Navigation – Plan du site
Miscellanées

Epopeyas oceánicas…

Le retentissement du vol transatlantique du Plus Ultra dans l’Espagne de Primo de Rivera
«Epopeyas oceánicas…». La repercusión del vuelo transatlántico del Plus Ultra en la España de Primo de Rivera
Epopeyas oceánicas… The Resonance of the Plus Ultra’s Transatlantic flight in the Spain of Primo de Rivera
David Marcilhacy
p. 231-257

Résumés

Réalisé entre janvier et février 1926, le vol transatlantique de l’hydravion Plus Ultra, piloté par Ramón Franco, le frère du futur dictateur, a eu un extraordinaire retentissement, tant en Espagne que dans toute l’Amérique latine. L’enthousiasme considérable qu’a suscité auprès du public cette traversée est certes à mettre au compte de la prouesse sportive. Pourtant, la célébration en Espagne de cet événement en a fait une véritable « épopée océane » exaltant les valeurs nationales et renouant avec les gloires espagnoles passées. À travers la presse, la radio, les manifestations publiques et les discours est apparue une véritable légende autour de l’exploit et de ses auteurs. Dans cette étude, nous nous sommes intéressé à la mythification de l’événement et aux décalages existant entre la légende populaire, la propagande officielle et la récupération à des fins personnelles à laquelle certains ont procédé. À travers ces écarts d’interprétation, manifestes dans les diverses lectures de l’événement que nous offrent Primo de Rivera, le roi Alphonse XIII ou les protagonistes du vol eux-mêmes, se lisent les ruptures qui traversent l’Espagne de la dictature.

Haut de page

Texte intégral

1Les années 1925-1926 correspondent à un repositionnement de la dictature du général Primo de Rivera, tant sur la scène internationale que sur un plan intérieur. Le débarquement des troupes espagnoles dans la baie d’Alhucemas en septembre 1925 ainsi que la mise en place du Directoire civil en décembre traduisent la volonté du régime de reprendre l’initiative. Confronté à une fronde des intellectuels et à une crise de légitimité après trois ans au pouvoir, Primo de Rivera tente de capitaliser sa récente victoire remportée au Maroc en opérant une réorientation de la politique étrangère espagnole vers l’Amérique latine.

  • 1 L’expression est de Blanca de los Ríos, « Epopeyas oceánicas », Raza española, 85-86 (janvier-févri (...)

2Dans ce contexte, le vol transatlantique du Plus Ultra, qui en 1926 effectue pour la première fois la liaison aérienne Espagne-Argentine, apparaît comme un événement de première importance tant en Espagne qu’en Amérique latine. Suscitant aussitôt l’engouement des foules, cette traversée acquiert le statut d’une légende renouant avec le passé national, celui des « épopées océanes1 » qui ont fait la grandeur de l’Espagne. Il convient donc de s’interroger sur la cause d’un tel succès populaire.

3De la part des autorités, l’organisation de ce raid aérien à l’issue incertaine a d’abord un objectif de prestige. Il répond par ailleurs à une ambition aussi bien diplomatique que commerciale, car il permet un rapprochement symbolique avec l’Amérique à un moment où la dictature souhaite sortir de son relatif isolement. Cependant, ce projet obéit surtout à une finalité politique, puisqu’il s’agit de donner un nouveau souffle à l’action gouvernementale en se servant du vol comme d’un levier d’exaltation des valeurs nationales et comme d’un modèle d’action patriotique.

  • 2 Pour le récit du vol et de ses étapes, on se référera en particulier à : Garriga, 1979 ; Leguina et (...)

4C’est précisément cet aspect politique qui sera analysé ici. Les études existantes s’attachent généralement à relater le vol, en retraçant pour cela l’itinéraire suivi par les aviateurs et leur accueil dans les pays traversés lors des différentes étapes2. Aucune ne tente d’analyser les discours qui sont prononcés à l’occasion de cette expédition, ni la déformation engendrée par le recours à la propagande d’État. Pourtant, la dictature a joué à cette occasion une carte majeure et elle a beaucoup misé sur le raid pour retrouver une certaine légitimité. Aucune n’aborde non plus le fait que le Plus Ultra est aussi un mythe de « génération spontanée », qui suscite l’engouement populaire au-delà — et, à bien des égards, indépendamment — de l’orientation que cherche à lui donner le pouvoir. Les deux facettes du mythe sont parfois discordantes et, dans un contexte de crise du patriotisme, ces dissonances révèlent les tensions qui caractérisent l’Espagne de Primo de Rivera.

La naissance d’une légende : le héros espagnol à l’épreuve de l’Atlantique

  • 3 Le projet est reproduit entièrement dans l’ABC du 26 mars 1926, pp. 17-25.

5Le projet de traversée de l’Atlantique est né de l’initiative de deux officiers d’aviation basés à Melilla, Mariano Barberán et Ramón Franco Bahamonde, le frère du célèbre général commandant la Légion, Francisco Franco. Le 22 juillet 1925, ceux-ci présentent au directeur de l’Aéronautique militaire, le général Jorge Soriano, le projet d’un vol Cadix - Buenos Aires intitulé « Proyecto de raid a la Argentina en hidroavión3 ». Après la défection de Barberán, Ramón Franco se retrouve seul commandant de l’expédition et s’entoure de trois militaires connus à Melilla, l’officier d’aviation Julio Ruiz de Alda, le mécanicien Pablo Rada et l’officier de marine Juan Manuel Durán. Le 22 janvier 1926 au matin, le Plus Ultra s’envole (fig. 1).

Fig. 1. — « L’hydravion Dornier Plus Ultra lors de l’étape Melilla-Palos »

Fig. 1. — « L’hydravion Dornier Plus Ultra lors de l’étape Melilla-Palos »

(Franco Bahamonde et Ruiz de Alda Migueleiz, 1926, entre pp. 88 et 89)
[Cliché : Laboratoire photographique de la BNE].

La traversée triomphale de l’Atlantique

  • 4 Le raid a finalement été accompli en sept étapes : 1. Palos - Las Palmas (Canaries) le 22 janvier ; (...)

6Il convient de revenir ici sur l’immense écho dont a bénéficié l’expédition du Plus Ultra tout au long de son itinéraire4. De Palos de la Frontera, d’où les quatre aviateurs décollent le 22 janvier, à Buenos Aires, qu’ils atteignent le 10 février, l’enthousiasme soulevé par « l’épopée » du Plus Ultra va croissant. Si 40 000 personnes sont massées à Palos pour saluer le début de la première étape, c’est une fois l’Atlantique franchi que les foules sont les plus nombreuses pour acclamer les aviateurs. Après une traversée réalisée dans des conditions extrêmes, l’équipage peut savourer son succès. De Recife à Buenos Aires, les quatre aviateurs sont fêtés en véritables héros, avec une succession interminable de manifestations populaires, d’hommages privés et de cérémonies officielles. En Espagne, des panneaux ont été installés sur les places publiques de toutes les capitales de province pour tenir informée la population de l’évolution du raid. Lors de l’arrivée à Recife, c’est un déchaînement de joie : des manifestations sont organisées à la Corogne, El Ferrol, Bilbao, Valence, Las Palmas, etc. L’étape finale donne elle aussi lieu à un débordement d’allégresse qui semble s’emparer de toute la communauté nationale : les cloches de la Giralda de Séville et celles de la cathédrale du Pilar de Saragosse annoncent l’exploit et, dès le lendemain, Madrid organise un grand rassemblement sur la place de Colomb, tandis qu’à Barcelone les étudiants manifestent leur joie.

  • 5 Gutiérrez-Ravé, 1927, p. 3.
  • 6 Franco Bahamonde et Ruiz de Alda Migueleiz, 1926, p. 166.
  • 7 La Nación (Madrid), 22-ii-1926, p. 1.

7Alors que l’expédition touche à sa fin, le mythe qui prend corps autour de l’exploit du Plus Ultra n’en est encore qu’à ses débuts. La conclusion du voyage, loin de diminuer la ferveur collective, ouvre en effet la voie à un battage médiatique et à une effervescence éditoriale qui participent activement à l’entreprise d’exaltation nationale qui accompagne le vol. D’innombrables éditions populaires et ouvrages de vulgarisation scientifique destinés à diffuser la geste du Plus Ultra voient le jour dans les mois qui suivent l’exploit. La maison La Prensa Moderna lance à cette occasion une nouvelle collection populaire retraçant les grands événements nationaux, intitulée « Los grandes sucesos », dont le premier numéro relate l’épopée du Plus Ultra. Citons encore le numéro monographique de la revue Figuras de la Raza, consacré à Ramón Franco et publié par José Gutiérrez-Ravé à l’occasion du premier anniversaire de la traversée5. Ramón Franco lui-même, assisté de Ruiz de Alda, publie peu après son carnet de bord, en mettant l’accent sur les épisodes héroïques de la traversée, notamment le vol effectué au ras des vagues après la rupture d’une hélice à plus d’une centaine de kilomètres de Recife6. Le formidable écho que reçoit l’événement s’observe aussi dans les productions de chansonniers qui s’emparent du thème du Plus Ultra. Parmi elles, le tango « El vuelo del águila », composé par Carlos Gardel, assure au Plus Ultra une grande notoriété. Dans la presse, les caricatures qui traduisent l’irruption de cette aventure dans la vie quotidienne de tous les Espagnols abondent. Citons, par exemple, celle que publie le quotidien madrilène La Nación sous le titre « Un nuevo pantalón7 », où trois personnages se rencontrant dans la rue échangent des remarques vestimentaires qui jouent sur le double sens des mots « franco » et « vuelo » (fig. 2).

Fig. 2. — Caricature « Un nuevo Pantalón »

Fig. 2. — Caricature « Un nuevo Pantalón »

La Nación (Madrid) 22-ii-1926, p. 1 [Cliché : Laboratoire photographique de la BNE].

  • 8 Unión Ibero-Americana, 1 (janvier-février), 1926, p. 1, et España y América, 8, 15-iv-1926, p. 81.

8Un autre élément est révélateur de la légende qui, peu à peu, se met en place dans l’imaginaire collectif : c’est l’abondance de métaphores et de références mythologiques dans les récits et articles consacrés à l’épisode. Au moment du départ du Plus Ultra, la revue de la Real Sociedad Colombina de Huelva, La Rábida, évoque ainsi dans son éditorial la mouette qui se perd au petit matin dans la brume de l’Atlantique, tel un oiseau doré, associant à l’hydravion la double valeur de vaisseau de la science et de la foi. La Unión Ibero-Americana s’incline, elle, devant les « caballeros del aire » et la revue augustinienne España y América s’enflamme pour les « modernos magos del aire8 ». Quand les aviateurs ne sont pas comparés à un nouvel Icare, c’est le parallélisme entre « nautas » et « argonautas » qui est souligné, faisant de l’équipage de nouveaux Argonautes. Le premier numéro de la collection « Los grandes sucesos » précédemment citée reprend la même image, en la complétant d’une référence aux compagnons espagnols du découvreur de l’Amérique :

  • 9 De Palos a Buenos Aires, p. 5.

Españoles son los argonautas que, en alas del Pegaso de acero — dueño de la atmósfera —, van al infinito espacio, como españoles eran aquellos heroicos gigantes que un día acompañaron al inmortal genovés9.

9La création de cette légende populaire autour du Plus Ultra s’accompagne en outre d’une idéalisation des auteurs de l’exploit, et en particulier de deux d’entre eux.

Ramón Franco et Pablo Rada, à la conquête du grand public

10En effet, Franco et Rada concentrent sur eux l’enthousiasme et la sympathie populaires et sont bientôt érigés en héros (fig. 3). Dans l’imaginaire collectif espagnol, ces deux soldats d’Afrique tout à coup sortis de l’anonymat cristallisent, selon des modalités très différentes, les fantasmes d’un peuple accablé par dix-sept ans d’une guerre coloniale cruelle et déçu par le Directoire militaire.

Fig. 3. — Portraits du commandant d’Infanterie Ramón Franco [à gauche]
et du soldat mécanicien Pablo Rada [à droite]

Fig. 3. — Portraits du commandant d’Infanterie Ramón Franco [à gauche]et du soldat mécanicien Pablo Rada [à droite]

(Album gráfico : homenaje a los héroes del « Plus Ultra », Buenos Aires, 1926, pp. 6 et 9)
[Clichés : Laboratoire photographique de la BNE].

11Pablo Rada, le mécanicien, apparaît très tôt comme le héros du peuple. La presse régionale (il est originaire d’un petit village de Navarre) et militante insiste sur ses origines sociales particulièrement humbles ainsi que sur son bref passé ouvrier. Cette figure emblématique sert de synthèse à tous les symboles chers au peuple de l’Espagne périphérique et industrielle, et plus généralement à l’Espagne des petits. Citons à ce titre la lettre ouverte à Pablo Rada, publiée par El Pueblo Navarro :

  • 10 « Carta abierta al mecánico Pablo Rada », El Pueblo Navarro, 2-ii-1926, reproduit dans Salvador Pas (...)

Los nombres del comandante Franco, mago del volante, y del capitán Ruiz de Alda, expertísimo manipulador de sensibles aparatos, y sus figuras — como corresponden a estos nuevos caballeros de un ideal — adquieren merecidos prestigios de taumaturgo. A su indiscutible autoridad científica unen la jerarquía militar, que les coloca por encima de ti, simple soldado raso, hijo del pueblo, que no tienes ningún título nobiliario, ningún diploma académico, ningún apellido ilustre, y en lugar de un rutilante uniforme usas el humilde traje azul de obrero y llevas las manos tiznadas de grasa en vez de sentir en ellas la tupida caricia de unos guantes de piel. Pero esto debe constituir precisamente tu mayor orgullo, porque la modestia es el mejor florón de la corona de los héroes10.

  • 11 On retrouvera logiquement dans le premier cas l’organe du régime La Nación, et dans le second des j (...)

12Rada est ainsi transformé en héros anonyme, porte-parole des sans voix et des ouvriers, soldat sans grade dont l’aura est pourtant à la hauteur de celle des capitaines Franco et Ruiz de Alda. Coqueluche des femmes, Rada n’est pas seulement célébré pour sa jeunesse ou ses racines populaires, il l’est aussi pour ses orientations politiques. Car les journaux ne manquent pas de relever, les uns discrètement et pour le regretter, les autres avec admiration, le passé politique de ce jeune anarchiste qui a participé activement à une grève dans la manufacture qui l’employait, avant d’être licencié et de rejoindre l’armée11. Les hommages qui sont organisés en son honneur consacrent cette dimension de héros du peuple. Le constructeur automobile Ford, symbole du paternalisme ouvrier, lui offre une Lincoln, tandis qu’à son retour les ouvriers de Huelva lui remettent un marteau en or qui représente le travail des usines.

  • 12 Le président de la conservatrice Asociación Patriótica Española regrette les déclarations intempest (...)

13Ramón Franco, de son côté, s’attire très vite la sympathie des foules. Contrairement à un Rada plus taciturne, Franco se découvre un charisme qu’il met à profit pour construire son image et sa notoriété. Grisé par l’accueil triomphal qu’on lui réserve lors de la traversée et par la ferveur populaire qui l’accompagne jusqu’en Espagne, le capitaine redouble même de forfanterie et de morgue à l’égard du régime. Volontiers hâbleur, il joint le franc-parler à la fougue et à la témérité, ce qui lui vaut un grand succès en Amérique latine, où les émigrants espagnols ne sont pas tous favorables à la dictature en place en Espagne. C’est ainsi que Franco fait à la presse locale plusieurs déclarations désobligeantes pour le pouvoir dictatorial, s’attirant dès lors la rancune tenace du général Primo de Rivera12. À ces indélicatesses s’ajoutent plusieurs actes de désobéissance de la part de Franco. Contre l’avis du gouvernement, il décide par exemple, au dernier moment, de s’arrêter à Montevideo avant de rejoindre Buenos Aires. Tandis que Franco a déclaré à ses hôtes son intention de regagner l’Espagne via l’Amérique latine, en traversant les Andes, puis en remontant la côte Pacifique jusqu’à la mer des Caraïbes, le Directoire met brutalement fin à l’expédition le 21 février, prenant de court toute la presse nationale et étrangère. La violente controverse déclenchée par le désaccord entre Primo de Rivera et Franco conduit ce dernier à susciter en Argentine des manifestations publiques contre la décision du dictateur et prend de ce fait une tournure très politique. En Espagne, ces différends entre Primo de Rivera et le commandant de l’expédition sont notoires et provoquent les railleries de la population, qui reconnaît en Ramón bien plus qu’en Primo de Rivera le caractère héroïque espagnol. Faut-il y voir en germe un possible culte de l’officier, à la fois héroïque et proche du peuple, et susceptible de faire de l’ombre au Directoire ? Même infondée, telle a certainement été la crainte du régime, qui demeure très vigilant. Une chose est sûre, une partie de l’opinion publique a peut-être espéré tirer profit du charisme de Franco pour abattre un régime honni. On retrouve l’écho de ces conjectures dans un virulent article publié à Buenos Aires :

  • 13 « Celos de cuartel y celos políticos son los que frustran el vuelo de Franco », Crítica, 26-ii-1926 (...)

Primo de Rivera, suspicaz y miedoso como todos los tiranos, teme que Franco llegue a España convertido en un héroe de proporciones políticas. Cegado por ese temor, Primo de Rivera le niega a Franco la autorización necesaria para proseguir su vuelo. Si el solo raid Palos de Moguer-Buenos Aires ha hecho de Franco la primera figura española, el vuelo a lo largo del Pacífico y por Cuba y las Azores […], transformaría al aviador gallego en un semidios. Los militares adueñados del poder en España temen que a Franco, lleno de gloria, se le antojara ser jefe de Gobierno. En un ambiente político de inmoralidad y de codicia, esas sospechas indignas medran fácilmente13.

  • 14 ABC, 16-vi-1926, p. 14.

14Le fait est qu’en Espagne, les hommages réservés aux nouveaux héros prennent la forme d’une consécration nationale. Les villes natales des aviateurs, El Ferrol, Jerez, Caparroso et Estella, célèbrent chacune leur enfant. Les souscriptions patriotiques en l’honneur de Rada ou de l’ensemble des aviateurs se multiplient et celle lancée à l’échelle nationale par le Marquis de Viana comptabilise déjà plus d’un million de pesetas en juin 192614 !

Les « nouveaux Colomb »

15C’est par cette expression que la revue España y América salue les aviateurs dans son numéro du 15 avril 1926. Il faut dire que, dès l’origine, le ton est donné par la proposition du président de la Sociedad Colombina, José Marchena Colombo, de choisir Palos, en souvenir de l’appareillage des caravelles de 1492, comme point de départ du vol au lieu de Cadix prévue initialement. L’itinéraire suivi par le Plus Ultra reprend d’ailleurs dans sa première étape celui suivi par les trois caravelles (fig. 4), et la mise en scène à laquelle celle-ci donne lieu confirme le lien que l’on souhaite établir avec l’illustre prédécesseur : le 22 janvier, une messe est organisée pour les aviateurs dans l’église de San Jorge, où se trouve l’image mariale devant laquelle Colomb a prié à l’aube du grand départ. Aux îles Canaries, Franco et ses compagnons assistent à un Te Deum dans le Sanctuaire de San Antonio Abad, où ont communié plus de quatre siècles auparavant les futurs découvreurs. Franco sait bien jouer de cette dimension symbolique conférant au raid une valeur presque sacrée, puisqu’il survole avec son hydravion les monuments à Colomb au départ de Palos et à l’arrivée à Buenos Aires, plaçant de la sorte son expédition dans le sillage de la Santa María. Il n’est dès lors pas étonnant de retrouver dans la presse et autres publications toutes les métaphores colombines situant l’aventure des quatre aviateurs dans la lignée des « épopées océanes » qui ont fait l’histoire de l’Espagne.

Fig. 4. — Couverture de l’ouvrage de España et Tomás, 1926, t. i

Fig. 4. — Couverture de l’ouvrage de España et Tomás, 1926, t. i

[Cliché : Laboratoire photographique de la BNE]

16Qu’il s’agisse de Colomb, des frères Pinzón, des conquistadors ou des pilotes du Plus Ultra, la traversée de l’Atlantique devient un rite d’initiation du héros. Grâce au parallèle établi avec la geste des illustres navigateurs du xvie siècle, les milieux conservateurs cherchent à présenter les vertus des aviateurs comme l’essence du caractère espagnol, fait d’idéalisme, d’héroïsme et de noblesse. La directrice de Raza española, Blanca de los Ríos, fait ainsi des quatre aviateurs les archétypes du héros espagnol, interprétant leur exploit comme un concentré de tous les mythes nationaux :

  • 15 Blanca de los Ríos, « Epopeyas oceánicas », Raza española, 85-86 (janvier-février), 1926, p. 13.

La proeza de Franco y sus compañeros ha sido la más viviente plastificación de nuestras epopeyas del pasado, la más rotunda afirmación de nuestro presente y nuestro más resuelto avance al porvenir. Estos bravos dominadores del aire, que al cernerse sobre las nubes y sobre el Océano, despreciando la muerte, llevan un ¡ viva España ! en los labios y un ¡ Madre España ! en el corazón, son los hermanos del Cid y de Don Quijote, los forjadores de la Patria, los caballeros de la Quimera ; delante de su avión, como ante el caballo del Cid, se va ensanchando, no Castilla, España ; se va unificando la España Mayor al recobrar la conciencia de su unidad, de su identidad en la hidalguía, en el ensueño y en la intrépida bravura15.

17Colomb, les conquistadors, le Cid, Don Quichotte, la Castille matrice de la « España Mayor », tous les mythes nationaux sont évoqués, de même que la référence obligée aux valeurs de « hidalguía, unidad, forja de la Patria ».

18Pourquoi ces références aux démiurges du passé colonial espagnol et ce besoin d’héroïsme comme ciment de la nation ? Il importe pour le comprendre de se resituer dans le contexte politique des années 1920, alors que la communauté nationale semble fragilisée et que l’élite politique cherche à reprendre la main pour assurer sa légitimité.

Quand l’Espagne fête ses héros : l’exploitation de l’événement par la propagande

19L’année 1925 correspond à une période de tensions politiques croissantes en Espagne. Si le front social est apaisé, la contestation de la part des intellectuels sape les fondements du régime et menace sa pérennité. En 1926, sur fond de vive polémique fiscale, Primo de Rivera tente de reprendre l’initiative.

À la recherche d’un nouveau souffle

20À ce titre, le raid du Plus Ultraconstitue une réelle opportunité : le pouvoir déploie à cette occasion une propagande exceptionnelle et l’utilise comme un instrument d’exaltation nationale. Cependant, les manifestations d’enthousiasme populaire et le succès médiatique qu’a entraînés l’expédition relèvent également d’un mouvement de sympathie naturel de l’opinion publique. Aussi, récupérant cette spontanéité populaire, le pouvoir reprend-il à son compte l’émotion suscitée, quitte à trahir le contenu des aspirations qui s’y font jour.

  • 16 On retrouvera une description détaillée de l’événement dans l’édition du 12-ii-1926 des journaux La (...)

21Cette politique de communication marque l’entrée de l’Espagne dans une ère politique où l’on mise sur les masses, stratégie dont l’Italie fasciste constitue alors le modèle. Les concentrations de foules sont l’une des modalités les plus efficaces de cette campagne de propagande, car elles instituent une sorte de communion nationale autour d’un événement sacralisé. Ainsi, la municipalité de Madrid organise le 11 février une grande manifestation patriotique sur la place de Colomb pour fêter l’arrivée des aviateurs à Buenos Aires. La démesure de l’événement mérite d’être rapidement évoquée16. Avec ses balcons ornés de drapeaux espagnols et argentins, ses tramways aux couleurs nationales, ses commerces fermés, la ville a l’allure d’un jour de fête nationale. La tribune d’honneur, qui réunit la municipalité, la hiérarchie militaire, l’évêque de Madrid-Alcalá, ainsi que l’ensemble du corps diplomatique américain, voit défiler les délégations de toutes les forces vives de la capitale venues rendre hommage aux aviateurs et au gouvernement, comme l’affirme l’enseigne du peloton d’explorateurs :

Los Exploradores madrileños felicitan a la Patria, al Rey
y al Gobierno por la proeza legendaria de los aviadores españoles.

  • 17 Tract reproduit dans La Nación (Madrid), 9-ii-1926, p. 2.

22La cérémonie est accompagnée d’exercices aériens au-dessus de la Castellana (fig. 5) : les aviateurs volent en rase-mottes au-dessus d’une foule en liesse, lâchant des tracts emphatiques qui soulignent la portée symbolique de la manifestation17. Au-delà du message de fraternité hispano-américaine que porte le Plus Ultra, ces tracts font du raid l’expression d’une nation renouant avec les épopées glorieuses de son passé. Dans son discours, le maire, le comte de Vallellano, proclame que les aviateurs perpétuent les idéaux de la « Raza » et sillonnent les airs sur leurs chevaux d’acier comme jadis les conquistadors sur leurs montures.

Fig. 5. — Couverture de l’Unión Ibero-Americana, 1 (janvier-février), 1926

Fig. 5. — Couverture de l’Unión Ibero-Americana, 1 (janvier-février), 1926

[Cliché : Laboratoire photographique de l’AECI].

  • 18 « El Vuelo Palos-Buenos Aires », Ondas, 36, 21-ii-1926, pp. 25-26.

23La propagande recourt parallèlement à des supports de diffusion nouveaux, jouant sur la fascination qu’ils exercent sur le public. La radio, média de masse naissant, constitue, comme les organes de presse écrite, un relais indispensable et décisif tout au long du raid. La station de Unión Radio, en communication permanente avec le navire Blas de Lezo qui accompagne le Plus Ultra, couvre ainsi chacune des étapes. Plusieurs émissions spéciales sont consacrées à la traversée, comme la soirée couronnant la réussite du vol Espagne-Argentine18 ou l’intervention du commandant Herrera sur la portée du vol du Plus Ultrapour l’aéronautique espagnole. La Correspondencia Militar du 27 janvier montre bien la fonction d’exutoire collectif que remplit la radio à cette occasion :

Por ella, hora por hora, y minuto por minuto, va siguiendo el mundo entero el raudo vuelo del « hidro ».[…]Por la T.S.H., el « hidro » no está sólo, va relatando sus impresiones ; todos los pueblos se enteran de ellas, y mar adentro millares de kilómetros, va recibiendo el grito de júbilo de los pueblos que los alientan en su empresa.

24De son côté, le journal pro-gouvernemental La Nación s’implique fortement dans la campagne officielle. La présence à bord de l’appareil lors de la première étape de Leopoldo Alonso, photographe en titre de l’aviation et « cameraman » chargé de faire un véritable reportage de la traversée, traduit la volonté des autorités de médiatiser le vol par l’image. Dès le 12 avril 1926, soit une semaine après le retour des aviateurs, est inauguré au théâtre de La Zarzuela le film « La llegada de los aviadores a España », premier reportage du genre réalisé par les « Ediciones cinematográficas de La Nación ». Projeté simultanément à Madrid, Séville, Huelva, Oviedo, Logroño, Valence et Saragosse, le film est aussi envoyé outre-Atlantique. Le journal fait la promotion du reportage en ces termes :

  • 19 « Un acontecimiento cinematográfico », La Nación (Madrid), 11-iv-1926, p. 8.

La emocionante entrada del « Buenos Aires » en el puerto de Huelva, la presentación de los aviadores al Rey en el « Cataluña », las ceremonias de la Rábida y de Palos, el sensacional momento de pronunciar el Monarca su importante discurso en el histórico Monasterio, las manifestaciones populares, el acto inolvidable de la inauguración de la Corta de Tablada, las inenarrables fiestas de Sevilla, cuantos episodios de este acontecimiento magno, que pasará a la Historia, puedan interesar a los que no tuvieron la suerte de presenciarlo, y sirvan de recuerdo grato a los que fueron testigos de él, se recogen ordenadamente en esta cinta en la que Franco, Ruiz de Alda, Durán y Rada aparecen recibiendo el homenaje de cariño y admiración de España19.

25Cette publicité préfigure, par sa tonalité et son emphase, le recours systématique à un cinéma de propagande fondé sur les actualités qui caractérisera le « Noticiario Documental » (NoDo) franquiste. En 1926, la pratique en est encore balbutiante, et peut-être par là même plus efficace.

L’Espagne, premier pays à avoir atteint l’Amérique par la mer et par les airs ?

26La propagande autour du vol Plus Ultra a sans doute atteint deux objectifs : faire croire à une large opinion que le raid a été une totale réussite et constitue la première traversée aérienne de l’Atlantique. Les discours des autorités, repris par la presse, passent en effet presque systématiquement sous silence l’escale imprévue à Noronha, qui ternit pourtant la traversée de l’Atlantique. Un exemple de cette mystification patriotique nous est une nouvelle fois donné par le quotidien La Nación, qui n’hésite pas à faire apparaître sur toute la largeur de la une de son édition du 1er février un titre pour le moins ambigu :

España, por las carabelas y el « Plus Ultra », posee la gloria de ser
el primer país que llegó a América por mar y por aire.

27Certes l’Espagne a été la première nation européenne à « découvrir » l’Amérique, mais le Portugal a devancé de près de quatre ans les Espagnols dans la traversée aérienne de l’Atlantique sud. Le lecteur ne découvre qu’ensuite le sous-titre, qui redonne aux choses leur juste dimension, à savoir que le Plus Ultraa « seulement » battu le record du monde de distance et de vitesse sur hydravion. Le discours du maire de Madrid précédemment cité confirme l’altération des faits à laquelle ont participé les autorités :

  • 20 El Debate, 12-ii-1926, p. 1.

En esa efusión del alma española nos queda el orgullo de decir que una vez más fuimos los españoles los primeros que fuimos a la conquista espiritual de América, surcando por vez primera, por el aire, el Atlántico, para dar un abrazo a nuestros hermanos de aquellas repúblicas20.

28L’omission des vols antérieurs portugais ou encore nord-américain, pourtant en présence de leurs ambassadeurs, illustre l’instrumentalisation nationaliste manifeste à laquelle a donné lieu l’événement.

29La politique de propagande chargée de transformer l’enthousiasme populaire en élan patriotique en faveur du régime et d’une vision conservatrice de la nation espagnole est encore plus nette dans les hommages organisés pour le retour des héros.

Les hommages nationaux ou l’instrumentalisation politique de l’exploit du Plus Ultra

30L’arrivée des aviateurs à Buenos Aires prend en Espagne les dimensions d’une véritable fête nationale, mais le pouvoir réserve pour leur retour dans la Péninsule la plus grande mise en scène. À travers les célébrations organisées en leur honneur, les autorités cherchent à récupérer à leur profit l’élan populaire qu’elles suscitent et s’efforcent de faire rentrer dans le rang les jeunes héros.

Des héros sous contrôle

31Les pilotes du Plus Ultra, nous l’avons vu, sont par la légende qui les entoure des symboles ambivalents : militaires au franc-parler, aviateurs anonymes rendus célèbres par le succès, héros du peuple, mais récupérés par l’élite intellectuelle… Si les quatre aviateurs peuvent être un levier efficace pour le renforcement du régime, ils représentent aussi virtuellement une menace pour ce même régime, en particulier les plus populaires d’entre eux, Ramón Franco et Pablo Rada. Confrontées à l’immense écho que le vol du Plus Ultra produit, les deux têtes du pouvoir, Primo de Rivera et Alphonse XIII, entendent maîtriser tous les aspects de l’événement. En ce sens, on peut véritablement parler de héros sous contrôle. Pourtant, l’unité de ces deux autorités n’est que de façade et l’instrumentalisation du retour des héros en Espagne masque en fait des stratégies fort différentes.

  • 21 Segovia Azcárate, 1977, consacre à la session de Huelva un long développement, mais son étude conti (...)
  • 22 Tous les journaux le reproduisent au moins partiellement. On peut se reporter à Maura Gamazo, 1930, (...)

32Malgré leurs écarts de comportement en Amérique, Alphonse XIII a toujours pris soin de témoigner aux aviateurs un soutien sans faille : n’a-t-il pas organisé de façon très médiatique une conversation téléphonique avec Franco à travers le tout nouveau Italcable reliant la péninsule Ibérique à la république du Río de La Plata ? La stratégie adoptée par le roi à l’occasion des hommages nationaux confirme cette apparente proximité entre les officiers et la Couronne. La principale cérémonie nationale est celle organisée à Huelva et à Séville du 5 au 7 avril pour recevoir les aviateurs. À côté du roi et de l’infant Carlos, la totalité des pouvoirs civils, militaires et religieux — à une notable exception près — participe à l’hommage rendu aux « grands hommes de la nation ». Seul le général Primo de Rivera, officiellement indisposé, ne s’y rend pas et réserve pour plus tard sa propre interprétation des honneurs dus aux quatre héros. L’arrivée à Palos, le 5 avril, est grandiose. L’Aéronautique militaire a déployé quelque cent quarante avions et une flotille de sous-marins pour accueillir le croiseur argentin Buenos Aires. Sur la Punta del Sebo a été érigé un gigantesque arc de triomphe qui représente une allégorie de l’aviation — deux ailes encadrant un globe terrestre orné des couleurs nationales et de la devise « Plus Ultra » — surmontant les effigies de Colomb et des frères Pinzón. Le cortège se dirige tout d’abord à l’église de Palos, consacrée à la Vierge de La Rábida. Le programme prévoit ensuite une session commémorative dans le monastère de La Rábida, organisée par la Sociedad Colombina, ainsi que plusieurs cérémonies à Palos, Huelva et Séville21. Le discours que prononce le roi à La Rábida, amplement relayé par l’ensemble de la presse22, est révélateur de la volonté consensuelle du souverain (fig. 6).

Fig. 6 — Alphonse XIII prononçant son discours dans le monastère de Santa María
de La Rábida lors de la cérémonie organisée par la Sociedad Colombina Onubense

Fig. 6 — Alphonse XIII prononçant son discours dans le monastère de Santa Maríade La Rábida lors de la cérémonie organisée par la Sociedad Colombina Onubense

(España et Tomás, 1926, t. ii, entre pp. 384 et 385)
[Cliché : Laboratoire photographique de la BNE]

Huelva, ou la communion nationale retrouvée

33Faisant sien le succès extraordinaire rencontré par les pilotes, le roi tente de présenter l’exploit comme la manifestation de la cohésion nationale. Ainsi, les quatre aviateurs symbolisent la quintessence de l’union de la nation espagnole tendue vers un intérêt collectif supérieur, identifié à la Patrie :

Por encima de las ideas y de las creencias, están los sentimientos humanos ; y uno de éstos es el de la patria. Para hacer algo grande por ella, lo mismo da ser republicano que monárquico.

34Confronté à la montée du sentiment anti-monarchiste et à la désillusion d’une partie croissante de la population face à la déliquescence du régime, le roi cherche à gommer les divisions sociales et idéologiques : unis dans un même élan patriotique, les aviateurs ne viennent-ils pas de remporter une victoire pour l’Espagne ?

35Mais le roi n’en reste pas là et la suite de son discours explicite sa conception de l’idéal patriotique. L’exploit des aviateurs est associé à l’armée et aux valeurs militaires, qui sont censées harmoniser entre elles toutes les composantes du peuple. Ainsi, il identifie les trois gradés à la science et le mécanicien Rada au travail, présentant l’armée comme la « suprême formule sociale ». Alphonse XIII s’arrête alors sur la figure de Pablo Rada, pour célébrer en lui le héros modeste dont l’abnégation est un modèle de conduite patriotique. Le personnage de Pablo Rada est pourtant ambivalent et embarrassant : il n’a pas caché lors de son séjour à Buenos Aires son intention de quitter l’armée ni renié son engagement syndicaliste en faveur des ouvriers espagnols. Cependant, en soulignant la part prise par toutes les classes sociales, et en particulier par les classes laborieuses, dans l’entreprise d’élévation nationale à laquelle participe le Plus Ultra, Alphonse XIII espère conforter l’orientation corporatiste qu’il souhaite donner avec la droite traditionaliste à la société espagnole. Alors que la dictature a réussi à intégrer le parti socialiste et la UGT à son projet social et que le roi vient opportunément de signer un décret instituant la Médaille du Travail, le paternalisme étatique trouve une application politique immédiate : le premier exemplaire de cette décoration est décerné par ordonnance royale du 8 février à Pablo Rada. El Socialista salue en ces termes la reconnaissance par les autorités de la valeur du travail et de la classe ouvrière dans la nation :

  • 23 Cité par Salvador Pascual et Arana Martínez, 2001, p. 149.

Por eso no podemos menos de haber visto con singular agrado la distinción oficial de que ha sido objeto el mecánico Rada, al serle concedida la primera Medalla de Oro del trabajo, no porque nosotros nos paguemos de esas exterioridades, sino porque consideramos que es señal de que el trabajo, mejor dicho, el trabajo manual, comienza a ocupar el sitio que le corresponde en las manifestaciones de la actividad y en las altas esferas sociales23.

36On peut cependant douter que cette tentative d’instrumentalisation de la figure de Rada ait été une réussite totale pour Alphonse XIII, et plus largement pour le pouvoir. L’opinion, en effet, n’est pas dupe de ces manœuvres et Rada observe une attitude réservée lors des actes officiels.

  • 24 Sur la rivalité entre R. Franco et le dictateur, et les déclarations de la femme de Franco, voir (...)
  • 25 Maura Gamazo, 1930, p. 331.
  • 26 Soldevilla, 1927, p. 39, fait état des motifs officiels de l’arrestation de Franco : « Una extralim (...)

37Le cas du général Primo de Rivera est différent, car il se place à la fois en protecteur et en censeur des aviateurs. Soutien actif du projet à ses débuts, il manifeste rapidement sa colère face aux libertés prises par le commandant de l’expédition et oscille par la suite entre une attitude de mépris à son égard et une tentative de récupération de son aura24. Sa rancune envers Franco se transforme bientôt en une franche hostilité, d’ailleurs réciproque, qui oppose deux caractères incompatibles. Ramón Franco est un personnage fougueux, grisé par le succès, orgueilleux, dont les choix politiques sont plus guidés par l’opportunisme que par de réelles convictions comme le prouvent sa relation privilégiée avec le roi et, lorsqu’il ne trouve plus dans le régime l’appui nécessaire à ses projets, son éphémère conversion à la république. Le dictateur, qui a pris ombrage de la brusque célébrité des quatre militaires, attend une occasion propice pour rétablir son ascendant sur l’officier. Il manifeste d’abord sa colère par son absence remarquée lors des hommages nationaux de Huelva et Séville. Franco réplique par un nouvel acte de désobéissance, en refusant de se rendre aux cérémonies organisées à Jerez de la Frontera, ville natale du dictateur. L’inimitié entre le président du Directoire et le héros du Plus Ultraest d’une telle notoriété que, d’après Gabriel Maura, un écrit anonyme circule sous le manteau pour dénoncer l’attitude de défiance insidieuse du gouvernement à l’égard des aviateurs25. Primo de Rivera ne tarde pas longtemps à trouver un prétexte pour punir l’aviateur et se venger. À peine un an après son exploit, Franco est en effet condamné à un an de prison : il a fait d’intempestifs reproches à l’ambassadeur d’Espagne en Argentine pour avoir laissé échapper à l’Espagne le marché du courrier aérien avec cette république. Il faut attendre les protestations mondiales soulevées par cette décision pour que Franco soit libéré le 10 février 1927, jour anniversaire de la traversée26.

Cuatro Vientos, ou la confiscation des honneurs militaires

  • 27 Maura Gamazo, 1930, p. 334.
  • 28 Ibid., pp. 134-137.

38Toutefois, c’est au cours de la cérémonie organisée à l’aérodrome de Cuatro Vientos qu’apparaît le plus clairement la stratégie adoptée par Primo de Rivera pour contrer la popularité de Franco. Après avoir boudé les festivités présidées par le roi, Primo de Rivera se sert de sa propre cérémonie d’hommage pour tenter de mettre au pas le héros. La rencontre se tient le 16 avril 1926 et prend la forme d’une remise de médailles aux quatre militaires. Seule célébration organisée à Madrid pour le retour des héros, elle est naturellement suivie par un immense public. La solennité de la célébration est rehaussée par la présence de toute la famille royale, du gouvernement au complet, de l’ensemble des représentants diplomatiques, des autorités locales et provinciales ainsi que des officiers du navire argentin Buenos Aires. Il s’agit de remettre au commandant de l’expédition la Médaille d’or du Plus Ultra, créée par décret du 3 avril pour « récompenser les grands services rendus à l’Humanité », distinction qui doit montrer que l’exploit du Plus Ultra sert le rayonnement international de l’Espagne. Ruiz de Alda, Durán et Rada doivent, eux, être décorés de la Médaille du Mérite aérien, créée le 10 avril. Cependant, le dictateur trouve dans la victoire remportée au Maroc le prétexte pour récupérer à son profit la fête et se faire décerner à cette occasion la Cruz Laureada de San Fernando, la plus haute distinction militaire espagnole. Or, le brûlot publié par le journal El Sol après la dictature révèlera que cette distinction avait déjà été remise au général par le roi lors d’une cérémonie privée organisée au palais le 10 octobre 1925, soit quelques mois auparavant27. Il semble donc que le dictateur cherche à confisquer les honneurs dus aux aviateurs, et tout particulièrement à Franco, en s’invitant sur le devant de la scène. Dans son édition du 16 avril, La Nación donne ainsi le ton, en centrant l’attention sur le général décoré : « En el acto solemne de hoy. Nuestro homenaje al general Primo de Rivera. » Les notes de presse, qui rapportent les mots élogieux du roi pour Franco au moment de lui remettre la médaille, ainsi que les ovations du public lorsqu’il embrasse Rada, peuvent laisser croire que pour beaucoup le général fait figure d’intrus dans cette cérémonie. Le journal La Época, qui n’a pas relevé dans ses colonnes du 17 avril la décoration du général pour ne parler que des aviateurs, fait d’ailleurs les frais de cette omission. Primo de Rivera sanctionne sévèrement cette « offense » en lui imposant une suspension de publication et une amende de 25 000 pesetas28.

  • 29 ABC, 23-i-1926, p. 8.
  • 30 España et Tomás, 1926, t. i, p. 192.

39La cérémonie de Cuatro Vientos n’a pas pour seul effet de mettre en scène les mérites militaires supposés du dictateur. Elle sert aussi à réinterpréter l’exploit des aviateurs dans un sens favorable au régime. La remise de décorations permet de situer les protagonistes dans une hiérarchie — militaire, en l’occurrence — et réinstitue de cette façon un ordre dont les hautes autorités, qui décernent les récompenses, sont bien les maîtres. De ce fait, elle brise le caractère transcendant du héros en l’inscrivant dans un cadre normé et ritualisé. Le cérémonial, qui revêt un aspect très martial, met l’armée et ses valeurs au cœur de l’événement. La présence, au cours du défilé, de troupes des trois armes contribue à accentuer la tonalité militaire au détriment de toute autre référence. Enfin, l’association des hommages rendus aux aviateurs et au dictateur crée une confusion de nature à établir un lien implicite entre l’exploit du Plus Ultra et la campagne victorieuse d’Alhucemas. Ce rapprochement n’a rien de fortuit car il est depuis longtemps repris en chœur par les milieux proches du pouvoir. Rappelons que les aviateurs sont des vétérans du Maroc et ont participé au débarquement d’Alhucemas : ils représentent donc, en 1926, l’honneur lavé de l’armée espagnole. En présentant le raid comme l’aboutissement de cette campagne entreprise en 1923, l’action du gouvernement se trouve de la sorte doublement couronnée et les lauriers reviennent de droit à son chef. L’allocution diffusée par Siurot le 23 janvier pour le départ du raid explicite déjà ce lien établi entre les deux événements29. Le ministre de la Marine, l’amiral Cornejo, souligne la convergence de ces deux hauts faits, y décelant la réaction espagnole contre l’atonie ambiante30. Dans son numéro du 5 février, jour de l’arrivée à Rio de Janeiro, La Nación va plus loin encore et s’emploie à établir un bilan élogieux de la dictature depuis 1923 :

Los hechos, encadenados, vienen sucediéndose. Pudo la voluntad y la pericia dominar el agudo problema marroquí. Pudo la energía, bien orientada, conjurar y resolver el conflicto social de Barcelona… Ha sido ahora posible, a través de las nubes, llegar a América.

40En définitive, Primo de Rivera fait du Plus Ultraet de ses aviateurs des agents de légitimation de son pouvoir, ainsi que la caution d’un patriotisme conservateur.

Le symbole du Plus Ultra ou l’avènement d’un nouveau patriotisme

41Obsédé par l’idée de régénération nationale, Primo de Rivera, jouant sur le syndrome du pessimisme ambiant, mal national dénoncé par les intellectuels de tous bords depuis le début du siècle, tente de réunir sous une apparente préoccupation commune des courants aussi divers que régénérationnismes progressiste, nationaliste ou même réactionnaire. Ce faisant, le pouvoir, qui fait preuve d’un certain conservatisme, manifeste une réelle ambivalence en se présentant comme le chantre du renouveau face à la dépression morale affectant le corps national. L’objectif politique consiste donc à faire cristalliser dans les consciences collectives cette idée de renouveau en présentant l’expédition comme une manifestation de l’optimisme recouvré par la nation grâce à l’action menée par la dictature depuis 1923. Franco et ses compagnons apparaissent dans un premier temps comme les figures idéales de cette instrumentalisation en tant qu’archétypes du héros espagnol, à la fois militaire, téméraire et solitaire.

Vers un nouvel élan national renouant avec le passé

  • 31 Raza Española, 125-126 (mai-juin), 1929, pp. 5-8.

42Dans un article intitulé « La revelación de España », mettant en parallèle l’exploit du Plus Ultra et celui par lequel le Jesús del Gran Poder rejoint Cuba en mars 1929, Blanca de los Ríos qualifie les aviateurs de « messagers héroïques du magnifique redressement espagnol31 ». Son propos tout comme son énoncé sont une constante de la propagande nationaliste issue des rangs du pouvoir ou des élites conservatrices au cours des années 1920. Dans un pays où le sentiment patriotique d’une partie de la population est meurtri par des années de défaites militaires, les tensions sociales et politiques et un climat d’autodénigrement entretenu par des intellectuels de renom ou par les nationalismes périphériques, le vol du Plus Ultra offre un exutoire à l’orgueil refoulé depuis des années.

  • 32 España et Tomás, 1926, t. i, p. 6.

43C’est dans ce contexte que prend corps autour des années 1925-1926 la campagne soulignant le sursaut des énergies nationales. Les auteurs conservateurs ont tous recours à la métaphore religieuse de la rédemption pour qualifier la résurrection espagnole rendue manifeste par l’exploit du Plus Ultra. Certains évoquent ainsi ces quatre aviateurs qui ont reproduit le miracle de relever de sa tombe le « Lazare espagnol », assimilant le Plus Ultra à une « trompette biblique lançant en l’air ses commandements énergiques de résurrection adressés à l’esprit et à l’âme de la nation32 ». Un article paru dans ABC souligne la traditionnelle apathie qui affecte le corps social pour affirmer que la page est dorénavant tournée et que l’Espagne se prépare un avenir… renouant avec le passé :

  • 33 Álvaro Alcalá Galiano, « Entre España y América », ABC, 10-ii-1926, p. 1.

Así, pues, la importancia trascendental de este raid significa algo más que una hazaña audaz realizada por nuestros héroes : significa el despertar colectivo del alma de un pueblo sintiendo, jubiloso, renacer en sí la capacidad de energía vital que antaño le dio alas para descubrir nuevos continentes y realizar las más inverosímiles aventuras33.

44Car ce thème du redressement national est toujours accompagné d’une exaltation des valeurs hispaniques associées à l’épopée espagnole des xvie et xviie siècles. À ce titre, l’expédition du Plus Ultra semble correspondre tout à fait à ce dessein. Non seulement il suit par les airs la voie maritime inaugurée par Christophe Colomb, mais la dénomination même de l’hydravion est un héritage du passé glorieux espagnol. « Plus Ultra » est en effet la devise de la monarchie hispanique : à travers elle, l’Espagne renoue avec sa tradition impériale et l’âge d’or de la monarchie. Inscrite sur le blason national, elle fonctionne comme un impératif et un antidote à la dépression espagnole : un appel au dépassement, au « Toujours Plus », à la gloire. La brochure de vulgarisation éditée par La Prensa moderna ne dit pas autre chose lorsqu’elle commente en ces termes la réponse donnée par Franco à une question qu’on lui posait sur le nom de l’avion :

  • 34 De Palos a Buenos Aires, p. 9.

45— Plus Ultra. ¿ Nombre o mote ? – preguntaba un periodista –.
Y él mismo[R. Franco]le contestaba :— No lo sabemos, ni nos importa ; nos basta saber que es una afirmación.
Sí, es una afirmación. Estos bravos argonautas españoles van a buscar el rayo refulgente de la gloria para su patria.
¡ Más allá, siempre más allá !…34

46L’exploit du Plus Ultra se trouve de la sorte transformé en impératif patriotique, et le discours nationaliste fait revivre dans le présent la projection universelle des énergies hispaniques du passé. Et, bien entendu, la communauté nationale doit en être redevable à la dictature, qui lui a fait recouvrer la foi en son destin.

47Car finalement, le nationalisme que l’on décèle dans la récupération de cet événement semble répondre à une double vocation : intérieure tout d’abord, puisqu’il s’appuie sur les trois principales institutions représentant les piliers du régime, à savoir l’Armée prise comme synthèse nationale, la Couronne et l’Église ; extérieure, aussi, dans la mesure où la dictature est alors à la recherche d’un nouveau rayonnement international pour l’Espagne.

Entre nationalisme conservateur et avènement d’un patriotisme racial

48Ces trois institutions sont ainsi habilement associées à l’exploit du Plus Ultra. Toutefois, il convient de souligner la concurrence qu’elles ne manquent pas de se faire tout au long de la campagne. Le trône se démarque ainsi nettement du président du Directoire. Si le roi et le dictateur espèrent l’un comme l’autre tirer bénéfice du succès rencontré par les pilotes du Plus Ultra, on a déjà montré que Primo de Rivera tente une mise au pas du commandant de l’expédition, se soldant d’ailleurs par son (bref) emprisonnement, tandis qu’Alphonse XIII joue sur sa proximité avec ces militaires et sur la cohésion nationale enfin retrouvée : n’a-il pas décerné aux trois officiers, pour couronner leur arrivée à Buenos Aires, la « llave de gentileshombres », distinction rare dont seuls quelques généraux peuvent se prévaloir et qui, de facto, les fait entrer dans le cercle des protégés, la si souvent dénoncée « camarilla palaciega » ? En agissant ainsi, le roi entend récupérer pour le trône le courant de sympathie dont sont porteurs les aviateurs, mais aussi le soutien de militaires dont il partage certaines orientations. Car, en réalité, à cette occasion transparaît entre le roi et le dictateur un conflit larvé né de la gestion de la question marocaine. Depuis son accession au pouvoir, Primo de Rivera est soutenu par les officiers de la Péninsule tandis que les africanistes, qui bénéficient de la protection du roi et dont font partie les deux frères Ramón et Francisco Franco, lui sont hostiles. Face à la bienveillance dont témoigne le roi à leur égard, il est donc important pour le général de s’assurer la fidélité de ce secteur de l’armée en se présentant comme le triomphateur du Maroc et en rappelant aux aviateurs leur qualité de subordonnés.

49En s’érigeant en grand représentant de l’armée, Primo de Rivera cherche à faire de ce corps l’épine dorsale de la nation à un niveau symbolique, et du même coup à réduire son influence directe dans les affaires de l’État. Alors que le prétorianisme est allé croissant depuis la Restauration et le coup d’État de septembre 1923, le régime est coincé entre ses contradictions, cherchant à faire émerger une classe de technocrates civils tout en s’appuyant sur l’armée comme source de légitimité. La place dévolue aux valeurs militaires dans l’exaltation du vol du Plus Ultra traduit cette ambiguïté. Placée au cœur des célébrations et des hommages rendus aux aviateurs, l’armée est présentée comme le véritable auteur de l’exploit. Le pouvoir en fait même un modèle d’union, mettant en avant l’harmonieuse participation de la Marine et de l’Aviation lors du raid. Or cette symbiose est plus que factice, puisque la préparation du raid a donné lieu à un bras de fer entre les deux armes, qui prétendaient chacune relever le défi du premier vol transatlantique espagnol. La seule publication du livre du général de la Marine José Cebrián Saura, opportunément intitulé Durán y la marina en el raid Palos Buenos Aires, montre le soin qu’a constamment le ministère de la Marine de ne pas laisser à la seule aviation la gloire du raid. La prose du haut gradé établit un lien direct entre l’épopée des aviateurs et l’époque des plus grandes gloires militaires de la monarchie hispanique.

  • 35 Cebrián Saura, 1929, p. 73.

La raza ha tenido un gesto. Cuatro de sus hijos, que recuerdan aquellos Ejércitos de España que antaño conquistaban laureles y victorias sin fin, han escrito para los anales patrios una página más, una bella página de gloria. La ciencia, la pericia y el valor de estos hijos de España, ha permitido esta proeza, reservada para los héroes, para los intrépidos35.

  • 36 Ibid., p. 128.

50Faisant ressortir les vertus d’expertise et de courage des aviateurs, son discours consacre l’avènement des valeurs militaires d’ordre, d’obéissance, d’effort et d’héroïsme. Ce modèle de patriotisme a une fonction essentielle en termes de politique intérieure, puisqu’il associe subtilement impératif patriotique et défense de l’ordre établi. À travers l’exaltation de la conduite des officiers et aviateurs qui ont réalisé l’exploit, le pouvoir et les intellectuels conservateurs produisent un modèle de conduite pour les Espagnols et cherchent donc à insuffler dans la population les valeurs militaires propres à un régime autoritaire et à une société corporatiste. Dès lors, les héros sont comme dépossédés de toute identité propre pour devenir les simples instruments du pouvoir. Si nous avons vu que la stratégie achoppe dans le cas de Franco, la mort accidentelle du lieutenant Durán lors d’un exercice aérien en juillet 1926 offre aux autorités une ultime occasion de récupération politique : le récit de sa mort tragique, la cérémonie funèbre et l’enterrement de sa dépouille au Panteón de Marinos Ilustres de Cadix occupent ainsi plus de cinquante pages dans l’ouvrage du général Cebrián, et les qualificatifs ne manquent pas pour ce jeune « chevalier de la race, rêvant d’exploits héroïques et émule des grands esprits espagnols36 ! ».

  • 37 La Nación (Madrid), 22-i-1926, p. 3.

51L’Église espagnole, de son côté, ne reste pas passive devant l’exploit du Plus Ultra. Le clergé souhaite retirer son propre avantage du vol du Plus Ultra. Le parallèle établi avec l’entreprise colombine et les références explicites au voyage des découvreurs lui en donnent de multiples occasions, puisque les pilotes se plient à La Rábida, Palos ou aux îles Canaries à une mise en scène dévote qui reproduit les offices auxquels assista en son temps Colomb pour s’attirer la protection divine durant la traversée. Le nonce apostolique lui-même exprime l’intérêt du Pape pour l’épopée, interprétée comme les retrouvailles des frères de religion après un siècle de séparation. Dans sa bénédiction aux aviateurs, il synthétise d’ailleurs tous les mythes nationaux en replaçant l’Espagne dans sa légendaire fidélité catholique : « ¡ Que en ese viaje les asista el espíritu de Colón, la concha peregrina del Apóstol Santiago y la luz radiante de la Virgen del Pilar37 ! »

  • 38 La dimension de projection extérieure est l’objet d’une étude spécifique que nous avons intitulée « (...)

52Si patrie et religion sont intimement liées dans l’Espagne de Primo de Rivera, le vol du Plus Ultra n’est pas seulement en Espagne le support de la réaffirmation d’un nationalisme d’obédience conservatrice : il est aussi le vecteur d’une forme de reconquête spirituelle de l’Amérique par l’avènement d’un patriotisme racial, ciment de la communauté nationale. Les années 1920 correspondent, en effet, au renforcement de l’hispano-américanisme comme doctrine officielle à usage interne. Parallèlement au redéploiement de la politique extérieure espagnole, avec en particulier une offensive culturelle à destination des pays latino-américains, l’incorporation de l’américanisme comme doctrine d’État permet d’offrir un idéal commun susceptible de fédérer la nation. Favorisé notamment par les milieux conservateurs gravitant autour de la Unión Ibero-Americana, l’américanisme est considéré comme un moyen de dépasser les clivages politiques, sociaux, idéologiques ou régionaux. Les deux discours prononcés par le roi lors des cérémonies de Huelva et de Séville les 5 et 7 avril 1926 flattent cette fibre américaniste. C’est dans ce contexte qu’apparaît le concept de « patriotisme racial » ou de « supernationalisme » transfrontalier par lequel le citoyen est appelé à témoigner d’une double fidélité, à son pays d’une part, mais aussi à la « Raza », conçue comme une communauté de tradition, de culture et de religion. Aux yeux des milieux conservateurs, l’épopée aérienne que vient d’accomplir le Plus Ultra à travers l’océan doit constituer dès lors le point de référence de cet idéal collectif qui, remontant à l’ancienne gloire de l’Espagne, doit permettre au corps social de surmonter ses divisions internes par l’évocation de la fraternité et de la communauté hispano-américaines38.

Conclusion

  • 39 Sur ce point, on se référera à Silva, 1981.
  • 40 Il s’en explique dans ses deux ouvrages : Franco Bahamonde, 1929 [?] et 1931.

53Dans un contexte social et politique de crise, le vol du Plus Ultra a constitué un événement suffisamment fédérateur pour réunir autour de lui une nation profondément divisée. Il a aussi donné lieu à la naissance d’une véritable légende autour de ses protagonistes et de l’épopée qu’ils ont vécue. Tout à la fois acteurs de ce mouvement d’exaltation nationale et objets d’une récupération politique, Franco, Ruiz de Alda, Durán et Rada ont laissé derrière eux l’image de héros aux idéaux purs consacrés par le peuple, même si leur trajectoire politique au cours des années 1930 va rompre complètement avec le mythe qu’ils ont créé39. Échouant deux ans après le raid à répéter leur prouesse aéronautique, trois d’entre eux vont s’engager dans la tourmente politique et jouer un rôle de premier plan. Franco, devenu conspirateur contre la monarchie40, s’engage sous la république avec Rada dans un militantisme proche du communisme libertaire et devient un temps député de Esquerra Catalana, avant d’être envoyé à Washington. Ruiz de Alda, l’un des fondateurs de la Phalange, est assassiné en août 1936 quand s’engage la guerre civile. Franco revient alors en Espagne et rallie le camp de son frère Francisco. C’est au cours d’un raid aérien effectué à bord de son hydravion qu’il trouve la mort, en septembre 1938.

54Un des aspects les plus marquants de l’épopée qu’a progressivement constituée le vol du Plus Ultraest qu’il s’agit d’un mythe polymorphe qui, dans une large mesure, a échappé à ses initiateurs. Les manifestations auxquelles il donne lieu, mais aussi la postérité qu’il va connaître, prouvent qu’il transcende aussi bien les clivages politiques et idéologiques que les formes de régimes ou les époques. Car ce qui surprend le plus, lorsque l’on considère aujourd’hui la traversée de l’Atlantique par le Plus Ultra, c’est la longévité historique de cet événement. Son utilisation par le franquisme triomphant consacre la valeur symbolique du « Plus Ultra » — avion et devise — comme ce que l’Espagne peut devenir de mieux, ce dont sont capables les énergies hispaniques. Prenant soin de faire oublier son turbulent frère — « opportunément » décédé à la fin de la guerre civile —, Francisco Franco achève la dépersonnalisation de l’exploit, en gommant tout aspect individuel dans l’hommage qu’il lui rend : il ne s’agit plus comme en 1926 de l’exploit de quatre aviateurs, mais de celui du Plus Ultra, dépouillé de toute identité particulière, reconnu dorénavant comme un symbole de l’Espagne tout entière, ou plutôt de l’Espagne des vainqueurs. À cet égard, le monument commémoratif aux héros du Plus Ultra, grand monolithe surmonté d’un aigle en bronze, conçu en 1943 et inauguré en 1956 devant le quartier général de l’armée de l’Air, fait revivre l’épopée héroïque dans le prolongement de l’Espagne impériale et fonctionne comme un hommage à l’aviation militaire, dont l’aide a été si précieuse à la victoire de l’Espagne nationaliste.

55Mais le mythe du Plus Ultrasemble aujourd’hui une réalité persistante si l’on en juge par l’utilisation que les plus hautes autorités continuent d’en faire. Si le franquisme finissant organise en 1976 la célébration du cinquantième anniversaire du vol du Plus Ultra, les institutions démocratiques actuelles perpétuent cette commémoration, même si la rhétorique est en partie renouvelée. Le soixante-quinzième anniversaire de la traversée est ainsi célébré par l’héritier de la Couronne en personne, le prince des Asturies, lors de la cérémonie organisée le 22 janvier 2001 à Palos de la Frontera. Le discours qu’il y prononce, dans le droit fil de celui de son arrière-grand-père Alphonse XIII, reprend l’inévitable comparaison entre les aviateurs et Colomb et s’emploie à défendre le rôle de la Couronne dans le processus historique espagnol, notamment l’action constante de la monarchie en faveur du progrès et de la modernisation de l’Espagne. Soulignant la double signification de ce vol, il ajoute :

  • 41 Palabras de Su Alteza Real el Príncipe de Asturias en el acto conmemorativo del LXXV Aniversario de (...)

Dentro de unos días una tripulación del 43 Grupo de Fuerzas Aéreas, a bordo de un hidroavión Canadair CL215T, realizará, tramo a tramo, la misma navegación que realizaron los tripulantes del « Plus Ultra » hace hoy 75 años.[…] Sirva este vuelo de conmemoración para recordar que, pese al tiempo que ha transcurrido, el camino del progreso y de la unión fraterna entre las dos orillas del Atlántico se ha mantenido y afianzado. En la época del Airbus y de la Comunidad Iberoamericana de Naciones, podemos celebrar el aniversario del vuelo del Plus Ultra con orgullo y sin nostalgia, y saludar su recuerdo como un testimonio que nos corresponde continuar, ensanchar y hacer más fuerte41.

56Cet extrait souligne combien la rhétorique de l’amitié hispano-américaine reste plus que jamais avide de symboles, parmi lesquels le Plus Ultraconserve une place de choix. Le fait qu’à travers ce type de commémorations se perpétue ainsi un événement relativement mineur et désormais lointain, qui plus est fabriqué par la propagande d’un régime aujourd’hui fortement daté, ne laisse pas d’étonner. Conçu par une monarchie finissante et réinvesti par une monarchie renaissante, le mythe du Plus Ultrasurvit donc à ceux qui l’ont inventé. Le prince Philippe n’appelle-t-il pas, en conclusion de son discours, à pratiquer un exercice de mémoire « sans nostalgie mais avec fierté » ?

Haut de page

Bibliographie

Cebrián Saura, José (1929), Durán y la marina en el raid Palos Buenos Aires, Cadix.

De Palos a Buenos Aires. Los nuevos héroes. Historia, desarrollo y episodios del raid, Madrid, s. d. [1926 ?].

Díaz, Carmen (1981), Mi vida con Ramón Franco contada a José Antonio Silva, Barcelone.

España, Miguel et Tomás, Ricardo (1926), El vuelo España-América : reconquista de los pueblos iberoamericanos hecha por el « Plus Ultra » (2 t.), Valence.

FrancoBahamonde, Ramón (1929 [?]), Águilas y garras, Madrid.

FrancoBahamonde, Ramón (1931), Madrid bajo las bombas, Madrid.

Franco Bahamonde, Ramón et Ruiz de Alda Migueleiz, Julio (1926), De Palos al Plata, Madrid.

Garriga, Ramón (1979), Ramón Franco, el hermano maldito, Barcelone.

Grandes vuelos de la aviación española, Madrid, 1983.

Gutiérrez-Ravé, José (1927), Ramón Franco, numéro monographique de Figuras de la Raza, 14.

Leguina, Joaquín et Núñez, Asunción (2002), Ramón Franco : el hermano olvidado del dictador, Madrid.

Maura Gamazo, Gabriel [Duque de Maura] (1930), España bajo la dictadura. Siete años sin ley, Madrid.

OrtizySan Pelayo, Félix (1926), El « Plus Ultra » en Buenos Aires. « Historia de un cablegrama que no existió », Buenos Aires.

Ruiz de Alda Migueleiz, Julio (1926), El Raid Palos – Buenos Aires. Conferencia leída por …, Madrid.

Salvador Pascual, Enrique et Arana Martínez, Carlos (2001), Pablo Rada, el « Plus Ultra » y Caparroso : en el 75 aniversario del histórico vuelo Palos de Moguer-Buenos Aires (1926-2001), Madrid.

Segovia Azcárate, José María (1977), El vuelo del « Plus Ultra » : bodas de oro con la historia (1926-1976), Huelva.

Silva, José Antonio (1981), « La gloria y la miseria : el mito de Ramón Franco », Historia 16, 61, pp. 43-50.

Soldevilla, Fernando (1927), El año político 1926, Madrid.

Haut de page

Notes

1 L’expression est de Blanca de los Ríos, « Epopeyas oceánicas », Raza española, 85-86 (janvier-février), 1926, p. 11.

2 Pour le récit du vol et de ses étapes, on se référera en particulier à : Garriga, 1979 ; Leguina et Núñez, 2002 ; Segovia Azcárate, 1977 et Grandes vuelos de la aviación española, 1983.

3 Le projet est reproduit entièrement dans l’ABC du 26 mars 1926, pp. 17-25.

4 Le raid a finalement été accompli en sept étapes : 1. Palos - Las Palmas (Canaries) le 22 janvier ; 2. Las Palmas - Porto Praia (Cap-Vert) le 26 ; 3. Porto Praia - Fernando de Noronha le 30 ; 4. Noronha - Recife, le 31 ; 5. Recife - Rio de Janeiro, le 4 février ; 6. Rio - Montevideo, le 9 ; et 7. Montevideo - Buenos Aires, le 10. Les aviateurs sont rentrés le 5 avril en Espagne, à bord du Buenos Aires, navire de guerre argentin.

5 Gutiérrez-Ravé, 1927, p. 3.

6 Franco Bahamonde et Ruiz de Alda Migueleiz, 1926, p. 166.

7 La Nación (Madrid), 22-ii-1926, p. 1.

8 Unión Ibero-Americana, 1 (janvier-février), 1926, p. 1, et España y América, 8, 15-iv-1926, p. 81.

9 De Palos a Buenos Aires, p. 5.

10 « Carta abierta al mecánico Pablo Rada », El Pueblo Navarro, 2-ii-1926, reproduit dans Salvador Pascual et Arana Martínez, 2001, p. 71.

11 On retrouvera logiquement dans le premier cas l’organe du régime La Nación, et dans le second des journaux comme El Pueblo Navarro ou El Socialista. Voir à ce sujet Salvador Pascual et Arana Martínez, 2001.

12 Le président de la conservatrice Asociación Patriótica Española regrette les déclarations intempestives de Franco et « l’ascendant » qu’ont exercé les opposants au régime espagnol sur le commandant : « Lo más sensible es que las actitudes que asumía el jefe de la tripulación del “Plus Ultra” daba pábulo a la maledicencia y a una campaña hostil a la monarquía y al Gobierno » (Ortiz y San Pelayo, 1926, p. 71).

13 « Celos de cuartel y celos políticos son los que frustran el vuelo de Franco », Crítica, 26-ii-1926, p. 92.

14 ABC, 16-vi-1926, p. 14.

15 Blanca de los Ríos, « Epopeyas oceánicas », Raza española, 85-86 (janvier-février), 1926, p. 13.

16 On retrouvera une description détaillée de l’événement dans l’édition du 12-ii-1926 des journaux La Nación, ABC, El Debate et El Sol.

17 Tract reproduit dans La Nación (Madrid), 9-ii-1926, p. 2.

18 « El Vuelo Palos-Buenos Aires », Ondas, 36, 21-ii-1926, pp. 25-26.

19 « Un acontecimiento cinematográfico », La Nación (Madrid), 11-iv-1926, p. 8.

20 El Debate, 12-ii-1926, p. 1.

21 Segovia Azcárate, 1977, consacre à la session de Huelva un long développement, mais son étude contient de nombreuses erreurs. Pour Séville, consulter España et Tomás, 1926, t. ii, pp. 371-384.

22 Tous les journaux le reproduisent au moins partiellement. On peut se reporter à Maura Gamazo, 1930, pp. 331-332, d’où est tirée la citation qui suit.

23 Cité par Salvador Pascual et Arana Martínez, 2001, p. 149.

24 Sur la rivalité entre R. Franco et le dictateur, et les déclarations de la femme de Franco, voir Díaz, 1981, pp. 52-63 et Silva, 1981, pp. 45-46.

25 Maura Gamazo, 1930, p. 331.

26 Soldevilla, 1927, p. 39, fait état des motifs officiels de l’arrestation de Franco : « Una extralimitación incompatible con la pureza de principios profesionales y con el mantenimiento del

respeto debido a las jerarquías y atribuciones obligó al Ministro de la Guerra a imponer una sanción al bizarro y experto comandante aviador Sr. Franco, por cierto levantada apenas comenzado su cumplimiento, […] sin presión de nadie. »

27 Maura Gamazo, 1930, p. 334.

28 Ibid., pp. 134-137.

29 ABC, 23-i-1926, p. 8.

30 España et Tomás, 1926, t. i, p. 192.

31 Raza Española, 125-126 (mai-juin), 1929, pp. 5-8.

32 España et Tomás, 1926, t. i, p. 6.

33 Álvaro Alcalá Galiano, « Entre España y América », ABC, 10-ii-1926, p. 1.

34 De Palos a Buenos Aires, p. 9.

35 Cebrián Saura, 1929, p. 73.

36 Ibid., p. 128.

37 La Nación (Madrid), 22-i-1926, p. 3.

38 La dimension de projection extérieure est l’objet d’une étude spécifique que nous avons intitulée « La Santa María del aire. El vuelo trasatlántico del Plus Ultra (Palos-Buenos Aires, 1926), preludio a una reconquista espiritual de América », à paraître prochainement dans Cuadernos de Historia Contemporánea (no 28, 2006).

39 Sur ce point, on se référera à Silva, 1981.

40 Il s’en explique dans ses deux ouvrages : Franco Bahamonde, 1929 [?] et 1931.

41 Palabras de Su Alteza Real el Príncipe de Asturias en el acto conmemorativo del LXXV Aniversario del vuelo del Plus Ultra, Palos de la Frontera, 22 janvier 2001 [http://casareal.es/casareal/plusuldi.html].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — « L’hydravion Dornier Plus Ultra lors de l’étape Melilla-Palos »
Crédits (Franco Bahamonde et Ruiz de Alda Migueleiz, 1926, entre pp. 88 et 89)[Cliché : Laboratoire photographique de la BNE].
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2650/img-1.png
Fichier image/png, 138k
Titre Fig. 2. — Caricature « Un nuevo Pantalón »
Crédits La Nación (Madrid) 22-ii-1926, p. 1 [Cliché : Laboratoire photographique de la BNE].
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2650/img-2.png
Fichier image/png, 231k
Titre Fig. 3. — Portraits du commandant d’Infanterie Ramón Franco [à gauche]et du soldat mécanicien Pablo Rada [à droite]
Crédits (Album gráfico : homenaje a los héroes del « Plus Ultra », Buenos Aires, 1926, pp. 6 et 9)[Clichés : Laboratoire photographique de la BNE].
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2650/img-3.png
Fichier image/png, 506k
Titre Fig. 4. — Couverture de l’ouvrage de España et Tomás, 1926, t. i
Crédits [Cliché : Laboratoire photographique de la BNE]
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2650/img-4.png
Fichier image/png, 313k
Titre Fig. 5. — Couverture de l’Unión Ibero-Americana, 1 (janvier-février), 1926
Crédits [Cliché : Laboratoire photographique de l’AECI].
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2650/img-5.png
Fichier image/png, 234k
Titre Fig. 6 — Alphonse XIII prononçant son discours dans le monastère de Santa Maríade La Rábida lors de la cérémonie organisée par la Sociedad Colombina Onubense
Crédits (España et Tomás, 1926, t. ii, entre pp. 384 et 385)[Cliché : Laboratoire photographique de la BNE]
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/2650/img-6.png
Fichier image/png, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Marcilhacy, « Epopeyas oceánicas… », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-1 | 2006, 231-257.

Référence électronique

David Marcilhacy, « Epopeyas oceánicas… », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-1 | 2006, mis en ligne le 25 octobre 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/2650

Haut de page

Auteur

David Marcilhacy

Membre de la Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org