Navigation – Plan du site
Le temps des saints

Enquête hagiographique et mythification historique

Le « saint voyage » d’Ambrosio de Morales (1572)
Investigación hagiográfica y mitificación histórica. El «santo viaje» de Ambrosio de Morales (1572)
Hagiographic Survey and Historical Myth-Making. The «Holy Journey» of Ambrosio de Morales (1572)
Sylvène Edouard
p. 33-60

Résumés

En 1572, le chroniqueur Ambrosio de Morales, muni d’une cédule royale, fut chargé de parcourir les royaumes de Galice et de Léon, ainsi que la principauté des Asturies, afin d’y dresser l’inventaire des reliques, livres anciens et sépultures royales conservés dans les églises et les monastères. Morales parcourut l’ancien royaume asturo-léonais, choisi pour ses critères historiques, comme étant la base de la reconquête et du repeuplement dès le viiie siècle et en tant que région riche en reliques comptant parmi les plus anciennes d’Espagne. Morales estima que nombre de ces reliques étaient dignes de rejoindre le palais-monastère de l’Escorial. Philippe II désirait en effet enrichir sa collection personnelle en signe de sa ferveur mais aussi pour faire la démonstration de la richesse et de l’ancienneté de la dévotion catholique espagnole. Par cette recherche, Morales fit aussi l’inventaire des sources de la catholicité de l’Espagne « moderne », respectueuse des décrets du concile de Trente. Son enquête enseigne une mémoire mythifiée par l’apologie des saints et des conquérants ainsi qu’une mémoire vivifiée par la réforme catholique soutenue par Philippe II.

Haut de page

Texte intégral

1La catholicité en guerre, sous la bannière de Philippe II, se battit dans les Flandres contre les hérétiques protestants et en Méditerranée contre les infidèles. Dès son accession au trône en 1556, le roi hispanique avait marqué son soutien sans limites à l’orthodoxie catholique. Il fut durant ces années l’image de la « colonne ferme » du concile de Trente, n’hésitant pas à faire de son palais-monastère de l’Escorial la vitrine des dogmes réaffirmés à cette occasion. En 1572, lorsqu’il chargea Ambrosio de Morales de parcourir les régions du Nord-Ouest en quête de reliques anciennes et authentiques, il avait déjà jeté les bases de son discours. Il cherchait à édifier une histoire de l’Espagne passée et présente pour servir ses prétentions à l’Empire. Ce contexte fut favorable à l’épanouissement de l’historiographie hispanique, des antiquités et du genre hagiographique. L’histoire de l’Espagne wisigothique, « antes que España se perdiese », et celle de la Reconquête devaient ainsi informer et légitimer plusieurs des orientations du discours de l’Empire imaginaire de Philippe II.

  • 1 Voir l’introduction biographique d’Henrique Flórez dans Morales, Viage…, p. X.
  • 2 Informations biographiques recensées par Pérez Pastor, 1907, t. iii, p. 432, surtout dans la notice (...)

2Cette œuvre de mythification fut servie par un cercle d’érudits acquis à la cause du catholicisme royal. Il s’agissait de personnes pour la plupart issues de milieux proches de la cour, comme la famille d’Ambrosio de Morales, qui s’était distingué par ses charges universitaires. Antonio, le père, avait été appelé par Cisneros pour occuper la première chaire de philosophie et de métaphysique à l’université d’Alcalá. Par sa mère, Ambrosio était lié au milieu universitaire salmantin. Quittant Cordoue, où il avait vu le jour en 1513, Ambrosio passa d’abord par Alcalá, où son maître Juan de Medina lui enseigna la théologie, puis se rendit chez son oncle Fernán Pérez de Oliva, à Salamanque, où il suivit l’enseignement de Melchor Cano. Dès son plus jeune âge, il montra une inclination prononcée pour les exercices de vertu, avec une dévotion particulière pour saint Ermengaud et saint Dominique. Après ses études, il retourna dans sa province natale pour entrer en religion au monastère de San Jerónimo de Valparaíso. Le 28 juin 1532, il prenait l’habit. Il voulut imprudemment marquer son renoncement par une mortification symbolique : « Se cortó los miembros viriles totalmente1. » Quelques jours plus tard, remis de sa blessure, il quittait l’habit et s’ordonnait dans le siècle. Après avoir repris ses études à Alcalá, il prit le chemin de la cour, où il reçut les faveurs des grands d’Espagne. Il occupa des postes de précepteur, enseignant les humanités et la rhétorique aux fils des principaux seigneurs de la cour et la grammaire à don Juan d’Autriche2.

  • 3 Bibliothèque nationale de Madrid, Ms. no 1767, fo 88 v. La correspondance concernant cette affaire (...)
  • 4 D’après la notice biographique de l’édition de 1765, l’examen d’Ambrosio de Morales (« Parecer de M (...)
  • 5 Morales, Viage…

3Dès 1541, il avait commencé à se consacrer à l’écriture des antiquités de l’Espagne, poursuivant l’œuvre de Florián de Ocampo. Chroniqueur de Charles Quint, il avait acquis une notoriété certaine, qu’il n’hésita pas à mettre au service de son ami Jerónimo de Zurita, historiographe du royaume d’Aragon, dont les Anales del Reyno de Aragón avaient fait l’objet de virulentes annotations critiques de la part du cosmographe Diego de Santa Cruz en novembre 1564. Dans un esprit démontrant ses qualités d’historien, Morales, secondé par Juan Páez de Castro, en avait appelé à la justice et à la recherche de la vérité contre l’attitude du censeur qui, d’après Páez de Castro, ne révélait que « passión, presunción, falta de historia, falta de cosmografía, malicia en multiplicar cosas superfluas3». Devenu l’historiographe de Philippe II, Morales s’imposa comme un spécialiste de la question hagiographique. Il fut chargé de faire le récit du transfert des reliques de saint Juste et saint Pasteur (martyrs du ive siècle) depuis Cordoue à Alcalá en 1568. En mars 1572, il achevait sa chronique générale et la soumettait au Conseil royal. Philippe II avait, au même moment, reçu de la ville d’Oviedo une Relación de las Reliquias, Enterramientos Reales, y Libros Antiguos appartenant à l’église de cette cité. Ce mémoire fut soumis à l’examen de Morales4, qui reçut par ailleurs une cédule royale (annexe, p. 57) pour se rendre dans le León, les Asturies et la Galice (tableau, p. 58). Cette cédule lui fut remise à Olmedo par le docteur Velasco. Ce dernier lui recommandait le plus grand respect envers les reliques et lui enjoignait de s’intéresser tout particulièrement à l’ermitage de Covadonga, où s’était produit le miracle de Pélage, ainsi qu’à la relique de la tête de saint Laurent au monastère de Santa Clara à Saint-Jacques-de-Compostelle. Ambrosio de Morales fit le récit de ce voyage en commençant par l’exposé des circonstances qui l’amenèrent à l’entreprendre, depuis son départ d’Alcalá, en juin 1572, jusqu’à son retour près de Valladolid, en février 15735.

Une enquête hagiographique

a) La « méthode » d’Ambrosio de Morales

4La pertinence de l’enquête d’Ambrosio de Morales repose sur le choix de l’aire géographique concernée. Elle concerne l’ancien royaume asturo-léonais, à partir duquel s’organisèrent la Reconquête et le repeuplement de la Péninsule. Ce territoire, au nord du Duero, était riche des reliques des saints du premier christianisme espagnol et de celles apportées par les chrétiens fuyant al-Andalus. Durant son voyage d’églises en monastères, Ambrosio de Morales repéra consciencieusement les reliques, les manuscrits et les sépultures royales. Il fut ainsi au contact des quelques témoignages qui subsistaient de l’histoire chrétienne de l’Espagne liée à la Reconquête. La lecture de son enquête nous informe sur l’honnêteté d’une démarche (des)servie par une méthode parfois approximative.

La preuve par la sainteté

  • 6 Camporesi, 1986, p. 7.
  • 7 Fernández Montaña, 1882, pp. 88-89.

5L’esprit érudit et humaniste d’Ambrosio de Morales mêlait foi et intuitions scientifiques. Son regard sur les reliques était d’abord celui d’un fidèle mû par un devoir de vénération. Sa première attitude était celle du respect du caractère de sainteté des reliques, ces manifestations « merveilleuses » vues, à l’époque, comme signes d’un pouvoir de sainteté. Le surnaturel intervenant, le moindre élément touchant au saint démontrait la continuité de son rôle d’intercesseur. La relique était vénérée pour son pouvoir thaumaturgique, que lui donnait sa capacité particulière à sécréter des « liquides médicamenteux et des baumes merveilleux6». Toute matière en contact avec le corps « saint » était susceptible de guérir. La cas de l’infant don Carlos, en 1563, est à cet égard exemplaire : après sa guérison, qui avait été portée au crédit de l’heureuse intercession du frère franciscain Diego de Alcalá (1400-1463), Philippe II écrivit au pape Pie IV le 28 février afin d’apporter des preuves de la sainteté de Diego en vue de sa canonisation7. Et les témoignages de sainteté recueillis par ailleurs attestaient l’existence d’un important culte local au monastère San Francisco d’Alcalá, où le corps de Diego reposait et semblait avoir été à l’origine de nombreux miracles.

  • 8 Morales, Viaje…, p. 25.

6La preuve la plus évidente de la sainteté d’un cadavre était sa parfaite conservation. À San Benito de Valladolid, monastère bénédictin fondé par Jean Ier en 1390, Morales put constater qu’un os du bras de saint Marc, qui paraissait des plus frais, était parfaitement conservé. La « fraîcheur » de la relique témoignait ainsi de son authenticité, comme pour les reliques de saint Laurent à Villa Muriel ou encore celles, au monastère de La Vega, de saint Torquat l’évêque, dont la chair de l’avant-bras possèdait également cette qualité. Tout autant que les chairs imputrescibles était signe de sainteté l’odeur suave qu’elles dégageaient. Une des plus importantes reliques repérées par Ambrosio fut un pied de saint Laurent conservé à Husillos. Le reliquaire, de la même forme, s’ouvrait sur un pied aux doigts raides, à la peau flasque et en partie cousue d’un fil blanc ; celui-ci paraissait très ancien et parcouru d’une béance qui laissait voir les nerfs et une grande partie de l’intérieur. Ambrosio n’atténue en rien son émerveillement devant le bon état de conservation, mais il ajoute cette note olfactive : « Esta reliquia particularmente tiene olor harto suave8. »

  • 9 Ibid., p. 33.

7L’authenticité d’une relique pouvait également dépendre de son ancienneté et de la tradition qui entourait les dévotions dont elle était l’objet. Du bras de saint Torquat à La Vega, près de Carrión, Ambrosio pouvait écrire : « Insigne Reliquia, quanto puede ser, aunque no tiene otro testimonio más que la antigüedad y tradición9.» Dans un pareil cas, la tradition renvoyait au cérémonial entourant la relique, conservée dans un coffre recouvert de velours rouge en forme de custode, l’ensemble étant placé sur le maître-autel sous le Très-Saint et découvert par les moines avec une grande solennité. Le corps de saint Froilán, à Santa María de Regla à León, bénéficiait d’une tradition identique, au point que notre voyageur ressentait comme un devoir moral de ne pas remettre en question l’authenticité d’une relique que confirmaient « histoires », témoignages oraux et culte local.

8La tradition pouvait enfin être confirmée par un témoignage toponymique. À propos du corps de sainte Euphémie, dans l’église d’Orense, Morales put disposer de deux témoignages : l’histoire de la sainte peinte sur le retable et le récit que lui fit l’évêque Pierre Seguino, selon lequel des voix divines avaient honoré le corps d’Euphémie et de nombreux miracles avaient suivi son transfert. Confiant dans ce témoignage épiscopal, Morales conclut que « bien parec[ía] Santa de España » cette sainte qui, par son ancienneté (de plus de quatre cents ans) avait eu une grande influence sur la toponymie !

Témoignages et méthode critique

  • 10 Ibid., p. 108.

9Ambrosio de Morales, selon les termes de la cédule royale, devait s’assurer de l’authenticité des reliques (« el testimonio y autoridad que dellas tenía ») en recueillant tous les témoignages possibles. Les documents écrits faisant le plus souvent défaut, notre auteur doit se contenter de témoignages oraux. Au monastère de Santa Clara, à Saint-Jacques-de-Compostelle, il cherche à authentifier une importante relique en interrogeant les moinesses et en confrontant leurs témoignages. La relique — il s’agit de la tête de saint Laurent — avait été obtenue par licence du pape et, de mémoire d’abbesse, était exposée une fois par an avec sa bulle d’octroi. Confiant en ce témoignage « en que nadie ha dudado hasta agora10 », Morales avoue cependant ne pas pouvoir en apprendre davantage sur l’importance de la partie manquante et exprime sa défiance vis-à-vis de la mémoire défaillante de l’abbesse. Quant à l’authenticité de la partie restante, il ne peut en juger que par l’ouvrage du reliquaire, dont le casque révélait l’origine romaine, c’est-à-dire la provenance papale, vrai gage de son authenticité.

10Bien souvent, la tradition et l’ancienneté des reliques étaient rappelées lors de la rédaction des privilèges que les rois signaient dans le cadre des dotations. Ainsi, les neuf « saints » évêques de San Esteban de Riba de Sil s’inscrivaient dans une tradition lointaine mentionnée dans un privilège d’Alphonse de León en 1220. Les « écritures officielles » constituaient alors des preuves suffisantes ; tel fut aussi le cas du précieux os de saint Marc conservé à San Benito de Valladolid.

11La preuve écrite permettait en effet de préciser des éléments pouvant confirmer l’authenticité des reliques comme leur datation et/ou leur provenance romaine. Car la nature authentificatrice du don dépendait de l’identité du donateur : les dons des papes, en particulier, passaient pour les meilleurs garants d’authenticité.

12Le dépouillement des témoignages portant sur les reliques fut facilité par l’importance des relations rédigées par les évêques et dignitaires ecclésiastiques. Ambrosio de Morales se contente parfois de rapports de visites épiscopales, comme celle de l’évêque de León au monastère de Santo Toribio de Liébana :

  • 11 Ibid., p. 59.

Hay allí estas Reliquias con testimonio de grande antigüedad, y veneración con que son visitadas de muchas partes, y milagros que se cuentan muchos11.

13Lorsqu’il ne peut se rendre sur les sites, comme à Lorenzana et Mondoñedo, Morales fait en sorte d’obtenir une « bonne relation » de la part de l’évêque.

14Reste que Morales se trompe souvent, son principal défaut étant, pour mener son enquête, d’avoir trop compté sur sa seule mémoire d’érudit et de ne pas avoir par la suite corrigé son manuscrit en s’appuyant sur d’autres sources. On citera ici, sans pouvoir entrer dans le détail de la démonstration, la confusion faite entre le martyre de saint Pélage (en 925) et celui de saint Zoïle (son tranfert date du vie siècle), erreur due à l’utilisation des seuls témoignages des moines bénédictins, ou encore la datation erronée du martyre de saint Vincent (avant 560 selon certains historiens), retardé par Morales jusqu’en 630, date reprise postérieurement par de nombreux historiens comme le Mariana de l’Historia de rebus Hispaniae (1601).

15L’essentiel de l’enquête, néanmoins, constituait un solide repérage des reliques jugées dignes de rejoindre l’Escorial en fonction de « lo que S. M. podría mandar hacer en eso de las santas reliquias ». Une première lecture du récit de voyage va permettre maintenant d’en présenter le résultat.

b) Des reliques pour l’Escorial, vitrine de la réforme catholique

Le résultat de l’enquête

  • 12 Christian, 1991, p. 158 ; d’après les Relaciones topográƒicas établies sur la base des réponses app (...)

16Ambrosio de Morales, du fait de ses imprécisions, n’a pas laissé une enquête statistiquement utilisable. Sur les 110 sites mentionnés, il n’atteste la présence de reliques et d’images saintes que dans seulement 60 d’entre eux, soit un peu plus de 50 %. Ces derniers sites rassemblent environ 150 reliques identifiées ainsi qu’un très grand nombre d’autres, peu notoires et que Morales mentionne vaguement, sans prendre la peine de les décompter. Parmi les reliques qui ont retenu son attention, une vingtaine concernent le Christ et la Vierge, 65 autres sont celles de saints non martyrs, environ 20 appartiennent à des martyrs du ier siècle et à des saints testamentaires, et 54 enfin sont celles de martyrs d’Espagne. Le résultat, bien que ne donnant pas de chiffre absolu, permet néanmoins de déduire une présence pléthorique de reliques pour l’époque. Au-delà de l’ancien royaume asturo-léonais, les reliques se faisaient en effet de plus en plus rares au fur et à mesure que l’on se dirigeait vers le Sud, même si la Nouvelle-Castille pouvait à cet égard être considérée comme une exception : les 13 % des sites possédant des reliques, selon les Relaciones topográƒicas (1575-1580)12, restent bien inférieurs aux pourcentages de l’enquête de Morales, s’il est vrai que les deux enquêtes en question ne sont pas vraiment comparables, celle d’Ambrosio ne concernant que des sites choisis d’églises et de monastères.

17Durant son voyage, Morales fait le compte d’un grand nombre de reliques de saints, pour la plupart martyrs, ou encore d’« images » saintes. Celles-ci concernent surtout la dévotion au Christ : des épines de sa couronne (San Benito, San Francisco à Valladolid ; l’église de Palencia ; la relique de l’église de Husillos, qui porte encore la marque du sang du Christ, d’où la grande dévotion qu’elle suscite), un morceau de sa croix, une partie de son linceul… Ces reliques tenaient une place particulière dans la dévotion au Christ « souffrant », dont la majesté s’identifiait à son sacrifice à travers les représentations de l’Ecce homo. Ces reliques étaient les attributs d’une nouvelle majesté qui s’étaient substitués à ceux du Christ Pantocrator. Philippe II vénérait en particulier un Lignum Crucis que lui avait envoyé François Borgia depuis Rome en novembre 1571, et avait chargé Morales de s’intéresser de près à l’épine du Christ conservée à La Espina. D’autres « images » saintes concernaient en majorité des accessoires, comme les mules, une ceinture de corde de saint Dominique, une chasuble, etc. Il y avait aussi des reliques insolites manifestant la marque du divin sur la nature (la racine d’un arbre ayant poussé selon la forme de la croix) ou encore des objets du culte miraculeux, comme la patène de Frómista sur laquelle, en 1453, était restée collée une hostie destinée à un communiant qui avait omis de révéler son excommunication.

18Les reliques décrites par Ambrosio de Morales appartiennent essentiellement à quatre catégories de saints : les saints testamentaires et apôtres (Anne, Jean-Baptiste, Luc, les apôtres Pierre, Paul, Marc, Jacques, Matthieu, André et Philippe et les apôtres d’Espagne Torquat, Toribio et Euphrase) ; les saints martyrs des premiers siècles (Étienne, Laurent, Sébastien, Lucie, Côme et Damien au iiie siècle, Marciel, Barthélémy, Suzanne et des reliques des onze mille Vierges) ; des saints martyrs de l’Église chrétienne d’Espagne persécutée par les Romains (Mancius, Zoïle, Claudius, Lupercius, Victorius, Cucufate, Fructueux, Eulalie), par les ariens (Vincent), puis par les musulmans (Félix, Euphémie, Juste et Pasteur, Eulalie, Facundus et Primitivus, Rudesinde, Marina) ; et, enfin, des saints espagnols et anciens hommes d’Église (Martin, Dominique — fondateur de l’ordre des frères prêcheurs en 1220 —, Telme, les évêques Isidore, Ildephonse, Gennade, Dictinio, Atilannus, Froilán, Alvitus, Pélage).

19Ces reliques avaient été acquises à la suite de dons en provenance de Rome ou de l’Empire, ou encore à travers des envois d’ambassade, comme ce fut le cas pour les reliques d’Astorga ou de Grajal. Les nombreuses reliques de Grajal provinrent en effet d’un don de l’épouse de Juan de Vega, ambassadeur à Rome au temps de Paul III, et qui avait obtenu un bref pour exporter lesdites reliques avec une bulle attestant leur authenticité. Le reliquaire de San Pablo à Valladolid portait les armes du cardinal Torquemada, conséquence d’un don qu’il avait envoyé de Rome, où il avait occupé la charge de trésorier général des reliques. Celles du monastère San Francisco furent données par un sastre (tailleur) de l’Empereur, Diego Pardo, qui l’avait accompagné en Allemagne et qui, en bon chrétien, s’était mis à collectionner les reliques, joignant titres et témoignages. D’autres reliques s’étaient aussi retrouvées dans cette partie du royaume à la suite de nombreux transferts. Au temps de la « destruction », certaines régions s’étaient, plus que d’autres, enrichies des reliques des saints, comme les montagnes asturiennes, qui furent un important site défensif :

  • 13 Yepes, Chroniqves générales de l’ordre de S. Benoist, vol. 1, p. 458.

Ce fut en ce temps que les moines tirèrent le corps de S. Vincent de León, et s’enfuirent avec ce trésor aux montagnes d’Asturies, pour leur sembler que c’estoit le lieu plus asseuré et proche. Ils avoyent durant ce temps, plusieurs exemples à imiter, car les autres villes d’Espagne emportoyent tous leurs trésors et reliques en ce quartier, afin d’estre là conservez par l’âpreté et difficulté du lieu et des montagnes. Ce fut en ceste saison que ceste province des Asturies fut riche de corps saincts, lesquels furent [premièrement] desposez au mont sacré, jusqu’à temps qu’Oviede fut bastie, qu’on les mit dans la saincte chapelle13.

20Les reliques furent en effet réparties par la suite. Ces déplacements intra-péninsulaires étaient essentiels pour l’édification d’une Espagne chrétienne. Rois et nobles de la Reconquête obtinrent des rois de Cordoue des transferts importants dans le cadre de cette reconstruction. Le comte don Fernando de Gómez avait obtenu du roi de Cordoue, en échange de ses services, les corps de saint Zoïle et de saint Félix. Leurs deux corps furent donnés au monastère San Zoilo de Carrión et furent placés dans des niches sur le retable, de part et d’autre de l’image de saint Jean Baptiste. D’après les moines interrogés par Morales, les deux coffres n’avaient plus été ouverts depuis 1483. Le martyre de saint Zoïle est inconnu, mais le transfert de son corps à Cordoue aurait eu lieu en 589 à l’initiative de l’évêque Agapius. Quant à saint Félix, originaire d’Afrique, il s’était converti en Espagne et avait embrassé l’état monastique. Son martyre par pendaison, en 852, fut consigné dans le Mémorial des saints du prêtre Euloge de Cordoue.

21Soucieux d’obéir aux instructions de la cédule royale, Morales prit également note des conditions dans lesquelles les reliques étaient conservées. La contribution des nobles était importante dans le soin apporté à la conservation des reliques. L’épine du Christ de San Benito de Valladolid était posée sur un lin perlé, ouvrage des comtesses de Miranda et de Gelves. Les reliquaires étaient parfois de véritables objets d’art offerts par les membres de la famille royale ou de la noblesse. Ils témoignaient d’un attachement plein de révérence et étaient manipulés avec solennité et le plus rarement possible. L’église de Palencia possédait à l’époque un grand reliquaire comptant neuf niches, qui n’était ouvert qu’exceptionnellement. Avant la visite de Morales, le reliquaire avait été ouvert en 1524 à l’occasion de la visite de l’évêque. Lorsque Morales dressa la liste des reliques du monastère de Las Huelgas à Valladolid, celles-ci avaient été déposées sous un dais et l’opération fut accompagnée des chants des religieuses cisterciennes. Un cérémonial identique — solennité et chants — se répéta à chaque dénombrement entrepris par Morales.

Dévotion et réforme catholique

22Les reliques étaient l’objet de dévotions anciennes. La vénération des premiers chrétiens pour ceux d’entre eux qui vécurent héroïquement leur martyre perdura pour les besoins de l’édification par l’exemple. Les martyrs chrétiens, en acceptant une mort héroïque, avaient transcendé leur propre humanité en réitérant le sacrifice du Christ. Ils accédaient eux aussi à une forme de résurrection à travers l’exemplarité de leur martyre, qu’on vénérait, et de leur renoncement, qui faisait d’eux des saints. La valeur de leurs reliques se mesurait souvent à la dévotion dont elles étaient l’objet. Étaient fort vénérés des reliquaires monumentaux comme celui de Grajal et celui de la Cámara Santa à Oviedo, qui représentait les douze apôtres et l’histoire de la Sainte Arche. Ce dernier reliquaire contenait de nombreuses reliques de saints du ier siècle et de saints espagnols comme Eulalie, mais l’arche était la relique la plus précieuse. Son transfert depuis Jérusalem était solennellement commémoré le 13 mars. Le saint suaire, sur lequel Ambrosio nota la présence du visage du Christ, était montré publiquement trois fois par an et était l’objet d’une grande dévotion. Dans le cas des ossements de saint Marc à Valladolid, évoqué plus haut, l’émotion que ressentit Morales à constater les preuves de sa sainteté était largement à la hauteur de la ferveur du culte local. L’histoire même de la relique démontre dans quelle vénération elle était tenue. Subtilisée à l’église de Santa María del Puig par un frère franciscain, celui-ci, pris de remords, l’avait confiée au monastère de San Benito. Chaque année, le jour de la saint Marc, la châsse contenant la partie restituée de la relique était conduite en procession jusqu’au monastère afin de rendre grâces et de commémorer le miracle qui « un jour » avait mis fin, au terme d’une procession semblable, à une peste.

23Les reliques qui étaient à l’origine de miracles et de prodiges étaient les plus vénérées. Elles manifestaient la puissance du divin. Le rapport au monde, vécu sur un mode religieux, était partagé entre la connaissance du visible et la croyance au surnaturel. Dans la recherche de liens avec cet Autre invisible et puissant, le saint était un intercesseur privilégié. Les reliques, qui protégeaient et guérissaient, relevaient du surnaturel. La croyance et l’espérance en leurs pouvoirs importaient davantage que la question de leur authenticité. Parmi ces reliques sources de prodiges, Ambrosio de Morales relève notament : l’épine du Christ à Husillos, la patène miraculeuse de Frómista, les corps de sainte Euphémie et de saint Rudesinde. Si l’on en croit l’enquête de Morales, les saints espagnols relèvent plus que d’autres d’une tradition du prodige, celui-ci étant particulièrement utile pour renforcer la communauté des chrétiens autour de leur culte. Leur sainteté et leur ancienneté semblent témoigner d’une sainteté partagée par toute l’Espagne chrétienne. À ce titre, Morales signale avec soin la présence de ces saints « de España », comme les saintes Marina, Euphémie et Eulalie et les saints Blaise, Vincent, Rudesinde ou encore saint Martin. Le corps de ce dernier se trouvait dans une chapelle de San Isidoro de León. Morales note que le saint, chanoine de la maison trois siècles auparavant, était devenu subitement savant lors d’un songe inspiré par saint Isidore. Lieu de dévotion, le site lui était en partie consacré avec le retable représentant des épisodes de sa vie. La dévotion à des saints plus anciens accompagne par ailleurs la Reconquête et le repeuplement. Morales prend note de la présence non attestée de sainte Marina dans l’église de Santa Marina de Aguas Santas, et surtout de l’ancienneté de la vénération dont elle est l’objet, sans qu’aucun témoignage écrit ou oral vienne la certifier. En l’occurrence, il ne peut que se rapporter à l’histoire du roi Ferdinand le Saint, qui avait fait élever des temples en l’honneur de la sainte en des points stratégiques de la Reconquête alors récente : Cordoue et Séville. À ces cultes locaux, il faudrait encore ajouter ceux rendus aux saints martyrs (comme Mancius, venu évangéliser l’Espagne et qui fut martyrisé à Évora) et aux saints évêques qui se distinguèrent dans la christianisation des territoires reconquis en renforçant le maillage des monastères au xe siècle : Gennade, évêque d’Astorga en 905, et Atilannus, évêque de Zamora au début du xe siècle. Dans la plus pure tradition mythificatrice, Ambrosio de Morales commente les nombreuses fondations de monastère faites par Gennade, dont les prières arrêtèrent l’élan des Maures. Quant au second, Atilannus, il s’était illustré par la restauration de Zamora et par son repeuplement. La vocation chrétienne de cette œuvre de restauration en avait fait une place forte capable, d’après l’historiographe, de résister aux Maures.

24Les dévotions attachées aux sites visités, et que Philippe II ne chercha pas à séparer de leurs reliques, concernent surtout des saints de l’Église d’Espagne. D’après la liste des reliques dont Morales devait faire un examen plus sérieux en vue de leur transfert à l’Escorial, seul le reliquaire de Grajal constituait en soi une importante dévotion locale. Mis à part la chasuble de saint Dominique à Las Huelgas de Valladolid et le bras de saint Vincent à Palencia, les reliques susceptibles d’un transfert étaient celles des saints du ier siècle : le bras de saint André à Las Huelgas, celui de sainte Lucie à San Pablo, des reliques de saint Jean Baptiste, de saint Laurent, de saint Antoine et de saint Albin à Palencia et San Isidoro de León, le doigt et le bras de saint Jérôme à San Zoilo de Carrión, le bras de saint Torquat au monastère de La Vega, le pied de saint Laurent à Husillos, un os du bras de saint Jacques à Santa María Salomé, la tête de Binardo à Tuy, deux épines du Christ (à Astorga et à La Espina), un os de saint Jérôme à San Dictinio, un autre de saint Antoine à Nogales. Les reliques les plus recherchées concernaient saint Laurent : son pied à Husillos et sa sandale à Mantallana, mais surtout sa tête, qui se trouvait dans le monastère de Santa Clara. La tête de saint Jacques, sise dans le Sagrario de Compostelle, comptait également parmi les plus importantes reliques réclamées par le roi.

  • 14 Morales, Viage…, p. 207.
  • 15 Ibid., p. 206.

25L’affaire étant des plus sérieuses, l’inventaire fut confié au secrétaire du roi, Gabriel de Zayas, afin de prévoir les modalités de transfert et les dédommagements. La démarche devait répondre à sept exigences. La première était d’obtenir un bref du pape, sans lequel le transfert devenait une profanation. La seconde, la plus délicate, avait trait au choix des reliques. Il ne devait pas s’agir d’un choix personnel, fait en vertu d’une dévotion tout particulièrement intense, mais qui pouvait nuire à l’approche critique de la relique. En vertu de cette exigence, Morales préconisait d’éviter les reliques de saints locaux secondaires, à la fois pour se prémunir du risque d’erreur sur leur authenticité et pour préserver les dévotions envers des saints « tan particulares de sus tierras, que se puede dudar si es bien traer de ellos14 ». Quant à la question de l’approche critique des témoignages, elle avait été en partie résolue par Morales, auteur d’un Discurso de los buenos testimonios que puede haver para tener une Reliquia por cierta15. La troisième exigence concernait l’exécutant des différentes opérations de vérification puis de déplacement des reliques. La quatrième était de laisser une trace écrite du transfert et de la façon de procéder à la rédaction de ce témoignage supplémentaire. La cinquième faisait obligation de prévoir une juste compensation financière, plus élevée dans le cas des reliques plus importantes, soit un coût pouvant aller de 150 ducats à plus du double. Enfin, les sixième et septième exigences concernaient le choix de la personne présidant au transport et les conditions du voyage.

  • 16 Ibid., p. 206.

26Le grand projet de Philippe II prenait ainsi figure d’œuvre de sainteté : il s’agissait de rendre un grand service à Dieu, « porque aquellos Santos cuyas Reliquias se traerán, serán veneradas en más lugares, y estarán en el Real Monasterio con más decencia16 ». Dans le cadre de la réforme tridentine, le principe invoqué était de faire honneur à Dieu en vénérant ses saints. La piété de Philippe II envers les reliques était ancienne, mais elle redoubla après la session du concile de Trente qui en confirmait l’orthodoxie, le 4 décembre 1563 :

  • 17 Tallon, 2000, p. 131.

De plus, on doit avoir et garder, surtout dans les églises, les images du Christ, de la Vierge Marie Mère de Dieu et des autres saints, et leur rendre l’honneur et la vénération qui leur sont dus17.

  • 18 Fernández Terricabras, 2001, p. 15.

27Ce décret conciliaire fut sans doute, comme tous les précédents, publié avec zèle, mais il ne le fut qu’après examen de son contenu par le Conseil. Le roi veillait en effet à exercer un contrôle, « un droit d’inventaire », avant toute promulgation18. Le culte des reliques fut un des grands enjeux de « sa » Contre-Réforme. Sa piété, qui se voulait exemplaire, était une réponse aux attaques des Réformés contre le culte des saints comme intercesseurs. Cette pratique avait été jugée idolâtre en 1543 par Jean Calvin dans son Traité des reliques. L’enjeu était aussi celui de la réforme catholique et concernait l’Escorial en tant que vitrine de cette réforme, comme bastion protecteur des saints. Le rassemblement des reliques avait une vocation d’exemplarité, afin de raviver la ferveur catholique et de confondre les hérétiques :

  • 19 Morales, Viaje…, p. 206.

Tendráse en más partes más devoción con ellas, y en más lugares será invocado y buscado su Santo patrocinio, y en todo será mayor el servicio que a Dios se hará con honrar así sus Santos […] en nuestros tiempos, en que los miserables hereges tanto los abaten y trabajan [a] escurecer su gloria. De lo que se ennoblecerá y enriquecerá espiritualmente el Real Monasterio de S. Lorenzo con este Santo acrecentamiento, no hay que tratar, pues es notorio que así se hará un Santuario dignísimo por ser visitado con devoción universal de toda España y de toda la Christiandad19.

  • 20 Estal, 1998.
  • 21 Ibid., p. 493.

28Philippe II matérialisait de cette façon la doctrine catholique de la communion des saints. Sa piété était un hommage aux héros de la foi chrétienne. Les témoignages ne manquent pas pour décrire cette piété et la foi du roi en l’intercession des saints pour lui permettre d’élever son âme à Dieu : José de Sigüenza dans La fundación del Monasterio de El Escorial (Madrid, 1605), fray Bartolomé de Santiago dans son Inventario y Memorial de las Sanctas Reliquias, Diego de Yepes, le confesseur de Philippe II, témoin des dévotions du roi sur son lit de mort, et surtout les cinq cents reliquaires et plus de l’Escorial qui formaient le plus grand de ses trésors20. Pour constituer cette « sainte » collection, Philippe II avait obtenu brefs, licences et autorisations d’acquérir des reliques. La mobilisation fut générale et active de la part de ses ambassadeurs, qui sollicitèrent papes, empereurs, rois, princes électeurs et toutes autorités ecclésiastiques21. Les dons et rachats venaient aussi de la Péninsule, où cependant Philippe II ne chercha pas à déposséder les églises et les monastères des reliques de leurs saints locaux. Celles-ci avaient permis de consolider le repeuplement chrétien autour de foyers de dévotion. Le roi se procura plutôt des reliques de saints appartenant au christianisme primitif, et qui avaient valeur de sources de l’histoire chrétienne. En les réunissant à l’Escorial, il se portait garant de cette mémoire commune du christianisme.

Aux sources de l’identité chrétienne hispanique :  apôtres et évêques d’Espagne

  • 22 Témoignage confirmé par Sandoval, Primera parte de las fundaciones…, fo 8 r.
  • 23 Morales, Viage…, p. 153.

29Les reliques des apôtres et premiers évêques de l’Espagne, considérés comme fondateurs du christianisme dans la Péninsule, étaient tenues en grande dévotion. Leur culte avait été précocement établi à des fins d’édification d’une mémoire chrétienne. Saint Torquat était présent au monastère cistercien de La Vega, fondé au début du xiiie siècle, mais son culte était plus ancien. Évêque de Cadix au ier siècle, il était l’un des sept apôtres envoyés en Espagne par saint Pierre et par saint Paul. Ambrosio de Morales avait tout d’abord constaté la présence d’un bras du saint à La Vega et la présence de son corps dans une chapelle du monastère bénédictin de Celanova22. Il avait également noté la dévotion avec laquelle il était honoré depuis que, probablement, « lo llevaron allí los Christianos Godos quando en la destruición de España iban con las Reliquias ». Il soulignait la dévotion rendue au saint par le nombre important de « Templos y Lugares de su nombre23». La tradition orale, par ailleurs, confirmait cette sainteté. Les moines de Celanova lui avaient édifié un ermitage, car une nuit, pendant son transfert, des Portugais avaient tenté de s’en emparer mais s’étaient miraculeusement perdus dans un épais brouillard qui les avait conduits jusqu’à Celanova où les tintements des cloches, brusquement, avaient servi à les démasquer. Des sept premiers évêques d’Espagne, l’ancien royaume asturo-léonais ne possédait les reliques que de deux d’entre eux : saint Torquat et saint Euphrase, évêque d’Andújar au ier siècle. D’après les témoignages recueillis par Morales, et contrairement aux affirmations de Bartolomé Sagrario de Molina dans sa Descripción de Galizia (Mondoñedo, 1551), la tête de saint Euphrase ne se trouvait pas à San Julián de Samos mais dans l’église Santa María de Val de Emao. Son corps, placé dans un sépulcre de pierre lisse, faisait l’objet d’une grande dévotion et attirait une foule de fidèles le jour de sa fête. D’autres reliques de « fondateurs » avaient joué leur rôle lors du repeuplement chrétien dans le Nord de la Péninsule. Celles de saint Toribio et de cinq de ses disciples, qui avaient également débarqué dans la Péninsule au ier siècle pour l’évangéliser, se trouvaient dans le monastère bénédictin de Santo Toribio de Liébana.

30Parmi les saints apôtres de l’Espagne, dont la présence était fortement attestée dans cette partie de la Péninsule, saint Jacques mérite une mention spéciale. Le corps de l’apôtre et protecteur de l’Espagne fut transféré sous le règne d’Alphonse le Chaste, au début du ixe siècle. La ville devint métropolitaine sous le règne d’Alphonse VII l’Empereur à la suite d’un transfert de dignité depuis Mérida, alors tombée sous le joug musulman et dépeuplée. D’après l’histoire de la ville, le premier évêque de Compostelle, Gelmírez, aurait fait venir du Portugal les reliques des martyrs Cucufate, Sylvestre et Suzanne ainsi que celles de l’évêque Fructueux. La relique la plus importante restait néanmoins la tête de saint Jacques, placée sur un buste d’argent doré couronné d’un diadème de pierres précieuses. Morales fait le récit de cette « historia muy grave », qui raconte comment cette relique serait venue de Jérusalem et aurait été transférée à San Zoilo de Carrión avant que la reine Urraca la donne à l’église de Saint-Jacques-de-Compostelle. Vers 850, le récit du transfert était définitivement établi : le corps aurait été apporté par sept saints de l’entourage de saint Jacques depuis les environs de Grenade, si l’on en croit l’Historia compostellana achevée en 1139 et qui consacra l’hispanité du saint matamoros. Ce livre figurait dans la bibliothèque de Compostelle lors du passage de Morales, ainsi qu’un livre des miracles de l’apôtre saint Jacques qu’aurait écrit le pape Calixte II.

  • 24 Sandoval, Primera parte de la fundaciones…, fo 65 v.

31L’enquête de Morales fait également apparaître de nombreux sites consacrés à des figures fondatrices, des évêques pour l’essentiel. Leur histoire est associée à celle de l’Église d’Espagne et à la christianisation de la Péninsule reconquise, ces évêques ayant participé à cette reconquête religieuse. Odoario avait restauré l’église métropolitaine de Lugo tandis qu’Alphonse Ier le Catholique la dotait, vingt ans à peine après la conquête arabe. Le petit monastère bénédictin de San Pedro de Montes avait été fondé par saint Fructueux, saint Valerius (qui y était mort) et saint Gennade, qui y avait été moine au temps d’Ordoño. Saint Isidore était l’objet d’une importante dévotion à San Isidoro de León, ainsi que le corps de saint Martin. Le premier y était richement installé, au milieu du grand autel, derrière une grille. Fruit de plusieurs donations, le reliquaire était travaillé en métaux précieux. Quant à saint Martin, chanoine de la maison, il reposait dans une chapelle de la sacristie. Durant son voyage, Morales passa par Zamora mais n’en visita pas les sites, où se trouvaient pourtant deux reliques notoires. L’explication en est que Philippe II, lors d’une visite, avait déjà eu le loisir de voir les corps de saint Ildephonse et de saint Atilannus. Ces deux évêques n’étaient pas contemporains. Le premier, Ildephonse, avait été abbé puis évêque de Tolède au début du viie siècle. À sa mort, il avait été inhumé en l’église Santa Leocadia, puis son corps, par crainte des Maures, avait été transféré à Zamora où il avait été vénéré jusqu’en 888. Quant à Atilannus, évêque de Zamora, il avait été le premier évêque de ce diocèse sous Alphonse III le Grand, au début du xe siècle. Il avait participé à la Reconquête en fondant des monastères avec Froilán, son contemporain. En 1260, alors que l’existence des corps de ces deux saints était tombée dans l’oubli, l’évêque de Zamora eut une révélation attribuée à saint Ildephonse. Ce dernier l’invitait à creuser sous le pavement de l’ancienne cathédrale, devenue San Idelfonso. D’après Prudencio de Sandoval, les ossements furent retrouvés sous une arche de pierre qui portait une inscription désignant leur emplacement et le « Seigneur » donna la preuve de la sainteté de ces ossements : « Dio el Señor muestras desta verdad con el suave olor que dellas salía » ; puis ces reliques furent placées au-dessus du maître-autel24. Plusieurs miracles survinrent après la découverte des deux corps. Les deux saints furent dès lors vénérés, leur fête se situant au mois d’octobre.

32Le corps de saint Froilán, évêque de León entre 900 et 905, fut également repéré par Morales au monastère de Santa María de Regla. D’autres corps vénérés se trouvaient dans la grande chapelle : ceux des évêques de León, Alvitus (1057-1063) et Pélage (1208). Saint Rudesinde, évêque de Dume, mort en 977 et parent d’Alphonse le Grand, appartenait à une famille royale de Galice. Évêque à vingt ans, il restaura et fonda des monastères, dont celui de Celanova en 973. Abandonnant sa prélature, il se retira dans ce monastère et en devint l’abbé jusqu’à sa mort. Sa tombe devint célèbre en raison de miracles reconnus par l’Église et en 1195 il fut canonisé par le pape Célestin III. Comme pour de nombreux autres saints, la vie de Rudesinde fut notifiée sur parchemin. Le monastère en possédait un datant de 1227. Son corps se trouvait, au temps de la visite de Morales, dans une chapelle collatérale en face du corps de saint Torquat.

33Non seulement les miracles étaient une preuve de sainteté, mais encore ils fonctionnaient comme des catalyseurs de la piété dévotionnelle. Le monastère bénédictin de San Esteban de Riba de Sil s’était fait une « sainte » réputation grâce à l’existence des sépultures de neuf évêques, auteurs de nombreux miracles qui les avaient fait accéder à la sainteté. À Tuy, en Galice, Morales put consulter un parchemin de plus de deux cents ans qui contenait la vie et les miracles du bienheureux Telme. Ses effets personnels, habit et ceinture, miraculeusement conservés depuis trois cents ans, se trouvaient dans la sacristie, tandis que le corps du saint était situé dans la grande chapelle. Saint Telme  — ou frère Pedro González Telmo — était né vers 1190 à Astorga, dans le royaume de León. La grâce l’avait touché un jour d’humiliation, tandis qu’il prenait possession de sa charge de doyen du chapitre cathédral. Purifié de son orgueil par la grâce, il s’était retiré chez les dominicains. Il se fit remarquer par ses dons de prédication, qui lui valurent les faveurs du roi Ferdinand III le Saint. La vie de Telme illustre l’ardeur de la foi espagnole à reconquérir et convertir : il accompagnait le roi dans ses expéditions contre les Maures (jusqu’à Cordoue), purifiant les mosquées pour les transformer en églises, prêchant l’Évangile aux Maures prisonniers. Il consacra les dernières années de sa vie à instruire les pauvres et les paysans de Galice et des Asturies, ce qui lui valut la dénomination de nouvel apôtre de l’Espagne. Il avait l’aura de l’évangélisateur, restaurant, à l’instar des rois reconquérants, le mythe de l’Hispania. Innocent IV mit Telme au rang des bienheureux, les dominicains recevant l’autorisation de célébrer sa fête à partir de 1254 et toute l’Église en 1741. Vénérable par son action, il l’était encore plus par ses miracles, comme celui qu’il fit de son vivant en écartant la tempête un jour de prêche, ou ceux qui se produisirent au contact de son tombeau, réaménagé au xvie siècle.

34Les saints repérés par Morales semblent participer à une histoire sans cesse renouvelée de l’Hispania. Combattants d’hier pour l’identité chrétienne de l’hispanité, l’historiographie en fait, sous la bannière des Habsbourg d’Espagne, les échos vivants des combattants de la foi. Le mythe, qui avait commencé avec leur sanctification, s’inscrivait désormais dans l’histoire d’un présent imaginaire de monarchie universelle.

Histoire et mythification

a) Dans le cadre de la Reconquête

Culte des saints ou culte de la Reconquête ?

  • 25 Sandoval, Historias de Idacio Obispo…, pp. 91-97.

35L’historiographie de l’Espagne révèle un goût prononcé pour l’Hispania. Les chroniques enseignaient une histoire commune sur la base d’événements fédérateurs, de l’occupation romaine à la conquête arabe. Ces événements avaient permis l’élaboration d’une histoire de l’identité espagnole autour d’une forme de résistance chrétienne. Le récit du voyage d’Ambrosio de Morales n’est pas seulement riche en informations sur les reliques, les livres et les sépultures royales, il est aussi l’histoire des sources de cette identité chrétienne façonnée à partir de l’action des rois asturo-léonais et, plus tard, des premiers rois de Castille. Ces rois obtinrent des rois maures de Cordoue les reliques des saints espagnols conservées dans les territoires d’al-Andalus. Alphonse III (866-910), qui permit le repeuplement jusqu’au Duero tout en refondant les lieux de dévotion, se procura les reliques d’importants saints locaux en provenance de Cordoue, comme saint Euloge et sainte Leocricia, dont les restes furent transférés à Oviedo. La Reconquête fut l’occasion d’un grand nombre de transferts de reliques, et ce jusque dans l’extrême Nord du royaume à l’époque des raids musulmans de la fin du xe siècle. Prudencio de Sandoval, reprenant le récit de la conquête fait par un abbé de San Pedro de Eslonza en 1026, soulignait à cet égard la crainte « panique » des habitants de León et d’Astorga, tellement épouvantés (atimorizados) devant la menace de nouveaux raids et à ce point persuadés que les Maures reviendraient qu’ils rassemblèrent (recogieron) tout ce que les églises avaient de précieux comme reliques et comme corps royaux pour les transférer à Oviedo. Ce fut le cas des restes de saint Pélage et de saint Froilán, que Morales put néanmoins voir rapatriés dans leur lieu d’origine, à León. En se fondant sur le Diario de San Pedro de Cardesa, Prudencio de Sandoval mentionnait également le cas des chrétiens fuyant vers le Nord, en Galice et dans les Asturies, avec de nombreuses reliques, dont celles de saint Vincent25.

36Notre historiographe prend également note de la présence de reliques  — ou tenues pour telles — liées à la Reconquête, comme la croix de Pélage et l’étendard d’Alphonse VII l’Empereur. Le merveilleux faisant partie de l’univers dévotionnel de la relique, les objets qui furent le support d’un prodige manifestant l’existence de Dieu étaient vénérés comme des reliques. Ambrosio de Morales note la présence d’une relique mémorial dans le monastère de San Isidoro à León. La scène représente une vision du roi lors de la bataille de Baeza. Après son entrée dans Cordoue, Alphonse VII poursuit en effet sa conquête de l’Andalousie en direction de Baeza et d’Almería. Baeza, selon Sandoval dans son Historia de los Reyes de Castilla y de León, constituait à l’époque un site stratégique pour la maîtrise du royaume de Grenade. La ville, fort bien tenue par les Maures, subit alors un siège difficile pour les deux parties :

  • 26 Sandoval, Chronica del ínclito emperador de España, Don Alonso VII, p. 123.

Era Baeza una fortíssima ciudad, en que tenían los Moros la fuerça y amparo del Reyno de Granada. Y assí como llegó nuestro exército y la cercaron, acudieron en su defensa y se puso en resistencia, defendiéndola valientemente los Moros que en ella estavan26.

Certains prétendent que l’empereur, pris de doute, eut la vision de saint Isidore, archevêque de Séville,

  • 27 Ibid. et Sandoval,Historia de los Reyes de Castilla y de León, fo 177 v.

esforçándole y asegurando de la vitoria ; y que assí la tuvo de muchos Moros que venían a la socorrer, que a la vista de la ciudad les dio una sangrienta batalla, en que los venció y destroçó ; y assí los de la ciudad, viéndose sin remedio, se le entregaron27.

  • 28 Cette apparition du saint ressemble aux fréquentes apparitions de saint Jacques matamoros qui connu (...)
  • 29 Morales, Viage…, p. 51.
  • 30 Ibid., p. 51.

37Rangé à côté de reliques mineures se trouvait l’étendard qu’Alphonse VII l’Empereur avait fait réaliser avec la représentation d’un saint Isidore équestre, vêtu d’une cape pontificale, tenant une croix dans la main et brandissant une épée de l’autre. Apparaissait, au-dessus du saint et sortant d’un nuage, un bras tenant également une épée, et qui indiquait l’origine divine du secours apporté par saint Isidore28. Ce symbole de la victoire miraculeuse d’Alphonse VII ne devait pas cesser, par la suite, d’accompagner les rois comme un rappel et un signe de la protection divine : « Este pendón usaron los Reyes llevar en la Guerra contra los Moros, por devoción y plegaria de la ayuda de este Santo29. » Morales soutient, d’après l’histoire du roi Jean II (1406-1454), que le fameux étendard fut ainsi promené de frontière en frontière jusqu’au siège victorieux d’Antequera. Il insiste finalement sur la permanence tardive de cette dévotion, puisque, précise-t-il, « trató el Emperador Carlos V de gloriosa memoria de llevarlo en alguna jornada30 ».

Monastères, ermitages et royauté catholique

  • 31 En 912 plus exactement, d’après la carte de García de Cortázar reproduite dans Gerbet, 1992, p. 93.

38Les saints répertoriés par Ambrosio de Morales sont étroitement liés à la Reconquête. Les monastères et les églises qui en conservaient les reliques appartenaient aussi à la même histoire. D’après la carte des étapes effectuées par Morales, les fondations les plus anciennes, de 722 à 792, se situent sur un front « protégé », au nord et à l’ouest des monts Cantabriques. Ces fondations semblent en effet correspondre à la politique d’expansion d’Alphonse Ier (739-757) vers le sud-ouest, en direction de Lugo, et au repeuplement des zones du nord grâce au rapatriement de chrétiens. La période suivante (première moitié du ixe siècle) fut marquée par de nombreux raids musulmans. L’enquête d’Ambrosio de Morales n’indique d’ailleurs aucune fondation pour le règne d’Alphonse II (791-842), qui fut pourtant grand amateur de reliques et du culte de saint Jacques. Les fondations des monastères visités reprennent à partir du milieu du ixe siècle, soit par la consolidation des bases acquises autour d’Oviedo dans les Asturies, soit comme fruit d’initiatives prises sur le front plus instable situé entre Sahagún et Valladolid. La grande majorité des établissements visités par Morales remonte en fait au xe siècle et se situe entre les monts Cantabriques et le Duero, en conséquence de l’extension et de la stabilité de la frontière du royaume asturo-léonais jusqu’au Duero au début du xe siècle31.

  • 32 Yepes, Chroniqves générales de l’ordre de S. Benoist…, vol. 1, p. 461.

39Les 96 monastères visités par Morales appartenaient en grande partie à l’ordre de saint Benoît : 26 monastères bénédictins (27 %) et 16 monastères cisterciens (16,5 %). Contrairement à la Nouvelle-Castille, où la présence franciscaine était alors plus importante, l’ancien royaume asturo-léonais profita de l’élan monastique de l’ordre bénédictin au viiie siècle. D’après l’histoire de l’ordre composée par Antonio de Yepes, les monastères bénédictins apparaissent dans l’archéologie chrétienne de l’Espagne comme les premières structures d’un encadrement religieux de la Reconquête. Le même auteur évoque aussi, à travers cette histoire, la capacité de sainteté des bénédictins, prêts à mourir pour l’honneur de leur Dieu. Il se fait ainsi l’écho d’une histoire prodigieuse qui advint au temps des raids dévastateurs d’al-Mansour, entre 989 et 1002. Les Maures avaient entrepris de dévaster le monastère bénédictin San Claudio à León, ils « avoient abattu les portes du monastère, et Almançor entroit dedans superbe et arrogant, monté sur un puissant cheval ». Les moines furent alors sauvés par le signe de croix lancé par l’abbé à l’encontre d’al-Mansour : « Tout aussi tost le cheval sur lequel estoit monté Almançor creva par le ventre32. » Les Maures battirent en retraite, épargnant San Claudio, dont la sacristie conservait encore une partie du capuchon du cheval en drap d’or de couleur bleue tandis que la peinture du retable représentait la scène du miracle.

40Si les monastères sont légion, les ermitages voués à la Reconquête ressortent peu dans l’enquête de Morales. L’un des plus anciens sites consacrés au « culte » de la Reconquête serait celui de Covadonga, où Pélage mit en déroute les Maures avec le secours providentiel d’une pluie de pierres. Par la suite, Alphonse II le Chaste devait aménager dans la roche une église où il fit transférer le corps de Pélage. Les premières fondations attestées par Morales remontent au grand-père, Alphonse Ier le Catholique. Ce dernier, ou son beau-frère Fruela, fils de Pélage, aurait fondé le monastère bénédictin de Villanueva, tandis que le second fondait celui de San Pedro près de Covadonga, si l’on en croit Prudencio de Sandoval dans ses Historias de Idacio obispo… Après le renforcement du territoire asturien au nord des monts Cantabriques, les premiers rois asturo-léonais descendirent vers le sud, toujours à l’abri de la barrière montagneuse. Fruela Ier fondait le monastère de San Julián de Samos au milieu du viiie siècle. Ce monastère bénédictin, qui échappa à la destruction, fut donné à des moines cordouans par Ordoño II en 862. La présence au ixe siècle des moines cordouans atteste des mouvements de population qui servirent au repeuplement des territoires chrétiens. Entre ce monastère et l’église proche de Santa María de Val de Emao, l’occupation chrétienne était cimentée par une grande dévotion à saint Euphrase, évêque d’Andújar et apôtre de l’Espagne avec Torquat au ier siècle.

41Le ixe siècle apparaît donc, à travers le récit de voyage de Morales, comme un tournant dans l’histoire de la religiosité de Reconquête, elle-même réinscrite dans le cadre d’une grande œuvre de mythification, l’Hispania. Sous les règnes allant d’Alphonse II à Alphonse III, les bénédictins semblent dominer dans des parties du royaume depuis longtemps reconquises, comme la région d’Oviedo et celle de Sahagún (cette dernière étant de nouveau menacée au xe siècle). Des fondations surgissent alors, non seulement pour renforcer le réseau chrétien mais aussi pour organiser la reconstruction et l’avenir d’une nouvelle Hispania chrétienne.

  • 33 Sandoval, Primera parte de las fundaciones…, fo 44 r-78 v.
  • 34 Sandoval, Historias de Idacio Obispo…, p. 277.

42Quant au xe siècle, il apparaît également comme déterminant à travers les fondations mentionnées sur l’itinéraire de Morales, et qui sont situées dans les régions correspondant à la poussée, au milieu du ixe siècle, de la frontière chrétienne, de Tuy à Sahagún en passant par Astorga. Leur répartition se fait autour de Saint-Jacques-de-Compostelle, dont le pèlerinage est lancé à cette époque, et autour de León. San Benito el Real de Sahagún, par exemple, fut fondé sous Alphonse III (866-910), lors de l’avancée chrétienne vers le sud jusqu’au Duero. D’après un privilège de Ramire III de León en 983, le monastère fut fondé, sur le Cea, à l’emplacement d’une église paroissiale où étaient inhumés Facundus et Primitivus, deux martyrs qui vécurent sous Trajan dans la colonie romaine de León33. À son tour, Sanche Ier, lorsqu’il obtint du roi de Cordoue le corps du martyr saint Pélage, fonda le monastère de San Isidoro à León en 961. D’après Prudencio Sandoval, la charte de cette fondation est fort révélatrice des motivations du prince. Si Sanche Ier voulait ainsi favoriser les lieux de dévotion et les doter, c’était tout particulièrement pour obéir a « la obligación que los Reyes tienen de favorecer los lugares píos, y engradecerlos con dones ». Dans l’honneur rendu aux saints, la question du don devient la principale justification. Le don, malgré ses apparences matérielles, est avant tout spirituel. Le don devient une commémoration du don originel, celui du sang des martyrs, « […] para que con dones reciban el coraçón puro y devoto con que se los dan34».

43Les fondations et dotations des siècles postérieurs ne répondaient sans doute plus aux mêmes exigences d’enracinement de populations déplacées. Elles semblent davantage relever de la piété dévotionnelle des rois et des reines. Les divers règnes apparaissent, de ce point de vue, comme plus ou moins marquants. Après la grande période riche en fondations du règne d’Alphonse VII l’Empereur, Ambrosio de Morales n’en mentionne plus qu’une dizaine jusqu’au règne de Jean Ierà la fin du xive siècle. Ces dernières sont situées principalement sur deux fronts, l’un en Galice (entre Melón et Monforte) et l’autre en León (entre Valladolid et León), et sont plutôt l’œuvre de fondatrices, ce qui annonce la part dominante des femmes dans les fondations royales à venir. La reine María de Molina, épouse de Sanche IV (1284-1295), apparaît ainsi à l’origine de trois fondations mentionnées par Morales ; il s’agit de trois monastères vallisolétains : celui des franciscains à San Francisco, celui des dominicains à San Pablo et celui des cisterciens à Las Huelgas.

  • 35 Checa Cremades, 1987.

44Ainsi, rois, reines et nobles avaient participé à l’édification de la nouvelle Hispania, dont l’un des traits était une insistance particulière sur la vocation religieuse des vainqueurs. Et Philippe II, « colonne de la foi » et bras armé de Dieu, put à son tour apparaître, à travers la réalisation du projet qu’il avait confié à Morales, comme une nouvelle incarnation des grandes figures héroïques de la Reconquête. Un héroïsme vécu pour lors sur le mode de la vertu, un héroïsme que Charles Quint avait déjà, à sa façon, intégré dans la représentation qu’il voulait donner de lui-même comme le grand « héros de la Renaissance35 ».

b) Les figures du mythe

La postérité historiographique

45L’enquête d’Ambrosio de Morales inscrit la recherche des sources de l’histoire chrétienne dans une histoire continue. Les chroniques, fondatrices et légitimatrices, se basaient sur la revendication de l’héritage wisigothique. Les thuriféraires des Habsbourg d’Espagne renouèrent avec cette tradition en établissant un lien généalogique entre les rois hispaniques et les Wisigoths. Le généalogiste Julián del Castillo n’ignore pas ce lien lorsqu’il établit la généalogie des rois hispaniques dans son Historia de los reyes godos […] : y la successión dellos hasta el cathólico y potentíssimo don Philippe Segundo Rey de España… (Burgos, Philippe de Iunta, 1582). Castillo se base sur la filiation wisigothique, rappelant de la sorte les chroniques rédigées sous le règne d’Alphonse III, en particulier la Chronique d’Albelda (881) et la Chronique des rois wisigoths (911). Cette dernière chronique servit à l’époque à justifier la politique de repeuplement entreprise par Alphonse III, en mettant l’accent sur celle de son prédécesseur, Alphonse Ier le Catholique, à la fin du viiie siècle. Quant à la Chronique d’Albelda, elle se présentait comme une œuvre de mythification de l’idéal goth, en célébrant le règne d’Alphonse II qui passait alors pour le grand restaurateur de la tradition gothique. La chronique faisait état de la consolidation du pouvoir royal à travers le culte de l’origine (les Wisigoths et leur tradition monarchique, surtout celle de l’onction) et le culte des saints, en particulier de saint Jacques, faisant du christianisme le ciment de la reconstruction « nationale ».

46Rois et saints de la Reconquête occupent ainsi une place privilégiée dans l’historiographie. Pour Joannes Vasaeus, dans le Chronicon rerum memorabilium Hispaniae (Salamanca, 1552), la présence de nombreux martyrs est le signe que commençait à « fleurir » l’Église d’Espagne. Prudencio de Sandoval, dans son histoire des rois de Castille, consacre un chapitre à chacun des monarques suivants : Ferdinand Ier le Grand, Alphonse VI, Urraca et Alphonse VII l’Empereur. Les sources de ces historiographes étaient des récits de vies — et particulièrement de vies hagiographiques — ainsi que toutes les archives conservées dans les monastères et concernant l’octroi de privilèges. Les « vies » insistaient surtout sur le rapport entre les rois, la Reconquête et les fondations et dotations de monastères et d’églises.

47Pélage est la première des grandes figures de la Reconquête ayant donné lieu à une véritable œuvre de mémoire et de culte avec le site de Covadonga, un rocher en fond de vallée, dans les Asturies. L’infant Pélage, selon Morales, s’y serait réfugié avec quelques chrétiens et ils y reçurent l’aide de la Providence, qui fit s’abattre une pluie de pierres sur l’assiégeant tandis qu’une brèche s’ouvrait dans la roche, laissant s’échapper dans un grand tumulte les eaux de la petite rivière Diva. Par la suite, Alphonse X le Sage aurait fait aménager une église dans cette grotte d’à peine trente pieds de long (à moins qu’il ne s’agisse de l’ermitage fondé par Fruela, fils de Pélage et beau-frère d’Alphonse Ier le Catholique). La sépulture du roi Pélage y aurait été transférée à la même époque depuis l’église proche de Santa Eulalia. Autre bataille, autre lieu de culte, près de Mercado de Cangas. Ce fut avec l’aide d’une croix miraculeuse tombée du ciel que Pélage remporta plusieurs batailles. La croix se trouvait alors, selon le témoignage de Morales, dans la Cámara Santa à Oviedo. Elle est authentifiée par l’une des plus anciennes inscriptions d’Espagne (735) :

  • 36 Morales, Viage…, p. 68 : « Resurgit à preceptis divinis haec mavina sacra. /Opere suo comptum ƒidel (...)

La más antigua que hay en España después de su destruición, y por esto son de estimar36.

  • 37 Flórez, España Sagrada…, t. xviii, p. 296.

48Une autre figure royale se détache dans l’enquête de Morales, celle d’Alphonse VII l’Empereur (1126-1157), qui fut actif dans la reconquête du Sud. Les chroniques l’associent à une période de gloire, avec les victoires de Baeza et d’Almería, mais elles soulignent aussi son rôle de fondateur de monastères : Monfero, Armentera, Oia, Melón, Benavides (tous les cinq donnés aux cisterciens) et Valparaíso. D’autres fondations ont lieu sous son règne, à l’initiative de sa sœur Sancha (Carracedo et La Espina) et de son épouse Violante (Santa Clara de Allariz). Reste une figure importante à évoquer, celle du saint comte Osorio Gutiérrez, qui en 969 fonda en Galice le monastère de Lorenzana. Il appartenait, d’après Morales et Sandoval, à une très ancienne noblesse proche de la maison royale. D’après une Historia antigua consultée par Antonio de Yepes à Lorenzana et d’après la charte de fondation, le comte « se hallaba en la frontera contre los Moros, donde estaba continuamente por el servicio de Dios y de los Reyes37 ». Après la mort de la comtesse, Gutiérrez, sans héritier, se consacra à Dieu et dota le monastère, prévoyant d’y vivre religieusement après avoir visité les Lieux saints de Jérusalem. Le récit de sa vie et de sa mort le consacra comme un saint. Son corps, qui reposait dans une tombe de marbre en forme d’arche, jouissait d’une renommée certaine et avait des vertus d’intercession. Pour Morales comme pour Yepes, sa sépulture passait pour l’une des plus visitées d’Espagne.

Corps des saints et corps des rois

49La présence des sépultures royales dans les églises et les monastères ainsi que la tradition des messes dites en mémoire des membres de la famille royale soulignent un attachement identique et continu des rois pour les rites « intercesseurs ». À l’Escorial, la piété dévotionnelle de Philippe II envers le saint sacrement et les reliques ainsi que les milliers de messes dites pour ses funérailles s’inscrivent dans la tradition d’une piété monarchique en symbiose avec une religiosité de tous les états. La Reconquête avait été l’occasion d’établir les bases d’une monarchie associée à une Église ayant servi d’encadrement aux populations déplacées. Le culte des saints s’y confondait avec celui des héros de la Reconquête à travers une œuvre mythificatrice commune. Les rois s’étaient joints à cet élan généré par le mythe en action en s’associant aux cultes qui florissaient dans cette Espagne « renaissante ». Aussi les retrouve-t-on fondant ou restaurant, puis dotant les lieux de culte où ils finissent eux-mêmes par se faire enterrer, profitant pour l’éternité de l’intercession des saints et de la ferveur populaire. Certains sites illustrent la pratique extrême de cette tradition, comme San Isidoro de León, où Morales put dénombrer des dizaines de corps royaux, relégués dans la chapelle Sainte-Catherine, tout au bout de l’église. Cette chapelle devait rester fermée, sauf pour les personnes autorisées, et les messes ne pouvaient y être dites, faute de place, en raison de la proximité des tombeaux et de l’autel. Les corps (environ une trentaine) y avaient été placés depuis l’époque de Bermude Ierà la fin du viiie siècle jusqu’à celle des infants de Ferdinand le Grand au xie siècle.

50Les corps des saints et des rois participent à la même mémoire et au même mythe. Le monastère de Sahagún, de fondation ancienne, présente cette symbiose entre les vénérations des saints et celles des corps royaux. Ambrosio de Morales et Prudencio de Sandoval (dans son histoire des fondations bénédictines) attestent la présence de sépultures royales dans la grande chapelle : celles d’Alphonse VI (ramené de Tolède), de ses épouses et de sa fille Urraca (selon Prudencio de Sandoval) ou d’Elvira (selon Morales) dans une chapelle latérale. Ce lieu de culte est entièrement voué à la mémoire exemplaire des saints et des conquérants. Morales décrit l’autel, le plus grand d’Espagne d’après lui, recouvert d’argent travaillé en demi-relief et représentant des figures de saints : une commande d’Alphonse VI pour des offices auxquels, à l’époque du voyage de Morales encore, seuls les membres de la famille royale étaient autorisés à assister. Ainsi, au Moyen Âge, en Castille, saints et rois sont réunis par le caractère exceptionnel de leur mission divine. Consolidant alors une tradition monarchique issue de la Reconquête, l’hommage qui leur est rendu par Philippe II répond à un identique devoir de mémoire. N’est-ce pas là, en réalité, le sens ultime du panthéon royal de l’Escorial, lieu de mémoire dédié aux rois de l’Hispania, et qui vise à assurer la permanence de l’esprit de croisade ?

51Non que les corps royaux ne fussent, par ailleurs, recherchés pour leur pouvoir d’intercession. Morales cite Jean Ierqui, à la fin du xive siècle, dota les moines du couvent bénédictin de San Benito de Valladolid pour en faire des intercesseurs privilégiés avec le ciel, puisque leur devoir était de prier pour la santé, la vie et le salut des rois qui sont les vicaires de Dieu sur terre :

  • 38 Morales, Viage…, p. 5.

Siempre rueguen a Dios por la nuestra salud e por la nuestra vida, e de los otros Reyes que de Nos vinieron, porque gobernemos e rijamos los Reynos que por Él nos son encomendados a su santo servicio e a salvación de nuestra alma38.

52Le monastère possédait quelques dépouilles royales qui pouvaient intéresser Philippe II : celle de Marie de Hongrie, fille de Philippe le Beau et de Jeanne la Folle, qui fut transférée à l’Escorial le 17 février 1574 ; celle aussi d’un roi Goth, Chindaswinthe (642-653), tenu pour un saint et dont le récit (fabuleux) de la vie était lu aux matines, pratique fortement désapprouvée par Ambrosio de Morales qui la juge indigne : elle ne faisait pourtant que refléter le poids du culte des origines dans une Espagne sans cesse appelée à se régénérer dans sa lutte contre les infidèles.

53Dans ses instructions à Morales, Philippe II s’était également montré soucieux des messes dites et répons chantés en l’honneur des membres de la famille royale. Au monastère de Las Huelgas à Valladolid, par exemple, la fondatrice et reine María est honorée dans chaque messe, dans chaque prière et dans chaque chant, tandis que toutes les heures un répons lui est dédié. Son anniversaire est célébré en grande solennité et chaque année une religieuse doit réciter un psautier. Morales, par ailleurs, put consulter un parchemin du monastère San Benito à Valladolid dans lequel étaient consignés les mémoires de tous ses bienfaiteurs et les devoirs religieux qui leur étaient rendus chaque année. Une cérémonie appelée cama était réservée au fondateur Jean Ier, aux Rois Catholiques et à saint Benoît. Elle consistait en une veille suivie d’une grande messe et d’une procession qui se rendait au cloître en chantant des répons. Chaque jour, une messe était dite pour les rois et leurs descendants.

54Les messes célébrées en l’honneur des rois bienfaiteurs n’ont été notifiées par Morales que pour les monastères de fondation royale et ou ceux ayant grande réputation. Elles étaient quotidiennes à San Benito de Valladolid et au monastère royal de Sahagún, qui fêtait également deux fois par an son fondateur, Alphonse III le Grand. Les rois qui avaient fondé le monastère Santa María de Regla, et particulièrement Ordoño II qui y avait sa sépulture, étaient honorés lors de leurs anniversaires ainsi que par une messe quotidienne accompagnée de répons. À Saint-Jacques-de-Compostelle, les anniversaires royaux étaient célébrés le 23 janvier pour Alphonse VII l’Empereur, un autre jour pour les rois de Castille, en avril pour Ordoño et certains rois du Portugal. Enfin, à San Payo d’Oviedo, les bénédictines commémoraient les anniversaires du fondateur Alphonse le Chaste et de Bermude Ier ainsi que ceux de leurs épouses. Il en était de même au monastère de La Vega, près d’Oviedo, en l’honneur de la reine Urraca.

55Le culte de la Reconquête fut double. L’historiographie en rend compte en insistant sur l’attachement des chrétiens à sauvegarder leurs reliques et les corps royaux dans leur intégrité. Les rois de la Reconquête furent élevés au rang de saints en raison de leur mission salvatrice. Conscients eux-mêmes de participer à une œuvre divine, ou soucieux de donner une dimension divine à leur mission, ils se préoccupèrent de fonder des monastères et des églises, d’y rassembler des reliques de saints les plus à même de générer des cultes locaux et de les rejoindre pour l’éternité en élisant sépulture dans ces lieux de dévotion. Saints et rois furent ainsi réunis dans une vénération commune pour la mémoire chrétienne. Philippe II maintint cette tradition à travers son palais-monastère de l’Escorial : en promouvant cette archéologie de l’Espagne chrétienne, il œuvrait pour la survivance de l’Hispania.

Haut de page

Bibliographie

Camporesi, Piero (1986), La chair impassible, Paris.

Checa Cremades, Fernando (1987), Carlos V y la imagen del héroe en el Renacimiento, Madrid.

Christian, William A. Jr. (1991), Religiosidad local en la España de Felipe II, Madrid.

Estal, Juan Manuel del (1998), « Felipe II y el culto a los santos », dans Felipe II y su época (2 vol.). Actas del simposium 1/5-IX-1998, San Lorenzo de El Escorial, pp. 457-504.

Fernández Montaña, José (1882), Nueva luz y juicio verdadero sobre Felipe II, Madrid.

Fernández Terricabras, Ignasi (2001), Philippe II et la Contre-Réforme. L’Église espagnole à l’heure du Concile de Trente, Paris.

Flórez, Henrique, España Sagrada. Theatro geográphico-histórico de la Iglesia de España (51 vol.), Madrid, 1754-1879.

Gerbet, Marie-Claude (1992), L’Espagne au Moyen Âge : viiie-xve siècle, Paris.

Morales, Ambrosio de, Apología de Ambrosio de Morales, con vna información al Rey… en defensa de los Anales de Geronymo Çurita contra la censura de don Diego de Santa Cruz, con la respuesta de don Felipe de Guevara a lo que el arcediano de Ronda opuso a los mismos anales de Çurita sobre la nobleza de la Casa de Austria, Saragosse, 1610.

Morales, Ambrosio de, Viage de Ambrosio de Morales por orden del Rey D. Phelipe II a los Reynos de León y Galicia y Principado de Asturias. Para reconocer las Reliquias de Santos, Sepulcros Reales y Libros manuscritos de las Cathedrales y Monasterios, Madrid, 1765.

Pérez Pastor, Cristóbal (1891-1907), Bibliografía Madrileña o descripción de las obras impresas en Madrid (3 vol.), Amsterdam.

Redel y Aguilar, Enrique (1908), Ambrosio de Morales, Cordoue.

Sandoval, Prudencio de, Chrónica del ínclito Emperador de España, Don Alonso VII deste nombre Rey de Castilla y León, hijo de Don Ramon de Borgoña, y de Doña Urraca, proprietaria de Castilla…, Madrid, 1600.

Sandoval, Prudencio de, Historia de los Reyes de Castilla y de León, Pamplune, 1615.

Sandoval, Prudencio de, Historias de Idacio Obispo que escribió poco antes que España se perdiese. De Isidoro, obispo de Badajoz, que escribió en los tiempos que se perdió España, treynta y ocho años después. De Sebastiano, obispo de Salamanca, que escribió desde el rey Don Pelayo…, Pampelune, 1615.

Sandoval, Prudencio de, Primera parte de las fundaciones de los Monasterios del glorioso Padre San Benito, que los Reyes de España fundaron y dotaron, desde los tiempos del Santo hasta que los Moros entraron y destruyeron la tierra. Y de los santos y claros varones desta sagrada Religión, que desde el año DXL, que san Benito envió sus Monges, hasta el año DCCXIIII, que fue la entrada de los Moros Africanos, han florecido en estos Monasterios. Dirigida al rey Don Felipe nuestro señor III, Madrid, 1601.

Tallon, Alain (2000), Le concile de Trente, Paris.

Yepes, Antonio de, Chroniqves generales de l’ordre de S. Benoist…, composées en espagnol par Dom Anthoine de Yepes, abbé de S. Benoist de Valladolid, et traduites en françois par Dom Martin Rethelois… (2 vol.), Paris, 1619 (titre original : Corónica general de la Orden de San Benito, Patriarca de religiosos [7 vol.], Valladolid, 1609-1621).

Haut de page

Annexe

Cédule royale de Philippe II du 18 mai 1572
(dans
Morales, Viage de Ambrosio de Morales…, pp. 2-3).

El Rey

Ambrosio de Morales, nuestro Coronista, sabed que por el zelo y deseo que tenemos del servicio y culto Divino, y particularmente de la veneración de los Santos y de sus Cuerpos y Reliquias ; y deseando saber las que en estos nuestros reynos por Iglesias y Monasterios dellos había, el testimonio y autoridad que dellas se tenía, la guarda y recaudo en que estaban, y la veneración y decencia con que eran tratadas ; y teniendo asimismo relación que en algunas de dichas Iglesias y Monasterios y otras partes había libros antiguos de diversas profesiones y lenguas, escritos de mano e impresos, raros y exquisitos, que eran y podían ser de mucha autoridad y utilidad, en que no había habido el recaudo y guarda que convenía, escribimos a algunos de los Prelados y Cabildos de estos nuestros Reynos que nos enviasen particular relación de todo lo que en sus Iglesias y Monasterios había. Y como quiera que se nos haya por algunos enviado, todavía por más satisfación, y para que con más fundamento esto se entienda y provea, y queriendo allende de esto tener noticia de los Cuerpos de los reyes nuestros antecesores que en algunas de las dichas Iglesias y Monasterios están sepultados, y en qué manera y forma están, qué dotaciones y fundaciones han dejado, y las Memorias, Vigilias, Sacrificios y Oraciones que por ellos se hacen, habemos acordado (por la satisfación que tenemos del zelo, lección y erudición que en vuestra persona concurren, y por la inteligencia y noticia que de todo esto tenéis) de os cometer y encomendar (como por la presente os cometemos y encomendamos) que, yendo a las Iglesias y Monasterios de los Nuestros Reynos de León, Galicia y Principado de Asturias que entendiéredes conviene y para el dicho efecto serà necesario ; y habiendo mostrado y presentado esta nuestra cédula a los Prelados, Cabildos, Abades, Provinciales y otros Superiores de las dichas Iglesias y Monasterios donde llegáredes, os informéis muy particularmente de las dichas Reliquias y cuerpos santos, y los testimonios y autoridad que dellos hay, y veréis el recaudo y guarda en que están y la veneración y decencia con que son tratados. Y asimismo por lo que toca a los Cuerpos de los Reyes nuestros antecesores, veáis en qué partes y lugares, en qué manera y forma están sepultados, qué dotaciones y fundaciones dejaron, y las Memorias, Vigilias, Misas, Oraciones, y Sacriƒicios que por ellos se hacen. Y otrosí veáis, y reconozcais los Libros, así de mano como de molde antiguos, raros y exquisitos, que en les dichas Iglesias y Monasterios hay ; y de todo hagais y nos traigais muy particular relación. Encargando por la presente a los dichos Prelados, Cabildos, Provinciales y otros Superiores de las Iglesias y Monasterios donde llegáredes que os muestren todo lo tocante a todas las dichas Santas Reliquias, Cuerpos Reales y Libros que en las dichas Iglesias y Monasterios huviere. Y mandando a los nuestros Corregidores y Justicias de las Ciudades, Villas, y Lugares donde llegáredes que os informen y hagan relación, adviertan y avisen de lo que cerca de esto tuvieren noticia. Para todo lo qual, y para qualquiera parte dello, os damos entera comisión y facultad, quan cumplida y necesaria sea, y ser pueda. De Madrid a diez y ocho de Mayo de mil y quinientos y setenta y dos años. Yo, El Rey. Por mandado de S. M., Antonio Gracián.

Tableau des sites visités par Ambrosio de Morales
durant son voyage dans le León, les Asturies et la Galice en 1572

Sites avec reliques

Sites sans reliques

Royaume de León

Valladolid : San Benito, San Francisco, San Pablo, Las Huelgas, église « mayor » ; Palazuelos ; Villa Muriel ; Palencia ; église de Husillos ; église San Martín de Frómista ; San Zoilo de Carrión ; La Vega ; San Benito el Real de Sahagún ; San Pedro de Eslonza ; León : San Isidoro, Santa María de Regla, San Claudio, Santo Domingo de León, Santa Marcela ; Santo Toribio de Liébana ; Santa María de Piasca.

Santa Cruz ; Benevivere ; Sandoval ; Prieuré San Miguel de Escalada ; Celorio, San Antolín.

Principauté des Asturies

Église de Santa Cruz ; Oviedo : Cámara Santa, San Payo ; Corias.

Ermitage de Covadonga ; église de Santa Eulalia ; Villanueva ; église de Recasto ; La Vega ; Santa María del Naranco ; église San Miguel de Lino ; abbaye de Tuñón ; Pravia ; Cornellana ; Santa María la Real (Obona) ; Villanueva de Oscos.

Royaume de Galice

Mondoñedo ; Cambre ; Monfero ; Santiago : église San Martín, San Payo, Santa Clara ; Santa María de Salomé ; Armentera ; Oia ; église de Tuy ; église d’Orense ; Celanova ; Prieuré de Caveyro ; Santa Marina de Aguas Santas ; Grajal ; Santa Clara de Allariz ; San Esteban de Riba de Sil ; San Julián de Samos, Prieuré El Cebrero ; Carracedo ; San Andrés de Espinareda ; San Pedro de Montes ; cathédrale d’Astorga ; San Dictinio ; San Francisco ; Nogales ; Benavides ; Moreruela ; La Espina ; San Mancio ; Matallana ; Bamba ; Aniago ; La Mejorada.

Lorenzana ; Meyra ; église de Lugo ; Sobrado ; El Padrón ; San Juan del Poyo ; San Salvador de Leriz ; Tenorio ; Pontevedra ; Redondela ; San Imón ; Islas Cizas ; Melón ; San Claudio ; Osera ; San Pedro de Rocas ; La Vega y Loyo ; Junquera de Ambia ; Junquera de Espadañedo ; Monte de Ramo ; San Vicente de Monforte ; Villa Franca del Bierzo ; Santa María de Cluny ; Ponferrada ; Compludo ; San Martín de Castañeda ; Valparaíso ; Bueso

Haut de page

Notes

1 Voir l’introduction biographique d’Henrique Flórez dans Morales, Viage…, p. X.

2 Informations biographiques recensées par Pérez Pastor, 1907, t. iii, p. 432, surtout dans la notice biographique du frère augustin Henrique Flórez. Voir aussi Redel y Aguilar, 1908.

3 Bibliothèque nationale de Madrid, Ms. no 1767, fo 88 v. La correspondance concernant cette affaire a été publiée dans Morales, Apología…

4 D’après la notice biographique de l’édition de 1765, l’examen d’Ambrosio de Morales (« Parecer de Morales acerca de las Reliquias y Libros de Oviedo »), était conservé en manuscrit à la Bibliothèque de l’Escorial sous la cote V.II.14, fo 212 r-217 r.

5 Morales, Viage…

6 Camporesi, 1986, p. 7.

7 Fernández Montaña, 1882, pp. 88-89.

8 Morales, Viaje…, p. 25.

9 Ibid., p. 33.

10 Ibid., p. 108.

11 Ibid., p. 59.

12 Christian, 1991, p. 158 ; d’après les Relaciones topográƒicas établies sur la base des réponses apportées aux questionnaires soumis aux villes et villages de la Nouvelle-Castille entre 1575 et 1580.

13 Yepes, Chroniqves générales de l’ordre de S. Benoist, vol. 1, p. 458.

14 Morales, Viage…, p. 207.

15 Ibid., p. 206.

16 Ibid., p. 206.

17 Tallon, 2000, p. 131.

18 Fernández Terricabras, 2001, p. 15.

19 Morales, Viaje…, p. 206.

20 Estal, 1998.

21 Ibid., p. 493.

22 Témoignage confirmé par Sandoval, Primera parte de las fundaciones…, fo 8 r.

23 Morales, Viage…, p. 153.

24 Sandoval, Primera parte de la fundaciones…, fo 65 v.

25 Sandoval, Historias de Idacio Obispo…, pp. 91-97.

26 Sandoval, Chronica del ínclito emperador de España, Don Alonso VII, p. 123.

27 Ibid. et Sandoval, Historia de los Reyes de Castilla y de León, fo 177 v.

28 Cette apparition du saint ressemble aux fréquentes apparitions de saint Jacques matamoros qui connut une grande postérité, puisque, d’après les témoignages retranscrits dans certains récits de la conquête espagnole, il vint au secours des conquistadores des Indes occidentales.

29 Morales, Viage…, p. 51.

30 Ibid., p. 51.

31 En 912 plus exactement, d’après la carte de García de Cortázar reproduite dans Gerbet, 1992, p. 93.

32 Yepes, Chroniqves générales de l’ordre de S. Benoist…, vol. 1, p. 461.

33 Sandoval, Primera parte de las fundaciones…, fo 44 r-78 v.

34 Sandoval, Historias de Idacio Obispo…, p. 277.

35 Checa Cremades, 1987.

36 Morales, Viage…, p. 68 : « Resurgit à preceptis divinis haec mavina sacra. /Opere suo comptum ƒidelibus votis. /Perspicue clareat hoc templum obyutubus sacris. /Demonstrans ƒiguraliter signaculum alme crucis. /Sit Christo placens hac aula ob crucis tropheo sacrata. /Quam famulus Faƒila sic contidit ƒide probata. /Cum froiliuba conjugeu ac suorum prolium pignera nata. /Quibus Christe tuis muneribus sit gratia plena. /Ac post hujus vitae decursum preveniat misericordia longa. /Hic valeas Kirio sacratas ut Altaria Christo. /Dei revolutis temporis annis CCC. /Seculi etate porrecta per ordinem sexta. /Discurrente Era septigentissima septu IIIIIIIII. III. »

37 Flórez, España Sagrada…, t. xviii, p. 296.

38 Morales, Viage…, p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvène Edouard, « Enquête hagiographique et mythification historique », Mélanges de la Casa de Velázquez, 33-2 | 2003, 33-60.

Référence électronique

Sylvène Edouard, « Enquête hagiographique et mythification historique », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 33-2 | 2003, mis en ligne le 03 décembre 2009, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/244

Haut de page

Auteur

Sylvène Edouard

Université Jean-Moulin Lyon-III

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org