Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Helena de Felipe, Leoncio López-Ocón y Manuela Marín (eds.), Ángel Cabrera: ciencia y proyecto colonial en Marruecos

Cristóbal Robles Muñoz
p. 329-332
Référence(s) :

Helena de Felipe, Leoncio López-Ocón y Manuela Marín (eds.), Ángel Cabrera: ciencia y proyecto colonial en Marruecos, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Estudios Árabes e Islámicos, 2004, 276 pp.

Texte intégral

1En juin 2003 s’est tenue à l’Institut d’histoire et au Musée national des sciences, tous deux appartenant au CSIC, une table ronde sur Ángel Cabrera. Le présent ouvrage rassemble les contributions qui ont été proposées à cette occasion et en propose également de nouvelles. Quelle fut la signification de l’activité de certains naturalistes espagnols au début du xxe siècle, après les accords entre le Royaume-Uni et la France d’avril 1904 et entre la France et l’Espagne en octobre de la même année ? Après l’échec de la tentative de maintenir l’indépendance et l’intégrité du Maroc et la souveraineté du sultan, les accords franco-espagnols de 1912 ont mis en œuvre le partage. Les zones d’influence prévues en 1904 n’étaient toujours ni pacifiées ni occupées lorsque, en 1913, Ángel Cabrera commença ses campagnes scientifiques.

2Le 30 mars 1884, au théâtre Alhambra de Madrid, Joaquín Costa affirma que l’Espagne devait être pour le Maroc, « cette nation noble et malheureuse », un médiateur pour la pénétration de la civilisation européenne. Le commerce et la culture devaient être les instruments de cet objectif. Quelques années plus tard, en 1903, Costa acceptait avec résignation que l’Espagne ne puisse s’emparer du Maroc en assumant le rôle de « grande sœur ». Mais Costa oubliait que, déjà à l’époque, il était impossible de circonscrire la question marocaine à une affaire franco-espagnole. Il avait fallu convoquer une conférence à Madrid en juin 1880. La France chercha le soutien de l’Italie moyennant un accord sur l’Afrique du Nord, puis celui du Royaume-Uni et, en 1904, elle dut réserver une zone d’influence à l’Espagne. Mais cela ne fut pas suffisant et, en 1906 à Algésiras, on parvint à un accord en vertu duquel toutes les nations conservaient leurs droits, garantissaient au sultan les siens et assuraient aux autres nations le libre commerce et un traitement égal.

3En 1913, la situation n’était plus la même. Les événements de juillet 1909, une « simple opération de police », avaient dorénavant supposé le contrôle du territoire attribué à l’Espagne en 1904 et confirmé en 1912. Trois ans après la conférence d’Algésiras, Maura ne cherchait qu’à respecter les engagements pris par l’Espagne dans le cadre d’une conférence internationale, en présence du Maroc, et dans laquelle tous les points avaient été adoptés à l’unanimité. Il convient de rappeler cela, car le « colonialisme » en Afrique du Nord n’est pas réductible à d’autres formes de colonialisme, à moins que l’on parte du principe que tous les colonialismes sont identiques.

4Le lecteur peut constituer la biographie de Cabrera à partir des données qui apparaissent dans les travaux de Santos Casado et Alfredo Baratas (pp. 189 et 208-211), Juana Molina Nortes (pp. 252-257), Ana Victoria Mazo (pp. 232-235), et dans le « mémoire familial » achevant le présent ouvrage (pp. 267-271). C’était le fils de Juan Bautista Cabrera, premier évêque de l’Église espagnole réformée épiscopale. Il fut un brillant étudiant de Menéndez Pelayo qui, par ailleurs, attaqua durement son père dans son Historia de los heterodoxos españoles. Son collègue au Musée national des sciences naturelles, l’augustin Agustín Jesús Barreiro, intervint pour obtenir la dispense à l’empêchement de « religion mixte » afin qu’il puisse épouser une catholique.

5Cabrera n’hésita pas à se présenter tel qu’il était : un chrétien du xxe siècle, respectueux des « préjugés et sentiments » des musulmans du Maroc dont il reconnut la dignité. L’incident du guide abandonnant l’expédition après avoir constaté les relations de subordination existant au Maroc entre hébreux et musulmans, est un exemple de cette « pédagogie de la compréhension » (pp. 181 et 186).

6L’ouvrage intitulé Magreb-el-Aksa : recuerdos de cuatro viajes por Yebala y por el Rif résume ses expériences lors des quatre expéditions qu’il a menées entre 1913 et 1923. Il fut publié un an après son dernier voyage et réimprimé ensuite. Manuela Marín (pp. 137-171) nous en offre ici une excellente étude, citée d’ailleurs par tous les autres contributeurs de ce volume.

7Il n’a pas voulu que cela soit « un libelle de plus » au milieu d’une littérature qui défendait l’abandon ou qui procédait du désastre d’Annual (p. 179). C’était un appel qui, comme le dit bien López García (p. 18, note 7), trouve un écho dans l’actualité. La politique extérieure n’est pas seulement une question d’intérêts, elle est aussi fondée sur l’éthique de la rencontre. Celle-ci exige, outre l’amour de la liberté, « un intérêt sincère, une curiosité franche, dépourvue de préjugés et de sentiments mêlés » (pp. 14 et 141). Parmi ceux-ci, le relativisme culturel, qui ne découle pas du respect mais d’une tolérance qui cache un mépris et une discrimination. López García reprend les cinq groupes en présence dans la polémique sur l’Espagne et le Maroc, et marque la distance entre ceux-ci et Ángel Cabrera.

8Il faut souligner la précieuse réflexion de Muhammad Abdellouahed El Arsi sur l’identité et l’altérité, et sur la tentative manquée de Cabrera, aux côtés des Espagnols, pour dépasser l’ethnocentrisme. Comme nous l’avons dit, le discours colonial ne saurait être interprété de manière univoque et anhistorique, si l’on veut éviter de tomber dans un essentialisme redondant (pp. 130-134). Il est bien vrai que les récits de voyages donnent une « vision extrêmement stéréotypée » des habitants du Maroc, comme l’affirme Manuela Marín, mais elle-même reconnaît l’effort des scientifiques espagnols « pour recueillir et transmettre des données objectives et vérifiables » face à la masse des préjugés et des lieux communs (pp. 153 et 167).

9L’altérité est-elle simplement une observation extérieure, sans échanges, sans influences réciproques ? Ces relations mutuelles ont-elles existé entre l’Espagne et le Maroc ? Cabrera en traite-t-il ? Helena de Felipe souligne qu’il a voulu « montrer la proximité du peuple espagnol et du peuple marocain ». C’est l’élément clé pour comprendre sa conviction que « l’implication » pacifique de l’Espagne au Maroc (pp. 191 et 194) était positive. D’après López García, Magreb-el-Aksa est pour cela un témoignage sur la société marocaine, plurielle et multiple. Rédigé avec le sens d’observation d’un naturaliste, l’ouvrage a pu voir le jour grâce au calme qui prédominait en 1919 et à la protection de la police marocaine (pp. 24 et 35-36). La relation entre la science et la politique coloniale permit d’attester, devant une opinion désorientée, de la paix et de l’ordre qui régnait dans la zone contrôlée par l’Espagne (pp. 63 et 65). Comme cela avait été le cas à l’époque de l’Union libérale, l’occupation du début du xxe siècle permit aux Espagnols et aux Français de mener des recherches et des expérimentations. C’est ce que souligne López-Ocón, qui juge que l’œuvre de Cabrera est « une plaidoirie en faveur d’une action coloniale intelligente » (pp. 77, 99 et 112).

10Le titre de cette œuvre collective reflète de façon adéquate le contenu et les approches des différents contributeurs. Le choix de Magreb-el-Aksa indique le contexte et la dimension de la recherche de Cabrera (et d’autres), réalisée sous la protection des autorités espagnoles et des notables locaux. Il s’agit d’un double cadre : colonial et scientifique, selon l’expression de López García. Il est tenu compte également d’un nouveau fait : la polarisation de l’opinion espagnole après les événements de juillet 1909 et la démission de Maura en octobre de cette même année, une division qui se prolongera jusqu’à la défaite de Abd-el-Krim en juin 1926.

11Dès les premières pages de Magreb-el-Aksa, Ángel Cabrera avoue que son âme est « à moitié arabe, à moitié européenne » et il accepte qu’on puisse dire de lui qu’il est « suspect de partialité » envers le Maroc et l’Islam (p. 75). Cela ne l’a pas empêché d’être, comme les membres de la génération de 1914, un scientifique engagé dans l’européisation de la science espagnole. López Ocón le situe dans « la culture de la précision », c’est-à-dire parmi ceux qui cultivent l’exactitude de l’observation et de l’analyse. Libéral et patriote, il a cru à la « mission civilisatrice de la science occidentale ». Il se démarquait de ceux qui semblaient vouloir que les Espagnols soient un peuple pessimiste auquel ne restait que le souvenir des « moments douloureux, des dates tragiques » (pp. 110 et 115).

12Lorsque, en 1927, une fois le Maroc pacifié, a été créée la « Junta de Investigaciones Científicas de Marruecos y Colonias », il y avait un groupe de professeurs naturalistes dont beaucoup étaient liés à des instituts religieux de la zone espagnole et que González Bueno a inventoriés (pp. 27-43). Pour eux, comme le dit Martín Corrales (p. 64), Ceuta et Melilla ont constitué une excellente plateforme.

13Lorsqu’elle résume son œuvre et sa personnalité, Ana Victoria Mazo dit de Cabrera qu’il fut « un scientifique ayant eu une production étonnante par sa qualité, sa quantité, sa rigueur et sa vigueur et que, par ailleurs, il a été un être humain intègre, témoignant d’un grand sens de l’humour et de l’amitié » (p. 235). Le lecteur n’aura pas de mal à souscrire à ces paroles. À l’auteur de la présente recension, il suffit de reprendre les propos de López-Ocón : « Cabrera a bénéficié de la normalisation scientifique de la Restauration qui a encouragé une certaine internationalisation de la science espagnole » (p. 109). Je souligne que celle-ci s’est faite en Espagne et depuis l’Espagne. Une normalisation, c’est-à-dire, la fin, même dans les esprits, de l’attitude qui refuse tout à l’adversaire, voire au concurrent, comme cela est arrivé avec Ferrán et son vaccin quelques années plus tôt, d’après ce que nous apprend la thèse de Juan José Fernández Sanz publiée en 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cristóbal Robles Muñoz, « Helena de Felipe, Leoncio López-Ocón y Manuela Marín (eds.), Ángel Cabrera: ciencia y proyecto colonial en Marruecos », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 329-332.

Référence électronique

Cristóbal Robles Muñoz, « Helena de Felipe, Leoncio López-Ocón y Manuela Marín (eds.), Ángel Cabrera: ciencia y proyecto colonial en Marruecos », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/2451

Haut de page

Auteur

Cristóbal Robles Muñoz

CSIC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org