Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Manuel Bustos Rodríguez, Cádiz en el sistema atlántico. La ciudad, sus comerciantes y la actividad mercantil (1650-1830)

Madrid, Universidad de Cádiz-Ed. Sílex, 2005, 573 páginas
Arnaud Bartolomei
p. 310-312
Référence(s) :

Manuel Bustos Rodríguez, Cádiz en el sistema atlántico. La ciudad, sus comerciantes y la actividad mercantil (1650-1830), Madrid, Universidad de Cádiz-Ed. Sílex, 2005, 573 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

1Par son titre et par le cadre chronologique retenu (1650-1830), le dernier ouvrage du professeur Manuel Bustos Rodríguez s’inscrit résolument dans la lignée de l’historiographie du système atlantique. Pourtant, plus qu’un apport théorique répondant aux interrogations soulevées par Horst Pietschmann dans les conclusions du colloque qui a eu lieu à Hambourg en 1999 (Atlantic History. History of the Atlantic System, 1580-1830, Göttingen, 2002), le travail de Manuel Bustos est avant tout une synthèse sur le Siècle d’or du commerce de Cadix. On pourra donc regretter que l’auteur ne prenne pas position dans les débats nés autour du concept de « système atlantique » ou encore qu’il utilise, à plusieurs reprises, le terme de « modèle » pour qualifier la trajectoire du port andalou sans en expliciter la singularité par des références aux travaux réalisés sur les autres ports européens. L’ouvrage retiendra cependant l’attention des spécialistes de la question en raison du caractère exceptionnel du cas qui y est présenté et qui tient à l’ampleur des transformations économiques, démographiques, sociales et culturelles qui ont affecté la ville à partir du moment où elle s’est insérée dans la dynamique du commerce atlantique. En effet, dès les premières pages, l’auteur pose les données du problème en opposant la splendeur « del Cádiz dieciochesco », dont Fray Gerónimo de la Concepción a rendu compte en qualifiant la ville d’« Emporio del Orbe », au modeste port de la façade atlantique andalouse qui ne comptait que 2 500 habitants au début du xvie siècle, soit une position très en retrait derrière El Puerto de Santa María, Sanlúcar de Barrameda ou encore Huelva. En quelques décennies, Cadix s’est donc hissée au rang de centre majeur des échanges maritimes, elle est devenue la troisième ville d’Espagne et elle a atteint un rayonnement culturel et intellectuel d’envergure internationale.

2Pour écrire l’histoire de cette transformation, l’auteur s’appuie sur l’importante littérature qu’a suscitée la Carrera de Indias depuis les années 1960 et sur les apports de l’historiographie locale qui a livré ces dernières années plusieurs travaux d’intérêt sur des sujets aussi divers que les colonies étrangères de la ville (A. Crespo Solana, 2001, M. Garcia-Mauriño Mundi, 1999), ses firmes commerciales (notamment la thèse de R. Chamboredon sur la compagnie Gilly-Fornier, soutenue à Toulouse en 1995), les instruments du commerce colonial (G. Carrasco González, 1996) ou encore les stratégies familiales des négociants (P. Pérez Fernández, 1997). Ces apports sont complétés par les précédents travaux de l’auteur sur les commerçants de Cadix et par divers dépouillements de fonds inédits ou encore peu exploités tels que les livres capitulaires de la municipalité, les protocoles notariaux et les archives diplomatiques et consulaires, françaises principalement.

3Après avoir retracé en introduction les grandes séquences de l’historiographie locale et souligné l’absence surprenante d’une synthèse à la mesure d’une ville de cette importance – Cádiz y el Atlántico de A. García-Baquero González étant une histoire de la Carrera plus qu’une histoire du port – l’auteur développe en six chapitres la genèse, les spécificités et finalement la disparition du modèle représenté par Cadix. Dans le premier chapitre qui porte sur les conditions qui ont déterminé l’essor de Cadix, l’auteur écarte les explications déterministes qui viseraient à attribuer la réussite de la ville aux qualités de son site (une baie capable d’accueillir 2000 navires) ou de sa situation de carrefour entre l’Europe, l’Amérique et la Méditerranée, et il préfère mettre en valeur le rôle des hommes et des institutions. Selon lui, c’est parce que des négociants espagnols et surtout étrangers ont choisi de s’installer à Cadix au xviie siècle que la ville a peu à peu supplanté Séville dans ses fonctions maritimes. De même, les nombreux donativos accordés par le négoce local à la Couronne ont joué un rôle central dans la décision de transférer à Cadix les institutions de la Carrera.

4Les quatre chapitres suivants déclinent les spécificités de la pratique mercantile et du monde négociant local qui reflètent, dans une large mesure, le fonctionnement du commerce colonial espagnol. La dépendance envers les manufactures européennes pour alimenter les marchés coloniaux et la nature des retours, les métaux précieux, ont en effet contribué à l’installation d’importantes colonies de marchands étrangers. Cette dépendance a en outre induit le caractère « commissionniste » du commerce local fondé sur la répartition des rôles entre les marchands étrangers qui sont chargés de placer les marchandises expédiées par leurs correspondants et les marchands espagnols qui leur servent de prête-noms pour l’acheminement de ces marchandises en Amérique. Enfin, elle a suscité le recours généralisé au crédit commercial – le célèbre prêt à la grosse aventure qui permet d’assurer le drainage des capitaux européens et de remédier aux lenteurs des retours – et à la fraude. De ces spécificités découlent le caractère fortement cosmopolite de la ville, son dynamisme démographique qui est fondé sur l’apport constant de nouveaux arrivants qui s’insèrent à la société locale par le mariage et par le biais des réseaux communautaires, la fluidité du capital marchand qui est investi principalement dans les valeurs mobilières et, enfin, le climat tolérant et libéral qui règne au sein de la société marchande, même si ce dernier aspect est nuancé par la forte religiosité des élites locales qui expliquera finalement leurs réticences vis-à-vis de la révolution française et leur résistance face aux armées napoléoniennes. Naturellement, l’auteur apporte de nombreuses nuances à ce tableau afin de rendre compte des changements qui n’ont pas manqué d’intervenir au cours des deux siècles parcourus. Ainsi, à partir des années 1760, M. Bustos relève un réel mouvement d’autonomisation des marchands espagnols qui se manifeste par l’émergence de quelques grandes dynasties locales (les Aguado), par l’essor des compagnies d’assurance espagnoles ou encore par les expériences manufacturières significatives menées au Puerto de Santa Maria. De même, une tendance à l’enracinement apparaît parmi les négociants tant espagnols qu’étrangers : ils prennent le contrôle du conseil municipal, aspirent à l’anoblissement ou à la naturalisation et investissent dans l’immobilier.

5Dans le dernier chapitre, l’auteur aborde rapidement la faillite du modèle gaditan qui tient essentiellement à la disparition du monopole colonial, ébranlé par le blocus britannique de 1797 et anéanti par les indépendances coloniales. Le négoce local, en soutenant la politique belliciste de la Couronne par des prêts considérables, fait le choix de la restauration plutôt que du changement, ce qui entraîne finalement l’exclusion de la ville de la dynamique atlantique et sa marginalisation.

6Au total, c’est donc une synthèse convaincante que nous livre l’auteur, embrassant à la fois l’histoire commerciale, urbaine et sociale de la ville et offrant aux historiens des économies maritimes une nouvelle monographie permettant de mieux appréhender les modalités de l’insertion des ports européens dans le système atlantique et les conséquences de cette insertion sur leur développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Bartolomei, « Manuel Bustos Rodríguez, Cádiz en el sistema atlántico. La ciudad, sus comerciantes y la actividad mercantil (1650-1830) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 310-312.

Référence électronique

Arnaud Bartolomei, « Manuel Bustos Rodríguez, Cádiz en el sistema atlántico. La ciudad, sus comerciantes y la actividad mercantil (1650-1830) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 22 septembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/2530

Haut de page

Auteur

Arnaud Bartolomei

Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org