Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Carlos Dardé (coord.), Liberalismo y romanticismo en tiempos de Isabel II. Catálogo de la Exposición en el Museo Arqueológico Nacional (Madrid, 21 de abril-6 de junio de 2004); Isabel Burdiel, Isabel II. No se puede reinar inocentemente y Juan-Sisinio Pérez Garzón (ed.), Isabel II. Los espejos de la reina

Eduardo González Calleja
p. 323-329
Référence(s) :

Carlos Dardé (coord.), Liberalismo y romanticismo en tiempos de Isabel II. Catálogo de la Exposición en el Museo Arqueológico Nacional (Madrid, 21 de abril-6 de junio de 2004), Madrid, Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales/Patrimonio Nacional, 2004, 429 pp.

Isabel Burdiel, Isabel II. No se puede reinar inocentemente, Madrid, Espasa-Calpe, 2004, 439 pp.

Juan-Sisinio Pérez Garzón (ed.), Isabel II. Los espejos de la reina, Madrid, Marcial Pons, 2004, 351 pp.

Texte intégral

1La récente commémoration du Ve centenaire de la mort d’Isabelle Ire de Castille a partiellement estompé le centenaire du décès à Paris de l’autre reine Isabelle. Or, on a souvent tenté de relier l’image publique d’Isabelle II à la gloire de son ancêtre, exprimant par là l’espoir en la régénération d’une monarchie ébranlée par la transition agitée à l’époque contemporaine. La rapide frustration des espoirs suscités par la jeune reine, en raison d’une trajectoire politique erratique et d’une vie privée peu édifiante, demeure aujourd’hui un sujet clé pour l’analyse historiographique, même si l’image caduque de cette « cour des miracles » ne parvient pas à épuiser une réalité nationale plus nuancée. En effet, alors que l’immense majorité de la paysannerie connaissait des conditions de vie très précaires et était soumise au nouveau pouvoir des caciques, l’avancée de la société capitaliste jetait les bases de la modernité. De même, la construction de l’État constitutionnel progressait et on assistait à la rationalisation d’une structure administrative et légale unificatrice héritée du réformisme des Lumières.

2Le catalogue coordonné par Carlos Dardé pour l’exposition ayant eu lieu à Madrid au printemps 2004 propose une vision en général positive de cette période, ce qui n’est pas exempt de polémique, notamment en ce qui concerne la capacité du nouveau régime libéral à affermir la nation. Les travaux d’Antonio Morales Moya, Justo G. Beramendi, José Álvarez Junco et Mariano Esteban de Vega sur la construction du nationalisme espagnol offrent une vision très documentée des forces et des faiblesses de l’État à l’époque d’Isabelle II et de la portée sociale du processus national qu’il tenta d’impulser. Dans son analyse de la formation de l’image de l’Espagne comme une communauté nationale historiquement sédimentée, territorialement uniforme, culturellement homogène et temporellement identifiable, Morales montre que l’implantation du régime libéral s’est faite dans le cadre de l’État et de la nation espagnole, même s’il reconnaît que le résultat fut la création d’une identité nationale hétérogène. Beramendi va beaucoup plus loin, en soulignant que la nation-building espagnole ne fut pas en mesure de rendre insignifiantes d’autres identités ethnoculturelles de nature infra-étatique, comme le montre l’apparition de revendications différentialistes en matière linguistique et culturelle et le fait que, face au modèle centraliste de l’État, certaines provinces réclamèrent un gouvernement autonome. Álvarez Junco souligne que ce processus de création et de définition d’une nouvelle identité collective de type national fut à l’origine un élan romantique et libéral, jusqu’à ce que les forces conservatrices, d’abord réfractaires à ces valeurs, l’eurent progressivement assumé vers la fin du règne. Cela étant, il montre aussi le caractère essentialiste de l’identité espagnole, telle que les modérés comme les progressistes ont tenté de la forger, et les difficultés qu’elle a rencontré à se traduire en une structure étatique, car elle ne disposait pas d’instruments efficaces et suffisamment populaires pour renforcer la nation. Cette tendance à construire une nationalité espagnole aux contours absolus se reflète également dans l’historiographie espagnole de l’époque, comme le montre l’analyse de Mariano Esteban de Vega. Davantage que l’identification de l’histoire de l’Espagne à celle de la Castille, l’historiographie romantique chercha à légitimer la nation beaucoup plus en amont, avec les premiers habitants de la Péninsule, qu’on estimait déjà imprégnés d’un esprit national.

3Les aspects strictement politiques du règne sont abordés par Luis Garrido Muro, qui analyse deux faits intimement imbriqués : la grande mobilisation des guerres carlistes et les importants changements politiques à l’époque des régences ; Carlos Dardé, qui étudie la formation et l’évolution des partis politiques à partir du Statut royal de 1834 ; et Jorge Vilches, qui expose les différentes expressions politiques du programme libéral en trois grandes tendances : conservatrice, progressiste et démocrate. L’éclectisme et la défense du « juste milieu » propres au « doctrinarisme libéral » ont imprégné non seulement la vie publique mais aussi les mentalités et la vie privée. L’époque d’Isabelle II, pourtant, fut aussi – certes tardivement – le moment de l’irruption du romantisme comme style de vie et touchant toutes les manifestations de la culture. José Luis Comellas réfléchit à la diffusion de l’attitude romantique dans tous les groupes sociaux et dans tous les types d’activités, tandis que Jon Juaristi étudie la « relative splendeur » littéraire que permet la liberté de la presse. Pilar de Miguel s’intéresse aux manifestations picturales et Mateo Macià décrit les expériences de quatre « touristes » britanniques en Espagne pour illustrer le passage du voyage de type intellectuel des Lumières au périple romantique compris comme une expérience personnelle.

4Ce sont peut-être les aspects sociaux et économiques qui expriment le mieux l’élan modernisateur de l’époque. Octavio Ruiz Manjón étudie à l’échelle européenne ce processus de changement dans les communications, la structure sociale et l’évolution des idées politiques. La contribution de Pedro Tedde sur l’économie décrit un pays dans une situation certes inégalitaire en termes de revenus et d’organisation socio-économique, mais nullement stagnant ni déprimé. Au contraire, des initiatives ambitieuses furent entreprises, telles que la réforme du système fiscal et monétaire, la création d’un réseau efficace de communications terrestres ou l’élaboration d’un cadre juridique et institutionnel adapté à la nouvelle économie de marché et où les mesures de désamortissement jouèrent un rôle décisif. Germán Rueda décrit la société espagnole comme fondamentalement préindustrielle, quoique connaissant un lent passage de l’agriculture à l’industrie et aux services, bénéficiant d’une diminution progressive du taux d’analphabétisme et profondément marquée par la perte de pouvoir des groupes sociaux privilégiés sous l’Ancien Régime, en particulier de l’Église. Josefina Gómez Mendoza analyse les transformations urbaines qui ont donné lieu à un modèle de ville qui perdurera jusqu’à la guerre civile de 1936. Enfin, Begoña Torres González étudie un cas très spécifique de ce nouvel espace urbain : les hôtels particuliers aristocratiques de l’avenue de la Castellana, à Madrid, en tant qu’expression de la mentalité et des goûts des classes privilégiées.

5Dans le catalogue, Isabel Burdiel analyse la « légende noire » créée autour de la reine à partir des années 1860. Sa contribution ne peut avoir ici la richesse ni la subtilité de sa récente biographie d’Isabelle II qui s’arrête au contexte révolutionnaire de 1854. Persuadée que le genre biographique peut révéler des processus ignorés par d’autres catégories historiographiques, Isabel Burdiel étudie la consolidation du libéralisme espagnol du point de vue de la personne qui détenait et représentait une souveraineté aux caractéristiques fortement prélibérales. Cette biographie partielle d’Isabelle II met ainsi en relation, d’une part, les effets politiques de la personnalité et de l’évolution publique et privée de la reine et, d’autre part, les échecs du libéralisme espagnol du deuxième tiers du xixe siècle. La nature du pouvoir royal, son exercice et ses limites sont, bien sûr, des aspects essentiels. Isabelle II apparaît comme une femme dont les vices, la mauvaise éducation et les inclinations perverses rendent le règne impossible dans le contexte des systèmes libéraux du milieu du xixe siècle. Le sort de ce que Burdiel définit comme des « monarchies postrévolutionnaires » dépendait dans une large mesure de la capacité des souverains à incarner l’adaptation des vieux modèles de conduite aristocratiques aux nouveaux principes bourgeois de moralité, contrôle de soi, raison, abnégation et mérite, la famille jouant un rôle essentiel dans la reproduction de ces valeurs. Mais là où, par exemple, la reine Victoria a parfaitement réussi dans son double rôle d’arbitre politique et d’« ange du foyer » lié au modèle de la famille bourgeoise, Isabelle II a totalement échoué comme reine et comme femme. Ni dans le domaine politique comme pouvoir modérateur ni dans la sphère symbolique comme incarnation des valeurs nationales et domestiques, la reine n’a su obtenir le degré de respectabilité nécessaire lui permettant de consolider la monarchie. Il est vrai, cependant, qu’elle n’a pas bénéficié du soutien des principaux hommes politiques modérés de l’époque. Ceux-ci n’ont pas défini les limites du pouvoir d’arbitre ou de modérateur de la reine et ont constamment perturbé ses décisions en rejetant la responsabilité politique sur la prétendue toute-puissance de la Couronne et en transformant la vie publique en un conflit d’intérêts entre les différentes factions. Ainsi, la monarchie d’Isabelle II ne fut jamais une monarchie réellement nationale, elle fut soumise à des intérêts particuliers ; elle ne fut pas parlementaire, elle soutint un parti. En ce sens, elle finit par apparaître comme « l’obstacle traditionnel », par excellence, aux aspirations démocratiques dans les domaines sociaux et politiques.

6Dans son analyse de la façon dont la cour et la politique du parti modéré ont fabriqué une reine et une monarchie, y ont projeté leurs préjugés et lui ont ensuite attribué leurs échecs, Burdiel décrit un règne quasiment de cauchemar, probablement plus proche de Valle-Inclán que de Galdós, caractérisé par les passions privées de la reine et les passions politiques de ses proches et des hiérarques. Les implications politiques et institutionnelles des affaires de palais ne sont pas une question mineure. Pendant ces années décisives, était en jeu le type de monarchie libérale qui allait dorénavant s’imposer : celle personnifiée par un chef d’État constitutionnel, ou bien celle façonnée par une reine aux mains des intérêts politico-économiques d’une cour profondément réactionnaire et tentant délibérément de la tenir à l’écart de la culture politique libérale. Le genre de monarque qui résulta de ce dilemme ne fait aucun doute : Isabelle II a fini par développer une stricte conception patrimoniale du pouvoir dans laquelle l’intrigue de salon se confondait souvent avec la politique, effaçant ainsi les limites entre les affaires privées et les affaires publiques. En somme, l’échec personnel de la reine Isabelle fut aussi l’échec d’un modèle moderne de la culture politique, fondé sur le partage du pouvoir selon de strictes normes constitutionnelles et d’une vie privée limitée au bonheur conjugal et aux valeurs domestiques.

7Le livre coordonné par Juan-Sisinio Pérez Garzón emprunte une voie similaire, en mettant en relation les images de la reine avec les réalités sociales, politiques, économiques ou culturelles qui les ont suscitées. Le livre a les vertus et les limites de tout ouvrage collectif : de multiples perspectives, avec d’excellentes contributions mais d’autres nettement moins heureuses. La première partie est principalement consacrée aux aspects politiques et institutionnels. Francesc A. Martínez Gallego montre la solitude de la reine dans la période pré-révolutionnaire de 1868, puis il opère un intéressant retour en arrière sur ses relations orageuses avec des hommes politiques de toutes espèces, en insistant sur le bannissement des progressistes et le soutien à l’exclusivisme politique du « doctrinarisme libéral », modéré ou unioniste. Pedro Rújula analyse la permanente rébellion armée du carlisme à l’encontre d’une reine constitutionnelle accusée d’illégitimité et de soumission à d’obscures trames révolutionnaires. À l’autre extrême du spectre politique, Rafael Villena étudie le cas des républicains. Leur image négative de la reine a pour origine la régence d’Espartero et ses critiques de Marie-Christine, mais elle repose avant tout sur la dénonciation que fait Castelar des manœuvres liées au désamortissement du patrimoine royal. L’auteur précise cependant que le projet républicain va bien au-delà de la volonté de transformer le régime, il fut un véritable projet socio-culturel basé sur la souveraineté populaire, la revendication des droits et l’aspiration à une société plus libre et plus égalitaire. À la périphérie géographique du système politique, José Antonio Piqueras étudie les relations de la reine avec le lobby antillais réuni autour de la production de sucre, la traite des esclaves et le haut commerce qui prit son essor sous les modérés et fut toujours protégé par la Couronne.

8Bien qu’on regrette l’absence d’une étude sur les relations de la reine avec les différents groupes de pression militaires (dont les membres furent une partie substantielle de ces « politiciens en bras de chemise » auxquels fait référence Martínez Gallego), Emilio La Parra dresse un bilan très équilibré des relations de l’État libéral avec une autre institution clé : l’Église. La Parra souligne que l’Église fut l’un des principaux obstacles à la légitimité d’origine de la reine Isabelle puis une source permanente de conflits diplomatiques autour de questions telles que le désamortissement ou la reconnais-sance du royaume d’Italie. Plutôt que la voie modérée d’une organisation ecclésiastique nationale et centralisée, le Vatican a toujours défendu la préservation de son patrimoine et de sa juridiction, bien que le moment essentiel du rétablissement social et institutionnel de l’Église ait été, en 1851, la signature du nouveau concordat modérant l’hostilité de l’Église envers le régime libéral, sauf lors des deux années progressistes. Quoi qu’il en soit, la reine entendit toujours se présenter comme le défenseur de l’unité catholique, elle fut entourée de religieux intégristes et c’est dans son cercle qu’apparut le courant néocatholique de Donoso Cortés qui, à partir de 1865, rompit avec le libéralisme et suscita cette intolérance caractéristique de la fin du régime. Les manifestations de la socialité courtisane comme espace de représentation du pouvoir royal sont étudiées par Francisco Villacorta, qui se concentre sur le conflit personnel provoqué chez la reine par la soumission à un cérémonial de palais aux fortes résonances baroques. Cela engendra une disposition ludique et compulsive (surtout musicale), typique d’un déséquilibre psychologique. Mais le « cas » d’Isabelle II n’a été que la représentation la plus dramatique de l’évolution du monde politique et social de l’Ancien Régime vers les comportements propres à la modernité, c’est-à-dire le passage de l’exhibitionnisme, l’étiquette, le loisir et la corruption aristocratiques au monde du privé, du travail et de la morale bourgeoise. Dans cette culture sociale et politique en pleine transition, la scénographie ludique de type théâtral et de tendance romantique a pu être transférée au domaine public par la mise en scène tragicomique des crises politiques successives (« cantada », « del rigodón », « del paco real »…), où l’incapacité de la souveraine à assumer sa tâche de reine constitutionnelle a toujours joué un rôle décisif. Enfin, en des contributions proches de celles du catalogue dont nous parlions, Antonio Morales Moya et Justo G. Beramendi étudient les succès et les limites de la formation de l’État national.

9Un deuxième ensemble d’articles s’attache aux questions socioculturelles. Dans son essai sur la culture de la pauvreté sous Isabelle II, Pedro Carasa Soto remarque que les nouvelles fonctions symboliques de la monarchie constitutionnelle assignèrent un rôle d’assistance à la reine, que celle-ci n’a pas davantage réussi à remplir. En effet, elle n’a pas pu remplacer l’image d’un roi absolu charitable, père et protecteur des pauvres, par celle d’une reine constitutionnelle bienfaisante imposée par la nouvelle sensibilité sociale apparue pendant la construction de l’État libéral. L’auteur conclut que la reine n’a jamais considéré la pauvreté comme une question d’État ou une affaire civile, ni la bienfaisance comme une réponse de l’État libéral à ce danger et encore moins comme un service public rendu aux citoyens. María Dolores Ramos analyse le statut social des femmes en partant des valeurs de la culture libérale dominante, qui définit le privé à partir des fonctions familiales, reproductives et des tâches domestiques, condition nécessaire pour que les hommes puissent accéder à la vie publique en tant que citoyens de plein droit. Les valeurs de la féminité bourgeoise imprègnent les classes populaires sous la forme d’un véritable idéal de la domesticité, même si l’auteur souligne l’existence d’autres modèles de femmes moins conformistes (comme celui de Cecilia Böhl de Faber ou Carolina Coronado), voire en rupture, comme dans le cas de Flora Tristán. Celsa Alonso González étudie cette culture de transition dans le domaine musical, où coexistent l’opéra italien et le début du nationalisme musical espagnol, tels les stéréotypes du casticisme andalou de l’« école du boléro » et de la zarzuela romantique, un genre qui, sans renoncer à la tradition lyrique autochtone, exprimait l’ambition moderne et égalitaire de « philarmoniser les masses », selon l’expression du maestro Barbieri.

10Dans le cadre des recherches sur l’image privée de la reine, Carlos Revero traite de l’évolution des portraits royaux, de l’officialisme courtisan et traditionnel de Vicente López jusqu’au quasi-naturalisme de Federico de Madrazo. Leticia Ruiz Gómez rend compte de la révolution visuelle introduite par la photographie, qui donna naissance au portrait de propagande. Elle étudie son rôle dans la couverture des voyages de la souveraine, l’inauguration de travaux publics, ainsi que dans la divulgation massive de l’image de la reine sur des cartes de visite qui gardaient parfois toutes les anciennes caractéristiques du portrait courtisan. Dans l’un et l’autre cas, il est regrettable de ne pas avoir inséré toutes les images auxquelles le texte se réfère. Enfin, Juan Carlos Ara décrit l’évolution de l’image littéraire de la reine, depuis le gaspillage progressif du capital libéral décrit par Galdós jusqu’aux vers satiriques de la fin du règne (l’œuvre pornographique Los Borbones en pelota [« Les Bourbons à poil »] attribuée aux frères Bécquer) et à l’impitoyable esperpento de Valle-Inclán.

11Les trente-cinq ans de son règne, avant les trente-cinq années qu’elle passera en exil à Paris, représentent environ la moitié de la vie d’Isabelle de Bourbon. Il est donc important d’étudier la deuxième période de la vie de la reine. Le travail d’Espadas, néanmoins, est décevant, il est daté et ne dépasse jamais le niveau anecdotique. Ce goût immodéré pour les anecdotes le conduit ainsi à sous-estimer des éléments clés de cette période de la biographie de la reine : il fait à peine allusion aux divisions internes des monarchistes bourboniens qui sont à l’origine des contacts de la reine avec le prétendant Don Carlos. L’auteur ne parle pas non plus des critiques des militaires, qui refusent de collaborer avec l’ancienne reine, ni du chantage permanent qu’exerçait sur elle Francisco de Asís. Il ne précise pas les circonstances particulières de l’abdication qui, d’après les éléments apportés par Burdiel, n’a pas été imposée mais spontanée, elle fut décidée sans tenir compte des désirs de sa mère, de Lersundi, ni d’autres monarchistes légitimistes. Cette opération n’est pas davantage mise en relation avec les plans de Napoléon III pour bloquer la candidature Hohenzollern et on ne parle pas de la prise en charge des projets de restauration par la reine, le comte de Cheste puis Montpensier, ni des raisons pour lesquelles le projet de la Restauration a été confié à Cánovas en 1874, après l’échec de la monarchie d’Amédée de Savoie. Ces problèmes ont une portée bien plus importante que des banalités telles que la vie agitée de la reine détrônée, à propos de laquelle l’auteur annonce, avec une autosatisfaction puérile, « des éléments inédits ». Il s’agit d’un rapport français sur les amants de la reine, dont l’auteur affirme qu’il est publié « pour la première fois », oubliant sans doute la voie par laquelle ce document (d’ailleurs également publié par Burdiel) est arrivé entre ses mains et omettant qu’il l’avait lui-même déjà publié en juillet 1994 dans le numéro 219 de Historia 16. L’incapacité à dépasser l’anecdote éclipse également d’autres faits historiques d’une certaine importance ayant eu lieu pendant la Restauration, tels que, en 1884, les manœuvres de l’ex-reine pour assumer la régence au moment de la mort annoncée de son fils (une tentation qui s’est répétée en 1893 avec cette fois l’infante Isabelle comme alternative à la reine Marie-Christine) ou, en 1896, les implications du « projet Cascajares » pour résoudre le conflit dynastique, autant de questions qui occupent une grande place dans les archives diplomatiques étrangères et qui sont totalement ignorées par Espadas. Il faudra donc attendre le deuxième tome annoncé de la biographie de Burdiel pour que la dernière Isabelle de Bourbon trouve un biographe à la hauteur de son statut historique.

12Comme l’affirme Pérez Garzón dans le bilan final de l’ouvrage, Isabelle II est un personnage qui renferme les contradictions propres à cette Espagne en transition vers la modernité, qui entamait son développement social et économique (avec de grandes contradictions, il est vrai) et dans laquelle, par-delà le « doctrinarisme libéral » dominant, on commençait à entrevoir les premiers défis de la démocratisation. Une Espagne dans laquelle, pour la première fois, l’administration est présente en tous les points du territoire national, même si, dans l’esprit de la femme qui la symbolisait, comme l’a dit Galdós en 1902, l’idée d’État ne pénétra jamais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eduardo González Calleja, « Carlos Dardé (coord.), Liberalismo y romanticismo en tiempos de Isabel II. Catálogo de la Exposición en el Museo Arqueológico Nacional (Madrid, 21 de abril-6 de junio de 2004); Isabel Burdiel, Isabel II. No se puede reinar inocentemente y Juan-Sisinio Pérez Garzón (ed.), Isabel II. Los espejos de la reina », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 323-329.

Référence électronique

Eduardo González Calleja, « Carlos Dardé (coord.), Liberalismo y romanticismo en tiempos de Isabel II. Catálogo de la Exposición en el Museo Arqueológico Nacional (Madrid, 21 de abril-6 de junio de 2004); Isabel Burdiel, Isabel II. No se puede reinar inocentemente y Juan-Sisinio Pérez Garzón (ed.), Isabel II. Los espejos de la reina », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/2448

Haut de page

Auteur

Eduardo González Calleja

CSIC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org