Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

José Antonio Martínez Torres, Prisiones de los infieles. Vida y rescate de los cautivos cristianos en el Mediterráneo musulmán (siglos xvi-xvii)

José Manuel Prieto Bernabé
p. 311-313
Référence(s) :

José Antonio Martínez Torres, Prisiones de los infieles. Vida y rescate de los cautivos cristianos en el Mediterráneo musulmán (siglos xvi-xvii), Barcelona, Bellaterra, 2004, 222 pp.

Texte intégral

1Il s’agit d’un livre court mais d’un grand ouvrage, qui témoigne non seulement d’une indispensable maîtrise historiographique, mais aussi d’une grande vitalité de la recherche. Ses cinq remarquables chapitres regorgent, dans les différentes questions abordées, d’originalité et d’un grand désir de comprendre et d’expliquer un phénomène qui a été jusqu’à présent trop peu étudié : la vie et le rachat des prisonniers chrétiens au Maroc, en Algérie et en Tunisie aux xvie et xviie siècles.

2Martínez Torres est un jeune historien, excellent connaisseur des archives et des publications récentes. Dans son ouvrage, il n’a pas hésité à dépasser le caractère hagiographique et nominaliste des premières études sur le sujet, antérieures aux années 1970. Ces premiers travaux, élaborés principalement par des érudits, des philologues et des religieux mercédaires ou trinitaires, étaient exagérément compliqués et faisaient la part belle aux mythes. L’analyse du phénomène de la prison et du rachat des prisonniers y demeurait l’héritière de l’éternel – et apparemment sans solution – conflit religieux entre les rives nord et sud de la Méditerranée ou, si l’on préfère, entre le monde chrétien et le monde islamique.

3Comme ce livre le montre bien, cette vision a été profondément marquée par les nombreuses autobiographies et les abondants témoignages sur la capture et le rachat d’écrivains célèbres du Siècle d’or, tels que Miguel de Cervantès, Luis Mármol Carvajal ou Jerónimo Gracián. Mais qu’est-il advenu des milliers d’anonymes qui ont également été faits prisonniers à cette époque ? Que savons-nous d’eux ? Combien de chrétiens de la monarchie hispanique ont-ils été capturés par les corsaires berbères ? Combien ont renié leur foi ? Combien ont été rachetés par les rédempteurs de la Merced et de la Trinité et quelle fut, au total, la somme versée ? De cela, nous ne savions rien ou presque, exception faite de ce que nous avons appris des travaux d’auteurs comme Bartolomé et Lucile Bennassar, Albert Mas, Francisco Márquez, Miguel Ángel de Bunes ou Ellen G. Friedman.

4Outre une remarquable approche graphique et quantitative, l’ouvrage de Martínez Torres est un texte de lecture facile qui ne cesse de nous surprendre par d’originaux et intéressants éléments qualitatifs portant sur la vie quotidienne et le statut social des captifs ; les procédures et les négociations en vue de leur rachat ; les routes (heur et malheur des déplacements en Berbérie), ainsi que des questions inédites et tout aussi intéressantes que le travail, la santé et la spiritualité en prison. Le tout est construit et présenté selon les présupposés méthodologiques de « l’histoire totale » ou, si l’on préfère, d’une histoire sociale rendue plus dense et actuelle par la fusion des événements politiques, économiques et culturels.

5Tel est, dans son ensemble, le sort des prisonniers aux mains des infidèles. Le lecteur y trouvera la justification de deux grandes hypothèses de travail : d’une part, l’existence d’une relation entre l’apogée de la course berbère (de la fin du xvie siècle à la moitié du xviie siècle) et le soutien des rois d’Espagne aux expéditions de rachat réalisées au Maroc, en Algérie et en Tunisie par les religieux de la Merced et de la Trinité. Ces deux phénomènes furent incontestablement le résultat de la dissolution du front méditerranéen au cours des années 1570 et 1580. Et, de même, il apparaît que la « décadence » de la course berbère (que l’on situe traditionnellement à partir de la deuxième moitié du xviie siècle) ne fut qu’un réajustement, une prise de position liée à des intérêts politiques et stratégiques intérieurs et extérieurs. D’après l’auteur, le drame de la captivité a connu trois étapes bien différentes. La première, comprise entre 1523 et 1579, fut marquée par d’importants succès militaires de Charles Quint face aux attaques turques et berbères (Vélez de la Gomera en 1525 et La Goleta dix ans plus tard), mais, à partir des années 1540, la domination chrétienne ne put se maintenir et toute la Méditerranée se trouva à la merci des incursions de la flotte turque et de ses alliés berbères. Après la bataille de Lépante, la priorité politique de Philippe II fut de laisser le rachat des captifs au pouvoir des religieux mercédaires et trinitaires. Cette mesure, d’une portée capitale, marque le début de la réglementation, par le biais du Conseil de Castille et du Conseil des Finances, de toutes les négociations de médiation. Ce mécanisme resta en vigueur et on y a eu sans cesse recours au long du xviie siècle et, moyennant quelques rares modifications, jusqu’à la fin du xviiie siècle.

6C’est en 1575 que les religieux mercédaires nouèrent des contacts et entamèrent leurs intercessions, notamment dans l’aire d’influence d’Alger et, quatre ans plus tard, les frères trinitaires firent de même dans les ports de souveraineté marocaine. Pendant cette courte période de quatre ans, près de 300 captifs furent libérés en échange de la somme considérable d’environ 16 000 ducats.

7La deuxième période de la captivité va de 1580 à 1632, une époque particulièrement dangereuse pour les populations de la côte méditerranéenne espagnole, marquée par la recrudescence des assauts, des séquestrations d’hommes et de biens dans la zone du golfe de Cadix, visant notamment les bateaux les plus vulnérables de la flotte des Indes. Le nombre de captifs augmenta considérablement, ce qui explique que les négociations et les échanges furent soumis à la spéculation et, dans le meilleur des cas, à la loi de l’offre et de la demande. Le nombre de captifs libérés au cours de ces cinquante-deux ans fut de près de 1 300.

8Enfin, entre 1633 et 1692, le nombre des captifs chrétiens diminue dans pratiquement toutes les villes de l’Afrique du Nord mais, curieusement, c’est aussi à ce moment qu’eut lieu le plus grand nombre de libérations (environ 5 000), surtout à partir de 1647. L’importance de ce commerce humain pendant ces deux siècles fut telle qu’elle explique l’extraordinaire essor de certaines villes devenues les quartiers généraux des corsaires : Alger, Tétouan, Tripoli ou Istanbul. Uniquement dans la ville d’Alger, entre 1580 et 1640, un habitant sur cinq était un prisonnier espagnol, portugais ou italien capturé lors des assauts côtiers. Beaucoup de ces malheureux (concrètement, 6 916) sont identifiés par Martínez Torres, qui en indique l’âge, le sexe, l’origine géographique, le métier, le prix payé au moment de l’achat et la durée de la captivité. Sur l’ensemble des prisonniers, 8 % étaient des femmes.

9Pour des milliers de personnes, la possibilité de rentrer en Espagne grâce à une rédemption dut être une chose exceptionnelle, une odyssée à la recherche de la liberté. Seules la charité, l’habileté de certaines institutions religieuses et l’intervention de la divine Providence ont pu redonner à certains chanceux (parmi lesquels Miguel de Cervantès) l’envie de vivre. Un court passage du chapitre XXXIX de la première partie de Don Quichotte permet de prendre la mesure de cette infortune : « Grâces soient rendues à Dieu – dit le captif – pour tant de faveurs qu’Il lui a faites, car, selon moi, il n’y a pas sur la terre de contentement égal à celui de recouvrer la liberté perdue. »

10En définitive, un style clair et bien adapté à la construction de ce livre, empreint d’un certain minimalisme ,qui contribue à faire ressortir les éléments principaux de la recherche. Grâce à des descriptions courtes et précises, aussi bien des personnages que des situations, l’auteur nous offre de façon très réussie une vision nouvelle d’un sujet ancien. Toutes nos félicitations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Manuel Prieto Bernabé, « José Antonio Martínez Torres, Prisiones de los infieles. Vida y rescate de los cautivos cristianos en el Mediterráneo musulmán (siglos xvi-xvii) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 311-313.

Référence électronique

José Manuel Prieto Bernabé, « José Antonio Martínez Torres, Prisiones de los infieles. Vida y rescate de los cautivos cristianos en el Mediterráneo musulmán (siglos xvi-xvii) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/2437

Haut de page

Auteur

José Manuel Prieto Bernabé

CSIC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org