composites typiquement péninsulaires. De ces mécanismes stylistiques découlent des interrogations sur les ateliers. Cet article reprend les hypothèses concernant les artisans et les commanditaires et tend à nuancer la place qui a été faite à la cité de Cadix. La réflexion se déplace alors vers l’identité de l’art orientalisant péninsulaire par rapport aux autres arts orientalisants méditerranéens.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

  • 1 Cet article s’insère dans un travail doctoral soutenu en juin 2004 à l’Université Paris IV-Sorbonne (...)
  • 2 Bonsor, 1899, p. 133 ; Bonsor, 1928, p. 10 ; Poulsen, 1912, p. 53 et Albright, 1941, p. 22.
  • 3 Paris, 1908, pp. 226-227 ; Heuzey, 1900 et Poulsen, 1912, p. 53 pour les ivoires d’El Acebuchal ; G (...)
  • 4 Blanco, 1960, p. 22 ; Arribas, 1965, p. 58 ; Aubet Semmler, 1978, pp. 70 et 76 et Bisi, 1980, pp. 2 (...)

1Depuis 1899, année de la publication des premières découvertes par l’archéologue George Bonsor des nécropoles des Alcores de Carmona, dans la province de Séville, tant la filiation culturelle et stylistique que la chronologie des peignes, palettes et plaquettes en ivoire trouvés dans le mobilier des tombes ont été sujets de discussion1. En effet, considérés suivant les études, comme phéniciens2, carthaginois3 ou indigènes4, leur datation s’est déplacée entre le ixe et le ve siècle avant J.-C.

  • 5 Almagro-Gorbea, 1991 ; Almagro-Gorbea, 2002 et Almagro-Gorbea et al., 2005, pp.  1217-1233.
  • 6 Celestino Pérez et Jiménez Ávila, 1993 ; Celestino Pérez et al., 1996 et Celestino Pérez, 1997.
  • 7 González Navarrete, Unguetti Alamo et Arteaga Matute, 1980, p. 195 et Torrecillas González, 1985, p (...)
  • 8 Belén et al., 1997, pp. 173-174, fig. 40 et 41 et Argantonio, Rey de Tartessos, 2000, p. 277, cat. (...)
  • 9 Gran-Aymerich, 1990.
  • 10 Alarcão et Étienne (dir.), 1979, pp. 145-148, n. 244, pl. xxxv ; Correia, 1993 ; Alarcão, 1996 et A (...)

2Depuis lors, les recherches menées en Estrémadure — que ce soit dans la nécropole de Medellín5 (Mérida) ou dans le « palais-sanctuaire » de Cancho Roano6 (Zalamea de la Serena, Badajoz), en Andalousie dans la nécropole de Cerrillo Blanco7 (Porcuna, Jaén), dans la Casa-Palacio del Marqués de Saltillo8 (Carmona, Séville) et à Málaga9, ainsi que sur le site de Conimbriga10 au Portugal — ont permis d’augmenter de façon très notable le noyau initial constitué des ivoires des Alcores. De plus, les peignes en ivoire découverts dans les nécropoles phéniciennes de la colline de Junon et de Dermech, à Carthage, et les quatre exemplaires mis au jour dans l’Héraion de Samos forment avec les ivoires péninsulaires un ensemble homogène d’un point de vue stylistique, iconographique et technique.

  • 11 Le Meaux, 2005.
  • 12 Gras, Rouillard et Teixidor, 1995, p. 165 et Moscati, 1997, p. 622.

3Ces objets en ivoire entrent dans la production de la péninsule Ibérique qu’il est convenu de qualifier d’orientalisante11 ; dans cette étude, la réflexion sera menée à partir de cette notion même d’orientalisant. Cet adjectif, utilisé dans les travaux archéologiques pour désigner un processus stylistique particulier dans le temps et dans l’espace, conséquence des échanges entre le Proche-Orient et l’ensemble du Bassin Méditerranéen, recouvre en fait diverses acceptions12. Bien que très commode, le terme « orientalisant » a en effet le défaut de privilégier les ressemblances au détriment des dissemblances et d’entretenir le mirage d’uniformités stylistiques aussi bien à l’échelle d’un même pays ou d’une même région qu’à l’échelle méditerranéenne. Ce constat m’a conduite à proposer une définition stylistique des ivoires découverts dans la péninsule Ibérique pour ensuite aborder la question des ateliers.

Questions de styles

4Voir en quoi les ivoires péninsulaires peuvent être qualifiés d’orientalisants revient à rechercher des indices d’« orientalisation » en les confrontant directement aux productions levantines.

Images péninsulaires, images proche-orientales

5Le fait de combiner divers éléments iconographiques et divers styles est à la base même de la définition de l’art orientalisant. De l’analyse des images représentées sur les ivoires péninsulaires ressort un triple mécanisme :

  • des emprunts faits directement au répertoire proche-oriental ;

  • des adaptations résultant de la simplification ou de la complexification d’images proche-orientales ;

  • la création d’images composites, typiquement péninsulaires.

Emprunts directs et préférences

  • 13 Herrmann, 1986, fascicule iv, 2, pl. 176 et 180.
  • 14 Aubet Semmler, 1981-1982, pp. 236-237, fig. 1, pl. i A ; p. 237, fig. 1, pl. i B et p. 237, fig. 2, (...)
  • 15 Aubet Semmler, 1980, pp. 41-42, fig. 14, pl. xi-xii.

6Comparés à ceux de Nimrud13, les taureaux gravés sur les plaques du coffret de Bencarrón14 (fig. 1) montrent que cet animal est l’un des thèmes les plus proches du type oriental. De même, les représentations humaines d’inspiration égyptienne du tumulus d’Alcantarilla15 correspondent à celles du corpus phénicien sans que toutefois l’on puisse, en raison de leur état très fragmentaire, assurer une interprétation des scènes.

Fig. 1. — Plaque en ivoire de Bencarrón

Fig. 1. — Plaque en ivoire de Bencarrón

(Aubert, 1981-1982, p. 238, fig. 2)

  • 16 Aubet Semmler, 1979, p. 39, fig. 6, pl. vii A.
  • 17 Thureau Danginet al., 1931, vol. 2, pl. xlv. Ivoire conservé au musée du Louvre, Département des An (...)
  • 18 Herrmann, 1986, fascicule iv, 2, pl. 40.

7Néanmoins, les thèmes empruntés au corpus iconographique proche-oriental ne sont pas toujours ceux qui se retrouvent le plus fréquemment dans leur aire d’origine : c’est le cas par exemple de l’agencement de palmettes de type phénicien gravé sur une plaque de la Cruz del Negro16 (fig. 2, p. 190). Alors qu’à Arslan-Tash17 ce schéma est bien attesté, dans le palais syrien de Nimrud18 on préfère les superpositions de palmettes avec un éventail ouvert.

Fig. 2. — Plaque en ivoire de la Cruz del Negro

Fig. 2. — Plaque en ivoire de la Cruz del Negro

(Aubert, 1979, pl. vii A)

Simplification et complexification

8Comparées à l’iconographie des ivoires proche-orientaux, les variantes perceptibles sur les ivoires péninsulaires résultent de la simplification, de l’élimination ou, à l’inverse, du développement de certains détails.

  • 19 Aubet Semmler, 1980, p. 13, fig. 1, pl. i B.
  • 20 Herrmann, 1986, fascicule iv, 2, pl. 103.
  • 21 Karageorghis, 1973, pl. lxii.
  • 22 Notons qu’en Espagne certains sphinx portent le collier pectoral. Ainsi le sphinx gravé sur une pla (...)

9Que ce soit le nombre de pétales des palmettes ouvertes ou le dessin des ailes des hybrides et des crinières des lions, ils sont les témoins d’une tendance générale à la simplification. Ainsi, excepté le némès, le sphinx passant d’El Acebuchal19 (fig. 3) ne porte pas les attributs égyptiens courants qu’on reconnaît sur les exemples découverts en Syrie20 ou dans la tombe 79 de Salamine de Chypre21  : le devanteau, la couronne et le collier pectoral22.

Fig. 3. — Plaque en ivoire del Acebuchal

Fig. 3. — Plaque en ivoire del Acebuchal

(Aubert, 1980, p. 14, fig. 1 [gauche])

  • 23 Ivoire inédit, étudié au musée archéologique de Badajoz grâce à l’autorisation de M. Almagro-Gorbea (...)
  • 24 Aubet Semmler, 1981-1982, pp. 264-265, fig. 10, pl. vii A.

10Tout comme les sphinx, les griffons sont caractérisés par l’absence systématique de couronne ou de disque solaire et le devanteau est rarement porté. S’il est présent sur les palettes de Medellín23 et de Santa Lucía24 (fig. 4), les bandes décoratives sont représentées de manière horizontale, ce qui laisse penser qu’il pourrait s’agir de la figuration démesurée du collier pectoral.

Fig. 4. — Dessin du fragment de palette en ivoire de Santa Lucía

Fig. 4. — Dessin du fragment de palette en ivoire de Santa Lucía

(Aubert, 1981-1982, p. 263, fig. 10 [SL. 20])

  • 25 Aubet Semmler, 1979, p. 39, fig. 6, pl. vii B.

11À cette simplification répond la complexification dont témoigne de manière exemplaire l’excroissance des bourgeons axillaires des palmettes ouvertes. Se développent aussi de nouveaux éléments comme les fleurs fanées25 (fig. 5) et de nombreux détails anatomiques animaliers (musculature stylisée, plumes et boucles).

Fig. 5. — Plaque en ivoire de la Cruz del Negro

Fig. 5. — Plaque en ivoire de la Cruz del Negro

(Aubert, 1979, pl. vii B)

Images composites

  • 26 Almagro-Gorbea et al., 2005, pp. 1227-1228, fig 9.
  • 27 Ce type de bordure en « languettes » pointées est en effet le même que celui qui est utilisé dans l (...)

12Aux emprunts directs s’ajoutent des images plus complexes que je qualifierai de composites puisqu’elles résultent de l’amalgame d’éléments de provenances diverses ou appartenant à des motifs proche-orientaux différents. Ce phénomène est particulièrement frappant sur les exemplaires découverts dans la nécropole de Medellín où les représentations humaines témoignent du mélange des caractéristiques phéniciennes, syriennes et assyriennes. Ainsi, les deux personnages représentés sur une plaque fragmentaire26 possèdent-ils un profil syrien, une curieuse perruque intermédiaire entre le nemès et le claft égyptiens et un vêtement à manches courtes bordées de languettes de type assyrien27.

  • 28 Almagro-Gorbea, 1989, p. 237 et Almagro-Gorbea, 2002, pp. 59-73.

13De même, sur une autre plaque28 (fig. 6) découverte dans la même nécropole, le personnage luttant contre le taureau est très original avec sa coiffure à la pointe recourbée vers l’avant et non vers l’arrière comme c’est le cas dans l’iconographie de Syrie du nord.

Fig. 6. — Plaque en ivoire de Medellín

Fig. 6. — Plaque en ivoire de Medellín

(Almagro-Gorbea, 2002, p.60, fig.1)

  • 29 Almagro-Gorbea, 1991, p. 162.
  • 30 Winter, 1976.

14Le cas du personnage féminin ailé29 gravé sur un peigne de Medellín (fig. 7) est certainement le plus complexe puisque les volutes servent non seulement de base à la création d’une fleur, mais aussi constituent une partie du dessin des ailes ; les crosses se situent en effet dans la continuité de la frise de volutes décorant la première rangée de plumes. Comme l’a montré Irene Winter30 à partir de l’iconographie de Nimrud, le disque flanqué de boucles est un élément typiquement syrien et la frontalité une manière plus syrienne que phénicienne. Les diverses images ainsi créées sont combinées entre elles et assemblées pour former des compositions. L’analyse sérielle des images débouche donc sur l’étude des ensembles et la mise en évidence d’un système que l’on peut qualifier de collage.

Fig. 7. — Dessin du peigne en ivoire de Medellín

Fig. 7. — Dessin du peigne en ivoire de Medellín

(Almagro-Gorbeaet al., 2005, p.1227, fig.8)

Les scènes péninsulaires : copier-coller et substituer

15Les ivoires péninsulaires sont le support de variations iconographiques, de déclinaisons extrêmement diverses à partir d’un nombre limité d’éléments. Très stéréotypées, les scènes gravées sur les ivoires donnent l’impression d’avoir été réalisées par collage : bêtes réelles et fantastiques, le plus souvent au nombre de deux, sont posées de manière paratactique.

Copier-Coller

  • 31 Aubet Semmler, 1979, p. 22, fig. 1, pl. i D.
  • 32 Ibid., p. 50, fig. 7, pl. x.
  • 33 Le signe « W » a été interprété par George Bonsor comme le shin phénicien et comme le symbole d’une (...)
  • 34 Aubet Semmler, 1979, p. 22, fig. 2, pl. ii.

16Sur les peignes de la Cruz del Negro31 (fig. 8, p. 194) et d’Osuna32 (fig. 9, p. 194), l’artisan a répété l’image de deux animaux aux longues oreilles, couchés et retournant la tête. Cependant les détails ne sont pas exactement les mêmes, notamment en ce qui concerne le signe en forme de « W »33 gravé sur la croupe des herbivores ou encore le mode de représentation de leurs membres antérieures. De plus, à Osuna, l’un des quadrupèdes est coupé par le cadre. Ce même animal aux longues oreilles est repris sur les deux faces d’un autre peigne de la Cruz del Negro34 (fig. 10, p. 195), il est alors suivi d’un lion debout, la patte avant gauche posée sur le dos de l’herbivore.

Fig. 8. — Peigne en ivoire de la Cruz del Negro

Fig. 8. — Peigne en ivoire de la Cruz del Negro

(Aubert, 1979, pl. i D)

Fig. 9. — Dessin du peigne en ivoire d’Osuna, musée des Antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye, Dépôt du musée du Louvre, Département des Antiquités orientales, AM 1139

Fig. 9. — Dessin du peigne en ivoire d’Osuna, musée des Antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye, Dépôt du musée du Louvre, Département des Antiquités orientales, AM 1139

(Aubert, 1979, p.51, fig. 7)

Fig. 10. — Peigne de la Cruz del Negro

Fig. 10. — Peigne de la Cruz del Negro

(Aubert, 1979, pl. ii)

  • 35 Peigne inédit, exposé au Musée archéologique de Badajoz.

17L’utilisation de ce schéma de la patte levée, tout comme celui des animaux qui se retournent, est en fait très révélatrice du mécanisme d’élaboration des compositions. Sur plusieurs ivoires ibériques dont la décoration semble pouvoir être classée dans le répertoire de la cynégétique, l’animal attaqué par un autre personnage se retourne, dans l’attitude caractéristique de l’animal surpris. Toutefois, paradoxalement, ce même motif de l’animal surpris apparaît dans des scènes où c’est lui qui attaque, notamment sur un peigne de Medellín35 : le félin tournant la tête pose sa patte antérieure gauche sur l’arrière-train d’une chèvre. On est donc ici aussi en présence du collage d’éléments les uns à côté des autres sans logique apparente en l’absence de sources congruentes.

  • 36 Aubet Semmler, 1981-1982, pp. 240-241, fig. 4, pl. iii A.
  • 37 Voir ibid., pour une hypothèse de restitution de l’ensemble du coffret à partir des indices techniq (...)

18Trois plaques en ivoire gravées, découvertes par George Bonsor dans un des tumuli de Bencarrón36, témoignent d’une situation particulière puisque ces éléments qui étaient probablement rivés sur un coffret en bois37 font partie d’un même ensemble iconographique. En effet, on peut émettre l’hypothèse d’une lecture des scènes de manière continue, suivant les différentes faces de l’objet. Ainsi les lions, qui à la fois attaquent un taureau ou une gazelle et se retournent, pouvaient être simultanément eux-mêmes surpris par un personnage gravé sur une des autres plaquettes.

Substitutions et collages

19Divers thèmes sont interchangeables. C’est le cas du griffon et du lion, du griffon et du sphinx, du taureau et de la gazelle, de l’oiseau et de la fleur.

  • 38 Aubet Semmler, 1979, p. 33, fig. 5, pl. v C et D.
  • 39 Ibid., p. 48, fig. 5.

20Sur l’une des faces d’un grand peigne de la Cruz del Negro38 (fig. 11), le griffon situé à gauche de la scène est quasiment le même que sur l’autre face, il est en revanche remplacé par un lion à droite. La ressemblance physique entre le lion et le griffon n’est pas à négliger, le griffon emprunte son corps au lion et les fauves empruntent parfois leurs ailes aux griffons, comme c’est le cas sur le peigne de la collection de G. Bonsor conservé à Mairena del Alcor39.

Fig. 11. — Peigne de la Cruz del Negro

Fig. 11. — Peigne de la Cruz del Negro

(Aubert, 1979, pl. v C et D)

  • 40 Aubet Semmler, 1981-1982, pp. 239-240, fig. 3, pl. iv A.
  • 41 Ibid., p. 237, fig. 2, pl. ii.

21Dans les compositions similaires des deux faces d’une plaque de Bencarrón40 (fig. 12), le griffon et le sphinx occupent la même position. Leurs corps félins sont proches mais, contrairement au sphinx, le griffon déploie ses deux ailes. De plus, les plaques de Bencarrón41 montrent que le taureau et la gazelle occupent la même position dans des compositions identiques (fig. 13).

Fig. 12. — Plaque en ivoire de Bencarrón

Fig. 12. — Plaque en ivoire de Bencarrón

(Aubert, 1981-1982, pl. iv [haut])

Fig. 13. — Plaque en ivoire de Bencarrón

Fig. 13. — Plaque en ivoire de Bencarrón

(Aubert, 1981-1982, pl. ii)

  • 42 Aubet Semmler, 1979, p. 22, fig. 2, pl. ii.
  • 43 Ibid., p. 21, fig. 1, pl. i A et B.

22Le cas du peigne suivant de la Cruz del Negro42 (fig. 14) invite à réfléchir sur le rôle des oiseaux et des végétaux. Sur l’une de ses faces, deux fleurs se trouvent à l’arrière-plan du lion et de l’animal aux longues oreilles. Au verso, on retrouve la même plante derrière le cervidé couché, tandis qu’au niveau du dos du félin debout s’y « substitue » un oiseau couché en sens inverse. Ces oiseaux ainsi perchés sur les croupes des animaux se retrouvent sur un autre peigne de la Cruz del Negro43 (fig. 15) dont l’iconographie témoigne bien de ce phénomène de collage d’images.

Fig. 14. — Peigne de la Cruz del Negro

Fig. 14. — Peigne de la Cruz del Negro

(Aubert, 1979, p.21, fig. 2 [CN. 3])

Fig. 15. — Peigne de la Cruz del Negro

Fig. 15. — Peigne de la Cruz del Negro

(Aubert, 1979, p.20, fig. 1 [CN. 1])

  • 44 Aubet Semmler, 1981-1982, p. 237, fig. 1 et 2 ainsi que pp. 241 et 244.
  • 45 Almagro-Gorbea, 2002.

23Un dernier exercice de substitution et de collage peut être réalisé à partir de plaques en ivoire de Bencarrón44 (fig. 16 et 17) et de Medellín45 (fig. 6, p. 192). En remplaçant le taureau par le guerrier et d’autre part en extrayant et en combinant les deux éléments centraux, le taureau et le guerrier, on obtient le schéma de composition général de la plaque de Medellín.

Fig. 16. — Plaque en ivoire de Bencarrón

Fig. 16. — Plaque en ivoire de Bencarrón

(Aubert, 1981-1982, p. 236, fig. 1 [B.2])

Fig. 17. — Plaque en ivoire de Bencarrón

Fig. 17. — Plaque en ivoire de Bencarrón

(Aubert, 1981-1982, p. 240, fig. 4 [B.5])

  • 46 Angelo, 1989 ; Argantonio, Rey de Tartessos, 2002, cat. 148, p. 296 et Gubel, 2000 pour une palette (...)

24Ces collages aboutissent à des scènes novatrices. Extraits de compositions proche-orientales types, logiques et sensées, certains thèmes deviennent des éléments isolés ou bien se composent avec d’autres éléments. Ainsi, les bouquetins en train de manger les feuilles d’une palmette s’adaptent au cadre de la palette d’El Acebuchal46 à cupule centrale (fig. 18, p. 200).

Fig. 18. — Reconstitution d’une palette en ivoire d’El Acebuchal, Museo Arqueológico Provincial de Sevilla, ROD 116-117

Fig. 18. — Reconstitution d’une palette en ivoire d’El Acebuchal, Museo Arqueológico Provincial de Sevilla, ROD 116-117

(D’angelo, 1989, p. 126, fig. 1)

  • 47 Aubet Semmler, 1979, p. 33, fig. 5, pl. v C et D.

25C’est également le cas des chèvres retournant la tête qui semblent extraites de compositions antithétiques pour s’insérer, soit dans des défilés d’animaux passants, soit dans des scènes de combat. Le grand peigne de la Cruz del Negro47 constitue en fait une version originale du thème de l’arbre flanqué par des chèvres ou par des griffons. Sur l’autre face, les trois herbivores sont dans la même position, couchés et tournant la tête, créant alors un effet de répétition qui rappelle celui des défilés d’animaux. De même, si l’attitude des griffons péninsulaires correspond à celle des hybrides dans la scène proche-orientale de la victoire et de la soumission des ennemis, ils sont ici insérés dans des scènes animalières figées.

  • 48 Aubet Semmler, 1980, pp. 14-15, fig. 2, pl. i C.
  • 49 Aubet Semmler, 1979, pp. 55-57, fig. 9, pl. xii A et B.

26Les palmettes ouvertes illustrent aussi ce phénomène. En Espagne, comme dans l’art phénicien, elles sont représentées en frise horizontale ou au milieu d’agencements verticaux, mais elles deviennent aussi des éléments du paysage ; dans le cas précis du peigne aux chèvres couchées de la nécropole d’El Acebuchal48, la palmette unique se substitue au motif de l’arbre. De même, les fleurs et les boutons, en dehors de leurs compositions « classiques » en guirlande, sont parsemés au milieu des animaux à Samos49 et à la Cruz del Negro.

  • 50 Ibid.

27À l’inverse, les uræi du peigne de Samos50 sont représentés en frise continue, en guirlande ou en frise. C’est alors le type de composition courant dans l’iconographie orientale qui semble avoir été retenu par les artisans.

28Cette présentation des mécanismes mis en œuvre dans la création d’images et de scènes occidentales menée à partir des rapprochements avec l’iconographie proche-orientale reste hypothétique. Prouver que les motifs de la péninsule Ibérique s’inspirent effectivement des scènes orientales, revues puis décortiquées pour en tirer les éléments constitutifs, s’avère en effet irréalisable en l’absence d’indices congruents.

29Les variations iconographiques telles qu’elles ont pu être mises en évidence montrent qu’il n’existe pas de règle, en ce sens où il est par exemple impossible de déterminer des lois selon lesquelles les animaux entreraient dans des compositions. Les scènes restent relativement figées, les personnages traités de manière linéaire occupent l’espace au maximum. L’utilisation paratactique des quelques thèmes animaliers constitutifs du bestiaire orientalisant péninsulaire crée des scènes souvent uniques qui, paradoxalement, donnent plus une impression de répétition que de variété, répétition qui nous invite à considérer la question des ateliers dans la péninsule Ibérique.

Questions d’ateliers

30L’utilisation, à des kilomètres et à des années de distance, d’un même motif, d’un même type d’objet, d’une même technique ne va pas sans poser les problèmes de la tradition et de la propagation, problèmes solidaires en fait de deux questions plus générales : celles de la transmission d’un art et du développement des ateliers. C’est pour cette raison que la provenance des objets, leur destination et leur attribution, ainsi que l’origine des artisans, alimentent depuis le début des recherches sur le phénomène orientalisant des questions archéologiques majeures : historiques, géographiques et sociales. S’agit-il en effet d’œuvres importées d’Orient, principalement de la côte syro-palestinienne, ou bien d’œuvres fabriquées sur place par des artisans orientaux ou encore par des artisans indigènes ? De ces questions en découlent d’autres : s’il s’agit d’une œuvre fabriquée par un immigré, a-t-il travaillé comme il l’aurait fait dans son pays ou bien a-t-il adapté son art au nouveau goût, aux nouvelles tendances ?

  • 51 Notamment dans les nombreux travaux de M. E. AubetSemmler sur les ivoires et dans l’article de M. A (...)

31En ce qui concerne la Péninsule, bien que quelques influences et quelques particularités stylistiques aient pu être mises en évidence51, il ne me semble pas pour autant possible de parler d’ateliers au sens conventionnel du terme en archéologie classique, à savoir la mise en évidence de mains différentes et d’une organisation du travail. Néanmoins, il m’a paru intéressant de rappeler les hypothèses formulées au sujet de l’origine géographique et de la qualité du travail des artisans installés dans la Péninsule, ainsi que les hypothèses émises sur les commanditaires et sur ce qu’on appelle les ateliers de Cadix.

Autour des artisans

  • 52 Jiménez Ávila, 2002, p. 354.

32Interprétée comme la conséquence d’une évolution dans le temps, du rattachement à un milieu social ou encore à une aire géographique éloignée des établissements phéniciens de la côte, la simplicité de la facture des œuvres péninsulaires par rapport aux œuvres proche-orientales a aussi été expliquée par le degré de qualification des artisans immigrés52 qui travaillaient dans la péninsule Ibérique aux viie et vie siècles avant J.-C. Dans le cas des ivoires, s’il est indéniable que la technique de l’incision, prépondérante dans la péninsule Ibérique, est d’exécution plus rapide que celles du haut relief, du découpé et de l’insertion, à mon sens, ce constat ne peut toutefois pas servir de base solide à des hypothèses sur l’origine des artisans.

  • 53 Frankenstein, 1997, pp. 54 et 76.

33Susan Frankenstein53 replace dans le contexte des turbulences politiques de la fin du viiie siècle liées à l’empire assyrien l’émigration des maîtres auxiliaires et des apprentis jusque dans la Péninsule. Ces artisans qualifiés de « seconde catégorie », se seraient alors embarqués dans « l’aventure occidentale ». Néanmoins, la mise en relation de la qualité du travail avec la hiérarchie existante dans le monde artisanal reste discutable et il n’est pas évident, étant donné notre ignorance dans ce domaine, que les artisans apprentis émigraient plus facilement que leurs maîtres.

  • 54 Blázquez, 1993 et 1991.

34En réalité, la recherche de l’origine des artisans, d’ailleurs souvent controversée54, constitue à mon avis un faux problème ou, du moins, correspond à un déplacement de la question. En effet, tenter de mettre en évidence la présence d’artisans phéniciens, araméens, syriens, voire étrusques, dans la péninsule Ibérique, ne doit pas revenir à faire l’impasse sur le fait que les artisans, indépendamment de leur appartenance culturelle et ethnique, peuvent travailler « à la manière de ». Ce postulat resitue la question dans une perspective stylistique et débouche alors vers une autre réflexion, celle de l’apprentissage des artistes indigènes. Or, comme cela a été développé dans la première partie de cet article, au sein du corpus des ivoires découverts en Espagne l’influence proche-orientale est davantage perceptible du point de vue iconographique que technique. À la question de l’apprentissage des artisans occidentaux s’ajoute donc, logiquement, celle de la circulation des images orientales dans l’ensemble du Bassin méditerranéen, sujet qui nous mènerait trop loin dans le cadre de ce travail. Ce goût prononcé pour les thèmes orientaux m’amène maintenant à reprendre les hypothèses concernant la commande de ces œuvres.

Autour des commanditaires

  • 55 Rathje, 1979, p. 147.
  • 56 Winter, 1976 et 1983.

35Dans les recherches sur l’art en Méditerranée aux viiie-vie siècles avant J.-C., se demander si l’artiste immigré ou indigène a imité des œuvres orientales importées ou bien s’il les a créées en vue de répondre au goût des commanditaires55 est une question récurrente qui dérive en fait de nos connaissances actuelles sur l’art phénicien56 de la première moitié du ier millénaire avant J.-C. Les études phéniciennes se trouvent, en effet, confrontées à un déséquilibre géographique de la documentation disponible, plus vaste et plus diversifiée en Occident qu’au Proche-Orient. Certains objets tels que les coupes métalliques ne sont en effet attestés qu’en dehors de la côte syro-palestinienne. Ces œuvres apparemment destinées à l’exportation pourraient donc avoir subi des conditionnements extérieurs dans le choix des matières premières et des motifs décoratifs utilisés.

  • 57 Castro Curel, 1988 et Almagro-Gorbea,1996.

36Dans la péninsule Ibérique, le cas des ivoires est particulier. La typologie des peignes et des palettes en ivoire du corpus orientalisant, d’une part, n’est pas attestée avant la création des établissements phéniciens57 et, d’autre part, ne correspond pas à un emprunt direct de la typologie proche-orientale. Il s’opère donc, simultanément, une adaptation du répertoire iconographique et une adaptation des formes des objets. Sans qu’il soit possible d’aller plus en avant dans l’interprétation, cette adaptation des formes peut être mise en relation avec un usage indigène particulier, dans le cas présent funéraire et, par conséquent, avec les commanditaires.

37Les diverses œuvres en ivoire découvertes dans la péninsule Ibérique s’avèrent donc très différentes des œuvres phéniciennes exportées dans le Bassin méditerranéen. Cette originalité invite à alimenter l’hypothèse de l’existence d’ateliers péninsulaires.

Des ateliers

  • 58 Blanco, 1956 et 1960.
  • 59 Jiménez Ávila, 2002, pp. 355-357, pour la localisation et la commercialisation des objets en bronze (...)
  • 60 Perea, 1991.
  • 61 Pellicer Catalán, 2000.

38Dans la littérature archéologique, Cadix est considérée comme le centre de la création artistique des ivoires58, des bronzes59 et de l’orfèvrerie60 et, par conséquent, cette fondation phénicienne a traditionnellement été placée au cœur des interrogations sur les échanges intra-péninsulaires. Toutefois, dans une étude récente, Manuel Pellicer61 a présenté à partir des petits objets, en particulier les ægyptiaca (en l’occurrence ici des amulettes et des scarabées en faïence), de nouvelles hypothèses sur les voies de transmission des œuvres orientales et orientalisantes à l’intérieur de la Péninsule :

  • de Cadix vers l’intérieur de la Péninsule, jusqu’à Jaén et ses environs en suivant le Guadalquivir ;

  • depuis les établissements phéniciens de la côte méditerranéenne vers l’Ouest, jusqu’à Cadix et Huelva ;

  • en ce qui concerne l’Estrémadure, deux mouvements, l’un provenant des côtes du Portugal et l’autre de la région de Cadix.

39À partir de l’analyse de Manuel Pellicer, la cité de Cadix, plus précisément les différents îlots la constituant, peut donc être considérée tantôt comme centre de production, tantôt comme receveur et centre de diffusion.

  • 62 Celestino Pérez, 1997.
  • 63 González de Canales Cerisola et al., 2004.
  • 64 Garrido Roiz et Orta García, 1978, pp. 64 et 106-110.
  • 65 Schubart et Niemeyer, 1976, p. 151, pl. 17 et 46.
  • 66 Gran-Aymerich, 1985, pp. 137-140, fig. 4.1 et 1990, pp. 145-153.

40Dans le cas du travail de l’ivoire, le rôle bien spécifique attribué à la cité de Cadix ne repose cependant sur aucune preuve matérielle, pas plus qu’à Cancho Roano en Estrémadure où l’existence d’un atelier a été supposée62. À Huelva63, en revanche, dans des niveaux des ixe et viiie siècles, ont été mis au jour un grand fragment de défense d’éléphant, de nombreuses chutes de taille et des morceaux taillés en forme de parallélépipède ou de baguette qui témoignent de l’activité d’une industrie de tabletterie : au total 816 pièces dont un objet fini fragmentaire correspondant à un peigne à décor géométrique constitué de traits parallèles et de petits cercles incisés. D’autre part, il est intéressant de noter que, dans la nécropole de La Joya (Huelva)64, coexistent des ivoires orientaux et orientalisants. Sur la côte méridionale, un hypogée de Trayamar65 et les fouilles dans le centre de Málaga66 ont respectivement fourni un coffret non décoré et une plaque égyptisante en ivoire qui, d’un point de vue technique, pourraient correspondre à des importations.

  • 67 Ces défenses entières sont d’autant plus intéressantes qu’elles présentent des graffitis en phénici (...)
  • 68 Roldán Bernal, Martín Camino etPérez Bonet, 1995.
  • 69 Freyer-Schauenburg, 1966.
  • 70 Aubet Semmler, 1980.
  • 71 Bisi, 1967-1968, pp. 11-52, pl. i-viii. A. M. Bisi a changé d’avis en reconnaissant leur caractère (...)
  • 72 Ibid., en particulier pp. 37-42 pour les parallèles entre le style carthaginois et péninsulaire.

41Comme en témoignent respectivement la découverte de défenses d’éléphants africains67 de la cargaison phénicienne de Bajo de la Campana68 (Carthagène, Murcie) et l’ensemble constitué par les ivoires des Alcores de Séville, de Carthage et de Samos69, l’ivoire voyage sous sa forme brute entre l’Afrique et l’Espagne et circule sous la forme d’objets finis dans le Bassin méditerranéen aux viie-vie siècles. L’ensemble des peignes andalous, carthaginois et samiens a été l’objet de diverses hypothèses sur les ateliers de fabrication. Selon M. E. Aubet70, les ivoires de la nécropole de la Cruz del Negro proviendraient en effet d’un atelier en connexion avec les peignes découverts à Carthage71 dans les nécropoles de Dermech et de Douimès72. Malgré les différences stylistiques qui ont pu être mises en évidence par cette archéologue au sein du corpus des ivoires andalous, il me semble que l’ensemble de ces ivoires, et non seulement ceux du style de la Cruz del Negro, forme avec ceux de l’Héraion et de Carthage un corpus cohérent. De plus, les tombes des Alcores de Carmona se trouvent à quelques kilomètres les unes des autres, et la demande locale ne paraît pas avoir été assez importante pour que se soient formés et développés plusieurs ateliers.

42Toutefois, si l’état actuel de nos connaissances ne permet pas de répondre aux questions de savoir qui a fabriqué ces œuvres, où et comment s’organisait le travail — même si Huelva semble avoir été un centre de l’artisanat de l’ivoire —, la comparaison de l’art de l’ivoire avec les autres productions artistiques contemporaines invite à proposer de nouveaux axes d’investigation.

  • 73 Jiménez Ávila, 2002, pp. 357-358.
  • 74 Ibid., p. 354 pour la bibliographie antérieure.
  • 75 En ce qui concerne la céramique orientalisante de Carmona : Belén et al., 1997 ; la céramique de la (...)

43De fortes relations iconographiques et techniques se tissent de manière interne entre les divers artisanats73 — ivoire, peinture sur céramique, toreutique, orfèvrerie et sculpture en pierre — créant une communauté d’art péninsulaire aux viie-vie siècles avant J.-C. Les particularités ici mises en évidence à partir du corpus des ivoires sont applicables aux autres corpus ; la simplification des traits et l’importance donnée à la ligne sont, en partie, une conséquence de l’emploi de la technique de la gravure74. En ce sens, le plat en bronze d’El Gandul (fig. 19, p. 206) est très proche de la série des ivoires : dans un décor gravé de rosettes et de palmettes, les sphinx et les lions ailés défilent ou se font face. Simultanément se mettent en place des différences notables. Ainsi, le conventionnalisme des motifs et l’originalité des compositions définissent les ivoires par rapport aux traits extrêmement novateurs de la peinture vasculaire contemporaine75. C’est, à mon sens, dans cette optique plus générale de la définition de l’artisanat péninsulaire que les recherches sur les ateliers méritent d’être approfondies.

Fig. 19. — Plat d’El Gandul, Museo Arqueológico Provincial de Sevilla, ROD 9037

Fig. 19. — Plat d’El Gandul, Museo Arqueológico Provincial de Sevilla, ROD 9037

(Jiménez Avila, 2002, p. 451, pl. xxiii)

  • 76  Olmos, 2005.

44Ce travail tend à rendre sensible, à partir du corpus des ivoires péninsulaires, l’importance et les variations, sorte d’exercices de styles, qui s’opèrent aux viie-vie siècles avant J.-C. sous la forme d’emprunts, d’adaptations et de collages. Au-delà des questions aujourd’hui insolubles concernant ateliers et artisans, seule la confrontation stylistique des divers corpus de productions artistiques péninsulaires permettra de définir le style orientalisant de la Péninsule en lui donnant son identité propre, identité péninsulaire, mémoire de l’art ibérique76, et permettra de mettre en lumière plus largement une communauté d’art péninsulaire.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Alarcão, Jorge de (dir.) (1996), De Ulisses a Viriato. O primeiro milénio a.C. [Catálogo da Exposição sobre a Idade do Ferro em Portugal (Museu Nacional de Arqueología, 1996)], Lisboa.

Alarcão, Jorge de et Étienne, Robert (dir.) (1979), Fouilles de Conimbriga. VII. Trouvailles diverses, conclusions générales, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Albright, William Foxwell (1941), « New Light on the Early History of Phoenician Colonization », Bulletin of the American Schools of Oriental Research,83, pp. 14-22.
DOI : 10.2307/3218739

Almagro-Gorbea, Martín (1989), « Arqueología e Historia Antigua : el proceso protoorientalizante y el inicio de los contactos de Tartessos con el levante Mediterráneo », Gerión, Anejos II : Estudios sobre la Antigüedad en Homenaje al Profesor Santiago Montero Díaz, pp. 277-288.

Almagro-Gorbea, Martín (1991), « La necrópolis de Medellín. Influencia fenicia en los rituales funerarios tartésicos », dans I-IV Jornadas de arqueología fenicio-púnica (Ibiza, 1986-1989), Ibiza, pp. 233-252.

Almagro-Gorbea, Martín (1996), « Peines de marfil pre-coloniales en la Península Ibérica », dans Enrico Acquaro (éd.), Alle soglie della classicità. Il Mediterraneo tra tradizione e innovazione : studi in onore di Sabatino Moscati (3 vol.), Pisa – Roma, vol. 2, pp. 479-493.

Almagro-Gorbea, Martín (2002), « Melqart-Herakles matando al toro celeste en una placa ebúrnea de Medellín », Archivo Español de Arqueología (Madrid),75, pp. 59-73.

Almagro-Gorbea, Martín, Mederos, Alfredo, Torres, Mariano et Lorrio, Alberto (2005), « Fenicios y Tartésicos en Medellín (Badajoz) », dans A. Spano Giammellaro (éd.), Atti del VCongresso internazionale di Studi Fenici e Punici [Marsala-Palermo, 2-8 ottobre 2000] (3 vol.), Palermo, vol. 3, pp. 1217-1233.

Angelo, Maria d’ (1989), « Una scodellina ebúrnea da Acebuchal », Rivista di Studi Fenici, 17 (1), pp. 117-126.

Argantonio, Rey de Tartessos. Catálogo de la Exposición (Sevilla, febrero-abril de 2000 ; Madrid, mayo-julio de 2000 ; Alicante, julio-octubre de 2000), Carmen Aranegui (éd.), Sevilla, 2000.

Arribas, Antonio (1965), Los iberos, Barcelona.

Aubet Semmler, María Eugenia (1978), La necrópolis de Setefilla en Lora del Río, Sevilla (túmulo B), Barcelona.

Aubet Semmler, María Eugenia (1979), « Marfiles fenicios del Bajo Guadalquivir. I. Cruz del negro », Studia Archaeologica, 52 (monográfico).

Aubet Semmler, María Eugenia (1980), « Marfiles fenicios del Bajo Guadalquivir. II. Acebuchal y Alcantarilla », Studia Archaeologica, 63 (monográfico).

Aubet Semmler, María Eugenia (1981-1982), « Marfiles fenicios del Bajo Guadalquivir (y III) : Bencarrón, Santa Lucía y Setefilla », Pyrenae, 17-18, pp. 231-279.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barnett, Richard (1948), « Early Greek and Oriental Ivories », Journal of Hellenic Studies,68, pp. 1-25.
DOI : 10.2307/626296

Belén Deamos, María, Escacena Carrasco, José Luis, Anglada Curado, Rocío, Jiménez Hernández, A., Lineros Romero, Ricardo et Rodríguez Rodríguez, Isabel (1997), Arqueología en Carmona (Sevilla) : excavaciones en la casa-palacio del Marqués de Saltillo, Sevilla.

Bisi, Anna Maria (1967-1968), « I pettini d’avorio di Cartagine », Africa,2, pp. 11-52.

Bisi, Anna Maria (1980), « Elementi orientali e orientalizzanti nell’artigianato tartessio », Rivista di Studi Fenici,8 (2), pp. 225-235.

Blanco, Antonio (1956), « Orientalia. Estudio de objetos fenicios y orientalizantes en la Península », Archivo Español de Arqueología, 29 (93-94), pp. 3-51.

Blanco, Antonio (1960), « Orientalia II », Archivo Español de Arqueología, 33 (101-102), pp. 3-43.

Blánquez Pérez, Juan José (éd.) (2003), Cerámicas orientalizantes del Museo de Cabra, Cabra (Córdoba).

Blázquez Martínez, José María (1991), « La presencia de artesanos etruscos en Tartesos », dans José Remesal Rodríguez et Olimpo Musso (coord.), La presencia de material etrusco en la Península Ibérica, Barcelona, pp. 597-600.

Blázquez Martínez, José María (1993), « Sirios y Arameos en la colonización fenicia de Occidente », Rivista di Studi Fenici, 21 (suppl.), pp. 41-52.

Bonsor, George Edward (1899), « Les colonies agricoles pré-romaines de la vallée du Bétis », Revue archéologique, 35 (monographie).

Bonsor, George Edward (1928), Early Engraved Ivories in the Collection of the Hispanic Society of America, New York.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Castro Curel, Zaida (1988), « Peines prehistóricos peninsulares », Trabajos de Prehistoria, 45 (1), pp. 243-258.
DOI : 10.3989/tp.1988.v45.i0.613

Celestino Pérez, Sebastián (1997), « Santuarios, centros comerciales y paisajes sacros », Quaderns de prehistòria i arqueologia de Castelló, 18, pp. 359-389.

Celestino Pérez, Sebastián et JimÉnez Ávila, Francisco Javier (1993), El palacio-santuario de Cancho Roano. IV. El Sector Norte, Badajoz.

Celestino Pérez, Sebastián (éd.) (1996), El palacio-santuario de Cancho Roano. V-VI-VII. Los sectores oeste, sur y este, Madrid.

Cintas, Pierre (1970), Manuel d’archéologie punique. I. Histoire et archéologie comparées : chronologie des temps archaïques de Carthage et des villes phéniciennes de l’Ouest, Paris.

Correia, Virgílio Hipólito (1993), « Os materiais pré-romanos de Conímbriga e a presença fenícia no baixo vale do Mondego », Estudos Orientais, 4, numéro thématique « Os Fenícios no territótio português », pp.  229-283.

Frankenstein, Susan (1997), Arqueología del colonialismo : el impacto fenicio y griego en el sur de la Península Ibérica y el suroeste de Alemania, Barcelona.

Freyer-Schauenburg, Brigitte (1966), « Kolaios und die Westphönischen Elfenbeine », Madrider Mitteilungen,7, pp. 89-108.

García y Bellido, Antonio (1942), Fenicios y Cartagineses en Occidente, Madrid.

Garrido Roiz, Juan Pedro et Orta García, Elena María (1978), Excavaciones en la necrópolis de « La Joya » (Huelva). II. 3.a, 4.a y 5.a campañas, Madrid.

González de Canales Cerisola, Fernando, Serrano Pichardo, Leonardo et Llompart Gómez, Jorge (2004), El emporio fenicio precolonial de Huelva (ca. 900-770 a.C.), Madrid.

González Navarrete, Juan, Unguetti Alamo, C. et Arteaga Matute, Oswaldo (1980), « La necrópolis de “Cerrillo Blanco” y el poblado de “Los Alcores” (Porcuna, Jaén) », Noticiario Arqueológico Hispánico, 10, pp. 183-218.

Gran-Aymerich, Jean M. J. (1985), « Málaga fenicia y púnica », Aula Orientalia, 3 (1-2), pp. 127-147.

Gran-Aymerich, Jean M. J. (1990), « La scène figurée sur l’ivoire de Málaga et l’imagerie phénicienne », Semitica, 38, pp. 145-153.

Gras, Michel, Rouillard, Pierre et Teixidor, Javier (1995), L’univers phénicien, Paris.

Gubel, Eric (2000), « Nouveaux documents pour l’étude de la civilisation phénicienne », dans María Eugenia Aubet Semmler et Manuela Barthélemy (éd.), Actas del IV Congreso Internacional de estudios fenicios y púnicos [Cádiz, 2-6 de octubre de 1995] (4 vol.), Cádiz, vol. 3, pp. 1005-1018.

Herrmann, Georgina (1986), Ivories from Room SW 37, Fort Shalmaneser (2 vol.), fascicule iv de Ivories from Nimrud : 1949-1963,London.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Heuzey, Léon (1900), « À propos des fouilles de M. Gauckler à Carthage », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, pp. 16-17.
DOI : 10.3406/crai.1900.16398

Jiménez Ávila, Javier (2002), La toréutica orientalizante en la Península Ibérica, Madrid.

Karageorghis, Vassos (1973), Excavations in the Necropolis of Salamis. III (3 vol.), Nicosia.

Le Meaux, Hélène (2005), « Estilos orientalizantes : el caso de los marfiles peninsulares », dansSebastián Celestino Pérez et Javier Jiménez Ávila (éd.), El Periodo orientalizante. Actas del IIISimposio Internacional de Arqueología de Mérida : protohistoria del Mediterráneo Occidental (2 vol.), Mérida, vol. 2, pp. 1117-1135.

Mallowann, Max Edgar Lucien et Herrmann, Georgina (1974), Furniture from SW. 7 Fort Shalmanaser : Commentary, Catalogue and plates, fascicule iii de Ivories from Nimrud : 1949-1963, London.

Moscati, Sabatino (1997), « L’art orientalisant », dans Sabatino Moscati (dir.), Les Phéniciens. Abrégé du Catalogue de l’exposition (Venise, 1988),  Paris, pp. 622-627.

Olmos, Ricardo (2005), « Memoria histórica y tradición orientalizante en la iconografía ibérica », dansSebastián Celestino Pérez et Javier Jiménez Ávila (éd.), El Periodo orientalizante. Actas del III Simposio Internacional de Arqueología de Mérida : protohistoria del Mediterráneo Occidental (2 vol.), Mérida, vol. 2, pp. 1063-1075.

Pachón Romero, Juan Antonio et Carrasco Rus, Javier (2005), Las cerámicas policromas orientalizantes y del Bronce Final desde la perspectiva granadina, Granada.

Paris, Pierre (1908), « Promenades archéologiques en Espagne », Bulletin hispanique, 10 (3), pp. 221-242.

Pellicer Catalán, Manuel (2000), « El proceso orientalizante en el occidente ibérico », Huelva Arqueológica, 16, pp. 89-134.

Perea, Alicia (1991), « Metodología y técnicas actuales para el estudio de la orfebrería antigua : el taller de Cádiz », dans Atti del II Congresso internazionale di studi fenici e punici [Roma, 9-14 novembre 1987] (3 vol.), Roma, vol. 3, pp. 1133-1142.

Poulsen, Frederik (1912), Der Orient und die frühgriechische Kunst, Leipzig.

Rathje, Annette (1979), « Oriental Imports in Etruria in the Eight and Seventh Centuries B. C. : Their Origins and Implications », dans David Ridgway et Francesca R. Ridgway (éd.), Italy Before the Romans : the Iron Age, Orientalizing and Etruscan Periods, London, pp. 145-183.

Roldán Bernal, Blanca, Martín Camino, Miguel et Pérez Bonet, María Ángeles (1995), « El yacimiento submarino del Bajo de la Campana (Cartagena, Murcia). Catálogo y estudio de los materiales arqueológicos », Cuadernos de Arqueología Marítima, 3, p. 11-61.

Schubart, Hermanfrid et Niemeyer, Hans Georg (1976), Trayamar : los hipogeos fenicios y el asentamiento en la desembocadura del río Algarrobo, Madrid.

Thureau-Dangin, François, Barrois, Augustin-Georges, Dossin, Georges et Dunand, Maurice (1931), Arslan-Tash (2 vol.), Paris.

Torrecillas González, Juan Félix (1985), La necrópolis de época tartésica del « Cerrillo Blanco » (Porcuna, Jaén), Jaén.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Winter, Irene J. (1976), « Phoenician and North Syrian Ivory Carving in Historical Context : Questions of Style and Distribution », Iraq,38, pp. 1-22.
DOI : 10.2307/4200021

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Winter, Irene J. (1983), « Is there a South Syrian Style of Ivory Carving in the Early First Millenium B.  C. ? », Iraq, 43, pp. 101-130.
DOI : 10.2307/4200140

Haut de page

Notes

1 Cet article s’insère dans un travail doctoral soutenu en juin 2004 à l’Université Paris IV-Sorbonne, sous la direction de A. Farnoux et la tutelle de P. Rouillard, intitulé L’iconographie orientalisante de la péninsule Ibérique. Questions de styles et d’échanges. Je remercie vivement P. Rouillard et P. Moret pour leur relecture et leurs suggestions.

2 Bonsor, 1899, p. 133 ; Bonsor, 1928, p. 10 ; Poulsen, 1912, p. 53 et Albright, 1941, p. 22.

3 Paris, 1908, pp. 226-227 ; Heuzey, 1900 et Poulsen, 1912, p. 53 pour les ivoires d’El Acebuchal ; García y Bellido, 1942, p. 227 ; Barnett, 1948, p. 24 ; Cintas, 1970, p. 586 et Bisi, 1967-1968, p. 47.

4 Blanco, 1960, p. 22 ; Arribas, 1965, p. 58 ; Aubet Semmler, 1978, pp. 70 et 76 et Bisi, 1980, pp. 234-235.

5 Almagro-Gorbea, 1991 ; Almagro-Gorbea, 2002 et Almagro-Gorbea et al., 2005, pp.  1217-1233.

6 Celestino Pérez et Jiménez Ávila, 1993 ; Celestino Pérez et al., 1996 et Celestino Pérez, 1997.

7 González Navarrete, Unguetti Alamo et Arteaga Matute, 1980, p. 195 et Torrecillas González, 1985, pp. 77-78 et 115-118, fig. G et H.

8 Belén et al., 1997, pp. 173-174, fig. 40 et 41 et Argantonio, Rey de Tartessos, 2000, p. 277, cat. 115.

9 Gran-Aymerich, 1990.

10 Alarcão et Étienne (dir.), 1979, pp. 145-148, n. 244, pl. xxxv ; Correia, 1993 ; Alarcão, 1996 et Argantonio, Rey de Tartessos, 2000, p. 277.

11 Le Meaux, 2005.

12 Gras, Rouillard et Teixidor, 1995, p. 165 et Moscati, 1997, p. 622.

13 Herrmann, 1986, fascicule iv, 2, pl. 176 et 180.

14 Aubet Semmler, 1981-1982, pp. 236-237, fig. 1, pl. i A ; p. 237, fig. 1, pl. i B et p. 237, fig. 2, pl.  ii.

15 Aubet Semmler, 1980, pp. 41-42, fig. 14, pl. xi-xii.

16 Aubet Semmler, 1979, p. 39, fig. 6, pl. vii A.

17 Thureau Danginet al., 1931, vol. 2, pl. xlv. Ivoire conservé au musée du Louvre, Département des Antiquités Orientales, AO 11481.

18 Herrmann, 1986, fascicule iv, 2, pl. 40.

19 Aubet Semmler, 1980, p. 13, fig. 1, pl. i B.

20 Herrmann, 1986, fascicule iv, 2, pl. 103.

21 Karageorghis, 1973, pl. lxii.

22 Notons qu’en Espagne certains sphinx portent le collier pectoral. Ainsi le sphinx gravé sur une plaque fragmentaire d’Acebuchal (Aubet Semmler, 1980, p. 24, fig. 4, pl. iii C) et le sphinx du peigne de la Cruz del Negro (Aubet Semmler, 1979, p. 22, fig. 2, pl. iii A). Ce sphinx aux ailes pliées du peigne de la Cruz del Negro correspond à une adaptation locale du type ailé phénicien couché à l’égyptienne.

23 Ivoire inédit, étudié au musée archéologique de Badajoz grâce à l’autorisation de M. Almagro-Gorbea et de G. Kurtz. Les fouilles de la nécropole de Medellín sont en cours de publication par M. Almagro-Gorbea.

24 Aubet Semmler, 1981-1982, pp. 264-265, fig. 10, pl. vii A.

25 Aubet Semmler, 1979, p. 39, fig. 6, pl. vii B.

26 Almagro-Gorbea et al., 2005, pp. 1227-1228, fig 9.

27 Ce type de bordure en « languettes » pointées est en effet le même que celui qui est utilisé dans la représentation des cottes de maille assyriennes. Mallowann et Herrmann, 1974, pl.  xlviii.

28 Almagro-Gorbea, 1989, p. 237 et Almagro-Gorbea, 2002, pp. 59-73.

29 Almagro-Gorbea, 1991, p. 162.

30 Winter, 1976.

31 Aubet Semmler, 1979, p. 22, fig. 1, pl. i D.

32 Ibid., p. 50, fig. 7, pl. x.

33 Le signe « W » a été interprété par George Bonsor comme le shin phénicien et comme le symbole d’une divinité protectrice : Bonsor, 1899, pp. 8-9, 47-48 et 87-88.

34 Aubet Semmler, 1979, p. 22, fig. 2, pl. ii.

35 Peigne inédit, exposé au Musée archéologique de Badajoz.

36 Aubet Semmler, 1981-1982, pp. 240-241, fig. 4, pl. iii A.

37 Voir ibid., pour une hypothèse de restitution de l’ensemble du coffret à partir des indices techniques et iconographiques.

38 Aubet Semmler, 1979, p. 33, fig. 5, pl. v C et D.

39 Ibid., p. 48, fig. 5.

40 Aubet Semmler, 1981-1982, pp. 239-240, fig. 3, pl. iv A.

41 Ibid., p. 237, fig. 2, pl. ii.

42 Aubet Semmler, 1979, p. 22, fig. 2, pl. ii.

43 Ibid., p. 21, fig. 1, pl. i A et B.

44 Aubet Semmler, 1981-1982, p. 237, fig. 1 et 2 ainsi que pp. 241 et 244.

45 Almagro-Gorbea, 2002.

46 Angelo, 1989 ; Argantonio, Rey de Tartessos, 2002, cat. 148, p. 296 et Gubel, 2000 pour une palette décorée d’un sphinx couché.

47 Aubet Semmler, 1979, p. 33, fig. 5, pl. v C et D.

48 Aubet Semmler, 1980, pp. 14-15, fig. 2, pl. i C.

49 Aubet Semmler, 1979, pp. 55-57, fig. 9, pl. xii A et B.

50 Ibid.

51 Notamment dans les nombreux travaux de M. E. AubetSemmler sur les ivoires et dans l’article de M. Almagro-Gorbea sur la plaque en ivoire de Medellín (Almagro-Gorbea, 2002).

52 Jiménez Ávila, 2002, p. 354.

53 Frankenstein, 1997, pp. 54 et 76.

54 Blázquez, 1993 et 1991.

55 Rathje, 1979, p. 147.

56 Winter, 1976 et 1983.

57 Castro Curel, 1988 et Almagro-Gorbea,1996.

58 Blanco, 1956 et 1960.

59 Jiménez Ávila, 2002, pp. 355-357, pour la localisation et la commercialisation des objets en bronze. L’auteur reprend la question de Cadix, Huelva, Málaga et de l’Estrémadure.

60 Perea, 1991.

61 Pellicer Catalán, 2000.

62 Celestino Pérez, 1997.

63 González de Canales Cerisola et al., 2004.

64 Garrido Roiz et Orta García, 1978, pp. 64 et 106-110.

65 Schubart et Niemeyer, 1976, p. 151, pl. 17 et 46.

66 Gran-Aymerich, 1985, pp. 137-140, fig. 4.1 et 1990, pp. 145-153.

67 Ces défenses entières sont d’autant plus intéressantes qu’elles présentent des graffitis en phénicien.

68 Roldán Bernal, Martín Camino etPérez Bonet, 1995.

69 Freyer-Schauenburg, 1966.

70 Aubet Semmler, 1980.

71 Bisi, 1967-1968, pp. 11-52, pl. i-viii. A. M. Bisi a changé d’avis en reconnaissant leur caractère tartessien.

72 Ibid., en particulier pp. 37-42 pour les parallèles entre le style carthaginois et péninsulaire.

73 Jiménez Ávila, 2002, pp. 357-358.

74 Ibid., p. 354 pour la bibliographie antérieure.

75 En ce qui concerne la céramique orientalisante de Carmona : Belén et al., 1997 ; la céramique de la province de Jaén : Pachón Romero et Carrasco Rus, 2005 ; la céramique de la province de Cordoue : Blánquez Pérez (éd.), 2003.

76  Olmos, 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Plaque en ivoire de Bencarrón
Crédits (Aubert, 1981-1982, p. 238, fig. 2)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-1.png
Fichier image/png, 42k
Titre Fig. 2. — Plaque en ivoire de la Cruz del Negro
Crédits (Aubert, 1979, pl. vii A)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-2.png
Fichier image/png, 70k
Titre Fig. 3. — Plaque en ivoire del Acebuchal
Crédits (Aubert, 1980, p. 14, fig. 1 [gauche])
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-3.png
Fichier image/png, 10k
Titre Fig. 4. — Dessin du fragment de palette en ivoire de Santa Lucía
Crédits (Aubert, 1981-1982, p. 263, fig. 10 [SL. 20])
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-4.png
Fichier image/png, 5,9k
Titre Fig. 5. — Plaque en ivoire de la Cruz del Negro
Crédits (Aubert, 1979, pl. vii B)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-5.png
Fichier image/png, 145k
Titre Fig. 6. — Plaque en ivoire de Medellín
Crédits (Almagro-Gorbea, 2002, p.60, fig.1)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-6.png
Fichier image/png, 56k
Titre Fig. 7. — Dessin du peigne en ivoire de Medellín
Crédits (Almagro-Gorbeaet al., 2005, p.1227, fig.8)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-7.png
Fichier image/png, 43k
Titre Fig. 8. — Peigne en ivoire de la Cruz del Negro
Crédits (Aubert, 1979, pl. i D)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-8.png
Fichier image/png, 77k
Titre Fig. 9. — Dessin du peigne en ivoire d’Osuna, musée des Antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye, Dépôt du musée du Louvre, Département des Antiquités orientales, AM 1139
Crédits (Aubert, 1979, p.51, fig. 7)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-9.png
Fichier image/png, 102k
Titre Fig. 10. — Peigne de la Cruz del Negro
Crédits (Aubert, 1979, pl. ii)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-10.png
Fichier image/png, 281k
Titre Fig. 11. — Peigne de la Cruz del Negro
Crédits (Aubert, 1979, pl. v C et D)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-11.png
Fichier image/png, 111k
Titre Fig. 12. — Plaque en ivoire de Bencarrón
Crédits (Aubert, 1981-1982, pl. iv [haut])
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-12.png
Fichier image/png, 95k
Titre Fig. 13. — Plaque en ivoire de Bencarrón
Crédits (Aubert, 1981-1982, pl. ii)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-13.png
Fichier image/png, 130k
Titre Fig. 14. — Peigne de la Cruz del Negro
Crédits (Aubert, 1979, p.21, fig. 2 [CN. 3])
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-14.png
Fichier image/png, 44k
Titre Fig. 15. — Peigne de la Cruz del Negro
Crédits (Aubert, 1979, p.20, fig. 1 [CN. 1])
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-15.png
Fichier image/png, 28k
Titre Fig. 16. — Plaque en ivoire de Bencarrón
Crédits (Aubert, 1981-1982, p. 236, fig. 1 [B.2])
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-16.png
Fichier image/png, 46k
Titre Fig. 17. — Plaque en ivoire de Bencarrón
Crédits (Aubert, 1981-1982, p. 240, fig. 4 [B.5])
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-17.png
Fichier image/png, 72k
Titre Fig. 18. — Reconstitution d’une palette en ivoire d’El Acebuchal, Museo Arqueológico Provincial de Sevilla, ROD 116-117
Crédits (D’angelo, 1989, p. 126, fig. 1)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-18.png
Fichier image/png, 31k
Titre Fig. 19. — Plat d’El Gandul, Museo Arqueológico Provincial de Sevilla, ROD 9037
Crédits (Jiménez Avila, 2002, p. 451, pl. xxiii)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2402/img-19.png
Fichier image/png, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Le Meaux, « Les ivoires « orientalisants » de la péninsule Ibérique : réflexions stylistiques », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 187-210.

Référence électronique

Hélène Le Meaux, « Les ivoires « orientalisants » de la péninsule Ibérique : réflexions stylistiques », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/2402

Haut de page

Auteur

Hélène Le Meaux

Ancienne membre de la Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org