Navigation – Plan du site
Miscellanées

Historiographie catalane, histoire vive

À propos de quelques ouvrages récents
Historiografía catalana, historia viva. A propósito de algunas obras recientes
Catalan historiography, living history. Regarding some recent works
Claire Guiu et Stéphane Péquignot
p. 285-306

Résumés

Le statut, les usages et la notion même d’historiographie catalane constituent un enjeu majeur pour de nombreux historiens qui écrivent en catalan et/ou vivent dans les territoires où cette langue est parlée. L’examen des débats historiographiques depuis les années 1980 et la confrontation d’ouvrages historiques récents fournissent une clef de lecture pour une partie importante de la production historiographique catalane actuelle, ainsi que des matériaux de réflexion sur la constitution et le statut d’un champ historiographique en voie de consolidation. Une conjonction originale apparaît : un effort considérable pour écrire une histoire nationale et penser une historiographie nationale s’accompagne de doutes sur les modalités de cette entreprise identitaire et d’interrogations accrues sur le statut et les paradigmes de la discipline historique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une étude plus exhaustive requerrait l’examen de nombreux autres livres d’histoire, ainsi que de re (...)
  • 2 Il va de soi que cette « clef de lecture » ne saurait rendre compte à elle seule de toute la comple (...)

1De très nombreuses études ont récemment été consacrées à l’histoire de « l’historiographie catalane ». La parution de ces travaux s’explique certainement par la nécessité accrue de s’orienter dans une production historiographique que tous les observateurs s’accordent à juger foisonnante. Le besoin de bilans à jour et l’intérêt pour l’analyse des pratiques historiennes ne suffisent cependant pas à eux seuls à rendre compte de la portée des réflexions menées sur « l’historiographie catalane ». En effet, il semble que la notion même, sa définition, son statut et les usages qui peuvent en être faits constituent un enjeu majeur pour un grand nombre d’historiens qui écrivent en catalan et/ou vivent en Catalogne et dans les autres territoires où le catalan est parlé. La mise en regard de cinq ouvrages ou dossiers de revues récents (2003-2005), où sont défendues des positions représentatives des échanges en cours, doit permettre d’examiner en détail cette hypothèse, de cerner les contours pris par une notion débattue et de saisir d’éventuelles évolutions dans la façon d’aborder une « historiographie catalane » considérée comme un ensemble cohérent1. L’analyse de cette notion ne suffira évidemment pas à rendre compte de toutes les recherches développées au sein de l’historiographie catalane — tel n’est pas ici le propos — mais, en raison de sa présence latente ou explicite dans de nombreux travaux, elle devrait fournir une clef de lecture utile pour qui veut entrer dans la production historiographique catalane récente, ou du moins dans une partie importante de cette dernière2. D’autre part, les différentes conceptions de « l’historiographie catalane » offrent aussi d’intéressants matériaux pour une réflexion plus générale sur le statut d’une historiographie occidentale (auto-) définie de manière nationale au début du xxie siècle. Dans cette optique, on procédera ici en deux temps. Nous reviendrons d’abord sur les débats parfois méconnus ayant eu pour objet « l’historiographie catalane » depuis plus de vingt ans, afin de mettre ensuite en perspective les propositions  avancées récemment en ce domaine.

Réflexions et débats sur l’historiographie catalane : une orientation

  • 3 Voir Barceló, Riquer i Permanyer et Ucelay-Da Cal, 1982, p. 73, ainsi que Garrabou, 1984, p. 76. Fo (...)

2La transition démocratique en Espagne et la constitution d’une Communauté Autonome de Catalogne en 1979 sont des étapes-clefs pour le renouvellement de l’historiographie catalane. Des universités et des centres de recherche sont créés, tandis qu’un nombre croissant d’historiens se professionnalise. Les influences croisées des Annales, du marxisme et des sciences sociales sur l’histoire favorisent un élargissement des perspectives, une diversification des objets d’études et un accroissement de la production historiographique catalane. Pourtant, les réflexions, débats et polémiques révèlent une absence de consensus sur ce qu’il est convenu d’appeler « l’historiographie catalane ». Si les divergences demeuraient sous le franquisme atténuées par le regroupement des historiens derrière des revendications communes, la transition laisse apparaître une véritable polyphonie dans les approches. Le début des années 1980 marque alors un tournant, qualifié par certains historiens de « crise » ou tout au moins de « changement » dans l’historiographie catalane3. Cette mise en doute des paradigmes révèle les difficultés de consolidation d’une historiographie catalane dans un contexte politique, institutionnel et identitaire en pleine redéfinition.

  • 4 Publiée depuis 1976, cette revue joua un rôle historiographique essentiel durant la Transition.
  • 5 Terme défini par Barceló, Riquer i Permanyer et Ucelay-Da Cal, 1982, p. 71, puis repris par l’ensem (...)
  • 6 Voir la thèse polémique de Solé Tura, 1967, et Anguera, DuarteetGabriel, 1998. Josep Termes dans «  (...)

3Le débat historiographique prend véritablement forme dans L’Avenç en 1982, lorsque Miquel Barceló, Borja de Riquer et Enric Ucelay-Da Cal publient leur article « Sobre la historiografía catalana »4. Les auteurs y soulignent le caractère compétitif de l’historiographie catalane face à une historiographie espagnole organisée autour de la construction de l’État espagnol. Il s’agirait d’une « histoire de l’échec » qui chercherait dans le passé les conditions de légitimation de la nation catalane. Les trois historiens retracent les étapes d’une historiographie catalane construite en tant que telle à partir du mouvement culturel catalaniste de la Renaixença (la « renaissance catalane »), marquée tout d’abord par une étape romantique « épique », caractérisée par un volontarisme patriotique, puis « érudite », où l’on cherche à démontrer la continuité de la communauté catalane au long des siècles. Ils soulignent ensuite l’importance d’une tendance « front-populiste » parmi les historiens. Le terme « d’historiographie front-populiste », d’abord adopté pour qualifier la phase de révision du « néo-romantisme » catalan dans les années 1940, sert ensuite surtout à désigner « la coïncidence [renforcée dans les années 1960] de nombreux historiens pour considérer que l’objet primordial de leurs recherches devrait être l’étude des contradictions sociales et économiques du monde contemporain catalan5 ». Dans le contexte intellectuel du début des années 1980, les historiens catalans s’avéreraient incapables de résoudre la question des relations entre nation catalane et État espagnol. D’où une véritable « paralysie », imputée aux transformations du rôle de l’historien, à la prolifération désordonnée des livres d’histoire, ainsi qu’à la crise des études contemporaines. Pour sortir de cet atzucac (cul-de-sac), M. Barceló, B. de Riquer et E. Ucelay considèrent nécessaire une interrogation sur les conditions mêmes de l’écriture de l’histoire catalane. Le dilemme portant sur son caractère « national » ou « régional » doit être résolu. D’autre part, ils appellent les historiens à se défaire des confusions relatives à l’hégémonie sociale du nationalisme catalan, tantôt considéré comme le projet historiographique de la classe bourgeoise, tantôt comme celui d’une élite préoccupée par la modernisation et la réforme de l’État espagnol ou bien, au contraire, comme un mouvement populaire6.

  • 7 Voir, notamment, Barceló, Riquer i Permanyer et Ucelay-Da Cal, 1982 ; « Debat sobre la tasca de l’h (...)
  • 8 Voir El Contemporani. Revista d’Història ; Recerques. Història. Economia. Cultura ; et Afers.
  • 9 Pujol, 1993, voit dans les difficultés traversées par l’historiographie catalane le résultat d’une (...)
  • 10 Balcells,Marti et Termes, 1985, p. 77, considèrent que les théories marxistes sont devenues inadéqu (...)

4Ce premier article suggère ainsi les lignes directrices d’un véritable débat interne sur l’historiographie catalane. Face au constat d’une situation de « crise », celui-ci fonctionne par jeux de questions-réponses, par échos, par cycles, et se polarise autour de contributions-phares de nature à relancer les polémiques7. Il cristallise les tensions entre différentes conceptions disciplinaires ou idéologiques, et offre un kaléidoscope des positions intellectuelles face aux enjeux de l’historiographie. Il prend parfois l’allure de conflits de personnalités, formulés en termes d’oppositions dialectiques entre nationalistes catalans/nationalistes espagnols, marxistes/nationalistes chrétiens, gauche/droite. Commencé en 1982, le débat est ravivé en 1992 et acquiert alors une nouvelle dimension dans le domaine public, puisqu’il s’étend à la section « Catalogne » du quotidien espagnol El País, puis au quotidien de langue catalane Avui à partir de 1993, et apparaît de façon sporadique dans d’autres revues d’histoire8. La localisation des débats reflète l’importance des espaces de réflexion en marge de l’université dans les pratiques historiographiques en Catalogne. L’ampleur prise par la polémique dans les années 1993-1995 — le débat lui-même devient objet de réflexion et de publications9 — traduit aussi les liens forts entre historiographie et culture catalanes. Dans ce cadre, la réflexion historiographique s’articule autour de quelques axes principaux : la figure et le rôle de l’historien dans la société catalane actuelle, la mise en question d’une histoire nationale ainsi que des modèles historiographiques dominants10, enfin, la recherche de voies alternatives.

  • 11 Voir Archilés i Cardona, 2005 et Ucelay-Da Cal, 1990.
  • 12 Dans un « Débat sur le rôle de l’historien » en 1984, Ramon Garrabou s’interroge sur le contenu et (...)
  • 13 « Debat sobre la tasca de l’historiador avui », 1984.
  • 14 Eva Serra, dans « Debat sobre la tasca de l’historiador avui », 1984, p. 75. En réponse à ses propo (...)
  • 15 Vilar, 1987.
  • 16 Fontana, 1984 et Ramon Garrabou dans « Debat sobre la tasca de l’historiador avui », 1984, p. 76.
  • 17 Pour des exemples d’argumentaires en faveur d’une « histoire nationale », voir Balcells,1993, p. 60 (...)

5Dans de nombreuses sociétés occidentales, la place et la fonction de l’historien ont récemment été modifiées par une importante demande sociale de mémoire, d’identité et de patrimoine, ainsi que par la présence accrue du passé dans l’espace public avec la multiplication de commémorations. Cette évolution prend en Catalogne des traits particuliers. Sous le franquisme en effet, parmi les tenants d’une historiographie « front-populiste », l’historien se définissait comme une figure engagée, dont la tâche civique et professionnelle consistait à lutter contre l’oppression sous toutes ses formes, à construire et à légitimer un discours anti-franquiste11. Or, dans les années 1980, le mouvement de « renationalisation », mené en Catalogne par une politique culturelle et linguistique interventionniste, favorise la multiplication des commémorations historiques, des réflexions publiques sur l’enseignement de l’histoire, ainsi que des congrès et des séminaires sur la culture catalane ou le nationalisme. Devant la volonté politique d’accomplir un projet national, le « nouveau défi pour l’historien » consiste à se (re)positionner au sein de la société catalane12. Le passage à la démocratie débouche-t-il alors sur une nécessaire distinction entre historien et citoyen13, comme le souligne J. Termes, ou bien conduit-il l’historien à s’engager dans un projet politique de construction d’une communauté nationale ? Évoquée par E. Serra, l’interrogation sur la nécessité ou non de déconstruire les mythes historiques montre bien toute l’ambiguïté du rôle de l’historien face au projet politique14. « Exigence d’une objectivité, évidence d’une subjectivité de l’historien15 », la question met en jeu l’objectivité même du chercheur16. Plusieurs intellectuels résolvent le problème en revendiquant leur inévitable subjectivité « nationale », voire en prenant parti contre une « histoire nationalement neutre » et pour une « histoire nationale décomplexée », mais la position de ces derniers ne fait pas l’unanimité17. Certains historiens s’interrogent en effet sur la validité scientifique même d’un cadre territorial « national » pris comme axe exclusif de narration historique.

  • 18 La notion de « Pays Catalans » (Països Catalans), forgée à l’époque contemporaine et devenue un con (...)
  • 19 Anguera, 1993, p. 27.
  • 20 Pujol, 1993 et Balcells, 1994.
  • 21 Riquer i Permanyer, 1990.

6Les limites de ce territoire sont également sujettes à discussions. P. Anguera détecte ainsi certaines confusions dans le débat : « [qu’entend-on] par histoire nationale catalane au sens politique et géographique ? De quelle nation doit-on raconter l’histoire ? Du Principat ? Du Principat et des comtés ? Des Pays Catalans de l’État espagnol ? Doit-elle inclure Andorre et la Franja18 ? […] Une étude qui concerne un territoire plus petit, comme par exemple une comarque ou une localité, peut-elle être nationale ?19 » Parmi les territoires d’identification possibles, certains historiens défendent une histoire nationale de la Catalogne Principat, d’autres revendiquent une histoire nationale des Pays Catalans qui intègre alors l’histoire de la Catalogne comme une histoire « régionale ». E. Pujol soutient par exemple la conception fustérienne d’une historiographie catalane au sens large, tandis qu’A. Balcells défend la possibilité de conserver la conception nationale de l’histoire de la Catalogne Principat sans négliger l’ensemble des territoires de langue catalane20. D’autres soulignent la nécessité d’approfondir l’étude des liens entre la Catalogne et l’Espagne21. Le débat sur la participation de l’historien au projet politique se double donc d’une réflexion sur la définition même de la nation catalane et de son territoire.

  • 22 Nadalet al., 1990.
  • 23 Sobrequés, 1999, p. 67.
  • 24 Voir Colomines i Companys, 1993, ainsi que Fontana, Fradera et Ucelay-Da Cal, 1985.

7En corrélation avec les problèmes liés au cadre identitaire et territorial de l’écriture historique, et dans un contexte d’affirmation des identités de comarques, de « renaissance des lieux » ainsi que de réflexion épistémologique sur les cadres généraux d’interprétation, le « local » apparaît comme un nouveau terrain privilégié des études historiques. Autrefois objet de recherche d’amateurs et de folkloristes, il est investi par les universitaires qui participent partout en Catalogne à l’activité de Centres d’études locaux et/ou de comarques ainsi qu’à la création de nouveaux lieux de réflexion (Centres d’études, Universités, Plecs d’història local [Feuillets d’histoire locale] intégrés depuis février 1986 dans la revue L’Avenç) financés par la Generalitat, les diputacions provincials ou les mairies. La constitution d’une histoire locale et la façon dont elle est présentée par les historiens catalans montrent sans équivoque les liens étroits entre dynamiques territoriales, identités et pratiques historiographiques en Catalogne22. L’histoire locale est défendue comme une alternative permettant d’élaborer une version polycentrée, « débarcelonisée » de l’histoire nationale catalane23. Par ailleurs, cette orientation historiographique est considérée comme un moyen de rapprochement des pratiques académiques et de la demande sociale, dont les relations sont perçues comme distendues. L’histoire locale frôle alors une histoire-patrimoine qui permet de « coudre » les territoires par l’établissement de relations entre les différentes associations de recherche locale. Le questionnement sur les modalités et les territoires de narration participe donc de la définition d’une identité historiographique catalane24.

  • 25 Voir Pujol, 1993 ; Riquer i Permanyer, 1990 ; et Balcells, 1993, p. 60. Enric Ucelay-Da Cal et Miqu (...)
  • 26 Balcells, 1993.
  • 27 Enric Ucelay-Da Cal, dans « Normalitzators i anormals », El País, 22-x-1992, Session « Quadern », p (...)

8Cette dernière s’affirme aussi par une volonté d’affirmation et de distinction vis-à-vis d’une historiographie espagnole qualifiée de « néo-espagnoliste25 », ainsi que par un positionnement au sein des courants historiographiques occidentaux. La langue constitue ici l’un des thèmes importants du débat. L’identité de l’historiographie catalane passe-t-elle nécessairement par l’usage du catalan ? En intégrant leur réflexion dans une dialectique « locale/globale », le choix du catalan par les historiens est légitimé par des arguments de stratégies économique et/ou identitaire26. L’ouverture plurilinguistique est certes défendue par quelques historiens, mais la décision d’écrire en catalan est néanmoins celle de l’immense majorité27.

  • 28 Anguera, 1992, prévient des dangers d’une histoire « fermée » et d’un « isolement » historiographiq (...)

9Le débat ouvert dans les années 1980 reflète donc la complexité des liens entre historiographie et identité nationale en Catalogne. Son déroulement a permis le développement et la consolidation de la réflexion historiographique dans la décennie suivante, qui a vu la publication de nombreuses monographies, la constitution de projets collectifs sur l’historiographie et la traduction d’ouvrages en catalan. Le débat révèle la grande variété de positions intellectuelles qui ne sont réductibles à aucune typologie simplificatrice, et laisse entrevoir une historiographie catalane prise entre le renouvellement des paradigmes historiques et la construction d’un projet identitaire, entre l’ouverture aux problématiques et concepts extérieurs et l’affirmation de spécificités propres28. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Lectures

  • 29 Dans une perspective différente, il complète Peiró Martín et Pasamar Alzuria (éd.) 2002.

10En 2003, la collection « Diccionaris de l’Enciclopèdia catalana » s’enrichit d’un nouveau volume, le Diccionari d’historiografia catalana, dirigé par le moderniste A. Simon i Tarrés. Mille deux cent vingt-deux pages, près de deux mille articles, deux cent cinquante collaborateurs, ces quelques chiffres donnent la mesure de l’ampleur de la tâche et, au moins dans une première approximation, de la valeur potentielle de cet instrument de travail pour qui s’intéresse à l’histoire de la Catalogne et à ses historiens29. On y trouve à la fois de très nombreuses entrées sur les auteurs — professionnels, mais aussi amateurs, très actifs dans les territoires de langue catalane —, des éclairages sur les institutions et les cercles, les revues, les œuvres majeures, les concepts-clefs et les écoles qui ont laissé leur empreinte. Les différentes mises au point, généralement assorties d’utiles indications bibliographiques, permettent de s’orienter dans le labyrinthe d’une historiographie encore trop méconnue à l’étranger. Ce volume offre aussi la possibilité d’une approche du sens et des usages actuels de la notion « d’historiographie catalane ». En consonance avec certaines prises de position des années précédentes, le préambule de l’ouvrage insiste sur sa double dimension de nécessité scientifique et nationale. L’alliance de l’histoire et du nationalisme est ici clairement revendiquée et confère par conséquent à l’histoire de l’historiographie un rôle que l’on trouve rarement affirmé de manière aussi explicite dans d’autres historiographies occidentales actuelles. Tout en étant un instrument de recherche, le dictionnaire veut favoriser la reconnaissance internationale de l’historiographie catalane, constituer une référence culturelle fondamentale, contribuer à l’affirmation d’une « identité catalane » qui a souffert d’un discrédit et d’un manque d’institutionnalisation séculaires. Manifeste imposant et passionné de l’existence d’une historiographie catalane, ce dictionnaire peut certes — c’est le désir des éditeurs — être interprété comme le témoignage de la « maturité » de cette historiographie, mais il pose aussi une question qui nous paraît essentielle : dans quelle mesure y a-t-il aujourd’hui consensus chez les historiens sur la façon d’aborder « l’historiographie catalane » et sur le rôle qui lui revient ? Tous s’accordent-ils sur le lien entre historiographie et projet national ? L’examen de quatre ouvrages parus après le Diccionari et qui lui font largement écho peut ici servir de guide.

  • 30 Voir aussi, Soldevila, 1994, 1995-2000 et Pujol,1995.
  • 31 Balcells et Pujol, 2002.
  • 32 Sa Catalunya dins l’Espanya moderna (Vilar,1964) fut d’abord publiée en catalan et eut un impact co (...)

11Nous commencerons par Història i reconstrucció nacional. La historiografia catalana a l’època de Ferran Soldevila (1894-1971), un ouvrage lui aussi publié en 2003. E. Pujol y retrace la trajectoire de l’un des principaux historiens catalans du xxe siècle, offre une première synthèse des évolutions complexes de l’historiographie durant cette période et dégage les lignes de force d’une conception originale30. Tour à tour historien, journaliste, écrivain, secrétaire de l’Institut d’Estudis Catalans, bibliothécaire, professeur d’Université, archiviste aux Archives de la Couronne d’Aragon après avoir servi la Generalitat républicaine, Ferran Soldevila est une personnalité aux multiples facettes. Dans une perspective biographique classique, son activité est mise en regard avec l’évolution du statut de l’histoire en Catalogne, une évolution elle-même indissociable des profonds bouleversements politiques de la période. D’où une trajectoire personnelle révélatrice d’un ensemble considéré comme un « collectif », celui des auteurs de l’historiographie catalane. Avec une solide formation acquise en Catalogne, ailleurs en Espagne et à l’étranger, Soldevila engage très jeune une « carrière » exceptionnelle. Âgé seulement d’une vingtaine d’années, il est promu secrétaire de la section historico-archéologique à l’Institut d’Estudis Catalans. L’institution, fondée en 1907 par une élite intellectuelle catalane soucieuse d’échapper à un système universitaire espagnol jugé étouffant, bénéficie quelques années de l’appui politique de la Mancomunitat de Catalogne, ce qui permet à l’entreprise d’acquérir une véritable reconnaissance au niveau académique international31. Même si la dictature de Primo de Rivera dénoue le lien qui commençait à s’établir entre le pouvoir politique et l’institution productrice de culture nationale, Soldevila accroît sa notoriété grâce à ses travaux d’historien et à ses publications de journaliste. Il soutient ensuite ardemment le gouvernement républicain et œuvre à sa politique de catalanisation de masse et de « normalisation linguistique et culturelle ». Son emblématique Història de Catalunya, publiée en deux volumes en 1934-1935, vaut symbole de l’engagement de nombreux historiens catalans au service de la construction d’une identité nationale et politique. La guerre civile confirme Soldevila dans son rôle de chantre de l’histoire nationale et le conforte dans un catalanisme républicain et progressiste. Cependant, la défaite de 1939, suivie d’un exil de quatre années en France, modifie profondément ses conditions de travail. Dans les années 1940, durant la période de fer du franquisme, malgré les difficultés économiques et l’ampleur de la répression, il professe clandestinement à l’Institut d’Estudis Catalans, participe au Comité Pou i Pagés, qui souhaite diriger la lutte contre la dictature depuis l’intérieur. Épousant là encore les vicissitudes de son siècle, Soldevila accompagne la « reprise » des années 1950, notamment avec son Història de Espanya, une alternative forte au modèle franquiste dominant, mais il perd en importance sur une scène historiographique catalane désormais dominée par Jaume Vicens Vives. À la différence de ce dernier, professeur à l’Université de Barcelone, Soldevila est en effet relativement marginal au niveau académique et, en dépit de ses nombreux contacts à l’étranger, son approche est moins en phase avec les grands courants internationaux. Dans les années 1960, marquées par l’irruption du marxisme dans l’historiographie (Pierre Vilar32) et par la formulation renouvelée des exigences nationales (Joan Fuster), Soldevila reste un peu à l’écart et revient sur le devant de la scène seulement avec l’actualisation de son Història de Catalunya, avant de s’effacer discrètement dans la deuxième moitié des années 1960.

  • 33 Gellner, 1982 ; Hobsbawm, 1992 ; Anderson, 2002 ; et Geary, 2004.

12En dépit de son détachement progressif vis-à-vis de l’historiographie noucentiste et de l’intégration d’apports étrangers, le travail de Soldevila est pour E. Pujol d’une remarquable cohérence. L’auteur discerne dans l’ensemble de la production soldevilienne une idée-force : contribuer à faire de la Catalogne un « peuple normal » en œuvrant à la « normalisation » de son histoire. Cette position explique la décision d’écrire en catalan et le choix d’objets d’études qui comprennent l’ensemble des territoires de langue catalane et peuvent donner lieu à des synthèses accessibles au plus grand nombre. En somme, l’historien se place ici en permanence au cœur de la cité — la nation catalane — pour en consolider la légitimité. On retrouve par conséquent — la comparaison aurait mérité d’être discutée en détail — la fonction fondatrice et légitimatrice de l’histoire nationale bien connue des spécialistes des nationalismes aux xixe et xxe siècles33. Ainsi la proposition de Soldevila tire-t-elle sa force de l’élaboration d’un modèle alternatif du passé hispanique, qui remet en cause certaines conceptions « centralisatrices » souvent essentialistes et téléologiques de l’histoire de l’Espagne. Son œuvre constitue en ce sens un élément fondamental dans la consolidation d’un champ historiographique catalan distinct de l’historiographie espagnole qu’il conteste.

  • 34 Muñoz i Lloret, 1997.

13De manière plus étonnante, E. Pujol s’efforce de démontrer que Soldevila doit être considéré comme un « classique ». Ainsi les critiques formulées par Vives, qui dénonçait son « romantisme », sont-elles imputées pour une bonne part à l’appétit de pouvoir universitaire de l’étoile montante de l’historiographie catalane dans les années 1950. L’opposition radicale entre une histoire politico-culturelle dépassée et une histoire socio-économique alors conquérante est nuancée, ce que l’on peut envisager avec prudence comme une invitation à (re)lire sans a priori les travaux de Vives et Soldevila34. Chez ce dernier, E. Pujol loue aussi la valeur heuristique, rassemble tous les témoignages d’historiens qui lui ont signifié leur estime. À l’issue de cette procédure de réhabilitation, la figure de Soldevila sort véritablement grandie, il est logiquement devenu un modèle à suivre.

  • 35 Soldevila, 1994, p. 100.

14Le vrai hommage rendu par l’auteur est alors d’emprunter le chemin tracé par son héros, d’étendre à l’appréhension de l’historiographie sa conception de l’histoire. Ce point mérite d’être précisé, car il permet d’entrevoir certains des enjeux et des engagements qui peuvent se dissimuler derrière l’emploi apparemment neutre de la notion d’« historiographie catalane ». Pour E. Pujol, l’évolution générale de cette dernière s’explique par une alternance entre des phases d’institutionnalisation de la culture et de la langue catalanes d’une part, et des moments d’arrêt, de pause dans un processus de « normalisation » de la situation en Catalogne, voire d’arrêt brutal considéré abruptement comme une tentative de « génocide culturel ». On retrouve par conséquent l’idée de Soldevila selon laquelle l’histoire de la Catalogne est celle d’une « dure lutte pour la plénitude nationale », une conception critiquée par d’autres historiens (E. Ucelay-Da Cal) qui préfèrent l’aborder comme celle d’un échec, nous y reviendrons. Dans l’optique adoptée par E. Pujol, l’histoire de l’historiographie devient dès lors celle d’une progressive maturation (maduració), d’un processus de prise de conscience (conscienciació) par les historiens et par le peuple catalan de leur identité nationale. De même que dans le Diccionari d’historiografia catalana, elle est surtout une entreprise de réappropriation d’un passé considéré comme un patrimoine (historiografia pròpia). Dès lors, le titre de l’ouvrage, Història i reconstrucció nacional, paraît tout aussi adapté à l’analyse de l’œuvre de Soldevila qu’à la perspective de légitimation nationale de l’auteur. Cette vision de l’historiographie catalane est profondément « intégratrice », elle défend — E. Pujol dixit — l’idée d’un « collectif » d’historiens catalans qui va bien au-delà des seuls « catalanistes ». L’auteur évoque ainsi souvent les « autres » historiens de la Catalogne, les étrangers, ou bien les Catalans qui luttèrent contre les conceptions de Soldevila et les autres courants dominants. Leur apparition sert alors à défendre la thèse de la « modernité » et de la « complexité » déjà atteintes par une historiographie catalane capable d’engendrer en son sein des débats contradictoires, « une pluralité de tendances fort similaires à celles des autres pays développés de l’époque35 ». Le concept d’historiographie catalane a donc un double usage, heuristique pour entendre la façon dont les Catalans ont pu appréhender l’histoire, mais aussi politique et intégrateur, puisqu’il représente une histoire de l’historiographie véritablement engagée, celle d’une « historiographie catalane au service de la (re)construction de la Catalogne ».

15Cette conception ambivalente de ce qu’est ou doit être l’histoire de l’historiographie ferait-elle désormais l’objet d’un consensus ? L’Història de la historiografia catalana, ouvrage à vocation de synthèse, permet de préciser l’hypothèse. Si l’on y trouve un bilan unificateur des acquis récents de la recherche, ce livre reflète aussi des approches variées de l’histoire de l’historiographie.

16Structuré en quatorze articles — neuf consacrés chacun à une époque et cinq à l’histoire de plusieurs disciplines spécialisées (archéologie, art, droit, littérature catalane) —, il offre une vue diachronique de l’historiographie catalane et adopte une périodisation d’abord scandée par les grandes phases ordinairement utilisées pour l’Occident, puis, à partir de la fin du xixe siècle, suit un rythme singulier.

  • 36 Dans une autre perspective, voir Zimmermann, 2003.
  • 37 Pour approfondir, voir Duran, 2004.
  • 38 Prolongements dans SimoniTarres, 2005.
  • 39 Schaub, 2003.

17En quête d’origines, J. Alturó commence par identifier les textes en latin et en catalan du viiie au xiie siècle où l’on peut déceler l’émergence d’une « historiographie catalane au sens propre », qui culmine dans les Gesta comitum barchinonensium36. Le relais est pris par A. G. Hauf qui esquisse une typologie évolutive des « intentionnalités » dans les prologues des classiques de l’historiographie médiévale catalane, d’où il ressort essentiellement que le xve siècle est marqué par une diversification des intentions des historiens, qui s’échappent des voies tracées par le providentialisme dynastique. E. Duran, après avoir rappelé le contexte européen de l’historiographie humaniste, s’efforce ensuite de distinguer « l’apport catalan à cette nouvelle science37 ». De nombreux Catalans, Valenciens et Majorquins participent de cette fièvre humaniste qui ouvre de nouveaux horizons à l’histoire. Pour sa part, A. Simon montre l’existence d’une « personnalité différenciée » de l’historiographie baroque, sur laquelle a longtemps pesé un discrédit général en raison de l’effacement de l’esprit critique humaniste et, dans le monde catalan, de l’assimilation fréquente du xviie siècle à une période de « décadence38 ». Une fois levé le voile auparavant jeté sur le baroque, viennent les Lumières. J. Antón analyse les Catalans du xviiie siècle férus d’histoire comme un « tissu significatif » dans une Espagne pourtant considérée par la « légende noire » comme un contre-modèle des Lumières39. Continuant à dévider l’écheveau chronologique, R. Grau montre comment le romantisme fut un « nœud de transmission entre des pratiques disciplinaires très différentes », tout en éclaircissant les conditions d’émergence du lien indissociable entre l’apologie de la Catalogne et celle de la liberté, un lien qui se fonde notamment sur l’instrumentalisation de la notion de pactisme. En rupture délibérée avec le romantisme, le positivisme s’installe pour sa part d’abord difficilement en Catalogne, mais pénètre ensuite les institutions et marque profondément l’historiographie du dernier tiers du xixe siècle. J. Casassas met toutefois en doute la notion de « génération » positiviste autrefois formulée par Vives et préfère parler d’un espace culturel délimité, d’une « certaine conscience de groupe » forgée autour de la nécessité de « faire » une histoire nationale moderne.

18Avec l’institutionnalisation des lieux de production de la culture en Catalogne, il n’est guère surprenant que la périodisation adoptée pour le xxe siècle s’écarte de celles que l’on peut trouver ailleurs en Occident. Moins que les grands mouvements culturels européens, ce sont désormais les vicissitudes politiques de l’entité catalane qui donnent le ton. On trouvera ainsi un chapitre d’E. Pujol consacré à l’historiographie du noucentisme et de la période républicaine, puis un passionnant article d’A. Furió sur l’historiographie catalane sous le franquisme. Le médiéviste valencien plaide lui aussi pour une remise en perspective de la place de Vives et de l’œuvre de Soldevila. Il rappelle surtout la nature résistante de l’historiographie catalane sous le franquisme et toute l’importance des évolutions institutionnelles — politiques, universitaires et académiques — pour la comprendre.

19Cet ouvrage fournit donc une périodisation commode de l’historiographie catalane jusqu’aux années 1970, ainsi que de multiples points d’orientation pour qui souhaite saisir un mouvement particulier, historiciser la production d’une discipline, les écrits d’un auteur ou son intérêt pour une période déterminée. En ce sens, il complète le Diccionari d’historiografia catalana. Comme ce dernier, avec sa périodisation englobante et en dépit de toutes les mutations subies, il contribue à forger l’idée d’un continuum de l’historiographie catalane et par conséquent à affirmer un champ disciplinaire national autonome. Existe-t-il pour autant un consensus sur la notion même « d’historiographie catalane » et la manière d’aborder son histoire ?

  • 40 Balcells(coord.), 2004, p. 293.

20Le problème peut être abordé par les marges, en observant les limites choisies entre ce qui est inclus dans « l’historiographie catalane » et ce qui ne lui appartient pas. En dépit du souhait initial d’une synthèse sur les « historiens de l’espace linguistico-culturel catalan », les critères retenus pour la configuration de cet espace varient au cours de l’ouvrage. J. Alturo intègre ainsi dans l’historiographie catalane des viiie-xiie siècles les textes à caractère historiographique écrits en latin et en catalan sur le territoire actuel de la Catalogne, avant même que celui-ci ne soit une unité politique. En revanche, A. Hauf et E. Duran retiennent plutôt un critère linguistique dans leurs études. Surtout, si plusieurs auteurs prennent seulement en considération la Catalogne actuelle, nombreux sont ceux qui intègrent l’ensemble des « Pays Catalans » dans leur analyse. De plus, la définition de l’espace de l’historiographie catalane par rapport à l’étranger donne lieu à des approches très variées, voire surprenantes. Ainsi J. Günzberg réduit-il l’historiographie catalane du droit presque exclusivement aux travaux portant sur le droit catalan, un parti pris qui permet de retenir principalement les historiens porteurs d’un discours revendicatif sur l’identité spécifique du droit catalan. D’autre part, les étrangers travaillant sur la Catalogne sont pour la période contemporaine — telle est aussi la philosophie du Diccionari — fréquemment accueillis dans le giron de « l’historiographie catalane ». Intéressante pour connaître les réseaux et les échanges historiographiques, cette participation pose visiblement problème à certains auteurs, qui le résolvent en délivrant un certificat de « catalanité » fondé sur l’examen des origines. De Marcel Durliat, J. Massot écrit ainsi que ce chercheur français « peut être considéré déjà comme pleinement (de ple) catalan, car, bien que né à Toulouse en Languedoc, sa relation [avec la Catalogne] l’a porté à centrer une bonne part de ses efforts sur l’art catalan40 » — soit un procédé, heureusement isolé, qui permet au fond de réserver aux seuls natifs la possibilité d’un discours légitime sur la Catalogne. L’expérience de l’étranger dans l’historiographie catalane concerne aussi les Catalans eux-mêmes, car une bonne partie des historiens a dû s’exiler en raison de la dictature franquiste. Ils demeurent néanmoins dans l’ouvrage des membres à part entière de l’historiographie catalane. Les variations observées dans les critères retenus pour déterminer l’appartenance ou non à l’historiographie catalane tiennent par conséquent à plusieurs raisons. Elles sont un reflet de l’histoire récente et des difficultés éprouvées par des historiens dispersés dans plusieurs territoires pour des raisons politiques. D’autre part, l’existence d’une telle hétérogénéité dans les critères d’appartenance à l’historiographie catalane paraît difficile à éviter dans un ensemble historiographique défini de manière nationale et, par conséquent, sujet à la variabilité des interprétations de ce qu’est ou doit être la nation dans une période de treize siècles — une telle entreprise sur « l’historiographie française » se heurterait probablement à des écueils similaires.

21Mais ces écarts suggèrent une autre hypothèse : ils renverraient à des conceptions différentes de l’historiographie. On peut ainsi observer dans l’ouvrage deux méthodes nettement distinctes, quoique nullement incompatibles : l’une privilégie la restitution généalogique du patrimoine historiographique catalan ; l’autre s’efforce de mettre en évidence la façon dont l’historiographie catalane s’insère dans les courants de son époque, s’en distingue, comment elle s’explique par son temps. La première vise explicitement l’exhaustivité encyclopédique, on pense ici surtout aux articles consacrés à l’historiographie d’une discipline particulière. Quant aux travaux relevant plutôt de la deuxième catégorie, leurs approches présentent une réelle variété. A. Simon et E. Duran privilégient ainsi la mise en regard avec les grandes tendances occidentales pour mieux distinguer un apport spécifiquement catalan ou l’existence d’une époque différentielle, tandis que R. Grau effectue une étude d’histoire des idées centrée sur la Catalogne (le conflit Bofarull-Balaguer), mais qui vise à articuler tradition historiographique et enjeux de la construction politique nationale. Dès lors, c’est par la distance prise avec leur objet d’études que les auteurs s’inscrivent plutôt dans une visée « patrimoniale » ou dans une approche « contextuelle ». Si les tenants de la deuxième méthode proposent une lecture plutôt « froide », il n’en va pas toujours de même pour les autres auteurs qui considèrent souvent l’historiographie catalane comme une propriété. J. Alturo, le plus explicite, parle ainsi de « la nostra terra », « la nostra història », « nostres comtes » et, bien sûr, de « la nostra historiografia ». L’objet d’étude reste ou devient matière affective, puisqu’il constitue pour celui qui l’analyse une partie même de son identité. Une telle approche était ouvertement revendiquée par Soldevila, mais elle accroît sensiblement un risque inhérent à la pratique historienne, celui d’utiliser de manière acritique des catégories d’analyse inadéquates, parce que anachroniques.

  • 41 Colomines i Companys et Olmos i Tamarit, 2005.
  • 42 Ibid., p. 12.

22En somme, si l’Història de l’historiografia catalana témoigne d’un certain consensus sur l’existence, la légitimité de l’historiographie catalane et la nécessité d’en faire l’histoire, les méthodes employées par les auteurs divergent fortement. L’idée générale d’A. Balcells, selon laquelle on assisterait au cours de l’histoire à une multiplication des contacts et des similitudes dans l’ensemble de l’espace linguistico-culturel catalan, ne peut par conséquent emporter totalement l’adhésion. Ce doute est largement confirmé par un important recueil d’articles paru en 2005 dans la revue Afers, sous le titre « Vingt ans d’historiographie dans les Pays Catalans41 ». Publié à l’occasion du vingtième anniversaire d’une revue qui a considérablement œuvré à « l’institutionnalisation de l’historiographie catalane après la période franquiste42 », ce dossier de sept articles offre un complément précieux à l’Història de la historiografia catalana. On y retrouve E. Pujol, qui dépeint cette fois-ci l’historiographie catalane des vingt-cinq dernières années comme une « discipline émergente », A. Simon i Tarrés, qui effectue un bilan des recherches récentes menées sur l’histoire moderne en Catalogne. D’autres bilans historiographiques — sur la préhistoire et le monde antique (J. Sanmartí, I. Rodà, M. Molist), l’histoire de la science et de la technique (V. L. Salavert) ainsi que sur la géographie (E. Mendizàbal i Riera, A. Albet i Mas) — offrent de nouveaux outils d’orientation parmi des institutions complexes, des revues nombreuses et des recherches d’un accès parfois difficile. On notera que le cadre adopté ici, plus encore que dans l’Història de la historiografia catalana, est celui des Països catalans. L’importance logiquement accordée aux productions valenciennes — Afers est publié à Catarroja — explique sans doute ce choix.

  • 43 Archilés i Cardona, 2005.
  • 44 Colomines i Companys, 2005, s’oppose ainsi résolument à ce qu’il dénonce comme l’école de « l’inven (...)

23Au-delà de son utilité bibliographique, ce recueil rassemble surtout des contributions qui témoignent de tensions accrues portant sur l’historiographie catalane, son interprétation et sa validité. En effet, à « l’enthousiasme » d’E. Pujol devant l’évolution récente de l’historiographie catalane pour laquelle il désire seulement une institutionnalisation et des moyens accrus, s’oppose très nettement le scepticisme mesuré dont fait preuve F. Archilés i Cardona43. Si ce dernier effectue un constat somme toute assez proche de celui d’E. Pujol sur les conditions et l’état de la production en ce domaine depuis le milieu des années 1980, il en déduit un doute épistémologique fort sur la possibilité, les difficultés et la façon même d’écrire l’histoire nationale. Cet auteur ne conteste pas la légitimité même d’une telle entreprise, mais invite à relever certains défis que ne peut éluder l’historiographie catalane, en particulier, la prise en compte des travaux récents sur les nationalismes et les identités nationales. Sans attaquer de front le Diccionari, F. Archilés pointe certaines de ses limites épistémologiques et, en particulier, toute la difficulté qu’il y a à séparer radicalement « l’historiographie catalane » de « l’historiographie espagnole ». De même, si la légitimité revendicatrice des histoires qui prennent la Catalogne ou les Pays Catalans comme cadre de référence territorial n’est pas mise en doute, l’auteur souligne en revanche le fait qu’il s’agit d’une histoire orientée vers ce que « devrait » être et devenir la réalité politique de ces territoires. En somme, sans prendre position politiquement, il plaide pour une prise de conscience du rôle de l’historien comme facteur de nationalisation et s’oppose nettement au lien établi par la tradition soldevilienne entre l’écriture de l’histoire et le cadre national. Les bouleversements récents des façons d’aborder les nations et les nationalismes suscitent par conséquent de nouvelles lignes de fracture au sein de l’historiographie catalane, qui fragilisent un peu plus le consensus de façade qui paraissait s’être constitué autour de cette notion44. À la lecture de la Notícia nova de Catalunya, le dernier ouvrage que nous présenterons ici, la formulation intégratrice d’A. Balcells, dont on se gardera bien ici de discuter la validité épistémologique, s’apparente même à un vœu pieux.

  • 45 Vicens Vives, 1954.
  • 46 Fraderaet Ucelay-Da Cal, 2005, p. 8.

24Dans cette « nouvelle nouvelle » de Catalogne — le titre est une référence ironique assumée au Notícia de Catalunya de Vives45 —, les auteurs affichent en effet une volonté de rupture radicale avec des pratiques historiographiques sinon dénoncées, du moins soumises à l’exercice d’une critique particulièrement rude. De l’historiographie catalane, il n’est plus question ici de faire un inventaire ou une synthèse — même si les auteurs prennent acte des travaux effectués en ce sens et ont pour certains d’entre eux participé au Diccionari. Il s’agit bien plutôt de l’interroger, de déconstruire ses présupposés afin d’ouvrir de nouvelles perspectives. La méthode, explicitée dans une remarquable introduction, est limpide : il ne s’agit pas de produire des essais d’historiographie, mais de réexaminer des questions historiques jugées fondamentales, qui marquent la façon d’aborder l’histoire du pays et qui affectent conceptuellement son historiographie. Par un appel enflammé à la critique, dans un ton ironique et parfois pessimiste, voire désespéré, où l’on trouve à plusieurs reprises des échos des débats des vingt dernières années, les maîtres d’œuvre de l’ouvrage souhaitent dépasser le paradigme classique de l’histoire nationale, d’où leur choix d’étudier en termes analytiques ce qu’ils appellent « le long processus de formation de la société catalane et des catégories conceptuelles employées pour le décrire46 ». Un pas est franchi : il s’agit à présent de mettre en question la validité même des fondements d’une historiographie identifiée comme national(ist)e. Plutôt qu’un héritage, « l’historiographie catalane » est dès lors envisagée de manière critique comme un discours, voire une idéologie, un poids dont il faut se défaire. Comment les auteurs entendent-ils mener à bien un tel programme ? Que devient la notion « d’historiographie catalane » dans une telle perspective ?

  • 47 Voir aussi García i Balañà, 2004.

25La relecture critique des fondements de l’historiographie catalane vise essentiellement les deux grands « classiques » du xxe siècle, Soldevila et Vives, l’usage du concept de « nation » et les rapports entretenus par l’historiographie avec la politique et/ou les aspirations sociales. M. Barceló dénonce ainsi l’interprétation dominante selon laquelle la conquête des territoires de Valence et de Majorque au xiiie siècle serait le fruit d’un accord entre le pouvoir royal et les marchands. Formulée par Soldevila et partagée par Vives, une telle conception permet de lier conquête et « développement », mais passe sous silence le rôle fondamental de l’Église dans une conquête qui doit plutôt être analysée comme l’expulsion forcée de barbares pour installer de nouveaux venus chrétiens. Chez Vives, A. Garcia Balañà dénonce aussi l’interprétation mythificatrice du statut des ouvriers avant l’industrialisation du xixe siècle, et souligne l’effet néfaste d’une telle conception téléologique47. L’héritage des pères fondateurs est donc soumis à un sévère droit d’inventaire.

  • 48 D’un ton plus vif, ces propositions rejoignent celles de Riquer i Permanyer, 2000.

26Mais c’est surtout l’usage omniprésent du concept de « nation » par l’historiographie catalane qui subit une violente remise en cause. S’opposant lui aussi aux interprétations de Vives, X. Torres montre toute l’ambiguïté des termes de « nation » ou de « sentiment national » pour caractériser les identités ou les sentiments identitaires avant le xixe siècle. Ainsi, le cas de la Guerra dels Segadors fournit l’occasion d’historiciser des notions telles que le « patriotisme » ou le « sentiment national », trop souvent considérées comme des évidences transparentes et indubitables. La dénonciation du recours exclusif à la « nation » comme cadre interprétatif de l’histoire de la Catalogne trouve son prolongement dans plusieurs autres contributions. Elle sert de manière plus générale à démasquer une histoire (auto)centrée sur la constitution progressive de la nation catalane et à plaider pour une analyse moins téléologique, qui, tout en évitant les pièges de « l’historiographie espanyoliste » (c’est-à-dire ordonnée autour d’un axe narratif castillan et espagnol centralisateur, finaliste), tienne mieux compte du fait que la Catalogne fait aussi partie de l’État espagnol. J. Amelang souhaite ainsi réévaluer le caractère « espagnol » de la ville de Barcelone trop rapidement rejeté par une historiographie qui préfère souligner les aspects « européens » de la capitale catalane. J. M. Fradera revendique pour sa part la pertinence du jeu dialectique nation/région dans l’analyse de la société catalane et des mouvements catalanistes, tandis qu’E. Ucelay-Da Cal insiste sur l’échec récurrent du catalanisme et sur le fait que la Catalogne continue malgré tout à faire partie de l’Espagne48.

  • 49 Fradera et Ucelay-Da Cal, 2005, p. 213.

27Inventaire critique de l’héritage des « classiques » de l’historiographie catalane, relecture des notions ou des présupposés qui hantent les débats, la Notícia nova peut être lue comme un véritable « livre noir » (couleur de la couverture) de l’historiographie catalane. C’est en particulier l’impression que laisse la contribution d’E. Ucelay-Da Cal. Celui-ci centre en effet son argumentation sur l’excessive collusion entre l’historiographie catalane et la politique, l’idéologie nationale ou marxiste. Malgré l’article de 1982 dont il fut l’un des rédacteurs, en dépit des propositions des « nationalistes », l’historiographie catalane souffrirait ainsi d’un « éternel retour mythique », elle serait prise dans « un labyrinthe dont il n’est pas possible de sortir sans altérer les termes de la formulation initiale49 ». L’historiographie catalane serait la victime d’un mal désigné par un néologisme particulièrement éloquent : la « patrification » (patrificació). Il est probable qu’un tel diagnostic suscitera à nouveau des débats. Plutôt que d’y prendre part, nous souhaitons ici dans un souci de clarification identifier les méthodes employées et les voies tracées par la Notícia nova pour sortir de l’impasse ou des fausses pistes de l’historiographie catalane qu’elle dénonce avec force.

28L’Història de la historiografia catalana nous servira ici de contrepoint. Face à la trame continuiste et encyclopédique de cet ouvrage, les auteurs de la Notícia nova opposent et proposent des objets fragmentés, éclatés, des concepts ou des problèmes historiques qui forment des catégories fondamentales pour penser l’histoire de la Catalogne. Les liens d’un article à l’autre relèvent de l’articulation conceptuelle plutôt que de la succession chronologique, et l’unité de l’ouvrage vient plus d’un état d’esprit critique, de la production d’hypothèses et de l’ouverture de pistes que de l’aspiration à la constitution d’un savoir « positif » qui traverse parfois l’Història de l’historiografia catalana. Dans cette trame discontinue, un même souci demeure : saisir le poids des notions employées, les traditions historiographiques dans lesquelles elles s’insèrent, démasquer certaines idées reçues et les présupposés qui les fondent. Autrement dit, à la généalogie « familiale » de l’historiographie catalane de l’Història de l’historiografia catalana succède ici une approche généalogique d’un autre ordre, dont l’objectif est de révéler les fondements, mais aussi les errances d’une historiographie nationale.

29Dans cette perspective, les rapports de l’historiographie catalane avec les historiographies étrangères changent de statut. Tandis que dans l’Història de la historiografia catalana, les travaux étrangers viennent enrichir la tradition historiographique catalane ou permettent d’en détecter la singularité, ils servent ici d’instrument de légitimation pour la remise en cause de perspectives catalanistes jugées obsolètes. Pour analyser les notions qui hantent l’écriture de l’histoire catalane avec la distance nécessaire, les auteurs du recueil choisissent ainsi généralement comme point de départ une mise au point historiographique beaucoup plus ample, sur la « nation » (X. Torres Sans) ou la « région » (Fradera), sur la « culture » envisagée de manière globale (Marfany) ou bien encore sur la « classe ouvrière » (Garcia Balañà).

30Il est à ce titre significatif que de nombreux auteurs fassent l’éloge de l’exercice de la comparaison. La méthode est utilisée aussi bien historiquement (la comparaison avec les réalités contemporaines du phénomène étudié) qu’historiographiquement (la comparaison avec les théories élaborées pour l’analyse de situations présentant un fort degré de similitude). L’usage raisonné de la comparaison doit ainsi pour J. Amelang servir à mettre en évidence de nouveaux éléments sur la Barcelone pré-moderne. Elle constitue dans sa démonstration un préliminaire indispensable à la formulation de son programme de recherches sur l’histoire culturelle de la ville. Toutefois, l’ambition des auteurs n’est pas seulement « d’importer » les concepts élaborés ailleurs, « d’homologuer » l’historiographie catalane au niveau international, mais aussi de faire un usage dialectique de la comparaison. Ainsi J. Ll. Marfany suggère-t-il dans un article programmatique d’utiliser « l’anomalie catalane » rendue visible par l’exercice de la comparaison historique et historiographique pour avancer des propositions très ambitieuses. Plaidant pour une historicisation plus globale de la culture et dénonçant « l’empirisme » qui domine son étude en Catalogne, il appelle à remplacer l’histoire de la seule constitution de la langue catalane par celle des pratiques linguistiques en Catalogne et l’analyse exclusive de la littérature en catalan par celle de la littérature— entendons ici activités sociales littéraires — en Catalogne. Plutôt qu’un élément de mesure des limites d’une historiographie catalane à inventorier (déterminer ce qui relève ou non de l’historiographie catalane, en quoi elle est distincte), l’historiographie étrangère sert ici d’instrument critique afin de définir les questions jugées pertinentes pour la compréhension de l’histoire de la Catalogne.

  • 50 La bibliographie sur le Linguistic turn — l’expression est due au philosophe américain Richard Rort (...)

31Aussi l’attention sourcilleuse prêtée aux pratiques linguistiques et à leur signification pour les acteurs qui en font usage peut-elle ici légitimement être mise en relation avec le linguistic turn, qui suggère une nouvelle analyse des rapports entre les textes et le réel, en affirmant en particulier le caractère indéfiniment réinterprétable des productions écrites50. E. Ucelay-Da Cal regrette ainsi le peu d’échos favorables rencontrés jusqu’à présent en Catalogne par ce courant historiographique ou par le « tournant critique » des Annales. Que l’influence de ces évolutions soit diffuse ou explicite, la perception du caractère éphémère des catégories d’interprétation et de la fragilité du discours historique, soumis aux règles de la narration, mais à laquelle il ne peut se résumer, traverse en tout cas plusieurs des contributions de l’ouvrage.

32Depuis le début des années 1980, la notion d’historiographie catalane n’a en fait jamais cessé de faire l’objet de travaux et de débats parmi les historiens. L’exposition ou la confrontation d’idées relatives à l’écriture de l’histoire nationale continue aujourd’hui encore à rassembler des historiens des périodes les plus diverses, tandis que les interventions de spécialistes extérieurs demeurent en ce domaine relativement rares.

33Outre son rôle dans la structuration d’un champ historiographique autonome et sa présence — explicite ou non — dans de très nombreuses analyses, l’importance accordée à cette question a eu pour corollaire un approfondissement réel des connaissances sur les historiens qui vécurent dans les territoires où le catalan est parlé actuellement. Toutefois, ce vaste effort historiciste de réappropriation du passé historiographique n’a pas suffi à clore les débats. Malgré le nombre impressionnant de ses collaborateurs, même le Diccionari d’historiografia catalana doit en Catalogne faire face à des critiques qui ne portent pas seulement sur le détail de ses notices, mais sur le principe même qui préside à son élaboration.

34La plupart de ces critiques expriment des doutes sur la nécessité et la légitimité d’une écriture de l’histoire dont les liens avec un projet politique d’intégration nationale sont contestés. Les interrogations contemporaines sur le rôle que peut et doit jouer l’histoire dans la société, sur la valeur et la validité même des récits composés par l’historien pour expliquer le passé, ont alors renforcé un soupçon qui touche même parfois certains de ceux, majoritaires, qui ne mettent pas en question la légitimité du projet national. Cette conjonction originale d’un effort considérable d’écriture d’une histoire nationale et de son historiographie, de doutes sur les modalités de sa mise en œuvre et d’interrogations sur le statut même de l’histoire explique au moins en partie la nature des débats actuels, elle donne une indication sur la complexité des positionnements des historiens et sur les questions auxquels ils peuvent être confrontés. Les approches alternatives formulées en Catalogne conduisent-elles à une convergence des historiographies, notamment espagnole et catalane ? Faut-il opposer construction « nationale » et élaboration « internationale » de l’historiographie ? Le maintien d’une historiographie nationale de combat demeure-t-il possible après le linguistic turn et au moment même où les pratiques, les doutes et les problématiques des historiens s’internationalisent ?

35À ceux-ci de trancher, ou pas.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, Benedict (2002), L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris.

Anguera, Pere (1992), « L’endocentrisme a la historiografia de Catalunya : un fals nacionalisme », Afers : fulls de recerca i pensament, 13, pp. 13-30.

Anguera, Pere (1993), « Rigor historiogràfic i compromís ètic, o de les disputes entre historiadors i messiànics », L’Avenç, 175, dossier « El fruit de la discòrdia : sis raons sobre la història », pp. 26-29.

Anguera Pere, Duarte Àngel et Gabriel, Pere (1998), « Les arrels socials del catalanisme », dossier de L’Avenç, 229, pp. 28-44.

Archilés i Cardona, Ferran (2005), « Escriure la història contemporània. Creixement, frangmentació i qüestió nacional », Afers : fulls de recerca i pensament, 50, pp. 95-126.

Balcells, Albert (1993), « La història de Catalunya i la tesi de la neutralitat nacional », L’Avenç, 172, pp. 58-65.

Balcells, Albert (1994), La història de Catalunya a debat : els textos d’una polèmica, Barcelone.

Balcells, Albert (coord.) (2004), Història de la historiografia catalana. Actes de las Jornades Científiques de l’Institut d’Estudis Catalans, Secció Històrico-Arqueològica (Barcelona, 23-25 d’octubre de 2003), Barcelone.

Balcells, Albert, Martí, Casimir et Termes, Josep (1985), « Història nacional i història social. Problemes de la historiografia sobre el fet nacional català », L’Avenç, 87, pp. 66-77.

Balcells, Albert et Pujol, Enric (2002), Història de l’Institut d’Estudis Catalans [1907-1942], Barcelone.

Barceló, Miquel, Riquer i Permanyer, Borja de et Ucelay-Da Cal, Enric (1982), « Sobre la història i la historiografia catalana », L’Avenç, 50, pp. 68-73.

Colomines i Companys, Agustí (1993), « L’espai local en el context de la història nacional », Cultura (Barcelona), 49, pp. 33-35.

Colomines i Companys, Agustí (coord.) (2003), « Pensar la nació històricament », dossier de Afers : fulls de recerca i pensament, 44 (18), pp. 7-156.

Colomines i Companys, Agustí et Olmos i Tamarit, Vincent S. (éd.) (1998), Les raons del passat : tendències historiográfiques actuals, Catarroja (Valence).

Colomines i Companys, Agustí et Olmos i Tamarit, Vincent S. (éd.) (2005), « Vint anys d’historiografia als Països Catalans (1985-2005) », dossier de Afers : fulls de recerca i pensament, 50, pp. 7-194.

Cucurella, Santiago (1995), « El debat nacionalista en l’àmbit cultural », dans Josep Termes et Jordi Casassas Ymbert (dir.), El nacionalisme com a ideologia : materials de treball i estudi, Barcelone, pp. 253-267.

« Debat sobre la tasca de l’historiador avui », L’Avenç, 67, 1984, pp. 70-76 [interventions de Miquel Barceló, Jordi Casassas, Ramon Garrabou, Miquel Izard, Borja de Riquer i Permanyer, Eva Serra, Josep Termes et Enric Ucelay-Da Cal].

Duran, Eulàlia (2004), Estudis sobre cultura catalana al Renaixement,  Valence.

Fontana, Josep (1984), « La història en crisi ? », L’Avenç, 71, p. 7-8.

Fontana, Josep, Fradera, Josep Maria et Ucelay-Da Cal, Enric (1985), Reflexions metodològiques sobre la història local, Gérone.

Fradera, Josep Maria et Ucelay-Da Cal, Enric (2005), Notícia nova de Catalunya : consideracions crítiques sobre la historiografia catalana als cinquanta anys de « Notícia de Catalunya » de Jaume Vicens i Vives, Barcelone.

Fuster, Joan (1962 a), Nosaltres, els Valencians, Barcelone.

Fuster, Joan (1962 b), El País Valenciano, Barcelone.

Fuster, Joan (1962 c), Qüestió de noms, Barcelone.

García Cárcel, Ricardo (1984), « Els mites i la història de Catalunya », L’Avenç, 72, pp. 81-82.

Garcia i Balañà, Albert (2004), La fabricació de la fabrica : treball i política a la Catalunya cotonera (1784-1884), Barcelone.

Garrabou, Ramon (1984), « Història política o potser millor política i història », L’Avenç, 71, pp. 64-67.

Geary, Patrick J. (2004), Quand les nations refont l’histoire : l’invention des origines médiévales de l’Europe, Paris.

Gellner, Ernest (1982), Nations et nationalisme, Paris.

Hobsbawm, Eric John (1992), Nations et nationalisme depuis 1780 : programme, mythe, réalité, Paris.

Muñoz i Lloret, Josep Maria (1997), Jaume Vicens i Vives (1910-1960) : una biografía intel·lectual, Barcelone.

Nadal, Joaquim, Riquer, Borja de, Simon, Antoni, Sobrequés, Jaume, Termes, Josep et Ucelay-Da Cal, Enric (1990), La historiografia catalana, balanç i perspectives, Gérone.

Peiró Martín, Ignacio et Pasamar Alzuria, Gonzalo (2002), Diccionario Akal de historiadores contemporáneos (1840-1980), Madrid.

Pujol, Enric (1993), El descrèdit de la història, Gérone.

Pujol, Enric (1995), Ferran Soldevila, els fonaments de la historiografia contemporània, Catarroja (Valence).

Pujol, Enric (2003), Història i reconstrucció nacional. La historiografia catalana a l’época de Ferran Soldevila (1894-1971), Barcelone.

Riquer i Permanyer, Borja de (1990), « Sobre el lugar de los nacionalismos-regionalismos en la historia contemporánea española », Historia Social, 7, pp. 105-126.

Riquer i Permanyer, Borja de (1992), « Apogeo y estancamiento de la historiografía contemporánea catalana », Historia contemporánea, 7, pp. 117-134.

Riquer i Permanyer, Borja de (2000), Identitats contemporànies : Catalunya i Espanya, Vic.

Roca, Francesc et Vinyes, Ricard (1986), « Per traspassar la boira. Resposta a A. Balcells, C. Martí i J. Termes », L’Avenç, 93, pp. 70-75.

Schaub, Jean-Frédéric (2003), La France espagnole : les racines hispaniques de l’absolutisme français, Paris.

Simon i Tarres, Antoni (2005), Construccions polítiques i identitats nacionals : Catalunya i els orígens de l’Estat modern espanyol, Barcelone.

Sobrequés, Jaume (1999), « La història contemporània, 1977-1997 », dans De les idees als fets : reflexions al cap de 20 anys del Congrés de Cultura Catalana, Barcelone, pp. 60-77.

Soldevila, Ferran (1994), Textos d’història i política (1924-1967), Enric Pujol (éd.), Barcelone.

Soldevila, Ferran (1995-2000), Dietaris de l’exili i del Retorn (2 vol.), Enric Pujol (éd.), Barcelone.

Solé Tura, Jordi (1967), Catalanisme i revolució burgesa : la síntesi de Prat de la Riba, Barcelone.

Spiegel, Gabrielle M. (1997), The Past as Text. The Theory and Practice of Medieval Historiography, Baltimore - Londres.

Termes, Josep (1999), Les arrels populars del catalanisme, Barcelone.

Ucelay-Da Cal, Enric (1990), « La historiografia dels anys 60-70 : marxisme, nacionalisme i mercat cultural », dans Joaquim Nadal, Borja de Riquer, Antoni Simon, Jaume Sobrequés, Josep Termes et Enric Ucelay-Da Cal, La historiografia catalana, balanç i perspectives, Gérone, pp. 53-90.

Ucelay-Da Cal, Enric (1992), « Una visió de conjunt impossible ? Reflexions sobre l’última dècada de la historiografia catalana », L’ Avenç, 165, pp. 59-63.

Vicens Vives, Jaume (1954), Notícia de Catalunya, Barcelone.

Vilar, Pierre (1964), Catalunya dins l’Espanya moderna : recerques sobre els fonaments econòmics de les estructures nacionals (4 vols.), Barcelone.

Vilar, Pierre, (1987), « Podem fer la història d’un país sense simpatia ? », L’Avenç, 100, p. 6-13.

Zimmermann, Michel (2003), Écrire et lire en Catalogne [ixe-xiiesiècle] (2 vol.), Madrid.

Haut de page

Notes

1 Une étude plus exhaustive requerrait l’examen de nombreux autres livres d’histoire, ainsi que de recensions ou notes critiques aux positions plus tranchées.

2 Il va de soi que cette « clef de lecture » ne saurait rendre compte à elle seule de toute la complexité de cette historiographie.

3 Voir Barceló, Riquer i Permanyer et Ucelay-Da Cal, 1982, p. 73, ainsi que Garrabou, 1984, p. 76. Fontana, 1984, p. 8, juge la crise positive.

4 Publiée depuis 1976, cette revue joua un rôle historiographique essentiel durant la Transition.

5 Terme défini par Barceló, Riquer i Permanyer et Ucelay-Da Cal, 1982, p. 71, puis repris par l’ensemble des acteurs du débat.

6 Voir la thèse polémique de Solé Tura, 1967, et Anguera, DuarteetGabriel, 1998. Josep Termes dans « Debat sobre la tasca de l’historiador avui », 1984, p. 71, défend les origines populaires du catalanisme (Termes, 1999).

7 Voir, notamment, Barceló, Riquer i Permanyer et Ucelay-Da Cal, 1982 ; « Debat sobre la tasca de l’historiador avui », 1984 ; Balcells,Martí et Termes, 1985 ; Riquer i Permanyer, 1992, et le dossier « El fruit de la discòrdia : sis raons sobre la història » de L’Avenç, 175, 1993 (novembre), pp. 25-41.

8 Voir El Contemporani. Revista d’Història ; Recerques. Història. Economia. Cultura ; et Afers.

9 Pujol, 1993, voit dans les difficultés traversées par l’historiographie catalane le résultat d’une « crise d’identité culturelle », puis Balcells, 1994, présente les étapes du débat de 1982 à 1993. Cucurella, 1995, analyse, à la lumière du nationalisme, les désaccords entre les historiens, synthétisés par Sobrequès, 1999.

10 Balcells,Marti et Termes, 1985, p. 77, considèrent que les théories marxistes sont devenues inadéquates pour la « nécessaire » construction d’un « nouveau projet d’histoire nationale », d’où un vif débat (voir RocaetVinyes, 1986).

11 Voir Archilés i Cardona, 2005 et Ucelay-Da Cal, 1990.

12 Dans un « Débat sur le rôle de l’historien » en 1984, Ramon Garrabou s’interroge sur le contenu et la finalité de l’écriture d’une histoire de la Catalogne, ainsi que sur la nécessité des mythes. Le débat sur le rôle de l’historien reprend dans El País en 1992.

13 « Debat sobre la tasca de l’historiador avui », 1984.

14 Eva Serra, dans « Debat sobre la tasca de l’historiador avui », 1984, p. 75. En réponse à ses propos, García Cárcel, 1984, défend une position critique de l’historien envers l’« usage et abus de l’“histoire” ».

15 Vilar, 1987.

16 Fontana, 1984 et Ramon Garrabou dans « Debat sobre la tasca de l’historiador avui », 1984, p. 76.

17 Pour des exemples d’argumentaires en faveur d’une « histoire nationale », voir Balcells,1993, p. 60 ; Balcells, Martí et Termes, 1985 ou Cucurella, 1995.

18 La notion de « Pays Catalans » (Països Catalans), forgée à l’époque contemporaine et devenue un concept de référence avec les publications de Fuster,1962 a, b et c, recouvre le Principat (Catalogne), le Pays Valencien, les Îles (Baléares), la Catalunya nord (Roussillon), l’Alguer (Sardaigne), Andorre et la Franja, territoire aragonais frontalier de la Catalogne où le catalan est parlé.

19 Anguera, 1993, p. 27.

20 Pujol, 1993 et Balcells, 1994.

21 Riquer i Permanyer, 1990.

22 Nadalet al., 1990.

23 Sobrequés, 1999, p. 67.

24 Voir Colomines i Companys, 1993, ainsi que Fontana, Fradera et Ucelay-Da Cal, 1985.

25 Voir Pujol, 1993 ; Riquer i Permanyer, 1990 ; et Balcells, 1993, p. 60. Enric Ucelay-Da Cal et Miquel Izard, dans « Debat sobre la tasca de l’historiador avui », 1984, p. 74, souhaitent construire une historiographie « différente », ni « régionaliste » ni « succursaliste » de l’historiographie espagnole.

26 Balcells, 1993.

27 Enric Ucelay-Da Cal, dans « Normalitzators i anormals », El País, 22-x-1992, Session « Quadern », p. 4, défend l’ouverture linguistique.

28 Anguera, 1992, prévient des dangers d’une histoire « fermée » et d’un « isolement » historiographique. La parution après traduction en catalan d’un recueil d’articles d’historiens étrangers sur l’historiographie est révélatrice de la volonté d’ouverture. Voir Colomines i Companys et Olmos i Tamarit (éd.), 1998.

29 Dans une perspective différente, il complète Peiró Martín et Pasamar Alzuria (éd.) 2002.

30 Voir aussi, Soldevila, 1994, 1995-2000 et Pujol,1995.

31 Balcells et Pujol, 2002.

32 Sa Catalunya dins l’Espanya moderna (Vilar,1964) fut d’abord publiée en catalan et eut un impact considérable sur l’historiographie catalane, notamment en raison du lien théorique entre le marxisme et l’interprétation de la question nationale.

33 Gellner, 1982 ; Hobsbawm, 1992 ; Anderson, 2002 ; et Geary, 2004.

34 Muñoz i Lloret, 1997.

35 Soldevila, 1994, p. 100.

36 Dans une autre perspective, voir Zimmermann, 2003.

37 Pour approfondir, voir Duran, 2004.

38 Prolongements dans SimoniTarres, 2005.

39 Schaub, 2003.

40 Balcells(coord.), 2004, p. 293.

41 Colomines i Companys et Olmos i Tamarit, 2005.

42 Ibid., p. 12.

43 Archilés i Cardona, 2005.

44 Colomines i Companys, 2005, s’oppose ainsi résolument à ce qu’il dénonce comme l’école de « l’invention de la tradition », dirigée par E. Hobsbawm.

45 Vicens Vives, 1954.

46 Fraderaet Ucelay-Da Cal, 2005, p. 8.

47 Voir aussi García i Balañà, 2004.

48 D’un ton plus vif, ces propositions rejoignent celles de Riquer i Permanyer, 2000.

49 Fradera et Ucelay-Da Cal, 2005, p. 213.

50 La bibliographie sur le Linguistic turn — l’expression est due au philosophe américain Richard Rorty — et les débats qu’il a suscités est immense. Pour une première orientation, voir, par exemple, Spiegel, 1997, pp. 3-43.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Guiu et Stéphane Péquignot, « Historiographie catalane, histoire vive », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-1 | 2006, 285-306.

Référence électronique

Claire Guiu et Stéphane Péquignot, « Historiographie catalane, histoire vive », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-1 | 2006, mis en ligne le 22 octobre 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/2671

Haut de page

Auteurs

Claire Guiu

Membre de la Casa de Velázquez et Université de Paris VIII

Articles du même auteur

Stéphane Péquignot

Membre de la Casa de Velázquez et Université de Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org