Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues

De la conquête à la pacification : les mutations des sociétés indigènes et les débuts de la romanisation en Hispanie septentrionale et centrale de la chute de Numance aux guerres asturo-cantabres (133-26 avant J.-C.)

Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Bordeaux III, le 2 décembre 2005 (dirigée par Jean-Michel Roddaz)
Nathalie Barrandon
p. 327-331

Texte intégral

1Ce travail analyse les mutations des sociétés indigènes d’Hispanie septentrionale et centrale (haute vallée du Douro, bassin de l’Èbre et côte méditerranéenne d’Emporion à Saguntum), au dernier siècle de la République, donc à l’époque des dérèglements des institutions républicaines et des guerres civiles qui se conclurent par la mise en place du régime impérial. Cette période correspond à un temps d’arrêt dans les grandes guerres de conquête en Hispanie Citérieure. La cohérence de la région d’étude tient à cette aire géographique favorable aux échanges que représente le bassin de l’Èbre ouvert sur la côte méditerranéenne et à son adéquation avec les aires où furent utilisées deux systèmes d’écriture : l’ibère levantin et le celtibère. Enfin, elle correspond aux territoires de l’Hispanie septentrionale sous domination romaine en 133.

2Le choix du sujet fut stimulé par le dynamisme de la recherche hispanique lié aux nombreuses découvertes récentes en archéologie et en épigraphie. Alors que les travaux des philologues nous permettent de progresser dans la compréhension des langues autochtones, l’influence du latin sur l’écriture de ces langues est généralement admise. Les fouilles actuelles de sites comme Botorrita, Huesca, Saragosse, Isona, Burriac et La Caridad montrent également des transferts culturels dans le domaine de l’architecture. À cela s’ajoutent des études territoriales sur les évolutions dans l’occupation du sol.

3L’analyse effectuée repose sur l’ensemble du corpus des documents disponibles : textes littéraires, sites archéologiques, textes épigraphiques et documents numismatiques. Ce travail met en relation deux régions administratives rarement étudiées ensemble : La Catalogne et l’Aragon, auxquelles nous avons ajouté une partie de la Castille. Elle présente également l’originalité d’une étude détaillée de toutes les sources relatives à un même thème. Le traitement part de la source, passe par une analyse critique des interprétations historiques existantes, puis est remis dans le contexte d’un discours historique global. C’est cette approche globale qui nous a semblé indispensable pour caractériser les débuts de la romanisation en Hispanie septentrionale et centrale.

4La romanisation est ici considérée comme un processus d’acculturation réciproque de deux cultures en contact, dont une des étapes décisives est l’intégration juridique des sociétés indigènes dans la société romaine. Pour caractériser en quoi le dernier siècle de la République fut un moment déterminant en Hispanie septentrionale et centrale dans ce processus encore inachevé en 26, le fil directeur de notre questionnement en fut les acteurs : Rome, ses gouverneurs et ses légats sénatoriaux, les immigrants italiques ou les indigènes eux-mêmes.

5Alors que les mutations culturelles liées à la présence romaine ont été soulignées par de nombreux historiens pour la période 133-82, il fallait, avant de les analyser, présenter un portrait des sociétés et des cultures indigènes au début de la période et définir les modalités de la domination romaine, de l’acculturation et des échanges avant que les guerres civiles ne bouleversent la donne. Cette première partie permet de déterminer les acteurs et les conditions des premiers temps de la romanisation.

6La présentation des cultures indigènes au milieu du iie siècle insiste particulièrement sur les héritages hellénistico-puniques, plus prégnants en Ibérie qu’en Celtibérie, et sur les contacts bien établis entre ces deux grandes régions. On observe cependant que la religion celtibérique ne fut guère touchée par la romanisation, phénomène qui se poursuit jusqu’à la période impériale, alors qu’en Ibérie, l’impact de l’hellénisation sur la religion est antérieur à la présence romaine. L’étude de l’écriture, de l’iconographie et de l’architecture de ces deux régions permet par la suite de relativiser l’impact de la présence romaine, puisque dans ces domaines les influences méditerranéennes furent décisives dès avant la conquête.

7La venue, en 133, d’une légation sénatoriale de dix membres est souvent considérée comme une étape dans les conditions de la domination romaine en Citérieure. Cependant, par une analyse complète des dossiers littéraires et numismatiques, nous montrons que ce territoire ne fut pas régi par une loi provinciale, mais par les traités signés lors de la conquête. La présence de plusieurs légations sénatoriales fut justifiée pour instaurer la paix uniquement dans les territoires récemment conquis. Pour le reste, seuls l’amélioration des voies de communication, la collecte des tributs et le maintien de la pax romana furent des constantes de l’activité des gouverneurs. À partir du moment où les cités pérégrines respectaient la pax romana et les charges afférantes à leur statut (paiement d’un tribut, recrutement d’auxiliaires, hébergement ponctuel des troupes romaines, etc.), elles conservaient une certaine autonomie dans leurs affaires intérieures. On observe alors la multiplication des ateliers monétaires suivant les nécessités de la guerre, puisque les monnaies d’argent servaient à payer les auxiliaires, et une plus grande monétisation des zones ouvertes au commerce méditerranéen : de la côte jusqu’aux hautes vallées du Douro et de l’Èbre. L’impact économique de la domination romaine induisit, tout au long des deux premiers siècles de la conquête, une redistribution du peuplement indigène en faveur des cités qui avaient su s’intégrer dans les nouveaux circuits commerciaux. Ces cités choisirent selon les cas de déplacer leur ville sur un site plus approprié à leur développement ou, plus fréquemment, de restructurer et d’étendre leur centre urbain.

8La part de l’immigration italique, difficile à quantifier, ne doit pas être surestimée avant les guerres civiles. Nous avons privilégié une approche géographique pour conclure à une présence encore faible, du fait des rares installations romaines connues. Ces dernières purent cependant stimuler la présence d’artisans italiens et offrirent un modèle visible de la romanitas ou, tout du moins, de la culture italique. L’hellénisation de la culture italique en cours au iie siècle permet d’envisager des facilités dans les transferts culturels, puisque les deux péninsules appartiennent à une même koinè hellénistique.

9Ainsi, entre 133 et 82, l’hellénisation de la culture indigène poursuit son œuvre alors que les cités bénéficient d’une autonomie relative et que se structurent des contacts localisés entre Italiens et indigènes. Il ne faut pas surestimer la part des représentants romains et des immigrés italiques dans les mutations connues pour la période, au contraire, il semble que l’initiative indigène doive être privilégiée.

10Une deuxième partie dresse pour cette période un premier bilan des mutations observées essentiellement dans les domaines de l’architecture et de l’écriture : une approche exhaustive permet de mieux comprendre l’impact de ces débuts de la romanisation sur les sociétés indigènes.

11La période de paix entre 133 et 82 fut l’occasion de grands travaux qui intégrèrent des éléments italiques et hellénistiques, notamment en Ibérie. Les élites construisirent des maisons adaptées à leur position sociale, puisqu’elles adoptèrent une différenciation claire des espaces, en intégrant notamment des pièces de réception. Toutefois, on observe que ces constructions ne reproduisirent jamais strictement les canons romains. Par le choix des décors, les élites affichèrent également, de manière ostentatoire, leur richesse et leur adhésion aux goûts de l’époque. Dans l’ensemble, ces nouveautés artistiques arrivaient certes d’Italie, mais elles furent reprises à leur compte par les élites indigènes.

12Comme en Italie, les textes épigraphiques se multiplièrent en Ibérie et se diffusèrent en Celtibérie. Le nombre important d’inscriptions funéraires et le développement des inscriptions honorifiques sont conformes à la démarche d’auto-représentation adoptée par les élites dans l’architecture. L’influence des pratiques latines concerne essentiellement les supports et certains principes de mise en forme. Cependant, les contenus des textes (textes de loi ou d’hospitalité, formules onomastiques), ou du moins ce que l’on en comprend, ne furent jamais strictement romains. Il ne faut pas sous-estimer l’autonomie du développement de l’épigraphie en Hispanie Citérieure vis-à-vis de l’épigraphie latine. De plus, le fait que les sociétés n’abandonnèrent pas, à ce moment-là, leur langue, leur écriture et leur spiritualité incite à conclure que, si les élites se rapprochèrent en apparence des Romains, il ne faut pas chercher dans ce processus une démarche identitaire. De plus, c’est davantage une culture hellénistique italique que romaine qui a eu un impact sur les cultures indigènes avant que les cités n’obtiennent un statut privilégié dans l’Empire romain.

13Ainsi, entre 133 et 82, la romanisation fut lente, inégale et, souvent, superficielle, car elle relève de l’initiative indigène et touche essentiellement les élites, qui la mettent à profit pour conforter leur position sociale. Les critères de la romanisation selon Strabon – parler latin et vivre comme les Romains –, coexistaient, à cette époque, avec des traits culturels profondément indigènes. On peut donc parler de cultures hybrides.

14Une troisième partie tient compte des mutations directement liées aux guerres civiles. Elles eurent un impact décisif puisque les textes littéraires nous montrent des rapports nouveaux entre Rome et les Hispaniques. Mais ce sont essentiellement l’archéologie et l’épigraphie qui nous permettent de comprendre l’impact des guerres civiles sur les sociétés indigènes.

15Pendant les guerres civiles, l’implication des imperatores dans la province de Citérieure fut certes accentuée, mais c’est, en premier lieu, la présence de citoyens romains d’origine italique dans les élites urbaines qui joua un rôle prépondérant dans la constitution d’une société provinciale, dont les intérêts étaient tournés vers Rome. De plus, avec la présence de Sertorius, les cités et les soldats indigènes s’engagèrent aux côtés d’un général romain, non pas par stratégie politique vis-à-vis des débats qui déchiraient la République, mais parce qu’il fallait choisir son camp dans une guerre qui se déroulait sur leur territoire. Ceux qui avaient contribué, pendant un temps au moins, aux succès de Sertorius bénéficièrent de son attention et de ses compétences militaires : le processus d’acculturation des soldats se poursuivit alors que le commandement se romanisait. Cependant, si la guerre contre Sertorius avait entraîné de nombreuses destructions, il fallut bien souvent attendre la paix augustéenne pour reconstruire les cités selon les critères de la civitas. Il faut alors envisager une période d’abandon des sites touchés qui va au-delà de la guerre contre Sertorius, se prolongeant jusqu’à la fin des guerres civiles, alors que les cités des régions épargnées poursuivent les transformations commencées avant les guerres civiles.

16Celles-ci furent un tournant dans l’intégration juridique des indigènes, mais il ne s’agissait pas là d’une politique spécifique à l’Hispanie septentrionale et centrale. Les imperatores obtinrent les moyens politiques pour se constituer des clientèles provinciales, ce qui répondait aussi aux intérêts de Rome, qui, après l’octroi de la citoyenneté aux Italiens, avait continué sa politique d’intégration des élites. On peut toutefois distinguer la politique de Pompée de celle de César et de ses successeurs. En tant que gouverneur, Pompée eut une politique qui se place dans la continuité de celles des grands généraux à l’origine de la conquête de la Péninsule. De plus, il bénéficia de la loyauté de nombreux clients et imposa son autorité sur l’ensemble de l’Hispanie, alors que la fermeture autoritaire des ateliers hispaniques avait porté atteinte à l’autonomie des cités.

17Le véritable tournant dans la romanisation de la province eut lieu à partir des affrontements entre César et les lieutenants de Pompée. Alors que cette guerre épargnait globalement les cités, les Hispaniques, immigrés ou autochtones, prirent position dans les conflits politiques pour défendre des intérêts communs. L’immigration italique avait pris toute son ampleur pendant les guerres civiles. Après ses victoires, César inaugurait une politique qui tenait compte de cette situation nouvelle. Par la fondation de colonies ou par l’octroi de statuts privilégiés, il tentait, souvent en vain, de faire oublier le souvenir de Pompée.

18Dans le long terme, la condition des Hispaniques s’uniformisa au profit de la culture romaine. L’abandon des écritures ibérique et celtibérique doit être placé à ce moment-là, alors que les travaux entrepris par la suite furent adaptés aux canons romains. Cependant, l’uniformisation culturelle touchait essentiellement le monde urbain et surtout les cités à statut privilégié. Dans les campagnes, encore peu concernées par la politique des gouverneurs, les indigènes s’adaptèrent certes aux mutations économiques et intégrèrent des éléments de la culture italique, mais le territoire n’était pas encore touché par la colonisation. Il faut attendre le règne d’Auguste pour que la collaboration étroite entre Italiens et indigènes dans la production du vin catalan donne de l’ampleur à son exportation et que s’impose un système d’exploitation du monde rural fondé sur la villa romaine.

19Ainsi, avec les guerres civiles, le processus de romanisation devint rapide, organisé et intense à partir du moment où Rome et ses imperatores prirent les choses en main et que se constituait une société hispanique mixte davantage intégrée à l’histoire de Rome.

20Entre 133 et 82, l’acculturation fut à l’initiative des indigènes, déjà ouverts aux influences méditerranéennes, qui mirent à profit les contacts nouveaux avec les Italiens : elle touchait surtout l’architecture et les pratiques épigraphiques. Le processus était cependant surtout l’apanage des élites, qui accentuaient ainsi leur position au sein de la société. Il fut également partiel car les indigènes ne reniaient pas les fondements de leur culture. En revanche, avec les guerres civiles, la pacification prit un tour nouveau. La péninsule Ibérique devint un enjeu de la vie politique romaine et ses populations un atout dans les réseaux clientélaires. L’immigration italique s’accentuait et créait des relations nouvelles entre immigrés et indigènes. La romanisation des indigènes fut alors rapide car elle commença à passer le cap de l’intégration civique. La politique césarienne de promotion des cités induisit l’abandon des langues et des écritures autochtones, un genre de vie romain y était adopté. Le processus engagé prit toute son ampleur sous le régime impérial, puisque la paix permit d’entreprendre des constructions d’envergure adaptées aux conditions nouvelles.

Haut de page

Annexe

Composition du jury : Jean-Michel David, Université de Paris-I ; Pierre Moret, Casa de Velázquez ; Isabel Rodà, Universitat Autónoma de Barcelona ; Jean-Michel Roddaz, Université de Bordeaux III ; Pierre Sillières, Université de Bordeaux III.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Barrandon, « De la conquête à la pacification : les mutations des sociétés indigènes et les débuts de la romanisation en Hispanie septentrionale et centrale de la chute de Numance aux guerres asturo-cantabres (133-26 avant J.-C.) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2 | 2006, 327-331.

Référence électronique

Nathalie Barrandon, « De la conquête à la pacification : les mutations des sociétés indigènes et les débuts de la romanisation en Hispanie septentrionale et centrale de la chute de Numance aux guerres asturo-cantabres (133-26 avant J.-C.) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-2 | 2006, mis en ligne le 20 octobre 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/2555

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org