Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Gérard Delille, Le maire et le Prieur. Pouvoir central et pouvoir local en Méditerranée occidentale (xve-xviiie siècle)

Gérard Delille et Jean-Pierre Dedieu
p. 334-335
Référence(s) :

Gérard Delille, Le maire et le Prieur. Pouvoir central et pouvoir local en Méditerranée occidentale (xve-xviiie siècle), Paris-Rome, École des hautes études en sciences sociales-École française de Rome, 2003, 423 pp.

Notes de la rédaction

Gérard Delille a souhaité répondre au compte rendu rédigé par Jean-Pierre Dedieu et paru dans le numéro 34 (2) des Mélanges de la Casa de Velázquez. Nouvelle série. Nous publions son texte ainsi que les observations de Jean-Pierre Dedieu. Pour notre revue, le débat est désormais clos.

Texte intégral

Texte de Gérard Delille

1Dans un précédent numéro des Mélanges de la Casa de Velázquez (2004, tome 34 [2], pp. 335-338), J.-P. Dedieu a bien voulu consacrer un compte rendu à mon livre « Le maire et le Prieur. Pouvoir central et pouvoir local en Méditerranée occidentale (xve-xviiie siècle) » publié en 2003 par les éditions de l’EHESS et de l’École française de Rome. Il y expose d’abord, de manière très concrète, les résultats de l’étude des systèmes d’organisation politique/familial, en Italie du Sud, aux xve-xviiie siècles (2e et 3e parties du livre), et conclut sur des considérations globalement positives, ce dont je le remercie. Je signale simplement ici que le problème qu’il pose concernant la transmission des patrimoines a été traité dans un précédent ouvrage, « Famille et propriété dans le Royaume de Naples » (1985) auquel je renvoie. Ces deux recherches se complètent et doivent être lues ensemble.

2La deuxième partie de la recension s’attarde sur le cas de la Castille qui, dans le corps du livre, n’est pas traité de manière autonome (il est compris avec ceux de l’Aragon et de l’Italie du Sud, le tout représentant environ quarante pages sur les quatre cents du livre). La critique se fait alors virulente avec, parfois, un ton et des expressions qui surprennent. Outre des reproches de traductions approximatives et de recours à une bibliographie vieillie (rien de moins de 10 ans, ce qui témoigne d’une curieuse manière de penser – récent semble nécessairement synonyme d’intéressant – et de compter : le dernier livre cité est de 1999, date à laquelle, comme je le précise dans une note, la rédaction du livre était terminée et le manuscrit déposé…), J.-P. Dedieu avance des critiques de fond : la comparaison ne tient pas, je projette un modèle sur un autre que je ne connais pas… même si cela n’invalide pas la valeur de certaines propositions de recherches concernant la péninsule Ibérique.

3À part des jugements qui révèlent de véritables incompréhensions du texte, tout est présenté à travers des formulations et des considérations très générales et abstraites. Ce sont, en réalité, des sentences qui tombent les unes après les autres et ne s’appuient sur aucune argumentation, aucune analyse des problèmes historiographiques en cause. On pourrait adresser les mêmes reproches, en les adaptant au sujet concerné, à n’importe quelle étude d’histoire comparée… La seule fois où J.-P. Dedieu avance un élément précis et concret, c’est pour en donner une interprétation fausse : je n’aurais pas compris que les généalogies espagnoles ont été manipulées pour permettre de redéfinir un groupe social noble et pur ! Laissons de côté les passages qui, dans mon texte, considèrent le problème de la mobilité sociale. Voici ce que je dis page 239 : « Le triomphe, au cours des xvie et xviie siècles, de l’idéologie de la pureté de sang a contraint de très nombreuses familles à “épurer” leur généalogie et les nobiliaires construits à partir des documentations officielles de l’État ou des grands ordres militaires doivent être considérés avec la plus grande prudence ». Exactement, sauf à se jouer des mots, ce que le censeur me reproche de ne pas dire. Encore à propos de généalogies : le document concernant Manduria retrace les descendances de toutes les familles du village et non pas de la seule classe dirigeante. Une inattention, parmi d’autres, de la part de J.-P. Dedieu, dans la lecture de ce livre.

4J’ai toujours eu et je continuerai à avoir – même si la tendance générale me paraît être au repli sur soi – une approche interdisciplinaire des problèmes, la plus apte à permettre un renouvellement de nos méthodes et de nos concepts en sciences humaines. J’admets parfaitement qu’il puisse y avoir, sur l’autre rive, quelqu’un pour souligner les limites ou faiblesses de ce rapport à l’autre, pourvu que cela débouche sur un dialogue constructif, non sur une défense de territoire ou une simple excommunication.

5La comparaison, dit J.-P. Dedieu, ne tient pas : très bien, mais de quelle comparaison s’agit-il ? Je projette un « modèle » : lequel ? Plutôt que de polémiquer sur des faits qui ne sont pas exposés, je voudrais apporter ici une précision qui me paraît importante. La première partie du livre tente une comparaison de l’évolution des systèmes des ordres (estados, ceti… ce qui implique, encore au xve-xviie siècle, la prise en considération des « réseaux » familiaux et plus généralement des interconnexions – verflechtung – sociales et de pouvoirs) et de leurs relations avec les autorités centrales entre la Castille, l’Aragon, la France du Sud, l’Italie du Nord et du Centre et l’Italie du Sud. Il s’agit, comme cela a été bien précisé, d’une étude de type essentiellement juridique et institutionnel (d’où la bibliographie utilisée) qui met l’accent sur les réformes du système, les recompositions officielles des groupes, la vente des offices locaux… et tente de montrer les divergences profondes qui s’affirment entre les différentes régions. C’est un cadre qui permet de situer, et donc de mieux comprendre, le cas de l’Italie du Sud, objet ensuite d’un travail plus approfondi dans cet ensemble méditerranéen. Un cadre, rien de plus. Des flux socio-économiques, culturels, religieux, « ethniques », distincts, ont pu transiter et se recomposer différemment suivant les pays, à travers ces architectures institutionnelles. De tels problèmes n’ont été traités que dans le cas de l’Italie du Sud. Il n’était pas dans mon propos de les aborder de manière exhaustive pour les autres États (il y faudrait un livre entier pour chacun). Les méprises et les ambiguïtés, sur ce point, me semblent considérables et conduisent notre critique à un jeu, voulu ou non, de rapprochements ou d’assimilations impropres.

6Les mécanismes de construction et d’évolution du politique mis en lumière pour l’Italie du Sud ne peuvent, à mes yeux, être reportés tels quels sur les autres régions, étant donné, justement, les différences d’évolution qu’elles connaissent. Ils peuvent simplement servir de points de repères pour d’éventuelles comparaisons comme cela a été fait dans les cas d’Arles et d’Alicante. Pour la France du Sud ou la Castille, ces études en profondeur restent à faire et ne peuvent être conduites que sur des documentations sérielles très complètes qui, à travers une accumulation dense des données, permettent de contrôler tous les stades de la formation et de la transformation des réseaux politiques, familiaux ou autres. À mon avis, les sources fragmentées, comme les procès, qu’ils soient de l’Inquisition ou d’autres institutions judiciaires, ne donnent, utilisées seules, que des images partielles, désarticulées et fortement faussées de ces réalités.

7Ces précisions étant faites, je considère, pour ma part, cette polémique terminée et souhaite que le débat puisse éventuellement continuer sur des bases plus claires et constructives.

Observations de Jean-Pierre Dedieu

8Dur métier que celui de recenseur ! Se voir vertement accuser d’injustice par un auteur qu’on admire à propos d’un livre qu’on a dévoré avec passion et que l’on cite en modèle… Venons-en aux faits : les pages espagnoles du Maire et du prieur. Je maintiens mes conclusions, en les reformulant.

9a. — Le modèle proposé doit inspirer la recherche moderniste sur l’Espagne, en l’obligeant à prendre en compte des facteurs qu’elle a certainement trop traités par le silence, d’un côté, mais surtout en l’incitant à la recherche de modèles du type de celui que propose ce livre, susceptibles de rendre compte globalement de situations en apparence diverses.

10b. — L’histoire comparative est une urgence : ce n’est que par elle que l’on arrivera à la construction de ces modèles que G. Delille et moi-même appelons de nos vœux, j’en suis tous les jours plus convaincu. Et souvent déçu par les tentatives que j’observe.

11c. — Cette déception tient à la difficulté à dominer dans leur globalité des situations différentes. Elle tient à ce que l’on recherche dans l’autre, même inconsciemment, ce que l’on a trouvé par ailleurs, en sous-évaluant le fait que des résultats semblables peuvent être produits par des processus différents. La sélection et la lecture de la bibliographie en sont forcément biaisées.

12d. — Je ne doute pas que G. Delille ne soit au fait de ces difficultés de méthode. Les pages espagnoles du Maire et le prieur, cependant, les illustrent. Je les ai revues avant de lire la Réponse de l’auteur. À certains moments, tout fonctionne, à d’autres, ça colle mal. Pourquoi ? Parce qu’elles sous-évaluent la fluidité de la situation sociale en Castille – je dis bien en Castille – au xvie siècle : plus qu’à une noblesse préexistante qui se fortifie en caste, la mitad de oficios renvoie à un groupe non-noble qui se constitue en noblesse en imposant cette pratique. On ne renforce pas une limite entre deux groupes existants, on crée une frontière pour définir deux groupes. Cette fluidité est un trait que précisément les travaux que ne cite pas G. Delille ont mis en relief, même si l’état moyen – non le plus avancé – de la bibliographie vers 1999 ne reflétait pas encore totalement ces résultats.

13e. — Le problème de l’histoire comparative – et de la comparaison en matière scientifique de façon générale – tient à une limite de l’esprit : l’impossibilité de faire abstraction de l’expérience antérieure. La seule manière de procéder consiste donc non pas à espérer qu’un chercheur domine des champs différents, mais à faire intensément travailler ensemble de petits groupes composés de spécialistes pointus de différents domaines, qui tenteront de lire à la lumière du modèle de l’autre la situation dont ils ont une connaissance intime, et réciproquement. Jusqu’à les adapter l’un à l’autre. C’est épuisant pour les participants, ça mange du temps, mais c’est passionnant. Merci à G. Delille de m’avoir donné l’occasion de le dire.

14Un dernier mot, sur les sources judiciaires. Elles ne remplacent évidemment pas les sources sérielles. L’inverse n’est pas moins vrai : elles mettent en lumière des aspects que celles-ci masquent et qui ne sont pas sans incidences sur la construction d’un modèle social, quel qu’il soit. Elles sont complémentaires. Ceci dit, quel beau livre !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Delille et Jean-Pierre Dedieu, « Gérard Delille, Le maire et le Prieur. Pouvoir central et pouvoir local en Méditerranée occidentale (xve-xviiie siècle) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 334-335.

Référence électronique

Gérard Delille et Jean-Pierre Dedieu, « Gérard Delille, Le maire et le Prieur. Pouvoir central et pouvoir local en Méditerranée occidentale (xve-xviiie siècle) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 26 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/2455

Haut de page

Auteurs

Gérard Delille

CNRS/EHESS

Jean-Pierre Dedieu

LARHRA, CNRS, Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org