Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Antonio García-Baquero González y Pedro Romero de Solís (eds.), Fiestas de toros y sociedad. Actas del Congreso Internacional (Sevilla, 26 de noviembre-1 de diciembre de 2001)

Sevilla, Fundación Real Maestranza de Caballería de Sevilla - Universidad de Sevilla - Fundación de Estudios Taurinos, 2003, 898 páginas
Jorge de Portugal Branco
p. 318-319
Référence(s) :

Antonio García-Baquero González y Pedro Romero de Solís (eds.), Fiestas de toros y sociedad. Actas del Congreso Internacional (Sevilla, 26 de noviembre-1 de diciembre de 2001), Sevilla, Fundación Real Maestranza de Caballería de Sevilla - Universidad de Sevilla - Fundación de Estudios Taurinos, 2003, 898 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

1Fiestas de Toros y Sociedad présente les actes du colloque international éponyme, co-organisé en novembre 2001 par la Fundación Real Maestranza de Caballería de Sevilla, la Fondation d’Etudes Taurines et l’Université de Séville. Le livre est composé de soixante-trois communications, regroupées en sept chapitres, qui couvrent l’ensemble du champ des sciences sociales et humaines, mais aussi la littérature, la peinture et la musique, l’étiologie, la médecine vétérinaire et la biologie.

2Il s’agit de la prise en compte du fait social Durkheimien dans toute son étendue et les approches sont très diversifiées. Elles vont de la symbolique des rituels funéraires méditerranéens préhelléniques, aux origines historico-génétiques des ganaderías de taureaux en Espagne, des rapports entre donjuanisme et tauromachie, à l’étude de l’image véhiculée par la télévision, ou au décryptage de l’information disponible sur Internet. Les aires géographiques étudiées sont multiples, de l’Espagne à l’Altiplano Andin, du Portugal au Mexique : il s’agit bien des « fiestas de toros », au pluriel – et non seulement des « corridas ». De même faut-il remarquer que c’est bien l’organisation sociale qui est désignée comme un tout, la « société » et non ses formes polysémiques.

3De nombreuses communications se situent dans le champ de l’archéologie, de la science des religions, mais, surtout, dans la dimension historique, dont deux en particulier, consacrées aux rapports entre religion (catholique) et tauromachie. Elles sont consacrées au regard réprobateur de l’Église (catholique) à l’égard de la tauromachie, les jésuites du xviie siècle ayant consacré une abondante correspondance à cette question, opposition relayée par Isabelle la Catholique et le Vatican, dans un effort constant qui traverse tout le Siècle d’or. Ce point est l’objet des Bulles de Pie V (1567), Grégoire XVIII (1575) et Sixte V (1586), toutes défavorables, le dossier étant clos par Clément VII, qui, en 1596, édicte une interdiction qui n’a jamais été totalement appliquée. Ce qui n’empêche pas le jésuite Juan de Marina, dans son « Traité contre les fêtes publiques » (1609), de continuer de réprouver la tauromachie, affirmant que, à l’instar de la prostitution et du théâtre, elle serait le signe du relâchement des mœurs de la société espagnole, qui s’abandonnerait progressivement au vice.

4Un chapitre est consacré à l’anthropologie et à la sociologie, certains auteurs se penchant sur le rôle de l’improvisation en toreo, en tant qu’affirmation sociale, ou sur les transformations de l’animal et de l’homme et leurs répercussions sur l’organisation fonctionnelle de l’espace taurin, mais aussi sur la scolastique et la crise du modèle de formation du torero ; on y trouvera également le témoignage de Manuel Vázquez Garcés, intitulé « vision artistique, sentimentale et passionnelle d’un torero ».

5La publication ne tombe pas dans les tropismes folkloristes récurrents, ainsi, dans les dix communications du chapitre consacré aux rapports entre littérature, musique et tauromachie, nulle référence n’est faite au « typique » Escamillo pas plus qu’à Mérimée ou à Bizet. On y lira avec intérêt, par exemple, une étude sur la raison commune de la musique et de la tauromachie, ainsi qu’une autre, consacrée au torero comme animal politique.

6Dans le chapitre sur les rapports entre art, philosophie et taureaux, Picasso, Goya, Bayeu et Leiris sont évoqués, mais également le corps du Torero, son éthique et son émotion artistique, aussi bien que les contraintes architecturales de l’arène.

7Devant l’impossibilité de décrire l’étendue et la richesse des sujets abordés, qu’il nous soit permis de citer le poète Adonis, qui, à propos du célèbre Muwashhâh, simultanément chant et poème de l’Andalousie se décrivant elle-même, écrit : « mélange d’éléments divers incompatibles, multiples et un à la fois ». Telle nous semble être l’essence de ce livre, passionnant et érudit, foisonnant et rigoureux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jorge de Portugal Branco, « Antonio García-Baquero González y Pedro Romero de Solís (eds.), Fiestas de toros y sociedad. Actas del Congreso Internacional (Sevilla, 26 de noviembre-1 de diciembre de 2001) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 318-319.

Référence électronique

Jorge de Portugal Branco, « Antonio García-Baquero González y Pedro Romero de Solís (eds.), Fiestas de toros y sociedad. Actas del Congreso Internacional (Sevilla, 26 de noviembre-1 de diciembre de 2001) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/2541

Haut de page

Auteur

Jorge de Portugal Branco

Ambassade de Portugal en France

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org