Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Jean-Louis Guereña, Sociabilidad, cultura y educación en Asturias bajo la Restauración (1875-1900)

Francisco Villacorta Baños
p. 325-327
Référence(s) :

Jean-Louis Guereña, Sociabilidad, cultura y educación en Asturias bajo la Restauración (1875-1900), Oviedo, Real Instituto de Estudios Asturianos, 2005, 431 p.

Texte intégral

1Constituant un tout organique et doté d’une bibliographie actualisée, le présent ouvrage recueille des travaux que l’auteur a élaborés sur de nombreuses années au cours de ses activités universitaires et qu’on trouvait jusque-là dans différentes publications, parfois difficiles d’accès. Il s’agit d’un ensemble de huit textes, devenus ici des chapitres, qui sont organisés selon deux axes (la sociabilité et l’université) et qui portent sur la région des Asturies pendant la période de la Restauration, ces deux éléments permettant d’ailleurs de structurer le recueil. Telles sont donc, brièvement, les données de base du présent travail.

2Ces cadres thématiques et méthodologiques sont bien connus de la recherche espagnole des dernières décennies, à laquelle l’auteur de ce recueil a amplement participé. Mais il est sans doute utile de nous arrêter, ne serait-ce qu’en quelques lignes, sur une analyse plus précise du contenu de ce travail et, en particulier, des possibilités qu’il offre à la recherche. On aurait tort, en effet, de penser que l’intérêt de cet ouvrage se réduit à la question pratique du regroupement et de l’accessibilité d’articles auparavant dispersés dans des revues et des ouvrages collectifs. Au-delà de leur thématique commune, ces textes apparaissent ici organiquement liés, de telle sorte que les différences attendues entre les parties du recueil ne se font pas sentir. La bibliographie des articles ayant été actualisée, ils ont toute l’apparence d’un travail conçu comme un tout, sinon dans sa forme, au moins quant à la cohérence et l’intégralité des questions historiques abordées, fruit d’un projet d’ensemble et conçu comme tel dès l’origine.

3La première partie du livre porte le titre général de sociabilité, notion historiographique définitivement consacrée par la recherche dans les dernières décennies. Discuté et indéterminé à l’origine, ce concept s’est finalement révélé fructueux à long terme pour la connaissance historiographique. L’auteur, au début de cette partie, propose une rapide analyse de ce concept historique en mettant en évidence ses potentialités par comparaison avec le concept d’associationnisme, habituellement utilisé par l’historiographie espagnole, en particulier dans l’analyse des mouvements sociaux. Plus encore, cette notion n’a pas seulement permis à la recherche de progresser ; tout semble indiquer qu’elle a également encouragé le développement, au cours des dernières décennies, d’une stricte quantification des phénomènes d’association. L’auteur propose ainsi un schéma général de l’associationnisme en Espagne à partir des sources statistiques disponibles, des dispositions qui l’ont réglementé et des structures bureaucratiques naissantes mises en place pour gérer ce qui commençait a être déjà un phénomène social important à l’époque de la Restauration.

4Cela précède l’étude plus concrète de l’espace associatif de la région asturienne à cette époque, analysé aussi bien selon des critères généraux que dans le cadre de la ville de Gijon. Pour cette ville, l’auteur dessine un modèle type de sociabilité et établit les grandes lignes de l’évolution concrète de certains de ses organismes. Les chapitres suivants abordent les formes de sociabilité populaire de cette région, aussi bien dans leur dimension organisée (comme les sociétés d’assistance mutuelle, les coopératives, les centres culturels et les centres sociaux ouvriers) que dans les manifestations moins formelles des tavernes. Parmi toutes ces formes de sociabilité, le mutualisme fait l’objet d’un chapitre particulier. Enfin, le dernier chapitre aborde une question à peine traitée jusqu’ici par les historiens généralistes : la sociabilité des chorales, notamment des orphéons socialistes de la région.

5La deuxième partie du livre porte sur le milieu universitaire. Comme dans le cas de la première partie, son contenu va bien au-delà de son intitulé général : « L’université d’Oviedo. Approche sociologique de son professorat et influence sociale ». En réalité, c’est une analyse en profondeur qui dépasse largement l’étude d’une université et d’un groupe de professeurs dont les initiatives ont certes été importantes compte tenu du caractère routinier de l’enseignement supérieur espagnol de l’époque. Cette partie ébauche les grandes lignes de l’histoire universitaire espagnole de cette période, avec le développement des facultés et des disciplines scientifiques modernes, leurs dispositions légales et réglementaires, les structures bureaucratiques de gestion de l’enseignement et, enfin, d’une manière beaucoup plus détaillée, les modalités et les caractéristiques sociologiques du personnel de l’enseignement supérieur : leur nombre, leur situation sociale, leur mobilité ou stabilité, c’est-à-dire leur rapport avec la hiérarchie académique établie par la loi Moyano. Il s’agit donc d’une riche analyse de l’homo academicus espagnol, duquel, de manière générale, le champ de la recherche est loin d’être clos. À cet égard, le présent ouvrage apporte quelque chose, en particulier lorsqu’il analyse plus concrètement ce qui a été appelé le « noyau d’Oviedo », ce groupe de professeurs rattachés à l’« Institución Libre de Enseñanza » et appartenant plus ou moins volontairement à l’université asturienne. Leurs initiatives académiques et sociales ont conféré à cette université une portée qui a largement dépassé son poids institutionnel dans l’ensemble des organismes universitaires nationaux. Une bonne partie de ces idées sont développées en prenant pour fil conducteur la biographie intellectuelle de Clarín, qui a été, sans aucun doute, la figure-clé de ce groupe. Les descriptions de ses études, de son doctorat à Madrid, de ses premières étapes universitaires et de ses tentatives, toujours frustrées, de faire carrière à l’Université centrale de Madrid, font apparaître la plupart des questions auxquelles étaient confrontés les universitaires espagnols et qui sont aujourd’hui objet d’attention des chercheurs. Le dernier chapitre de cette partie est consacré à la rénovation universitaire – jamais suffisamment appréciée à sa juste valeur – que le groupe a mise en œuvre, notamment à l’expérience de l’Extensión Universitaria [élargissement du cadre de l’université] et au rôle joué par Clarín lui-même.

6On pourrait argumenter qu’un projet aussi ambitieux, dans les deux champs d’investigation précédemment signalés, peut difficilement épuiser son sujet. Et, effectivement, personne ne peut raisonnablement espérer trouver ici une réponse concrète à toutes les questions posées ni à celles suscitées par une recherche monographique précise. En revanche, on y trouvera assurément une orientation bibliographique de grande utilité. Les sources et la bibliographie occupent une cinquantaine de pages, en réalité une petite partie de celles, impressionnantes, qui figurent dans les notes de bas de page. Outre son cadre chronologique et géographique, le présent travail est un véritable inventaire des matériaux disponibles concernant ces deux axes de recherche. Toute personne intéressée à poursuivre cette insvestigation ou simplement à s’informer de ces sujets tirerait grand profit à parcourir les pages de ce livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco Villacorta Baños, « Jean-Louis Guereña, Sociabilidad, cultura y educación en Asturias bajo la Restauración (1875-1900) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-1 | 2006, 325-327.

Référence électronique

Francisco Villacorta Baños, « Jean-Louis Guereña, Sociabilidad, cultura y educación en Asturias bajo la Restauración (1875-1900) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-1 | 2006, mis en ligne le 22 octobre 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/2705

Haut de page

Auteur

Francisco Villacorta Baños

CSIC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org