Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Chronique d’archéologie

Recherches sur la sidérurgie ancienne dans la Sierra Menera (Teruel-Guadalajara). Bilan des travaux des années 2003-2004

Christian Rico, Jean-Marc Fabre, Clemente Polo Cutando et Carolina Villagordo
p. 345-353

Texte intégral

  • 1 Gutiérrez Elorza et Meléndez Hevia (éd.), 1991.

1La Sierra Menera est un massif paléozoïque d’une quarantaine de kilomètres de longueur qui borde, à l’ouest, la dépression du río Jiloca. De direction nord-ouest sud-est, il sépare les provinces de Teruel et de Guadalajara dont il constitue une des limites administratives. Appendice de la Cordillera Ibérica, le massif est constitué d’affleurements primaires discontinus surélevés par l’orogenèse hercynienne, parfois entrecoupés de dépressions tertiaires. D’importantes minéralisations de fer (limonite, hématite et sidérite) se trouvent dans ces affleurements, intercalées entre les quartzites et les calcaires de l’Ashgilien. Elles furent intensément exploitées aux époques moderne et contemporaine, fournissant jusqu’au début des années 1980 la matière première des hauts fourneaux de Sagonte. L’exploitation en carrière, qui a laissé des plaies béantes dans le paysage – notamment autour d’Ojos Negros (Teruel) et de Setiles (Guadalajara) –, a pu donner jusqu’à deux millions de tonnes d’hydroxyde de fer par an durant la dernière phase d’activité1. Une exploitation aux époques anciennes, préromaine, romaine et musulmane principalement, y a été reconnue depuis peu.

  • 2 Voir, par exemple, Kindelán, 1918.
  • 3 Domergue, 1987, t. ii, p. 484 et notes 869-870, y consacre un bref paragraphe mais, prudemment, ne (...)

2Quelques informations isolées, provenant notamment des ingénieurs des mines du xixe siècle et des débuts du xxe siècle, signalaient bien des vestiges de travaux anciens recoupés par les exploitations modernes et la découverte d’objets archéologiques à l’intérieur de ceux-ci, ainsi que des ferriers « anciens »2. Pourtant, l’absence de données précises, faute de recherches sur le terrain, empêcha pendant longtemps d’inclure la Sierra Menera dans les grands secteurs d’extraction et de production de fer du bassin méditerranéen antique3.

  • 4 Les sites sont alors présentés, pour la première fois, dans la carte archéologique de Calamocha (v (...)
  • 5 Menées notamment par J. A. Arenas Esteban (Centro asociado de la UNED de Guadalajara).

3Le panorama commence à se modifier dès 1988 avec les travaux de prospection en vue de l’établissement de la carte archéologique de la comarca de Calamocha. Les recherches menées par le SAET (Seminario de Arqueología y Etnología Turolense) de l’université de Teruel ont mis en lumière, autour d’Ojos Negros, une forte densité de ferriers antiques, datés par le matériel trouvé en surface entre la période celtibérique (iiie-ier siècle av. n. è.) et l’époque romaine (ier-iie siècle essentiellement)4. Depuis, les recherches ont été étendues, bien que de manière plus ponctuelle, aux communes voisines d’Ojos Negros, y compris dans la province de Guadalajara5, et les découvertes de nouveaux sites se sont multipliées depuis 1998 mettant en évidence, en particulier, une forte activité métallurgique à l’époque de la domination musulmane (viiie-xiie siècle) (fig. 1, p. 347).

Fig. 1. — Carte de situation des sites antiques et médiévaux de la Sierra Menera.

Fig. 1. — Carte de situation des sites antiques et médiévaux de la Sierra Menera.

1 : La Caridad ; 2 : Mines de Las Covachuelas ; 3 : Ferrier d’El Palomar ; 4 : Ferrier de la Virgen Vieja ; 5 : Ferriers de Saletas.

(DAO : Clemente Polo)

  • 6 L’équipe, regroupée autour de Claude Domergue, associe étroitement archéologues (Jean-Marc Fabre, (...)

4Ce fort potentiel de sites liés à la production de fer a été à l’origine, en 2002, du rapprochement entre les archéologues du SAET et l’équipe qui, au sein de l’Unité toulousaine d’archéologie et d’histoire (UTAH- UMR 5608), travaille depuis des années sur la sidérurgie antique6. La rencontre entre les deux équipes et la découverte d’intérêts mutuels ont abouti à la mise en place d’un programme de recherches sur plusieurs années pour évaluer l’importance historique et économique de la sidérurgie dans la Sierra Menera aux périodes anciennes. Les enjeux de la recherche sont multiples. Elle a pour objectif, d’une part, de cerner la chronologie de la production de fer et son évolution afin de situer, à terme, chaque grande période historique (celtibérique, romaine et musulmane) les unes par rapport aux autres. Elle vise, d’autre part, à caractériser l’activité minière et sidérurgique dans ses modalités et son mode de fonctionnement, en analysant notamment les rapports entre l’activité sidérurgique et l’occupation du territoire. Une des particularités, et sans doute la grande originalité de la région, réside en effet dans le fait que, de façon récurrente, les ferriers sont associés à des habitats généralement installés sur des petits promontoires et situés, pour l’essentiel, sur les premiers contreforts du massif. Par ailleurs, la création dans la plaine du Jiloca, à une dizaine de kilomètres à l’est de la sierra, d’une agglomération romaine dans les dernières décennies du iie siècle av. n. è., La Caridad à Caminreal, pourrait témoigner d’une volonté du conquérant romain de contrôler la production de fer de la région. Les fouilles y ont révélé, en effet, une importante activité en rapport avec le travail du fer (forge) dont la matière première provenait, à n’en pas douter, de la sierra toute proche. C’est là un autre enjeu des recherches actuelles, qui est, globalement, de mesurer l’impact de la conquête romaine sur la production de fer compte tenu de la longue phase d’instabilité que connut alors la Celtibérie, théâtre de nombreuses guerres aux deux derniers siècles avant le changement d’ère. La même problématique s’applique à la période de la domination musulmane qui semble avoir été accompagnée d’un regain de l’activité sidérurgique selon des modalités qu’il reste à préciser. C’est, au final, la dimension économique de la sidérurgie en Sierra Menera pour chaque grande période historique que les recherches actuelles ont en ligne de mire. Il s’agit non seulement de situer ce district sidérurgique dans le contexte général de l’exploitation minière et métallurgique péninsulaire mais aussi, plus largement, de le replacer dans celui des grandes régions productrices de fer du bassin méditerranéen occidental, et de répondre à la question suivante : la Sierra Menera peut-elle être comptée au rang des grands districts miniers et métallurgiques de l’Occident aux époques anciennes ?

  • 7 Deux campagnes d’une dizaine de jours chacune sont organisées annuellement avec une équipe de six (...)

5La réponse ne peut venir que de l’archéologie, le silence des sources écrites antiques et médiévales étant complet. Les travaux, démarrés en 2003, combinent deux types d’activités de terrain étroitement complémentaires l’un de l’autre : la prospection de surface et la fouille7.

6Des prospections systématiques sont menées dans tous ces secteurs qui avaient été peu ou pas explorés jusqu’alors. Elles ont pour objectif la localisation, d’une part, des vestiges des sites d’extraction anciens (mines souterraines ou à ciel ouvert) et, d’autre part, des ferriers, amoncellements plus ou moins volumineux de déchets résultant de la réduction du minerai par voie directe (scories principalement, et vestiges des bas fourneaux). Il s’agit donc, par le biais de la prospection, de compléter l’inventaire des sites liés à l’exploitation et à la production du fer et, du même coup, de recueillir dans un premier temps, sans recourir à la fouille, les éléments en surface (céramique essentiellement) permettant d’attribuer à une période historique précise les sites identifiés. Plusieurs secteurs ont déjà été étudiés avec des résultats divers, mais jamais entièrement négatifs, dans les zones périphériques nord et sud de la sierra ; autour de la commune d’El Pedregal (Guadalajara) et de celle d’Almohaja (Teruel), ainsi que dans le secteur des grandes carrières d’Ojos Negros et de Setiles. De nouveaux ferriers ont été découverts, certains anciens et généralement de petite taille, les plus importants appartenant à l’époque musulmane tel celui localisé à l’extérieur du village d’El Pedregal et qui s’étend sur une superficie de 3 500 m2. Ils renforcent l’impression qui se dégageait au départ de la recherche : celle d’une activité sidérurgique très diffuse et dispersée autour et dans la sierra. L’association des ferriers et des habitats n’est pas systématique, mais un terrain parfois très embroussaillé et le couvert végétal souvent dense rendent difficiles la progression et, du même coup, la détection des sites.

7Ceci est particulièrement vrai pour les lieux d’extraction du minerai. Plusieurs petites mines ont été localisées, en particulier dans la zone nord de prospection (Pobo de Dueñas, Hombrados). Certaines sont modernes et, pour l’essentiel, il s’agit de travaux de recherche n’ayant pas toujours été suivis d’une mise en exploitation. D’autres semblent plus anciennes mais les difficultés d’accès — la plupart sont entièrement colmatées — n’ont pas permis leur exploration en profondeur par le recours aux méthodes de la spéléologie. L’ensemble le plus important est celui de Las Covachuelas, dans le secteur de la mine moderne de Setiles (fig. 2). Il s’agit d’un ensemble de quatre grandes excavations, en grande partie effondrées, reliées entre elles par un ensemble de boyaux souterrains dont l’exploration n’a été possible que sur quelques dizaines de mètres en raison de l’épaisseur des comblements. Le minerai extrait était traité sur place comme en témoignent les restes, dans l’emprise même de la mine, d’un ferrier très endommagé par la construction de la piste d’accès à la carrière moderne. Le matériel recueilli en surface situe l’ensemble à l’époque musulmane. D’une manière générale, les prospections menées dans le secteur des grandes carrières d’Ojos Negros et de Setiles ont permis de mesurer l’étendue des dégâts occasionnés par l’exploitation moderne et contemporaine. Les mines anciennes ont été irrémédiablement détruites par l’extraction à ciel ouvert et les masses considérables de déblais qu’elle a produites ont fini, quant à elles, par ensevelir celles qui avaient échappé à la destruction. La toponymie en garde quelques traces. Ainsi, à Ojos Negros, le barranco de la galería vieja, aujourd’hui sous les haldes modernes, signale sans aucun doute des travaux anciens désormais inaccessibles. À Almohaja, dans la partie méridionale de la sierra, les travaux modernes, bien que de moindre ampleur, n’ont laissé que des lambeaux d’une exploitation plus ancienne sous la forme de fonds de galeries dans les fronts de taille de la mine moderne ; ils restent malheureusement indatables.

Fig. 2. — Las Covachuelas (Setiles), entrée de la mine (époque islamique).

Fig. 2. — Las Covachuelas (Setiles), entrée de la mine (époque islamique).

8La disparition des sites d’extraction antiques rend d’autant plus nécessaire l’évaluation de l’activité sidérurgique à laquelle elle a donné lieu si l’on veut répondre, ne serait-ce que partiellement, à la question précédemment posée. Ce travail d’évaluation repose sur l’estimation des volumes de scories renfermés par les ferriers. Ce sont des dépotoirs de tailles très diverses : simples épandages de scories, amas allant de quelques mètres à plusieurs centaines de mètres cubes, voire véritables collines de déchets métallurgiques. Le plus important ferrier de la région (fig. 3), non encore évalué, est celui dit de La Virgen Vieja à Almohaja, dans le secteur sud de la sierra. D’époque musulmane, il forme un tertre de plus de quatre mètres de hauteur adossé à la pente d’un talweg. Il pourrait renfermer plus de 5 000 tonnes de scories, chiffre qui demandera à être précisé. D’autres ferriers, de même époque que celui-ci, apparaissent très importants, ainsi celui d’El Palomar, à El Pedregal, en cours d’évaluation. Exploité dans les années 1950, il présentait à l’origine des accumulations de plusieurs mètres d’épaisseur.

Fig. 3. — Le grand ferrier de la Virgen Vieja (Almohaja).

Fig. 3. — Le grand ferrier de la Virgen Vieja (Almohaja).

9L’évaluation du volume de scories que renferme un ferrier doit tenir compte de deux variables importantes : d’une part, l’épaisseur des dépôts qui dépend notamment de la configuration topographique (pente, dépressions comblées…) et de l’utilisation du terrain (la mise en culture entraînant par exemple un certain épandage) ; d’autre part, la composition du ferrier. Il convient de distinguer les différents composants du dépotoir (principalement des scories, des débris de fours et des sédiments) pour établir la part des déchets de réduction et le rapport entre leur masse et le volume du ferrier, ce qui permettra par la suite de proposer une évaluation de la production de fer/métal. Les ferriers de petite taille ne posent pas de gros problèmes d’évaluation malgré une marge d’erreur qui, certes, varie selon la topographie des lieux mais reste acceptable. Sur les dépôts plus importants, la fouille permet de la limiter. C’est ce qui a été fait en 2003 et 2004 sur le site de Saletas, dans la commune de Villafranca del Campo.

10Ce site, qui associe un habitat et plusieurs ferriers (fig. 4), se trouve idéalement situé à une des sorties naturelles de la Sierra Menera, sur la plaine du Jiloca. Habitat et ferriers se font face de part et d’autre d’un ravin qui court d’ouest en est. Le premier est répertorié comme un site d’époque celtibérique et romaine, occupant une hauteur se détachant très nettement dans le paysage. Le cerro était entouré dans sa partie médiane par une enceinte monumentale faite de gros blocs quadrangulaires de calcaire que l’on aperçoit encore par endroits. Une réoccupation du site est attestée à l’époque islamique. Face à lui, de l’autre côté du ravin, se distinguent très nettement pas moins de quatre ferriers, à peu près alignés selon un axe est-ouest. Ils forment de grosses masses sombres dans les champs labourés et les anomalies qu’ils présentent, des éminences se détachant parfois très nettement dans les champs, laissent imaginer des accumulations importantes de scories. Seuls les deux ferriers plus à l’ouest utilisent la pente naturelle du ravin. L’ensemble s’étend sur à peu près 5 000 m2.

Fig. 4. — Vue aérienne verticale du site de Saletas (Villafranca del Campo).

Fig. 4. — Vue aérienne verticale du site de Saletas (Villafranca del Campo).

1 à 4 : ferriers antiques ; 5 : habitat.

  • 8 À l’exception du ferrier4 (le plus petit) dont l’évaluation empirique n’a que peu d’incidence sur (...)
  • 9 Les tranchées sont rebouchées et le terrain remis en état, une fois toutes les observations effect (...)
  • 10 Decombeix et al., 2000, p. 28.

11La méthode de sondage mise en œuvre à Saletas a consisté à pratiquer plusieurs tranchées dans toute l’épaisseur des ferriers et sur toute leur extension (fig. 5, p. 352). Celles-ci, réalisées avec l’aide d’une pelle mécanique, ont permis d’obtenir le profil de chacun d’entre eux8, de connaître l’épaisseur des dépôts de scories et autres déchets métallurgiques, et d’étudier la dynamique de formation des dépotoirs. Les coupes sont soigneusement relevées et, à plusieurs reprises, des sondages manuels limités ont été réalisés pour vérifier la nature d’éventuelles anomalies stratigraphiques ou étudier des structures visibles dans les bermes. Une des finalités de ces tranchées étant l’évaluation des volumes de scories, plusieurs échantillons de douze litres chacun ont été prélevés, en maints endroits, dans les différentes couches des ferriers9. Chaque échantillon a été trié pour ne garder que les scories ; la terre, les pierres, voire les éléments de fours, ont été rejetés. Il a été alors à nouveau pesé pour obtenir un rapport volume/masse qui, appliqué à l’évaluation de l’extension et de l’épaisseur moyenne du ferrier, permet d’estimer la production de fer/métal. L’évaluation globale pour l’ensemble des quatre ferriers a donné une production de 3 800 tonnes de scories. Ce chiffre est très comparable à celui d’un atelier bien connu de la Montagne Noire (à Montrouch, dans la commune des Martys [Aude]), qui a fonctionné durant la deuxième moitié du ier siècle av. n. è.10. Si les rapports entre les déchets et la production de fer/métal sont identiques dans les deux régions – ce qui, en l’absence d’étude technologique détaillée, n’est qu’une hypothèse –, les métallurgistes de Saletas auraient produit plus de 1 000 tonnes de fer. C’est là un ordre de grandeur que l’on utilisera avec précaution tant que l’on ne connaîtra pas les bas fourneaux qui ont servi sur place. Les tranchées ont en effet été pratiquées au cœur des ferriers dont on rappellera qu’ils ne sont que des dépotoirs. Les fours sont à rechercher ailleurs que dans les scories, pas nécessairement très loin, mais ils n’ont pas été localisés.

Fig. 5. — Vue de la tranchée A dans le ferrier 3 de Saletas.

Fig. 5. — Vue de la tranchée A dans le ferrier 3 de Saletas.

La stratification montre une alternance de dépôts de scories, de réfractaire, et autres déchets.

  • 11 Les choses sont un peu différentes pour l’époque romaine impériale et l’époque médiévale pour lesq (...)

12L’autre apport important des sondages effectués dans les ferriers de Saletas a été de fournir les fossiles directeurs qui manquaient en surface pour dater l’activité métallurgique. Le problème est, de fait, général à la plus grande partie des ferriers localisés aujourd’hui dans la Sierra Menera. Non seulement le matériel céramique en surface est peu abondant mais il donne aussi des fourchettes chronologiques très larges, notamment pour les périodes d’activité les plus anciennes. La céramique celtibérique, omniprésente, ne se distingue pas en effet par sa grande précision chronologique. En l’absence de céramiques fines d’importation (campanienne, sigillée arétine) ou d’amphores républicaines, très rares dans la région, il devient difficile d’attribuer une chronologie précise aux ferriers quand ils n’ont livré en surface que quelques tessons de céramique celtibérique ou de tradition celtibérique11. La fouille peut donc pallier ce manque de précision et c’est ce qu’elle a en partie permis à Saletas où les différentes tranchées ont donné plusieurs centaines de tessons antiques recueillis, pour nombre d’entre eux, en stratigraphie. L’époque islamique peut êtredésormais écartée. Mais les débuts de l’activité sidérurgique restent mal fixés. Elle apparaît cependant s’être développée plus tardivement que ce que l’on avait cru dans un premier temps ; la datation des ferriers reposait en effet, jusque-là, sur les données chronologiques fournies par l’habitat qui fait face au secteur artisanal et dont l’occupation, au vu du matériel ramassé en surface lors d’une prospection précédente, semble démarrer au iie siècle av. n. è. La production de fer ne lui est pas forcément concomitante. En tout état de cause, le matériel permet de la situer au ier siècle av. n. è. et dans les premières décennies du suivant.

  • 12 La méthode mise au point par M.-P. Coustures, D. Béziat et F. Tollon (Université Paul Sabatier, To (...)

13Le site de Saletas fut, à l’échelle régionale, un centre important et actif dont la production ne fut certainement pas négligeable : peut-être 1 000 tonnes de fer en l’espace de cent ans ou plus, ce qui dépassait les besoins de la consommation locale. Il ne fut peut-être pas le seul, mais des centres comparables restent à identifier. La période dans laquelle son activité s’inscrit semble être marquée par une restructuration de l’activité en vue d’un accroissement de la production de fer qui serait désormais orientée vers l’exportation. Dans ce nouveau système de production, qui remplacerait celui d’une activité de caractère artisanal et forcément limitée aux besoins des populations locales, un rôle majeur pourrait avoir été joué par la « ville neuve » de La Caridad qui centraliserait tout ou partie du fer produit dans les ateliers de la sierra. Pour l’heure, ce schéma reste une hypothèse de travail faute d’éléments montrant des rapports directs entre la ville romaine et les centres sidérurgiques voisins. La démonstration pourrait venir de l’archéométrie. L’objectif est, par l’analyse des éléments en trace contenus dans les inclusions de scories des fers anciens, de déterminer leur provenance, sachant qu’à un centre sidérurgique particulier correspond une signature chimique particulière qui est comme « gardée en mémoire » dans la scorie12. Les premières analyses ont déjà fourni la signature du centre de Saletas en établissant une filiation claire entre le minerai de départ et les scories produites sur le site dont des échantillons avaient été prélevés dans les sondages effectués en 2003. D’autres analyses suivront pour d’autres sites et doivent être surtout étendues à des objets en fer retrouvés à La Caridad. Peut-être alors parviendra-t-on à démontrer ce qui apparaît aujourd’hui une évidence : l’étroite dépendance, à la charnière entre le iie et le ier siècle av. n. è., entre la zone de production de fer de la Sierra Menera et la ville romaine, lieu de transformation de ce fer et de sa redistribution vers d’autres marchés, civils ou militaires, sous forme d’objets manufacturés (objets divers nécessaires à la vie quotidienne, outils agricoles et armes).

Haut de page

Bibliographie

Burillo Mozota, Francisco (dir.) (1991), Patrimonio histórico de Aragón. Inventario arqueológico, Calamocha, Saragosse.

Coustures, Marie-Pierre, Rico, Christian, Béziat, Didier, Djaoui, David, Long, Luc, Domergue, Claude et Tollon, Francis (à paraître), « Le fer des épaves des Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône). Le problème de sa provenance traité par l’archéométrie », Gallia [63, 2006].

Decombeix, Pierre-Michel, Domergue, Claude, Fabre, Jean-Marc, Gorgues, Alexis, Rico, Christian, Tollon, Francis et Tournier, Benjamin (2000), « Réflexions sur l’organisation de la production du fer à l’époque romaine dans le bassin supérieur de la Dure, au voisinage des Martys (Aude) », Gallia, 57, pp. 23-36.

Domergue, Claude (1987), Catalogue des mines et des fonderies antiques de la péninsule Ibérique (2 t.), Madrid.

Gutiérrez Elorza, Mateo et Meléndez Hevia, Alfonso (éd.) (1991), Introducción a la geología de la provincia de Teruel, Teruel.

Kindelán, Vicente (1918), Criaderos de Guadalajara y Teruel, t. iii de Criaderos de hierro de España (6 t. en 10 vol.), Madrid, 1913-1944.

Polo Cutando, Clemente (1999), « La metalurgia del hierro durante la época celtibérica en Sierra Menera (Guadalajara-Teruel) », dans Francisco Burillo Mozota (éd.), IV Simposio sobre Celtíberos. Economía. Homenaje a José Luis Argente Oliver (Daroca, 25-27 de septiembre de 1997), Saragosse, pp. 195-201.

Haut de page

Notes

1 Gutiérrez Elorza et Meléndez Hevia (éd.), 1991.

2 Voir, par exemple, Kindelán, 1918.

3 Domergue, 1987, t. ii, p. 484 et notes 869-870, y consacre un bref paragraphe mais, prudemment, ne se prononce pas sur la chronologie des mines et des ferriers signalés dans les publications anciennes.

4 Les sites sont alors présentés, pour la première fois, dans la carte archéologique de Calamocha (voir Burillo Mozota [dir.], 1991). On trouvera une synthèse dans Polo Cutando, 1999.

5 Menées notamment par J. A. Arenas Esteban (Centro asociado de la UNED de Guadalajara).

6 L’équipe, regroupée autour de Claude Domergue, associe étroitement archéologues (Jean-Marc Fabre, Christian Rico, Pierre-Michel Decombeix), minéralogistes (Didier Béziat, Marie-Pierre Coustures) et métallurgistes (Francis Dabosi).

7 Deux campagnes d’une dizaine de jours chacune sont organisées annuellement avec une équipe de six à huit personnes. Le programme fonctionne grâce aux subventions de la Casa de Velázquez et de la DGA (Aragon), auxquelles s’ajoutent des aides de la Caja Rural de Teruel et de l’UTAH ainsi qu’un important appui logistique de la mairie d’Ojos Negros.

8 À l’exception du ferrier4 (le plus petit) dont l’évaluation empirique n’a que peu d’incidence sur l’évaluation globale.

9 Les tranchées sont rebouchées et le terrain remis en état, une fois toutes les observations effectuées.

10 Decombeix et al., 2000, p. 28.

11 Les choses sont un peu différentes pour l’époque romaine impériale et l’époque médiévale pour lesquelles les types céramiques sont bien identifiés, même si les datations obtenues restent souvent larges.

12 La méthode mise au point par M.-P. Coustures, D. Béziat et F. Tollon (Université Paul Sabatier, Toulouse) a été testée avec succès sur deux centres sidérurgiques de la Gaule romaine, Les Martys (Aude) et Les Ferrys (Loiret), et sur les barres de fer des épaves romaines des Saintes-Maries-de-la-Mer (fouilles de L. Long, Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, Marseille [DRASSM]) ; voir Coustures et al. (à paraître).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Carte de situation des sites antiques et médiévaux de la Sierra Menera.
Légende 1 : La Caridad ; 2 : Mines de Las Covachuelas ; 3 : Ferrier d’El Palomar ; 4 : Ferrier de la Virgen Vieja ; 5 : Ferriers de Saletas.
Crédits (DAO : Clemente Polo)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2462/img-1.png
Fichier image/png, 522k
Titre Fig. 2. — Las Covachuelas (Setiles), entrée de la mine (époque islamique).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2462/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 3. — Le grand ferrier de la Virgen Vieja (Almohaja).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2462/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 4. — Vue aérienne verticale du site de Saletas (Villafranca del Campo).
Légende 1 à 4 : ferriers antiques ; 5 : habitat.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2462/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 5. — Vue de la tranchée A dans le ferrier 3 de Saletas.
Légende La stratification montre une alternance de dépôts de scories, de réfractaire, et autres déchets.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2462/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Rico, Jean-Marc Fabre, Clemente Polo Cutando et Carolina Villagordo, « Recherches sur la sidérurgie ancienne dans la Sierra Menera (Teruel-Guadalajara). Bilan des travaux des années 2003-2004 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 35-2 | 2005, 345-353.

Référence électronique

Christian Rico, Jean-Marc Fabre, Clemente Polo Cutando et Carolina Villagordo, « Recherches sur la sidérurgie ancienne dans la Sierra Menera (Teruel-Guadalajara). Bilan des travaux des années 2003-2004 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35-2 | 2005, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://mcv.revues.org/2462

Haut de page

Auteurs

Christian Rico

UTAH-UMR 5608 CNRS, Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Jean-Marc Fabre

UTAH-UMR 5608 CNRS, Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Clemente Polo Cutando

SAET, Universidad de Teruel

Carolina Villagordo

SAET, Universidad de Teruel

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org