Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Jean Passini, Casas y casas principales urbanas. El espacio doméstico de Toledo a fines de la Edad Media

Pierre Guichard
p. 308-311
Référence(s) :

Jean Passini, Casas y casas principales urbanas. El espacio doméstico de Toledo a fines de la Edad Media, Toledo, Universidad de Castilla-La Mancha, 2004, 725 pp.

Texte intégral

1Jean Passini, chercheur du CNRS doté d’une formation d’architecte et d’une longue expérience de travail en Espagne, d’abord sur les villes et villages du Chemin de Saint-Jacques, puis sur le bâti de la ville de Tolède, présente dans ce très gros et luxueux volume de 725 pages, surabondamment illustré, les résultats de nombreuses années d’enquête de terrain sur les édifices de cette célèbre et emblématique cité. Ses recherches se sont déroulées avec l’aide de la Casa de Velázquez de Madrid (dont il a été membre de la section scientifique), et dans le cadre de l’UMR lyonnaise 5648 (Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux ; Université Lumière-Lyon II-CNRS-EHESS). Elles ont reçu l’indispensable concours de diverses institutions tolédanes et castillanes (Real Fundación de Toledo, Junta de Comunidades de Castilla-La Mancha, Colegio de arquitectos de la même communauté, en particulier). Ces travaux, déjà présentés dans plusieurs publications, lui ont valu en 1998 la reconnaissance officielle d’un prix de la Real Fundación de Toledo.

2Le présent ouvrage se situe dans le prolongement des recherches antérieures sur différents quartiers, et s’attache, pour l’ensemble de la ville, à « comprendre la genèse de l’espace urbain médiéval, à en suivre les transformations et les réappropriations successives », principalement dans le but de saisir, pour l’une des anciennes capitales provinciales d’al-Andalus, les modalités du passage de la ville musulmane de la fin du xie siècle (époque de son occupation par les chrétiens) à la ville castillane de la fin du Moyen Âge. La base documentaire principale du travail est un inventaire très important et très détaillé des biens immobiliers du Chapitre cathédrale, inventaire réalisé en 1491-1492, qui porte sur un patrimoine considérable de 557 édifices divers situés dans 64 sites ou quartiers. L’identification et la localisation des maisons, boutiques, mesones ou fondouks et autres édifices urbains, souvent difficiles sur le parcellaire actuel, a cependant abouti à l’étude minutieuse de plus de la moitié de ces édifices anciens. La comparaison systématique du texte de la fin du Moyen Âge avec les vestiges encore visibles hors sol ou en sous-sol (et ce très minutieux et patient travail au niveau des caves des actuelles maisons tolédanes est l’une des grandes originalités de la recherche de Jean Passini) a donné les résultats qui sont présentés dans cette dernière publication.

3Une première partie présente une vision synthétique de l’espace domestique tolédan, et quelques aspects de la dynamique urbaine médiévale. Le premier chapitre (pp. 5-23) est consacré aux « Casas, casas puerta y mesones ». Si la séparation entre la fonction commerciale et la fonction résidentielle qui caractérisait les villes musulmanes médiévales est encore un fait fréquent dans la Tolède du xve siècle, on constate l’apparition croissante de maisons « bivalentes » qui associent un rez-de-chaussée consacré à une activité commerciale à des étages de résidence, et cela aussi bien dans les aires commerciales fermées – les alcaicerías typiques de la même tradition musulmane – que le long des rues commerçantes. Parmi ces maisons bivalentes figurent les édifications avec casa puerta, dont le rez-de-chaussée était doté d’une pièce intermédiaire ou vestibule entre la rue et la maison proprement dite, ou constituait un niveau consacré à une activité commerciale ou artisanale, dispositifs qui ne se trouvent pas dans les maisons des quartiers seulement résidentiels ; ainsi dans le célèbre Zocodover trouvait-on quatorze immeubles de ce type. Il s’agirait, pour l’auteur, de la réunion de deux anciennes boutiques, ou parfois davantage, au-dessus desquelles on aurait édifié ultérieurement en étage. La casa puerta constituerait le stade final d’une évolution au bas Moyen Âge des boutiques commerciales et des échoppes d’artisans de la ville musulmane traditionnelle, qui s’agrandissent et, de ce fait, se dédensifient, et auxquelles s’ajoutent des espaces d’habitation au niveau supérieur, ce qui conduit au rapprochement des lieux de travail et des lieux de résidence. L’évolution vers des structures nouvelles est surtout visible dans les quartiers qui ont fait l’objet de reconstructions après des incendies, et la comparaison entre quartiers anciens à évolution plus lente et quartiers ainsi réaménagés est particulièrement instructive.

4Un autre type de construction – qui était en même temps presque une institution – spécifique aux villes musulmanes traditionnelles était le fondouk, sorte de halte-hôtellerie, où les voyageurs et marchands extérieurs à la ville pouvaient faire étape, entreposer leurs marchandises, parquer leurs montures et bêtes de somme. Comme la majorité des « unités architecturales » qui définissaient la ville traditionnelle, ces ensembles étaient organisés autour d’une cour. On les retrouve à Tolède après la conquête chrétienne sous le nom de mesones. Ils connaissent eux aussi une évolution, d’abord dans le sens d’une diminution de leur nombre, mais aussi en fonction d’utilisations probablement quelque peu différentes, qui conduisent éventuellement à les fractionner ; ils semblent rester cependant liés à des fonctions économiques, et portent encore les noms des produits qu’ils recevaient ou dont ils abritaient le commerce, et peut-être les transformations (Mesón de la madera, de las yerbas…).

5Un second chapitre de la première partie (pp. 27-106) est consacré aux « Casas y casas principales », à leur typologie : maisons à cour et sans cour, et à leurs éléments constitutifs et différentes parties. Au niveau inférieur, se détachent les « salons » ou palacios, la cuisine, éventuellement un ou des locaux appelés cuadras, mot qui désigne actuellement une étable, mais dont la fonction ancienne ne peut pas toujours être précisée. Le chapitre inclut l’étude de plusieurs véritables « palais », plus vastes que la majorité des maisons, dont plusieurs ont été ou sont des couvents et monastères.

6Un troisième chapitre, assez court (pp. 109-118), étudie la « dynamique de l’espace urbain médiéval » sous deux aspects : l’un relatif à l’espace habité, le second à la localisation dans la ville de lieux connus des historiens, mais que l’on n’avait pas pu localiser exactement jusqu’à présent. L’étude des adarves (ou impasses) montre qu’ils tendent à être privatisés. Particulièrement intéressante pour l’histoire de la transformation des édifices urbains à l’époque chrétienne est la constatation (p. 110) d’une tendance « au transfert du décor de porte du salon (palacio) principal de la maison à cour à la porte d’entrée de la maison » : il s’agit évidemment d’une évolution due à la différence des mentalités et pratiques sociales d’une époque à l’autre. C’est en effet à l’époque chrétienne que l’« extériorité » de la maison urbaine prend de l’importance, et que « le rang des propriétaires ou des occupants de la maison ne se traduit pas seulement par la grandeur du palacio (il s’agit ici du palais) et par sa décoration. Elle se manifeste aussi dans la décoration de la porte principale donnant sur la rue ». Il est seulement un peu dommage que ces constatations viennent après l’étude faite dans le premier chapitre de ces portes, ou portales, d’aspect relativement monumental et richement décorées, intérieures et extérieures, qui sont l’un des aspects les plus remarquables de ces anciennes maisons tolédanes.

7Dans la seconde partie de l’ouvrage, qui occupe les pages 123 à 617, sont réunies les « fiches » ou notices individuelles correspondant à 280 maisons, boutiques, mesones et casas principales appartenant pour la plupart au cabildo de la cathédrale ou au monastère de Santo Domingo el Real, plus quelques palais et bains rencontrés au cours de la recherche de terrain. Dans cette partie, à la présentation de chaque édifice est jointe la documentation historique, la description que l’on possède pour la fin du xve siècle, le plan de la maison actuelle, la reconstitution du plan de chacun des niveaux que présentait la maison à la fin du Moyen Âge, et, éventuellement, quelques remarques sur l’évolution récente. Dans cette partie, comme dans la précédente, se déploient l’impressionnante quantité et qualité de l’illustration. Sans doute certaines photographies sont-elles esthétiquement réussies, mais ce n’est évidemment pas là ce qu’a voulu l’auteur en premier lieu. Toujours d’excellente qualité technique, les illustrations photographiques sont en premier lieu pédagogiques et démonstratives. Le texte est illustré d’un nombre considérable de vues d’ensemble et de détail des édifices et de leurs différentes parties, vues prises si l’on peut dire sous tous les angles, ainsi que d’un grand nombre de reproductions de décors. Mais la richesse de l’illustration est loin de se limiter aux photographies. La variété et la qualité des images de toutes sortes, vues cavalières, dessins et plans anciens, remarquables plans actuels de maisons, d’ensembles d’habitat ou manzanas, plans de quartiers, restitutions d’édifices et de groupes d’édifices en élévation constituent une documentation d’une abondance et d’un intérêt considérable, toujours rigoureusement mise en page pour servir vraiment d’illustration à un texte dont les images ne se détachent jamais.

8En feuilletant cet ouvrage, et bien sûr en le lisant plus attentivement, on est donc emmené dans une incomparable visite du bâti tolédan dont on a l’impression que n’échappe aucun aspect, si minime soit-il. C’est un extraordinaire instrument de travail, d’une richesse d’information vraiment remarquable, que nous livre Jean Passini. Ce livre n’est probablement pas parfait. Cette richesse même le rend un peu touffu et difficile d’accès. Imprégné de son sujet, l’auteur n’a pas toujours assez pensé que ses lecteurs auraient parfois besoin de plus de repères qu’il ne leur en donne. Le glossaire des pages 623-624 est minimaliste ; il ne donne pas, par exemple, de façon claire, le sens spécifique de « salon » que le mot palacio revêt dans l’ouvrage. Il aurait d’ailleurs fallu d’une façon ou d’une autre mieux distinguer les passages où le mot est pris dans ce sens, et celui où il apparaît dans sa signification habituelle en français, car il y a parfois à cet égard quelque équivoque (comme dans la citation de la page 110 reproduite plus haut). On regrettera aussi une entrée en matière un peu abrupte, et l’on encouragera le lecteur à aller chercher à la fin de l’ouvrage (pp. 711-721) quelques pages d’un « résumé » en français et en anglais, dont la lecture pourra être fort utile au non-spécialiste, et même à l’archéologue ou à l’historien hispanisant. Il y trouvera une mise en place claire et accessible des axes principaux et conclusions de l’ouvrage, qui lui en facilitera la lecture.

9Il n’existe guère d’étude comparable à celle-ci, portant sur l’ensemble d’un espace urbain et basée sur la comparaison minutieuse de la documentation écrite et des données du terrain, apportées par une archéologie sans fouille remarquablement productive d’informations. À cet égard, le livre méritera d’être pris comme modèle. Des fouilles sont actuellement menées sur divers sites urbains tolédans, et Jean Passini lui-même prépare un colloque sur « La ville médiévale : histoire, archéologie et réhabilitation de la maison », qui devrait fournir un premier cadre de réflexion sur la façon dont pourraient s’articuler, pour l’étude de la ville, une étude d’archéologie du bâti comme la sienne, et de tels travaux archéologiques en un sens plus « classiques ». Les deux approches sont sans doute indispensables et complémentaires. On saura gré à l’auteur d’avoir livré à cette date à tous les chercheurs intéressés, alors même qu’une archéologie urbaine locale semble devoir connaître des développements nouveaux, ce remarquable instrument de travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Guichard, « Jean Passini, Casas y casas principales urbanas. El espacio doméstico de Toledo a fines de la Edad Media », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 308-311.

Référence électronique

Pierre Guichard, « Jean Passini, Casas y casas principales urbanas. El espacio doméstico de Toledo a fines de la Edad Media », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/2435

Haut de page

Auteur

Pierre Guichard

Université Lumière-Lyon II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org