Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velàzquez

Sophie Gilotte, L’Estrémadure centre-orientale (viiie-xiiie siècle) : peuplement et formes d’habitat aux marges d’al-Andalus

Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris IV-Sorbonne le 10 septembre 2004 (dirigée par Marianne Barrucand)*
p. 337-341

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Marianne Barrucand, Université de Paris IV-Sorbonne ; Patrice Cressier, UMR (...)

1Les études menées jusqu’ici sur l’Estrémadure semblent indiquer un très faible intérêt pour la période médiévale et, tout particulièrement, pour son étape musulmane pourtant longue de cinq siècles. Cette déficience se perçoit dans les grandes lignes de recherche suivies jusqu’à présent, qui accordent la priorité à la description et à l’évolution des principaux centres urbains (Mérida, Badajoz, Cáceres, Trujillo), le plus souvent au travers de leurs éléments défensifs. Il s’y ajoute des synthèses historiques, locales ou régionales, en grande partie centrées sur les aspects politique, économique ou culturel de la taifa de Badajoz, le tout résumant un état des connaissances lacunaire et déséquilibré, caractérisé par le peu d’attention généralement portée à l’approche archéologique. Il faut, toutefois, mettre à part le cas exceptionnel de Mérida, objet de la plus grande attention. Il s’agit cependant, là encore, d’un noyau urbain, qui confirme l’ignorance dans laquelle est demeuré le milieu rural et conduit à une description partielle de la société. En se basant sur ce constat pessimiste, il a semblé nécessaire d’engager une recherche sur l’histoire du peuplement, en la limitant, pour des impératifs pragmatiques de temps et de moyens, à une approche archéologique extensive.

2En ce qui concerne le cadre historique, les bornes chronologiques ont été établies par défaut du viiie au xiiie siècle, afin d’englober toute la période de la domination musulmane. La reddition de Mérida, ancienne capitale de la Lusitanie, en 713, à la suite d’un long siège conduit par Mūsā b. Nuṣayr, marqua son intégration au territoire d’al-Andalus auquel elle appartint jusqu’au lendemain de la défaite almohade à Las Navas de Tolosa, en 1212. En effet, même s’il était possible d’anticiper certains résultats, il a été jugé préférable d’opter pour un cycle historique complet, sachant à la fois que la longue durée permettrait de mettre en évidence différentes étapes et phénomènes, mais que cette image globale risquait d’être entachée par des déséquilibres quantitatifs et qualitatifs.

3Il n’était évidemment pas envisageable de couvrir la totalité d’une région si vaste (41 602 km2) et le choix d’une aire géographiquement limitée soulevait l’épineux problème du respect d’une organisation administrative d’époque musulmane. On opta donc pour un anachronisme volontaire (le cadre des frontières administratives actuelles, assignées en 1833), absolument étranger à la réalité des unités territoriales islamiques ou même classiques.

4Loin des grandes villes situées dans les plaines fertiles du Guadiana et, surtout, du Guadalquivir où se concentrèrent des populations attirées par les richesses agricoles – et donc la base économique et démographique de l’État omeyyade –, cette aire resta en marge de la politique répressive ou offensive menée depuis Cordoue. S’il s’agit donc d’une zone excentrée, elle fut également zone de passage, permettant à la fois la communication entre les terres situées de part et d’autre du Tage et constituant une voie de pénétration potentielle des troupes. Ce dernier aspect la rattache à ce phénomène capital dans l’analyse géopolitique et sociale du Moyen Âge ibérique que fut la frontière. Jusqu’au début du xie siècle, la frontière de l’État omeyyade s’articula au travers de démarcations dénommées Marches (uġūr) et l’aire qui nous occupe se trouvait vraisemblablement à cheval entre les Marches inférieure et moyenne, même s’il est plus prudent de s’y référer comme la aġr al-dawfā, qui comprenait les terres situées à l’ouest de Tolède, entre le Tage et le Guadiana.

5Cette zone partage avec le reste de la région l’absence d’individualisation géographique. L’ensemble du secteur (environ 7 000 km2) offre un échantillon des différentes unités géographiques présentes en Estrémadure, à l’exception des vallées fluviales ouvertes. Cette diversité de paysages, derrière laquelle se cachent des possibilités variées d’exploitations économiques et de contrôle politique, constitue un atout puisqu’elle permit de vérifier si elle s’accompagnait de structures sociales distinctes reflétées dans différents modèles du peuplement dont on a confronté les évolutions respectives.

6Par ailleurs, le poids de l’agriculture et de l’élevage extensifs favorisa l’existence d’un équilibre intéressant entre une faible transformation du milieu naturel, responsable d’un relativement bon état de conservation des sites, et une connaissance appréciable de l’environnement de la part de ses habitants, facilitant la localisation de nombreux sites.

7Les prospections réalisées sur ces sites – inédits ou déjà connus – se sont accompagnées, en arrière-plan, du maniement d’une documentation variée qui ne se limite pas aux sources arabes et chrétiennes ou aux ouvrages spécialisés d’archéologie : informations orales, rapports de fouilles ou de prospections antérieures, supports cartographiques et photographiques, auxquelles s’ajoutent des descriptions de voyageurs européens, des enquêtes par questionnaires, des dictionnaires géographiques ou encore des rapports miniers du xixe siècle.

8Grâce à tout cela, on a pu élaborer en annexe des fiches signalétiques pour chaque site avec, comme compléments, des descriptions de la céramique, de la numismatique et de l’épigraphie correspondantes. L’état ainsi dressé des quarante-cinq sites retenus montre de grandes inégalités de l’un à l’autre, tant en ce qui concerne leur importance que leur degré de conservation ou la disponibilité de références textuelles. Enfin, on a décidé de ne pas écarter des données provenant de secteurs situés hors de la zone d’étude afin de mieux comparer les résultats obtenus.

9Au début de cette étude, on pouvait mettre en doute la validité de l’image « traditionnelle » et monolithique d’une société principalement urbaine et hautement militarisée – du moins à partir du xe siècle –, reflet d’un pouvoir resté mal défini (étatique, local, à caractérisation ethnique ?) et qui envisage seulement la zone comme partie intégrante d’un système défensif beaucoup plus ample. Il était également fort peu concevable que le paysage humain restât figé durant les cinq siècles de la domination musulmane, ou que les processus de transformation, tels ceux engendrés par les troubles intenses dès le milieu du xiie siècle, n’affectassent pas directement les campagnes. En arrière-plan de nos recherches, se détachaient d’autres travaux centrés sur l’Andalousie orientale, le Levant ou la vallée de l’Èbre, qui avaient mis en évidence l’importance du phénomène castral, la réorganisation du réseau de peuplement durant le califat ou le dépérissement de l’habitat rural comme conséquence des activités belliqueuses menées dans des terres frontalières. Cependant, les grandes différences économiques, démographiques et géopolitiques entre ces régions et la zone centre-orientale d’Estrémadure rendaient incertaine une transposition directe.

10Ainsi, pour mieux cerner les particularités qui ne pouvaient manquer de surgir, la première partie explore des problématiques spécifiquement liées au cadre naturel de la région. Les approches descriptives de l’orographie, du climat et de la végétation, en plus de jeter les bases nécessaires à la compréhension des formes distinctes de l’occupation humaine, soulignaient l’impossibilité de recourir à l’actualisme comme base d’étude.

11La seconde partie, tout en décortiquant les modes constructifs et structurels des sites, permet de documenter une dimension matérielle peu connue en Estrémadure : les procédés d’extraction, remploi et mise en forme des matériaux, ainsi que leurs relations avec les ressources naturelles, l’utilisation des techniques d’édification et la caractérisation des éléments défensifs et des structures de stockage. On a cherché, dans la mesure du possible, à mettre en évidence des particularismes locaux.

12L’étude proprement dite du peuplement et des formes d’habitat apparues entre le viiie et le xiiie siècle occupe les deux sections suivantes, qui constituent le véritable noyau de ce travail. Par commodité, il a été nécessaire de séparer le milieu urbain du milieu rural en une troisième et quatrième parties, même si les évolutions respectives de l’un et de l’autre sont étroitement liées et sujettes au même processus historique. Les données archéologiques recueillies trouvent ici leur véritable exploitation et offrent un panorama détaillé et nouveau de la question de l’occupation du sol. Bien que l’image d’un milieu rural déserté corresponde à l’état du peuplement au terme de la domination musulmane, elle ne peut pas être extrapolée aux époques antérieures, pour lesquelles les résultats des prospections révèlent une situation très différente. Le développement chronologique de l’exposé permet de réfléchir à l’adaptation des communautés paysannes face à la désarticulation des systèmes d’exploitation et de propriété de l’Antiquité tardive, puis de suivre le phénomène de la fortification des campagnes. Ainsi apparaissent quelques grandes tendances spatiales et diachroniques qui, comme la fuite vers les hauteurs, ont déjà été décrites pour d’autres régions d’al-Andalus.

13La cinquième et dernière partie laisse de côté l’analyse du peuplement pour s’intéresser aux mécanismes culturels et économiques qui régissent la formation de la société médiévale et, plus particulièrement, aux manifestations de l’islamisation. Celle-ci se réalisa au travers de mécanismes d’autant plus complexes qu’ils recouvraient l’ensemble des domaines de la vie sociale et ne se limitèrent ni à une homogénéisation culturelle ou religieuse ni à l’imposition d’un système socio-économique. Sa diffusion était assurée au moyen d’agents humains, culturels et économiques, dont la propagande était exprimée plus ou moins ouvertement. Le manque d’homogénéité du matériel disponible dans la zone (essentiellement tiré de l’onomastique, de l’archéologie, de l’épigraphie et de la numismatique), véritable handicap de départ, s’est finalement avéré être plutôt l’expression de la diversité de ces pratiques. En alternant une approche centrée sur l’individu, pauvre en informations (mais théoriquement très riche d’enseignements) et une autre sur le groupe, qui offre une image plus « limée » mais, en fin de compte, tout aussi lacunaire, on parvient à ébaucher un premier état de la connaissance que l’on peut avoir de la société. En second lieu, on a pu constater que des structures propres à la religion musulmane (la construction d’édifices religieux, la typologie des enterrements ou encore le texte des épitaphes) sont une autre manifestation de l’islamisation, susceptible, à son tour, de renseigner sur certains particularismes locaux liés à un milieu peu « urbanisé » ou de faible niveau économique et culturel. La diffusion de la propagande almohade dans les terres septentrionales d’Estrémadure a été étudiée par le biais du témoignage de deux épigraphies sorties d’un cercle non officiel ; enfin, l’analyse du corpus de monnaies renvoie au système monétarisé comme marque du système idéologique et économique d’al-Andalus.

14Cette étude a démontré l’existence d’un ensemble d’habitats ruraux, jusqu’ici inconnus ou laissés de côté, rendant nécessaire la redéfinition du rôle joué par le milieu urbain. La ville de Trujillo resta, tout au long de ces cinq siècles, le principal centre urbain d’une vaste aire d’influence peu peuplée. Il est devenu manifeste que les liens qui unissaient milieux urbain et rural ne peuvent se restreindre à de simples transferts, qu’il s’agisse de la captation des capitaux ou de relations commerciales et administratives. Ainsi, villes et campagnes connurent des évolutions parallèles et finirent par converger dans le déclin qui caractérisa les derniers temps de la domination musulmane dans la région, produisant un effondrement démographique et un appauvrissement généralisé. Toutefois, à aucun moment la relation ville-campagne ne sembla répondre au modèle décrit par certains auteurs médiévaux selon lesquels l’entourage agricole n’existe que pour et par la ville. La faible densité humaine, alliée à un rendement médiocre des sols, favorisa des stratégies de subsistance, peut-être déjà en place avant la conquête musulmane.

15S’il est possible de considérer cette situation comme l’une des manifestations de la marginalité de la zone centre-orientale d’Estrémadure, du moins ce concept est-il à nuancer puisque ce secteur fut rattaché successivement à différentes unités politiques et culturelles, qui lui attribuèrent une place distincte en fonction de leurs intérêts et des possibilités imposées par les circonstances historiques. Si elle se traduisit par sa faible participation aux courants juridico-culturels, soulignée par la médiocrité de ses productions épigraphiques, on ne manquera pas de remarquer, néanmoins, la contradiction avec les importantes interventions étatiques que supposèrent l’édification d’une qaaba et la nomination de gouverneurs à Trujillo, la destitution du second wālī d’Alija, ainsi que l’apparition des forteresses du Tage au cours du xe siècle. Toutes ces actions peuvent être perçues comme l’expression matérielle de l’attention portée par les califes de Cordoue à cette zone. En réalité, le but n’était peut-être pas tant de contrôler directement celle-ci, que de surveiller la route reliant les régions de Tolède et Mérida-Badajoz. À l’inverse, les quelques aires présentant une concentration de peuplement relativement dense (notamment Las Villuercas) ne furent pas désarticulées et réorganisées par le Califat. Quelle que soit la justification (l’ensemble fut peut-être jugé inoffensif malgré tout), l’État n’intervint pas de manière significative et ces structures perdurèrent pendant le xie siècle. Sous la taifa afṭaside, cette zone n’occupa qu’une place périphérique, loin des préoccupations premières de ce royaume, qui concentrait sa population et ses richesses économiques dans la vallée du Guadiana et dans l’actuel centre du Portugal.

16Cette marginalité politique, qui apparaît comme une constante diachronique, ne confina évidemment pas une aussi vaste portion de territoire dans une autarcie économique, idéologique ou même culturelle. Même si ces contextes sont difficilement perceptibles au travers des simples données archéologiques, quelques éléments incitent à souligner son intégration au phénomène d’islamisation. Par ailleurs, ces éléments communs à toute la zone n’impliquent pas une homogénéité structurelle. On se trouve face à un espace éclaté en des zones présentant des conditions antinomiques, non seulement sur les plans orographique ou économique, mais aussi dans la constitution de formations sociales différentes liées à la récupération d’espaces déjà exploités et à la colonisation progressive de territoires périphériques. L’intervention d’un pouvoir externe, peu probable durant l’époque émirale, prit forme avec la restructuration de la « ligne du Tage » au cours des xe-xie siècles. Là, de grands noyaux emmuraillés se substituèrent aux anciens habitats. Toutefois, cette réorganisation territoriale n’atteignit pas les chaînes montagneuses environnantes où les habitats perchés continuèrent à répondre au modèle d’une société rurale constituée principalement par des communautés libres.

17Cette approche permet d’affiner notre connaissance des structures du peuplement entre le viiie et le xiiie siècle même si de nombreux points d’ombre persistent, soulignant à la fois les limites inhérentes à la méthode et aux moyens employés, mais aussi les difficultés qu’il y a à interpréter catégoriquement certaines données archéologiques. Ces problèmes doivent être envisagés dans la perspective d’une étude qui, compte tenu de l’absence d’une tradition dans ce domaine, tente de jeter les bases d’un premier état de la question.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Marianne Barrucand, Université de Paris IV-Sorbonne ; Patrice Cressier, UMR 5648-CNRS, Lyon ; Pierre Guichard, Université Lumière-Lyon II ; Sonia Gutiérrez Lloret, Universidad de Alicante ; Christophe Picard, Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne ; Philippe Sénac, Université de Toulouse-Le Mirail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Sophie Gilotte, L’Estrémadure centre-orientale (viiie-xiiie siècle) : peuplement et formes d’habitat aux marges d’al-Andalus », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 337-341.

Référence électronique

« Sophie Gilotte, L’Estrémadure centre-orientale (viiie-xiiie siècle) : peuplement et formes d’habitat aux marges d’al-Andalus », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 25 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/2459

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org