Navigation – Plan du site
Miscellanées

Fortifications, habitats et peuplement entre Bougie et la Qal ͑a des Banū Ḥammād

Les données du géographe al-Idrīsī (c.493/1100-c.560/1165)
Fortificaciones, hábitats y poblamiento entre Béjaïa y la Qal ͑a  de los Banū Ḥammād. Los datos del geógrafo al-Idrīsī (c. 493/1100-c. 560/1165)
Fortifications, Habitats and Settlement between Bougie and the Qal ͑a  of Banū Ḥammād. Information from the Geographer al-Idrīsī(c. 493/1100-c. 560/1165)
Mohamed Meouak
p. 173-193

Résumés

Cette étude se propose de mettre au jour des informations sur la géographie historique, la société tribale et les manifestations des divers niveaux de pouvoir dans la Petite Kabylie au Moyen Âge à partir du texte d’un itinéraire laissé par al-Idrīsī, géographe arabe du vie/xiie siècle. Basé en outre sur le dépouillement des sources arabes du Maghreb médiéval et la bibliographie moderne, cet article explore les domaines de recherche concernant les fortifications, les habitats et les modes de peuplement. Partant d’exemples pris à la basse Antiquité en matière d’occupation des terres et de peuplement, opposant parfois les structures sociales autochtones (tribus, peuplements de montagne, etc.) aux conceptions romaines de mise en valeur des terroirs, on en conclut, entre autres points, que l’examen de telles questions ne peut conduire à des résultats satisfaisants qu’en prenant en compte, de manière systématique, les méthodes de l’archéologie et la spécificité maghrébine.

Haut de page

Texte intégral

1Dans son ouvrage classique intitulé Histoire de l’Afrique du Nord, l’historien Charles-André Julien faisait, au moment d’aborder la question de la fin du règne des Ḥammādides, le commentaire suivant :

  • 1 Julien, 1980, pp. 73-74. Sur les Ḥammādides, voir Golvin, 2000, pp. 3336-3343.

Les nomades ne cessaient de déferler, traînant avec eux femmes et enfants et refoulant ceux qui les avaient précédés. Les Hammadides s’en firent des alliés. Grâce à eux, en-Naçir put pousser des incursions en Ifriqiya, mais il ne tarda pas à devenir leur jouet plus que leur maître. À force de dévaster les territoires hammadides, ils finirent par obtenir du sultan el-Mançour, successeur d’en-Naçir, la moitié de ses récoltes. Bientôt, il dut abandonner la Qal ͑a directement menacée, pour s’installer dans une autre capitale, Bougie, fondée dix-huit ans plus tôt, au point où la grande route, dont la Qal ͑a tenait l’autre extrémité méridionale, aboutissait à la mer (1090). Là, sa dynastie fit encore honorable figure jusqu’à la conquête almohade1.

  • 2 Sur la fondation de Bougie, son développement urbain et sa chute devant les troupes almohades, voir (...)
  • 3 Voir Brett, 1995, pp. 256-263.
  • 4 Thébert et Biget, 1990, pp. 576-584.
  • 5 Voir Cheriguen, 1987, pp. 7-10.

2Cet épisode montre avec clarté et concision comment s’est déroulée la lente fin du règne de la dynastie ṣanhāǧienne des Ḥammādides, fin qui aurait été en grande partie due à l’arrivée incessante de tribus nomades. Cette vague déferlante sur la Qal ͑a des Banū Ḥammād commencera à poindre dès l’année 461/1068 pour finalement s’achever vers 548/1153 avec la destruction définitive de la dynastie des Ḥammādides par le puissant mouvement politico-religieux almohade2. Mais, en fait, qui sont ces « nomades », voire ces « chameliers barbares » ainsi appelés dans certaines chroniques et dont on évoque le souvenir ? Ce sont bien entendu les Banū Hilāl qui n’ont laissé de susciter discussions, débats et polémiques tant les enjeux étaient fondamentaux pour expliquer certains aspects des sociétés tribales arabo-berbères du Maghreb central et de leurs confrontations souvent violentes avec les structures étatiques3. Sur ce dernier point, signalons qu’Yvon Thébert et Jean-Louis Biget avaient proposé, il y a quinze ans déjà, une critique profonde, voire salutaire, de la thèse dite « invasioniste » du Maghreb, puis une lecture de l’histoire maghrébine qui prendrait davantage en considération les convergences socio-historiques plutôt que les divergences4. C’est en partie dans ce sens que s’inscrivent certaines réflexions que nous aurons l’occasion d’émettre tout au long de notre étude. Nous voudrions en effet insister sur le fait que l’histoire sociale du Maghreb central de la fin de l’Antiquité jusqu’au Moyen Âge n’est pas seulement marquée par des ruptures permanentes entre tribus et campagnes ou élites et villes par exemple, mais qu’elle pourrait être appréhendée en fonction de ses structures internes et non en tentant de transposer des réalités extérieures et anachroniques qui seraient dans leur grande majorité non valables ou au moins de difficile application. Nous songeons ici aux réalités d’époque coloniale qui avaient fait de l’histoire du Maghreb un laboratoire d’essai pour l’examen des tribus au travers d’une approche dite par « peuples », et donc réductrice5. Nous tenterons, autant que possible, de ne pas limiter notre vision des choses à un affrontement entre des campagnes peuplées de tribus, symbolisant la force locale, face à l’envahisseur extérieur, illustrant la ville arabe dont la création entraîne le refoulement de ces éléments locaux vers les aires les plus pauvres. Nous essaierons d’étudier les questions du peuplement et des habitats d’une région donnée, mais faisant partie d’un espace à la fois plus grand et spécifique quant à ses formes physiques et en fonction d’une spécificité concrète : celle du Maghreb central.

  • 6 Courtois, 1955, passim, et Dahmani, 1995.

3Mais, pour comprendre cette phase fondamentale de l’histoire du Maghreb central, il nous faut sans aucun doute remonter à une époque de transition qui correspond aux viie et viiie siècles. Et, pour cela, il est nécessaire de rendre hommage à Christian Courtois car il a été l’un des premiers à tenter de définir cette Afrique que l’on qualifie parfois, à tort ou à raison, d’« Afrique oubliée » pour la période de changement, c’est-à-dire celle qui va de la fin de l’Antiquité au tout début du Moyen Âge. Ch. Courtois a révélé dans son œuvre monumentale sur les Vandales l’importance, les dimensions et le rôle considérable joué par des royaumes méconnus, à peine mentionnés par les sources en général6. Il faut cependant reconnaître que pour le Maghreb central, les historiens et les chroniqueurs arabo-musulmans dans leur ensemble sont avares d’information en ce qui concerne les pouvoirs et les habitats fortifiés au haut Moyen Âge. Le problème se pose donc avec acuité lorsque l’on essaie de reconstituer les différents tissus sociopolitiques et les formes d’occupation du territoire. Malgré ce qui vient d’être dit, il est possible de recourir à certains textes comme ceux issus de la documentation géographique. La présente étude constitue une tentative pour dresser un bilan des habitats fortifiés et des structures de peuplement dans une région spécifique, à savoir l’axe Bougie - Qal ͑aBanī Ḥammād et, plus précisément, à partir d’un itinéraire que nous a laissé le géographe arabe al-Idrīsī :

  • 7 Pour en savoir plus sur ce géographe, voir Oman, 1970.

Biǧāya > al-Maīq > Sūq al-aḥad > Wādī Waht > Tāklāt > Tādraqat > Sūq al-ẖamīs[mentionné deux fois sous des termes différents] > Bakr > Wārfū / Wafū > al-Qaṣr > al-adīd > al-Ša ͑rā’ > Banū Tarākuš > Tāwurt > al-Bāb > Wādī l-mil > al-Saqā’if > al-Nāūr > al-amāma > Sūq al-iṯnayn > Tāfalkānat > Tāzakkā >  ͑Aiyya > quatre forts (ḥuṣūn) > al-Qal ͑a7.

  • 8 Idris, 1962, vol. 2, p. 491, mentionne le toponyme Tāq[k]arbūzt (Takerbouzt) situé à environ 35 km (...)
  • 9 Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, texte arabe p. 124 ; trad. pp. 116-117, et Al-Bayḏaq, (...)

4Avant d’entrer dans le vif du sujet, indiquons que cette route, qui part de Bougie, longe principalement les cours d’eau et les massifs montagneux suivants : Oued Soummam, Oued Sahel, Oued Bou Sellam, Oued Azerou et les monts des Bibans pour enfin arriver à la Qal ͑a des BanūḤammād, située dans les monts du Hodna, plus exactement sur un étroit plateau au pied du Tāqarbūst (« l’arçon » en berbère) à près de 1 000 m d’altitude8. La documentation arabe s’est d’ailleurs chargée de donner un nom à cette vaste région dont une partie seulement est l’objet de notre étude. Ce territoire était en effet désigné par le nom tribal des BanūZaldawī, ou encore ǧabalBanī Zaldawī qui, selon certains chroniqueurs arabes médiévaux, correspondait à l’ensemble d’une région montagneuse appelée aujourd’hui Petite Kabylie, entre Constantine, Mila et le littoral méditerranéen de Collo à Bougie9.

  • 10 Sur l’histoire de la Qal ͑a des Banū Ḥammād, voir Souidi, 1996, pp. 169-211 et Amara, 2001, pp. 91- (...)

5Le texte d’al-Idrīsī, qui nous emmènera pour une excursion en Petite Kabylie, semble être le seul — ou l’un des très rares — document sur ce sujet. Il faut malheureusement signaler que les sources arabes sont particulièrement pauvres en détails sur ces questions de géographie et d’histoire. Mises à part quelques compilations réalisées dans les cercles fāṭimides comme celle du cadi al-Nu ͑mān, la chronique d’Ibn Ḥammād sur l’histoire du Maghreb médiéval, la compilation historique d’Ibn ͑Iḏārī ou bien encore l’histoire des califes fāṭimides d’Idrīs b. al-Ḥasan, on reconnaîtra bien volontiers que notre corpus textuel reste encore peu fourni10.

6Après avoir présenté le texte d’al-Idrīsī et proposé une traduction annotée, nous tenterons d’identifier les toponymes rencontrés au long de l’itinéraire (voir carte). Par la suite, nous reprendrons le dossier du vocabulaire arabe relatif aux sites fortifiés et aux communautés rurales. Puis, nous élargirons notre réflexion aux problèmes de peuplement et d’habitat face aux structures de pouvoir. Dans cette dernière partie, nous tâcherons d’établir un premier bilan des résultats obtenus et nous proposerons quelques pistes de recherche susceptibles d’améliorer notre connaissance des divers modèles d’habitat et des structures de peuplement au Maghreb central, de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge.

Carte du Maghreb et toponymes identifiés

Carte du Maghreb et toponymes identifiés

1 : Tāklāt ; 2 : al-Qaṣr ; 3 : Ǧibāl al-Bāb ; 4 : Wādī l-milḥ

Le texte d’al-Idri-si

  • 11 Idris, 1962, vol. 2, pp. 503-504.
  • 12 Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, texte arabe pp. 118-119 ; trad. pp. 110-111, pour l’it (...)
  • 13 Voir Al-Idrīsī, Abū͑Abd Allāh, Kitāb nuzhat al-muštāq, pp. 262-263 pour le texte arabe de l’itinéra (...)

7Il semble que H. R. Idris ait été l’un des premiers à mettre en relief l’intérêt du texte d’al-Idrīsī. Il en a d’ailleurs fait une traduction libre avec quelques notes dans son volumineux ouvrage sur les Zirides au Maghreb oriental du ive/xe au vie/xiie siècle11. Pour les besoins de notre étude, nous croyons nécessaire de fournir la traduction annotée du texte d’al-Idrīsī qui est sensiblement différente de celle réalisée par M. Hadj Sadok. Dans certains passages, on remarque que des mots et des locutions n’ont pas été pris en compte au moment de traduire le texte de l’itinéraire12. Indiquons enfin que nous avons pris le parti de faire des renvois à l’édition publiée sous le nom d’Opus geographicum et dirigée par un groupe d’arabisants italiens. Ceci permettra au lecteur de mieux percevoir les différences, parfois importantes, qu’il y a entre les deux éditions de l’œuvre d’al-Idrīsī13.

  • 14 Dans ibid., p. 262, on lit : « wa-l-ṭarīq min madīnat Biǧāya ilā l-Qal ͑a » ; « et la route depuis (...)
  • 15 Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, texte arabe p. 118 ; trad. p. 110, al-maḍīq est tradui (...)
  • 16 Al-Idrīsī, Abū͑Abd Allāh, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 262, le toponyme est transcrit Wādī Raht.
  • 17 Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, texte arabe p. 118 ; trad. p. 110, al-manzil est tradu (...)
  • 18 Al-Idrīsī, Abū͑Abd Allāh, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 262 (texte arabe), on lit :« Ḥiṣn Tāklāt wa-bi (...)
  • 19 Ibid., p. 262, le toponyme est transcrit « Tādrafat ».
  • 20 Ibid., p. 262, on lit « ma ͑a aṣlihā wa-bi-ǧanūbihā ».
  • 21 Ibid., p. 262, on lit « ḥiṣn Wārfū ».
  • 22 Ibid., p. 262, le toponyme est transcrit « Rāfū ».
  • 23 Ibid., p. 262, on lit « fī ǧihat al-ǧanūb »; « du côté sud ».
  • 24 Ibid., p. 262, on lit « qubūr Banī Tarākuš » ; « les tombes des Banū Tarākuš ».
  • 25 Dans Idris, 1962, vol. 2, p. 504 la traduction s’arrête à « relais » et ne mentionne pas cet aspect (...)
  • 26 Ibid., p. 504 traduit al- ͑Arab par « les Hilaliens ».
  • 27 Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 110, le toponyme est transcrit al-Ṭamāma (texte ara (...)
  • 28 Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 111, la locution « riǧāl yaḥrisūna[hu] » est tradui (...)
  • 29 Al-Idrīsī, Abū͑Abd Allāh, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 263, le toponyme est transcrit Tāfalkāy[a]t.
  • 30 Nous suivons la traduction donnée dans Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 111 qui sugg (...)
  • 31 Cette énumération de quatre ḥuṣūn non identifiés de manière explicite ne laisse d’intriguer l’histo (...)
  • 32 Il s’agit bien entendu de la Qal ͑a des Banū Ḥammād.

De Bougie à la Qal ͑a. La route de Bougie14 à la Qal ͑a passe par al-Maḍīq (« le défilé15 »), jusqu’au Sūq al-aad (« marché du dimanche »), jusqu’à la rivière de Waht16, jusqu’au fort de Tāklāt là où il y a un relais17. C’est un fort inexpugnable18, sur une hauteur qui domine la rivière de Bougie, et où se tient un marché permanent. On y trouve de la viande et des fruits en abondance et à bon prix. Au fort de Tāklāt, il y a des sites fortifiés, des jardins et des vergers qui appartiennent à Yayā b. al- ͑Azīz. Du fort de Tāklāt jusqu’à Tādraqat19, jusqu’au Sūq al-ẖamīs (« marché du jeudi »), jusqu’au fort de Bakr où il y a un relais. Le fort de Bakr, qui est un fort solide situé au-dessus de vastes terres de pâturages et baigné sur son versant sud par la grande rivière20, avait un marché actif de ventes et d’achats. Du fort de Bakr jusqu’à Wārfū21, appelé aussi Wāfū22 puis jusqu’à al-Qar qui est également un village. On laisse ensuite la rivière de Bougie à l’ouest pour piquer vers le sud23 jusqu’au fort d’al-Ḥadīd (du « fer »), jusqu’à al-Ša ͑rā (« les espaces boisés »), jusqu’au site fortifié des Banū Tarākuš24, jusqu’à Tāwurt qui était un gros village sur une rivière salée où il y avait un relais avec de l’eau potable fournie par des sources creusées dans le lit à sec de la rivière qui vient du côté oriental25. De Tāwurt jusqu’à al-Bāb (« la porte »), qui correspond à des montagnes traversées par une rivière salée dans un défilé dangereux. C’est là que parviennent les incursions et les méfaits des Arabes26. Et de là, jusqu’au fort d’al-Saqā’if (« les couloirs »), jusqu’au fort d’al-Nāūr (« le mirador »), jusqu’au fort d’al-amīs (« le jeudi ») où il y a un relais. Ce dernier est un fort pourvu d’eau courante, au sommet d’une montagne, si bien défendu que les Arabes ne peuvent l’atteindre, mais ses terres de culture et ses ressources sont infimes. Tout ce territoire est parcouru par les Arabes dont les déprédations nuisent aux habitants. Et de là jusqu’à Ṭamāma27 qui est une plaine située sur les hauteurs d’une montagne, jusqu’au Sūq al-iṯnayn (« marché du lundi »), qui est un relais. Il y a un site fortifié autour duquel rôdent continuellement les Arabes mais qui est défendu par des hommes armés28, avec le concours de ses habitants. De là jusqu’au fort de Tāfalkān[a]t29, jusqu’au fortin30 de Tāzakkā, jusqu’au site fortifié de ͑Aṭiyya, qui est un fort situé au sommet d’un piton, puis jusqu’au fort, puis jusqu’au fort, puis jusqu’au fort, puis jusqu’au fort31, puis jusqu’au fort de la Qal ͑a32, il y a une étape. Tous ces forts sont occupés par des garnisons qui vivent en état de trêve avec les Arabes. Mais des méfaits sont souvent commis, de part et d’autre, avec la différence que les troupes de la garnison ont les mains liées tandis que les Arabes se livrent, impunément, aux pires exactions en vertu d’une règle qui veut qu’ils ont le droit au prix du sang des leurs, mais qu’ils ne sont pas tenus de payer celui de leurs victimes.

Identification des sites et questions de géographie historique

8Avant de procéder à l’examen des questions relatives à l’habitat, à la fortification et aux communautés rurales concernant la zone de Bougie - Qal ͑a des Banū Ḥammād, il est selon nous nécessaire de s’arrêter sur les questions d’identification des toponymes rencontrés tout au long de l’itinéraire d’al-Idrīsī. Comme on pouvait l’imaginer, bon nombre des noms de lieux sont d’origine berbère et ils reflètent bien entendu une ancienne occupation des territoires. De ces dénominations berbères, on retiendra celles renvoyant à des éléments construits par l’individu (tāzakkā) et aux mouvements naturels du terrain (tāwirt/tāwurt?). Les toponymes arabes correspondent parfois à un lieu où certaines activités sont exercées comme le commerce (sūq) et d’autres toponymes contiennent le nom d’une personne comme Bakr et ͑Aṭiyya, ou celui d’une tribu, comme les Banū Tarākuš. Dans ce dernier cas, on parlera d’une anthroponymie mise au service des noms de lieux. L’hydronymie et la géomorphologie sont également bien présentes pour signifier la configuration du paysage et les accidents de terrain (maḍīq, wādī, ša ͑rā’, saqā’if, nāẓūr, ǧibāl). Dans un dernier ensemble enfin, on signalera la présence décisive de noms mettant en relief l’intervention de l’individu sur des lieux (ḥiṣn, qaṣr, manzil, qarya).

Identification des toponymes

  • Biǧāya : Bougie.

    • 33 Kitāb al-istibṣār, pp. 34-35.

    al-Maḍīq33 (?) : « le défilé ».

    • 34 Al-Qāḍī al-Nu ͑mān, Risālat iftitāḥ al-da ͑wa, p. 278.

    Sūq al-aḥad34 (?) : « Marché du dimanche ».

  • Wādī Waht/Wādī Raht (?) : « rivière de Waht/Raht ».

    • 35 Rachet, 1970, pp. 117-118, 128 et 140 ; et Février, 1973, pp. 168-169.

    Tāklāt : qualifié de ḥiṣn et de manzil. Le site est identifié avec Tiklat qui correspond bien à l’antique Tubusuptu/Tupusuctu/Tubusuctu35. Cette petite ville est située dans la vallée de l’Oued Soummam (l’antique Nasavath), près du village actuel d’El-Kseur, à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Bougie.

  • Tādraqat/Tādrafat (?) : non identifié.

  • Sūq al-ẖamīs (?) : « Marché du jeudi ».

  • Bakr (?) : qualifié de ḥiṣn et de manzil.

  • al-Wādī l-kabīr : identifié avec l’Oued Soummam et l’Oued Sahel.

  • Wārfū/Wāfū/Rāfū (?) : non identifié.

    • 36 Idris, 1962, vol. 2, p. 503.

    al-Qaṣr : « le site fortifié », qualifié de qarya et identifié avec l’actuelle Beni Mansour par H. R. Idris sans autre explication36.

    • 37 En pleine chaîne des Bibans, il existe un lieu appelé « les portes de fer ». Ce sont les Ottomans q (...)

    al-Ḥadīd37 (?) : « le fer », qualifié de ḥiṣn.

    • 38 Al-Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, texte arabe pp. 82-83 ; trad. pp. 167-168 et Al- (...)

    al-Ša ͑rā’38 (?) : « espaces boisés ».

    • 39 Idris, 1962, vol. 2, p. 434, note 239, cite l’existence du toponyme Tarāquš dans la région de Tunis

    Banū Tarākuš39 (?) : qualifié de qaṣr ou de qubūr.

    • 40 Chaker, 1983, p. 135. On trouve cet exemple de toponyme en Tāwrīrt dans Ibn Abī Zar ͑, Al-Anīs al-m (...)
    • 41 Bellil, 2000, p. 87.
    • 42 Chaker, 1983, p. 134. Voir Al-Tādilī, Al-Tašawwuf ilā riǧāl al-taṣawwuf, p. 368 dans lequel on peut (...)

    Tāwurt (?) : qualifié de qarya kabīra et de manzil. Le nom de Tāwurt pourrait, selon toutes les précautions d’usage, correspondre à la forme tāwrīrt40, « colline » ou « tertre », malgré la perte du premier r. R. Bellil, dans une étude sur les qṣūr du Gourara, est tenté de relier le système des barrages et des drains à celui d’un habitat de type wirt, donc construit sur des collines41. Une autre possibilité consisterait à mettre en rapport le toponyme Tāwurt avec le nom de lieu Tāwwunt qui, selon al-Bakrī, correspondait à une forteresse en bordure de mer dans la région de Tlemcen42.

    • 43 Sur les Bibans à l’époque romaine, voir Rachet, 1970, pp. 15, 190, 217, 223, 227, 229 et 239.

    al-Bāb : « la porte », zone qualifiée de ǧibāl (les « montagnes ») et identifiée avec les monts des Bibans43. Le nom donné à cette chaîne montagneuse de l’Algérie centrale s’explique par l’existence de deux défilés (bān ou « portes » [al-Maḍīq]) qui assurent le passage de la vallée de l’Oued Sahel au bassin de l’Oued Bou Sellam.

    • 44 Ibn ͑Iḏārī al-Marrākušī, Al-Bayān al-muġrib, vol. 1, p. 218. Notons que ce même hydronyme en al-Wā (...)

    Wādī l-milḥ44 : « la rivière salée », identifiée avec l’Oued Azerou.

  • al-Saqā’if (?) : « les couloirs », qualifié de ḥiṣn.

    • 45 Al-Qāḏī al-Nu ͑mān, Risālat iftitāḥ al-da ͑wa, pp. 57-58 et Ibn Ḥammād, Aẖbār mulūk Banī ͑Ubayd, (...)

    al-Nāẓūr45 (?) : « le mirador », qualifié de ḥiṣn.

  • Sūq al-ẖamīs (?) : « Marché du jeudi », qualifié de ḥiṣn et de manzil.

  • al-Ṭamāma/al-Ṭamāṭa (?) : qualifié de faḥṣ, « plaine », « champ » ou « lieu habité ».

  • Sūq al-iṯnayn (?) : « Marché du lundi », qualifié de qaṣr ḥaṣīn et de manzil.

    • 46 Chez Al-Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, texte arabe p. 76 ; trad. p. 155, on trouve (...)

    Tāfalkānat/Tāfalkāy[a]t46 (?) : qualifié de ḥiṣn.

    • 47 Cité par Chaker, 1981, p. 42.
    • 48 Peyras, 1995, p. 219.

    Tāzakkā : qualifié de ḥiṣn (?). Le mot pan-berbère tazeqqa, « maison », se trouve également chez al-Bakrī transcrit tāzaqqā47. La forme Tazega, qui correspond à une agglomération de sommet, serait à mettre en rapport avec la Tezaga Urbs de la tribu des Afris citée par Orose, et qui, en berbère, signifierait « maison », voire, dans sa forme antique, « groupe de maisons » ou « village48 ».

  • ͑Aṭiyya (?) : qualifié de qaṣr.

    • 49 Ibn Al-H̱aṭīb, « Kitāb a ͑māl al-a ͑lām», pp. 434 et 460. Sur le site, voir Dachraoui, 1981, pp. 15 (...)
    • 50 Idris, 1962, vol. 2, p. 504, note 793. Sur ǧabalKiyāna, voir Idrīs b. Al-Ḥasan, ͑Uyūn al-aẖbār, pp (...)
    • 51 Les forts de Kiyāna, Šākir et al-Ḥiǧāra sont documentés dans Idrīs b. Al-Ḥasan, ͑Uyūn al-aẖbār, pp (...)
    • 52 Halm, 1984, pp. 150-207.
    • 53 Idrīs B. Al-Ḥasan, ͑Uyūn al-aẖbār, pp. 216-217, 415 et 422-423.

    Pour les quatre ḥuṣūn avant la Qal ͑a des Banū Ḥammād, H. R. Idris donne le nom de deux qilā ͑  situées dans le massif de la Kiyāna49, qui correspond à la partie nord-ouest de l’actuel Djebel Maadid : al-Mrī (?), qui était le fort de Kiyāna, et Qal ͑aTanākir, que les habitants locaux appelaient aussi Šīkar50. D’autre part, les chroniqueurs Ibn Ḥammād et Idrīs b. al-Ḥasan citent trois noms : Qal ͑aKiyāna, Qal ͑aŠākir et Qal ͑at al-Ḥiǧāra51. La première de ces trois forteresses servit de refuge à Abū Yazīd al-Nakkārī — plus connu sous le nom de « l’Homme à l’Âne » (ḥāḥib al-Ḥimār) —, en 335/947, après son échec contre les Fāṭimides52, et est bien documentée. La deuxième était habitée par les Berbères  ͑Aǧīsa, qui avaient soutenu la révolte d’Abū Yazīd, et la troisième aurait, semble-t-il, précédé la construction de la propre Qal ͑a des Banū Ḥammād53.

  • al-Qal ͑a : qualifiée de ḥiṣn. Il s’agit, bien entendu, de la Qal ͑a des Banū Ḥammād.

  • 54 Courtois, 1955, pp. 119-121 et Février, 1973, pp. 158-159.

9Mais alors, qu’en est-il des nombreux toponymes qui n’ont malheureusement pu être identifiés ? À défaut d’identification, même approximative, rappelons que les sites d’al-Maḍīq, Sūq al-aḥad et Wādī Waht sont situés avant Tiklat : donc, à une distance qui ne dépasse pas trente kilomètres jusqu’à Bougie. D’autre part, les sites de Tādraqat/Tādrafat, Sūq al-ẖamīs, ḥiṣn Bakr et Wārfu se situent entre Tiklat et Beni Mansour, c’est-à-dire, au long d’environ soixante-dix kilomètres. Enfin, les toponymes de ḥiṣn al-Ḥadīd, al-Ša ͑rā’, qaṣr ou qubūr des Banū Tarākuš et Tāwurt sont localisés entre Beni Mansour et le piémont de la chaîne des Bibans (trente-cinq kilomètres environ) : entre l’Oued Soummam et l’Oued Sahel, au niveau du coude formé par l’Oued Sahel et l’Oued Azerou. Après ce territoire, en direction sud-est et en longeant l’Oued Azerou (Wādī l-milḥ) jusqu’aux petites villes d’El-Mehir et de Mansoura, il serait possible de situer des toponymes comme al-Saqā’if, al-Nāẓūr, Sūq al-ẖamīs, al-Ṭamāma, Sūq al-iṯnayn, Tāfalkānat, Tāzakkā, ͑Aṭiyya et les quatre ḥuṣūn avant d’arriver à la Qal ͑a des Banū Ḥammād (cinquante kilomètres à vol d’oiseau). On sait, par exemple, que la vallée de la Soummam était pourvue de plusieurs petits établissements fortifiés à l’époque romaine, et qu’il y avait, selon Pline, Ammien Marcellin et Procope, des implantations indigènes (gens) importantes comme celles des Macurebis, des Icampenses, des Isflenses, des Fluminenses, des Ferratenses et autres confédérations berbères (gentes)54. Mais, cependant, nous sommes bien conscients de la fragilité des remarques précédentes qui ne pourront avoir de validité qu’en fonction de la localisation de restes archéologiques de ces établissements.

Remarques sur le vocabulaire arabe et les significations de ḥiṣn, qaṣr, manzil et qarya

  • 55 Benhima, 2000, pp. 96-99 sur l’habitat fortifié au Maroc médiéval.

10Un des obstacles les plus importants pour l’analyse des structures d’habitat et des sites fortifiés dans le Maghreb central est celui du vocabulaire. Il faut reconnaître que le lecteur habitué aux textes arabes médiévaux reste souvent perplexe devant l’ambiguïté de la terminologie et le problème de la polysémie des termes indiquant diverses réalités morphologiques et fonctionnelles. Dans les lignes suivantes, nous allons essayer d’expliquer, à partir de la notice d’al-Idrīsī, les termes ḥiṣn, qaṣr,manzil et qarya, qui sont les témoins d’une réalité constatée à partir de cette source arabe où leur fréquence d’apparition est grande. Mais il est nécessaire de ne pas perdre de vue que seule l’observation in situ, c’est-à-dire le travail de terrain, permettra d’apporter les précisions susceptibles de nous aider à mieux saisir les principales caractéristiques des structures fortifiées et des formes d’habitat55.

Le ḥiṣn (pl. ḥuṣūn) : autour des problèmes de la fortification islamique

  • 56 Ibn Manẓūr, Lisān al- ͑arab, t. ii, p. 902.
  • 57 Dozy, 1927, vol. 1, p. 297.
  • 58 Dallière-Benelhadj, 1983, pp. 63-64.

11Il s’agit sans nul doute du terme le plus caractéristique pour appréhender la difficulté rencontrée au moment d’identifier avec précision une structure. Si l’on prend la définition fournie par le philologue arabe Ibn Manẓūr, on se rend compte immédiatement de son imprécision et de l’importance qu’il y a de voir, in situ, les monuments ainsi qualifiés avant d’en donner une quelconque description. Mais il faut bien admettre que les préoccupations de notre auteur sont autres ; plus en rapport avec le sens des mots qu’avec une « archéologie » des sites. Ibn Manẓūr donne une explication très vague du terme ḥiṣn : kull mawḍi ͑ ḥaṣīn lā yūṣalu ilā mā fī ǧawfihi56, « tout lieu fortifié dont on ne peut atteindre l’intérieur ». À la fin du xixe siècle, l’orientaliste hollandais Reinhardt P. Dozy proposait dans son dictionnaire, et sur la base des principaux textes arabes médiévaux, la définition suivante : « ḥiṣn, redoute. Village entouré d’une muraille57 ». Il y a plus de vingt ans, V. Dallière-Benelhadj avait mis l’accent sur ce problème au moment d’étudier al-Muqtabis (chronique rédigée par l’historien andalousien Ibn Ḥayyān) et d’actualiser les attributs diffus de ce mot spécifique, utilisé pour qualifier des constructions aussi différentes que peut l’être une unité urbaine, un campement militaire, un éperon rocheux, etc.58. Dans l’ensemble des cas, ḥiṣn est le plus souvent employé dans le sens de « château ». Mais il nous faut nuancer cette première affirmation selon la région concernée à partir d’un constat établi notamment sur la base d’une recherche réalisée dans le pays valencien. D’après André Bazzana, Patrice Cressier et Pierre Guichard, le ḥiṣn,tel qu’il existait dans le Šarqal-Andalus, apparaît comme :

Un refuge de hauteur ou une enceinte construite […] mais aussi une localité habitée de façon permanente ou temporaire ; il sert enfin de relais à une autorité étatique, alors qu’on ne lui voit que rarement, comme en Occident, une fonction véritablement « seigneuriale ».

  • 59 Bazzana, Cressier et Guichard, 1988, p. 73.

12Une autre conclusion à laquelle aboutirent ces trois chercheurs est l’existence, en certains moments de la période islamique, de districts castraux formés par un ḥiṣn et autour duquel se regroupaient plusieurs qurā59. Il est donc indispensable de s’interroger, une fois de plus, sur les véritables fonctions du ḥiṣn. Centre du pouvoir étatique, du pouvoir territorial avec un petit groupe d’individus exerçant une autorité sur les qurā environnantes, ou encore refuge pour les habitants de ces villages contre les déprédations des rebelles en quête de butin ou des armées gouvernementales ? Si l’on se penche sur la terminologie utilisée pour décrire des forteresses rurales du Maghreb central, d’après les sources arabes médiévales, on a la même impression de confusion que celle rencontrée pour al-Andalus. Cependant, l’apparente imprécision dont témoignent les écrivains arabes en se référant aux divers types de fortification cache des différences sensibles parmi les sites fortifiés. Cette dernière réflexion trouve une excellente illustration lorsque l’on sait que, pour la zone de Bougie - Qal ͑a des Banū Ḥammād, al-Idrīsī utilise indistinctement les mots ḥiṣn et qaṣr, qui recouvrent des réalités morphologiques et utilitaires différentes selon que l’on se trouve en plaine ou en montagne, en bordure de rivière ou en zone plus aride, pour qualifier un site. Et, dans un ordre d’idées similaires, on rappellera les difficultés considérables que l’historien rencontre au moment de discerner les véritables nuances qu’il pourrait y avoir entre les différents vocables cités, notamment à partir de l’étude des textes arabes médiévaux.

Le qaṣr (pl. quṣūr) : habitat fortifié et structure défensive

  • 60 Benhima, 2000, pp. 97-98 pour le Maroc médiéval.

13Ce terme désigne une structure de type castral qui n’est pas exclusivement urbaine. En outre, il possède souvent la même signification que le mot ḥiṣn quant à la morphologie générale de la construction60. Parmi les écrivains arabes médiévaux susceptibles d’avoir laissé quelques éléments de définition, on signalera l’explication suivante fournie par Ibn Manẓūr :

Wa-l-qar min al-binā’ ma ͑rūf, wa-qāla al-Liḥyānī : huwa al-manzil, wa-qīla kull bayt min ḥaǧar qurašiyya summiyya bi-ḏālika li-annahu tuqaru fīhi al-ḥuram ay tuḥbasu.

  • 61 Ibn Manẓūr, Lisān al- ͑arab, t. v, pp. 3645-3650, en particulier p. 3647. Voir Dozy, 1927, vol. 2, (...)

« Et le qaṣr est connu de par sa construction, et al-Liḥyānīa dit : c’est le manzil [« halte, demeure »] ; et il a été dit que chaque pièce est en pierre [de type] qurašite, [le qaṣr a été] ainsi appelé car on y restreint les ḥuram [« choses sacrées »] c’est-à-dire là où on les confine61. »

  • 62 Bellil, 2000, pp. 114-116 pour le cas du Gourara (Sahara algérien).

14L’information donnée par l’écrivain arabe est bien loin de résoudre le problème des significations d’un tel vocabulaire. Dans ce sens, on pourrait poser l’hypothèse selon laquelle le qaṣr se rapporterait à une structure défensive établie sur des sites où il y avait déjà des fortifications antérieures à la conquête arabo-musulmane. Mais rien, en l’état actuel de nos connaissances, ne nous permet d’étayer de manière définitive notre proposition. Pour cela, il nous faudrait reprendre l’ensemble du dossier concernant les sites fortifiés de la Petite Kabylie à l’époque romaine pour vérifier si des mots berbères comme aġam (« habitat fortifié »), iġram (« village fortifié » ou « grenier fortifié ») et ġūr (« butte-témoin ») ont perduré dans les sources arabes depuis le iie/viiie siècle62.

Le manzil (pl. manāzil) : sur la polysémie de la langue arabe

  • 63 Élisséeff, 1991.
  • 64 Al-Bādisī,Al-Maqṣad al-šarīf, pp. 93 et 98, signale deux manāzil du nord du Maroc où des awliyā’ (p (...)
  • 65 Ibn Manẓūr, Lisān al- ͑arab, t. vi, pp. 4399-4401, en particulier p. 4400. Voir Dozy, 1927, vol. 2, (...)

15Le vocable dont il est question dans les lignes suivantes est difficile à saisir avec clarté tant les significations sont diverses et variées. Et, plus que tout autre terme, nous sommes convaincu que manzil ne peut être appréhendé que par l’intermédiaire du texte et du contexte63. L’un des sens que l’on donne à manzil est en étroite relation avec le monde mystique, et il serait probablement l’équivalent d’une étape spécifique dans la carrière spirituelle d’un personnage connu pour sa religiosité ou un saint (walī)64. Mais, c’est sans conteste dans le milieu de la géographie et, plus exactement, celui des itinéraires que le mot trouve ses acceptions les plus caractéristiques. Par exemple, chez le philologue Ibn Manẓūr nous lisons : wa-l-manzil wa-l-manzila : mawḍi ͑ al-nuzūl, « et le manzil et la manzila : lieu où l’on fait une halte65 ».

16À partir du texte d’al-Idrīsī, nous observons que les manāzil signalés sont tous — mis à part Tāwurt — établis dans des sites fortifiés permanents. Voyons les cinq mentions relatives aux « relais » et les séquences textuelles qui les accompagnent :

Tāklāt: ḥiṣn et manzil ;

Bakr (?) : ḥiṣn et manzil ;

Tāwurt (?) : qarya kabīra et manzil ;

Sūq al-ẖamīs(?) : ḥiṣn et manzil ;

Sūq al-iṯnayn (?) : qaṣr ḥaṣīn et manzil.

  • 66 Ce passage a été analysé par Idris, 1962, vol. 2, pp. 519 et 563. Le texte arabe est consigné chez (...)

17Relais, bourgade, localité, résidence ? Reconnaissons qu’il est bien délicat de cerner avec précision les significations de ce terme. Malgré cela, il nous paraît utile de poser le problème en relation avec les zones de peuplement contrôlées par l’État. En effet, si l’on en croit le juriste Abū  ͑Imrān al-Fāsī (m. 430/1038), nous savons qu’en Ifrīqiya il y avait des localités qui possédaient leur propre « conseil de notables » (aḥkām al-ǧamā ͑a) chargés de juger les affaires locales en l’absence de l’autorité du pouvoir central. En outre, ce type de délégation de pouvoir en matière de justice existait également dans les lieux administrés par les  ͑ummāl al-manāzil, c’est-à-dire, les « gouverneurs de localités66 ». À quoi correspondaient véritablement ces localités ? Quelle était leur extension ? Dans quels types de région étaient-elles établies ? Quelle était l’importance numérique de leur population ? Il semble que nous en resterons pour l’instant, à la vue des informations actuellement disponibles, au stade des questionnements.

La qarya (pl. qurā) : peuplement des espaces et communautés rurales

  • 67 Voir la définition juridico-sociale de la qarya andalousienne, qui ne semble pas trop éloignée de l (...)
  • 68 Marçais, 1938, pp. 11-12 pour l’exemple de Kairouan comme umm al-qurā de son territoire. Voir les d (...)

18Le quatrième et dernier élément que nous souhaitons discuter brièvement maintenant est en étroite relation avec les questions de peuplement et de présence de communautés rurales. La qarya constitue un exemple pertinent de structure et d’organisation des collectivités rurales installées dans la région de Bougie - Qal ͑a des Banū Ḥammād. D’un point de vue strictement linguistique, nous pouvons dire que la qarya contient l’idée de « lieu habité », cité ou, plus souvent, village, ou encore de zone rurale dotée d’un peuplement sédentaire. On sait également que la forme qarī renferme la signification de : « reconnaître un pays pour s’y établir », ou encore de « donner l’hospitalité67 ». Malgré cette définition, les textes arabes utilisés donnent une explication générale plutôt vague pour désigner les localités rurales de la région étudiée. En outre, cette imprécision est accompagnée de l’idée que les qurā entretiennent une relation de dépendance avec des sites fortifiés, ou ḥuṣūn, qui représenteraient ainsi l’État. Il faut également insister sur le fait que l’existence d’une fortification n’a pas forcément de conséquences sur la désignation d’un site comme qarya. L’on en veut pour exemple le cas de l’actuelle Beni Mansour qui était appelée autrefois al-Qaṣr et qarya. Alors, est-il possible de supposer que les qurā de la région de Bougie - Qal ͑a des Banū Ḥammād étaient disséminées à travers le territoire de manière désordonnée ? Nous savons que certaines qurā ont pu jouer le rôle de umm al-qurā, « mère des villes » (la metropolis en grec), comme ce fut le cas pour Kairouan et son territoire aux ive/xe et ve/xie siècles. Cette expression de umm al-qurā est bien présente dans le Coran (6 : 91 et 42 : 5) lorsqu’il s’agit de La Mecque ; on y trouve aussi la locution ahl al-qurā. Cette dernière expression contient une acception péjorative car elle se réfère aux « gens des villes » qui avaient refusé d’adhérer à la prédication du Prophète de l’Islam68. Cette mention coranique est sans aucun doute d’un grand intérêt, mais elle comporte un sens symbolique évident qui a pour fonction de célébrer ce lieu hautement sacré. Il pourrait s’agir d’un indice de hiérarchisation des premières cités soumises à l’Islam, voire une illustration de l’islamisation de certains territoires du Maghreb. Si l’islamisation des espaces habités impliquait, dans bien des cas, un vaste mouvement d’urbanisation et de concentration des activités économiques et commerciales, les qurā de Bougie - Qal ͑a des Banū Ḥammād devaient être certainement bien ravitaillées si l’on en croit les quelques témoignages sur les marchés mentionnés dans le texte d’al-Idrīsī. Sūq al-aḥad (« Marché du dimanche »), Sūq al-iṯnayn (« Marché du lundi ») et Sūq al-ẖamīs (« Marché du jeudi ») ont dû constituer des centres commerciaux plutôt actifs et pourvoyeurs de denrées agricoles cultivées dans la zone. Sur ce point, indiquons qu’il y a un indice supplémentaire prouvant l’importance de ces marchés dans deux notices en relation avec la présence des Arabes. Ces derniers y sont en effet signalés comme prédateurs et malfaiteurs parce qu’ils avaient, eux aussi, besoin de s’approvisionner en produits agricoles, mais, cela dit, au moyen du pillage et de l’extorsion.

Bilan provisoire et perspectives de recherche

  • 69 Bazzana, Cressier et Guichard, 1988, ainsi que Guichard, 1990, pp. 178-184, sur certains aspects sp (...)

19Les problèmes de l’étude des fortifications et de l’habitat rural au Maghreb central médiéval sont sensiblement similaires à ceux rencontrés dans d’autres formations sociales de l’Occident islamique. Selon nous, l’un des cas les plus typiques est celui d’al-Andalus et, plus particulièrement, le Šarq al-Andalus qui a été bien étudié par A. Bazzana, P. Cressier et P. Guichard dans leur ouvrage sur les ḥuṣūn et les châteaux ruraux69. Il n’est pas question ici de reprendre la méthodologie utilisée par ces trois auteurs, mais plutôt de nous en inspirer, avec toutes les précautions d’usage, afin de proposer certaines explications et hypothèses de travail pour la zone de Bougie - Qal ͑a des Banū Ḥammād.

  • 70 Chaker, 1981 et Peyras, 1995.
  • 71 Voir un exemple de réflexion réalisé en histoire sociale dans Guichard, 1990, pp. 184-188.
  • 72 Sur ce sujet, voir Guichard, 1998, pp. 310-313.
  • 73 Bazzana, Cressier et Guichard, 1988, pp. 114-118.

20Pour cela, nous voudrions mettre l’accent sur les ambiguïtés du vocabulaire utilisé pour identifier la fortification en relation avec la question des contacts de civilisations qui ont eu lieu. Par exemple, il est impossible de nier l’empreinte byzantine dans la construction de certains forts au Maghreb central. Dès lors, la question de la succession des civilisations se fait jour dans un cas comme celui de Tāzakkā, qui signifie « maison » en berbère et qui pourrait bien correspondre à un habitat fortifié d’après les études consultées70. Mais, dans le Maghreb central comme ailleurs en Islam, il est important d’étudier avec précision les chroniques, les annales et les textes géographiques dont on peut tirer de nombreuses informations qu’il faudrait comparer avec les réalités archéologiques. Il serait donc fondamental de mettre en place une véritable « alliance des textes et du terrain » afin de parvenir à des résultats en accord avec la réalité historique du lieu71. Dans notre étude, il existe un autre élément de poids qu’il faut considérer comme central dans la mesure où il représente le paradigme de l’organisation sociale sur laquelle se base une grande partie des relations de pouvoir et de dépendance. Nous voulons parler de l’existence des communautés rurales perceptibles, par exemple, dans le texte d’al-Idrīsī. Dans l’Occident musulman médiéval, nous savons que le pouvoir des autorités locales en milieu rural n’était pas limité au contrôle exercé sur elles à travers l’institution de l’État. Ce contrôle était également effectué par des organisations communautaires plus ou moins fortes et influentes selon les espaces socio-géographiques. Il est bien connu que l’historiographie moderne a passé sous silence son importance et sa vitalité, sauf pour signaler la présence de structures tribales dans une grande partie du Maghreb médiéval72. Pour le cas de la zone de Bougie - Qal ͑a des Banū Ḥammād, il semble que les communautés rurales vivaient en étroite relation avec un habitat fortifié, qui doit être considéré comme un centre possédant ses propres institutions : marchés, demeures, etc. Peut-on dire alors que ce centre fortifié serait semblable à une structure de type enceinte-refuge ? Selon la typologie établie par A. Bazzana, P. Cressier et P. Guichard, l’enceinte-refuge serait, d’une part, un élément castral isolé des zones d’habitat, dénué de toute construction intérieure, disposant de citernes et parfois de réserves alimentaires ; d’autre part, il y aurait eu d’autres sites avec la fonction principale de refuge, qui pouvaient être associés à un habitat permanent, ouvert ou fermé73. Que pouvons-nous tirer de ces deux modèles explicatifs ? Il est possible de rencontrer de tels types d’habitat si l’on s’arrête, par exemple, sur les sites de Sūq al-ẖamīs (« Marché du jeudi ») et Sūq al-iṯnayn (« Marché du lundi ») qui ont eu à faire face aux déprédations des Arabes. Le texte d’al-Idrīsī ne dit rien sur une possible relation maintenue entre le pouvoir central et les communautés rurales sauf, peut-être, lorsqu’il évoque la présence de garnisons. Mais, qui sont ceux qui forment ces groupes de riǧāl (« hommes ») armés au sein des aǧnād (« troupes ») ? D’où viennent-ils ? Et par qui sont-ils payés ? On peut alors imaginer, avec prudence, que ces milices locales avaient un rapport direct avec l’État, sans l’intervention de pouvoirs intermédiaires. Outre les problèmes d’interprétation historique, reconnaissons que l’une des questions centrales concerne l’étude des vocabulaires arabe et berbère.

  • 74 Voir Benhima, 2000, pp. 98-100, pour le Maroc médiéval.
  • 75 Rachet, 1970, pp. 29-53 sur les tribus berbères au début de l’époque impériale, et Lemche, 1990, pp (...)
  • 76 Février, 1973, pp. 159-161.

21Il faut néanmoins prendre garde aux limites et aux risques qu’entraîne tout travail de terminologie. Il est nécessaire de ne pas se contenter des termes fournis par la documentation écrite en arabe car cela mettrait en marge l’élément essentiel de la civilisation du Maghreb central, à savoir la langue et la culture berbères. Il est bien connu que le vocabulaire arabe médiéval est employé dans le cadre d’une littérature savante, et il est souvent le fruit d’une transposition de mots berbères en une langue non vernaculaire. L’analyse de la terminologie aussi spécialisée que celle relative à l’habitat, fortifié ou pas, et aux modes de peuplement doit tenir compte des facteurs autochtones afin de mieux cerner les différents contours de telle ou telle situation, car les vocables arabes seuls ne seraient pas aptes à restituer toutes les connotations consignées dans les appellations d’origine74. À tout cela s’ajoute la question de l’élément tribal. Ne serait-il pas possible de parler, dans certains cas, de sites fortifiés et peuplés par des tribus spécifiques qui auraient eu un certain monopole de l’utilisation des terroirs puis de la distribution des récoltes vers d’autres aires avoisinantes ? Cette hypothèse est posée à partir de l’exemple de la zone de Sūq al-iṯnayn qui possédait un fort (ḥiṣn) et qui était défendue par ses habitants et des « hommes armés » (riǧāl yaḥrisūnahu), sans doute, la grande majorité d’origine berbère. Toutefois, cette dernière réflexion devrait être reprise dans une recherche plus vaste qui se pencherait, entre autres questions, sur les aspects suivants : l’organisation tribale de la région étudiée avant et après l’époque islamique, la distribution géographique des tribus berbères, l’impact de l’arabisation au sein des communautés rurales, les modes d’occupation des espaces agraires, etc.75. Sur ces derniers points, indiquons que l’étude des implantations des tribus berbères sur le littoral méditerranéen et vers l’intérieur des terres, nous oblige à nous arrêter sur la situation existante tout au long de l’Antiquité tardive. Paul-Albert Février a déjà signalé, à juste titre, les différences notables qu’il y avait entre les gens du Maghreb central, communautés indigènes de la côte, et celles installées dans l’intérieur des terres, principalement dans la vallée de l’Oued Soummam. Ces différences reposaient, entre autres aspects essentiels, sur l’existence de gentes (confédérations tribales) établies dans des sites côtiers relativement bien urbanisés et des tribus de l’intérieur vivant surtout au sein des structures sociopolitiques très proches de communautés rurales76.

  • 77 Capot-Rey, 1956, pp. 139-143 et Échallier, 1973, pp. 293-296.
  • 78 Moussaoui, 2002, pp. 7-29 et Bellil, 2000, pp. 15-19

22Hélas, la connaissance actuelle des divers vocabulaires et de leur compréhension est encore lacunaire, et elle est en général le fruit d’enquêtes sur terrain et d’études linguistiques relativement anciennes, datant pour la plupart de la période coloniale. Pour le Maghreb central, on se permettra de rappeler à titre comparatif que plusieurs travaux ont été publiés sur les différents types d’habitat en région saharienne, qui constituent de véritables agglomérations fortifiées de tradition berbère, désignés sous le nom générique de qṣūr (sing. qṣar)77. Parmi les exemples les plus connus, on citera le réseau de qṣūr de Kenadsa et de Timimoun, situés dans deux ensembles géographiques complexes, à savoir la Saoura et le Gourara78.

  • 79 Cressier, 1995, pp. 163-168 pour le Maroc médiéval.

23Les sources écrites, médiévales ou modernes, sont malgré tout insuffisantes quant au volume d’informations qu’elles pourraient offrir sur les problématiques de la fortification et du peuplement dans le Maghreb central du iie/viiie siècle à la fin du vie/xiie siècle. Quelle solution face au mutisme relatif des textes ? Le recours à l’archéologie est de toute évidence le moyen, voire l’outil indispensable, qui serait susceptible de pallier l’absence des données textuelles. Inscrire l’examen des habitats fortifiés et des modes de peuplement dans l’espace d’une recherche historique n’exclut en rien l’intérêt de l’archéologie. Bien au contraire, un tel instrument pourrait remédier aux lacunes textuelles pour ce qui est des questions techniques et morphologiques79. Une fois l’objet de notre recherche défini, la méthode archéologique est appelée à rendre des services essentiels pour la compréhension des formes de fonctionnement des zones fortifiées, des influences mutuelles entre les diverses situations économiques des communautés rurales et le contexte historique, d’une part, et la variété morphologique des lieux, leurs créations sur des territoires précis et leurs localisations dans les tissus de peuplement, d’autre part.

Haut de page

Bibliographie

Amara, Allaoua (2001), « La Qal ͑a des Banī Ḥammād : l’histoire d’un déclin », Archéologie islamique, 11, pp. 91-110.

Al-Bādisī,  ͑Abd al-Ḥaqq b. Ismā ͑īl, Al-Maqṣad al-šarīf wa-l-manza ͑ al-laṭīf fī l-ta ͑rīf bi-ṣulaḥā’ al-Rīf, Sa ͑īd A ͑ rāb(éd.), Rabat, 1993.

Al-Bakrī, Abū  ͑Ubayd  ͑Abd Allāh, Description de l’Afrique septentrionale, William Mac Guckin de Slane (éd. et trad.), Alger, 1911-1913.

Al-Bayḏaq, Abū Bakr, Ta’rīẖ al-Muwaḥḥidīn li-Abī Bakr b.  ͑Alī al-ḥanhāǧī al-mukannā l-Bayḏaq, dans Documents inédits d’histoire almohade. Fragments manuscrits du « legajo » 1919 du fonds arabe de l’Escorial, Évariste Lévi-Provençal(éd. et trad.), Paris, 1928.

Bazzana, André, Cressier, Patrice et Guichard, Pierre (1988), Châteaux ruraux d’al-Andalus. Histoire et archéologie des ḥuṣūn du Sud-Est de l’Espagne, Madrid.

Bellil, Rachid (2000), Les oasis du Gourara (Sahara algérien), II : Fondation des ksour, Paris – Louvain.

Benhima, Yassir (2000), « L’habitat fortifié au Maroc médiéval. Éléments d’un bilan et perspectives de recherche », Archéologie islamique, 10, pp. 79-102.

Brett, Michael (1995), « The Way of the Nomad », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 58, pp. 251-269.

Capot-Rey, Robert (1956), « Greniers domestiques et greniers fortifiés au Sahara. Le cas du Gourara », Travaux de l’Institut de recherches sahariennes, 14, pp. 139-159.

Chaker, Salem (1981), « Données sur la langue berbère à travers les textes anciens : la Description de l’Afrique septentrionale d’Abou Obeïd el-Bekri », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 31 (1), pp. 31-46.

Chaker, Salem (1983), « La langue berbère à travers l’onomastique médiévale : el-Bekri », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 35 (1), pp. 127-143.

Cheriguen, Foudil (1987), « Barbaros ou Amazigh. Ethnonymes et histoire politique en Afrique du Nord », Mots, 15, pp. 7-22.

Courtois, Christian (1955), Les Vandales et l’Afrique, Paris.

Cressier, Patrice (1995), « La fortification islamique au Maroc : éléments de bibliographie », Archéologie islamique, 5, pp. 163-196.

Dachraoui, Farhat (1981), Le califat fatimide au Maghreb (296-362/909-973). Histoire politique et institutions, Tunis.

Dahmani, Saïd (1995), « Pouvoirs tribaux autochtones dans le Maghrib central aux vie et viie siècles », dans Pol Trousset (dir.), Monuments funéraires. Institutions autochtones. VIe colloque sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord (Pau, octobre 1993118e congrès), Paris, pp. 317-326.

Dallière-Benelhadj, Valérie (1983), « Le château en al-Andalus : un problème de terminologie », dans André Bazzana, Pierre Guichard et Jean-Michel Poisson (éd.), Castrum 1. Habitats fortifiés et organisation de l’espace en Méditerranée médiévale, Lyon, pp. 63-68.

Dozy, Reinhardt P. (1927), Supplément aux dictionnaires arabes (2 vols.), Leyde (2e éd.).

Échallier, Jean-Claude (1973), « Forteresses berbères du Gourara. Problèmes et résultats de fouilles », Lybica, 21, pp. 293-302.

Élisséeff, Nikita (1991), « Manzil », dans Encyclopédie de l’Islam, nouv. éd., Leyde – Paris, t. vi, pp. 440-441.

Février, Paul-Albert (1973), « L’art funéraire et les images des chefs indigènes dans la Kabylie antique », dans Actes du premier congrès d’étude des cultures méditerranéennes d’influence arabo-berbère (Malte, 1972), Alger, pp. 152-169.

Golvin, Lucien (2000), « Hammadides », dans Encyclopédie berbère, Aix-en-Provence, vol. 22, pp. 3334-3345.

Guichard, Pierre (1990), « “Depuis Valence et en allant vers l’Ouest…” Bilan et proposition pour une équipe », Mélanges de la Casa de Velázquez. Antiquité-Moyen Âge, 26 (1), pp. 163-194.

Guichard, Pierre (1998), « Château tribal, château féodal : la Méditerranée occidentale entre deux mondes », dans Miquel Barceló et Pierre Toubert (dir.), « L’incastellamento ». Actas de las reuniones de Girona (26-27 de noviembre de 1992) y de Roma (5-7 de mayo de 1994), Rome, pp. 307-316.

Halm, Heinz (1984), « Der Mann auf dem Esel : Der Aufstand des Abū Yazīd gegen die Fāṭimiden nach einen Augenzeugenbericht », Die Welt des Orients, 15, pp. 144-209.

Ibn Abī Zar ͑ al-Fāsī, Abū l-Ḥasan  ͑Alī Ibn  ͑Abd Allāh, Al-Anīs al-muṭrib bi-rawḍ al-qirṭās fī aẖbār mulūk al-Maġrib wa-ta’rīẖ madīnat Fās,  ͑Abd al-Wahhāb Ibn Manṣūr (éd.), Rabat, 1973.

Ibn al-Aṯīr,  ͑Izz al-Dīn, Al-Kāmil fī l-ta’rīẖ (13 vol.), Beyrouth, 1965.

Ibn Ḥammād, Abū  ͑Abd Allāh, Aẖbār mulūk Banī  ͑Ubayd (« Histoire des rois  ͑obaïdides : les califes fatimides »), Madeleine Vonderheyden (éd. et trad.), Alger – Paris, 1927.

Ibn al-H̱aṭīb, Lisān al-Dīn (1910), « Kitāb a ͑māl al-a ͑lām », H. H. AbdulWahab(éd.), dans Centenario della nascita de Michele Amari (2 vol.), Palerme, vol. 2, pp. 427-494.

Ibn  ͑Iḏārī al-Marrākušī, Abū l- ͑Abbās, Al-Bayān al-muġrib fī iẖtiṣār aẖbār mulūk al-Andalus wa-l-Maġrib (2 vol.), Évariste Lévi-Provençalet Georges S. Colin (éd.), Leiden, 1948.

Ibn Manẓūr, Abū l-Faḍl, Lisān al- ͑arab (6 vol.),  ͑Abd Allāh  ͑Alī Al-Kabīr, Muḥammad Aḥmad Ḥasab Allāh et Hāšim Muḥammad Al-Šāḏilī (éd.), Le Caire, 1981.

Idris, Hady Roger (1962), La Berbérie orientale sous les Zīrīdes [xe-xiie siècle] (2 vol.), Paris.

Idrīs b. Al-Ḥasan,  ͑Imād al-Dīn, ͑Uyūn al-aẖbār fī funūn al-āṯār, Muḥammad Al-Ya ͑lāwī (éd.), Ta’rīẖ al-ẖulafā’ al-fāṭimiyyīn bi-l-Maġrib : al-qism al-ẖāṣṣ min « Kitāb  ͑Uyūn al-aẖbār», Beyrouth, 1985.

Al-Idrīsī, Abū  ͑Abd Allāh al-Šarīf, Kitāb nuzhat al-muštāq fī iẖtirāq al-āfāq, fasc. 3 de Opus geographicum, sive « Liber ad eorum delectationem qui terras peragrare studeant » (9 fasc. en 6 vol.), M. T. Petti Suma, Roberto Rubinacci, Giovanni Oman et H. Monès (éd.), Naples – Rome, 1972.

Al-Idrīsī, Muḥammad b. Muḥammad al-Šarīf, Kitāb nuzhat al-muštāq, Maḥamad Hadj-Sadok(éd. et trad.), Le Maġrib au 6e siècle de l’hégire (12e siècle après J.-C.), Alger – Paris, 1983.

Julien, Charles-André (1980), Histoire de l’Afrique du Nord. Tunisie, Algérie, Maroc de la conquête arabe à 1830, Roger Le Tourneau(éd.), Paris.

Kitāb al-istibṣār fī  ͑aǧā’ib al-amṣār, Édmond Fagnan (trad.), L’Afrique septentrionale au xiie siècle de notre ère, Alger – Paris, 1900.

Lagardère, Vincent (2001), « Structures rurales et modes d’exploitation dans les villages (qarya : qurā) d’al-Andalus (xe-xve siècle) », dans Mireille Mousnier et Jacques Pomarède (éd.), La coutume au village dans l’Europe médiévale et moderne. Actes des XXe Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran (septembre 1998), Toulouse, pp. 93-102.

Lemche, Elsebeth et Niels Peter (1990), « Tribal Solidarity. Ideology and Reality Ibn H̱aldūn’s Concept of  ͑Aṣabīya », dans Egon Keck, Svend Søndegaard et Ellen Wulff (éd.), Living Waters. Scandinavian Orientalistic Studies Presented to Frede Løkkegaard on his Seventy-Fifth Birthday, January 27th 1990, Copenhague, pp. 207-235.

Al-Manṣūr Al- ͑Azīzī, Abū  ͑Alī, Sīrat al-ustāḏ Ǧawḏar, Muḥammad Kamīl Ḥusayn et Muḥammad  ͑Abd al-HādīŠa ͑īra(éd.), Le Caire, 1954 ; Marius Canard (trad.), Vie de l’Ustadh Jaudhar (contenant sermons, lettres et rescrits des premiers califes fātimides), écrite par Manr le secrétaire…, Alger, 1957.

Marçais, William (1938), « Comment l’Afrique du Nord a été arabisée », Annales de l’Institut d’Études Orientales d’Alger, 4, pp. 1-21.

Moussaoui, Abderrahmane (2002), Espace et sacré au Sahara. Ksour et oasis du Sud-Ouest algérien, Paris.

Oman, Giovanni (1970), « Al-Idrīsī », dans Encyclopédie de l’Islam, nouv. éd., Leyde-Paris, t. iii, pp. 1058-1061.

Peyras, Jean (1995), « Les Lybiens et les autres : réflexions sur la notion d’“influence” », dans Robert Chenorkian (éd.), L’homme méditerranéen. Mélanges offerts à Gabriel Camps, Professeur émérite de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, pp. 215-230.

Al-Qāi Al-Nu ͑mān, Abū Ḥanīfa b. Muḥammad, Risālat iftitāḥ al-dafiwa wa-ibtidā’ al-dawla, Wadād Al-Qāī (éd.), Beyrouth, 1970.

Rachet, Marguerite (1970), Rome et les Berbères. Un problème militaire d’Auguste à Dioclétien, Bruxelles.

Souidi, Djamel Eddine (1996), Généalogie et pouvoir au Maghreb du iie au viie/viiie au xiiie siècle, Paris.

Al-Tādilī, Abū Ya ͑qūb, Al-Tašawwuf ilā riǧāl al-taṣawwuf wa-aẖbār Abī l- ͑Abbās al-Sabtī, Aḥmad Al-Tawfīq (éd.), Rabat, 1984.

Thébert, Yvon et Biget, Jean-Louis (1990), « L’Afrique du Nord après la disparition de la cité classique : cohérence et ruptures dans l’histoire maghrébine », dans L’Afrique dans l’Occident romain (ier siècle av. J.-C. – ive siècle apr. J.-C.), Rome, pp. 575-602.

Al-Wanšarīsī, Aḥmad b. Yaḥyà, Al-Mi ͑yār al-mu ͑rib wa-l-ǧāmi ͑ al-muġrib  ͑an fatāwī ahl Ifrīqiya wa-l-Andalus wa-l-Maġrib (13 vols.), Muḥammad ḤaǦǦī (éd.), Rabat, 1981-1983.

Haut de page

Notes

1 Julien, 1980, pp. 73-74. Sur les Ḥammādides, voir Golvin, 2000, pp. 3336-3343.

2 Sur la fondation de Bougie, son développement urbain et sa chute devant les troupes almohades, voir le récit d’Ibn Al-Aṯīr, al-Kāmil, t. ix, pp. 46-49(ḏikr binā’ madīnat Biǧāya) et t. xi, pp. 158-160, ainsi que les informations fournies par Al-Bayḏaq, Ta’rīẖ al-Muwaḥḥidīn, texte arabe pp. 113-116 ; trad. pp. 185-192.

3 Voir Brett, 1995, pp. 256-263.

4 Thébert et Biget, 1990, pp. 576-584.

5 Voir Cheriguen, 1987, pp. 7-10.

6 Courtois, 1955, passim, et Dahmani, 1995.

7 Pour en savoir plus sur ce géographe, voir Oman, 1970.

8 Idris, 1962, vol. 2, p. 491, mentionne le toponyme Tāq[k]arbūzt (Takerbouzt) situé à environ 35 km au nord-ouest de Beni Mansour.

9 Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, texte arabe p. 124 ; trad. pp. 116-117, et Al-Bayḏaq, Ta’rīẖ al-Muwaḥḥidīn, texte arabe p. 53 ; trad. p. 82. Voir Idris, 1962, vol. 2, pp. 494-496.

10 Sur l’histoire de la Qal ͑a des Banū Ḥammād, voir Souidi, 1996, pp. 169-211 et Amara, 2001, pp. 91-98.

11 Idris, 1962, vol. 2, pp. 503-504.

12 Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, texte arabe pp. 118-119 ; trad. pp. 110-111, pour l’itinéraire.

13 Voir Al-Idrīsī, Abū͑Abd Allāh, Kitāb nuzhat al-muštāq, pp. 262-263 pour le texte arabe de l’itinéraire.

14 Dans ibid., p. 262, on lit : « wa-l-ṭarīq min madīnat Biǧāya ilā l-Qal ͑a » ; « et la route depuis la ville de Bougie jusqu’à la Qal ͑a ».

15 Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, texte arabe p. 118 ; trad. p. 110, al-maḍīq est traduit par « le col ».

16 Al-Idrīsī, Abū͑Abd Allāh, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 262, le toponyme est transcrit Wādī Raht.

17 Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, texte arabe p. 118 ; trad. p. 110, al-manzil est traduit par « halte ». Nous avons préféré rendre le mot arabe par « relais » qui, selon nous, exprime mieux l’idée d’arrêt dans un lieu établi à cet effet.

18 Al-Idrīsī, Abū͑Abd Allāh, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 262 (texte arabe), on lit :« Ḥiṣn Tāklāt wa-bihi al-manzil wa-ḥiṣn Tāklātḥiṣn manī ͑ wa-huwa ͑alā šaraf muṭill. »

19 Ibid., p. 262, le toponyme est transcrit « Tādrafat ».

20 Ibid., p. 262, on lit « ma ͑a aṣlihā wa-bi-ǧanūbihā ».

21 Ibid., p. 262, on lit « ḥiṣn Wārfū ».

22 Ibid., p. 262, le toponyme est transcrit « Rāfū ».

23 Ibid., p. 262, on lit « fī ǧihat al-ǧanūb »; « du côté sud ».

24 Ibid., p. 262, on lit « qubūr Banī Tarākuš » ; « les tombes des Banū Tarākuš ».

25 Dans Idris, 1962, vol. 2, p. 504 la traduction s’arrête à « relais » et ne mentionne pas cet aspect de l’approvisionnement en eau.

26 Ibid., p. 504 traduit al- ͑Arab par « les Hilaliens ».

27 Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 110, le toponyme est transcrit al-Ṭamāma (texte arabe p. 118). Idris (1962, vol. 2, p. 504), quant à lui, le transcrit al-Ṭamāṭa qui coïncide exactement avec ce que l’on peut lire dans Al-Idrīsī, Abū͑Abd Allāh, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 263 (texte arabe).

28 Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 111, la locution « riǧāl yaḥrisūna[hu] » est traduite par « garnison » (texte arabe p. 119).

29 Al-Idrīsī, Abū͑Abd Allāh, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 263, le toponyme est transcrit Tāfalkāy[a]t.

30 Nous suivons la traduction donnée dans Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 111 qui suggère le mot « fortin » car le texte arabe (p. 119) donne ḥiṣn ṣaġīr, et cela afin de le différencier des autres occurrences simples en ḥiṣn.

31 Cette énumération de quatre ḥuṣūn non identifiés de manière explicite ne laisse d’intriguer l’historien. Dans Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, texte arabe p. 119 ; trad. p. 111, on signale bien quatre forts, alors que Al-Idrīsī, Abū͑Abd Allāh, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 263 (texte arabe) ne mentionne que deux forts dans la séquence suivante : « ṯumma ilā ḥiṣn ilā ḥiṣn ».

32 Il s’agit bien entendu de la Qal ͑a des Banū Ḥammād.

33 Kitāb al-istibṣār, pp. 34-35.

34 Al-Qāḍī al-Nu ͑mān, Risālat iftitāḥ al-da ͑wa, p. 278.

35 Rachet, 1970, pp. 117-118, 128 et 140 ; et Février, 1973, pp. 168-169.

36 Idris, 1962, vol. 2, p. 503.

37 En pleine chaîne des Bibans, il existe un lieu appelé « les portes de fer ». Ce sont les Ottomans qui lui donnèrent les premiers ce nom de damir kapu.

38 Al-Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, texte arabe pp. 82-83 ; trad. pp. 167-168 et Al-Idrīsī, Muḥammad, Kitāb nuzhat al-muštāq, texte arabe p. 125 ; trad. p. 117, on trouve la mention du toponyme Marsā l-Ša ͑rā’, un des deux ports de Jijel au Moyen Âge, à 95 km à l’est de Bougie.

39 Idris, 1962, vol. 2, p. 434, note 239, cite l’existence du toponyme Tarāquš dans la région de Tunis.

40 Chaker, 1983, p. 135. On trouve cet exemple de toponyme en Tāwrīrt dans Ibn Abī Zar ͑, Al-Anīs al-muṭrib, pp. 385, 400 et 410.

41 Bellil, 2000, p. 87.

42 Chaker, 1983, p. 134. Voir Al-Tādilī, Al-Tašawwuf ilā riǧāl al-taṣawwuf, p. 368 dans lequel on peut lire : aṣluhu min Tāwwunt min ͑amal Tilimsān ; « Il était originaire de Tāwwunt, dépendant du district de Tlemcen ». L’éditeur du texte (note 151) mentionne que le mot tāwwuntsignifie « rocher » ou « pierre » : « wa-ma ͑nāhā al-ṣaẖra wa-l-ḥaǧra ».

43 Sur les Bibans à l’époque romaine, voir Rachet, 1970, pp. 15, 190, 217, 223, 227, 229 et 239.

44 Ibn ͑Iḏārī al-Marrākušī, Al-Bayān al-muġrib, vol. 1, p. 218. Notons que ce même hydronyme en al-Wādī l-māliḥ se trouverait à une dizaine de kilomètres de Mahdiyya, en Tunisie, selon Idris, 1962, vol. 1, p. 18 et note 56.

45 Al-Qāḏī al-Nu ͑mān, Risālat iftitāḥ al-da ͑wa, pp. 57-58 et Ibn Ḥammād, Aẖbār mulūk Banī ͑Ubayd, texte arabe p. 31 ; trad. p. 51.

46 Chez Al-Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, texte arabe p. 76 ; trad. p. 155, on trouve la mention du toponyme Tānāqlalat/Tānāǧlalat situé près de Mila, à une étape de Sétif.

47 Cité par Chaker, 1981, p. 42.

48 Peyras, 1995, p. 219.

49 Ibn Al-H̱aṭīb, « Kitāb a ͑māl al-a ͑lām», pp. 434 et 460. Sur le site, voir Dachraoui, 1981, pp. 152, 187, 200-202, 368 et 381.

50 Idris, 1962, vol. 2, p. 504, note 793. Sur ǧabalKiyāna, voir Idrīs b. Al-Ḥasan, ͑Uyūn al-aẖbār, pp. 415, 422-424, 432, 434 et 436. Voir Al-Manṣūr Al- ͑Azīzī, Sīrat al-ustāḏ Ǧawḏar, texte arabe p. 48 ; trad. p. 69 et Al-Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, texte arabe p. 49 ; trad. p. 105, note 2.

51 Les forts de Kiyāna, Šākir et al-Ḥiǧāra sont documentés dans Idrīs b. Al-Ḥasan, ͑Uyūn al-aẖbār, pp. 410, 416-417, 427 et 429-430, et Ibn Ḥammād, Aẖbār mulūk Banī ͑Ubayd, texte arabe p. 32 ; trad. pp. 52-53.

52 Halm, 1984, pp. 150-207.

53 Idrīs B. Al-Ḥasan, ͑Uyūn al-aẖbār, pp. 216-217, 415 et 422-423.

54 Courtois, 1955, pp. 119-121 et Février, 1973, pp. 158-159.

55 Benhima, 2000, pp. 96-99 sur l’habitat fortifié au Maroc médiéval.

56 Ibn Manẓūr, Lisān al- ͑arab, t. ii, p. 902.

57 Dozy, 1927, vol. 1, p. 297.

58 Dallière-Benelhadj, 1983, pp. 63-64.

59 Bazzana, Cressier et Guichard, 1988, p. 73.

60 Benhima, 2000, pp. 97-98 pour le Maroc médiéval.

61 Ibn Manẓūr, Lisān al- ͑arab, t. v, pp. 3645-3650, en particulier p. 3647. Voir Dozy, 1927, vol. 2, pp. 356-357.

62 Bellil, 2000, pp. 114-116 pour le cas du Gourara (Sahara algérien).

63 Élisséeff, 1991.

64 Al-Bādisī,Al-Maqṣad al-šarīf, pp. 93 et 98, signale deux manāzil du nord du Maroc où des awliyā’ (pl. de walī) s’arrêtèrent pour s’adonner à des exercices spirituels au viiie/xive siècle.

65 Ibn Manẓūr, Lisān al- ͑arab, t. vi, pp. 4399-4401, en particulier p. 4400. Voir Dozy, 1927, vol. 2, p. 662.

66 Ce passage a été analysé par Idris, 1962, vol. 2, pp. 519 et 563. Le texte arabe est consigné chez Al-Wanšarīsī, Al-Mi ͑yār al-mu ͑rib, t. x, pp. 102-103.

67 Voir la définition juridico-sociale de la qarya andalousienne, qui ne semble pas trop éloignée de l’exemple maghrébin, dans Lagardère, 2001, pp. 94-95.

68 Marçais, 1938, pp. 11-12 pour l’exemple de Kairouan comme umm al-qurā de son territoire. Voir les définitions données par Ibn Manẓūr, Lisān al- ͑arab, t. v, pp. 3617-3618 pour umm al-qurā et ahl al-qurā.

69 Bazzana, Cressier et Guichard, 1988, ainsi que Guichard, 1990, pp. 178-184, sur certains aspects spécifiques de la démarche archéologique.

70 Chaker, 1981 et Peyras, 1995.

71 Voir un exemple de réflexion réalisé en histoire sociale dans Guichard, 1990, pp. 184-188.

72 Sur ce sujet, voir Guichard, 1998, pp. 310-313.

73 Bazzana, Cressier et Guichard, 1988, pp. 114-118.

74 Voir Benhima, 2000, pp. 98-100, pour le Maroc médiéval.

75 Rachet, 1970, pp. 29-53 sur les tribus berbères au début de l’époque impériale, et Lemche, 1990, pp. 214-218 sur le concept de solidarité tribale (  ͑aṣabiyya) dans le Maghreb médiéval.

76 Février, 1973, pp. 159-161.

77 Capot-Rey, 1956, pp. 139-143 et Échallier, 1973, pp. 293-296.

78 Moussaoui, 2002, pp. 7-29 et Bellil, 2000, pp. 15-19

79 Cressier, 1995, pp. 163-168 pour le Maroc médiéval.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte du Maghreb et toponymes identifiés
Légende 1 : Tāklāt ; 2 : al-Qaṣr ; 3 : Ǧibāl al-Bāb ; 4 : Wādī l-milḥ
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2597/img-1.png
Fichier image/png, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Meouak, « Fortifications, habitats et peuplement entre Bougie et la Qal ͑a des Banū Ḥammād », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-1 | 2006, 173-193.

Référence électronique

Mohamed Meouak, « Fortifications, habitats et peuplement entre Bougie et la Qal ͑a des Banū Ḥammād », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-1 | 2006, mis en ligne le 25 octobre 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/2597

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org