Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Concepción de Castro, A la sombra de Felipe V. José Grimaldo, ministro responsable (1703-1726)

Jean-Pierre Dedieu
p. 318-321
Référence(s) :

Concepción de Castro, A la sombra de Felipe V. José Grimaldo, ministro responsable (1703-1726), Madrid, Marcial Pons, 2004, 394 pp.

Texte intégral

1Contrairement à ce que laissent espérer son titre – mal choisi – et les travaux antérieurs de l’auteur (notamment son excellent travail Campomanes. Estado y reformismo ilustrado, Madrid, Alianza, 1996), ce livre n’est nullement une biographie de José Grimaldo. La personne du secrétaire d’État à la guerre et aux finances, puis premier secrétaire d’État, n’apparaît qu’au bout de plusieurs dizaines de pages d’introduction et sert tout au mieux de fil conducteur à une chronique de l’action et de l’organisation de ce que l’auteur appelle l’« équipe de gouvernement » de la monarchie : les secrétariats d’État et, plus précisément, ceux dont s’occupe le protagoniste supposé de l’ouvrage, ainsi que les hommes auxquels il a affaire dans l’exercice de ses fonctions. Oublions donc la personne de Grimaldo et parlons de ce qui fait l’intérêt, immense, du livre : le récit de l’installation du mode de gouvernement par la « voie réservée ».

2Bien qu’elle constitue sans doute l’épisode le plus important de l’histoire politique de l’Espagne du xviiie siècle, la mise en place des secrétariats d’État était fort mal connue. Les grandes étapes institutionnelles en avaient clairement été définies par José Antonio Escudero dans ses ouvrages sur les secrétaires du roi. Des épisodes particuliers, telle la réforme des conseils de 1713, avaient fait l’objet d’études précises. D’autres, comme l’installation des intendants ou le Conseil de la guerre, avaient été approchés de façon plus lâche par des travaux qui ne traitaient la période que comme la préhistoire d’institutions qui les intéressaient surtout dans leur période de splendeur ou de décadence postérieure. Or, Concepción de Castro montre combien l’étude de l’action quotidienne, inscrite dans le contexte des problèmes de l’instant et dans le jeu des relations personnelles, est indispensable à la connaissance des institutions. Elle illustre aussi, de façon remarquable, le poids des options politiques en ce domaine.

3Synthétisons et évaluons son apport, après lecture attentive d’un ouvrage foisonnant et pointilliste, qui se distingue par une absence totale de synthèse, mais s’avère riche d’une multitude d’aperçus dissimulés au coin d’une phrase, au creux d’un paragraphe, ou implicites dans la juxtaposition de deux épisodes.

4La création, hautement conflictuelle, du secrétariat d’État à la guerre et aux finances est imposée par l’équipe française qui entoure Philippe V : l’ambassadeur, Orry – au cours de ses séjours à éclipses dans le pays –, la princesse des Ursins. Il s’agit de muscler cette équipe très réduite qui gouverne en fait le pays et marginalise le Conseil de Cabinet censé aider le souverain à prendre les décisions essentielles et installé dès l’arrivée de Philippe V. Le débat sur sa création n’oppose donc pas les tenants du gouvernement par conseils et les partisans de la voie réservée. Il oppose, entre eux, ces derniers, qui s’alignent sur deux positions : d’un côté, les partisans d’un Conseil de Cabinet où sont représentés les chefs du parti philippiste espagnol, appuyé par un secrétariat unique et trop faible pour gérer seul les affaires ; de l’autre, les partisans d’une structure plus réduite de décision, dominée par les conseillers français, mais appuyée par des secrétariats plus étoffés qui préparent efficacement ses décisions sans recours au Conseil de Cabinet. L’efficacité démontrée de la seconde solution dans la gestion de la guerre amène son triomphe, en dépit de la réaction espagnoliste de 1704 et du bref retour au secrétariat unique qui s’ensuit. Le Conseil de Cabinet est maintenu – il était politiquement difficile de faire autrement –, mais noyauté par les membres de l’équipe réduite et les secrétaires d’État, qui traitent directement les affaires importantes avec le roi et expédient sans en référer à personne les affaires courantes.

5Un tournant est pris en 1709, lorsque le désengagement partiel de Louis XIV rend à Philippe V une marge de manœuvre face à son grand-père. Son équipe de gouvernement se transforme. Les étrangers n’en sont pas absents – la princesse des Ursins, Orry à partir de son retour en 1713 (comme expert payé par l’Espagne et non plus comme conseiller technique envoyé par la France, la nuance est d’importance), Bergeyck –, mais les Espagnols y jouent un rôle maintenant essentiel : Grimaldo, Macanaz, travaillent désormais personnellement et seul à seul avec le roi, fonction que l’ambassadeur de Louis XIV monopolisait auparavant. Le débat n’est plus entre pro-Espagnols et pro-Français, mais entre Espagnols : entre partisans d’un gouvernement où la décision appartient à un maître absolu, le roi, et ceux d’un gouvernement où le souverain n’exerce son pouvoir que sous le contrôle du Conseil de Castille, expression du royaume. Ce débat n’était pas absent de la période antérieure, mais il était rejeté au second plan par l’affrontement national et par la force d’un troisième clivage : la prise de partie dynastique. Le déclin de l’influence française et la victoire de mieux en mieux assurée de Philippe V le ramènent au premier plan.

6Les conseils avaient terriblement souffert au cours de la période précédente, mais le plus important d’entre eux, le Conseil de Castille, avait maintenu, voire renforcé, ses positions institutionnelles en dépit des nombreux empiétements que les « urgences de la guerre » avaient fait subir à sa juridiction. Par ailleurs, l’équipe du roi, maintenant que la certitude de la victoire lui permet d’élaborer des plans à long terme, envisage des réformes qui ne sont plus de pures réponses aux circonstances, mais une réorganisation structurelle du système de gouvernement. C’est d’abord le plan Bergeyck de prise en main du système fiscal et de l’administration territoriale par des intendants généraux de province nommés par la voie réservée (1711-1712). Premier échec devant la résistance des conseils. C’est ensuite le plan Orry, qui complète la création des intendances par une réforme radicale des conseils qui équivaut à leur anéantissement politique et à un renforcement considérable des secrétariats d’État (1713-1715). Second échec, cuisant, mais partiel car les secrétariats survivent dans leur nouvelle configuration et le système fiscal sort de l’épreuve beaucoup mieux contrôlé par le souverain. C’est, immédiatement entreprise, la lente reconquête des positions perdues par la « voie réservée » en 1715, d’autant plus vigoureuse que les favoris se succèdent dans l’exercice d’un pouvoir effectif que le roi, qui donne des signes de plus en plus évidents de maladie men-tale, a du mal à assumer. Or ils n’ont aucun appui dans les conseils et doivent nécessairement se doter d’une structure susceptible de mettre en œuvre leur volonté.

7La précision des données fournies par l’auteur permet de nombreuses mises au point : le traitement du plan Bergeyck, par exemple, est un petit bijou. L’apport est immense sur les mécanismes de l’action politique sous l’Ancien Régime. La prise de partie tout d’abord, est réévaluée comme un élément clef du système de gouvernement. Contrairement à ce que sont parfois tentés de croire des historiens trompés par des formes très différentes de celles du débat politique actuel, les relations personnelles ne sont pas tout. La notion d’efficacité est omniprésente : la duplication des secrétariats d’État s’impose tout simplement parce qu’évaluée à l’aune objective des succès militaires, cette solution s’avère meilleure. Réévalué également le poids de l’option politique. Au sein d’une fidélité commune à un même souverain coexistent des opinions profondément différentes sur la nature souhaitable du système politique, et ces différences ne sont pas vécues comme des trahisons à ce souverain, même lorsqu’elles conduisent à s’opposer aux volontés qu’il exprime à un moment donné. Toutefois, le débat ne s’engage pas publiquement sur le plan des principes, sauf lorsque sont en jeu les relations avec un pouvoir d’une nature différente, comme l’Église (voir les mésaventures de Macanaz). Il reste habituellement sur le plan technique, dans l’examen au coup par coup des mesures proposées par les uns et les autres, dans le choix des hommes pour mettre en œuvre les institutions. L’affrontement prend enfin la forme privilégiée d’un combat pour la défense ou l’extension de la juridiction personnelle détenue par chacun des acteurs. Chacun a été investi par le souverain d’un capital de pouvoir dans la sphère publique qu’il est de son devoir de faire fructifier au service de son mandant. Toute réforme provoquant nécessairement une réorganisation de ces sphères juridictionnelles, ce terrain est le lieu privilégié, et hautement légitime, de l’affrontement autour du changement. Toute la difficulté pour l’historien consiste ainsi à lire le politique sous l’argument technique ou personnel.

8Sur ces derniers points nous extrapolons à partir des données fournies par l’ouvrage, qui jamais n’explicite sa problématique. Nous ne pouvons que regretter, en outre, que, trop étroitement prisonnier de sa source principale, les papiers des secrétariats tenus par Grimaldo, il laisse de côté des questions essentielles. Examinons-en trois, qui nous paraissent fondamentales.

9La Castille, voire l’Espagne, ne résument pas la monarchie. Le lecteur peut refermer ce travail en ignorant que Philippe V a aussi gouverné la Sicile jusqu’en 1713 et, forçons à peine le trait, les Indes. Les débats essentiels ont concerné la Péninsule, et l’auteur montre bien, sans mettre suffisamment en valeur cette conclusion essentielle, qu’ils ont affecté la Castille, cette grande oubliée de l’historiographie, tout autant que la couronne d’Aragon. Cependant, même s’il n’y avait pas eu de changement dans le mode de gouvernement des autres territoires, même si les réformes dans l’équipe de direction ne les avaient pas affectés, ce dont rien ne nous est dit, cette abstention ne laisserait pas moins d’être éclairante sur la finalité et les mécanismes des réformes. Et, a fortiori, s’il y avait eu changement. Pourquoi donc ce silence ?

10L’absence de toute comparaison internationale est un deuxième point faible de l’ouvrage. Les étrangers sont omniprésents au plus haut niveau de décision. Ils sont gens d’expérience, parfaits connaisseurs, souvent praticiens, quelquefois créateurs d’autres systèmes de gouvernement, tout particulièrement du français, pays où a été formé le roi. Est-il absurde de faire l’hypothèse que ce trait a eu quelque incidence sur les décisions qu’ils ont prises ? N’aurait-on pu attendre que l’auteur, s’appuyant sur la formidable connaissance qu’elle a de la période, tente d’évaluer la part exacte de ce facteur que l’historiographie a toujours malmené : le niant, l’exaltant, le critiquant, mais ne le situant jamais dans ses multiples contextes.

11Plus grave, les limites des fonctions des secrétaires d’État. La lecture de la chronique que nous fournit Concepción de Castro laisse la sensation que, dès que l’on arrive aux décisions de fond, celles qui engagent véritablement l’avenir, Grimaldo est hors jeu. Il sert d’intermédiaire, il exécute, mais il est rarement mentionné dans le récit même qu’on nous donne, et il ne nous est nulle part montré qu’il prend part aux débats essentiels. L’auteur mentionne d’ailleurs à plusieurs reprises cet effacement. Dans ces conditions, le sous-titre de « ministre responsable » qu’elle donne à l’ouvrage est particulièrement mal venu. Grimaldo n’est en rien un ministre au sens du xixe siècle, responsable d’une ligne politique. Il est un exécutant de très haut niveau, mais il n’est qu’un exécutant. Les responsables sont au-dessus de lui : Macanaz, Amelot, Orry, la princesse des Ursins, Alberoni, Ripperda. La preuve : Grimaldo reste quand les autres payent leurs échecs de leur chute. Et, au-dessus encore, bien sûr, le couple royal, et peut-être quelques conseillers intimes de leur entourage personnel. Sur eux, presque rien ne nous est dit. C’est là pourtant que se forge l’essentiel et que s’élaborent les grandes lignes d’une politique que le secrétaire d’État se limite à appliquer. L’accès à ce niveau supérieur est difficile pour l’historien. Plus on décide, moins on écrit, hier comme aujourd’hui. Il n’en reste pas moins que tant que nous ne l’aurons pas éclairé, nous ne pourrons conter qu’une partie de l’histoire, en des livres comme celui-ci, partiels, mais qui pourtant restera comme un jalon essentiel dans l’historiographie politique espagnole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Dedieu, « Concepción de Castro, A la sombra de Felipe V. José Grimaldo, ministro responsable (1703-1726) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 318-321.

Référence électronique

Jean-Pierre Dedieu, « Concepción de Castro, A la sombra de Felipe V. José Grimaldo, ministro responsable (1703-1726) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 25 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/2443

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Dedieu

LARHRA, CNRS, Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org