Navigation – Plan du site
Le temps des saints

Présentation

Jean Croizat-Viallet et Marc Vitse
p. 11-14

Texte intégral

1Sous le titre « Le temps des saints », nous entendons mettre en relief deux aspects complémentaires que le lecteur pourra découvrir dans les sept articles qui constituent ce dossier. Temps des saints, le Siècle d’or l’est par le nombre de saints ayant vécu au xvie et au xviie siècle et qui furent béatifiés ou canonisés par le Saint-Siège dans la même période. Pour ne citer que les plus connus : Thérèse d’Ávila, Ignace de Loyola, François Xavier, Jean d’Alcántara, Luis Beltrán, Thomas de Villanova ou encore Jean de Dieu. Temps des saints, le Siècle d’or l’est aussi et peut-être surtout par l’ampleur culturelle et sociale du culte qui leur a été rendu. Ses formes ou ses supports sont innombrables : statues, tableaux, gravures et vignettes populaires ; littérature hagiographique, poésie et théâtre ; musique sacrée, liturgie et prédication ; chorographies et panégyriques des villes, sans oublier les fêtes locales, processions et rogations où se côtoient le profane et le sacré, tous ces éléments de la dévotion créés pour célébrer le culte des saints sont bel et bien un trait constant de la culture renaissante et baroque ibérique.

2Non que l’importance doctrinale ait été mise de côté. On verra l’Église catholique post-tridentine soucieuse d’ancrer dans les consciences le dogme de la communion des saints et appeler les fidèles à un perfectionnement intérieur dont le premier modèle demeure avant tout le Christ. L’Église sera tout aussi soucieuse de proposer aux fidèles un horizon de sainteté éloigné des saints visionnaires et thaumaturges du passé, saints incontestablement admirables mais difficilement imitables dans une société en profonde mutation. Ce recentrement, qui se traduit par une plus grande exigence dans les procédures de béatification et de canonisation, comme en témoigne la synthèse de Jean-Robert Armogathe, permet à cette Église d’affirmer sa singularité doctrinale face au monde protestant en insistant sur le rôle d’intercesseurs donné aux plus parfaits de ses enfants. On voit donc l’enjeu que revêt alors le culte des saints dans une époque de redéfinition dogmatique et de conflit doctrinal.

3Devant la richesse des sources utilisées et des perspectives, nous invitons le lecteur à choisir deux axes de lecture qui privilégient tel ou tel aspect de la question. Cependant, nous avons tenu à respecter l’ordre chronologique dans l’ordonnancement des différentes contributions. Leur lecture suivie permet à notre sens de saisir des évolutions et des ruptures qu’un parcours synchronique ou thématique risque de rendre moins claires.

4Deux articles sembleront à première vue périphériques en cela qu’ils s’ancrent dans des temps et des espaces qui ne sont pas le Siècle d’or. Celui de Benoît Pellistrandi clôt le dossier et sert de contrepoint à l’ensemble. L’auteur analyse le phénomène de la sainteté à l’époque contemporaine en retraçant une histoire des canonisations et des béatifications depuis le xviie siècle jusqu’au pontificat de Jean-Paul II. Cet apport permet de mesurer la grande continuité dans les procédures de canonisation mises en place depuis le xviie siècle et présentées dans l’article liminaire de Jean-Robert Armogathe. Il montre aussi, par le nombre considérable de canonisations déclarées, surtout à compter de la seconde moitié du xxe siècle, une volonté de rendre plus visible, et sans doute plus accessible, la sainteté pour le commun des fidèles, dans un contexte nettement marqué par la déchristianisation. Il n’en reste pas moins que la comparaison des deux périodes, le Siècle d’or et l’époque contemporaine, fait ressortir aussi des intérêts politiques qui s’ajoutent aux considérations pastorales et spirituelles. Les conclusions auxquelles parviennent Jean-Robert Armogathe et Benoît Pellistrandi montrent bien les enjeux multiples de ce qu’il est convenu d’appeler, depuis Angelo Turchini, « la fabrique des saints ».

5L’article d’Éric Suire, lui aussi périphérique, nous transporte hors d’Espagne, dans une France déchirée par les conflits entre catholiques et protestants. L’auteur retrace l’évolution et les variations de la production hagiographique catholique au cours du xvie siècle jusqu’à la fin du règne d’Henri IV. Tout en soulignant l’influence de la spiritualité castillane chez les catholiques français, l’article porte surtout sur les productions dévotes comme les légendiers et les Vies de saints qui sont publiés à l’époque. Le reflux de ce genre de littérature dans les années médianes du siècle est en grande partie imputable à la montée en force des réformés et à leur volonté de remplacer les modèles hagiographiques anciens par une sainteté fondée exclusivement sur l’imitatio Christi. La situation française manifeste un contraste sensible avec l’Espagne. Ce contraste permet de donner tout son sens apologétique et propagandiste à l’impressionnante production hagiographique espagnole à la même période.

6Au cœur du dossier, un premier axe invite le lecteur à s’intéresser à la « fabrique des saints », déjà étudiée d’un point de vue normatif et institutionnel par Jean-Robert Armogathe. Il est intéressant de mettre en rapport cette synthèse avec l’article de Sylvène Édouard, dans lequel est retracée l’enquête hagiographique confiée par Philippe II à Ambrosio de Morales en 1572, soit quinze ans avant la création de la Congrégation des Rites par le Saint-Siège. Cette enquête avait pour but de recenser les reliques authentiques de saints anciens conservées dans le Nord-Ouest de l’Espagne et de transférer à l’Escorial les plus importantes d’entre elles, c’est-à-dire celles qui pouvaient servir directement la monarchie hispanique. La démarche peu scientifique du commis de Philippe II, acharné collectionneur de reliques, est révélatrice d’une dévotion qui n’hésite pas à prêter foi aux légendes hagiographiques les plus douteuses. Mais là n’est pas l’intérêt majeur de cette enquête. Il s’agit surtout d’asseoir le mythe d’une christianisation très ancienne de l’Hispania en vue de renforcer la légitimité historique de la politique des Rois Catholiques, garants de l’unité de la foi depuis les temps glorieux de la Reconquête. L’historiographie de Morales contribue donc à une sorte de mythification de l’histoire de l’Espagne, relayée par d’autres auteurs au Siècle d’or.

7De la fabrique consciencieuse des saints par le Saint-Siège à ces « reconstructions » fictives du passé, le lecteur devinera encore une fois des enjeux idéologiques de première importance pour la construction identitaire de la Monarchie Catholique.

8Le second parcours que nous proposons est de considérer le culte des saints à partir de leurs supports matériels. Les reliques constituent bien évidemment le support le plus important car leur sont associés de nombreux miracles, comme le souligne Sylvène Édouard dans l’article antérieurement cité. Il faut cependant ajouter l’apport considérable de l’iconographie qui est analysée par Cécile Vincent-Cassy dans le cas de Séville. L’auteur tire parti des analyses des tableaux et des gravures pour montrer quel type de sainteté est proposé aux Sévillans, à travers les figures concurrentes de sainte Juste et sainte Rufine d’une part, et Ferdinand III d’autre part. L’opposition entre les cultes locaux anciens et un nouveau culte « royal » défendu par les Habsbourg révèle, dans le cas sévillan, la volonté de la monarchie de construire une identité qui dépasse la sphère locale.

9Il reste un troisième support analysé dans des perspectives différentes par Isabelle Poutrin et Michel Cavillac. Il s’agit de l’immense et très populaire littérature hagiographique, dont la Légende dorée de Jacques de Voragine et ses multiples plaquettes publiées dès les premiers temps de l’imprimerie tant en France qu’en Espagne. Il faut aussi mentionner le Flos sanctorum du jésuite Pierre de Ribadeneyra, qui connut en Espagne et aussi en France une grande renommée et qui fut à l’origine d’un renouveau hagiographique dans l’Europe septentrionale, notable dans les Flandres où la Compagnie de Jésus marqua des points sur les ordres mendiants.

10Pour sa part, Isabelle Poutrin analyse l’impact fondamental qu’a eu au xviie siècle la lecture des Vies de saintes mystiques sur la vocation et la conduite spirituelles des nonnes. Cette étude nous permet de mieux comprendre le processus d’apprentissage des religieuses à travers la connaissance des Vies de saints. L’auteur insiste tout particulièrement sur le rôle de modèles et d’exemples que ces ouvrages ont pu jouer. Mais Isabelle Poutrin dégage aussi, à partir du règne de Charles II, une progressive méfiance des autorités ecclésiastiques face aux témoignages de grâces ou d’états mystiques reçus par les religieuses et inspirés des grands mystiques comme Catherine de Sienne et Thérèse d’Ávila. Il semble qu’une distance se creuse donc entre hagiographie et mysticisme, préparant à terme un renouveau des modèles de sainteté féminine.

11De l’hagiographie à sa réception littéraire, tel est le parcours que propose enfin Michel Cavillac en s’appuyant sur une œuvre de fiction, le Guzmán de Alfarache. L’auteur analyse la figure religieuse et folklorique de saint Jean-Baptiste et son insertion dans une œuvre majeure de la période, marquée à plus d’un titre par la spiritualité franciscaine. Cette approche originale permet de mettre en rapport le sens pénitentiel attaché traditionnellement à la figure du saint et la trajectoire repentante du pícaro, et d’ancrer l’écriture de fiction dans les préocupations morales et réformatrices de Mateo Alemán.

12On pourra regretter que les travaux réunis dans ce dossier négligent certaines approches, en particulier celles qui touchent les sensibilités religieuses engagées dans les diverses formes de dévotions. Un constat s’impose cependant : la permanence au cœur du Siècle d’or d’une mentalité ouverte aux miracles et au merveilleux, alors même qu’avance dans la seconde moitié du xviie siècle un rationalisme sceptique et même franchement critique dès lors qu’il s’agit de revisiter l’hagiographie traditionnelle. Il s’agit là sans doute d’attitudes limitées à une élite. La foi simple, les menues pratiques dévotes, l’optimisme intrinsèque que comporte le culte des saints intercesseurs et la croyance forte en leur intervention ici-bas, forment comme la toile de fond sur laquelle tente de s’affirmer une compréhension de la sainteté qui tient avant tout au perfectionnement personnel. Comme on le voit, les leçons à tirer de la lecture de ce dossier engagent les chercheurs à nuancer les analyses générales et à préserver la personnalité plurielle de la sainteté à l’âge classique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Croizat-Viallet et Marc Vitse, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez, 33-2 | 2003, 11-14.

Référence électronique

Jean Croizat-Viallet et Marc Vitse, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 33-2 | 2003, mis en ligne le 03 décembre 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/241

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org