Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Michael Kulikowski, Late Roman Spain and its Cities

Laurent Brassous
p. 317-319
Référence(s) :

Michael Kulikowski, Late Roman Spain and its Cities, Baltimore et Londres, Johns Hopkins University Press, 2004, 489 p.

Texte intégral

1Ce livre est une histoire des cités de la péninsule Ibérique centrée sur l’Antiquité tardive dans lequel la permanence de la cité classique jusqu’au vie siècle, d’un point de vue à la fois institutionnel et urbanistique, est la thèse principale. M. Kulikowski, familier des sources littéraires tardives, utilise également avec profit l’archéologie comme une source historique autonome et non comme une justification des informations littéraires tel que cela fut souvent le cas auparavant.

2Après avoir évoqué la diffusion par Rome du modèle de la cité, l’auteur décrit les institutions et le fonctionnement de la cité classique. À cette occasion, il aborde la question du déclin de la pratique épigraphique qu’il refuse de voir comme la manifestation d’une crise des élites urbaines au iiie siècle. Le phénomène est pour lui trop précoce. Cette pratique, qu’il interprète comme une manifestation du statut social, aurait alors disparu naturellement après la promulgation de la constitution antonine qui a nivelé les statuts des hommes libres. Il s’agit donc pour lui d’un changement social sans disparition des élites urbaines dans l’Antiquité tardive (p. 37-38). Utilisant les canons des premiers conciles chrétiens, il montre que les curiales et les curies étaient toujours actifs au ive siècle, de même que les rapports sociaux s’organisaient toujours au sein des liens de clientèle ou des collèges professionnels. À l’exception momentanée de l’attaque sur Tarragone, la crise du iiie siècle dans la Péninsule aurait été uniquement politique (p. 65). En effet, les trois provinces n’ont livré selon lui aucune trace de déclin matériel laissant supposer une crise à cette période. Il rejette l’idée de déclin urbain lié à une régression économique au iiie siècle, en s’appuyant sur l’augmentation des fabriques de garum et des capacités d’importation de produits africains des provinces espagnoles. C’est plutôt l’évergétisme privé qui semble avoir diminué, encore que l’auteur relativise son importance dès l’époque julio-claudienne en Hispanie dont les grandes villes auraient plutôt profité du patronage de l’empereur ou de ses représentants. Ce phénomène se serait poursuivi au cours des iiie et ive siècles et, bien que les villes aient déjà été dotées des principaux équipements urbains (p. 91), des indices de restauration et de construction montrent une relative permanence de cette activité édilitaire. Par ailleurs, l’auteur interprète les fortifications de la fin du iiie et début du ive siècle comme la manifestation d’une fierté urbaine. Il rejette également l’idée d’une fuite des élites à la campagne. En s’appuyant sur de récentes prospections à grande échelle, il en déduit une croissance régulière de la population rurale au cours des iiie et ive siècles liée, selon lui, à la prospérité générale de la Péninsule confirmée par la construction de luxueuses villas. Cependant, l’absence de luxueux monuments funéraires dans les campagnes confirmerait l’idée que les citoyens riches sont enterrés en ville. Laquelle serait ainsi restée le lieu central de la manifestation du statut de l’élite (p. 149).

3Les villes ont moins ressenti la crise que les effets des mesures de Dioclétien pour y mettre fin. L’auteur voit dans la nouvelle division administrative un moyen de rattacher l’hinterland constitué par les provinces ibériques au limes de Maurétanie Tingitane (pp. 74-75). Cette interprétation de la réforme permet de comprendre la place de Mérida comme capitale du nouveau diocèse. La multiplication des provinces aurait augmenté le nombre d’offices impériaux. Au cours des ive et ve siècles, seules les villes commerçantes et les grandes villes, sièges des offices impériaux convoités par les élites locales, montrent des signes de vitalité. La permanence de ces offices signifiait l’appartenance à l’Empire ; au moment où ils ont disparu, l’Hispanie a cessé d’être romaine. La date de 409 ne signifie donc pas pour l’auteur la fin politique de l’Espagne romaine (pp. 83-84 et 151-152) qu’il situe plutôt vers 460 lorsqu’il n’y a plus de trace des officiers impériaux dans la Péninsule. L’auteur suppose la restauration du vicariat vers 420 (p. 171). Néanmoins, culturellement, la Péninsule appartenait au monde romain au moins jusqu’au viie siècle (p. 152). M. Kulikowski analyse avec précision la progression spatiale et chronologique des différentes vagues d’envahisseurs et l’étendue des territoires encore contrôlés par Rome. Après la fuite de Marjorien en Gaule, la Péninsule, divisée entre les mains de bandes barbares et de petits chefs locaux, n’est pas encore gothique. Selon lui, il faut attendre le règne de Léovigild pour que l’unité politique soit rétablie (p. 256). Puisque la ville est, pendant tout ce temps, l’objet des convoitises, l’auteur en déduit qu’elle reste le lieu du pouvoir (p. 289).

4Depuis au moins le iiie siècle la présence chrétienne est attestée dans les cités par les sources littéraires mais les preuves matérielles sont bien plus tardives. L’Église ne prend une place centrale dans la ville qu’à la fin du ve siècle et, au vie siècle, avec un rôle politique croissant de l’évêque et la translation des bâtiments chrétiens des périphéries vers le centre à la place des bâtiments publics de la vieille cité classique, après une phase d’abandon de ces derniers. Pour l’auteur, la controverse priscillianiste montre comment la conception classique de la domination du chef-lieu sur le territoire rural transparaît encore à travers la volonté des évêques de contrôler ce territoire rural (p. 245).

5M. Kulikowski a réfléchi sur le long terme et utilisé les sources d’une façon habile. Il propose ainsi une démonstration érudite, claire et novatrice. Si les propositions principales de l’auteur paraissent acceptables – permanence de la cité à l’époque tardive, refus du déclin urbain –, on peut regretter cependant que ses analyses se fondent parfois sur des données trop peu nombreuses pour être indiscutables. Dans le chapitre V, l’auteur appuie son étude des transformations urbaines du iiie au ve siècle sur une dizaine d’exemples à peine et dont il présente seulement quelques aspects choisis. Ce type d’analyse sélective est trop soumis aux présupposés. Il laisse également de côté des phénomènes pourtant observables sur de nombreux sites urbains tardifs, comme l’appropriation privée des voies publiques, l’abandon de réseaux d’égouts ou encore la fragmentation des habitats (voir J. M. Gurt Esparraguera, « Transformaciones en el tejido de las ciudades hispanas durante la Antigüedad tardía : dinámicas urbanas », Zephyrus, 53-54, 2001, pp. 443-471). Une étude plus exhaustive aurait donné un poids plus grand à ses démonstrations, d’autant que les exemples ne sont pas toujours ceux attendus. Ainsi, il aurait été pertinent d’analyser également les évolutions de Braga et de Carthagène après les réformes de Dioclétien plutôt que de se limiter à Mérida, Cordoue et Tarragone qui étaient déjà des capitales. On ajoutera cependant au crédit de l’auteur qu’il est souvent confronté aux carences de la recherche archéologique. Par ailleurs, lorsqu’il étudie l’évolution économique de l’Hispanie, il oublie par exemple de considérer l’activité minière, très importante dans la péninsule Ibérique, et qui diminue au iiie siècle.

6Surtout, il est dommage qu’il n’ait pas approfondi son analyse de l’évolution urbaine. Certes, il considère comme trop minces les éléments d’analyse qui lui permettraient de modéliser les transformations urbaines (p. 149). Pourtant, lui-même a souligné un certain nombre d’éléments nouveaux, comme le renforcement des liens entre la cité et l’autorité impériale et ses représentants ou la particularité des nouveaux édifices urbains, qui manifestent une perception différente de la ville par ses habitants. Nous pensons donc qu’il aurait été intéressant et possible d’infléchir la réflexion dans ce sens afin d’affiner des propositions – rejet de la décadence des cités et de la fuite des élites, continuité de la vie urbaine – qui, du reste, ne sont pas nouvelles (voir J. Arce, El último siglo de la Hispania romana, Madrid, 1982, pp. 85-105). Malgré ces réserves, il s’agit sans nul doute d’un ouvrage qui restera une référence pour qui veut mieux comprendre l’histoire des cités de l’Hispanie romaine tardive

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Brassous, « Michael Kulikowski, Late Roman Spain and its Cities », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-1 | 2006, 317-319.

Référence électronique

Laurent Brassous, « Michael Kulikowski, Late Roman Spain and its Cities », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-1 | 2006, mis en ligne le 22 octobre 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/2692

Haut de page

Auteur

Laurent Brassous

Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org