Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Gonzalo Martínez Díez, El condado de Castilla (711-1038). La historia frente a la leyenda

Madrid - Valladolid, Junta de Castilla y León - Marcial Pons Historia, 2005, 819 páginas
Patrick Henriet
p. 301-303
Référence(s) :

Gonzalo Martínez Díez, El condado de Castilla (711-1038). La historia frente a la leyenda (2 vols.), Madrid - Valladolid, Junta de Castilla y León - Marcial Pons Historia, 2005, 819 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

1Le nombre de pages contenu dans ces deux tomes, mais aussi le nom de leur auteur, permettent d’affirmer sans grand risque et de façon préalable que nous avons là l’un des plus importants livres consacrés à la Castille du haut Moyen Âge depuis celui, classique mais dépassé, de Justo Pérez de Urbel (Historia del condado de Castilla [3 vol. ], Madrid, 1945). La recherche ayant beaucoup progressé depuis les travaux de ce grand savant bénédictin (qui fut abbé du Valle de los Caídos), on est heureux de se trouver face à une somme due à la plume de l’un des meilleurs spécialistes de l’histoire de la Castille, auteur de nombreux livres et éditeur de sources aussi importantes que la documentation de Saint-Pierre de Cardeña. Le sous-titre, « l’Histoire face à la légende », laisse quelque peu perplexe dans la mesure où il laisse entendre que la formation des légendes n’appartient pas au « territoire de l’historien ». Mais lisons plutôt l’introduction, claire et concise, qui nous informera du projet de l’auteur.

2Dès la première phrase, nous apprenons qu’au cours de l’Histoire, des entités territoriales bien distinctes ont été désignées par « le glorieux nom de Castille ». Ne sera cependant concerné ici que le comté, soit un réduit montagneux, aujourd’hui situé dans la partie nord de la province de Burgos, qui s’étendit progressivement jusqu’à la cordillère centrale. Les comtés de Monzón et d’Álava n’entrent donc dans le champ d’étude que lorsqu’ils sont rattachés à la Castille. Chronologiquement, le livre va du comte Rodrigue, qui repeuple Amaya en 860, jusqu’à l’année 1038, lorsque Ferdinand, dernier comte de Castille, devient roi de León. Le fait que le « pequeño rincón », dont parle au xiiie siècle le Poema de Fernán González, fut à l’origine d’une Espagne infiniment plus grande apparaît central pour l’auteur, qui rappelle que « les Indes […] furent incorporées par la volonté des rois catholiques dans un premier temps non à la Monarchie mais aux domaines de la couronne de Castille » (p. 15). Pour résumer, « l’unité du comté de Castille ne fut pas constituée seulement par l’unité ou l’homogénéité du territoire ; l’unité de la Castille, ce fut l’unité de ses hommes, unité forgée d’abord dans l’entreprise commune de défense du “solar” face aux entreprises musulmanes, puis ultérieurement de repeuplement des immenses espaces vides qui s’offraient au sud à l’initiative de ses pionniers » (p. 18). L’orientation du livre a le mérite d’être claire. Elle est confirmée par la dernière phrase de cette somme monumentale, qu’il n’apparaît pas nécessaire de traduire : « Sobre los fragmentados restos del desaparecido Condado de Castilla comenzaba una nueva andadura histórica un nuevo ente político e histórico, el Reino de Castilla, llamado a grandes e insospechados destinos » (p. 738). Les tenants d’une histoire de l’Espagne comme histoire de l’expansion castillane, et l’on pense ici à des noms aussi célèbres que ceux de Ramón Menéndez Pidal ou de Claudio Sánchez Albornoz, n’auraient pas désavoué ces présupposés.

3La logique du livre ne se prêtait pas à l’élaboration d’un plan autre que chronologique, l’« histoire » de la Castille (envisagée, nous l’avons vu, « face à la légende ») étant rigoureusement et exclusivement événementielle. Nous avons donc trente-trois chapitres répartis sur les deux tomes, les comtes et les événements se suivant année après année. L’auteur donne fréquemment des extraits de sources traduits. Les cartes et les tableaux généalogiques sont nombreux et la présentation des sources (pp. 749-766) est précieuse. Les deux index (personnes et lieux) ne le sont pas moins.

4Il ne saurait être question ici de résumer un livre qui, de par son ampleur et de par ses choix, ne s’y prête pas. On voudrait en revanche attirer l’attention sur quelques mises au point particulièrement utiles. Les sujets plus ou moins polémiques étaient en effet légion. Ainsi, en ce qui concerne la question si controversée de la « dépopulation » de la vallée du Duero, l’auteur expose longuement les principaux arguments de Claudio Sánchez Albornoz, puis semble s’y rallier dans une large mesure. Un court paragraphe (p. 95) lui suffit pour balayer les arguments de Barbero et Vigil, les notes de bas de page montrant qu’il n’a guère été tenu compte de tout ce qui a pu être écrit sur le sujet depuis une bonne trentaine d’années. Mais il n’en va pas toujours ainsi. On lira par exemple les pages rappelant comment la Castille en est venue à s’appeler Castille. Le nom originellement utilisé pour désigner cette région était celui de Vardulia, ou encore Bardulies, qui vient d’un peuple pré-romain et semble désigner le sud de la cordillère cantabrique. Cette zone, précise l’auteur de la Chronique d’Alphonse III à la fin du ixe siècle, est également connue sous le nom de Castella, sans doute parce qu’elle est hérissée de fortifications depuis la fin du viiie siècle. Un document originaire de San Millán de la Cogolla donne certes la première occurrence de Castella en 800, mais il s’agit d’un faux qui a été suivi de plusieurs autres. On trouve tout de même le terme dès 836 (diplôme de San Andrés de Asía). Chez les historiens arabes, c’est la forme al-Qilā˓ (les châteaux) qui s’impose. En résumé, Castella apparaît dans le courant du ixe siècle et tire son nom de toutes ces fortifications dressées pour faire face à l’ennemi musulman. Même origine militaire, il convient de le souligner, pour la ville de Burgos, qui ne renvoie pas, contrairement à ce qu’affirme Jiménez de Rada au xiiie siècle, à l’agrégation de plusieurs petits bourgs (ex burgellis plurimis), mais plutôt à burgus au sens de tour ou château, sens attesté par diverses sources depuis l’Antiquité.

5Le livre est également précieux en ce que, dans sa recherche du « vrai », il refuse résolument un certain nombre de légendes fondatrices qui circulent encore parfois ici ou là : soit celle des juges de Castille (dont Pérez de Urbel acceptait l’historicité), celle d’une totale indépendance du comté à partir de Fernán González, ou encore celle d’une lutte du León et de la Castille pour les terres comprises entre le Cea et le Pisuerga. C’est également la recherche du « vrai » qui amène l’auteur à revenir sur la légende des deux cents martyrs de Cardeña (934), que beaucoup considèrent comme un mythe tardif de ce grand monastère. Rappelons que cette histoire édifiante n’apparaît pas dans les sources chrétiennes avant la fin du xiiie siècle, à la fois dans la Crónica de Castilla et dans une Chronique de Cardeña qui date sans doute du règne de Sanche IV. L’auteur a pourtant raison de relever un passage d’Ibn Ḥayyān († 1076) décrivant la destruction, en 934, d’un vaste complexe d’édifices habité par trois cents moines. Peut-être conviendrait-il cependant d’insister sur le fait que l’historien arabe détaille la destruction des bâtiments et du système hydraulique, ou encore l’abattage des arbres, mais qu’il ne mentionne pas la mort d’un seul moine… Par ailleurs, il apparaît peu probable que les moines de Cardeña aient réellement entretenu un culte à leurs deux cents « martyrs » avant la fin du xiiie ou le xive siècle. Il faut donc sans doute se résoudre à accepter à la fois la destruction en 934 d’un établissement qui était sans doute Saint-Pierre de Cardeña, et la construction dans le courant du xiiie siècle d’un mythe lié à ce lointain événement, les deux n’étant en rien contradictoires.

6Les jugements de l’auteur sont le fruit d’une exceptionnelle connaissance de la documentation, ce qui l’amène souvent à corriger ses prédécesseurs (tel Pérez de Urbel) et ses contemporains. De ce dernier point de vue, on retiendra particulièrement le récit de l’entrée des Castillans à Cordoue en 1009, aux côtés des Berbères menés par Sulaymān ibn Ḥakam. Qui était donc ce chef chrétien que les sources arabes nomment Ibn Mama Duna, soit le fils (ou le descendant) de Muniadonna ? Dans deux articles parus en 1996 et 1997, Margarita Torres Sevilla proposait d’identifier ce mystérieux personnage à García Gómez, comte de Saldaña. De façon convaincante, Gonzalo Martínez Díez fait justice de cette hypothèse et souligne que le « ibn » arabe peut renvoyer non seulement aux ascendants directs, mais aussi à des ancêtres déjà lointains (ici, exceptionnellement, à une femme). Conformément à ce que disent invariablement les sources annalistiques chrétiennes, ce chef chrétien était bien Sancho García, comte de Castille entre 995 et 1017 et dont une arrière grand-mère s’appelait Muniadonna.

7On l’aura peut-être compris, le livre de Gonzalo Martínez Díez est remarquable à bien des égards. Il est d’abord remarquable par la grande familiarité de l’auteur avec les sources. Il est remarquable ensuite par la sobriété de l’écriture et des jugements, toujours appuyés sur une lecture scrupuleuse des textes. Et il est remarquable enfin par sa claire volonté de faire fi de pans entiers de l’historiographie relative à la Castille médiévale. Les travaux utilisés sont finalement, pour l’essentiel, ceux qui permettent de fixer une date, d’identifier une personne ou de localiser un toponyme. La « bibliografía básica » située à la fin du second volume tient en deux pages et, à l’exception des différentes biographies de souverains léonais ou navarrais publiées ces dernières années, elle ne prend pratiquement en compte aucune étude récente. Lorsqu’une recherche contemporaine est mentionnée en note de bas de page, c’est uniquement parce qu’elle aide à résoudre une question ponctuelle. Tout se passe comme si depuis Justo Pérez de Urbel et Claudio Sánchez Albornoz, l’historiographie n’avait évolué que sur des questions de détail. En un sens, cette œuvre monumentale est donc remarquable aussi sur le plan épistémologique. On pourra regretter le poids de l’événementiel, plus qu’écrasant, ou encore le manque d’intérêt absolu pour des concepts aussi courants que ceux de structures sociales ou de représentations. Il n’empêche. Reconnaissons que ces précieux volumes seront pendant longtemps de consultation obligée pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire du comté de Castille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Henriet, « Gonzalo Martínez Díez, El condado de Castilla (711-1038). La historia frente a la leyenda », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 301-303.

Référence électronique

Patrick Henriet, « Gonzalo Martínez Díez, El condado de Castilla (711-1038). La historia frente a la leyenda », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 25 novembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/2518

Haut de page

Auteur

Patrick Henriet

Université de Bordeaux III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org