Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Philippe Lavastre y Rafael Mas (coords.), Propiedad urbana y crecimiento de la ciudad. Seminario celebrado 4-5 febrero de 2002

Madrid, Casa de Velázquez - Universidad Autónoma de Madrid, 2005, 390 páginas
Frédéric Vidal
p. 323-325
Référence(s) :

Philippe Lavastre y Rafael Mas (coords.), Propiedad urbana y crecimiento de la ciudad. Seminario celebrado 4-5 febrero de 2002, Madrid, Casa de Velázquez - Universidad Autónoma de Madrid, 2005, 390 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2009.

1Les historiens n’ont pas accordé la même attention à la question de la propriété selon qu’ils s’intéressaient au monde des villes ou des campagnes. Depuis longtemps, les formes de contrôle et d’échange de la propriété foncière ont été perçues comme des facteurs essentiels de dynamisation et de structuration des économies rurales. Malgré certains travaux pionniers comme ceux de Maurice Halbwachs, les études sur la propriété urbaine ont été jusqu’ici beaucoup moins systématiques. Aussi doit-on souligner l’intérêt du recueil publié par la Casa de Velázquez et l’Universidad Autónoma de Madrid, sous la coordination de l’historien Philippe Lavastre et du géographe Rafael Mas. Les articles réunis sont issus d’un séminaire tenu en 2002. Ils visent à questionner le lien entre les changements de forme de propriété et la croissance urbaine. Le titre de l’ouvrage est quelque peu ambigu. Au fil de la lecture, on comprend que par croissance urbaine, il faut entendre à la fois la croissance démographique, les formes d’échange et d’accumulation des biens immobiliers, le développement de l’activité économique et, bien sûr, l’expansion territoriale. Un point de vue comparatiste entre villes espagnoles, françaises et italiennes est adopté. Mais il ne s’agit pas de comparer des dynamiques urbaines nationales, qu’on aurait d’ailleurs tort de qualifier aussi rapidement de « similaires » (p. 5). L’un des enseignements de cet ouvrage est la grande diversité des situations entre les villes, notamment suivant la place qu’elles occupent dans la hiérarchie urbaine, mais aussi suivant leurs fonctions ou les contextes régionaux : villes moyennes ou grandes agglomérations, capitales nationales ou régionales, centres urbains de rayonnement local, villes industrielles ou centres administratifs. Cette diversité va bien au-delà des oppositions entre espaces nationaux.

2Les sources disponibles sont abondantes et variées : actes notariés, registres de propriété, plans d’urbanisation, rapports d’expertise, etc. Cette abondance ne supprime pas les biais de la plupart des corpus documentaires, comme le montre notamment l’article de José Luis García Cuesta. Si l’objet est plus ou moins identique, les dispositifs d’observation et les grilles de lecture doivent changer en fonction des sources sélectionnées. Les études présentées ici ne reposent donc pas sur une grande unité méthodologique. L’ouvrage permet au contraire de mesurer ou de comparer l’apport et l’intérêt d’approches assez diversifiées. Certaines analyses relèvent d’une histoire quantitative traditionnelle, d’autres font appel à des outils moins classiques : prosopographie, étude de réseaux ou de systèmes de représentation, approche ethnographique… Cette tension épistémologique n’est malheureusement pas toujours assumée. Dans son bilan sur les études sur la propriété urbaine, Rafael Mas Hernández souligne d’ailleurs la « nature » interdisciplinaire de ce domaine de recherche (p. 241). Si l’étude de la propriété urbaine relève à la fois de l’histoire du droit, de l’histoire urbaine, de l’histoire économique et sociale, de la géographie et de la sociologie urbaines, elle a tout à gagner à laisser libre cours à une certaine inventivité qui bouscule les spécialisations internes à chaque discipline. Le caractère empirique de certains exposés du livre semble le confirmer.

3Les résultats sont donc naturellement assez hétérogènes. De l’exercice sur la circulation de la propriété et les changements urbains dans la France de la fin du xviiie siècle, mené par Gérard Béaur, à l’analyse d’Alice Ingold qui porte sur les réactions d’un groupe de petits propriétaires lors d’une opération d’urbanisme dans le Milan de l’entre-deux-guerres, il est difficile de se risquer à une synthèse. Le statut des résultats est très variable d’un texte à l’autre. La propriété est ici conçue comme un point d’observation de mutations sociales de natures a priori assez différentes. Représentations, systèmes de valeur, structurations sociales, ordonnancements de l’espace urbain : la structuration de la propriété reflète avant tout un ensemble de rapports sociaux (Jean-François Chauvard, p. 40). Ceci explique sans doute que les contributions les plus séduisantes sont celles qui n’étudient pas la propriété comme un paramètre isolé, mais qui cherchent au contraire à mettre en évidence les interdépendances entre des phénomènes agissant à des échelles spécifiques, avec des rythmes et des effets variables.

4La question de la périodisation et des facteurs de changement est au cœur de nombreux exposés. Le plan du recueil donne une première réponse qui reste cependant superficielle. Les auteurs ne s’en cachent pas : il s’agit avant tout d’organiser les débats de manière commode. Trois grandes étapes sont ainsi définies : la fin de l’Ancien Régime avec l’effacement des formes traditionnelles et privilégiées de domination de la propriété et la naissance d’un véritable marché immobilier ; le xixe siècle, époque des révolutions libérales, qui voit émerger de nouveaux groupes de propriétaires mais aussi de nouveaux modes d’organisation de l’économie urbaine ; et, enfin, le xxe siècle marqué par de nouvelles mutations dans la répartition de la propriété immobilière en fonction des groupes sociaux mais aussi par l’élaboration de nouveaux cadres juridiques, avec, en premier lieu, les lois sur la propriété horizontale. À l’échelle locale cette périodisation est mise à mal par la complexité des interactions entre facteurs exogènes et endogènes . À Madrid, l’installation de la cour royale à la fin du xvie siècle est à l’origine d’un important processus de transformation de l’espace urbain et des formes d’occupation des immeubles. Cette « cortesanización », selon la notion proposée par Fernando Negredo del Cerro, se traduit par un mouvement accentué de concentration de la propriété aux mains de quelques acteurs omniprésents – l’auteur souligne notamment le rôle de l’Église, et surtout de sa branche régulière – qui créée des oppositions très marquées entre les différents quartiers ou paroisses de la ville. À la même époque, l’arrêt de l’expansion territoriale de la ville de Venise entraîne plutôt un essor du marché immobilier, autrefois placé sous le contrôle des familles patriciennes. Jean-François Chauvard montre que, à Venise, croissance urbaine et marché immobilier sont deux réalités relativement indépendantes l’une de l’autre. L’exemple de Valladolid, analysé par Philippe Lavastre, permet de dégager l’effet des conjonctures régionales sur le marché immobilier, et dans ce cas de la conjoncture castillane. À l’échelle de la ville, on distingue cependant des rythmes contrastés : la croissance du dernier tiers du xixe concerne dans un premier temps l’ensemble de l’espace urbain puis se polarise sur quelques zones très précises. L’étude de Florence Bourillon sur les prix des terrains à Paris entre 1866 et 1886 illustre bien la diversité des facteurs explicatifs de l’évolution du marché immobilier. La périodisation obéit parfois à des facteurs exogènes et nationaux (le Krach de l’Union Générale et la crise financière du début des années 1880), mais elle peut aussi suivre une logique plus interne à l’économie urbaine, quelquefois très localisée dans l’espace.

5Les contributions les plus neuves sont cependant celles qui questionnent directement la valeur que la société accorde au fait de posséder un bien immobilier. On n’est pas propriétaire de la même façon en fonction des lieux et des époques. Ces contributions s’intéressent davantage aux propriétaires qu’à la propriété. Elles observent la ville à l’échelle du logement, de l’îlot ou de la parcelle, selon une perspective plutôt micro-analytique. Anaclet Pons y Justo Serna propose ainsi une étude des représentations de la ville de Valence en adoptant plusieurs focales. Trois documents sont tour à tour analysés : des guides de la ville, des registres municipaux de propriété et un acte notarial post mortem de l’un des plus grands propriétaires de la ville. L’étude de l’urbanisation spontanée de l’Extrarradio madrilène est l’occasion pour Charlotte Vorms de faire le lien entre les usages du sol, les stratégies patrimoniales et les identités de quartier. La propriété-occupante est à l’origine de formes et de cultures urbaines inattendues. La contribution d’Alice Ingold est particulièrement stimulante. Concentrant son attention sur les litiges entre des propriétaires et la municipalité milanaise, au début des années 1930, elle donne une vision très précise des dynamiques qui président aux transformations urbaines. Elle dégage notamment « la question centrale d’une distribution des rôles entre acteurs publics et propriétaires particuliers dans la croissance urbaine » (p. 224). Le lien avec la propriété ne relève pas uniquement de catégories juridiques ou sociales stables, mais bien d’une construction qui peut être reconsidérée ou renégociée en fonction des positions et des contextes d’action. Cette vision très dynamique de l’économie urbaine apparaît aussi comme une forme de synthèse possible dans un domaine de recherche particulièrement protéiforme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Vidal, « Philippe Lavastre y Rafael Mas (coords.), Propiedad urbana y crecimiento de la ciudad. Seminario celebrado 4-5 febrero de 2002 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 323-325.

Référence électronique

Frédéric Vidal, « Philippe Lavastre y Rafael Mas (coords.), Propiedad urbana y crecimiento de la ciudad. Seminario celebrado 4-5 febrero de 2002 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/2551

Haut de page

Auteur

Frédéric Vidal

Instituto Superior de Ciências do Trabalho e da Empresa (Lisbonne)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org