Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Regards croisés

Martine Segalen, Vie d’un musée, 1937-2005

Paris, Stock, 2005, 341 pages
Denis Chevallier
p. 291-296
Référence(s) :

Martine Segalen, Vie d’un musée, 1937-2005, Paris, Stock, 2005, 341 p.

Texte intégral

1La mortcomme la métamorphose des institutions sont un objet privilégié des sciences sociales. La vague récente des transformations des musées d’ethnologie parisiens nous donne un bon exemple de cet intérêt. Ces mouvements sont l’occasion d’un travail sur la mémoire des lieux. À l’occasion de la fermeture du Musée des arts d’Afrique et d’Océanie sur son site parisien de la Porte Dorée dont les collections rejoignent le Musée du quai Branly, le photographe Bernard Plossu s’est associé à des sociologues pour exprimer l’esprit d’un lieu que sa fermeture annoncée avait contribué à rendre très populaire (MAAO, Mémoires, Paris, 2002). On prend aussi prétexte de ces transformations pour analyser en profondeur les évolutions des relations entre le musée et son public. Quels furent les apports de l’institution à la science muséologique ; quelles sont les causes de son échec ? Les articles sur le Musée de l’Homme ne se comptent plus depuis l’annonce de l’installation d’une grande partie de ses collections dans un musée dont les dénominations successives, de Musée des arts premiers en Musée du quai Branly – MQB pour les intimes –, ont fait aussi couler beaucoup d’encre. Enfin, il y a les ouvrages qui, à partir d’un diagnostic, tentent de proposer des remèdes.

2Si l’on mesurait la gravité de l’état de santé d’une institution patrimoniale au nombre des médecins qui se sont penchés à son chevet, le musée national des Arts et Traditions Populaires (MNATP) battrait des records. Il n’a pas fallu moins de sept rapports d’éminents spécialistes français ou étrangers pour aboutir à la fin des années 1990 à une solution acceptée, sinon par tous, du moins par les autorités du Ministère de la culture pour sauver ce que l’on a nommé, dès les années 1970, « la maison Rivière » du nom de son inventeur et fondateur : Georges-Henri Rivière.

3Une institution qui met plus de dix ans à trouver la voie d’une possible réforme est une institution en crise. Martine Segalen, l’auteure de l’ouvrage, a vécu cette crise au sein du Musée. C’est ce qui rend son témoignage si passionnant et, parfois, émouvant. Elle a participé aux plus belles années de ce musée national : à son installation en 1972 dans le très moderne (pour l’époque !) bâtiment construit par Jean Dubuisson, à la concrétisation de la muséographie révolutionnaire (pour l’époque !) de Georges-Henri Rivière dans la galerie d’étude puis la galerie culturelle. Et elle a connu le temps des interrogations, nombreuses, puis du malaise profond qui naîtra dès les années 1980 et ne cessera de croître dans les années suivantes. Martine Segalen assiste – » impuissante » – à cette lente agonie qui se traduit dans les chiffres par une baisse inexorable de la fréquentation du musée et, dans un autre registre, par la disparition en 2005 du laboratoire de recherche, le Centre d’ethnologie française, une des grandes fiertés de l’institution dont Martine Segalen assura la direction pendant dix années de 1986 à 1996.

4« Vie d’un musée » est donc un ouvrage qui propose au lecteur une vision exhaustive de près de soixante années de vie du musée national des Arts et Traditions Populaires. Le livre de Martine Segalen a en effet le mérite de couvrir, à quelques mois près, la totalité de la vie du MNATP, de sa création le 1er mai 1937 au décret de juin 2005 qui entérine son changement de nom en tant que Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée.

5Avec ce livre, Martine Segalen nous offre donc d’abord une bonne synthèse sur l’histoire du MNATP. Les entretiens avec des acteurs et la consultation des archives du musée lui ont permis en effet de reconstituer cette excitante aventure de la construction d’un musée, certes bien connue pour la période 1937-1972 depuis la belle thèse de Nina Gorgus consacrée à Georges-Henri Rivière (Le magicien des vitrines, Paris, 2003), mais à laquelle il manquait la vision d’ensemble destinée à un public plus large et surtout une relation des péripéties de la dernière décennie, celles qui vont conduire le musée à se délocaliser à Marseille.

6Mais ce livre témoignage, dont Martine Segalen avoue qu’il est pour elle une manière de faire le deuil de la période d’une vie largement consacrée au musée, puisqu’elle y était entrée en 1967 et y restera jusqu’en 1996 date à laquelle elle prend une chaire de professeur à l’université de Paris X, s’avère être aussi et surtout un document essentiel pour qui voudrait tirer des leçons de l’histoire d’une institution culturelle.

7Ce travail vient à point nommé, au moment où le public se pose légitimement des questions sur l’institution. Pourquoi la transformer ? Pourquoi partir du Bois de Boulogne pour s’installer au bord de la Méditerranée ? Qu’est-ce qui justifie de faire disparaître du paysage culturel parisien une institution qui, pour un public de connaisseurs français et étrangers, est demeurée une référence ? Un questionnement utile car il permet d’introduire une réflexion plus générale sur le rôle d’un musée de société et, pour ce qui concerne plus particulièrement notre institution, sur ses relations avec la recherche au moment même où le contrat qui associe le musée au CNRS est rompu, et que, dès lors, les relations du musée avec le monde des universités et des chercheurs doivent être profondément redéfinies.

8Revenons ici sur quelques-uns des éléments qui me semblent offrir matière à réflexion au moment où, dans un contexte de crise générale des musées de société, il a été décidé d’inventer un nouveau musée.

9Martine Segalen nous rappelle que, des premières enquêtes d’ethnomusicologie avant-guerre aux grandes enquêtes des années 1960-1970, dont la Recherche Coopérative sur Programme Aubrac fut le modèle, en passant par les chantiers intellectuels mis en place pendant la guerre, le musée avait su développer un modèle rare dans le monde des musées, dont beaucoup nous enviaient son statut original de musée-laboratoire (Ch. Bromberger, « Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’analyse dans l’histoire récente de l’ethnologie de la France », dans Isac Chiva et Utz Jegelle [dir.], Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande, Paris, 1987, pp. 67-94). Dès le début, en effet, les recherches du musée furent aidées par le Centre national de la recherche scientifique qui mit à disposition des chercheurs. Cette collaboration ne cessera de s’enrichir jusque dans les années 2000 où le Musée comptait encore plus de vingt chercheurs dont la grande majorité était rétribuée par le CNRS. Parallèlement, le musée mettra à la disposition des chercheurs du monde entier les outils documentaires indispensables à la connaissance de l’ethnologie du domaine français : bibliothèque de référence comportant aujourd’hui 100 000 ouvrages, iconothèque de près de 500 000 photographies et cartes postales, phonothèque comportant plus de 80 000 enregistrements. Un tiers des 17 000 m2 du bâtiment du Bois de Boulogne était de fait dévolu à la recherche et à ses outils.

10Cette fonction a-t-elle un temps masqué les autres ? En d’autres termes, le musée est-il mort du fait d’avoir trop privilégié le chercheur aux dépens d’un public qui ne se serait pas reconnu dans ses manifestations et, en particulier, dans ses expositions ? Martine Segalen rappelle que jusqu’à la fin, pourtant, Georges-Henri Rivière avait lutté pour articuler la recherche aux attentes du grand public puisqu’il insistait encore, à la fin des années 1970, alors qu’il avait pris sa retraite depuis dix ans, pour que des ateliers pour enfants soient enfin installés dans l’enceinte du bâtiment.

11Il n’en demeure pas moins que certains observateurs des musées de société ont attribué la crise qui touche le musée dans les années 1990 à une certaine hypertrophie de sa fonction de recherche, qui se serait faite au détriment d’une nécessaire connaissance des changements d’aspiration du grand public.

12Rappelons donc les éléments qui ont contribué au fil des ans et des rapports à instruire le débat, parfois polémique, sur le rôle de la recherche dans un musée de société. Lorsque Georges-Henri Rivière et son équipe se lancent à partir des années 1930, mais surtout dans les années 1950, dans la construction du musée des Arts et Traditions Populaires, l’ethnographie se résume trop souvent à une collecte de faits et d’objets associés à des traditions en train de disparaître et dont l’analyse se limite à celle de leur aire de diffusion.

13Progressivement pourtant, cette démarche s’enrichit des apports d’autres disciplines comme la sociologie, la géographie, l’agronomie, la linguistique, tout en s’impliquant dans la recherche de solutions pour le développement du monde rural.

14Comme le rappelle Christian Bromberger (ibid., p. 84), les recherches interdisciplinaires de terrain lancées par le musée dans les années 1960-1970 en Aubrac et dans le Chatillonnais inaugurent une transformation du rôle de l’ethnologie qui ne se doit plus seulement de rapporter au musée des témoignages des mutations culturelles mais aussi de valoriser ces observations en les restituant au public dans leur lieu d’origine. À la collecte des témoignages matériels et immatériels s’ajoute la volonté de comprendre les dynamiques des sociétés étudiées. Les chercheurs ne veulent plus voir dans le monde rural un réservoir de traditions désuètes à patrimonialiser mais un tissu vivant dont il faut comprendre les modalités des transformations.

15Cette tendance se traduit par l’arrivée, à la fin des années 1960, de nombreux sociologues qui vont, peu à peu, tirer la recherche hors du champ d’un musée qui tarde trop à s’intéresser à la culture matérielle et immatérielle des ouvriers ou des gens des villes.

16Ce hiatus, qui se renforce avec l’arrivée en 1968 à la tête du musée d’un philosophe formé à la sociologie, Jean Cuisenier, est à l’origine du fossé qui s’est creusé au sein du musée entre des conservateurs sommés, conformément à leur statut, de documenter et mettre en valeur le fonds du musée, et des chercheurs qui, jugés par leurs pairs universitaires ou du CNRS sur leurs productions scientifiques, seront peu enclins à participer à l’enrichissement des collections.

17Durant cette période la recherche se renouvelle profondément. Ses objets évoluent quand ceux du musée ne changent guère. Du côté de la recherche par exemple, on n’étudie plus seulement les Auvergnats ou les Bretons dans leurs villages, mais aussi ceux qui ont émigré à Paris. Cependant, on est dans l’incapacité, faute de collectes ciblées, de présenter une belle exposition sur un tel sujet.

18Martine Segalen s’intéresse par exemple au folklore urbain et lance avec d’autres jeunes chercheurs les enquêtes sur la rosière de Nanterre ou la célébration de la Sainte Catherine par les employées de bureau avant d’enquêter sur la mode du jogging (Les enfants d’Achille et de Nike. Une ethnologie de la course à pied ordinaire, Paris, 1994). Là encore, les collectes ne suivent pas.

19Ainsi, alors que le musée présentait à un public de moins en moins nombreux les objets de la ruralité perdue, les chercheurs restaient à l’écart de la vie d’un musée dont l’architecture elle-même semblait contribuer à cette coupure puisque l’on pouvait venir travailler dans les bureaux réservés aux chercheurs sans pour autant n’avoir jamais à traverser les salles d’exposition.

20Cette coupure entre une muséologie qui s’efforce de donner une place de plus en plus importante à la réception des expositions par les publics – grâce, notamment, aux apports de l’écomuséologie (dont Rivière avait largement contribué à définir les principes) ou aux expériences menées outre atlantique par les musées américains et canadiens – et une recherche dont les objets sont fixés en dehors de l’institution muséale est d’autant plus évidente que la méthode même de la recherche ethnologique ou sociologique, celle-là même qui impose des investigations de longue haleine, souvent sur plusieurs années, est en contradiction avec la souplesse nécessaire d’un musée qui doit toujours être en phase avec les sociétés dont il s’efforce de traduire les questions et les préoccupations.

21Dans les années 1980, alors que couvait la crise de l’institution, le musée ne pouvait donc plus se définir par sa seule mission de recherche. La dimension muséale ne pouvait se résumer à une seule fonction de conservation des documents collectés par les chercheurs et, parfois, à la traduction en expositions leurs travaux.

22La crise du musée correspond aussi à de profonds bouleversements dans le domaine de l’ethnologie qui se traduisent en particulier par la volonté des pouvoirs publics et, en particulier, du Ministère de la culture de doubler le laboratoire d’ethnologie française par une structuration de la recherche ethnologique sur les territoires même sur lesquels elle porte. La mission du patrimoine ethnologique, dont Martine Segalen rappelle la création en 1980 et aux travaux de laquelle elle participa longtemps, jouera, à ses débuts au moins, un rôle essentiel dans le développement d’une recherche menée directement par des institutions patrimoniales, comme des musées et écomusées régionaux mais aussi des parcs nationaux ou naturels régionaux, des associations culturelles. En se délocalisant, la recherche forgeait de nouveaux objets et de nouveaux outils. Surtout, elle renforçait sur le plan scientifique des institutions régionales qui, dès lors, avaient la possibilité de prendre leur autonomie, se passant ainsi du grand musée-laboratoire que son fondateur, Georges-Henri Rivière, avait imaginé comme une sorte de tête de réseau pour l’ensemble des musées régionaux.

23À la décentralisation de la recherche et à la multiplication des acteurs correspond, dans ces années-là, une désaffection du public. Les causes sont multiples. Elles tiennent notamment à l’augmentation de l’offre. Le public a désormais, à Paris comme dans les régions, un immense choix d’expositions qui portent sur des thèmes de société et qui doublent souvent le musée en mettant en perspective les cultures traditionnelles avec les pratiques quotidiennes du moment. De telles expositions sont présentées à Beaubourg, à la Villette (Cité des sciences et de l’industrie mais aussi dans la grande Halle gérée par l’établissement public du parc de la Villette), par le musée de l’Homme et par des musées thématiques comme le musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, celui de l’Assistance Publique, etc…

24Le musée national n’est plus le seul et n’est même plus un modèle. D’autres musées comme le musée Dauphinois ou celui des Techniques et Cultures Comtoises s’imposent par leur capacité à innover sur le plan muséographique et à s’adapter aux différents publics. Une autre raison de la crise qui touche le MNATP réside dans son incapacité à tenir compte des publics. Alors que les musées canadiens et anglo-saxons mettent au point des méthodes d’étude des publics, d’évaluation des manifestations organisées par les musées, le musée national ne fait aucun effort pour mieux comprendre qui sont ses visiteurs et quelles sont leurs attentes.

25On aurait donc pu espérer de la part de Martine Segalen une analyse un peu plus poussée de cette question des relations entre le musée et ses publics. C’est là, en effet, du moins en ai-je l’intime conviction, que se trouve la cause non seulement de l’échec du musée-laboratoire mais aussi, plus généralement, du hiatus qui n’ira que croissant entre la recherche en sciences humaines et les musées dits de société. Aujourd’hui, en effet, le musée ne peut être conçu comme le seul réceptacle de travaux menés par des chercheurs du musée. Leurs centres d’intérêt, leur évaluation par des institutions comme le CNRS qui restent encore beaucoup trop hermétiques aux préoccupations des institutions culturelles, font qu’ils ont, comme la plupart de ceux qui ont fait partie du musée-laboratoire, des intérêts trop éloignés des attentes du public. Ce n’est pas au musée à s’adapter aux sujets traités par les chercheurs, mais à ces derniers d’adapter leurs thèmes de recherche au programme du musée et donc aux attentes des publics. Faute d’avoir su tenir compte de ces principes, le musée-laboratoire, auquel Martine Segalen a consacré tant d’énergie, est mort. La recherche au Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MCEM) passe désormais par des conventions avec des organismes de recherche spécialisés. C’est la condition d’une plus grande souplesse et donc d’une meilleure adaptation à la multitude des thèmes et des points de vue que le musée doit livrer au public.

26Dans son livre, Martine Segalen montre à quel point les heurs et malheurs du musée national ont coïncidé avec les évolutions des sociétés et des sciences qui les observent et les étudient. Elle ne dit sans doute pas assez – mais était-elle bien placée pour le faire ? – de quelles façons les querelles de disciplines et d’écoles, mais surtout la méconnaissance des publics, ont pu contribuer à fausser les diagnostics sur le malaise de l’institution et à en retarder les solutions.

27Quant à nous qui sommes engagés dans cette belle aventure de la construction d’un nouveau musée de société pensé en fonction des mutations sociales et des avancées scientifiques du xxie siècle, nous promettons de tenir compte des leçons du passé que l’ouvrage de Martine Segalen, de façon à la fois documentée et concrète, a eu le mérite de mettre en évidence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Chevallier, « Martine Segalen, Vie d’un musée, 1937-2005 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 291-296.

Référence électronique

Denis Chevallier, « Martine Segalen, Vie d’un musée, 1937-2005 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 20 octobre 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/2516

Haut de page

Auteur

Denis Chevallier

Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org