Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Regards croisés

Josep Maria Fradera, Colonias para después de un Imperio

Barcelona, Bellaterra, 2005, 751 páginas
Xavier Huetz de Lemps
p. 283-287
Référence(s) :

Josep Maria Fradera, Colonias para después de un Imperio, Barcelona, Bellaterra, 2005, 751 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

1Si bien des auteurs ont des doutes sur la pertinence ou sur l’utilité de leur production, il est rare qu’ils les expriment avec autant de franchise que J. M. Fradera dans son avant-propos. Son épais volume refermé, on est convaincu que ces scrupules étaient infondés : Colonias para después de un imperio est un livre important, opportun et novateur, même s’il n’est pas d’une lecture facile.

2À notre connaissance, aucun historien ne s’était aventuré à confronter systématiquement les expériences coloniales antillaise et philippine de l’Espagne au xixe siècle, sans doute parce qu’un tel défi supposait de dépasser les cloisonnements académiques entre aires culturelles et d’assimiler une masse considérable d’informations historiques. La problématique centrale de l’ouvrage peut être résumée de la manière suivante : pourquoi trois colonies, Cuba, Porto Rico et les Philippines ont-elles réchappé à l’effondrement de l’Empire espagnol ? Sur quelles bases l’Espagne est-elle parvenue à stabiliser durablement sa domination sur ces fragments d’Empire ? Ainsi, l’objectif de l’auteur n’est pas seulement de mettre en perspective les trajectoires coloniales, mais d’étudier les éventuels liens constitutifs d’un système colonial qui lierait la métropole à ses territoires outre-mer. Enfin, J. M. Fradera compare les solutions espagnoles à celles qui sont mises en œuvre dans les autres empires européens, britannique et français en particulier.

3L’auteur a beaucoup lu sur chacune des pièces de son puzzle pour confronter des historiographies dont les centres d’intérêt, les méthodes et les langues de rédaction sont différents. Ne serait-ce que par ces références, l’ouvrage est une mine. On regrettera cependant que les travaux cités en notes de bas de page n’aient pas été regroupés dans une bibliographie générale en fin de volume. Certes, l’index reprend les noms d’auteurs mais seul le lecteur qui a déjà une bonne connaissance préalable de la bibliographie portant sur l’une des trois colonies peut véritablement en tirer profit. Sur certains points, l’ouvrage est plus qu’une synthèse et l’analyse est fondée sur des documents d’archives, peu connus pour certains et rarement mis en relation puisque produits en des lieux différents pour traiter de problèmes particuliers. J. M. Fradera ne pouvait dans un unique volume, aussi épais soit-il, faire une histoire globale d’un ensemble colonial complexe et disparate, et il n’étudie « que » les facettes politiques et économiques, plus spécialement fiscales, du lien impérial. L’analyse porte sur la période 1808-1868, mais l’auteur remonte fréquemment aux réformes bourboniennes postérieures à la guerre de Sept Ans. Les très intéressantes allusions aux années 1868-1898 amènent le lecteur à regretter que l’analyse n’ait pu être prolongée jusqu’au désastre final. La structure et le style adoptés entraînent de nombreux va-et-vient chronologiques ou thématiques et, afin d’en résumer le plus clairement possible les principaux apports, nous reprendrons les deux axes, politique et économique, de l’ouvrage.

4Dans un chapitre passionnant, intitulé « De colonias a colonias », l’auteur analyse les tentatives libérales de refondation du lien impérial dans une grande Nation construite sur les principes d’unité, d’égalité et de liberté. Dans cette phase qui s’étend, par-delà la perte de l’Empire en 1822-1824, de 1809 à 1837, les libéraux métropolitains jouent un jeu très subtil pour surmonter la contradiction de fond entre ces idées révolutionnaires proclamées haut et fort et la volonté de conserver à tout prix la domination de la métropole dans le nouvel édifice politique en construction. Il s’agissait, en particulier, d’inventer des modalités de représentation susceptibles de garantir la supériorité numérique des députés métropolitains dans les nouveaux organes de décision.

5C’est avant même l’effondrement de l’Empire que se dessinent les orientations fondamentales du lien politique qui unit la métropole à ses colonies pendant tout le xixe siècle. Le principe d’égalité n’est pas appliqué à la répartition des pouvoirs entre les composantes de l’Empire et un schéma centralisé sur la métropole est privilégié. L’accent mis sur l’hétérogénéité entre la société métropolitaine et les sociétés coloniales permet, au nom de critères ethniques centrés sur la notion de développement culturel, d’exclure de la citoyenneté des pans entiers des sociétés coloniales et donc de résoudre l’impasse arithmétique qu’aurait supposé, pour la métropole comme pour les créoles, un suffrage égalitaire.

6À l’issue des débats entamés en 1809, interrompus à chaque retour de l’absolutisme et réouverts pendant chaque intermède libéral, les libéraux de métropole aboutissent en 1837 à une solution spécieuse mais efficace à court terme : l’existence de « provincias españolas de Ultramar » est affirmée dans les textes et immédiatement niée dans les faits puisque les territoires concernés doivent être gouvernés par des lois spéciales… qui ne verront jamais le jour. In fine, la métropole prive ses colonies de toute représentation politique et les Espagnols des colonies ne sont pas des citoyens à part entière. Ce régime d’exception indéfini légitime autant qu’il est légitimé par une seconde orientation : la militarisation du gouvernement des colonies. Ce modèle, qualifié de prétorien, est incarné par la figure du Capitaine Général qui cumule pouvoir militaire et pouvoir politique. L’auteur démontre que cette dérive autocratique est pratiquement concomitante à Cuba, Porto Rico et aux Philippines. Dans les années 1820 et plus nettement dans les années 1840, des troubles – répliques atténuées du séisme qui entraîne l’effondrement de l’Empire – sont instrumentalisés par des généraux (Oráa aux Philippines, O’Donnell à Cuba et Prim à Porto Rico) avides de pouvoir et parfaitement conscients des bénéfices politiques immédiats d’une répression démesurée. Dans les années 1850 et 1860, les contre-pouvoirs traditionnels, l’Audience, à laquelle l’auteur aurait pu ajouter les Ayuntamientos, ou plus récents, comme les Intendances, sont laminés et l’espace politique colonial est tout entier occupé par un homme qui devient le seul interlocuteur des colonisés comme de la métropole. Par la suite et par-delà les bouleversements postérieurs à 1868, l’Espagne s’enferme dans un schéma qui garantit ses intérêts immédiats mais hypothèque l’avenir : la négation des droits politique des Espagnols expatriés ne peut qu’encourager ces derniers à cultiver des solidarités locales et à réclamer une plus grande autonomie ; le brouillage entre sphères civile et militaire contribue à interdire toute solution négociée et à « brutaliser » les conflits coloniaux. La construction théorique du pouvoir dictatorial du capitaine général est parfaitement démontrée, mais elle mériterait d’être confrontée aux réalités politiques de chaque colonie : si leur pouvoir est théoriquement sans partage, les gouverneurs généraux restent peu de temps et ils doivent composer avec des pouvoirs influents tels que les milieux économiques espagnols mais aussi étrangers, le clergé séculier et régulier, les fonctionnaires créoles expérimentés etc.

7Plus nettement encore que pour le volet politique de son étude, J. M. Fradera démontre que les causes de la stabilisation réussie des finances coloniales des Antilles et des Philippines doivent être recherchées dans les réformes engagées après la guerre de Sept Ans. Les données du problème étaient simples : les programmes de défense de La Havane et de Manille étaient si ambitieux que les traditionnelles aides de Nouvelle-Espagne (situados) ne pouvaient suffire et les administrateurs locaux durent se mettre en quête de solutions pour dégager des ressources propres. Sans que leurs promoteurs n’en n’aient bien entendu eu conscience, ces réformes « préparaient » Cuba, Porto Rico et les Philippines à survivre à la banqueroute (à partir de 1807) puis à l’indépendance de la Nouvelle-Espagne. Au terme du processus, ces « colonies de colonies », pour reprendre le mot de Pierre Chaunu, deviennent des îles auto-suffisantes qui figurent aux premiers rangs des exportateurs mondiaux de produits tropicaux (sucre, café, tabac et, uniquement pour les Philippines, abaca).

8Les niches fiscales et les modalités de ce spectaculaire développement des ressources publiques ne sont pas les mêmes. Aux Antilles, le point crucial est la question des droits de douane et donc du partage des bénéfices de l’expansion sucrière entre les hacendados cubains, les négociants espagnols (à Cuba et en métropole) et l’État colonial. La négociation est complexe et les administrateurs d’Hacienda doivent transiger, même si la question de l’abolition de l’esclavage est une arme de chantage économique et politique puissante. Aux Philippines, la réussite financière du monopole des tabacs, mis en place en 1782, joue un rôle décisif dans l’expansion des rentrées fiscales, loin devant les revenus des douanes ou du tribut.

9Pourtant, cet équilibre est fragile. À partir des années 1820, les trois colonies aident la métropole à surmonter ses difficultés financières, sous la forme de transferts de fonds pour les Antilles et de livraison de tabac aux manufactures métropolitaines pour les Philippines. Cette charge devient très lourde à plusieurs reprises : au moment de la première guerre carliste et au début des années 1860, lorsque les trois colonies supportent le coût exorbitant d’aventures impériales stériles (Maroc, Cochinchine, Saint-Domingue, Mexique). Ces exigences creusent le déficit des budgets coloniaux tandis que l’absence d’espaces publics de concertation complique singulièrement la négociation d’un nouveau pacte colonial au moment même où la crise des économies sucrières frappe Cuba et Philippines.

10Ce trop rapide résumé pourrait donner la fausse impression d’une lecture déterministe de la trajectoire coloniale de l’Espagne au xixe siècle alors qu’une des principales qualités de l’ouvrage de J. M. Fradera est justement de ne jamais tomber dans l’explication facile ou le rapprochement réducteur. Ainsi, l’auteur démontre que les hommes politiques métropolitains et les administrateurs coloniaux n’ont jamais agi en fonction d’un plan colonial d’ensemble et que leurs actions n’ont à aucun moment été dictées par une doctrine cohérente. Les solutions, en particulier dans le domaine fiscal, sont bricolées à chaud, souvent sans anticipation des effets induits sur l’économie des archipels. Elles résultent de choix locaux négociés avec des agents économiques qui ne sont pas les mêmes à Cuba et aux Philippines. De plus, l’indiscutable réussite financière des Haciendas coloniales doit beaucoup à la prospérité des exportations sur lesquelles l’État colonial n’a eu qu’un rôle d’impulsion très limité.

11C’est une grande vertu de l’ouvrage de J. M. Fradera que de donner aux questions budgétaires et fiscales la place qu’elles méritent. Certes, les choix fiscaux, le rendement des taxes et la mécanique d’élaboration des budgets ne sont pas matières à grandes envolées, mais l’auteur montre combien ces questions sont des actes politiques forts. La militarisation du gouvernement colonial est inséparable de la centralisation métropolitaine en matière de choix des priorités financières et elle facilite le pillage éhonté des caisses coloniales par Madrid. Le poids considérable des dépenses militaires, en particulier à Cuba où elles représentent plus de 60 % du total entre 1839 et 1852, fragilise les finances coloniales et interdit de dégager des volants de crédits pour engager des réformes productives.

12L’hétérogénéité des situations coloniales, des solutions et des résultats laissent donc penser que l’auteur emploie les mots de système ou de modèle faute de mieux. Pourtant, J. M. Fradera met en lumière quelques éléments de continuité impériale qui devront faire l’objet d’enquêtes approfondies. Cuba semble avoir joué le rôle de laboratoire où des réformes fiscales et politiques ont été testées, mais les modalités de la circulation de ces recettes n’apparaissent pas encore nettement. En évoquant une « culture fiscale » partagée par les administrateurs coloniaux, en insistant sur le rôle déterminant de certains réformateurs, l’auteur trace les linéaments de recherches à venir : au xixsiècle, le personnel colonial espagnol n’est pas professionnalisé et, du fait de la révolution des transports, les administrateurs circulent beaucoup plus facilement dans ce qui reste de l’Empire. Des pages très intéressantes sont consacrées à la lente émergence de bureaux spécialisés dans la gestion des colonies jusqu’à la création du Ministerio de Ultramar en 1863, mais l’impulsion donnée par ces organes centraux est très mal connue. De même, les éventuelles répercussions des modalités coloniales de la construction de l’État libéral sur l’Espagne péninsulaire sont un sujet pratiquement vierge.

13Ainsi, comme toutes les enquêtes historiques réussies, cet ouvrage ouvre autant de pistes qu’il n’en explore. L’histoire de la colonisation telle que J. M. Fradera la conçoit est exigeante, éloignée des clichés simplificateurs et manichéens, soucieuse de mettre en lumière des éléments de continuité impériale, de prêter l’oreille aux phénomènes de résonance, aux effets en retour qui, par-delà les océans, courent de la métropole aux colonies, des colonies à la métropole, voire d’une colonie à une autre. L’histoire coloniale de l’Espagne au xixe siècle en ressort en quelque sorte « normalisée » : comme celle des autres puissances européennes, la politique coloniale de l’Espagne est traversée de profondes contradictions et l’équilibre fragile n’est maintenu qu’au prix d’ajustements constants, fruits de l’expérience et du pragmatisme beaucoup plus que d’une politique globale fondée sur un projet cohérent. Les débats gaditans posent avec acuité un certain nombre de tensions et d’incohérences que l’on retrouve par la suite et en des termes très similaires dans tous les empires coloniaux. Loin des vieux clichés de la « légende noire », la stabilisation durable des dernières colonies de l’Espagne n’est donc ni la fossilisation de pratiques impériales d’un autre temps, ni la chronique d’une mort coloniale annoncée. Au contraire, la poignée d’administrateurs et d’hommes politiques qui dessinent la nouvelle architecture coloniale font preuve d’indéniables capacités d’adaptation et ils savent conjuguer innovation et pragmatisme. Parce qu’il met toujours l’érudition au service de la réflexion, parce qu’il s’inscrit dans un courant historiographique novateur qui fait voler en éclats la cloison – astucieusement mise en place par la colonisation et perpétuée par les pesanteurs des découpages disciplinaires – entre métropole et colonies, cet ouvrage devrait intéresser un très large lectorat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Huetz de Lemps, « Josep Maria Fradera, Colonias para después de un Imperio », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 283-287.

Référence électronique

Xavier Huetz de Lemps, « Josep Maria Fradera, Colonias para después de un Imperio », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/2507

Haut de page

Auteur

Xavier Huetz de Lemps

Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org