Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Ofelia Rey Castelao, Libros y lectura en Galicia (siglos xvi-xix) y José Manuel Prieto Bernabé, Lectura y lectores. La cultura del impreso en el Madrid del Siglo de Oro [1550-1650] (2 t.)

Enrique Villalba
p. 313-318
Référence(s) :

Ofelia Rey Castelao, Libros y lectura en Galicia (siglos xvi-xix), Santiago de Compostela, Xunta de Galicia, Consellería de Cultura, Comunicación Social e Turismo, Dirección Xeral de Promoción Cultural, 2003, 820 pp.

José Manuel Prieto Bernabé, Lectura y lectores. La cultura del impreso en el Madrid del Siglo de Oro [1550-1650] (2 t.), Mérida, Editora Regional de Extremadura (IV Premio de Investigación Bibliográfica « Bartolomé José Gallardo »), 2004, 414 pp. et 615 pp.

Texte intégral

1La grande vitalité de l’histoire de la culture écrite et, en particulier, de l’histoire du livre et de la lecture dans notre pays va bien au-delà des modes et des débats méthodologiques devenus presque obsessionnels. Pour preuve, les précieuses contributions portant sur différentes époques et domaines géographiques et – plus intéressant encore – proposant différentes interprétations à partir des diverses sources qui conditionnent l’objet et le résultat de ces études. C’est le cas des deux excellents travaux qui nous occupent ici, relatifs à la lecture dans l’Espagne moderne. Ils partagent des traits communs, mais ils présentent également des différences notables. Ce sont l’une et l’autre des œuvres monumentales, non seulement par leur volume, mais surtout parce qu’elles reposent sur une recherche exhaustive. Elles contiennent une énorme quantité d’informations et sont de minutieux travaux d’analyse. En outre, il s’agit d’ouvrages nécessaires et attendus.

2La professeure Ofelia Rey, s’appuyant sur ses travaux antérieurs et son extraordinaire connaissance des réalités socio-économiques et institutionnelles de son domaine d’expertise, présente un livre véritablement impressionnant par l’ampleur de ses objectifs et de son champ d’investigation. L’ouvrage porte sur la culture de l’imprimé (livres, bibliothèques, lecteurs, imprimeurs, auteurs…) en Galice pendant une longue période comprise entre le xvie siècle et le premier tiers du xixe siècle, ce qui représente un véritable défi. Il est vrai que, d’un point de vue géographique, l’accent est mis sur Saint-Jacques-de-Compostelle – cela est imposé par l’objet étudié – et, d’un point de vue chronologique, l’ouvrage insiste sur les changements, notamment à la fin du xviiie et au début du xixe siècle, ce qui correspond à un choix mais aussi à une meilleure disponibilité et détermination des sources. Outre son ampleur géographique et chronologique, l’ouvrage se caractérise par l’analyse d’au moins trois questions : l’alphabétisation, la scolarisation et les lecteurs/consommateurs (la formation et la capacité de lecture, le public potentiel) ; les bibliothèques ; enfin, les producteurs de textes et les imprimeurs (la faible production des typographes en Galice répondant à la demande culturelle d’une minorité), incluant l’étude de la presse et de son effet positif sur l’imprimerie locale et la production historiographique (auteurs, production, lecteurs).

3Ces trois aspects sont, bien entendu, étroitement liés et le texte nous conduit des uns aux autres de manière continue, en introduisant de constantes réflexions sur les sources et la méthode (en les comparant à d’autres voies possibles de recherche et à d’autres cas espagnols et étrangers), particulièrement utiles dans les parties explicitement ou implicitement consacrées aux problèmes et à l’état actuel de la question. Ces réflexions sont très stimulantes et critiques à l’égard de certaines tendances actuelles de l’histoire sociale de la culture, généralement peu discutées.

4Bien que l’auteure critique la spirale – devenue parfois un labyrinthe inextricable – des débats théoriques et les passages obligés que connaît cette discipline, ces questions, comme nous le disions, ne sont pourtant pas absentes de l’ouvrage. Il est ainsi fort utile de les comparer aux problèmes réels d’une recherche de cette ampleur, qui utilise une grande variété de sources et d’archives, qui combine (comme cela semble aujourd’hui presque indispensable) un travail quantitatif adéquat et élaboré à l’analyse de nombreux autres aspects sociaux, institutionnels et idéologico-culturels. En effet, l’auteure n’élude pas certains des plus vifs débats historiographiques et méthodologiques, tels que le nombre de signatures comme critère pour quantifier l’alphabétisation, la question linguistique (l’auteure se demande s’il faudrait en déduire que la compréhension était moins importante que la méthode d’apprentissage de la lecture), le débat sur le quantitativisme et les catégories employées dans l’histoire du livre. Ces analyses tiennent presque toujours compte de l’état de ces questions dans les études espagnoles.

5L’un des apports les plus intéressants – et un des points principaux de ce travail – est l’étude des lecteurs et de leurs lectures à partir des bibliothèques institutionnelles laïques et ecclésiastiques, beaucoup moins analysées par les spécialistes que les bibliothèques privées, non seulement à cause des problèmes posés par les sources et la nécessité d’établir des termes de comparaison, mais aussi en raison de la nécéssité de connaître l’institution et de l’étudier sur une période plus longue afin de comprendre sa formation et son évolution ; les bibliothèques privées, en revanche, peuvent être étudiées sur la durée d’une vie. L’auteure s’interroge sur l’organisation interne des bibliothèques et propose une classification des différentes bibliothèques retenues. Parmi les institutions laïques, on retiendra en particulier l’étude détaillée de la bibliothèque de l’université de Saint-Jacques-de-Compostelle, son évolution et celle de son fonds (pp. 156-223). Quant aux bibliothèques ecclésiastiques, l’auteure analyse celles du clergé séculier (notamment des archevêques et des chapitres de la cathédrale de Compostelle) ainsi que les bibliothèques monastiques et conventuelles – une autre réalité particulièrement complexe. Avec beaucoup de prudence à l’égard des sources et de la méthode, l’auteure étudie 38 bibliothèques – des 73 couvents et monastères masculins existant en Galice –, principalement à partir des inventaires réalisés en 1835-1836 à l’occasion de l’expropriation des biens du clergé régulier et de leur remise à des établissements d’instruction publique. Il convient de souligner, parmi les cas étudiés, le travail minutieux sur la bibliothèque bénédictine de San Martín Pinario, à Saint-Jacques-de-Compostelle (pp. 310-375), qui en analyse la formation, la chronologie, les contenus, les lectures des moines, etc.

6D’autre part, les réflexions sur l’histoire (ses lectures, sa production, ses ouvrages, sa place dans les bibliothèques, son évolution, son utilisation et sa signification politique à chaque époque, notamment lors du passage des Lumières au xixe siècle) sont riches de suggestions et constituent sans aucun doute, comme l’affirme l’auteure, un premier pas pour appliquer ce modèle en Galice à d’autres catégories de livres. Ces catégories sont élaborées à partir de critères spécifiques qui ne correspondent pas toujours aux classements habituels, mais, dans le cas présent, cela est parfaitement justifié.

7Dans cette véritable étude de l’histoire de la culture écrite telle que nous l’entendons aujourd’hui – on ne saurait séparer l’alphabétisation, la lecture, le statut de l’auteur, la production imprimée, l’organisation des bibliothèques, etc. –, il y a une cohérence d’ensemble des classifications et des catégories utilisées, des périodes étudiées, des systèmes d’analyse et de représentation des données et, bien sûr, de l’objectif final. En outre, tout au long de l’ouvrage, on remarque certaines constantes : dans presque chaque partie, il y a des commentaires, des conclusions, des jugements – presque des lamentations parfois – sur le retard et la pauvreté culturels de la Galice à cette époque et leurs conséquences sur le niveau d’alphabétisation, la scolarisation (en 1797, la scolarisation des enfants entre 7 et 16 ans était en Galice d’un peu plus de 7%, alors que dans l’ensemble de l’Espagne elle atteignait 22 %), le taux de lecture, la taille et l’importance des bibliothèques, le nombre et les difficultés des auteurs, le manque de dynamisme et de mécénat institutionnel ou particulier pour soutenir les projets éducatifs, les bibliothèques ou l’imprimerie. Comme le souligne l’auteure : « la clientèle potentielle du livre en Galice était rare, urbaine et s’accroissait lentement, de sorte qu’elle pouvait difficilement donner du travail aux imprimeries, non seulement parce que la demande était insuffisante mais parce qu’il y avait un manque d’auteurs susceptibles de fournir des textes aux imprimeurs » (p. 77). Entre 1600 et 1800, la production en Galice a été d’environ 750 imprimés, alors que dans la seule ville de Murcie, 786 ouvrages ont été imprimés uniquement pendant le xviiie siècle. « L’insuffisance et la pauvreté des imprimeries faisaient de la Galice un marché dépendant qui était approvisionné de l’extérieur par des mécanismes difficiles à identifier… » (p. 118). « Le marché galicien était réduit, compte tenu du faible taux d’alphabétisation, de la rareté et de la pauvreté des centres urbains et, en définitive, de la faiblesse du marché des acheteurs potentiels et du nombre de lecteurs, de sorte que le rôle des libraires en Galice est resté très limité. » En ce qui concerne l’influence des archevêques et des capitulaires de Saint-Jacques-de-Compostelle dans la promotion du livre et des bibliothèques, l’auteure est catégorique : « malgré leur richesse, leur origine sociale, leurs études, leurs possibilités de voyager et d’établir des contacts dans le reste du pays et à l’étranger, ils n’ont pas fait l’effort de transmettre à leurs institutions l’intérêt croissant qu’eux-mêmes avaient souvent envers les livres… » (p. 275).

8L’objectif final de l’ouvrage, auquel nous faisions allusion et que les conclusions rendent explicite, justifie l’attention particulière accordée au dernier tiers du xviiie siècle et au début du xixe siècle. De fait, il dérive de la considération du livre comme « agent de circulation des idées », comme un « témoignage des modes, des époques et des tendances culturelles pouvant être utilisé comme un instrument de mesure de l’impact et de l’importance des innovations, transformations et résistances afin d’analyser les variations de l’opinion ». Cela est bien illustré par l’exemple de l’histoire. Dans les conclusions, l’analyse d’une période particulière est justifiée par un changement qui s’est produit vers 1808 et qui marqua un saut quantitatif dans la production et l’établissement d’imprimeurs à la Corogne et au Ferrol : l’apparition et le foisonnement des journaux à partir de 1800, et surtout de 1808 à 1814. Cette inflexion est due à la liberté d’imprimer, à la nécessité d’avoir des nouvelles de la guerre, à l’intérêt de certains secteurs envers la politique espagnole ou au désir d’imiter l’exemple européen. Il se produit de la sorte non seulement un développement des imprimeries, mais aussi une transformation de celles-ci, elles cessent d’être de simples ateliers pour devenir l’instrument d’éditeurs idéologiquement engagés. Bien évidemment, les journaux ont joué un rôle essentiel dans cet essor (entre 1800 et 1834 il y avait 9 journaux à Compostelle et 23 à la Corogne).

9Le présent ouvrage est ainsi indispensable pour avoir une vision globale de tous les aspects de la culture de l’imprimé et de la lecture dans la Galice moderne au tournant du xixe siècle. Il est, en outre, très riche en données (organisées en de nombreux tableaux, dont la présentation uniforme permet de mieux apprécier les variations) qui sont établies à partir de la consultation d’un grand nombre d’inventaires, de catalogues, de registres, de mémoires, etc. L’ouvrage est utile aussi en tant qu’il inaugure une recherche tout en tenant compte d’autres perspectives possibles. Nous disposons de fort peu de travaux de cette envergure, de visions de cette ampleur qui, tout en étant nécessairement incomplètes, sont une base solide pour des recherches plus particulières et qui sont clairement suggérées au long d’un texte fluide et généreux.

10En ce qui concerne la publication attendue de José Manuel Prieto, elle aborde le même sujet, mais dans un cadre plus restreint : le Madrid du Siècle d’or. Ce type d’études – il en existe pour d’autres villes importantes pendant certaines périodes de la modernité – jusqu’à présent manquait. Contrairement à l’ouvrage précédent, celui-ci porte sur une seule ville pendant une durée beaucoup plus courte (entre 1550 et 1650). D’autre part, loin d’être un lieu périphérique où les innovations culturelles arrivent difficilement et avec du retard, il s’agit du centre de la monarchie hispanique, du siège de la Cour et des institutions gouvernementales, à l’époque de la splendeur politique et culturelle. Tout cela distingue notablement cet ouvrage de celui d’Ofelia Rey, mais atteste aussi qu’il s’agit d’une œuvre indispensable. Ce travail repose sur une recherche rigoureuse basée sur l’étude minutieuse d’une très grande quantité de données et de documents. Prieto a consulté plus de 4 100 inventaires privés, il a en retenu 1 307 qui comportaient des livres, parmi lesquels 667 offraient des données permettant l’étude de bibliothèques. Un travail véritablement considérable. L’étude porte sur les bibliothèques privées et les sources sont constituées – bien sûr – de documents notariés (une quantité colossale de minutes comportant des inventaires post mortem). L’auteur est bien certes conscient des limites de ces sources, il émet des réserves à propos, entre autres, de la possession de livres qui n’implique pas nécessairement leur lecture et il nous rappelle que, pour lire un livre, il n’est pas nécessaire de l’acheter ni de le posséder.

11José Manuel Prieto – qui avait déjà présenté certaines des conclusions de ce travail, le rendant encore plus attendu – divise son étude en deux parties. Dans la première, il s’intéresse à la capacité de lecture et à la connaissance du livre à Madrid, mettant en relation l’évolution de la capitale et les pratiques culturelles des différents groupes sociaux ; il aborde aussi les questions de méthode, les différentes pratiques de lecture et le mode de circulation des imprimés.

12Dans la seconde partie, l’auteur exploite de façon optimale les catalogues des bibliothèques privées à travers une classification appropriée : noblesse (150 bibliothèques étudiées ; sur 245 inventaires appartenant à cet ordre, 61,2 % ont des livres, la moyenne étant de 50 % pour l’ensemble), clergé, fonctionnaires (907 inventaires dont 368 comportant des livres, soit 40,6 %), professions libérales, marchands, artisans et univers féminin. Une des caractéristiques principales de ces bibliothèques est leur nature éminemment fonctionnelle (pour des questions strictement professionnelles, des raisons domestiques ou privées), au détriment d’ouvrages de simple divertissement. Cela dit, il faut noter que les bibliothèques constituaient rarement une partie importante du patrimoine du défunt (en général, leur valeur ne dépassait pas 10 % du total des biens inventoriés). L’auteur fait également une estimation de leur répartition par paroisse (un notable effort de localisation à l’intérieur de la ville à partir de 1 558 écritures comportant des données utilisables). Il analyse aussi, bien sûr, en détail le contenu des livres – il identifie près de 100 000 titres : les ouvrages juridiques arrivent en tête (mais pas dans toutes les catégories), suivis de près par les livres à caractère religieux, puis, à distance, par les livres sur les beaux-arts, l’histoire et les sciences, les nouveautés constituant une part non négligeable. L’immense majorité des bibliothèques étaient petites et comportaient moins de 50 volumes. On constate également une évolution quant à leur emplacement : elles passent des coffres, armoires, etc. à des étagères ordonnées de préférence par matières (ce qui implique l’existence d’un lieu clos, une étude-bibliothèque fermée et ordonnée…).

13L’étude s’appuie sur une série de classifications socio-professionnelles qui permettent à l’auteur d’élaborer des statistiques mais aussi d’organiser la structure des chapitres et de proposer des distinctions dans la seconde partie. De là une analyse qualitative rigoureuse et détaillée qui met en évidence une très bonne compréhension de la réalité sociale madrilène de l’époque. Les conclusions de cette analyse sociale sont très proches de ce que nous connaissons d’autres réalités comparables mais, loin de simplifier, l’auteur apporte un grand nombre de précisions et insiste sur l’hétérogénéité des lecteurs et des pratiques, ce qui évite de seulement projeter l’ordre social sur le problème de la lecture.

14L’analyse de l’évolution de la lecture n’est pas oubliée. Prieto constate une baisse générale du taux de possession de livres pendant la période du xviie siècle étudiée ici. La question du genre n’est non plus laissée de côté, l’intéressant chapitre X lui étant consacré. Les pourcentages de la lecture féminine n’offrent pas de surprises (sur 1 307 possesseurs de livres, seuls 317 – 24,2 % – sont des femmes, qui les détiennent souvent par héritage, notamment les veuves), mais ce pourcentage augmente de manière significative au cours du xviie siècle, même s’il s’agit très souvent de livres isolés ou de petites collections plutôt que de vraies bibliothèques. En général, leur contenu est « adapté aux exigences de l’éducation féminine ».

15À partir de l’ensemble de ces données sur les bibliothèques et d’une analyse des signatures (parmi les 4 115 écritures analysées, 1 345 étaient signées), l’auteur déduit qu’environ un tiers des Madrilènes étaient alphabétisés et possédaient quelques livres.

16Pour mieux comprendre cette « culture de l’imprimé » dans le Madrid du Siècle d’or, peut-être faudrait-il aussi mieux connaître d’autres types de productions typographiques. Cette splendide étude est centrée sur les livres, principalement sur ceux qui constituent une « librairie », ces sources ne permettent donc pas d’analyser d’autres productions typographiques mineures, sans doute, mais importantes aux marges des pratiques de lecture et des groupes de lecteurs (comme elles le sont pour la survie du commerce de l’imprimerie).

17Les appendices sont d’une grande utilité, ils comportent une division thématique, une classification socio-professionnelle détaillée, un recensement des greffes et des minutes consultés, une liste chronologique des inventaires consultés et des possesseurs de livres à Madrid, précisant la date, le nom, la profession et le statut.

18Ces deux ouvrages font exception dans la production habituelle où prédominent les études de cas plus concrets. Ce sont des travaux ambitieux, qui présentent une grande richesse de données et une grande variété de sources. Ils proposent un type de recherche (choix des bibliothèques, classification originale, élaboration des données) et une méthodologie qui en font des ouvrages de référence et complémentaires. Ce sont sans aucun doute des livres indispensables par l’importance de leurs analyses, la possibilité de consultation qu’ils offrent, mais aussi par les questions qu’ils abordent, en indiquant des voies de recherche, en signalant des lacunes et en suscitant des interrogations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enrique Villalba, « Ofelia Rey Castelao, Libros y lectura en Galicia (siglos xvi-xix) y José Manuel Prieto Bernabé, Lectura y lectores. La cultura del impreso en el Madrid del Siglo de Oro [1550-1650] (2 t.) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 313-318.

Référence électronique

Enrique Villalba, « Ofelia Rey Castelao, Libros y lectura en Galicia (siglos xvi-xix) y José Manuel Prieto Bernabé, Lectura y lectores. La cultura del impreso en el Madrid del Siglo de Oro [1550-1650] (2 t.) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/2439

Haut de page

Auteur

Enrique Villalba

Universidad Carlos III de Madrid

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org