Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Vicente Moga Romero, Al Oriente de África. Masonería, guerra civil y represión en Melilla [1894-1936] (2 vols.)

Melilla, UNED-Centro Asociado de Melilla, 2005, 1118 páginas
Eloy Martín Corrales
p. 312-313
Référence(s) :

Vicente Moga Romero, Al Oriente de África. Masonería, guerra civil y represión en Melilla [1894-1936] (2 vols.), Melilla, UNED-Centro Asociado de Melilla, 2005, 1118 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

1Au cours des cinq dernières années, nous avons assisté à un phénomène d’une incontestable importance, quoiqu’il puisse apparaître géographiquement très localisé. Il s’agit de la rénovation historiographique, particulièrement réussie, portant sur Ceuta et Melilla. L’histoire de ces deux villes était jusqu’ici dominée par des auteurs et des travaux en rapport direct avec le soulèvement du 17 juillet 1936 contre le gouvernement légitime de la République, notamment dans les casernes de Melilla, Targuist, Alhucemas, Riffien, Tétouan et Ceuta. En effet, il est regrettable que la salutaire révision historiographique de la fin du xxe siècle n’ait pas touché ces territoires ni ces événements, et il l’est plus encore que presque toute l’historiographie espagnole et hispaniste portant sur la guerre civile à Ceuta, Melilla et, par extension, sur le protectorat espagnol du Maroc, ait reposé sur les travaux des vainqueurs (E. Arqués, F. Bertran Güell, F. Fernández de Castro, T. García Figueras, J. Martínez Abad, Cristóbal Zaragoza, etc.). Il y a quelques années encore, l’état des lieux était désolant. On ignorait presque tout de l’histoire des deux villes, à peine offrait-elle d’inénarrables et sentimentales interprétations des « exploits » des rebelles, à mille lieues d’une quelconque méthodologie scientifique. Les textes cités, de simples proclamations « espagnolistes », entendues en un sens sectaire et ultramontain, portaient un grand tort à ces deux villes dont la situation politique a toujours été délicate. D’autant plus que, au moment du triomphe spectaculaire des valeurs démocratiques dans la société espagnole, Melilla et Ceuta étaient, dans l’imaginaire espagnol, une sorte de bastion du franquisme le plus intransigeant. Cela ne faisait que confirmer, pensait-on, que ces villes avaient toujours été le fief des idées et des comportements les plus réactionnaires et les plus rétrogrades de la société espagnole. La publication progressive des témoignages d’acteurs de ces événements encore en vie (C. O’Neill, J. Lanuza Mejía, P. Díez Martín, J. Llordés Badía, F. Sánchez Téllez, I. Alcáraz Cánovas, etc.) a contribué à perpétuer jusqu’à nos jours la mauvaise image de Melilla et de Ceuta.

2Pour aggraver le tout, la parution en 1973 de l’ouvrage ravageur de Miguel Martín (El colonialismo español en Marruecos) semblait établir une fois pour toutes ce qu’il fallait savoir de la Seconde République et de la Guerre Civile à Melilla, Ceuta et dans le protectorat espagnol du Maroc.

3Fort heureusement, la méthode scientifique des historiens – en particulier plusieurs chercheurs locaux – a fini par remettre les choses à leur place. Les contributions de Vicente Moga Romero lui-même occupent une place de choix en la matière, notamment l’ouvrage qui fait l’objet de la présente recension, ainsi qu’une splendide monographie précédemment consacrée à la répression à Melilla (Las Heridas de la memoria, Barcelona, 2004). Il convient de citer également l’importante contribution de Francisco Sánchez Montoya (Ceuta y el Norte de África : república, guerra y represión, 1931-1944, Granada, 2004), la contribution de l’auteur de ces lignes (introduction critique à Memoria histórica de la Segunda República en Melilla, Melilla, 2002) ainsi que de nombreux articles dus à J. A. Alarcón Caballero, A. Bravo Nieto, J. A. Ferrer Benimelli, J. Gil Honduvilla, J. A. Hormigón Blázquez, J. Moreno García, S. Sánchez Ortiz, etc. En raison de leur qualité et de leur intérêt, ces travaux sont devenus, non seulement des ouvrages de référence sur l’histoire de Ceuta et Melilla, mais aussi d’authentiques contributions à l’histoire de l’Espagne.

4La présente monographie peut être qualifiée d’exceptionnelle. L’auteur a en effet cherché, lu, interprété et ordonné une immense documentation pour clarifier les dimensions, les activités, l’influence et la fin tragique de la franc-maçonnerie de Melilla. Grâce à ce livre, il reste très peu de choses que nous ignorions de la franc-maçonnerie en général et, en particulier, des maçons dans la Melilla des années 30. Nous pourrions même étendre cette appréciation à la maçonnerie et aux maçons de Ceuta et du protectorat espagnol au Maroc, puisque l’auteur fait référence à une très grande quantité de documents portant sur ces territoires, qui, loin d’en rendre la lecture moins aisée, en augmentent l’intérêt.

5Le perfectionnisme de l’auteur dans la recherche et l’utilisation des sources documentaires s’exprime également dans la façon dont il insère sa thèse dans le contexte historiographique de la maçonnerie espagnole, dans la bibliographie disponible sur l’Espagne en général, ainsi que dans l’histoire de la présence coloniale de l’Espagne au Maroc, dont Melilla a été l’une des plateformes les plus importantes et irremplaçables.

6Parmi les vicissitudes qu’ont connues les franc-maçons de Melilla (177 membres, outre les 36 dont les demandes d’admission furent refusées), on peut relever que plusieurs des personnes exécutées étaient juives.

7Il me semble que l’on ne peut faire que peu d’objections à ce livre, au demeurant très bien rédigé, ce qui n’est pas si courant chez les historiens. Peut-être l’objection principale (mais mineure) réside-t-elle dans le fait que l’utilisation exhaustive de la documentation a entraîné quelques répétitions qui, à certains moments, ralentissent la lecture. Néanmoins, comme je l’ai signalé, le texte se lit très facilement.

8En définitive, l’ouvrage de Vicente Moga est une splendide monographie sur la franc-maçonnerie à Melilla qui dépasse largement ce qu’on appelle habituellement l’histoire locale. Au-delà de l’histoire de Melilla, c’est aussi une étude presque complète de la maçonnerie dans le protectorat espagnol du Maroc et, sans aucun doute, une magnifique contribution à l’histoire de la franc-maçonnerie espagnole qui apporte également beaucoup à l’histoire de la colonisation espagnole au Maroc pendant la Seconde République. Il n’est pas moins remarquable que l’auteur ait contribué à restaurer l’image tellement noire que Melilla avait dans l’imaginaire espagnol, en nous donnant la vision d’une ville dynamique, active et pleine d’initiative, dont l’effervescence économique, politique et culturelle était due à certains secteurs des classes moyennes (les professions libérales au sein desquelles étaient recrutés les maçons) et des travailleurs (avec leurs organisations politiques, leurs syndicats et leurs associations) qui payèrent très cher le fait d’avoir osé rivaliser avec les militaires pour le contrôle de la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eloy Martín Corrales, « Vicente Moga Romero, Al Oriente de África. Masonería, guerra civil y represión en Melilla [1894-1936] (2 vols.) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 312-313.

Référence électronique

Eloy Martín Corrales, « Vicente Moga Romero, Al Oriente de África. Masonería, guerra civil y represión en Melilla [1894-1936] (2 vols.) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 01 août 2014. URL : http://mcv.revues.org/2532

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org