Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Isidro Sepúlveda, El sueño de la Madre Patria. Hispanoamericanismo y nacionalismo

David Marcilhacy
p. 327-329
Référence(s) :

Isidro Sepúlveda, El sueño de la Madre Patria. Hispanoamericanismo y nacionalismo, Madrid, Marcial Pons Historia - Fundación Carolina (Centro de Estudios Hispánicos y Iberoamericanos), 2005, 530 p.

Texte intégral

1Depuis le Ve Centenaire de la découverte de l’Amérique, célébré en 1992, la question des relations entre l’Espagne et l’Amérique latine a fait l’objet d’un regain d’intérêt de la part des historiens espagnols. Suivant la voie tracée par l’ouvrage pionnier de Frederick B. Pike (Hispanismo 1898-1936 [1971]), de nombreuses études ont abordé ces relations et notamment l’hispano-américanisme, courant qui a cherché à les promouvoir. Isidro Sepúlveda propose ici une étude d’ensemble sur la période de maturation du projet américaniste, à savoir le premier tiers du xxe siècle, qui constitue à la fois un prolongement et une rectification des perspectives introduites dans sa thèse de doctorat Comunidad cultural e hispano-americanismo (1994).

2La thèse défendue par Isidro Sepúlveda repose sur un postulat qui structure le nationalisme et la politique extérieure espagnols, à savoir l’existence d’une communauté culturelle entre l’Espagne et l’Amérique latine, fondée sur des liens linguistiques, historiques et religieux. Dès lors, l’auteur soutient non sans raison que la définition de la projection internationale de l’Espagne est partie d’un questionnement sur l’être espagnol posé en des termes nationalistes et que l’hispano-américanisme a opéré le lien entre ces deux dimensions. Isidro Sepúlveda aborde la question de l’américanisme sous l’angle de la quête identitaire, perspective qui nous paraît féconde. La période qu’il retient, 1885-1936, a une réelle pertinence, probablement plus que celle retenue en son temps par Pike d’ailleurs, bien qu’elle comporte le risque – inhérent à toute étude embrassant près d’un demi siècle – de généralisations sorties du contexte historique.

3Conçu comme une synthèse systématisant les questionnements sur l’américanisme, El sueño de la Madre Patria est un ouvrage ambitieux. On appréciera en particulier le fait qu’il s’attaque à certains sujets jusqu’à présent peu abordés, comme celui de la définition de la « raza ». D’autres développements méritent une mention particulière, comme le débat sur la pureté de la langue, le rôle joué par certains américanistes « progressistes » tels Rafael Altamira, ou l’articulation des perspectives espagnole et latino-américaine intervenant dans le débat sur l’américanisme. L’auteur y prouve une évidente maîtrise de la bibliographie critique, qualité appréciable si l’on considère l’imposante production dans le domaine. Le principal apport, en matière de sources, est le recours aux archives du ministère des Affaires étrangères, qui permet des développements érudits sur la politique extérieure espagnole en Amérique.

4L’ouvrage commence par une analyse des grands courants du nationalisme espagnol, faisant la synthèse des différentes conceptions du fait national en concurrence dans la Péninsule, pour s’interroger sur la place respective de l’Espagne et de l’Amérique dans ces constructions collectives. Après cette entrée en matière, l’auteur consacre la deuxième partie du livre au mouvement hispano-américaniste, divisant son étude en deux principaux courants, progressiste et conservateur, pour aborder ensuite l’hispanité, envisagée comme une rupture avec les postulats conservateurs. Bien que réduit à ces catégories, l’exposé offre une réflexion nuancée qui permet d’éclairer la pluralité constitutive de ce courant de pensée, dont les lignes de partage ne se recoupent pas avec les divisions partisanes traditionnelles.

5La troisième partie s’emploie à définir les éléments identificateurs de la communauté culturelle transatlantique, en particulier la civilisation mais aussi l’héritage du passé ou bien encore la langue. Cette analyse, qui est au cœur de la problématique soulevée par l’ouvrage, repose sur des schémas hérités de l’historiographie concernant les nationalismes (Gellner, Anderson, Hobsbawm), démarche qui permet d’aborder sous un jour nouveau la communauté désignée par la « raza ». On peut simplement regretter que, malgré la convocation de cet ambitieux appareil critique, certains développements soient un peu réducteurs. Ainsi, la thèse défendue par Sepúlveda, l’association entre hispano-américanisme et nationalisme, ne nous semble pas avoir été suffisamment exploitée : si les deux principales orientations définissant ce nationalisme ont bien été identifiées, à savoir la projection extérieure et la vocation intérieure, le second aspect semble avoir été constamment minoré, voire ignoré. À cet égard, la question de la fête nationale du 12 octobre aurait pu faire l’objet d’un traitement plus approfondi. Cette lacune découle d’une contextualisation insuffisante des phénomènes : dans ce cas précis, resituer le processus dans le cadre de la crise du régime de la Restauration et de l’émergence d’allégeances et de solidarités concurrentes à l’identité nationale (nationalismes périphériques, lutte des classes et internationalisme…) éclairerait sur les motivations qui ont conduit à l’adoption du 12 octobre et sur son dévoiement ultérieur. Un champ pour lequel cette double lecture a été mieux réalisée est celui de l’historiographie coloniale. Isidro Sepúlveda s’étend sur les campagnes menées contre la « leyenda negra », depuis les colonnes de presse ou les chaires universitaires, et ce tant dans un but de redressement de l’image de l’Espagne auprès de ses ex-colonies que dans un but d’exaltation du passé national.

6La quatrième et dernière partie est consacrée à la question des acteurs et des vecteurs de diffusion de l’américanisme. S’il faut saluer l’insistance de l’auteur sur la diversité des agents qui sont à l’œuvre, notamment le rôle fondamental joué par les colonies d’émigrés espagnols résidant en Amérique, cette partie amène à s’interroger sur la structure globale du livre : pourquoi faire figurer cette question des acteurs à la fin, et non au début ? Cette présentation a pour conséquence de ne pas faire assez ressortir les enjeux idéologiques de l’américanisme : en effet, présenter les courants de l’américanisme coupés de ses agents revient à priver ce mouvement des ressorts l’ayant fait naître, comme la formulation d’un discours symbolique destiné à conforter, légitimer, ou au contraire bousculer un certain ordre social. À ce titre, on peut regretter que l’américanisme ne soit jamais envisagé comme une idéologie en formation, émanant d’un groupe social et conjuguant la production d’un discours déterminé avec les logiques de pouvoir. Un centrage trop exclusif sur les enjeux culturels et intellectuels occulte la dimension politique qui se fait jour dans toute quête d’identité nationale.

7D’une façon générale, on peut reprocher au livre d’Isidro Sepúlveda un propos quelque peu schématique, certes lié à la grande complexité du sujet traité. L’ouvrage pèche ainsi par une absence surprenante de périodisation. Le cadrage chronologique étant réduit à quelques repères, comme les guerres ou les régimes qui se succèdent en Espagne, les phénomènes étudiés ne sont pas présentés dans leur dynamique temporelle, ni bien articulés avec les mouvements de pensée qui traversent l’Espagne. Au final, l’américanisme n’apparaît pas suffisamment comme un processus, polyvalent et complexe, révélateur de la crise d’identité dans laquelle s’enfonce l’Espagne au cours du premier tiers du xxe siècle. Faute d’une délimitation du champ temporel et spatial, il en reste trop souvent à une ébauche des questions essentielles. Ainsi, l’étude consacrée à la « raza » souffre d’une absence de perspective sociologique et anthropologique. Omettant, par exemple, la réception en Espagne des théories de Darwin et réduisant un peu vite ce concept à un synonyme de « civilisation », il ne parvient pas à justifier l’ampleur des polémiques que suscita cette appellation au cours des années 1920. L’ouverture finale sur Huntington, sous l’invocation duquel est placée la conclusion, peut aussi paraître artificielle dans la mesure où elle ne donne lieu au bout du compte qu’à une vague allusion dans la dernière phrase du livre. Confronté à l’extrême ampleur du sujet, l’auteur peine ainsi à traiter de la problématique d’ensemble donnée en introduction et son ouvrage, quelle qu’en soit la qualité par ailleurs, apparaît trop comme une compilation de connaissances qui n’offre pas de véritable lecture de l’américanisme. Il reste néanmoins que le livre d’Isidro Sepúlveda, par la quantité des thèmes abordés, ouvre de multiples débats, apporte de nombreux éléments de réponse, et laisse des questions en suspens, qui appelleront sûrement des prolongements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Marcilhacy, « Isidro Sepúlveda, El sueño de la Madre Patria. Hispanoamericanismo y nacionalismo », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-1 | 2006, 327-329.

Référence électronique

David Marcilhacy, « Isidro Sepúlveda, El sueño de la Madre Patria. Hispanoamericanismo y nacionalismo », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 36-1 | 2006, mis en ligne le 22 octobre 2010, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/2707

Haut de page

Auteur

David Marcilhacy

Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org