Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Gérard Nicolini, Carmen Rísquez, Arturo Ruiz y Narciso Zafra, El santuario ibérico de Castellar, Jaén. Investigaciones arqueológicas 1966-1991

Pierre Moret
p. 315-317
Référence(s) :

Gérard Nicolini, Carmen Rísquez, Arturo Ruiz y Narciso Zafra, El santuario ibérico de Castellar, Jaén. Investigaciones arqueológicas 1966-1991, Junta de Andalucía, 2004, 192 p.

Texte intégral

1Depuis plusieurs années, la Junta de Andalucía publie dans une collection intitulée « Arqueología Monografías » les résultats des principaux programmes de fouilles menés dans cette région au cours des deux ou trois dernières décennies. Cette collection vient s’ajouter à la publication des comptes rendus annuels d’activité dans l’Anuario Arqueológico de Andalucía, ce qui témoigne, de la part de cette région autonome, d’un louable souci de diffusion de l’information archéologique, d’autant plus méritoire qu’il est exceptionnel : dans d’autres régions, les collectivités territoriales semblent se satisfaire de la promotion de quelques projets emblématiques, se préoccupant peu de mettre à la disposition de la communauté scientifique les résultats d’un grand nombre d’autres interventions archéologiques, jugées moins « porteuses » parce que moins spectaculaires.

2Le livre qui nous intéresse ici, dix-huitième de la collection, est consacré au Castellar de Santisteban (Jaén), l’un des principaux sanctuaires ibériques de la Haute Andalousie. Le site de Castellar est surtout célèbre pour avoir livré plusieurs centaines d’ex-voto ibériques en bronze, petites figurines plus ou moins schématiques dont la plupart furent exhumées au début du xxe siècle. Après avoir consacré à ces figurines une thèse restée classique (Les bronzes figurés des sanctuaires ibériques, Paris, 1969), Gérard Nicolini forma à l’occasion de son séjour en Espagne comme membre de la Casa de Velázquez le projet de reprendre des fouilles à Castellar, moins pour ajouter de nouvelles trouvailles aux séries existantes que pour comprendre l’organisation du sanctuaire et pour fixer la chronologie des statuettes, question controversée s’il en est, sur des bases stratigraphiques et non plus seulement stylistiques.

3Sept campagnes de fouilles ont eu lieu, à intervalles irréguliers, les trois premières en 1966, 1968 et 1981 grâce au financement de la Casa de Velázquez, la suivante en 1985 avec l’aide du CNRS et du CSIC, et les trois dernières (1987-1989) avec le soutien de la Junta de Andalucía. À partir de 1981, les travaux initiés par G. Nicolini se sont déroulés en collaboration entre l’Université de Poitiers et l’Université de Jaén. Cette longue période de temps, coupée d’interruptions, explique certaines disparités dans la nature et le maniement de l’information, mais ne retire rien à l’intérêt des résultats obtenus.

4Le livre comprend cinq chapitres : l’histoire des recherches, une présentation du cadre géographique, l’analyse de la stratigraphie et du matériel mis au jour (sous le titre « le temps et la culture matérielle »), une synthèse sur l’architecture et la topographie du sanctuaire (« l’espace de Castellar »), et enfin une réflexion sur l’apport de ces fouilles à la connaissance de la religion et de la sculpture ibériques, suivie de quelques considérations sur la place qu’occupait le sanctuaire dans l’organisation territoriale de l’Orétanie préromaine. La présentation du volume et les illustrations sont de bonne qualité ; tout au plus peut-on signaler que la traduction espagnole des parties rédigées en français par le premier auteur est entachée de nombreux gallicismes, et l’on devine même ici et là quelques faux-sens, heureusement mineurs.

5Comme au Collado de los Jardines – autre sanctuaire orétan situé un peu plus à l’ouest au pied du col de Despeñaperros –, le sanctuaire de Castellar était établi au pied d’une barre rocheuse et organisé autour d’une grotte de faible profondeur, dans laquelle avait sans doute lieu la partie la plus importante du rituel. L’histoire des recherches est, dans un cas pareil, d’une grande importance, car les fouilles désordonnées des propriétaires du terrain et de divers amateurs en quête de figurines en bronze eurent tôt fait, dès le début du xxe siècle, de bouleverser le terrain et d’en altérer la stratigraphie de façon irrémédiable, en particulier sur la terrasse supérieure, celle qui était la plus proche de la grotte et où se trouvaient probablement concentrés les dépôts de statuettes votives. Au vu de ces perturbations, les sondages furent implantés dans la zone Est, située plus bas sur la pente, la seule où l’on pouvait espérer trouver des séquences stratigraphiques intactes. Les résultats furent positifs : on sait désormais que la principale période d’activité du sanctuaire couvre, d’après les auteurs, les ive et iiie siècles av. J.-C. Le chapitre consacré à la céramique importée fait cependant état d’un nombre significatif de fragments de céramique Campanienne A (pp. 89-91), ce qui invite à étendre cette phase d’activité jusqu’au iie siècle.

6La céramique fait l’objet d’analyses morphométriques très détaillées, en un long développement (pp. 34 à 80) dont l’utilité paraît cependant bien mince. Les fouilles n’ont livré que treize ex-voto en bronze, tous des représentations humaines du type schématique ; mais l’intérêt de ces trouvailles réside dans la possibilité de les attribuer à un horizon chronologique précis. Ils proviennent du niveau de destruction des structures d’habitat mises au jour dans la zone Est (estrato II), niveau qui est daté par les auteurs du iiie siècle, même si, comme je viens de l’indiquer, il a aussi livré de la céramique campanienne nettement plus récente. Les dépôts votifs comportaient aussi de nombreuses fibules, généralement de petit format, ce qui constitue un des arguments des auteurs pour identifier Castellar comme un sanctuaire féminin.

7Le chapitre consacré à l’organisation du sanctuaire apporte des précisions importantes, malgré les destructions entraînées par les fouilles anciennes. Le cœur du sanctuaire, formé par la grotte et l’esplanadesituée devant celle-ci, ne comportait apparemment pas de constructions maçonnées, excepté une rampe d’accès. Sur la terrasse inférieure, d’usage profane, les sondages ont mis au jour plusieurs bâtiments rectangulaires dont la fonction reste imprécise, mais qui servaient peut-être au logement des fidèles ou des desservants.

8Le programme de recherche dont ce livre est issu apporte en somme une précieuse contribution au dossier encore très lacunaire des sanctuaires ibériques : pour la première fois, un site est abordé de façon globale, à partir de sa topographie, de sa stratigraphie, de son architecture et de son mobilier. Mais tous les problèmes ne sont pas résolus. En particulier, et c’est un point que les auteurs ont le mérite d’affronter franchement, la présence à Castellar d’un petit nombre d’ex-voto archaïques datés du vie siècle, connus depuis longtemps, est en contradiction flagrante avec l’absence de niveaux d’occupation antérieurs au ive siècle (pp. 164-166). La solution proposée est la suivante : ces figurines anciennes auraient été apportées à Castellar par des fidèles, après le démarrage du sanctuaire, c’est-à-dire plus d’un siècle après leur fabrication. Tout en avançant cette explication, les auteurs reconnaissent qu’elle est surprenante. Je me permettrai de suggérer deux autres explications possibles. L’une serait que le lieu sacré ait connu à l’origine une fréquentation discrète, dont les traces matérielles se limiteraient à des dépôts d’offrandes, avant son urbanisation au ive siècle.

9L’autre passe par une remise en question de la chronologie des bronzes. La datation haute de la série des figurines archaïques repose sur le postulat d’une évolution linéaire du style et de la technique de la toreutique ibérique. Rien pourtant n’interdit de penser que plusieurs styles différents, les uns schématiques, les autres plus ou moins archaïsants, aient pu coexister parmi les artisans qui travaillaient aux portes du sanctuaire. J’en veux pour preuve les matrices d’outils en bronze qui faisaient partie du mobilier de la tombe d’un orfèvre du ive siècle av. J.-C., fouillée dans la nécropole de Cabezo Lucero (Alicante). Certaines de ces matrices sont ornées de décors typiquement archaïques, empruntés au registre orientalisant – notamment le motif du héros luttant contre un griffon –, et qu’on aurait volontiers datés du vie siècle si l’on n’avait pas connu le contexte archéologique de la tombe (voir Les ibères, Cat. d’exposition, Paris, 1997, pp.  259-261). Cet exemple, parmi d’autres, incite à envisager de façon plus nuancée la question de l’évolution stylistique de l’art ibérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Moret, « Gérard Nicolini, Carmen Rísquez, Arturo Ruiz y Narciso Zafra, El santuario ibérico de Castellar, Jaén. Investigaciones arqueológicas 1966-1991 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-1 | 2006, 315-317.

Référence électronique

Pierre Moret, « Gérard Nicolini, Carmen Rísquez, Arturo Ruiz y Narciso Zafra, El santuario ibérico de Castellar, Jaén. Investigaciones arqueológicas 1966-1991 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-1 | 2006, mis en ligne le 22 octobre 2010, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/2687

Haut de page

Auteur

Pierre Moret

Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org