Navigation – Plan du site
Le temps des saints

Entre sclérose et renouveau

Les orientations de l’hagiographie française du xvie siècle
Entre esclerosis y renovación. Las tendencias de la hagiografía francesa del siglo xvi
From Ossification to Renewal. The Orientations of 16th-century French Hagiography
Éric Suire
p. 61-77

Résumés

L’hagiographie française de la Renaissance prolonge la tradition médiévale. Les saints du Nouveau Testament et des origines du christianisme demeurent les modèles de référence. Cependant, la Légende dorée, entourée d’une aura indiscutable, est brutalement remise en cause par les critiques des Réformés. À partir des années 1540, plusieurs imprimeurs passent au calvinisme et la production de Vies de saints s’effondre. Un renouveau timide s’amorce toutefois vers 1580. Le milieu ligueur acclimate dans le royaume les biographies spirituelles des hérauts de la Réforme catholique, venues d’Espagne et d’Italie. Les écrivains jésuites prennent le relais des hagiographes dominicains. L’intérêt croissant des lecteurs pour les personnages récents et les Vies de mystiques révèle une mutation des sensibilités.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Henriet, 2000.
  • 2 Courcelles, 1990 et Poutrin, 1995.

1Alors que les historiens français continuent d’exploiter avec bonheur la richesse des sources hagiographiques médiévales, comme en témoigne la parution récente de l’excellente thèse de Patrick Henriet1, les Vies de saints de la période moderne n’ont suscité qu’un faible enthousiasme au nord des Pyrénées. Nous serions tenté de mettre ce phénomène en relation avec le discrédit qui pèse sur les légendiers et les martyrologes depuis l’avènement de la Réforme, un discrédit que les clercs gallicans du xviie siècle, tel Jean de Launoy ou Adrien Baillet, ont par la suite alimenté. Reconnaissant toutefois que l’explication est plutôt sommaire, nous nous bornerons au constat suivant : on ne retrouve pas, pour le domaine français, l’équivalent des recherches stimulantes que Dominique de Courcelles et Isabelle Poutrin ont consacrées aux textes hagiographiques de Catalogne et de Castille2. Or, si l’on veut bien considérer l’hagiographie dans son ensemble, en ne la limitant pas aux seuls recueils portant sur les saints canonisés ou des temps anciens, mais en y incluant les biographies spirituelles comme l’a fait notamment Isabelle Poutrin, on découvre une littérature foisonnante, moins stéréotypée qu’on ne le pense communément, largement ouverte sur les débats religieux de son époque et méritant à ce titre qu’on s’y attarde.

  • 3 Dagens, 1952 a et b.
  • 4 Suire, 2001.
  • 5 Bledniak, 1994, pp. 359-360.

2Cela nous semble particulièrement vrai de la production édifiante du xvie siècle. On a beaucoup parlé, depuis les travaux de Jean Dagens3, du retard pris par les Français en matière de littérature de dévotion au regard de la floraison des traités de spiritualité rédigés par des Italiens et des Espagnols, principalement castillans, au cours de la Renaissance. Ce retard est incontestable et nous n’essayerons pas de le nier, pour en avoir mesuré l’impact sur les représentations de la sainteté dans la première moitié du xviie siècle4. Cela dit, le constat d’échec que l’on peut établir en prenant pour limite supérieure le règne d’Henri IV, fondé sur la médiocrité des ouvrages offerts au public, ne signifie pas l’absence de tentatives pour proposer aux lecteurs, sinon de nouveaux modèles, du moins de nouvelles formules éditoriales. Sonia Bledniak estime qu’après la découverte de l’imprimerie, l’émergence de nouveaux « producteurs » de textes hagiographiques, le groupe des imprimeurs-libraires, a profondément affecté les traditions littéraires du genre dès le début du xvie siècle5. Ajoutons, comme second facteur d’évolution, le traumatisme provoqué par la Réforme. L’apparition d’un « concept paradoxal », une hagiographie protestante écrite selon des critères humanistes dont elle ne partageait pourtant pas les aspirations, amena les écrivains catholiques à réagir, amorçant un renouveau dont les premiers symptômes ne sont guère perceptibles avant la fin des années 1570.

3Nous n’avons pas la prétention, dans ce court article, de décrypter l’ensemble des processus ayant affecté l’hagiographie française au cours du xvie siècle. Tout au plus nous efforcerons-nous d’en présenter les traits saillants, en envisageant des pistes que le lecteur jugera utile d’explorer plus avant, ou d’abandonner.

La domination de l’héritage médiéval au cours de la Renaissance

  • 6 Cazelles, 1982, p. 9.

4Dans les premiers temps de l’imprimerie, la production hagiographique française a largement puisé dans le patrimoine médiéval. Par conséquent, les Vies de saints sorties des presses du royaume offrent bien des points communs avec les récits manuscrits qui les ont précédés. La « prédilection médiévale pour les héros d’antan » qui caractérise, selon Brigitte Cazelles, les légendes des xiie et xiiie siècles6 se retrouve dans le choix des modèles de sainteté : c’est en direction des saints du Nouveau Testament et des premiers temps du christianisme — essentiellement des hommes, au demeurant — que vont les préférences des lecteurs : sainte Anne, saint Joseph, saint Pierre et saint Paul, saint Étienne, saint Alexis, saint Christophe font l’objet de nombreuses plaquettes gothiques, livrets portant sur un seul intercesseur dont les caractéristiques ont été mises en lumières par Sonia Bledniak :

  • 7 Bledniak, 1994, p. 362.

5Une présentation la plupart du temps négligée, un format réduit (large utilisation de l’in-4º et plus tard de l’in-8º), un nombre peu important de feuillets, un texte souvent dense et compact, avec occupation maximale de la feuille, parfois sans division en paragraphes ou chapitres, ni même de découpage en strophes dans le cas d’une Vie écrite en vers. Rares sont les illustrations ; elles se réduisent à une simple vignette introduisant le texte ou à une figure sur bois agrémentant la page de garde7.

  • 8 Selon la Légende dorée, Marguerite fut dévorée par un démon, comme Jonas par une baleine. Mais comm (...)
  • 9 Davis, 1979, p. 152, note 28.
  • 10 Cazelles, 1982, pp. 40-41.
  • 11 La vie et passion de Madame sainte Marguerite, vierge et martyre (Bibliothèque nationale de France, (...)
  • 12 La vie et passion de Madame sainte Marguerite… (Bibliothèque nationale de France, Rés. D. 64654).
  • 13 Tout comme saint Georges, sainte Marguerite dut lutter contre un dragon. De là, la possible confusi (...)

6Il est impossible de cerner avec précision l’importance de la diffusion de ces éditions d’une piètre valeur marchande. La Vie de sainte Marguerite, particulièrement invoquée par les femmes en couches8, fit l’objet de multiples impressions, souvent dépourvues de date et de lieu d’édition. C’est le cas des deux exemplaires localisés par Natalie Zemon Davis à la Folger Library de Washington et à l’Académie de médecine de Toronto, que l’historienne situe aux environs de 15159. Brigitte Cazelles remarque qu’il en existait au xiiie siècle huit versions différentes, avant que l’une d’entre elles ne finisse par triompher dans les manuscrits reproduits aux xive et xve siècles10. Nous ignorons si l’imprimeur lyonnais Claude Nourry adoptait cette tradition quand il édita, à une date incertaine mais assurément avant 1516, une Vie de Marguerite comportant seize feuillets. En tout cas, l’intérêt du public ne faiblit pas au cours du siècle. Marguerite fit par la suite la fortune des imprimeurs troyens : d’abord celle de Noël Moreau en 154511, puis celle de Jean du Ruau qui lui consacra, vers 1580, une plaquette gothique de format in-8º, de quarante pages, intitulée La vie et passion de Madame sainte Marguerite12, récit qu’il remit sous presse quatre ans plus tard en l’abrégeant et en l’ornementant d’une vignette représentant saint Georges13. Son confrère Jean Lecoq imprima lui aussi une Vie et passion de Madame sainte Marguerite en 1583. D’autres exemplaires sortirent des presses du Mans en 1595 et de Limoges en 1589 et 1595.

  • 14 Cazelles, 1982, p. 219.
  • 15 Sa Vie est imprimée à Lyon par la veuve de Barnabé Chaussard en 1527, et par Olivier Arnoullet en 1 (...)
  • 16 Lopez, 1994.
  • 17 Deux récits abrégés paraissent à Lyon en 1519 et 1532, de l’atelier de Barnabé Chaussard. La Vie de (...)

7Le recours aux anciens intercesseurs montre que la fonction du saint n’est pas alors « l’exemplarité imitable », mais la garantie d’une perfection14 et surtout d’une protection, qui explique également le succès rencontré par sainte Barbe et sainte Marguerite15. En contrepartie, les personnages récemment morts en odeur de sainteté ne retiennent pas l’attention des hagiographes, du moins pas avant la fin du siècle. On ne trouvera nulle trace, dans l’hagiographie du xvie siècle, d’une Vie de Colette Boilet, la sainte de Corbie, réformatrice des monastères de clarisses, morte en 1447. Et cela malgré l’existence d’une biographie rédigée par son contemporain Pierre de Vaux, publiée il y a peu par les soins d’Élisabeth Lopez16. Seule Catherine de Sienne, dont le décès remonte à 1380, bénéficie, parmi les saints « récents », d’une aura indiscutable. Sa Vie inspirée de l’ouvrage de Raymond de Capoue est rééditée à plusieurs reprises au cours de la période17. Le prestige de Catherine de Sienne s’explique en partie par la mainmise des ordres mendiants sur l’hagiographie, elle-même liée à la suprématie exercée en France par l’œuvre de Jacques de Voragine.

  • 18 Catalogus sanctorum…

8On ne saurait trop insister en effet sur le rayonnement de la Légende dorée. Certes, cette œuvre ne constitue pas l’unique recueil hagiographique accessible aux lecteurs de la Renaissance. D’aucuns lui préfèrent le Catalogus sanctorum du Vénitien Pierre de Natali. Cette compilation hétéroclite, mêlant à la fois des personnages bibliques, des écrivains ecclésiastiques, des empereurs favorables au christianisme et même des personnages mythiques comme Roland et Olivier, fut écrite entre 1369 et 1372 et publiée pour la première fois à Venise en 1493, par l’intermédiaire d’Antoine Verlo. L’ouvrage fut ensuite imprimé à Lyon dès 1508 par Claude Davost18, réédité en 1510 et 1514 par Jean Thomas, en 1519 par Jean Moylin, puis en 1543 et 1545 par Jacques Giunta. À cette date, les lecteurs pouvaient se procurer, outre l’original en latin, la traduction française établie par Guy Breslay et parue à Paris en deux volumes en 1523-1524. Pourtant, Pierre de Natali ne fut jamais un véritable concurrent pour Jacques de Voragine. La Légende dorée, premier livre imprimé en français par le Lyonnais Guillaume Le Roy le 18 avril 1476, avait déjà connu dix-huit éditions françaises avant 1500 et s’était imposée comme l’ouvrage de référence.

Tableau 1. — Lyon : récits hagiographiques latins et vernaculaires (1502-1547)

Légende dorée

Ensemble des publications recensées

1502-1510

8

12

1511-1520

6

16

1521-1530

4

05

1531-1540

3

05

1541-1547

1

07

  • 19 Gültlingen, 1992-1999.
  • 20 Bledniak, 1994, p. 364.
  • 21 Ainsi, cette Legenda haec aurea nitidis excutitur formis clareque plurimum censoria castigatione, u (...)

9Ce tableau, présentant un échantillon de quarante-cinq textes hagiographiques publiés à Lyon entre 1502 et 1547 que nous avons pu retrouver et dater avec l’aide de la Bibliographie des livres imprimés à Lyon au xvie siècle19,montre la part écrasante de la Légende dorée, en version latine ou vernaculaire, dans l’ensemble de la production hagiographique du premier centre d’édition français. Avant la chute très sensible des années 1540, cette part n’est jamais inférieure à 37,5 %. Sous des titres légèrement différents : Legenda haec aurea, Légende des saints, Longobardica historia, La vie et légende des saints, Legenda sanctorum quae lombardica historia dicitur, l’ouvrage fut également imprimé à Caen par Pierre Regnault en 1507, par Michel Angier en 1510 et 1511, par Laurent Hostingue à deux reprises en 1518 ; à Rouen, d’abord en 1507 par Pierre Violette, puis en 1510 par Pierre Olivier, et enfin en 1511 par Richard Goupil ; à Haguenau par Henri Gran en 1510 et en 1516 ; à Rennes par Jean Macé en 1510, 1511, et 1524 ; à Poitiers en 1522 et 1530 par les frères de Marnef. Non seulement l’œuvre de Jacques de Voragine ne souffre aucune concurrence dans le domaine des légendiers, mais la traduction française du dominicain Jean Bathalier fournit en outre la matière de la plupart des plaquettes gothiques mises sur le marché dans les premières décennies du xvie siècle. En furent extraites, constate Sonia Bledniak, les Vies de saint Sébastien, saint Fabien, saint Mathias, saint Nicolas, saint Jacques, saints Côme et Damien, saint Antoine, saint Roch, sainte Claude, sainte Catherine d’Alexandrie, sainte Marthe et sainte Marie-Madeleine20. Pourtant, les titres adoptés par certains imprimeurs suggèrent que des lecteurs exigeants émettaient des doutes quant à l’exactitude du texte de la Légende21. Néanmoins, la plupart parurent se contenter des retouches et des ajouts effectués par les dominicains Lambert Campester et Claude Rota.

  • 22 Cité par Certeau, 2002, t. xi, p. 56.
  • 23 La patience de Job selon l’histoire de la Bible…
  • 24 Le Conte, Les miracles de la glorieuse Vierge Marie et Meditationes sanctorum…
  • 25 Bouchet, Vie de sainte Radegonde…
  • 26 Greiffenclau-Vollraths, Reliquiae plurimum sanctorum… Voir la biographie de Richard von Greiffencla (...)

10La primauté de la Légende dorée n’a pas empêché la prolifération d’une littérature seconde, assez hétéroclite, qui relève du genre hagiographique si l’on étend, avec Hyppolyte Delehaye, « ce nom à tout monument écrit inspiré par le culte des saints et destiné à le promouvoir22 ». Car le culte des saints apparaît alors comme une tradition religieuse très populaire et vivante, qui inspire de multiples ouvrages, dans des genres variés. En premier lieu, les sermonnaires, nombreux à sortir des presses lyonnaises. Mentionnons les Sermones aurei de sanctis de Léonardus de Utino, le Sanctorale vel sermones de sanctis de Sanctius Portia, ou encore les Sermones tam quadragesimales quam de sanctis de Gabriel Barletta, tous trois parus entre 1503 et 1513 et plus ou moins inspirés des modèles écrits par Jacques de Voragine et saint Vincent Ferrier. Parfois, l’érudition scripturaire se mêle à l’hagiologie. C’est le cas du livret La patience de Job selon l’histoire de la Bible, publié par Jean Lambany en 152923. Complétons ce tour d’horizon rapide en ajoutant les calendriers en forme de chroniques, comportant « l’origine des fêtes et les principaux actes des saints », ainsi que les recueils de miracles ou de sentences24, et les histoires locales comprenant la vie des intercesseurs du cru. Les Annales d’Aquitaine du Poitevin Jean Bouchet, traducteur d’une biographie latine de sainte Radegonde en 152825, incluent par exemple les Vies de saint Hilaire et de saint Guillaume, ancien comte de Poitiers. Subsiste manifestement, dans les trois premières décennies du xvie siècle, un réel « bonheur d’écrire » sur la sainteté. Point n’est encore besoin d’être un historien achevé pour se prononcer sur la question : nous n’en voulons pour preuve que les Reliquae plurimum sanctorum et sanctarum novissimae repertae de l’archevêque de Trêves, Richard von Greiffenclau, prélat plus connu pour ses talents militaires et diplomatiques que pour sa science26. Cependant, cette littérature relevant tout autant de la culture populaire que de la piété n’allait pas tarder à essuyer le feu conjugué des attaques des humanistes et des réformés.

Le temps des polémiques

  • 27 C’est-à-dire, en dehors des deux principaux centres de l’imprimerie que sont Lyon et Paris.

11Le malaise transparaît clairement si l’on considère l’allure de la courbe de la production. Le tableau 2 montre son affaissement brutal, à Lyon, dès les années 1520. Nous n’avons pas retrouvé d’édition « provinciale27 » de la Légende dorée postérieure à la version proposée par les frères de Marnef à Poitiers en 1530. D’ailleurs, l’évolution de l’activité des principaux foyers d’édition provinciaux, que nous avons tenté de cerner au moyen d’un échantillon de 124 éditions hagiographiques couvrant l’ensemble du xvie siècle, confirme la situation lyonnaise et met en lumière une crise ouverte à partir de 1520.

Tableau 2. — Province : récits hagiographiques latins et vernaculaires (1501-1600)

Légendiers et Vies de saints

1501-1520

48

1521-1540

08

1541-1560

05

1561-1580

08

1581-1600

55

Source : dépouillement du Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au xvie siècle, Baden-Baden, Heitz puis Valentin Kœrner, volumes 1 à 30, 1968-1980.

  • 28 Courcelles, 1998, p. 207.
  • 29 L’anecdote est rapportée par Baillet dans son « Discours sur l’histoire de la vie des saints », int (...)

12Différents facteurs sont susceptibles d’expliquer la raréfaction des ouvrages hagiographiques: la dégradation du contexte économique, les revers militaires ou plus simplement la saturation des bibliothèques, largement alimentées par les tirages des années précédentes. Ce déclin de la production édifiante s’inscrit de plus dans une conjoncture européenne. En Catalogne, Dominique de Courcelles observe une nette diminution du nombre de textes publiés proposant des méditations sur la vie du Christ et des saints, après les années 1525-153028. Mais, tandis que le déclin de la littérature religieuse catalane s’explique par la répression de l’érasmisme et la censure de l’Inquisition, dans le royaume des Valois, c’est le passage de plusieurs imprimeurs à la Réforme qu’il faut incriminer et, de manière plus large, le succès de la prédication évangéliste. Les ouvrages d’Érasme obtiennent en France un grand retentissement au cours des années 1520. Or, dès son Enchiridion militis christiani, paru en 1504 mais traduit en français seulement en 1529, l’humaniste s’en est pris aux formes les plus grossières de la superstition et aux « observances judaïques ». S’il concède que les pratiques populaires peuvent être des signes ou des adjuvants de la piété, il dénonce l’hypocrisie des dévotions sans âme, le « marchandage » exercé par les fidèles qui se prosternent devant les statues des saints. François Rabelais transpose cette réflexion de manière ironique dans l’édition de 1537 de son Gargantua, en plaçant dans la bouche de Gargamelle des sarcasmes adressés aux dévots de sainte Marguerite. Quelques années plus tard, en 1543, le théologien Claude d’Espence, que Thierry Wanegffelen classe parmi les « moyenneurs », ces catholiques refusant la Réforme sans prêter complètement allégeance à Rome, osera proclamer que l’ouvrage de Jacques de Voragine n’était qu’une « légende ferrée de mensonge29».

  • 30 Lienhard, 1989, p. 524.
  • 31 Bergamasco, 1993, p. 1060.
  • 32 « Au lecteur catholique », Coste, Histoire catholique, s. p.
  • 33 Cet ouvrage fit l’objet d’une réplique tardive émanant de Taillepied, Histoire des vies…

13Quant à Luther, s’il croit à la communion des saints et ne met pas en doute la question de leur invocation avant les années 1522-1523, il ne cesse de dénoncer la glorification de personnages réputés « mythiques », comme les parents de la Vierge, Anne et Joachim, ses sœurs et bien évidemment son mari Joseph, sortis de l’ombre et devenus omniprésents dans les livres pieux de la fin du Moyen Âge30. Ce désir de voir les anciens légendiers épurés de leurs mensonges, désir commun aux humanistes et aux réformés, facilita, dans les années médianes du xvie siècle, l’apparition d’une hagiographie protestante, dont Lucia Bergamasco a fixé les grands traits. Au lieu du saint thaumaturge, intercesseur, objet de culte, c’est un saint imitateur du Christ et paradigme de la foi que cette hagiographie soumet à la lecture des fidèles31. Les Vies du franciscain Jean Vitrier et de John Colet écrites par Érasme peuvent faire figure de modèle puisque, selon la conception paulinienne de la sainteté, tous les membres de l’Église vivant d’une foi fervente méritent le nom de « saints ». La volonté de renouer avec la pureté du christianisme primitif et d’assurer la plus grande publicité à la Réforme se conjuguent dans l’entreprise du calviniste Jean Crespin (1520-1572). Cet ancien avocat au parlement de Paris, originaire d’Arras, s’établit à Genève en 1548 pour y fonder une imprimerie. Il publie en 1554 un Livre des Martyrs dédié à la mémoire des réformés victimes des guerres de religion. L’ouvrage connut un grand succès et fut réédité quinze fois. En 1625, l’historien catholique Hilarion de Coste en déplorait encore les effets pernicieux : « Hélas, nous ne voyons courir que trop de gros volumes dignes des feux et des flammes, où se voient le catalogue de leurs martyrs imprimés à Genève, à Bâle, à Zurich, et autres villes hérétiques, remplis de mille impostures et faussetés32. » L’initiative de Crespin ne resta pas isolée. Alors que la ville venait de tomber aux mains des huguenots, l’imprimeur orléanais Éloi Gibier fit paraître en 1564 trois ouvrages de format in-8º aux intentions apologétiques évidentes, situés à mi-chemin entre la biographie et l’hagiographie. Il s’agit de l’Histoire des vies et faits de quatre excellents personnages […] assavoir de Martin Luther, par Ph. Melanchthon, de Jean Œcolampade, par Wolfgang Faber Capito et Simon Grinie, de Huldrych Zwingli, par O. Myconius. Traduites de latin en français de Jean Calvin, par Théodore de Bèze33, suivi de La Vie de M. Jean Wicleff, et enfin de La vraie histoire de la vie de M. Jean Hus, ministre de la parole de Dieu en la ville de Prague.

  • 34 Venard (éd.), 1992, pp. 1019-1021.
  • 35 Des éléments dans Pallier, 1989.
  • 36 Le martyre de frère Iacques Clément…
  • 37 Le Martyre et cruelle mort du prieur des Jacobins de Paris…, pp. 7-8.
  • 38 Ils furent béatifiés le 6 juin 1926 après un procès rapide introduit le 12 juillet 1911.

14Ces initiatives désarçonnèrent les écrivains du camp catholique, qui dans un premier temps, ne réagirent pas si ce n’est en continuant de proposer, mais selon un rythme bien moins soutenu, les mêmes récits. Selon Marc Venard, le jésuite italien Antonio Possevino aurait songé à recueillir en France les actes des martyrs catholiques, pour répondre à Crespin. Cependant, son projet ne vit jamais le jour34. En revanche, à la fin des années 1580, et plus précisément lorsque Henri de Navarre se retrouva en possession du trône de France, la Ligue opposa une réaction vigoureuse à la propagande calviniste… en en reprenant largement les recettes35. C’est ainsi que parut à Troyes, en 1589, chez l’imprimeur « de la Sainte Union » Jean Moreau, un opuscule de 54 pages au titre provocateur, Le martyre de frère Iacques Clément de l’ordre de Saint Dominique. Contenant au vrai toutes les particularités plus remarquables de sa sainte résolution et très heureuse entreprise à l’encontre de Henri de Valois36, dont le champ lexical (« martyre », « sainte résolution ») nous introduit bel et bien dans le domaine de l’hagiographie. Le martyrologe ligueur s’enrichit l’année suivante d’un petit livre de seize pages, imprimé à Orléans et diffusé par les colporteurs, Le Martyre et cruelle mort du prieur des Jacobins de Paris. L’ouvrage retrace le funeste trépas de ce dernier, fait prisonnier à l’issue d’une offensive des troupes d’Henri III de Navarre contre la capitale assiégée, le 1er novembre 1589, puis jugé par des magistrats favorables au Béarnais. Reconnu complice de Jacques Clément et à ce titre de la mort d’Henri III, l’infortuné dominicain fut écartelé et son cadavre fut brûlé le 23 février suivant, dans la ville de Tours. Le narrateur soutient que « les catholiques du temps présent le doivent tenir pour un miroir entre eux, à raison de la constance et la sainte patience qu’il a eue toujours, ainsi qu’on le menait pour le faire mourir37… » Trois ans plus tard, d’authentiques martyrs, ou du moins reconnus comme tels par l’Église catholique, les jésuites Jacques Salès et Guillaume Saultemouche38, massacrés à Aubenas le 7 février 1593 par une troupe de protestants, firent également l’objet d’un livret anonyme, Les deux premiers de la Compagnie de Jésus qui ont été massacrés en France pour la religion chrétienne, par les Hérétiques, dans la ville d’Aubenas, au bas pays du Vivarez, publié à Lyon, en 1594, chez Jean Pillehotte.

  • 39 Voir sa biographie dans le Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, t. x, col. 90-91.
  • 40 Magistri, Légende de Marguerite de Lorraine… et Magistri, Vie de Jeanne, reine de France, et de Mar (...)

15Il importe de souligner l’activisme des milieux ligueurs, parce que les grands traités de spiritualité espagnols, accessibles aux lecteurs dévots à la fin des années 1570, trouvèrent en leur sein leurs principaux traducteurs, comme Nicolas Colin, François de Belleforest ou René Gaultier. Or, la frontière n’est guère hermétique entre le monde de la traduction et celui de l’hagiographie. François de Belleforest écrivit par exemple une quinzaine de Vitae pour le légendier imprimé par Nicolas Chesneau en 1577, dont nous allons reparler. Certains hagiographes adhérèrent sans réserve aux entreprises de la Ligue. Ce fut le cas du frère mineur Yves Magistri, l’auteur du fameux pamphlet Le réveil matin ou mot du guet des bons catholiques, dirigé contre Henri de Bourbon, en 159139. Cet ancien supérieur des Annonciades de Bourges en 1582 avait fait paraître dans cette ville une Légende de Marguerite de Lorraine suivie d’une Vie de Jeanne, reine de France…40 retraçant l’existence des deux grandes saintes, mortes au début du siècle. Derrière l’outrance de l’engagement religieux, il faut retenir de la littérature ligueuse deux caractéristiques qui imprègnent fortement l’hagiographie catholique de la fin du xvie siècle : le souci de rechercher dans un passé récent des modèles de sainteté plus accessibles aux fidèles, et d’emprunter à l’Espagne ce qu’elle a su produire de meilleur dans le domaine de la spiritualité.

L’amorce d’un renouveau timide

  • 41 Notice biographique courte mais élogieuse dans Moréri (éd.), Le grand dictionnaire historique…, t. (...)
  • 42 Baillet, Les vies des saints…, vol. 1, p. 100.

16C’est dans la voie d’un renouveau fragile que s’engage l’hagiographie française, au cours des années 1560-1570, au moment ou les chiffres de la production se réorientent — très modestement — à la hausse, avant de culminer entre 1580 et 1600. La tentative de Nicolas Chesneau, imprimeur militant de la cause catholique, nous semble emblématique à la fois de l’aspiration à une régénération des anciens textes et de la médiocrité des premiers résultats obtenus. Vers 1570, le libraire parisien concevait le projet d’une nouvelle compilation de la Vie des saints, appelée à remplacer l’ancienne Légende dorée. L’idée lui aurait été inspirée par la découverte d’une traduction inédite de Louis Lippomano, réalisée par le religieux de Fontevrault Gabriel Puy-Herbault, mort au monastère Notre-Dame de Colinance41 en 1566. Précisons que Lippomano, éclairé dans ses principes mais limité par sa méthode, avait publié sept volumes, entre 1551 et 1558, contenant un millier de Vitae, dont une bonne part d’origine douteuse, et que la traduction qu’en fit Gabriel Puy-Herbault fut, au siècle suivant, jugée « pitoyable » par Adrien Baillet42.

  • 43 Cette première édition est introuvable. L’ouvrage fut réédité en 1579. L’histoire de cette compilat (...)
  • 44 Chavy, 1988, t. ii, p. 1377.
  • 45 Simonin, 1992, p. 190.
  • 46 Voir sa notice biographique dans le Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. xx(...)

17Nicolas Chesneau fit d’abord graver quelques vignettes qui reçurent bon accueil du public, ce qui le conforta dans son dessein. Il s’adressa à François de Belleforest qui rédigea une Vie de sainte Geneviève, puis quinze autres notices. Toutefois, la participation du Commingeois s’arrêta là, et le célèbre « pape des Halles », René Benoist, endossa finalement la paternité de l’Histoire de la vie, mort, passion et miracles des saints, sortie des presses en 157743. Pour mener à bien cette publication, Chesneau s’était entouré d’une équipe de collaborateurs à laquelle participèrent, pour les uns, de façon très ponctuelle, Clément Marchant dit Mercator, Pierre Viel, Jean LeFrère, un chanoine nommé Cailleau, l’évêque de Léon Roland de Neuville, Gentian Hervet, Jacques Tigeou — un proche des Guise — et Pascal Robin. La plupart n’étaient pas des hagiographes de profession, mais principalement des traducteurs. Le plus célèbre de tous, Gentian Hervet (1499-1584), qui avait participé au concile de Trente et était réputé pour son érudition, avait mis en français les canons conciliaires ainsi que les Pères de l’Église, Jean Damascène, Grégoire de Nysse, Cyrille, saint Jérôme et saint Augustin. Le chanoine Jacques Tigeou, mort en 1593, s’était également fait remarquer par diverses traductions d’œuvres patristiques, parues entre 1567 et 1574. Il semble que sa contribution à l’Histoire de la vie, mort, passion et miracles des saints ait été des plus limitées. Pierre Viel, chanoine de Chartres, était un traducteur d’Optat. Jean Le Frère, un historien originaire de Laval, mort en 1583, avait écrit en 1574 une version de La Vie du bienheureux martyr saint Cyprian (sic). Aussi, Paul Chavy tient la compilation orchestrée par Chesneau pour une simple traduction du légendier de Louis Lippomano44. Michel Simonin souligne que « les érudits se montreront circonspect devant le monument édifiant45 », comprenant, en trois tomes, 4 700 colonnes de texte in-folio. Réédité en 1585 et 1587, cette œuvre rencontra pourtant un certain succès, donnant lieu à une douzaine d’éditions en vingt ans, le plus souvent sous un format réduit, mais enrichies, pour les plus récentes, des travaux de Laurent Surius. L’érudit picard Guillaume Gazet (1554-1612), que l’on peut considérer comme un véritable hagiographe, collectionneur de manuscrits46, endossa la paternité de la dernière mouture parue sous le titre : L’Histoire de la vie, mort, passion et miracle des saints desquels l’église catholique fait fête et mémoire, par toute la chrétienté premièrement extraite des écrits de Simon Métaphraste, Aloysius et d’autres auteurs approuvés et maintenant réduite en sommaire pour la plus grande commodité du lecteur catholique ; augmentée de cent vies nouvellement traduites et recueillies de Surius et Molanus comme aussi des chartes de diverses églises et abbayes ; plus enrichie de catholiques exhortations et morales instructions sur les fêtes solennelles de l’an et sur les dimanches de carême et avents, avec les expositions des principales cérémonies de l’Église. Le tout réduit par douze mois en deux tomes, et publiée à Arras, où il avait été nommé curé de la paroisse Sainte-Marie-Madeleine en 1580. Le premier tome sortit des presses de Jean Bourgeois en 1584, le second en 1596. Ce légendier fut ensuite définitivement dépassé par la première adaptation en français du Flos sanctorum du castillan Pierre de Ribadeneyra, traduction réalisée à l’instigation de René Gaultier et d’André Duval, en 1609.

  • 47 Sallmann, 1994, p. 318.
  • 48 Marulic, Le Thresor des Faictz et dictz memorables… Il fut également édité par Balthazar Bellère en (...)
  • 49 Baronius, Le martyrologe romain…
  • 50 Marabotto et Vernazza, La vie admirable…
  • 51 Sur la genèse de l’ouvrage, voir Renoux, 2001, pp. 119-121.

18Le nom de Ribadeneyra nous rappelle que les principales tentatives de renouvellement de la littérature édifiante s’inscrivirent au xvie siècle dans l’aire méditerranéenne. Jean-Michel Sallmann estime que le concile de Trente se trouve à l’origine du développement de la production hagiographique napolitaine dès la décennie 1570. À Naples, la croissance de l’édition religieuse ne fit que suivre le redressement spirituel47. Le dynamisme de l’école espagnole tranche singulièrement avec l’atonie de l’hagiographie française, dont les progrès de la fin du siècle paraissent davantage liés à l’importation et à la traduction d’ouvrages étrangers qu’à l’émergence d’une littérature autochtone. Des villes frontières se spécialisèrent dans cette activité. Les presses douaisiennes notamment, avec ses grands entrepreneurs liés à la Compagnie de Jésus, tels Balthazar Bellère et Jean Bogard, approvisionnèrent dans les années 1590 les bibliothèques dévotes de l’ensemble de la France. Le célèbre ouvrage de l’autodidacte croate Marco Marulic, le De institutione bene vivendi per exempla sanctorum, que saint François Xavier avait sur lui, tel un second bréviaire, fut mis en français par Paul Du Mont et publié à Douai par Jean Bogard en 158548. Les Vies les plus signalées des saints pères ermites de Laurent Surius furent mises sous presse à Arras par Gilles Bauduyn en 1594. Le chartreux de Cologne avait apporté la preuve du sérieux de son travail en offrant au public, entre 1570 et 1575, les six épais volumes de son De probatis sanctorum historiis. Le Martyrologium de César Baronius, sorti des ateliers anversois en 1589, fut « tourné en français » par le jésuite François Solier et imprimé à Limoges par Hugues Barbou en 1599, puis à Douai en 1600, sous la protection du cardinal de Sourdis49. En marge de ces grands légendiers, la publication d’un nombre croissant de biographies de mystiques confirme le regain d’intérêt pour la vie contemplative. La Vie de sainte Mechtilde, celle de Béatrice, prieure de Nazareth, écrite par le cistercien Jean d’Assignies, parurent à Douai entre 1596 et 1598. D’autres récits, concernant des personnages plus récents, mettent en exergue l’évolution du goût des lecteurs et les intentions pédagogiques de la Réforme catholique. La Vie de Philippa de Gueldre (1464-1546), veuve du duc René de Lorraine, entrée chez les clarisses de Pont-à-Mousson où elle fut considérée comme une sainte, fut imprimée à Douai en 1593, chez la veuve de Jacques Boscard. Celle de Catherine de Gênes, morte le 15 septembre 1510, écrite par Antonio Marabotto et Ettore Vernazza, fut traduite par les chartreux de Bourgfontaine et publiée en 1599 par Jean Bogard50. Deux ans plus tard, ces mêmes chartreux de Bourgfontaine collaborèrent avec Jean de Brétigny pour proposer la première version française de l’autobiographie de la Mère Thérèse de Jésus51.

  • 52 Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique…, t. xiii, col. 526-532.
  • 53 Ribadeneyra, La vie du R. Père Ignace de Loyola…
  • 54 Maffei, De vita et moribus Ignatii Loyolae…

19Cependant, l’innovation la plus remarquable demeure l’apparition d’une hagiographie jésuite, illustrée par les noms de Ribadeneyra, Ribera, Maffei, Orlandini ou Solier, qui remit en cause, et de façon définitive, la prépondérance des ordres mendiants. On peut dater sa naissance de la publication à Naples, en 1572, de la Vita Ignatii Loyolae S. I. Fundatoris, par Pierre de Ribadeneyra, « sans doute la première vie d’un saint vraiment moderne, écrite avec un sens et une capacité littéraire humaniste52 ». Le jésuite avait consacré trois années à sa rédaction, entre 1567 et 1569, sur l’ordre du préposé général, François de Borgia. Avec cette petite Vie divisée en cinq livres et comptant 224 pages, Ribadeneyra renouait avec un genre très prisé au xive siècle, celui de la biographie témoignage, qu’il renouvelait par sa capacité à percer à jour la personnalité de son fondateur, par son habileté à transmettre des détails significatifs de sa psychologie, de son style et de sa manière de gouverner. Le livre fut traduit en castillan dès 1583, mais, à notre connaissance, ne fut accessible en français qu’en 159953. L’autre grande biographie d’Ignace, celle de l’Italien Giovanni Pietro Maffei, intitulée De vita et moribus Ignatii Loyolae qui Societatem Iesu fundavit, fut publiée simultanément, en 1585, à Douai chez Jean Bogard, à Rome et à Cologne. Elle parut ensuite à Bordeaux chez Simon Millanges, avec un titre quelque peu abrégé54, puis, dans une traduction française réalisée par Michel d’Esne, en 1594, de nouveau chez Bogard. Le même Michel d’Esne, « seigneur de Betencourt », traduisit successivement, en 1596 et 1597, les Vies de François de Borgia et de Jacques Lainez, écrites par Ribadeneyra, pour l’imprimeur douaisien Balthazar Bellère.

  • 55 Guillaume Gazet fait paraître en 1598 et 1599 L’ordre et suyte des evesques de Cambray et d’Arras…, (...)
  • 56 Clément Marchant traduit en 1595 la Vie de saint Antoine écrite par saint Athanase. Le De vitis et (...)

20Ces ouvrages annoncent les grandes biographies spirituelles consacrées aux serviteurs de Dieu de la Réforme catholique française, lesquelles ne parurent qu’à la fin des années 1610. En marge de ces « nouveautés », d’autres publications prolongent des tendances esquissées antérieurement. Les Vies de saints locaux55, liées au goût croissant des lecteurs pour l’histoire, et les hagiographies attribuées aux Pères de l’Église56, portées par la renaissance de la patristique, connaissent elles aussi un regain d’intérêt. Les calendriers ne disparaissent pas : le Nantais Pierre Doriou imprime en 1598 le Calendrier historial où se voit l’origine des Fêtes et principaux actes des saints de Vincent Charron. Finalement, considérée dans son ensemble, la littérature hagiographique du règne d’Henri IV apparaît aussi diverse que celle de la Renaissance, mais moins hétérogène, après la disparition des plaquettes gothiques et des légendes les plus fantaisistes.

  • 57 Brugman, La vie admirable très sainte et miraculeuse de Madame sainte Ludivine.

21L’image du palimpseste est, à nos yeux, celle qui symbolise le mieux le livre hagiographique français du xvie siècle. Si l’héritage médiéval continue de dominer, pour un temps, il ne cesse d’être adapté et récrit. Un ouvrage publié au terme de la période étudiée, intitulé La vie admirable très sainte et miraculeuse de Madame sainte Ludivine57, témoigne de l’importance de ce travail de relecture. L’auteur en est le frère mineur Jean Brugman, qui vécut de 1400 à 1473. Son texte latin, « réduit en meilleur ordre, avec retranchement des mots superflus » par le chartreux Laurent Surius, fut ensuite traduit en français par un érudit, le prêtre Walrand Caoult, auteur d’un recueil de Miracula survenus au sanctuaire de Notre-Dame-de-Liesse, avant d’être finalement imprimé en 1600, à Douai, chez le libraire Balthazar Bellère. Cette réécriture partielle, placée sous la surveillance des facultés de théologie et limitée par l’absence de véritables méthodes historiques, révèle-t-elle une incapacité profonde à produire du neuf ? S’il est légitime de parler de l’archaïsme de l’hagiographie française, au regard de l’avance prise par l’Espagne et l’Italie au lendemain du concile de Trente, on peut également considérer que la radicalité des polémiques qui ébranlèrent l’Église dans le royaume des Valois fut le prélude à l’hagiologie critique, qui s’épanouit dans le courant du xviie siècle, principalement au sein des écoles de Port-Royal et de Saint-Germain-des-Prés.

Haut de page

Bibliographie

Baillet, Adrien, Les vies des Saints, composées sur ce qui nous est resté de plus authentique et de plus assuré dans leur histoire, disposées selon l’ordre des Calendriers et des Martyrologues, avec l’histoire de leur culte, selon qu’il est établi dans l’Église catholique, et l’histoire des autres festes de l’année (12 vol.), Paris, 1704 (2e éd.).

Baronius, César, Le martyrologe romain distribué pour tous les jours de l’année, suivant la nouvelle réformation du kalendrier, mis en lumière par le commandement de feu nostre S. Père le Pape Grégoire XIII. Tourné en françois et nouvellement augmenté des SS. du Pays-Bas par un Père de la Compagnie de Jésus…, Douai, 1600.

Bergamasco, Lucia (1993), « Hagiographie et sainteté en Angleterre aux xvie-xviiie siècles », Annales, Histoire, Sciences sociales, 4, pp. 1053-1085.

Bledniak, Sonia (1994), « L’hagiographie imprimée : œuvres en français, 1476-1550 », dans Guy Philippart (éd.), Hagiographies, histoire internationale de la littérature hagiographique latine et vernaculaire en Occident des origines à 1550 (3 vol.), Turnhout, t. i, pp. 359-405.

Bouchet, Jean, Vie de sainte Radegonde, reine de France, fondatrice du monastère royal de Sainte-Croix de Poitiers, Poitiers, 1528.

Brugman, Jean, La vie admirable très sainte et miraculeuse de Madame sainte Ludivine, Douai, 1600 (Bibliothèque de l’Arsenal, 8o H. 21739).

Catalogus sanctorum et gestorum eorum ex diversis voluminibus collectus…, Lyon, 1508.

Cazelles, Brigitte (1982), Le corps de sainteté, d’après Jehan Bouche d’Or, Jehan Paulus et quelques vies des xiie et xiiie siècles, Genève.

Certeau, Michel de (2002), article « Hagiographie », Encyclopædia universalis, t. xi, pp. 55-60.

Chavy, Paul (1988), Traducteurs d’autrefois. Moyen Âge et Renaissance. Dictionnaire des traducteurs et de la littérature traduite en ancien et moyen français (842-1600) (2 vol.), Paris-Genève.

Coste, Hilarion de, Histoire catholique, Paris, 1642 (1e éd. 1625).

Courcelles, Dominique de (1990), Les histoires des saints. La prière et la mort en Catalogne, Paris.

Courcelles, Dominique de (1998), « Langue et pouvoir en Catalogne aux xve et xvie siècles », Nouvelle revue du seizième siècle, 16 (2), pp. 197-218.

Dagens, Jean (1952 a), Bérulle et les origines de la restauration catholique (1575-1611), Bruges.

Dagens, Jean (1952 b), Bibliographie chronologique de la littérature de spiritualité et de ses sources (1501-1610), Paris.

Davis, Natalie Zemon (1979), Les cultures du peuple : rituels, savoirs et résistances au xvie siècle, Paris.

Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques (28 vol.), Paris, 1912-2003.

Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique : doctrine et histoire (17 vol.), Paris, 1932-1995.

Gazet, Guillaume, Briefve histoire de la sacrée manne et de la saincte chandelle miraculeusement données de Dieu et religieusement conservées en la ville et cité d’Arras, avec les miracles des ardens tant de la dicte ville que de Paris et Tournay, et la vie de saint Vast, évesque et patron d’Arras. Le tout recueilly de plusieurs bons autheurs et des chartres et trésors de diverses églises, Arras, 1599.

Gazet, Guillaume, L’ordre et suyte des evesques de Cambray et d’Arras, avec une briefve histoire de leurs faits plus illustres, ensemble le catalogue des saincts qui sont spécialement honorez aux diocèses de Cambray et d’Arras, avec l’histoire de la sacrée manne et de la sainte chandelle. Plus la succession et généalogie des comtes d’Arthois…, Arras, 1598.

Greiffenclau-Vollraths, Richard von, Anno Domini millesimo quingentesimoduodecimo. Reliquiae plurimum sanctorum et sanctarum novissimae repertae : per Reverendissimum in Christo patrem et dominum Richardum electum et conƒirmatum archipresulem Treverensem, Metz, 1512.

Gültlingen, Sybille von (1992-1999), Bibliographie des livres imprimés à Lyon au xvie siècle (6 vol.), Baden-Baden.

Henriet, Patrick (2000), La parole et la prière au Moyen Âge : le verbe eƒƒicace dans l’hagiographie monastique des xie et xiie siècles, Bruxelles.

Le Conte, Jean, Les miracles de la glorieuse Vierge Marie, Lyon, 1525 et 1552.

Lienhard, Marc (1989), « La sainteté et les saints chez Luther », La vie spirituelle, 686, pp. 521-532.

Lopez, Élisabeth (1994), Culture et sainteté : Colette de Corbie (1381-1447), Saint-Étienne.

Maffei, Giovanni Pietro, De vita et moribus Ignatii Loyolae, qui Societatem Iesu Fundavit, Bordeaux, 1589.

Magistri, Yves, Légende de Marguerite de Lorraine, duchesse d’Alençon, divisée en 26 chapitres…, Bourges, 1582.

Magistri, Yves, Mirouers et guydes fort propres pour les dames et damoiselles de France, qui seront de bonne volonté envers Dieu et leur salut, tout ainsi que ont esté les très illustres princesses Madame Jeanne de France et Marguerite de Lorraine, les vies desquelles seront mises au présent volume, Bourges, 1585.

Magistri, Yves, Vie de Jeanne, reine de France, et de Marguerite de Lorraine, duchesse d’Alençon, Bourges, 1585.

Marabotto, Antonio et Vernazza, Ettore, La vie admirable, et pleine des plus excellents traits de l’amour divin, de la bienheureuse et séraphique Catherine d’Adorny, native de la ville de Gennes, Douai, 1599.

(Le) martyre de frère Iacques Clément de l’ordre de Saint Dominique. Contenant au vrai toutes les particularités plus remarquables de sa sainte résolution et très heureuse entreprise à l’encontre de Henri de Valois, Troyes, 1589.

(Le) martyre et cruelle mort du prieur des Jacobins de Paris, faict à Tours le vingt-troisiesme de Février 1590, Orléans, 1590.

Marulic, Marco, Le Thresor des Faictz et dictz memorables des hommes saincts et illustres du Vieil et Nouveau Testament pour servir d’exemples à bien et sainctement vivre, avec un traicté très-excellent du Jugement dernier, Douai, 1585, (rééd. 1596).

Meditationes sanctorum cum aliis piis opusculis hoc ordine digestis…, Lyon, 1542.

Moréri, Louis (éd.), Le grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l’histoire sacrée et profane… (10 vol.), Paris, 1759.

Pallier, Denis (1989), « Les réponses catholiques », dans Roger Chartier (éd.), Histoire de l’édition française. Le livre conquérant : du Moyen Âge au milieu du xviie siècle, Paris, pp. 404-434.

(La) patience de Job selon l’histoire de la Bible : comment il perdit tous ses biens par guerre et par fortune et la grande pauvreté qu’il eust. Et comment tout luy fut rendu par la grace de Dieu. Et est à quarante neuf personnages, Lyon, 1529.

Poutrin, Isabelle (1995), Le voile et la plume. Autobiographie et sainteté féminine dans l’Espagne moderne, Madrid.

Renoux, Christian (2001), « Madame Acarie “lit” Thérèse d’Ávila au lendemain de l’Édit de Nantes », dans Bernard Hours (éd.), Carmes et carmélites en France du xviie siècle à nos jours. Actes du colloque de Lyon (25-26 septembre 1997), Paris, pp. 117-154.

Ribadeneyra, Pierre de, La vie du R. Père Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus, nouvellement traduicte du latin…, Avignon, 1599.

Sallmann, Jean-Michel (1994), « L’édition hagiographique au lendemain du concile de Trente », Hagiographica, 1, pp. 315-326.

Simonin, Michel (1992), Vivre de sa plume au xvie siècle ou la carrière de François de Belleforest, Genève.

Suire, Éric (2001), La sainteté française de la Réforme catholique (xvie-xviiie siècle) d’après les textes hagiographiques et les procès de canonisation, Pessac.

Taillepied, Noël, Histoire des vies, mœurs, actes, doctrine et mort des quatre principaux hérétiques de notre temps… Le tout fait pour avertir et divertir les catholiques de ne se laisser abuser par leurs doctrines mortifères, Douai, 1580.

Venard, Marc (éd.) (1992), Le temps des confessions (1530-1620), t. viii de l’Histoire du christianisme des origines à nos jours, Jean-Marie Mayeur, Charles Pietri, André Vauchez et Marc Venard (éd.), Paris.

(La) vie et passion de Madame sainte Marguerite vierge et martyre, Troyes, Noël Moreau (impr.), 1545 (Bibliothèque nationale de France, Rés. p. Ye. 299).

(La) vie et passion de Madame sainte Marguerite…, Troyes, Jean Du Ruau (impr.), [v. 1580] (Bibliothèque nationale de France, Rés. D. 64654).

Haut de page

Notes

1 Henriet, 2000.

2 Courcelles, 1990 et Poutrin, 1995.

3 Dagens, 1952 a et b.

4 Suire, 2001.

5 Bledniak, 1994, pp. 359-360.

6 Cazelles, 1982, p. 9.

7 Bledniak, 1994, p. 362.

8 Selon la Légende dorée, Marguerite fut dévorée par un démon, comme Jonas par une baleine. Mais comme elle avait gardé une petite croix, elle s’en servit pour obtenir sa délivrance en lacérant le ventre de la bête.

9 Davis, 1979, p. 152, note 28.

10 Cazelles, 1982, pp. 40-41.

11 La vie et passion de Madame sainte Marguerite, vierge et martyre (Bibliothèque nationale de France, Rés. p. Ye. 299).

12 La vie et passion de Madame sainte Marguerite… (Bibliothèque nationale de France, Rés. D. 64654).

13 Tout comme saint Georges, sainte Marguerite dut lutter contre un dragon. De là, la possible confusion entre les représentations des deux saints.

14 Cazelles, 1982, p. 219.

15 Sa Vie est imprimée à Lyon par la veuve de Barnabé Chaussard en 1527, et par Olivier Arnoullet en 1542. Deux autres exemplaires sortent des presses de Jean Burges à Rouen entre 1521 et 1531, le second reprenant le récit de la Légende dorée. La Vie de sainte Barbe paraît ensuite en breton à Morlaix en 1557, puis en français en 1576 chez le même imprimeur, Bernard de Léau.

16 Lopez, 1994.

17 Deux récits abrégés paraissent à Lyon en 1519 et 1532, de l’atelier de Barnabé Chaussard. La Vie de Raymond de Capoue sort ensuite des presses de Gilles Bauduyn, à Arras, en 1599.

18 Catalogus sanctorum…

19 Gültlingen, 1992-1999.

20 Bledniak, 1994, p. 364.

21 Ainsi, cette Legenda haec aurea nitidis excutitur formis clareque plurimum censoria castigatione, usque adeo ut nihil perperam adhibitum remotumve quod ad rem potissimum pertinere non videatur offendi possit publiée à Lyon par Étienne Baland en 1510. Le même titre est repris par Gilbert de Villiers en 1514.

22 Cité par Certeau, 2002, t. xi, p. 56.

23 La patience de Job selon l’histoire de la Bible…

24 Le Conte, Les miracles de la glorieuse Vierge Marie et Meditationes sanctorum…

25 Bouchet, Vie de sainte Radegonde…

26 Greiffenclau-Vollraths, Reliquiae plurimum sanctorum… Voir la biographie de Richard von Greiffenclau-Vollraths dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. xxii, col. 100-102.

27 C’est-à-dire, en dehors des deux principaux centres de l’imprimerie que sont Lyon et Paris.

28 Courcelles, 1998, p. 207.

29 L’anecdote est rapportée par Baillet dans son « Discours sur l’histoire de la vie des saints », introduisant ses Vies des saints…, vol. 1, p. 70.

30 Lienhard, 1989, p. 524.

31 Bergamasco, 1993, p. 1060.

32 « Au lecteur catholique », Coste, Histoire catholique, s. p.

33 Cet ouvrage fit l’objet d’une réplique tardive émanant de Taillepied, Histoire des vies…

34 Venard (éd.), 1992, pp. 1019-1021.

35 Des éléments dans Pallier, 1989.

36 Le martyre de frère Iacques Clément…

37 Le Martyre et cruelle mort du prieur des Jacobins de Paris…, pp. 7-8.

38 Ils furent béatifiés le 6 juin 1926 après un procès rapide introduit le 12 juillet 1911.

39 Voir sa biographie dans le Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, t. x, col. 90-91.

40 Magistri, Légende de Marguerite de Lorraine… et Magistri, Vie de Jeanne, reine de France, et de Marguerite de Lorraine… La Bibliothèque nationale de France ne conserve que ses Mirouers et guydes fort propres pour les dames et damoiselles de France…

41 Notice biographique courte mais élogieuse dans Moréri (éd.), Le grand dictionnaire historique…, t. viii, p. 644.

42 Baillet, Les vies des saints…, vol. 1, p. 100.

43 Cette première édition est introuvable. L’ouvrage fut réédité en 1579. L’histoire de cette compilation est résumée par Simonin, 1992, pp. 187 sqq.

44 Chavy, 1988, t. ii, p. 1377.

45 Simonin, 1992, p. 190.

46 Voir sa notice biographique dans le Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. xx, col. 186-187.

47 Sallmann, 1994, p. 318.

48 Marulic, Le Thresor des Faictz et dictz memorables… Il fut également édité par Balthazar Bellère en deux volumes en 1595 et 1599.

49 Baronius, Le martyrologe romain…

50 Marabotto et Vernazza, La vie admirable…

51 Sur la genèse de l’ouvrage, voir Renoux, 2001, pp. 119-121.

52 Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique…, t. xiii, col. 526-532.

53 Ribadeneyra, La vie du R. Père Ignace de Loyola…

54 Maffei, De vita et moribus Ignatii Loyolae…

55 Guillaume Gazet fait paraître en 1598 et 1599 L’ordre et suyte des evesques de Cambray et d’Arras…, suivi de la Briefve histoire de la sacrée manne et de la saincte chandelle… conservées à Arras, incluant une Vie de saint Vast, patron de la cité.

56 Clément Marchant traduit en 1595 la Vie de saint Antoine écrite par saint Athanase. Le De vitis et miraculis patrum italicarum de saint Grégoire le Grand sort également des presses de Balthazar Bellère l’année suivante.

57 Brugman, La vie admirable très sainte et miraculeuse de Madame sainte Ludivine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Suire, « Entre sclérose et renouveau », Mélanges de la Casa de Velázquez, 33-2 | 2003, 61-77.

Référence électronique

Éric Suire, « Entre sclérose et renouveau », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 33-2 | 2003, mis en ligne le 04 décembre 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/255

Haut de page

Auteur

Éric Suire

Université Michel-de-Montaigne Bordeaux-III

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org