Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Miguel Rodríguez, Celebración de « la raza ». Una historia comparativa del 12 de octubre

México, Universidad Iberoamericana, 2004,385 p.
David Marcilhacy
p. 313-316
Référence(s) :

Miguel Rodríguez, Celebración de « la raza ». Una historia comparativa del 12 de octubre, México, Universidad Iberoamericana, 2004, 385 p.

Texte intégral

1Après une thèse doctorale consacrée à la fête du 1er Mai (Le 1er Mai, Paris, Gallimard, 1990), Miguel Rodríguez nous propose une réflexion autour d’une autre commémoration à caractère international, celle du 12 octobre, anniversaire de la découverte de l’Amérique. Centrée sur différents espaces de l’Amérique latine, son étude envisage la période comprise entre les IVe et Ve centenaires de 1892 et 1992. Le propos de l’ouvrage est double : il vise aussi bien à analyser une notion problématique, « la raza », dans un contexte géographique et historique pluriel, qu’à observer les modalités des fêtes du 12 octobre. L’angle d’analyse que Miguel Rodríguez retient est celui des représentations identitaires et des rituels civiques associés à cette date. Il aborde, à travers ce prisme, les processus de construction symbolique à l’œuvre dans plusieurs communautés : quelles réalités le terme de « raza » a-t-il servi à désigner, à fabriquer et à promouvoir ?

2Conçu, au xixe siècle, par les Espagnols et les Latino-américains dans le sens de « civilisation », pour être opposé au monde anglo-saxon, le concept de « raza » est repris dans le contexte post-colonial et appliqué à des entités territoriales, ethniques et sociales diverses et de surcroît peu homogènes. Face aux constructions idéologiques de l’ancienne métropole, reconvertie en mère patrie après avoir été longtemps honnie, les élites latino-américaines comme les masses populaires – Indiens, Métis, Chicanos – investissent ce mythe de « la raza » et l’intègrent à leurs imaginaires en mutation. Progressivement, toutes les républiques latino-américaines, ainsi que les États-Unis, adoptent le 12 octobre comme fête officielle et instituent des manifestations annuelles en l’honneur de Colomb et de la Découverte. L’Espagne, quant à elle, en fait sa fête nationale à partir de 1918. Célébration communautaire (dans le cas des émigrés espagnols ou italiens installés outre-Atlantique), plurinationale et même continentale dans sa dimension panaméricaine, le 12 octobre articule plusieurs niveaux d’identité : support, pour l’Espagne, d’une mémoire impériale, il constitue, pour l’Amérique moderne, une date fondatrice et soulève le problème de l’insertion du monde américain dans l’espace occidental.

3Comme le laisse pressentir son titre, l’ouvrage de Miguel Rodríguez se fonde sur un paradoxe : comment concevoir de façon univoque le concept de « la raza », appliqué à une pluralité d’entités nationales ? Quel nom, par exemple, attribuer à la fête du 12 octobre ? Les oscillations entre « Fiesta de la Raza », « Fiesta de la Hispanidad », « Columbus Day », pour ne citer que les principales, traduisent les tiraillements produits par les rivalités internationales et par des orientations idéologiques divergentes selon les pays et selon les époques.

4L’étude que Miguel Rodríguez entreprend est ambitieuse. Elle couvre d’abord près d’un siècle (1892-1992). En s’appuyant sur des sources variées, l’auteur décrit les rituels mis en place selon leurs principales modalités, depuis les cérémonies scolaires destinées à exercer une pédagogie du citoyen jusqu’aux manifestations discursives, protocolaires et culturelles constitutives d’un culte public. Il adopte, en outre, une perspective comparatiste qui l’amène à considérer différentes zones culturelles et politiques : cette démarche le conduit à étendre ses investigations à plusieurs territoires américains et à apporter de nombreux éclairages à partir du cas de la Péninsule ibérique.

5À cet égard, un intérêt majeur de son travail réside dans le maniement de plusieurs échelles d’analyse. La première partie aborde la dimension plurinationale de la fête et observe, à partir des cas de l’Argentine et du Mexique, comment ces deux pays ont, chacun à sa façon, intégré le 12 octobre – symbole universel – à leur tradition nationale, et l’ont articulé à des constructions mythiques comme l’argentinité, dans le premier cas, et le métissage, dans le second. Ces récupérations officielles du 12 octobre et de la « raza » visaient à soutenir les politiques destinées à construire des identités nationales unitaires et à légitimer l’hégémonie d’un ordre social, voire de groupes déterminés.

6Miguel Rodríguez ne limite toutefois pas son propos à la dialectique entre fête de la nation et fête internationale, entre identité autochtone et identité hispanique. Dans sa seconde partie, il transpose son propos à un niveau régional. En effet, ces rituels ne sont pas tous mis en place dans le cadre des Etats-nations et peuvent, au contraire, être instaurés, défendus, ou revendiqués par des groupes sociaux minoritaires : le cas des immigrés – espagnols et italiens en Amérique latine, chicanos aux États-Unis –, auquel l’auteur recourt, l’illustre bien. Pour traiter cette question, Miguel Rodríguez introduit une perspective originale, qui est celle des zones limite ou frontière, et se concentre sur deux cas très distincts : tout d’abord le Chiapas, au sud du Mexique, qui constitue un espace fermé à majorité indienne, où la construction raciale implique l’assimilation de l’Indien à la figure du Métis, consacrée nationalement. Il examine ensuite la limite nord du pays, la Basse Californie, zone transfrontalière dominée par une culture hybride, où les tensions résultant de la confrontation entre la « mexicanité » et la culture importée des Etats-Unis sont fortes. L’exemple de Porto Rico, dans les Antilles, paradigme de l’« entre-deux » territorial aux niveaux politique et culturel, illustre lui aussi le phénomène de résistance identitaire à l’hégémonie et à la culture dominante anglo-saxonnes.

7À travers cette notion d’espaces frontière, Miguel Rodríguez appréhende l’incidence de ces limites sur la conception de l’identité communautaire (qu’elle prenne, ou non, le nom de « raza »), telle qu’elle se manifeste dans les célébrations du 12 octobre. À cet égard, on saluera sa capacité à faire varier les niveaux d’observation. Ce choix lui permet de pratiquer une histoire des politiques culturelles mises en œuvre dans le cadre des relations internationales et de recourir aussi, par endroits, à une démarche proche de la micro-histoire, notamment lorsqu’il analyse le cas des Chicanos en Californie.

8La diversité des sources sur lesquelles l’auteur appuie son argumentation accompagne cette double échelle : il appréhende la dimension nationale, autour de laquelle s’est articulée cette fête, à partir de documents tirés des archives diplomatiques et éducatives du Mexique et de l’Espagne et il complète ce point de vue officiel par des sources tirées de la presse nationale publiée à Mexico, Buenos Aires et Madrid. Il associe à cette première perspective une approche territoriale s’appuyant, essentiellement au Chiapas, sur un important travail de dépouillement de la presse régionale et des archives municipales.

9Miguel Rodríguez porte un regard novateur sur une notion peu connue, la « raza », qui a, pourtant, eu un rôle déterminant dans les constructions identitaires du monde hispanique post-colonial. Employée comme équivalent, et non synonyme, des concepts de nation, de civilisation et de racines, la « raza » s’est prêtée à de nombreuses interprétations et a été l’objet d’un constant processus de récupération de la part des élites dirigeantes. En abordant une question aussi complexe que celle de la « raza », que l’on se gardera ici de traduire hâtivement par « race », tant ses acceptions ont pu être nombreuses, l’auteur en offre un traitement nuancé. Son analyse contribue à éclairer, dans le contexte politico-culturel du Mexique et de l’Argentine en particulier, les enjeux et les intérêts qui ont permis l’essor et l’usage d’un concept qui, en Amérique, s’est perpétué jusqu’à aujourd’hui. Il montre que ce concept entre en relation de complémentarité, de concurrence ou de conflit avec d’autres schémas identitaires : le métissage, l’indianité, l’ethnicité, mais aussi l’argentinité, la « mexicanité », l’hispanité et l’américanité.

10Il est évident qu’étant donné la multiplicité des points de vue d’ordre spatial et temporel adoptés par l’auteur, le lecteur court le risque de confondre des phénomènes pourtant distincts : focalisé sur une manifestation annuelle – les cérémonies du 12 octobre – et couvrant des espaces et des époques si divers, le propos demande bien sûr à être sans cesse contextualisé. Mais cette profusion constitue justement la richesse d’un travail dont on peut saluer les pistes qu’il ouvre pour l’histoire culturelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Marcilhacy, « Miguel Rodríguez, Celebración de « la raza ». Una historia comparativa del 12 de octubre », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 313-316.

Référence électronique

David Marcilhacy, « Miguel Rodríguez, Celebración de « la raza ». Una historia comparativa del 12 de octubre », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 20 octobre 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/2535

Haut de page

Auteur

David Marcilhacy

Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org