Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Honorio M. Velasco (coord.), La antropología como pasión y como práctica. Ensayos in honorem Julian Pitt-Rivers

Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2004, 418 páginas
Miguel Ángel Rodríguez Lizana
p. 319-321
Référence(s) :

Honorio M. Velasco (coord.), La antropología como pasión y como práctica. Ensayos in honorem Julian Pitt-Rivers, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2004, 418 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

1La Torería est cette qualité essentielle qui caractérise le vrai torero, elle se manifeste surtout dans les détails : la personnalité, la grâce et la fierté. François Zumbiehl se sert de cette allégorie pour nous rappeler qu’en plus de ses qualités de « vrai » anthropologue Julian Pitt-Rivers était un homme d’une intuition pénétrante, doté d’une véritable vision analytique. De plus, il avait le sens de l’amitié, de l’humilité et de l’humour. Autant de traits distinctifs qui ont imprégné l’ensemble de ses travaux. Les différents essais (vingt-cinq) qui constituent l’ouvrage résonnent comme les voix de conversations croisées. À chaque passage, le lecteur est le témoin de la rencontre entre le savant ou son œuvre et les auteurs. Un curriculum vitae écrit par Pitt-Rivers fait office de guide de visite permettant de suivre ces rencontres. Il retrace le cheminement personnel de Julian Pitt-Rivers, de sa formation universitaire, sous la direction d’Evans-Pritchard et de Redfield, à sa carrière militaire au sein des Royal Dragoons, puis aux terrains ethnographiques qu’il a effectués en France, au Mexique et en Andalousie. Bien plus, l’ouvrage retrace la construction d’une ethnologie destinée à remuer ce fonds de « passions » essentielles à la compréhension de la culture en Méditerranée. L’intérêt du livre, en plus de l’originalité et la précision de chaque texte, réside dans cette articulation entre des problématiques différentes sur lesquelles Julian Pitt-Rivers a travaillé et qui démontrent l’unité de son analyse.

2Trois textes introduisent des témoignages personnels sur Julian Pitt Rivers, alors que la deuxième partie nous transporte directement au sein de la culture espagnole, avec une ethnographie sommaire de la cuisine espagnole, suivie d’une réflexion sur le protocole courtois à la cour de Philippe IV, écrite dans un style baroque forcené. La question de l’identité est considérée du point de vue, très à la mode, d’une imbrication du local avec le régional et le national que ce soit pour l’honneur, l’hospitalité, la religion ou le commerce. Dans cette partie, le texte d’Antoinette Molinié sur la fête de la Vierge du Rocío est remarquable. Au-delà de l’aspect spectaculaire de la fête, l’auteur dévoile, avec finesse, le véritable drame de la fugue amoureuse de la Vierge dans les mains des hommes du village andalou d’Almonte. Une Vierge échappant à la logique d’agression et de vengeance, d’honneur et de honte qui règle la vie sociale. Elle met au jour la question, rarement posée, de la construction rituelle de la sexualité des dieux et, notamment, celle de l’érotisation entre ces derniers et les fidèles.

3La révision de la notion de « cycle » par Honorio Velasco est particulièrement intéressante. Dans les approches historiques sur la distribution de fêtes religieuses et laïques, s’est imposée depuis longtemps la perspective de la chronologie des fêtes liée aux saisons, aux étapes de la vie humaine et à des épisodes de la biographie du Christ, de la Vierge et des saints. Celle-ci valorise le cadre formel dans lequel les fêtes se déroulent, sans tenir compte de la progression des instants et des espaces qui les soutiennent. Cette valorisation a pour conséquence de sous-estimer deux éléments : les événements intervenus en dehors de la temporalité de la fête, mais qui sont constitutifs de cette dernière, et les différents moments extraordinaires et contingents que la fête accompagne et complète. Échappe ainsi la compréhension des finalités et des conséquences de ces moments, liés à un modèle idéologique du temps et de l’espace que l’auteur considère comme une logique multiple, sans laquelle l’analyse du rituel demeure incomplète.

4La troisième partie permet d’enrichir l’interprétation de l’honneur proposée par Julian Pitt-Rivers, grâce à d’autres matériaux concernant l’ordre politique. La vengeance, le génocide, les migrations, le tourisme, la frontière sont quelques exemples qui permettent de définir et d’expliciter le processus de construction et de reconstruction des rapports à l’espace et à la mémoire. Autant de questions qui ont gagné ces dernières années une nouvelle actualité, obligeant à porter un autre regard sur l’accélération et la multiplication des échanges, sur l’accroissement des mobilités et l’émergence d’espaces transnationaux. La construction des identités constitue l’axe de réflexion sur l’historicité liée à la question des lieux matériels, à travers lesquels un groupe peut s’identifier, « se raconter » son histoire et ancrer ses valeurs. Des quatre réflexions sur les frontières, c’est le travail de William Kavanagh (Espagne/Portugal) qui réussit le mieux à expliquer leur dynamique construite dans l’épaisseur du social.

5Une dernière partie illustre le lien entre le religieux et la tauromachie, plus spécifiquement le lien entre l’église catholique et les fêtes taurines. Le lecteur découvrira une révision superfétatoire de la théorie du sacrifice de Mauss et de Hubert, puis celle de Smith avant d’arriver au vif du sujet, à savoir, l’interprétation par Julian Pitt-Rivers des fêtes taurines en Espagne. Les textes de Luís Díaz G. Viana et de Pedro Romero de Solís parviennent ensuite à dénouer avec clarté le lien entre la dévotion dans le culte chrétien et la ferveur dans l’arène. L’analyse de la construction de l’image du taureau indompté dans la corrida, sorte de monstre mythologique qui doit être vaincu pour donner aux humains les propriétés de puissance et de virilité, est du plus haut intérêt : « El toro da su vida para que los hombres puedan recuperar las fuerzas de la naturaleza que han perdido en su condición de civilizados » (p. 371). Encore plus frappante est l’analyse des deux sacrifices antagoniques : celui de l’agneau de dieu et celui du taureau dans la corrida, l’arène devenant le lieu d’une double transformation. Le matador se transforme en prêtre, sacrificateur et femme, tandis que le taureau, de monstre tout puissant, expression de la virilité et symbole de la fécondité, s’éloigne du monde de la nature pour devenir une offrande.

6Dans le texte qui clôture cet ouvrage, est établie une liste des qualités du matador, celles qui permettent de différencier le banal torero du matador extraordinaire. Il ne s’agit pas seulement d’une question de technique, mais aussi d’une personnalité sui generis. Ces qualités du matador, qu’elles soient essentielles ou accessoires, s’appliquent tout autant à la personne et à l’œuvre de Julian Pitt-Rivers : les auteurs réunis ici en son hommage les lui rendent bien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Miguel Ángel Rodríguez Lizana, « Honorio M. Velasco (coord.), La antropología como pasión y como práctica. Ensayos in honorem Julian Pitt-Rivers », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 319-321.

Référence électronique

Miguel Ángel Rodríguez Lizana, « Honorio M. Velasco (coord.), La antropología como pasión y como práctica. Ensayos in honorem Julian Pitt-Rivers », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/2545

Haut de page

Auteur

Miguel Ángel Rodríguez Lizana

Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative, Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org